Introduction à la magie 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Forgive me, Father, for I am sin
avatar
Forgive me, Father, for I am sin
SINFUL


En un mot : Righteous cross
Thème : Dies iræ
WHAT HAVE WE DONE

Messages : 276
Date d'inscription : 24/03/2017
Mar 11 Juil - 23:21

La magie
Le chant des mondes



En un mot
La magie est au cœur de toute chose. Que vous la perceviez ou non, depuis la Révélation, quantité de sources en attestent ; mais bien qu’elle ait toujours fasciné ou effrayé les plus sensibles à sa question, à l’heure actuelle, il demeure bien difficile pour les scientifiques d’expliquer ses phénomènes.
La magie est partout et est à la base de tous les phénomènes qui dérangent encore les humains. C'est elle qui anime les corps morts des vampires ou des zombies, qui transforme celui des thérianthropes ou qui permet aux outres et aux arcanistes de déployer leurs dons. Intangible, beaucoup la perçoivent, mais seuls les arcanistes peuvent véritablement la manipuler.
Comment qualifier la magie ?
Répondre à cette question est à la fois simple et relativement hasardeux. Il s’agit d’une énergie neutre, mais au potentiel virtuellement infini. Elle habite a priori tout ce qui existe, tant sur le plan mortel que sur les autres plans d’existence, en concentration plus ou moins forte. Il est dit que la magie n’a pas de frontières, qu’elle communique sans limitation entre les mondes, et en cela, elle apparaît comme véritablement universelle, et comme un vecteur incommensurable de causes et de conséquences.

La magie anime tous les êtres vivants et non-morts, mais aussi les choses qui, selon la conception humaine, ne « vivent » pas, comme par exemple une pierre ou un morceau de métal. Si chez les premiers, elle se manifeste de manière assez évidente à ceux qui y sont sensibles, chez les seconds sa présence est plus subtile et requiert bien souvent des talents particuliers, visant spécifiquement à communier avec elle. Le principe d’aura (en savoir plus sur les auras) s’applique donc de prime abord aux êtres vivants et plus particulièrement aux humanoïdes, mais il est reconnu que selon son acuité, un Éveillé saura discerner quelque chose s’en approchant dans l’ensemble de ce qui l’entoure. Pour les clairvoyants les plus sensibles, les caprices de la magie peuvent donner des visions pour le moins spectaculaires.

Il n’est toutefois pas nécessaire d’être catégorisé comme être surnaturel pour avoir une idée de sa proximité. En effet, les humains les plus communs sont eux aussi concernés par cet immuable flux, non seulement dans leur environnement, mais aussi en eux. Il suffit de peu de choses pour s’y ouvrir, mais un esprit rationnel aura vite fait de contrecarrer son expression la plus innocente par des réflexes explicatifs plus ou moins scientifiques, voire par ce qu’on a coutume d’appeler le « bon sens ». Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi, lors d’un instant fugace et ordinaire, naissait spontanément chez vous un sentiment de délice particulier ? Ou pourquoi, par une journée anodine, l’imperceptible frisson de l’air pouvait faire basculer votre totale insouciance vers le doute, ou faire jaillir un souvenir aléatoire, inexplicablement ? Probablement pas, ou sans doute avez-vous trouvé une réponse toute faite à cette question. Et sans doute n’y avez-vous jamais repensé, car dans notre ère où prévaut la science, plus personne ou presque ne sait écouter les murmures de la magie.
D'où vient-elle ?
À ce jour, et bien que les théories se soient succédé au fil des âges dans les milieux surnaturels et principalement arcaniste, personne n’a de certitude concernant l’origine de cette énergie. Tout au plus fait-elle l’objet de croyances. Ce que l’on sait en revanche, c’est que sa disparition pourrait bien sonner le glas des mondes, une fin que l’entendement d’aucune créature ne pourrait appréhender, car même la notion de néant possède apparemment sa propre relation avec la magie.

Ainsi, différentes « écoles » existent parmi les penseurs intéressés par cette énigme, de la même manière qu’il existe maintes religions dans autant de civilisations humaines, nées du besoin d’expliquer des phénomènes demeurant encore aujourd’hui mystérieux. Philosophie de la magie et dogmes religieux ne sont d’ailleurs pas toujours étrangers, et certaines mythologies humaines, on le sait d’autant mieux depuis la Révélation, se sont d’ailleurs développées de concert avec les tentatives d’expliquer l’origine de cette trame entre les mondes, le vivant, l’inerte, et tout ce qu’on ne saurait qualifier.

La magie dans sa forme fondamentale n’est donc pas foncièrement bénéfique ou nuisible, pour quelque être que ce soit. Elle fait partie de l’univers et bien qu’elle y tienne une place indéniable, on vit simplement avec elle, voire à travers elle, depuis la nuit des temps, sans qu’on puisse réellement expliquer comment, ni pourquoi. La magie est, voilà l’unique certitude des savants à son sujet.
Comment l'utilise-t-on ?
1Un lien entre les espèces
On comprend que la magie étant présente dans absolument tout, mais de manière plus ou moins intense, il est vital pour ceux qui en dépendent et la manipulent de bien s’entourer. Différentes manières de faire résonner la magie autour de soi et la magie en soi existent, et pour cela vous trouverez toutes les informations nécessaires dans les sujets traitant de l’arcanisme et des outres.
Mais les Éveillés ne sont pas les seuls à pouvoir user de magie. Chacune des espèces représentées sur Ashes Arise, y compris certains humains très pieux, est amenée à faire son propre usage de la magie qui habite ses représentants. Cependant, ces personnes ne peuvent véritablement tirer parti de la magie ambiante, et se contentent d’en subir en quelque sorte les aléas, avec plus ou moins de possibilités de s’y adapter.
En effet, toutes les créatures surnaturelles sont imprégnées de magie : c'est leur sang magique qui anime les vampires, tout comme c’est la magie qui permet le développement des thérianthropes, et  les outres utilisent de manière inconsciente la force éthérée en eux et autour d’eux pour déployer leurs dons. Toutefois, seuls les arcanistes peuvent véritablement manipuler les flux magiques, ce qui explique pourquoi leurs pouvoirs sont multiples.

2Une source complexe et convoitée
La magie n’est donc pas réduite à l’usage qu’en font les Éveillés : on n’entend pas simplement par ce terme les formules ou les effets produits. Il s’agit bel et bien de la source universelle de ces sensations et manifestations, d’un « bain » perpétuel dans lequel tout ce qui existe siège ou évolue, s’en nourrissant et la nourrissant en retour. Elle est comparable à un prisme où toutes les déclinaisons de pouvoir seraient comprises : le corps, l’esprit, l’espace, le temps, la matière, les éléments, la vie, la mort...
Suivant sa personnalité et sa spécialisation, l’outre comme l’arcaniste sera plus ou moins proche de l’une d’elles, tout comme les autres espèces auront leur propre affiliation naturelle à d’autres de ces courants indicibles. Pour plus de facilité, les arcanistes ont communément établi des codes différentiels correspondant à différents usages de ces flux, appelés couleurs, tout en élaborant diverses traditions définissant les moyens et les objectifs de leurs pratiques. Il existe en outre différentes voies, comme autant de façon de puiser dans cette source primordiale : quand certains rechercheront une communion avec la nature ou le monde des esprits, d’autres voudront prendre la magie à bras le corps en façonnant son expression brute, tandis que leurs prochains les plus téméraires (ou simplement fous ?) verseront dans l’art de communiquer avec le plan démoniaque.

Il arrive d’ailleurs que certains humains, dépourvus de capacité à ressentir et apprivoiser la magie, défient la fortune qui les a ainsi fait exister. Ils ont recours à des pactes, ou à des pratiques que beaucoup jugent répréhensibles (en savoir plus sur les pactes).

3L’essence-même du pouvoir
La multiplicité des chemins qui mènent à la conscience et à la transformation individuelle de la magie est telle, que beaucoup d’arcanistes se sont lancés dans une quête aux airs de sacerdoce : la compréhension ultime de ses voies réunies en une seule, la voie primordiale.
Il s’agit plus simplement pour ses adeptes d’embrasser la magie dans son état le plus pur, en faisant fi des applications observées par les différentes traditions – ou, peut-être, en en inventant une nouvelle. Les comparaisons qu’on peut y appliquer afin de vulgariser son principe sont légion : manipuler la lumière blanche et non sa diffraction, le pétrole sans qu’il soit raffiné, etc. Paradoxalement, c’est donc l’œuvre la plus délicate, car tous les Éveillés commencent systématiquement par percevoir une infime partie des possibilités offertes par la magie, une fraction infinitésimale de ses horizons. Et bien qu’avec l’expérience, ils aient la possibilité d’en découvrir davantage, la plupart préfèrent pousser plus loin leur science de ce qui leur a été donné, leur domaine de prédilection, plutôt que de courir après les fantômes d’un potentiel absolu.
Et pour cause : de nos jours, cette voie est si mystérieuse qu’elle fait figure de légende. Pourtant, son étude n’est pas nouvelle : des documents et autres fragments ayant survécu aux siècles semblent indiquer que des tentatives ont eu lieu dans toutes les civilisations ayant compté des arcanistes conscients de l’ampleur des potentialités octroyées par leur nature. Mais pour autant qu’on sache, jamais ces sources n’ont suffi à garantir le succès de tentatives ultérieures, et pour quelque raison que ce soit, leurs initiateurs ont disparu avec nombre de leurs avancées. Jamais cet œuvre ultime n’a été accompli de mémoire d’homme, et ni les esprits ni les démons ne se montrent capables de lever le voile (ou assez enclins à divulguer leurs informations). Plus insondable encore que l’obscurité qui enveloppe toujours la pierre philosophale et autres projets menés par les alchimistes, si jaloux de leurs acquis, le miracle de la voie primordiale demeure l’affaire de chercheurs précautionneux, plus que de pratiquants téméraires.

Car, malgré tout, il existe de par le monde des arcanistes espérant encore le percer à jour. Considérés comme des rêveurs ou des fous, bon nombre d’entre eux se sont rendus célèbres par leur fin funeste, celle d’aliénés dont on préfère souvent enterrer le souvenir dans la crypte des parias de l’histoire, quand d’autres ont simplement emporté dans leur tombe leur réputation de ratés. On ignore parfaitement quelles sont les conséquences réelles d’éventuels succès dans cette entreprise, mais à en juger par le parcours tragique ou misérable de ses disciplines les plus connus, sa seule promesse indubitable est la ruine, tant matérielle que spirituelle.
La voie primordiale est de ce fait ombragée par une atmosphère de malédiction, et ce dans tous les milieux arcanistes et toutes les traditions qui en mentionnent l’éventualité. On lui attribue, même chez les plus sceptiques (par foi ou par simple hypothèse prudente), une essence divine, considérant qu’elle est peut-être l’émanation directe d’une ou plusieurs puissances supérieures, dont le pouvoir et les desseins, propres à confondre l’entendement de toute existence tierce, ne peuvent – et ne doivent – jamais être l’affaire des Hommes, ni de quelque autre créature profane.
Les lieux de forte concentration magique
Il existe des endroits où la magie paraît se concentrer, et permettre l’exercice plus intense des arcanes. On les appelle puits éthérés, terres sacrées, havres mystiques, refuges spirituels ou par d’autres noms selon les cultures et les régions, parfois inspirés par leur topographie ou leur histoire. Les autres créatures surnaturelles ont parfois tendance, instinctivement la plupart du temps, à s’y rassembler ou au contraire à fuir comme la peste ces terres animées de flux intense, sans réellement comprendre la raison ou la provenance du phénomène.
Ces hauts-lieux magiques sont le résultat de facteurs divers. Ils peuvent être des points de jonction dits « cosmiques », d’anciens ou d’actuels lieux de culte actifs, des vestiges invisibles d’événements ayant marqué de nombreuses âmes… Les circonstances de leur formation influent grandement sur le type d’énergie qu’ils véhiculent. Les outres ou les arcanistes les plus sensibles aux mouvements de l’environnement magique et aux auras sont les seuls à pouvoir « voir » l’étrange manifestation de la magie dans de tels sanctuaires naturels.

Suivant son inclination pour telle ou telle couleur ou tradition, un arcaniste se sent attiré par l’un ou l’autre de ces sites, lorsqu’ils sont à proximité. Un sentiment grisant ou relaxant est le plus souvent observé, tandis que le malaise et l’angoisse peut être constaté à proximité de fortes concentrations liées à des éléments contraires à son approche de la magie. Dans une moindre mesure, les humains dépourvus de pouvoirs peuvent également avoir un sentiment vague en rapport avec l’endroit visité, bien qu’ils soient plus souvent hermétiques à cette énergie singulière.

Ainsi, de nombreux lieux de culte ont été fondés en fonction de la localisation de points de concentration magique, que ce soit sous l’influence d’arcanistes ou du simple fait de communautés humaines témoignant d’impressions concordantes. Les arcanistes eux-mêmes les privilégient, lorsqu’ils ont pour projet de s’installer quelque part, ce qui n’est pas sans donner lieu à une concurrence parfois violente entre deux castes inspirées par le même type de flux magique.

Les autres créatures surnaturelles choisissent parfois d’établir leurs domaines sur ces puits ou à proximité, dépendant de ce qu’ils y ressentent. C’est notamment le cas des meutes de garous, et la culture populaire a d’ailleurs particulièrement laissé paraître la propension des loups à s’organiser dans des caerns littéralement bâtis sur de tels lieux.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours n°1 : Introduction à la Magie Noire
» Cours I - Introduction à la Magie noire (toutes années)
» Magie des hommes-lézards
» Magie orc-question sur un sort
» [skin]Magie sur ma skin de chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: