Le camp gitan 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Forgive me, Father, for I am sin
avatar
Forgive me, Father, for I am sin
SINFUL


En un mot : Righteous cross
Thème : Dies iræ
WHAT HAVE WE DONE

Messages : 279
Date d'inscription : 24/03/2017
Mar 11 Juil - 23:31

Le camp gitan
Mystère et trafics à volonté



En un mot
 

Le camp gitan forme une petite communauté extrêmement soudée et opaque de l'extérieur, où les diseuses de bonne aventure et les forains côtoient les filous en tous genres. Extrêmement soudée, au point de paraître opaque pour ceux extérieurs au camp, la communauté gitane attire les curiosités autant que les jugements.
Introduction
Initialement, c'est dans les années 30-40 que se crée le camp : tout d'abord rassemblement de tziganes fuyant L'Europe et notamment l'Allemagne nazie, il prend vite le parti de se sédentariser pour aider les réfugiés cherchant à échapper aux persécutions. Dès lors, le trafic de papiers d'identités et les passeurs fleurissent entre les roulottes. Il prendra un nouveau tournant avec la Révélation, qui pousse vers les gitans des CESS persécutés.

De nos jours, les gitans sont intégrés au paysage à défaut de toujours l'être dans les mentalités. Farouchement protecteurs de leurs membres et de leurs traditions, ils s'illustrent par leur mixité humains/ CESS autant que par leur réputation parfois fumeuse.
Société
Les gitans forment une communauté extrêmement soudée et solidaire. Le camp fait office de famille élargie, unie autour des traditions et du mode de vie tzigane, indépendamment de la race de chacun, de sa nationalité ou de son âge : on est gitan avant d'être quoi que ce soit d'autre. Et s'en prendre à l'un d'eux, c'est s'en prendre à tout le camp. Farouchement protecteurs des leurs, voire revanchards, les gitans appliquent une loi du Talion à quiconque les menace : œil pour œil, dent pour dent, rien de moins.

Ce communautarisme va de pair avec une revendication d'autonomie : pas question pour le camp de dépendre de personnes extérieures. On valorise donc la débrouillardise, les emplois saisonniers, mobiles, ou les trafics qui prolifèrent au sein du camp. Indépendants au stade d'en être parfois refermés sur eux-même, les gitans n'acceptent que leurs propres lois. Conséquence logique, ils manifestent envers l'autorité usuelle une attitude anarchiste voire franchement méfiante. Inutile d'attendre d'eux la moindre coopération, y compris pour une affaire les concernant puisque les membres du camp ont la fâcheuse habitude de faire eux-même justice lorsqu'ils s'estiment lésés, de se protéger seuls plutôt que de demander une aide extérieure. Ce refus de l'autorité, cependant, ne s'applique qu'aux non-gitans : au sein du camp, chacun est tenu de respecter les aînés et gare à celui ou celle qui envisagerait de leur désobéir.

Malgré sa solidarité à toute épreuve, le camp reste organisé sur un modèle très patriarcal et traditionnel. Les femmes sont en charge de la famille et du foyer, des activités internes au camp. Si elles sont choyées et protégées, les plus jeunes générations peuvent trouver cela étouffant. Aux hommes reviennent les activités extérieures, les travaux de force et les trafics en tous genre. Ce sont également eux qui se chargent traditionnellement des relations avec les gadjos divers, alliés ou nuisibles. Les pères sont généralement les décideurs au sein de leur cercle bien que la complicité qui règne entre les membres d'une même famille évite généralement les tensions.

La famille est un facteur important puisque dans la grande majorité des cas, on naît gitan. Quelques alliés de confiance et de longue date sont cependant parfois intégrés à la communauté. Il faut pour cela qu'ils aient vécu au camp assez longtemps pour avoir parfaitement acquis la culture tzigane, ses traditions et ses obligations, qu'ils soient intégré et qu'ils aient prouvé être dignes de confiance. De fait, s'ils sont prêts à aider autrui, les gypsys gardent jalousement leur territoire et leur patrimoine. Cette retenue entraîne une scission avec les réfugiés vivant plus ou moins temporairement au camp : s'ils sont bien accueillis et protégés férocement, ils ne prennent pas part aux décisions importantes et peu ou pas aux activités illicites.
Hiérarchie
PhuroLes Phuros sont les anciens du camp, au masculin. Pour intégrer leur conseil, il est nécessaire d'avoir une certaine maturité et d'avoir le respect de ses pairs. Les Phuros régnent sur les affaires extérieures du camp : ce sont eux qui gèrent les relations avec les étrangers alliés ou nuisibles, qui décident de l'organisation des divers traffics ou encore qui se chargent de l'approvisionnement du camp.

PhuriEn reflet des Phuros, le conseil des Phuris rassemble les aînées des gitans – celles qui, une fois que leurs enfants sont mariés et indépendants, passent du statut de mère de famille à celui de mère du camp. Elles s'occupent des affaires internes : la bonne tenue du camp, l'arbitrage d'éventuelles querelles au sein de celui-ci et les mariages, en relation avec le père de la mariée, sont autant de domaines dans lesquels elles ont leur mot à dire.

ChohivaniOn appelle Chohivanis les Eveillés du camp, qu'ils soient Outres ou Arcanistes. Caste respectée, ils mettent leurs pouvoirs au service du camp et de la communauté avant tout. Ils forment un groupe généralement soudé et complice, au sein duquel ils peuvent trouver tant des conseils quand leurs dons se développent ou qu'ils rencontrent des difficultés que l'oreille attentive d'autres Eveillés.

GilabnoChanteurs et conteurs, les Gilabnos ont de fait un rôle bien plus important que le simple plaisir de leur maestria de musiciens et d'orateurs. En effet, ils sont dépositaires de l'histoire du camp et de ses traditions, qu'ils ont à charge de transmettre aux plus jeunes ou aux nouveaux arrivants.

ForainsLes forains, comme les Gilabnos, tirent leur nom de leur occupation : ils sont ceux qui travaillent à la Foire, tout simplement, que ce soit pour les spectacles ou dans le cadre des trafics abrités derrière le chapiteau.

Nota beneIl est tout à fait possible d'être intégré sans pour autant porter l'un de ces titres : de fait, la majorité du camp se compose de gitans sans rang particulier.

Activités
La Foire accueille en partenariat avec le Juggler's Bazaar toute un éventail de saltimbanques, acrobates, jongleurs, clowns, prestidigitateurs, trapézistes et artistes de tous poils. En périphérie de son activité, on trouve des conteurs, des diseuses de bonne aventure, des musiciens émérites qui font la réputation des tziganes. Elle permet à l'occasion de camoufler ou justifier la présence d'un métamorphe à la forme animale exotique. La Foire fait également couverture pour les activités moins légales du camp.

Les trafics prolifèrent également au sein du camp. Le plus emblématique est celui d'objets et ingrédients magiques en lien avec la Magic Box. La contrebande fleurit cependant sur d'autres domaines et côtoie le trafic de drogues, de faux papiers ou de voitures... On trouve aussi quelques escrocs et pickpockets. Seul impératif, il est interdit voire tabou de marchander quoi que ce soit provenant de la souffrance d'un être vivant ou conscient – ce qui inclue, malgré tout éventuel débat sur leur moralité et leur conscience, les vampires.

La grande spécialité du camp gitan réside dans l'aide aux réfugiés. Initialement amorcée avec l'aide aux gens fuyant l'Allemagne durant la Seconde Guerre Mondiale, cette branche a pris en ampleur avec la Révélation. Désormais, elle aide les CESS révélés contre leur gré ou persécutés à changer d'identité et de pays s'il le faut. Le camp accueille également certains de ces réfugiés, bien qu'ils ne soient totalement intégrés en tant que gitans qu'après avoir fait leurs preuves et intégré la façon de vivre des tziganes.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» René Préval à camp Corail
» Confirmé: Le Choléra est venu d'un camp népalais
» Decors : Aide de Camp ?
» Attaque d'un camp orque
» [Idée Scénario] bourre-pif autour d'un feu de camp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: