L'alchimie 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Forgive me, Father, for I am sin
avatar
Forgive me, Father, for I am sin
SINFUL


En un mot : Righteous cross
Thème : Dies iræ
WHAT HAVE WE DONE

Messages : 300
Date d'inscription : 24/03/2017
Mar 11 Juil 2017 - 23:42

L'alchimie
« Rien ne se perd, rien ne se crée,
tout se transforme. »
INTRODUCTION
Si l’alchimie a longtemps été considérée comme l’ancêtre de la chimie et le précurseur de la science, elle est en réalité à la fois très proche et très éloignée de cette image. L’alchimie est à mi-chemin entre la science et l’ésotérisme, entre la réalité et le rêve. Ses racines et ses méthodes sont nombreuses, venant de tous les coins du globe et des âges, de la Rome antique au monde arabe, de la Chine à l’Europe médiévale.

Traditionnellement, on dénote trois objectifs qui ont réuni des générations d’alchimistes, sans que jamais ils n’aboutissent. La Pierre Philosophale fut le but premier de cette discipline, une pierre légendaire ayant le pouvoir de transformer le métal en or. Les aspirations des alchimistes s’élevant au-delà des considérations matérielles, leurs recherches se concentrèrent ensuite sur deux autres œuvres. D’abord, l’Elixir de vie, un liquide qui a le pouvoir de rajeunir un homme ou de lui accorder la vie éternelle. Puis, dans les temps médiévaux les plus sombres, la Panacée, un remède pouvant soigner toutes les maladies.
L’alchimie : science ou magie ?
Si l’alchimie est au croisement entre la science et la magie, elle n’est aucune des deux. Les alchimistes sont autant décriés par les scientifiques qu’ils méprisent les arcanistes. L’alchimie est un art mystique, tirant ses pouvoirs de la connaissance et de l’énergie humaine.

L’alchimiste transmute, c’est-à-dire qu’il transforme. La transmutation peut se résumer en trois étapes simples : compréhension, destruction, restructuration.
Etape de transmutation
CompréhensionL’alchimiste doit comprendre l’objet qu’il souhaite transmuter. Il doit appréhender sa structure, ses propriété, sa composition. Il doit aussi visualiser les étapes de la transmutation, estimer l’énergie à insuffler.

Déconstruction Il déconstruit ensuite l’objet, le décompose en particules qu’il va pouvoir remanier pour créer la nouvelle forme.

RestructurationIl va enfin pouvoir reformer l’objet, réarranger les particules pour créer un nouvel objet à partir de l’ancien. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Les alchimistes ne peuvent que modifier, et non créer.

L’alchimiste a besoin de trois composants pour pratiquer son art :

ConnaissanceC’est là que la science entre en jeu. Si remodeler une bille en un cube est aisé, car cela ne modifie que la forme de l’objet, d’autres transmutations permettent le réarrangement de molécules pour transformer un objet en profondeur. En un exemple simple : l’alchimiste peut déconstruire l’eau pour en tirer de l’hydrogène et de l’oxygène, puisque ce sont les composants de l’eau. L’alchimiste doit donc avoir une connaissance étendue des différents éléments, s’il veut pouvoir faire des transmutations complexes.

EnergieIl ne suffit pas de connaître atomes et molécules pour les manier à volonté. L’alchimiste insuffle de l’énergie dans la transmutation, qui sera le moteur de l’opération, sans quoi elle ne fonctionnerait pas. Cette énergie est directement tirée de l’alchimiste, qui est donc affaibli, et doit être canalisée grâce aux symboles alchimiques.

Symboles alchimiquesPour tirer l’énergie et la diriger dans la transmutation, l’alchimiste se sert de symboles et de cercles. Ces cercles doivent être tracés au sol et l’objet à transmuter placé en son centre. Les cercles vont du plus simple (le sceau de Salomon, le premier cercle créé par les alchimistes) au plus complexe. Ils sont différents pour chaque transmutation et l’alchimiste doit veiller à ne pas faire d’erreur dans son tracé, ou la transmutation n’aura pas l’effet escompté. Rechercher le tracé correct du cercle pour qu’il active la bonne transmutation est une des occupations majeures de l’alchimiste.



Un exemple de symboles que l'on peut retrouver dans les cercles alchimiques.




Le sceau de Salomon est le cercle le plus simple, utilisé pour les transmutations les plus basiques. Il est constitué des symboles alchimiques des quatre éléments. Ce n’est techniquement pas un cercle, mais le terme alchimique de "cercle" intègre en fait d’autres formes géométriques.

D'autres exemples :
 

Devenir alchimiste
L’alchimie est un art décrié et les alchimistes sont bien souvent raillés et pris pour des charlatans ou des illuminés. Ils sont bien peu à savoir que cette discipline a survécu au Moyen-Âge et qu’elle fonctionne réellement. La plupart des alchimistes sont satisfait de cette réputation et en profitent pour pratiquer leur art en secret. Mais ce culte du secret est l’une des raisons principales du déclin de l’alchimie.

Pour apprendre l’alchimie, il faut trouver un alchimiste prêt à divulguer ses secrets. L’alchimie est donc bien souvent un héritage, un fil ténu se passant de parrain en filleul, de maître en apprenti. Il est également possible d’apprendre l’alchimie dans les livres, mais les manuels d’alchimie sont souvent codés, ou tout simplement des faux ou des récits de charlatans. Etant donné le lien entre science et alchimie, il n’est pas rare que des scientifiques se tournent vers cet art mystique. On voit ainsi des physiciens, aidés par leur connaissance au niveau atomique, ou des médecins, attirés par la quête de la Panacée ou de l’Elixir de vie.

Devenir alchimiste n’est pas aisé, à cause du nombre de connaissances que les apprentis alchimistes doivent apprendre et parce que les alchimistes doivent bien souvent commencer à zéro, faute de maître compétent pour leur léguer leur savoir. Cependant, l’alchimie n’est pas un art discriminatoire. L’une des seules conditions pour devenir alchimiste est d’être humain. Seuls les humains peuvent utiliser leur énergie dans la transmutation
Les limites de l’alchimie
Incompatibilité avec la Foi et la magieSeuls les humains peuvent être alchimistes. D’autres races, tels que les vampires ou les thérianthropes, ont vu leur nature altérée et leur énergie ne peut pas être utilisée pour transmuter. Cependant, d’autres énergies sont, plus qu’inefficaces, totalement incompatibles avec l’alchimie. C’est le cas de la Foi et de la magie. L’utilisation de la Foi ou de la magie près d’un cercle de transmutation, ou pire, un utilisateur de la Foi ou de la magie tentant d’activer un cercle, peut être dévastateur. Cela peut altérer la transmutation, rendant son action imprévisible et souvent explosive.
L’alchimie étant un art qui modèle les éléments et les transforme en s’affranchissant de la Création, son incompatibilité avec la Foi est évidente. La magie est, elle, issue d’une énergie différente, qui est innée à ses utilisateurs.

Un tâtonnement ininterrompu L’alchimiste, pour utiliser son art ou le développer, doit sans cesse expérimenter. Il doit tracer le bon cercle, placer les symboles au bon endroit, être sûr des éléments qui composent les objets qu’il souhaite transmuter… Pour aboutir au résultat souhaité, il n’a d’autre choix que de tâtonner, d’essayer, de reculer et d’avancer, avant de parvenir au bon résultat. L’alchimiste est comme un cuisiner qui doit parfaire sa recette de cuisine pour aboutir au plat qu’il souhaite.  

Créer la vieSi l’alchimiste peut déconstruire et reconstruire comme un enfant jouant avec des lego, il y a une chose qu’il ne peut pas faire : créer à partir de rien. Souvenez-vous, « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». L’un des plus grands objectifs, mais aussi l’un des plus grands tabous de l’alchimie se heurte à cette limite : créer la vie. Si un alchimiste peut éventuellement reconstituer un corps, dans toute sa complexité, il ne pourra jamais créer l’étincelle de vie qui l’animera. Beaucoup ont essayé et beaucoup y ont laissé la vie, en essayant de s’inclure dans la transmutation. La création de la vie et l’utilisation d’êtres vivants dans l’alchimie a donc été proscrite. Malgré tout, cela n’empêche pas les expérimentations de continuer, dans le plus grand secret.

Un art solitaireRaillés par la foule, mis au ban par la société, les alchimistes vivent retirés du monde ou cachent soigneusement la pratique de leur art. Si les alchimistes peinent à s’intégrer auprès des humains, auxquels ils font pourtant parti, c’est également le cas pour les autres races. Vampires, thérianthropes, démons… ils sont bien peu à connaître l’existence de l’alchimie et encore moins à s’y intéresser.
Les arcanistes n’ignorent pas l’histoire alchimique, mais une profonde inimité persiste entre eux et les alchimistes. On dit que les alchimistes ont développé leur art pour tenter de pratiquer les arcanes, puis, quand ils ont réalisé que cela était impossible, pour tenter de reproduire par l’alchimie ce que la magie pouvait faire. S’élevant inlassablement contre la barrière de la magie et contre l’indifférence des arcanistes, ils ont commencé à mépriser les sorciers et autres mages, agacés par leurs dons innés et par leur refus de les aider. Parvenant finalement à maîtriser un art puissant, les alchimistes se sont détournés définitivement des arcanistes, transmettant à leurs héritiers un mépris profond des arcanes.

Rejetés et rejetant les autres, les alchimistes cultivent le secret, par choix et bien souvent dans un souci de protection, et cela les rend seuls. Isolés par leur différence, les alchimistes se sont aussi trouvés isolés entre eux. Par la force des choses, par le déclin du nombre d’alchimistes et la difficulté de se réunir parce qu’ils cachent à tous leur pratique, les alchimistes travaillent seuls. Le secret étant parvenu au centre de leurs préoccupations, ils ont appris à cacher leurs découvertes à tous, et mêmes à leurs semblables. Si on trouve parfois les alchimistes par paire (le maître et l’apprenti), il est rare qu’ils se réunissent en plus grand nombre.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mélodies du soir, alchimie des passions [Ethan]
» L'Alchimie des Molécules
» monter l'alchimie
» [Cours] L'alchimie et ses mystères
» L’alchimie et la pierre philosophale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: