La possession démoniaque 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Forgive me, Father, for I am sin
avatar
Forgive me, Father, for I am sin
SINFUL


En un mot : Righteous cross
Thème : Dies iræ
WHAT HAVE WE DONE

Messages : 280
Date d'inscription : 24/03/2017
Mer 12 Juil 2017 - 0:29

La possession démoniaque
Nous sommes légion
My own personal demon
Bien loin des clichés qui viennent instantanément à l'esprit à l'évocation de ce terme, la possession représente davantage l'utilisation casuelle et opportuniste d'un individu par un démon. Insultes et gerbes de vomi verdâtre ne sont donc ici pas à l'honneur.
Lorsqu'un Prince démon a besoin d'une enveloppe charnelle terrestre, il a le pouvoir de posséder un humain. Cela signifie que sous l'impulsion du démon, l'âme humaine s'écrase, se terre, et va jusqu'à s'effacer, incapable de résister à l'assaut d'une force aussi envahissante. Elle laisse alors tout le loisir au démon d'y prendre ses aises. Elle n'est d'ailleurs plus capable de ressentir quoique ce soit, ni de penser par elle-même. La majeure partie du temps, elle n'est que la marionnette du Mal, un corps vidé d'émotions, de songes, de cette âme humaine que les démons chérissent tant. Car en réalité, la possession a pour finalité de corrompre une âme, plus que d'occuper un corps. L'entité cherche à noircir chaque parcelle de celui qu'elle visite, elle souille l'enveloppe qu'elle vole, afin d'abandonner un nouveau disciple lorsqu'elle le quittera. Une nouvelle âme à ajouter à celles des damnés.

Concrètement, le possédé n'est que très rarement conscient. Au début de sa possession, l'âme humaine se bat encore contre l'intrusion du Prince Démon : le possédé est encore relativement lucide, il n'est pas encore écrasé sous le poids du démon. À mesure que la possession s'allonge, il est repoussé, étouffé dans l'ombre et ses interventions ne sont plus que très rares. Décidées par le démon, qui lui octroie quelques moments de clairvoyance.
Un esprit malsain
dans un corps malsain
Les incidences de la possession sont physiques et psychologiques, et varient grandement d'un individu à un autre.

Psychologiquementla possession est tout simplement destructrice. Si le corps n'est gravement atteint qu'au bout de plusieurs mois, il ne suffit que d'une seconde pour que l'esprit perde tous ses repères, ne se sente déjà plus seul. Plus jamais. Toujours envahi, toujours gêné par une présence, tantôt impalpable, tantôt carrément douloureuse.
Au premier abord, le possédé, lorsqu'il reprend momentanément ses esprits, ressent alors une profonde exaltation : il est si fort, si rapide, si puissant. Il n'est plus le même, mais en bien ; tout est faisable, il peut tout réaliser, il peut se briser les ongles à escalader un immeuble à mains nues, réduire ses pieds en charpie à force de courir d'un bout de la ville à l'autre, et littéralement épuiser son corps à ne même plus prendre la peine de dormir. Mais la douleur est secondaire, elle n'est que la conséquence d'une force surhumaine, d'une volonté d'acier, et d'un sentiment de domination enivrant. Oui, elle est présente. Oui, il souffre. Mais il se contrôle, il se domine – il se pense maître de lui-même, et c'est bien le sentiment le plus fabuleux du monde.

Puis vient la fatigue. La fatigue extrême, la pire : la fatigue morale. Une fois le corps poussé dans ses derniers retranchements, une fois passée cette inexplicable exaltation, c'est la dégringolade. C'est là que la possession débute vraiment. Écrasé par un épuisement déplorable et démoralisant, le possédé n'est plus qu'une marionnette – alors, il va œuvrer pour l'entité qui le contrôle. Un Prince démon haineux le poussera vers une grande fureur, un Prince démon luxurieux le rendra consumé d'un plaisir insatisfait, etc. Les actions, quoiqu'il arrive, sont toujours mauvaises, voire carrément impardonnables. Vouées à servir le mal. Le but de l'entité est celui-ci : pervertir. Souiller. En réalité, il est très difficile de saisir les contours d'une possession. Le sujet qui y est soumis agit sous l'impulsion de son démon, tout en y retirant une jubilation intense, de courte durée. Au moment de l'acte, c'est la bonne chose, si ce n'est la meilleure, à faire. C'est ainsi que tout doit être. Une fois terminé, c'est une chute terrible qui s'annonce – le possédé se sent sale, abominable, ignoble. Un serpent qui se mord la queue, y prend du plaisir, puis regrette. Et recommence, inlassablement.
Ces sentiments et sensations, pour autant, ne sont ressentis que lorsque le démon permet à l'humain de reprendre le contrôle de son corps. Idéalement, ce dernier resurgit quelques heures au cours d'une journée : c'est un moyen pour le Prince démon de prolonger la durée de vie de ce corps qu'il occupe. Sous l'impulsion du démon, inutile pour l'humain de se nourrir, de dormir : il ne vivrait que quelques semaines dans de telles conditions.


Si le corps est souillé, terriblement abîmé par la présence malfaisante d'un Prince démon, l'âme de l'humain est également corrompue. À tel point qu'elle peut se rompre, ne plus être capable de rejoindre le plan semi-astral ou astral ; en d'autres termes, ne pas devenir un fantôme et ne pas bénéficier du repos éternel. Alors le Démon aura triomphé. À en croire certains murmures, il se pourrait même que ce triomphe soit plus grandiose encore : si l'âme torturée ne rejoint ni le plan semi-astral ni le plan astral, elle rejoindrait le plan démoniaque, et deviendrait à son tour un démon.

Physiquementles premiers symptômes liés au sentiment de toute puissance ne sont pas particulièrement visibles. La fatigue assombrit rapidement les traits du possédé, cependant. Les autres signes physiques dépendent des sévices qu'il s'impose lui même au cours de ses exploits (blessures notamment aux mains, aux pieds, à la peau). Puisqu'il dort très peu, son teint jaunit, ses joues et ses orbites se creusent, et les os de son visage sont plus voyants, saillants. Ce mélange jure, aux yeux des tiers, avec la forme olympique qu'il prétend avoir.
Plus tard, il sera sujet à de nombreux malaises, et son corps sera soumis, à long terme, à une vieillesse prématurée – de larges cernes entourent les yeux, sombre et inquiétants, et quelques rides d'épuisement se dessinent déjà ici et là. D'épaisses veines peuvent sembler prêtes à exploser près des tempes et dans le cou, elles sont bleues ou violettes, sous une peau qui apparaît de plus en plus translucide.
Si les semaines, voire les mois passent sans que le démon relâche son emprise sur le possédé, les marques d'une douleur interne profonde et muette seront bientôt visibles aux yeux de tous. Ecchymoses violacées, parfois presque noires, se dessineront aléatoirement sur un corps déjà meurtri. Les lèvres sont parfois bleues, plus sombres ici et là, comme si le mal ne cherchait dorénavant plus qu'à sortir. Plus les mois de possession s'allongent, moins le sujet a de chances de s'en sortir. Les risques de décès accroissent, et les maux sont variés, multipliés : gangrène, hémorragies, développement de pathologies auto-immunes, liquéfaction du sang, vomissements, yeux gorgés de sang et dents déchaussées ne sont que quelques exemples des incidences physiques d'une possession beaucoup trop prolongée.
L'Enfer, c'est les autres
Le sujet aura le sentiment que personne, absolument personne ne peut le comprendre. Et pour cause, aux yeux des tiers, il semblera simplement psychologiquement très instable, en proie à une grave dépression. Épuisé, il se pensera fou. Quelques brefs moments de lucidité (notamment immédiatement après un méfait) lui permettront de réaliser qu'il n'est que l'outil du mal.
Les ecchymoses, par exemple, n'apparaissent pas par magie, comme le pense le possédé. C'est lui-même qui se les inflige, lui-même qui se cogne, se fait du mal, sans pour autant s'en rendre compte. À ses yeux, ce ne sont que les conséquences naturelles du Mal qui le ronge. Aux yeux des autres, et en réalité, c'est sa propre œuvre sur son corps meurtri.
Souvent, on le pense bon à interner, ce qui le pousse inexorablement à s'éloigner de ses proches ; il ne se rend plus au travail, et erre dans des endroits où il ne connaît personne, et dans lesquels il ne se serait jamais rendu dans d'autres conditions.
Un possédé, des possédés
Un lien obscur et inexplicable se crée entre les possédés d'une même entité, d'un même démon. Les souvenirs se mélangent, se distordent dans une réalité altérée. Les habitudes aussi, sans qu'on s'en rende vraiment compte, mais sans que ce soit véritablement naturel non plus. Des relations dont on rêve, des expériences passées qu'on aimerait réaliser, à nouveau, pour les ressentir plus profondément. Comme ils ont vécu, ils voient à travers les yeux d'un autre ce qu'ils n'ont, finalement, jamais connu. Ils voient avec les yeux d'un autre, sentent à travers les doigts d'un autre, entendent avec les oreilles d'un autre. Pas eux-mêmes, mais pas véritablement un inconnu non plus – cette sensation, très difficile à cerner, ne s'appréhende réellement que lorsqu'un possédé le vit.
Pas seulement réservé aux expériences passées, les bribes d'agissements abominables éclatent dans leur esprit et, durant une seconde, ou peut-être vingt, ou cinquante, ils ne sont plus qu'une seule et même personne. Celle qui agit. Celle qui tue, celle qui fait, sous l'impulsion de leur démon. Celle qui réalise le mal, sous les yeux de tous les autres.

C'est un lien fondamental qui unit les possédés d'une même entité et qui remplace, d'une certaine manière, l'isolement forcé dont ils sont victimes.
Si l'entité a quitté le corps, le lien perdure – signe terrifiant que la possession ne meurt jamais vraiment.
Relations avec d'autres races
Enfin, les relations que peuvent avoir les possédés sont peu nombreuses, compte tenu de leur état, et ne concernent que quelques races : avec Engeances, Démons, et Mages noirs, elles sont bien évidemment extrêmement malsaines, mais fréquentes. Ils entretiennent mutuellement le mal qui les ronge, et s'enfoncent peu à peu dans une spirale inextricable. Avec Outres et arcanistes, c'est au contraire une relation salvatrice qui s'impose et paraît parfois même essentielle à la survie du possédé, qui verra quelques unes de ses blessures internes apaisées par ces derniers.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Forgive me, Father, for I am sin
avatar
Forgive me, Father, for I am sin
SINFUL


En un mot : Righteous cross
Thème : Dies iræ
WHAT HAVE WE DONE

Messages : 280
Date d'inscription : 24/03/2017
Dim 23 Juil 2017 - 15:51

FAQ
Pas tous en même temps !

Quelles races sont susceptibles d'être possédées ? Les cibles privilégiées des Princes démons sont les humains et les Outres. Il s'agit des êtres les plus simples à posséder, car leur nature interfère peu avec la magie démoniaque. Les Arcanistes peuvent être la cible d'un Prince démon, mais la force de leur volonté et leur magie les rend bien souvent des adversaires difficiles pour les Princes.

Du côté des change-formes, si les métamorphes peuvent être possédés, encore que laborieusement, c'est une autre paire de manche avec les garous : déjà porteurs de leur esprit humain et de celui de la Bête, ils offrent aux esprits un combat coriace qui épuise et éjecte très rapidement l'envahisseur. Les vampires pour leur part sont à l'abri : les Princes démons n'investissant pas un corps mort, ils sont immunisés à la possession.

Quant aux démons, les Incarnés ne peuvent être possédés, car leur corps abrite déjà la chimère de deux âmes. Les Engeances peuvent être possédées, lorsqu'elles sont jeunes, mais cela aurait peu d'intérêt pour un Prince démon.

Comment mettre fin à la possession ?Un exorcisme est nécessaire pour libérer un corps possédé (En savoir plus sur les exorcismes).
Il est cependant très difficile de déloger un Prince démon du corps qu'il possède. Les exorcistes les plus doués, et les plus téméraires, peuvent s'y essayer, en prenant de risque d'encourir la rage du Prince qu'ils attaquent. Avec beaucoup de talent et de chance, ils peuvent parvenir à libérer un corps, en transférant le Prince dans un autre, et même parfois à renvoyer le Prince dans la dimension démoniaque.

La mort sonne également la fin de la possession. Le corps possédé est libéré du Prince qui l'habitait, pour une raison essentiellement pratique : les Princes ne peuvent marcher dans un corps pourrissant et espérer rester discret.

Concrètement, quand le possédé est-il conscient de son état ? Combien de temps par jour ? Afin de prolonger l'espérance de vie du corps qu'il possède, les Princes démons peuvent redonner le contrôle de son corps au possédé. Dans la plupart des cas, le possédé est conscient environ vingt pourcents du temps et le Prince est en contrôle les quatre-vingts pourcents restants.
Certains Princes démons ont cependant l'habitude d'user les corps qu'ils habitent sans considération pratique, et ne les laissent jamais reprendre conscience. D'autres, au contraire, se plaisent dans le corps qu'ils habitent et choisissent de le préserver le plus longtemps possible, en laissant le possédé refaire surface pendant des jours entiers.

Les Princes Démons ont-ils des émotions, des sentiments en lien avec la possession ? La possession d'un être n'influence nullement l'état d'esprit des Princes démons. Ils ne seront pas influencés par la caractère de la personne qu'ils habitent, et la nature du corps qu'ils possèdent ne déteindra pas sur eux.

Je joue un Prince démon, puis-je changer de corps ?Oui, il est possible pour les personnes incarnant des Princes démons de changer de corps possédé et donc de trombine. Cela est néanmoins limité à deux changements gratuits et il est préférable que ces changements soient justifiés et joués en RP. Notifiez votre requête dans la demande d'évolution du formulaire de dépenses de points. Les deux premiers changements ne vous coûteront aucun point.
Au delà de deux changements, il vous est toujours possible de changer de corps, mais cela vous coûtera une demande d'évolution.
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Un sourire démoniaque pour une lumière divine : Lakusas Dreyar
» Les mangas...sont-ils démoniaque à ce point?!
» Ascension Démoniaque
» Esprit Démoniaque || MANQUE LE KIT

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: