Le deal à ne pas rater :
Table de cuisson induction – SAUTER – 3 zones
299.99 €
Voir le deal

Jouer contre le destin ?...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
Ven 3 Avr - 13:14 (#)

L’année 2019 s’était enchainée à une vitesse surprenante. Alexander n’avait pas eu le temps de souffler que déjà l’année touchait à sa fin… Cela n’avait pas cependant empêché qu’elle fût pleine de rebondissements. Notre loup solitaire avait fini par sortir de l’anonymat à Shreveport. Par le plus grand des hasards, il avait rencontré plusieurs personnes, dont une qu’il l’avait particulièrement intéressée, au moins de prime abord… Une certaine Serenity… Et même s’il n’avait pu la savourer aussi longtemps qu’il l’aurait souhaité, il gardait un souvenir plus qu’agréable de la rencontre…

Très peu de temps après cette rencontre inattendue, Alexander avait reçu un appel de France. Ni une, ni deux, il avait grimpé dans un avion direction Paris. Le parent lointain qui l’avait initié des années avant à la forme Hispo était sur le point de disparaitre… Ce guide allait encore lui enseigner des choses avant son départ… Quelques mois après, Delarose maitrisait enfin sa forme Hispo, était initié à la forme Ferus et possédait un manoir aux abords de la capitale Française, dont personne dans sa famille n’avait connaissance…

Ce n’était pas le seul intérêt de ce voyage en France, proche de ses origines. Non, le destin, ou le hasard, allez savoir, allait réserver quelque chose d’inattendu à notre loup… Un matin, après une nuit passée dans un bar à glisser ses doigts sur les touches blanches et noires d’un piano à queue, il s’était retrouvé sur une terrasse de café, comme le faisaient nombre des autochtones… Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il croisa son regard… Celle qui l’avait envoutée des mois avant au détour d’une rue se tenait juste devant lui, avec ce léger sourire aux lèvres, celui qui disait « viens si tu l’oses » et qui pouvait faire perdre ses moyens à n’importe quel homme…  Délicieuse rencontre… Un moment suspendu dans le temps et rompant l’agitation qui se préparait avec la Fashion Week… Un café partagé en flirt déguisé… Le désir dans les yeux et jusqu’au bout des doigts qui s’effleurent… Comme quelques mois avant, ils jouent à en perdre la raison avant d’être de nouveau séparés… Leur destin était peut-être de ne jamais se découvrir totalement… De rester, à tout jamais, spectateurs de la scène des plaisirs charnelles…

A la mort de son parent, Alexander prit le temps de découvrir plus en détail le manoir dont il avait hérité avant de finalement prendre le chemin du retour à Shreveport en toute fin d’année. Quand il arriva finalement dans son grand duplex de Pinecrest, quelque chose avait changé en ville. Des évènements s’étaient déroulés en son absence. De ceux qui marquent définitivement l’histoire d’une ville. Et même si du nettoyage avait été fait, il restait des marques ici et là, et l’ambiance générale conservait une tension particulière…

Toute cette agitation n’était pas le signe d’une vie paisible. Aussi, Alex sortait un peu plus que d’ordinaire de chez lui. Probablement de nouvelles habitudes prises à Paris. Peut-être, aussi, la curiosité sur ce qui s’était passé pendant son absence… Ou alors, était-ce une envie sourde, de son inconscient, de retrouver celle qu’il avait rencontré à Paris, pour déjouer le destin ?... Aussi, il se retrouva régulièrement au Straycat, sans pour autant y rencontrer celle qu’il attendait… Jusqu’au jour où, assis sur les chaises hautes devant le bar, dos à l’entrée, un parfum qu’il avait bien en mémoire apparut au milieu de tous les autres présents dans la pièce… Pas d’erreur, il s’agissait bien de Serenity…
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Ven 3 Avr - 17:47 (#)

Jouer contre le destin ?
Alexander & Serenity



"Nous y sommes, Madame Strokes."

La voix l'avait ramenée au présent et la brune avait alors glissé quelques billets dans la main du chauffeur de taxi. Un conducteur habile, souple, peu bavard, dont elle avait tant pris l'habitude de commander les services qu'elle hésitait de plus en plus à le débaucher pour en faire son chauffeur personnel. Ce serait un salaire de plus à ajouter à ceux qu'elle avait déjà pris à son service, mais avait-elle vraiment le choix ? Elle ne pourrait plus conduire, elle avait dû s'y résoudre, alors un chauffeur attitré ne serait pas vraiment un caprice. Et quand bien même, qui pourrait de toute façon lui en faire la désagréable remarque ?

Un léger sourire étira ses lèvres à ce constat. Elle avait perdu la vue, avait dû se réadapter à bon nombre de choses, le chemin était d'ailleurs encore loin d'être fini, mais elle n'avait certainement pas été volé de son statut. Serenity y veillait, peut-être encore plus qu'avant. Son handicap ne serait pas une faiblesse, ou du moins jamais face aux autres. Et lorsqu'elle sortit du véhicule, ce fut avec l'assurance d'une reine, la tête haute, et les talons farouchement plantés sur le trottoir qui longeait le Straycat...

Depuis combien de temps n'était-elle pas revenue ici ? Deux mois ? C'était avant cette terrible nuit, de cela Ser en était certaine. La date exacte lui échappait, et peu importait finalement. Une cigarette entre les lèvres, elle prit le temps de se remémorer l'endroit. L'entrée était large, une double porte facilement ouvrable. Les premières tables étaient à quelques mètres, et le bar quasiment en face. Si aucun concert n'avait lieu, il y aurait peu de personnes debout, et elle pourrait gagner le comptoir sans encombre. En théorie. Sa bouche marqua une petite grimace, avant d'exhaler un filet de fumée. Elle y arriverait. Elle avait réussi à maintenir ses contrats les plus importants malgré le désastre de la soirée d'Halloween, ce n'était pas la traversée d'un bar qu'elle connaissait parfaitement qui allait la rebuter !

Le mégot fut abandonné dans un cendrier extérieur et elle poussa d'une main la porte. La musique et le brouhaha des voix lui parvinrent aussitôt, emplissant son ouïe comme une bourrasque, la faisant s'arrêter net quelques secondes. Il y avait du monde, mais aucun groupe ne jouait, c'était une chance. Et pour pallier au sens terriblement manquant, la brune projeta son esprit autour d'elle, effleurant ceux alentours sans les toucher de son don, ne s'en servant que pour évaluer plus ou moins la distance de chaque client. Avec une lenteur sans doute plus accentuée qu'à l'ordinaire, Serenity gagna le bar, et lorsque sa main se posa sur le dossier de l'une des hautes chaises, elle ressentit un certain soulagement. Son visage, dissimulé derrière sa paire de lunettes de soleil, gardait des traits lisses et cet air confiant, pourtant cela avait été presque avec horreur qu'elle avait constaté la tension inconsciente qui l'avait habitée jusque là. Ses doigts se décontractèrent pour tirer la chaise où elle s'installa avec élégance, commandant un verre de vin au barman.

Ce ne fut qu'alors qu'elle se rendit compte que l'un des esprits qui flottaient près d'elle ne lui était pas inconnu. Elle ne pouvait mettre un nom dessus sans s'en approcher plus et user de son pouvoir, mais ce qu'elle en distinguait éveillait en elle un sentiment de déjà vu suffisant pour attiser sa curiosité. Alors la jeune femme se tourna dans la direction devinée, lança un sourire tout en ôtant de la chaise vide à ses côtés le sac qu'elle y avait déposé. Une invitation à la rejoindre, un piège pour celle ou celui dont elle ne connaissait l'identité ni ne voyait le visage. Qu'elle espérait ne pas regretter...

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Ven 3 Avr - 18:17 (#)

Le loup observait l’entrée de la reine. Bien qu’un peu lente, la démarche assurée et la tête haute ne laissaient paraitre le moindre handicap. Alexander était loin de se douter de l’état de la jeune femme. Leurs échanges de regards malicieux et joueurs à Paris avaient, à priori, été les derniers… La jeune femme s’installa au bar et commanda un verre de vin. Le regard du loup décrivait les contours de la silhouette qui lui plaisait toujours autant, aussi attirante que dans ses souvenirs…

Tout à coup, alors qu’il ne s’y attendait pas et pensait ne pas avoir été vu, Serenity se tourna vers lui, un sourire aux lèvres, tout en faisant de la place pour l’inviter à la rejoindre. Delarose saisit le verre de vin qu’il avait devant lui et se mit en marche. Après tout, il ne pouvait pas refuser une telle invitation… Après tout, c’est elle qu’il venait chercher ici très régulièrement…

En approchant de sa future place, il posa son verre sur le bar et, tout en posant une main sur l’épaule de la jeune femme, il vint lui murmurer doucement à l’oreille :


« Je vous ai déjà dit que le vin qu’ils servaient ici ne valait rien non ? »

Sourire aux lèvres, profitant de cette proximité, il huma doucement le parfum qui se dégageait de Serenity, fermant un instant les yeux pour mieux en apprécier les essences… Un parfum de passion qui lui faisait tourner les sens et chauffer le sang… La main descendit doucement de l’épaule jusque dans le bas du dos tandis qu’il prenait place à côté de la jeune femme.

S’adressant au barman, le ton froid, sans même le regarder, ses yeux pris par son interlocutrice :


« Remettez-moi la même chose »

L'homme en face s'exécuta rapidement. Puis à Strokes, sur un ton bien plus chaud et doux, enjoleur :

« Je croyais me souvenir que vous veniez souvent dans ce bar. Ça fait plusieurs fois que j’y suis, mais c’est la première fois que je vous y retrouve. »

Le loup jeta un coup d’œil autour de lui. Heureusement, aucun des visages dans la salle ne ressemblait de prêt ou de loin à ceux qui avaient foutu en l’air leur jeu lors de leur précédente rencontre en ces lieux. Un soulagement. Peut-être. Il n’y avait plus qu’à espérer qu’on ne découvrirait pas un nouveau cadavre dans les toilettes…

Le regard de Delarose se tourna ensuite vers le miroir du bar, se plongeant dans le noir des lunettes de la jeune femme, prêt pour cet échange de regard dont ils avaient pris l'habitude à leurs rencontres...

« Est-ce que votre bar préféré aurait changé d’adresse ? Le vin d’ici vous aurait finalement fait fuir pour des lieux plus enclins à la qualité ? »

Le barman remplit le verre de vin du loup, qui ne se fit pas prier pour le reprendre en main et en boire une nouvelle gorgée, attendant avec impatience les réactions de sa partenaire de jeux…


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 5 Avr - 17:31 (#)

Jouer contre le destin ?
Alexander & Serenity



Quand la main masculine se posa sur elle, la jeune femme tressaillit imperceptiblement, surprise de ce contact qu'elle n'avait pas anticipé ni même songé. Mais en reconnaissant la voix de l'homme, le malaise disparut instantanément, remplacé par un chaud courant électrique qui glissa le long de son échine avant de se diffuser dans tout son corps. Elle sourit, tout en l'écoutant, faisant lentement tourner le vin à l'intérieur de son verre avant de reporter celui-ci à ses lèvres. Il avait raison, il y avait bien mieux ailleurs. Ne serait-ce que chez elle, sa cave n'était composée que de grands crus, principalement importés de France. Mais jamais Serenity n'était venue dans ce bar pour sa carte des boissons, et ce n'était pas ce soir là que les choses allaient changer.

"J'ai été relativement occupée ces derniers temps... Des priorités à revoir, des contrats à retravailler...Des choses relativement ennuyantes mais nécessaires."

La brune se tourna vers Alexander, ses lèvres toujours étirées dans ce sourire ravi de le retrouver. Et surtout d'apprendre qu'il était là pour elle. C'était une révélation, toute aussi agréable qu'elle était, relativement surprenante. Chacune de leurs précédentes rencontres avaient été plaisantes et prometteuses, mais aucun des deux n'avait laissé entendre à l'autre qu'un nouveau tête à tête préparé pourrait être au programme. Intriguée, Ser reprit alors la parole, d'une voix plus basse, d'un ton presque complice :

"Ceci dit, vous n'êtes pas très bon limier si vous vouliez me retrouver... A moins que ceci ne soit qu'une excuse pour justifier votre présence ici, et votre passion cachée pour le vin qui y est servi."

Elle se redressa contre le dossier de sa chaise, amusée, provocatrice, joueuse comme cela convenait entre eux. La présence de l'homme à ses côtés illuminait cette fin de journée, heureuses retrouvailles en ces temps obscurcis. Serenity effleura du revers des doigts ceux de son interlocuteur en déposant son verre, et elle tenta de se remémorer les traits de l'homme. Ce qui occurra un délicieux frisson dans chaque parcelle de son âme quand le visage décidé et charmeur du brun prit vie derrière les pupilles éteintes de l'entrepreneuse, que les lèvres pleines et parfaitement dessinées se distinguèrent, et que les yeux clairs s'emplissaient de sous-entendus sulfureux. C'était un très bel homme, au charme certain, sûr de lui, qui en usait et en abusait, à son instar. Et c'était peut-être pour cela que Ser ressentit un pincement quasi douloureux au coeur et à l'ego, comprenant qu'elle ne pourrait plus lui rendre la pareille et qu'il se détournerait sans doute, pour chercher une nouvelle partenaire de jeu.

"Quant à d'autres endroits... J'en connais bien d'autres en effet, d'une qualité dont vous n'avez pas idée, Alexander."

Mais après tout, tant qu'il n'en savait rien, autant continuer encore un peu. Elle ne ressentait même pas de gêne à lui masquer son handicap, encore moins de culpabilité. Le plaisir de l'échange était intact, une fois balayées les vagues remises en question de l'orgueil. Et qui sait, peut-être même le piègerait-elle suffisamment pour qu'il puisse passer outre ce léger changement.

"Donc vous êtes revenu de Paris... Il y a longtemps ? Vous n'êtes que de passage à Shreveport ou vous venez définitivement gonfler les rangs de ses habitants ?"


made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 6 Avr - 2:03 (#)

Au premier contact, Alex avait senti la jeune femme se tendre un instant, comme s’il avait été une menace. Elle avait pourtant bien souri en l’invitant à venir le rejoindre… Un détail me direz-vous. Mais le diable se cachait souvent dans les détails. Le loup laissa néanmoins de côté ses instincts qui sonnaient une première alarme et se contenta simplement d'apprécier à nouveau les tonalités de la voix qu’il entendait. Contrats et priorités, ennuyantes mais nécessaires… Comme lui, la jeune femme semblait ne trouver aucun plaisir dans la paperasserie. A la différence de lui, elle se devait, à priori, de travailler pour vivre.

Il tourna à nouveau son regard directement vers elle, imitation de mouvements. Delarose se permit un léger rire à l’évocation de la qualité du vin et des raisons pour lesquelles il se trouvait. Il les lui avait données, sachant qu’il se dévoilerait un peu plus qu’elle, mais peu lui importait… Après tout, c’était un troisième rendez-vous… Il fallait bien sacrifier quelques pions pour gagner une partie...


« Je suis revenu il y a quelques semaines de cela oui… Et je crois bien ne pas avoir planifié d’autres voyages à l’étranger pour les semaines à venir… Quant à l’aspect définitif de mon installation, disons que pour résidence principale, Pinecrest n’est pas trop mal comme quartier… »

Il prit une gorgée de vin rouge en bouche non sans glisser une nouvelle fois son regard le long de la silhouette à côté de lui. Si elle avait pu voir ses yeux à ce moment-là, elle y aurait vu un désir brûlant, plus intense que tous ceux qu’elle aurait pu voir lors de leurs précédentes rencontres. Alexander se concentra à nouveau sur la conversation. Ce n’était pas le moment de perdre ses moyens… La bête devrait attendre son tour pour jouer son rôle… Tout était sous contrôle.

« Quoiqu’à vrai dire, je vis dans un duplex un peu petit, et malgré les terrasses relativement grandes, cela manque de grand espaces verts, d’arbres et de nature sauvage… Mais la vue est imprenable sur le reste de la ville. Cela compense quelque peu... »

Si l’on pouvait planter de petits arbres, installer une piscine suspendue et faire pousser des zones de gazons pour faire croire à des espaces naturels, il était malheureusement impossible de faire vivre du gibier sur une terrasse, peu importe sa taille. Il n’y avait donc aucune possibilité de chasser quand l’envie vous en prenait, si jamais vous étiez chasseur…

« Mais bon, je m’égare, nous ne sommes pas là pour parler de mon appartement… Je vous ferai visiter si l’occasion se présente... un jour. »

Une invitation réciproque, comme celle qu’il s’apprêtait à saisir.

« Revenons plutôt à ces autres endroits avec une qualité de vin sans égale. Est-ce une promesse que vous pourriez tenir à tout moment ? Parce que si tel était le cas, je serais prêt à prendre la route à la minute pour les découvrir avec vous ma chère Serenity… Et sinon, j'ai quelques adresses en tête également... »

Il marqua un léger temps de réponse avant d’ajouter :

« Et puis, vous pourrez peut-être aussi enlever ces lunettes noires qui me cachent votre visage et vos yeux… »

Sans attendre de réponse, parce que finalement, le vin ne méritait pas de rester plus longtemps ici, et qu’il avait envie de plus d’intimité, il descendit de sa chaise et posa sa main sur celle de Serenity pour l’inviter à quitter les lieux, un sourire charmeur aux lèvres, son regard cherchant celui de la jeune femme à travers le noir de ses lunettes...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 6 Avr - 16:23 (#)

Jouer contre le destin ?
Alexander & Serenity



Leur jeu prenait un nouveau tournant, initié par un chasseur visiblement satisfait d'avoir trouvé sa proie, mais loin d'en être encore repu. Elle venait à peine d'arriver, n'avait même vraiment goûté à l'ambiance du lieu, mais en partir pour un autre peut-être plus intime, plus confortable, ou en tout cas plus "qualitatif" n'était pas pour déplaire à la jeune femme qui glissa un billet près de son verre avant d'offrir sa main à celle du garou. Celui-ci ignorait à quel point il l'aidait ainsi, en la guidant entre les quelques client qui se tenaient entre eux et la sortie, et elle s'arrangea même pour glisser ses doigts plus haut sur le bras masculin, s'y tenant l'air de rien, à l'instar d'un couple qui projetait bien d'autres choses que le partage d'un mauvais verre de vin...

Une fois à l'extérieur, la brune réajusta sa veste sous un frais courant venteux hivernal et abandonna le bras de son partenaire pour sortir de son sac une cigarette et un briquet. Avec soin, elle remit tout en place dans son sac, veillant à ne pas intervertir les objets s'y trouvant. Depuis que ses yeux s'étaient éteints, Serenity avait dû prendre l'habitude de ranger chaque chose à l'éternelle même place pour ne pas perdre un temps infini à les retrouver ou devoir demande une aide qu'elle exécrait. Son appartement lui avait d'ailleurs paru trop spacieux les premières semaines, et elle s'était employée à le réarranger de la façon la plus ergonomique et optimale possible pour y vivre en autonomie sans trop de difficultés... Ce fut donc entre deux bouffées de nicotine qu'elle avoua :

"Depuis notre dernière rencontre, certaines choses ont changé... De façon irréversible. Et pour être honnête, j'ignore comment vous pourriez y réagir. Certains... se sont détournés immédiatement. D'autres ont été intrigués avant de partir. Ceux qui restent... sont des proches de confiance. Je ne vous connais pas assez vous deviner dans quel clan vous serez."

Elle eut un sourire, finalement curieuse de savoir quelle facette Alexander allait démontrer. S'il fuyait, elle userait sans regret de son don sur lui, l'obligerait à l'oublier, et se détournerait de lui sans rien attendre de plus. S'il restait... la partie continuerait.

La brune avait ôté ses lunettes, repliant les branches pour les fourrer dans son sac à leur tour. Elle avait tourné son visage vers l'homme, posant sur lui ses yeux voilés de gris, aux iris insensibles à la lumière et aux couleurs. Un filet de fumée s'échappa de ses lèvres ourlées, s'évaporant entre eux, en même temps que le silence qu'elle brisa d'une voix pleine de défis :

"Qu'en dites-vous alors ? Un autre verre ? Un autre lieu ? Ou un adieu ?"


Une dernière fois, Serenity porta le tube blanc à sa bouche, provocante à souhait, d'un geste empli d'une sensualité débordante. Elle exagérait volontairement, poussant à l'extrême les non dits de leur entretien, cherchant les limites de son comparse. Les rôles s'inversaient, la proie devenait chasseresse, tenant entre ses griffes séductrices l'homme qui avait maintenant le choix d'y rester ou de s'en extraire. Le tout à ses risques et périls.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 6 Avr - 17:24 (#)

Les deux partenaires s’avancèrent parmi la petite foule qui commençait à remplir le bar, pour se frayer un chemin jusqu’à la sortie. Une fois dehors, ils marquèrent une pause qui fut l’occasion de quelques révélations pour la jeune femme…

La mélodie jouée par la voix aussi douce que confiante de la jeune femme raconta doucement une histoire qui prit vie dans l’esprit du loup… Au fur et à mesure que les mots sortaient d’entre ses deux fines lèvres, les éléments du puzzle qu’avait assemblé la bête se dévoilaient à l’homme. Les détails, insignifiants trouvaient leur explication…

Quand les lunettes furent rangées et que la jeune femme tourna finalement son visage vers celui de son partenaire de jeux, la fin de l’histoire fut révélée. Au lieu des pupilles brunes qu’il avait pris l’habitude de voir, c’était un voile gris de silence. Au lieu de ce regard passionné et joueur, il y avait maintenant un brouillard mystérieux…

Les deux yeux bleus du loup restèrent fixés un court moment dans ceux de la jeune femme. Était-ce une cécité complète ou partielle ? Peu lui importait. Il y avait d’autres moyens de voir en ce monde. La jeune femme n’avait rien perdu, ni de sa beauté, ni de son charme. Bien au contraire, joueuse, elle l’avait dupé depuis son entrée dans le bar. La confiance dont elle faisait preuve forçait encore plus l’admiration qu’on pouvait lui porter. Un sourire léger se dessina à nouveau sur ses lèvres. Le ton de la voix toujours aussi enjôleur, traduisant ce désir inchangé.

Du revers du doigt, il vint caresser la pommette de la jeune femme, descendant lentement vers ses lèvres, un léger soupir accompagnant le mouvement… Il se saisit alors de la cigarette et la porta à sa propre bouche.

« Vous me proposiez une cigarette, avant. »

Il ne faisait pas comme s’il n’y avait rien mais continuait simplement leur jeu, donnant l’élément de réponse avant même langage. Le sourire s’étira encore un peu, avant de poursuivre :

« Je suis mon propre clan. Vous devriez le savoir… »

Il souffla à son tour la fumée avant de rapatrier le bâtonnet blanc jusqu’à sa propriétaire, là aussi, avec une lenteur qui se voulait d’une caresse bien déterminée, suivant la ligne de sa lèvre inférieure.

« Ma voiture n’est pas loin alors ce sera un autre verre, dans un autre lieu, et bien loin de moi l’idée d’un adieu. »

Un léger soupir amusé tandis que sa main venait à nouveau prendre celle de la jeune femme, avec exactement la même délicatesse que dans le bar. Rien n’avait changé dans son comportement.  Il se mit à avancer vers le parking situé quelques mètres plus loin, tranquillement, sur une vitesse promenade.

« Alors dites-moi, que préférez-vous ? Choisir la destination, ou bien l’activité et la boisson ?... Sachant que je place les contraintes suivantes : la destination choisie ne peut pas être le bar que l’on vient de quitter et doit nous permettre d’échanger sans perturbation, et pour la boisson… disons qu’on ne peut pas faire pire que ce qu’on vient de boire, alors… »

Un nouveau sourire accompagné de son soupir tandis que sa main droite glissait le long de la carrosserie pour ouvrir la portière côté passager et que l’autre descendait dans le bas du dos de la jeune femme pour accompagner son entrée dans le véhicule…
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mar 7 Avr - 16:30 (#)

Jouer contre le destin ?
Alexander & Serenity



Le voilà qu'il se permettait d'ôter sa cigarette avec l'assurance de l'homme persuadé de son bon droit et la malice du joueur qui déplaçait ses pions à la perfection, à l'instar des doigts qui se promenaient sans innocence sur le visage de la brune. Elle le laissa faire, profitant de ce bref mais agréable contact, satisfaite de le voir poursuivre et ne pas se préoccuper plus que cela du changement intervenu sur elle. Evidemment, elle aurait été déçue s'il avait choisi la fuite, lui qui démontrait un caractère au moins aussi fort que le sien. Mais en matière d'hommes, Serenity avait appris à se méfier, bon nombre était capable du meilleur avant de se révéler faible et lâche. Ce fut ainsi dans un sourire franchement amusé qu'elle tittilla son séduisant interlocuteur :

"Vous aimez donc la routine ? Je n'aurai pas cru. Je tâcherai d'y penser à la prochaine."

La jeune femme lui laissa les commandes pour la suite, se laissant guider jusqu'au parking et à la voiture d'Alexander. Elle se demanda un instant quel genre de véhicule il pouvait conduire. Quelque chose de très cher, assurément. Luxueux et confortable. Rapide, peut-être. Etait-il de ceux qui compensaient leur triste aptitude sexuelle par une voiture tape à l'oeil et imposante ? Quel gâchis ce serait... Elle s'y installa avec précaution, soucieuse de ne pas se cogner ou coincer un talon on ne savait où, tout en réfléchissant à l'endroit où ils pourraient continuer leur tête à tête. Il y avait ce bar où elle avait organisé une exposition de photographies pour un ami des mois plus tôt et où le serveur lui avait démontré une parfaite connaissance des vins. Ou le bar de l'un des restaurants les plus huppés de Shreveport, qui se targuait d'avoir en son sein un sommelier français. Des lieux tout à fait conviviaux, idéaux pour passer un moment plaisant...

"Et bien... Puisque vous n'avez pas de chauffeur, je pense qu'il serait tout à fait déraisonnable d'aller dans un autre bar pour y boire. Je ne souhaiterai pas risquer un quelconque accident ou une rencontre avec la police du coin. Aller chez vous... ce serait un piège pour moi, je ne pourrai pas y circuler sans devoir vous demander de l'aide ou sans prendre des précautions inconciliables avec la dégustation d'un verre. Il ne reste donc que mon appartement. Je ne possède que de grands crus. Et j'ai un canapé très confortable si vous vous endormez."

... mais souhaitaient-ils vraiment un moment "plaisant" ? La brune donna donc au loup son adresse, située à une dizaine de minutes de là, dans une opulente rue du quartier. Il pouvait évidemment choisir d'aller ailleurs sans lui dire, elle n'en remarquerait rien avant un moment, mais ce serait tenter un coup de poker potentiellement dangereux.

"Je vous laisserai y choisir l'activité, que vous ne vous sentiez pas spolier dans cet accord."

Une main vint se poser délicatement sur la cuisse du conducteur, le bout des doigts remuant juste assez pour se faire sentir à travers le tissu. Ser se pencha en même temps vers le brun, pour finir avec délice :

"Si vous le désirez, bien sûr."

La pression s'accentua imperceptiblement avant de disparaitre lorsqu'elle retira sa main, se redressant en même temps, un sourire tentateur flottant sur ses lèvres.

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mar 7 Avr - 17:38 (#)

Quelques secondes après que sa passagère fut installée, et non sans un rapide coup d’œil aux alentours, plus par instinct de préservation que par inquiétude d’être vu, le loup se retrouvait lui aussi assis dans la Lamborghini, le regard tourné vers la belle. Elle, venait de se lancer dans une argumentation logique sur les choix qu’elle avait, et qui les mèneraient, tous les deux, de façon tout à fait justifiée, dans son appartement…

Un nouveau sourire se dessina sur les lèvres de l’homme quant à la logique implacable de l’explication et à quelques mentions ci et là dont le seul objectif était de le provoquer un peu plus dans ce jeu qu’ils avaient tous deux initiés. La voix aussi provocatrice que délicieuse avait l’effet escompté. Ou alors était-ce la main tentatrice et joueuse qui était venu se poser sur sa jambe… Du temps… Il se fit violence pour garder son calme et poursuivre, avec un ton qui trahissait légèrement ses désirs…


- Un canapé très confortable… et le choix de l’activité à y pratiquer…

Erreur de phrasé de sa part ? Probablement pas. Un nouveau sourire accompagna sa fin de phrase alors que le bruit des chevaux se mettant mouvement se faisait entendre dans la rue. Un bruit lent et lourd, de l’attelage prêt à partir au gallot…

- Cela me parait, plus que parfait.

Le véhicule se mit en mouvement. Le loup connaissait la rue et n’eut pas besoin d’activer un quelconque GPS pour se rendre à destination. Sous le capot, les chevaux restèrent néanmoins au trot. Ni trop rapide, ni trop lent. A la juste vitesse nécessaire à un voyage agréable pour les corps et les oreilles…  Un voyage « plaisant » … juste plaisant, celui-là en tout cas...

Pendant le trajet, Delarose essaya de s’imaginer l’appartement de la jeune femme. Classe et sombre. Sexy. Mystérieux, peut-être un peu. Rangé et soigné. Probablement ? Vu sa situation, elle devait soit avoir un rangement logique et ergonomique lui permettant une autonomie totale, soit une aide pour s’y retrouver. Des deux propositions, c’était bien la première que lui préférait le loup. Peut-être parce que lui-même aimait l’ordre… Il n’était certains d’être tout à fait objectif sur les éléments de réponse qu’il avait en sa possession.


- Depuis quand habitez-vous ce quartier ? J’y suis passé peu de temps avant mon départ pour la France. Mais je ne l’ai pas trouvé totalement à mon gout. Trop animé de nuit. Trop de lumière… Je ne sais pas…

Un coup de volant, ils étaient arrivés devant chez Serenity.

- Nous y voilà…

L’impatience qui aurait pu être perçue un peu plus tôt était maintenant de nouveau sous contrôle. Le ton n'en était pas moins chaud et charmeur... Le loup descendit du véhicule et vint à nouveau ouvrir la portière à la belle, en parfait gentlemen. Une belle façade tant la bête brûlait du désir allumé par leurs trois rencontres. Encore une fois, sa main trouva une place dans le bas du dos de la jeune femme, très en bas cette fois, pour l’accompagner vers son appartement, la laissant légèrement devant, de sorte qu’elle puisse les guider vers les bonnes portes et bons étages… A quel jeu allaient-ils se livrer une fois arrivés ? D’ailleurs fallait-il attendre d’être arrivés…
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 8 Avr - 17:38 (#)

Jouer contre le destin ?
Alexander & Serenity



"J'ai habité un autre appartement lors de mon arrivée, mais celui-ci, je l'ai acheté il y a trois ans. Et c'est justement l'animation des rues qui m'a séduite. J'ai grandi dans le calme, mais je n'ai jamais vraiment apprécié. J'aime sentir la vie autour de moi... Et pouvoir choisir la tranquilité ou l'effervescence en quelques instants. La situation de mon appartement est parfaite pour ça. Vous le constaterez par vous-même."

Elle ponctua sa phrase d'un sourire entendu, juste avant qu'ils n'arrivent devant l'immeuble où elle résidait. La jeune femme salua le gardien qui vint leur ouvrir la porte, habitude prise depuis l'arrivée de sa cécité et qui lui faisait gagner quelques points auprès de la brune, ainsi que des pourboires réguliers. L'homme ne prêta d'ailleurs aucune attention à Alexander, accoutumé également de découvrir Serenity en galante compagnie... Le duo gagna ainsi l'ascenseur, qui fit défiler les étages jusqu'au huitième. Accompagnées d'une douce musique d'ambiance, les portes métalliques s'ouvrirent sur un couloir lumineux, et la brune rejoignit l'une des deux entrées qui donnaient sur le pallier en commentant :

"Mes voisins sont rarement là."

La jeune femme invita ainsi le beau brun à pénétrer chez elle, lui laissant découvrir son intérieur au style industriel. Bois et métal se mêlaient, depuis les meubles jusqu'aux lustres, s'accordant parfaitement aux murs aux teintes à dominantes blanche et grise. Quelques plantes et fleurs égayaient l'ensemble, ainsi que de grandes photographies disséminées ça et là. Serenity abandonna ses escarpins dans l'entrée, goûtant avec plaisir à la sensation du parquet sous ses pieds nus, et délaissa sans plus de cérémonie sa veste et son sac.

"Venez. Faites attention, il y a une marche pour descendre au salon."

Elle évoluait chez elle sans encombre, ne glissant que de temps à autre le bout de ses doigts sur un meuble pour se repérer. D'un geste de la main, elle indiqua à Alexander le grand canapé d'angle qui trônait au milieu de la pièce, tandis qu'elle sortait d'un placard deux verres puis une bouteille d'un autre, qui dissimulait une cave à vin réfrigérée.

"J'ai demandé à ce que les bouteilles soient rangées par région. Si je ne me trompe pas, ce doit être un Bordeaux. Un Grand Cru, quoi qu'il en soit."

Avec grâce, Ser gagna le canapé, tendit à l'homme la bouteille et un tire-bouchon, et déposa les verres sur la table basse devant eux. Par commande vocale, elle lança un fond de musique, et s'installa à côté de son invité.

"Puis-je vous demander de l'ouvrir ? Nous pourrions commander de quoi manger... Je connais un délicieux traiteur... De quoi auriez-vous envie ?"

Par un heureux hasard, sans aucun doute, le pied de la jeune femme frôla la jambe du loup. Mais il n'y eut rien de plus, et elle s'adossa à son aise dans les coussins du canapé.

"Et surtout... pourquoi me cherchiez-vous alors ? Vous ne m'avez pas dit. Vous avez un événement à organiser ? Une soirée particulière qui nécessiterait mes talents ? J'ai un emploi du temps un peu plus calme en ce moment, vous avez de la chance. Sans ça, vous auriez dû prendre rendez-vous."

Tout cela n'était pas demandé juste par jeu. Une part d'elle s'interrogeait réellement sur la raison qui avait poussé un homme comme Alexander, au charme évident pour gagner la compagnie de qui il souhaitait, à revenir dans un bar qu'il n'appréciait pas pour la retrouver...

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 8 Avr - 19:07 (#)

L’animation des rues contre le silence de l’appartement… La jeune femme n’appréciait pas le calme mais la vie, lui, aimait, la majorité du temps l’absence de bruit, pour ne laisser place qu’aux mélodies du piano, ou des ébats…

Quand ils arrivèrent devant l’immeuble de la belle, le gardien vint lui ouvrir quasi immédiatement, la portière, ne prêtant strictement aucune attention au conducteur. Cela irrita quelque peu notre loup, qui avait l’habitude d’être servi correctement, dans le plus grand silence. Mais l’heure n’était pas aux remontrances. Il reviendrait plus tard expliquer à cet humain comment bien se comporter… Delarose se contenta de suivre la belle à l’intérieur… Huit étages plus tard, les deux partenaires de jeux s’engageaient dans un couloir bien trop lumineux. Mauvais point. Des voisins peu présents, par contre, ça, ça valait bien quelques bons points.

A l’invitation de la jeune femme, il fit un premier pas dans son appartement avant de marquer une pause et de contempler un peu plus en détail ce nouveau lieu. Cela correspondait globalement à ce qu’il s’était imaginé… La première impression était plutôt bonne. Il glissa sa main sur un des meubles en bois de l’entrée, tandis que son regard observa un instant les pieds nus de la belle sur le parquet… Elle se déplaçait avec une aisance déconcertante. Cela ne faisait pourtant pas si longtemps qu’elle était touchée par la cécité… Cela démontrait une capacité d’adaptation élevée et un instinct de survie développé. Des autres bons points pour la belle aux yeux du loups…

Il l’imita, en retirant ses propres chaussures, puis s’avança un peu plus dans l’entrée pour la suivre, d’abord, puis pour finalement rejoindre le canapé. Lorsqu’elle l’interpela, frôlant involontairement sa jambe avec la sienne, le loup lâcha un léger soupir d’amusement…

- Donnez…

Il prit la bouteille et entreprit de l’ouvrir tout en continuant la discussion.

- L’heure est déjà bien avancée en effet, on pourrait commander, histoire avoir de quoi se mettre sous la dent au moment où… l’envie s’en fera ressentir…

Plop ! la bouteille est débouchée puis reposée sur la table pour laisser aérer… Le loup posa son bras au-dessus du dossier de canapé, se tournant vers son interlocutrice...

- Hum, je suis plutôt viande rouge d’habitude, mais… surprenez-moi.  

Il marqua une courte pause avant de reprendre :

- Pourquoi vous ai-je cherché ?...

Il fit mine de réfléchir avant de poursuivre :

- Je vais vous dire. Je n’ai aucun évènement à organiser, pour l’instant. Je n’ai pas, je crois, besoin de vos talents de professionnelles de l’évènementiel pour une soirée particulière, quoi que, en partie peut-être… Rien de tout cela. Je ne me serais pas déplacé pour ce genre de trucs… Non, si je vous ai cherchée, c’est parce que j’avais simplement envie de vous revoir, vous. C’est à titre personnel que je vous veux. Le temps à Paris était bien trop court et j’avais le sentiment de quelque chose d’inachevé…

Il marqua une courte pause, se tournant pour remplir les deux verres, sans respecter la limite imposée par la règle de l’art. Puis de sa main il prit celle de la jeune femme et lui plaça le récipient entre les doigts… Le ton de la voix était doux et calme… Son bras revint retrouver sa place le long du dossier, effleurant l’épaule de Serenity.

-  … que le jeu pouvait encore continuer… Et je suis persuadé que vous avez ressenti exactement la même chose. Sinon pourquoi m’auriez-vous prévenu de ces « changements » ? Et n’essayez pas de me faire croire que vous ne faites business qu’avec ceux qui sont « proches » et de « confiance » ?

La voix était joueuse et il y avait toujours ce sourire sur les lèvres du loup. Le sourire du joueur pensant avoir gagné une partie, satisfait, mais qui veut plus, beaucoup plus que cela. Le sourire de celui qui apprécie l’instant présent pour ce qu’il est. Le sourire de celui qui ne regrette aucunement les choix qu’il avait fait. Le parfum de la jeune femme remplissait l’appartement et Damachus s’en enivrait bien plus que le vin…

Le verre retrouva la table de salon et la veste de costard fut posée sur le dossier derrière lui.
L’instant d’après, Delarose était à nouveau debout dans la pièce et se dirigeait vers les photographies recouvrant les murs, d’un pas lent…


- Dites-moi ce que vous lisez et je vous dirai qui vous êtes… Un truc comme ça… Pensez-vous que cela s’applique aussi à ce qui vous entoure ? A ce que vous aimez regarder, manger ? Aux musiques que vous écoutez ?... Et si oui, ces photographies accrochées aux murs sont-elles… vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Ven 10 Avr - 17:18 (#)

Jouer contre le destin ?
Alexander & Serenity



Serenity écoutait son hôte avec attention, se fiant autant à sa voix qu'aux infimes bruits de froissements de tissus ou de pas pour deviner où il se trouvait. Elle regrettait de ne plus pouvoir le voir, de ne plus pouvoir contempler ses traits, admirer sa silhouette et sa carrure, se perdre dans le bleu de ses yeux et dans l'éclat de son sourire assuré. Elle se souvenait fort heureusement relativement bien du visage de l'homme, et en conclut qu'elle trouverait de toute évidence d'autres moyens de rétablir les souvenirs manquants. Mais pour le moment...

"Vous auriez préféré le découvrir plus tard ? Une fois ici ? Vous pardonnerez mon orgueil Alexander, mais si un homme souhaite me fuir à cause de ma cécité, je préfère que cela ait lieu avant d'arriver chez moi. Sans compter que cela m'évite de divulguer mon adresse à des gens sans intérêt."

Elle porta son verre jusqu'à ses lèvres. Le parfum était divin, prometteur d'un excellent cépage, et d'un vin tout en velours. Le breuvage parfait pour l'échange qui se tramait entre eux, pour cette pièce qu'ils jouaient ensemble, dans laquelle ils s'accordaient à merveille, et dont ils connaissaient la fin, ou du moins pouvaient-ils la deviner. Des mois que la comédie s'était mise en place, en touches successives aussi courtes que délicieuses. Ils étaient autant acteurs que spectateurs, conquis quoiqu'il en soit par le scénario. Et les scènes se succédaient pour le moment sans mauvais raccord.

"Toutefois... J'espère que vous ne me... "voulez" pas pour m'accrocher à un quelconque tableau de chasse. Je ne suis ni à vendre ni à posséder. N'oubliez pas le mot que j'avais employé lors de notre première rencontre. Ce qui se passe n'est qu'une... bulle... hors du temps."

La brune eut un sourire, et prit une gorgée de vin. Au fond d'elle, quelque chose lui disait qu'Alexander pourrait bien être l'un des très rares qu'elle revoyait. Cela serait très certainement agréable, elle n'en avait aucun doute. Mais une autre part, plus instinctive, l'obligeait à imposer ces barrières. Parce qu'il était justement trop attirant, trop semblable à elle, trop à son goût. Et qu'elle ne voulait plus de ce genre d'hommes dans sa vie. L'image de son ex-mari s'imprima un fugace instant dans son esprit, et Ser masqua un soupir derrière son verre. Ce n'était pas le moment de tergiverser là dessus.

"Je dirai que certains aiment s'entourer de choses pour paraître uniquement. Leur univers est un faire-valoir pour leur propre personne. Combien ne prétendent aimer tel auteur ou tel réalisateur que pour se donner un certain air ? Je vous laisse deviner en ce qui me concerne... Coréen cela vous tente ?"


La jeune femme se releva pour retrouver son sac et en sortir son portable. Elle activa le mode vocal de celui-ci, passa un appel vers le dit traiteur, et avertit le loup tout en revenant dans la pièce :

"Dans trente minutes. Ils sont toujours très ponctuels."

A pas feutrés et légers, Serenity rejoignit l'homme et glissa sa main sous son bras tout en faisant mine de regarder les photographies qu'elle ne voyait plus.

"Alors, vous êtes vous décidé ? Qui suis-je ?"

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Sam 11 Avr - 1:18 (#)

*Une bulle hors du temps…* Ils se jouaient du tic et tac régulier de la trotteuse de l’horloge, s’isolaient de toute perturbations extérieures, pour profiter de leur jeu, à eux deux… Aucun ne voulait vraiment gagner, mais personne n'était non plus prêt à perdre. Finalement, ne voulaient-ils peut-être pas que le jeu s’arrête, tout simplement ?...

Il aurait presque ajouté, pour la rassurer, qu’il n’avait aucunement l’intention de l’acheter. Quant à la posséder, il ne pouvait lui faire aucune promesse. Cependant, elle n’était pas le genre de femme à demander à être rassurée. Il n’était pas le genre d’homme à chercher à jouer au chevalier blanc… Alors le loup se contenta de garder le silence…

Absorbé qu’il était par la réponse que la belle venait de lui faire, il lui fit un signe de tête pour valider le plat avant de se rendre compte de la stupidité de cette réaction, de s’autoriser un léger sourire puis d’ajouter :

- Allons-y pour Coréen.

Puis, alors que la jeune femme s’activait pour commander leur repas, il restait immobile devant l’une des photographies. Elle était loin, bien loin des femmes qu’il approchait la plupart du temps. Elle rayonnait sur tous les plans. Son essence était délicieuse…

- Qui êtes-vous ?... Pleins d’idées vont et viennent en ce moment pour vous qualifier… Mais deux seulement sont justes… Et je n’ai besoin ni de photos, ni de déco, ni de musique pour vous connaitre…

Delarose marqua une pause, mimant la réflexion. Sa main prit celle de la jeune femme qui lui tenait le bras et la releva doucement au-dessus d’eux alors qu’il se mit à tourner doucement autour d’elle, appréciant les lignes et contours de son corps derrière le pull et le jeans… Un sourire accroché aux lèvres et d’une voix calme :

- Vous êtes telle Athena, sagesse, raisonnement et intelligence, une guerrière des temps modernes… Ni « à vendre », ni à « posséder »… Vous êtes indépendante et entreprenante. Intrigante et intimidante… Nul doute que vous puissiez mener n’importe quel homme à vous obéir docilement…

Le loup marqua une légère pause, faisant descendre ses doigts le long du bras de la jeune femme qu’il avait maintenu en l’air jusqu’à lors, se rapprochant de derrière elle, à la limite du contact entre leur corps.

- Mais vous êtes aussi Aphrodite à n’en pas douter… D’une beauté exquise, d’un parfum délicieux, d’une mélodie envoutante…

Il se rapprocha un peu plus encore... Son souffle venait glissait sur la nuque de son hôte... Puis le loup reprit un peu plus doucement encore, presque un chuchotement…

- Capable de séduire n’importe quel être et de déclencher passions sauvages et désirs brûlants…

Sa main avait glissé sur l’épaule, puis le long du dos de la jeune femme pour venir se placer sur le creux de ses reins… L’homme était tiraillé entre contrôle et libération, même si sa voix ne trahissait pour l’instant aucunement ce combat interne avec sa bête.

- Oui… Vous êtes ces deux déesses à la fois… Mais… Laissez-moi vous dire… Les déesses ne m’effraient pas…

Un sourire se dessina de nouveau sur ses lèvres, les yeux brillants d’un désir contrôlé…

- Et il y a bien des façons de posséder, sans que cela n’en soit désagréable...

Il s’était encore un peu approché d’elle et sa main avait glissé doucement vers l’avant, empruntant le chemin d’une vallée imaginée, le long des coutures d’un jeans bien gênant, mais qui n’empêcha pas une légère pression, joueuse et osée…
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Sam 11 Avr - 15:37 (#)

Jouer contre le destin ?
Alexander & Serenity



Elle l'écouta parler de ces déesses antiques auxquelles il la comparait, la flattant assez pour rester dans une séduction habile sans glisser sur un terrain maladroit et lourd. Le contact de la main du brun sur sa peau l'électrisa, et son corps fut parcouru d'une brève mais puissante décharge de désir qui se manifesta par un sourire épanoui sur ses lèvres. Sa dernière phrase lui tira même un petit rire, bien que le parcours qu'emprunta la main d'Alexander ne fit qu'amplifier l'attirance qu'elle ressentait à son égard.

"Je vous crois sur parole, vous avez l'air... expert en la matière."

La jeune femme se retourna enfin, ses hanches glissant brièvement contre le bassin du loup, avant que sa poitrine ne se retrouva quasiment collée à la sienne. Ils étaient plus proches que jamais, et Serenity pouvait sentir la chaleur qui émanait de sa peau, les mouvements de son torse à chaque respiration, l'insupportable barrière de leurs vêtements devenus indésirés... Ses doigts montèrent le long de la colonne vertébrale de l'homme, effleurèrent la nuque puis vinrent se perdre dans ses cheveux. Elle se souvint avoir rêvé, lors de leur première entrevue, d'y mettre un peu de désordre, et un nouveau sourire vint étirer les coins de sa bouche, cachée dans l'ombre du cou de sa proie. Elle y déposa ses lèvres, découvrant le velouté et la finesse de l'épiderme palpitant, avant de les glisser jusqu'à son oreille.

"Alors... serez-vous consentant à être... docile ?"

Son visage s'éloigna juste assez pour revenir faire face au sien, et si elle avait pu, elle aurait sans doute planté ses iris dans celles d'Alexander. La brune aurait pu lui suggérer l'image en usant de son don, mais elle ressentait suffisamment l'envie de son partenaire pour s'en abstenir et laisser les choses se dérouler naturellement... Son autre main vint d'ailleurs caresser la ligne de la mâchoire masculine, la suivant du bout des doigts tout en soufflant d'un ton faussement innocent :

"Vous m'excuserez... Je dois pallier à la perte de la vue."

L'index remonta sur le menton, et se promena en suivant sur les lèvres exquises de l'invité. Le toucher était doux et léger, d'une lenteur calculée pour maltraiter les sens échauffés. Mais la bouche finit par être délaissée en faveur d'une joue, qui fut explorée avec le même plaisir coupable, dont elle joua pleinement en commentant :

"Nous n'avons pas le temps pour que vous rencontriez Aphrodite. Pas encore..."

Serenity se hissa légèrement sur la pointe des pieds, obligeant leurs corps à se coller tout à fait tandis que sa bouche venait enfin trouver celle de l'homme. Elle se laissa entrainer dans cette onde sensuelle et voluptueuse sans retenue, appréciant chaque étincelle qui naissait dans son corps, chaque éclair qui parcourait son âme... Elle mit de côté cette part de conscience qui lui hurlait de rester l'esprit clair et méfiant, qui tentait de maintenir les barrières énoncées, qui s'affolait de ces sensations trop enchanteresses pour être inoffensives... Ils n'avaient qu'une demie-heure après tout. C'était bien trop court pour être risqué. Bien trop court pour faire basculer la balance dans les ténèbres de ses craintes. Bien trop court aussi pour profiter de tout ce qu'il avait à offrir et qu'elle voulait découvrir, d'une façon ou d'une autre... Là dessus, sans même qu'elle s'en apperçut vraiment, le baiser gagna en intensité...

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Sam 11 Avr - 18:14 (#)

Un léger rire à l’évocation de l’expertise… Le loup n’en perdait pas néanmoins son sérieux dans ce qu’il entreprenait… Le frottement des hanches, les poitrines collées l’une à l’autre, accordées ensembles pour respirer d’un même mouvement et parler d’une même voix…

Était-il docile ? Jamais… Mais il donnerait le change cette fois, et essayerait de forcer sa nature, pour elle, pour leur jeu, pour cet instant suspendu hors du temps, pour cette bulle isolée du reste du monde…

Face à face, il ne lâchait pas les yeux de la jeune femme du regard. Si elle ne voyait plus, ils n’en restaient pas moins un moyen de communication… Une fenêtre sur son corps et son âme… Lorsqu’elle vint dessiner les contours de son visage de sa main douce, elle y trouva un sourire franc…

- Faites donc…

Les doigts de la jeune femme se promenaient sur son visage, sa main à lui remontait le long des côtes pour venir trouver la nuque, puis se glisser dans les cheveux pour accompagner un nouveau baiser, bien plus intense et plus long… La bête appelait à bien plus de violence… Cette tension se transformait en feu… Un brasier d’envie et de désir charnelle qui lui réchauffait tout le corps, diffusant dans la moindre cellule…

Son autre main vint se glisser sous le pull pour remonter dans une lente caresse dans le dos de la jeune femme. Le baiser se faisait de plus en plus intense… Les corps s’appelaient l’un et l’autre pour une danse électrique… Le contact des lèvres fut rompu alors que les deux mains du loup venaient d’agripper le bas du pull et le tirèrent vers le haut… En un souffle, au moins un des vêtements devenus gênant avait disparu… Ses doigts à lui revinrent se plaquer à la base de son cou mince, pour descendre lentement vers la dentelle du soutien-gorge…

Le duo reculait lentement vers le canapé, par petits pas, sans même s’en rendre compte, et quand finalement les jambes du loup entrèrent en contact avec le meuble, ses mains vinrent attraper le dessous des cuisses de la jeune femme pour la soulever du sol. Ce fut sans aucun effort qu’il la prit dans ses bras, aidé par sa nature de garou, et qu’il la déposa sur le dos, la surplombant alors de tout son corps avant de murmurer :

- Nous n’avons peut-être pas le temps pour Aphrodite, mais nous avons bien le temps de préparer et savourer la rencontre à venir… n’est-ce pas ?...

Sans attendre de réponse sa bouche vint déposer un premier baiser sur le ventre ferme de la belle, avant de remonter entre ses deux seins, jusqu’à son cou puis sa bouche… Chaque baiser était empli de cette gourmandise infinie. Il la dévorait du regard et la goutait à chaque contact… Puis ses lèvres retrouvèrent les siennes, humides et roses… Il y eut un bon moment de baiser et de caresses, toujours plus intenses, avant que les doigts joueurs du loup ne finirent par se glisser le long du jeans et se faufiler dessus…

Mais le temps passait vite lorsque l’on était occupé à des choses intéressantes… Et celles-ci étaient bien au-delà de l’« intéressant »… Une bulle hors du temps, mais percée par la sonnette de l’appartement… Le loup sourit, frustré, mais amusé et toujours aussi joueur, malgré la tentation énorme de ne pas aller ouvrir :

- On dirait que l'on vient de siffler la fin de préparation… J’y vais…

Mettant toute l’énergie possible dans le contrôle de son envie, il se redressa doucement, non sans déposer un dernier baiser sur les lèvres de la jeune femme, puis se dirigea vers la porte et l’entrouvrit juste assez pour payer et récupérer leur repas… Plus vite l’intrus repartait, plus vite il retrouverait la belle. Quelques secondes plus tard, il déposait les paquets sur la petite table de salon…

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 12 Avr - 17:13 (#)

Jouer contre le destin ?
Alexander & Serenity



C'était d'une simplicité et d'un naturel presque déconcertant. Evidemment chaque homme qu'elle ramenait chez elle savait pourquoi elle le faisait ; le contrat, bien que tacite, entre les deux parties était   toujours clair. Et elle était rarement déçue, son instinct travaillant admirablement bien pour dégoter les meilleurs amants. Toutefois il y avait là avec Alexander quelque chose d'autre, une harmonie qui dépassait celle habituelle. Les mains se plaçaient avec évidence, les jambes se mêlaient avec facilité, et les bouches... les bouches se scellaient avec cette avidité des retrouvailles, comme si elles se connaissaient déjà. Dans ce flot de sensations, Serenity en oubliait la raison, ne vibrant plus qu'aux notes jouées par le brun sur son corps. Il maitrisait sa gamme, et le prélude entamé laissait présager une symphonie des plus grandiose...

Mais la sonnerie surgit de l'interphone, annonciatrice d'une entracte pas vraiment désirée. L'homme gagna malgré tout la porte, et pendant qu'il payait et récupérait les plats, Serenity se redressa, s'asseyant dans le canapé et rabattant d'une main les mèches qui collaient à son front. L'odeur de la nourriture lui vint avant le bruit sourd des plats déposés sur la table, et elle se pencha vers celle-ci pour en ouvrir un.

"Hum... Le japchae est toujours meilleur chaud je trouve... Le kimchi aussi. J'espère d'ailleurs que vous aimez les épices fortes... Vous nous resservez ? Je reviens."

La jeune femme se leva, abandonnant là Alexander, pour rejoindre en quelques pas la cuisine ouverte sur le salon. Un tiroir coulissa, les tintements de couverts et ustensiles dérangés s'entendirent, avant qu'elle ne refit son apparition, deux paires de baguettes en argent et plates dans les mains. Ser en agita doucement un duo vers l'homme.

"J'ai hâte de découvrir si vous maîtrisez tout ce que vous touchez."

Un sourire quelque peu provocant ponctua ses mots. Elle sentait encore sur son buste les caresses des doigts masculins, pouvait sans mal refaire le chemin parcourut par les lèvres sur sa peau échauffée. Il était terriblement tentant de remettre le repas à plus tard et de reprendre là où ils s'étaient arrêtés. D'arracher les vêtements que lui portait encore, d'en découvrir plus sur les lignes de ses muscles, sur la tendresse de sa chair, sur ses capacités promises depuis des mois à travers leur jeu. La brune contint un soupir, se mordant la lèvre une seconde ou deux, revenant pourtant le défier en s'installant quasiment contre lui.

"Par quoi souhaitez-vous commencer ? Le plus doux ou le plus pimenté ? Les deux ne vous décevront pas, je vous le garantie."

Serenity vint déposer sa bouche dans le cou de l'homme, avant d'y appliquer une légère morsure. Au même moment elle projeta dans l'esprit du loup quelques images de deux corps enlacés, indistincts et flous, mais à la position suffisamment explicite pour jouer avec les nerfs d'Alexander. De quel bois serait-il fait ? L'excitation et la curiosité gagnaient la joueuse, qui ne s'était éloignée de lui que pour attraper l'une des boites en attente devant eux, l'air de rien, comme si ce repas importait plus que ce qui se déroulait entre eux...

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'aimerais jouer un de vos prédef', comment ça marche ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: