-43%
Le deal à ne pas rater :
Canapé d’angle réversible Boston – tissu gris clair et blanc
229.99 € 399.99 €
Voir le deal

Is this yours ? + Anaïs Wilhm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
Mar 20 Juil - 3:09 (#)

Rory était un couche-tôt et un lève-tôt. Il n’avait pas été le genre d’adolescent à donner des cheveux blancs à sa mère parce qu’il ne rentrait pas de la nuit. Ça n’avait jamais eu vraiment d’attrait pour lui ces fêtes où on ne s’entendait pas parler et où il y avait beaucoup trop de gens pour être confortable. Il préférait les petites soirées intimistes entre amis proches, peut-être avec deux ou trois personnes qu’il connaissait moins histoire de faire connaissance… et encore, pas toujours. Mais cette nuit, il avait été incapable de trouver le sommeil. Il se sentait agité. Alors il était sorti. Il avait laissé un petit mot bien en évidence sur la table de la salle à manger si jamais sa mère se réveillait pendant la nuit - elle ne travaillait pas à l’hôpital là - et le cherchait pour Dieu sait quelle raison. Il avait mis une veste, parce que même si on était en Louisiane, c’était l’hiver. Dans ses poches, le strict nécessaire. Et il était parti.

Ses pas l’avaient guidé vers le lieu d’une fête. Quelle ironie. Un open house, comme les Américains aimaient bien l'appeler. Il entendait les bruits du party depuis un moment déjà. La faute à un certain élément qui n’en faisait qu’à sa tête cette nuit. Mais peut-être qu’il contemple un instant la possibilité de s’inviter, tout en sachant qu’il manquait d’effronterie pour le faire. Il avait besoin de se faire quelques connaissances de son âge. Mais avait-il vraiment envie de les rencontrer ici ? Sûrement pas… Ils seraient aussi loin que possible du genre d’amis qu’il aimait avoir. Alors Rory tourne les talons. Pour se faire porter, par son fidèle ami le vent, la plus délicieuse des arômes… ou pas.

« Eurk…! »

Une voix étranglée s’exclame que s’il veut se plaindre, il peut aller le faire ailleurs. Enfin… il croit que c’est ce qu’elle allait dire, parce qu’à mi-chemin, la jeune femme à qui la voix - et les vomissures… - appartenait laisse à nouveau le contenu de son estomac parler pour elle. Ouf… Rory reste un peu con sur le coup. Il ne pensait pas tomber sur une fille un peu trop saoule, disons… Il a un petit soupir… et finalement, il grogne :

« Bon. Reste-là. Je reviens. Reste-là, hein ! »

Il ne répond pas au « Où est-ce que tu veux que j’ailles ?! » qu’il entend derrière lui. Cette fois, la phrase est complète. Peut-être y avait-il encore de l’espoir ! Rory entre dans la maison, ne pouvait s’empêcher d’être un peu gêné de le faire sans avoir toqué à la porte d’abord, mais il aurait eu l’air débile s’il s’était essayé à ça. Il réussit à trouver la cuisine. Un gars lui tombe un peu dessus, lui assurant qu’il est heureux de le voir et ponctuant sa phrase par un « Tyler » qui prouve qu’il ne devait pas être dans son état normal lui non plus. Tyler allait avoir une sacrée surprise en apprenant demain qu’il était allé à un open house sans le savoir. Il revient avec un verre d’eau. Et allez savoir comment et pourquoi… mais à peine dix minutes plus tard, il est au volant d’une voiture qui ne lui appartient pas, avec un permis irlandais dans les poches, à conduire du mauvais côté de la route, Dancing Queen à plein régime dans les haut-parleurs et une « Rica » beaucoup trop joyeuse qu’un peu plus tôt qui chantait à tue-tête sans apparemment connaître les paroles… ou l’air… ou la chanson tout court.

Lorsqu’ils arrivent à destination (d’après elle… qui sait, hein ?), Rory pousse un long soupir. Le moteur coupé, Billie Jean s’arrête d’un coup et il réalise que ses oreilles bourdonnent. C’était la soirée 70’s - 80’s, c’est ça…? Il insiste pour ramener la jeune femme jusqu’à sa porte. Ce n’est pas qu’il ne fait pas confiance à son sens de l’orientation… mais ils avaient tant et si bien tourné et retourné qu’il était maintenant presque trois heures du matin. Il ne s’attendait pas à conduire si longtemps dans un sens qui ne lui était pas familier… Et quiconque n’a jamais essayé ne songe qu’au côté de la route. Mais c’était tous les contrôles qui étaient à l’envers ! Rory soupire alors qu’elle lui montre une porte… sans rien faire. Il soupire, mais ne réalise pas que c’est parce qu’il a encore le trousseau qu’elle lui a donné pour la voiture. Elle ne peut donc pas ouvrir la porte. Il les avait plongé dans une poche de sa veste sans même y réfléchir et il était trop claqué pour faire 1 + 1 là.

Rica écrasée contre une de ses épaules, Rory frappe donc à la porte, priant pour qu’elle ne vive pas avec ses parents… et pour que ce soit la bonne porte, surtout ! Quand il entend le verrou être retiré, il se crispe un peu… et c’est une rouquine d’environ son âge qui lui apparaît. Clairement, elle n’avait pas passé sa soirée à festoyer. Elle devait dormir confortablement avant leur arrivée impromptue. Ses longs cheveux étaient en bataille, à moitié retenus vers l’arrière. Elle avait apparemment enfilé une robe de chambre à la va-vite et son regard était plein de sommeil encore. Pourtant, elle ne semble pas vraiment surprise de voir Rica. Du moins, c’est comme ça que Rory l’interprète… Alors il prend la demoiselle par les épaules et la pousse gentiment vers celle qui leur avait ouvert.

« Je crois que c’est à toi, ça… », fait Rory d’une voix plus épuisée qu’il ne l’aurait cru. C’était peut-être d’avoir eu Edge of Seventeen dans les oreilles cinq fois de suite, allez savoir. « Je l’ai trouvée en train de vomir à l’extérieur d’une maison à… un moment d’ici… »

L’embarras de Rory ne fait que croître alors qu’il a un regard pour le quartier dans lequel ils se trouvaient. Son fort accent irlandais devait avoir trahi le fait qu’il n’était pas du coin. Mais du coup…

« Je sais même pas où on est présentement. Elle m’a fait tourner dans toutes les rues imaginables du coin plusieurs fois. Au moins, elle a le sens de l’humour. »

Sur ce, la Rica lève un pouce, triomphante. Ouaip… comme il disait !
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
*Jeune fille de dix-neuf ans attentionnée envers son grognon de père de substitution, Zach Solfarelli, qui essaie tant bien que mal de surveiller cet aimant à ennui qu'est sa protégée. Recueil de souvenirs de son père, rôle qu'elle remplit avec acharnement, voulant créer autant de souvenirs que possible pour le garder près d'elle à tout prix, terrifiée à l'idée d'être à nouveau abandonnée. Elle vit avec lui dans un appartement des Kingston building.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadé d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Petite sœur de cœur de Lilas Hirsch, toujours au rendez-vous pour une soirée glace et série ou pour aller danser pour briser un quotidien parfois morne.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Is this yours ? + Anaïs Wilhm Homepics

Thème : "Your Name" by Chiai Fujikawa
Is this yours ? + Anaïs Wilhm 7966a56de4e176e5fc55fb78d95c1720
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Georgie Henley
Messages : 1473
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Ven 23 Juil - 12:02 (#)

Is this yours ?


Rory & Anaïs


Je suis certaine que j’étais en train de rêver. Quelque chose de doux, pour une fois. J’avais réussi à ne pas m’endormir sur mes cours ce soir-là et j’étais partie me coucher plus tôt que d’habitude, sachant que personne ne viendrait déranger ma nuit. Zach travaillait et Rica était à une soirée à laquelle j’avais catégoriquement refusé d’aller, pour sa plus grande frustration. J’étais donc seule avec les deux boules de poils, pour changer. Tyché avait même décidé de ne pas miauler à la mort quand je m’étais enfermée dans ma chambre pour dormir. Alors quand j’avais remonté les draps sur mon menton et fermé les yeux, j’avais pu sentir que j’allais passer une bonne nuit. Le dernier message de Rica expliquait clairement que la fête commençait super bien et j’étais ravie pour elle, mais mes considérations se limitèrent très vite à bailler et vite dormir. Ce n’est pas si souvent que ça m’arrive après tout.

J’aurais dû me douter que ça n’allait pas être aussi simple. Quand j’ouvre les yeux brusquement, sortie de mon songe, je mets quelques secondes avant de me rendre compte que ce n’est pas un cauchemar qui m’a réveillé cette fois. On frappe à la porte. Je me redresse avec difficulté, les yeux embués de sommeil, les cheveux en pagaille et pas assez de tissu sur le corps pour que la décence me permette d’ouvrir la porte à une heure pareille. Il est plus de trois heures du matin ! Pestant contre les visiteurs nocturnes impromptus, j’attrape ma robe de chambre et ouvre la porte de ma chambre. Rover geint près de la porte, comme s’il avait repéré quelqu’un de familier. Je lui grattouille la tête avant de regarder par le judas. Un type que je ne connais pas est là. Il doit avoir mon âge, même si c’est difficile à dire avec mon cerveau qui peine à connecter les neurones entre eux après un réveil aussi brusque. Et à côté de lui… je soupire et ouvre la porte. Elle me gratifie d’un large sourire un peu tordu. Visiblement la soirée s’est bien passé.

- Naïs !

Le garçon avec elle me la pousse presque dans le bras et elle ne se fait pas prier. Elle m’embrasse et ce serait agréable si elle ne sentait pas l’alcool à ce point. Je la repousse juste assez pour écouter ce que son accompagnateur raconte. Je ne suis pas vraiment surprise à vrai dire, même si d’habitude elle se retient davantage lors de ces soirées. Elle a l’air contente d’elle en plus…  Je me frotte les yeux en soupirant et ouvre la porte en grand. Rica semble avoir encore envie de me coller, mais je suis très ferme sur ce coup-là.

- Rica, tu pues l’alcool, alors si tu vas gentiment prendre une douche et te laver les dents avant de m’embrasser à nouveau. Tu aurais dû aller chez tes parents !

- Voulais t’voir alors on a pris ma voiture ! T’es pas venue ce soir, tu m’as manqué ! Et puis ils auraient râlé, tu le sais.

Je ne peux m’empêcher de sourire et lui embrasse le front avant qu’elle ne file vers la salle de bain en faisant un signe au jeune homme. Elle l’a appelé Rory. Visiblement il n’est pas du coin, même si je n’arrive pas à mettre le doigt sur l’origine de son accent. À première vue il n’a pas l’air d’être du genre à aller à ce type de soirée. Un instant je me demande s’il n’espérait pas raccompagner Rica pour autre chose que faire une bonne action. Je chasse l’idée bien vite, il ne l’aurait pas amené là où elle le voulait dans son état. Il a l’air vraiment fatigué en plus. J’ai l’impression qu’il a dû supporter le babillage de Rica pendant longtemps avant d’arriver ici. Ça ou ses goûts musicaux. Dans un cas comme dans l’autre, j’ai un peu de peine pour lui.

- Rory c’est ça ? Je m’appelle Anaïs. Merci de l’avoir raccompagnée et désolée pour son comportement, elle est un peu… enjouée quand elle a bu.

Elle est presque tout le temps enjouée, mais simplement bien plus compliqué à gérer quand elle rentre de soirée, même si c’est la première fois que je le vois de mes propres yeux. D’ordinaire j’ai le droit à l’appel au beau milieu de la nuit, pas à une visite en chair et en os. J’entends la douche qui s’allume dans la salle de bain. J’espère qu’elle ne va pas se casser la figure en glissant.
Je me permets d’observer un peu le jeune homme. Il est plutôt grand dans le genre dégingandé de ces adolescents qui ont eu une poussée de croissance soudaine sans que le reste de la silhouette ne suivre. Les cheveux un peu libres sur sa tête, des traits fins, il a l’air inoffensif.

- On est à Mansfield ici. Kingston building pour être plus précis. Euhm…

Je ne peux pas lui dire merci et juste lui claquer la porte au nez comme ça. En plus d’après ce qu’a dit ma jolie blonde complètement rincée, ils sont venus avec sa voiture à elle, donc il est pour ainsi dire dans une belle mouise s’il veut rentrer chez lui et qu’il habite loin.

- Tu veux entrer ? Je peux te proposer quelque chose à boire, c’est la moindre des choses.

Dès qu’il met le pied dans l’appartement, Rover jappe puis se met à grogner avant de filer ventre à terre pour se mettre sur le canapé dès que je hausse un peu la voix. Et dire que ce chien est un pitbull. Il doit avoir peur de son ombre. Ou juste de moi parce qu’il sait que je lui donne à manger et qu’il vaut mieux obéir. Comment savoir ?
J’entraîne notre invité surprise vers le salon et lui propose de s’asseoir avant de sortir quelque chose à boire pour nous deux et un verre d’eau et de l’aspirine pour Rica qui va en avoir sacrément besoin dans pas longtemps. Je me souviens encore de mon réveil après ma seule et unique beuverie. Elle me remerciera demain. Je lève le nez du comptoir de la cuisine en attendant que mon thé chauffe. Je doute de réussir à me rendormir après ça, alors autant prendre une vraie boisson.

- Encore merci de l’avoir ramené. Tu étais à la soirée aussi, j’imagine ? Tu as un moyen de rentrer ? J’ai cru comprendre que vous aviez pris sa voiture…

Elle va m’entendre demain quand elle aura dessaoulé…


codage par aqua

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Jeu 12 Aoû - 5:02 (#)

Rory regarde la petite scène qui se déroule sous ses yeux sans parler, mal à l’aise, ayant l’impression d’être un voyeur bien qu’il n’ait rien demandé. Alors son regard, au moins aussi ténébreux que le stationnement dans lequel il avait laissé la voiture non loin d’où il se tenait à présent, quitte Rika et sa compagne pour observer avec un intérêt exagéré les petites fissures qui couraient le long du revêtement extérieur de l’immeuble à appartements. C’est lorsque la demoiselle qu’il a raccompagné s’éloigne qu’il en revient aux deux jeunes femmes… et il a un sourire amusé malgré sa fatigue pour Rika alors qu’elle lui fait un petit signe de la main auquel il répond de la même façon. Puis, il en revient à… oui, Anaïs, c’est ça. C’est le nom qu’il avait compris au fil de la conversation décousue de Rika dans la voiture !

« Ce n’est rien. Il y a des façons bien pires que ça d’être saoul. », assure Rory, entre politesse et sincérité. Il détestait les gens qui avaient l’alcool violent ou triste et Rica n’était de toute évidence ni l’une, ni l’autre ! « Et puis, elle était à une fête… Il faut bien qu’elle s’amuse un peu… »

Les Américains qui ne tenaient pas l’alcool ! Ok, c’était un peu de chauvinisme qui n’avait pas de raison d’être. Au moins avait-il eu le bon goût de ne pas le dire tout haut ! Il a un regard par-dessus l’épaule d’Anaïs alors que la porte de la salle de bain se referme et que la douche s’allume, vaguement inquiet sans savoir qu’il faisait écho aux mêmes inquiétudes du côté de la jeune femme devant lui.

« Elle ne va pas tomber…? », demande-t-il, son regard quittant l’intérieur de l’appartement pour en revenir à Anaïs. « Elle vomissait quand je l’ai trouvé. Peut-être que ça l’a aidé à se sentir un peu mieux… »

L’incertitude régnait dans sa voix. Quant à Anaïs, elle est bien gentille de lui dire où ils se trouvaient, mais le regard de Rory ne lui renvoie que perplexité et confusion. Parce qu’il n’avait aucune idée de ce que Mansfield était.

« Mansfield… », murmure-t-il lentement, comme si ça l’aiderait à se retrouver un peu. Ce qui n’est de toute évidence pas le cas. « Hm… Je pense que je suis un peu perdu. »

Alors l’invitation à entrer tombe plutôt à pic et il acquiesce brièvement, une fois, en franchissant le seuil de la porte. Il sursaute alors que le silence de la nuit est interrompu par un Pitbull qui avait sûrement eu de meilleures nuits. Rory a un sursaut vers l’arrière, mais déjà la porte s’était refermée derrière lui. Dieu merci, Anaïs a rapidement la situation en mains. Rory ne peut retenir un rire nerveux et un peu trébuchant.

« On dirait qu’il ne m’aime pas trop… », fait-il remarquer. L’évidence même. Pouvait-il vraiment tenir des conversations aussi peu intelligentes sans même se forcer ? Ça devait être un talent à ce stade et il s’en maudit définitivement ! Dans le salon, Rory s’assoie le plus loin possible du canapé où s’était réfugié le chien, préférant quand même mettre toutes les chances de son côté. « Un thé aussi, ce sera très bien, merci. Et désolé pour le réveil pas tout en douceur… »

Surtout à cette heure. Toute une façon de couper une nuit en deux, hein ! Rory joue distraitement avec un pan de sa veste légère, son regard quittant un instant Anaïs pour se poser sur le chien, qui gardait sa place Dieu merci !

« En fait, je me promenais. Je n’arrivais pas à dormir et… je viens juste d’arriver à Shreveport, alors je me suis dis que je pourrais explorer un peu autour de chez moi. Il y avait un openhouse et je me suis laissé guider par le bruit, par curiosité et voilà. ». Il avait trouvé Rica, quoi. Quant à trouver un moyen de rentrer, il grimace légèrement, un rire bref franchissant le seuil de ses lèvres. « Non. Je n’y ai même pas réfléchi. J’avais peur qu’il lui arrive un truc si elle restait là-bas… Il y a des taxis à cette heure ? »

Il n’en avait pas vu un seul dans le coin en tout cas et ne savait pas trop comment ça fonctionnait dans cette partie du globe.  
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
*Jeune fille de dix-neuf ans attentionnée envers son grognon de père de substitution, Zach Solfarelli, qui essaie tant bien que mal de surveiller cet aimant à ennui qu'est sa protégée. Recueil de souvenirs de son père, rôle qu'elle remplit avec acharnement, voulant créer autant de souvenirs que possible pour le garder près d'elle à tout prix, terrifiée à l'idée d'être à nouveau abandonnée. Elle vit avec lui dans un appartement des Kingston building.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadé d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Petite sœur de cœur de Lilas Hirsch, toujours au rendez-vous pour une soirée glace et série ou pour aller danser pour briser un quotidien parfois morne.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Is this yours ? + Anaïs Wilhm Homepics

Thème : "Your Name" by Chiai Fujikawa
Is this yours ? + Anaïs Wilhm 7966a56de4e176e5fc55fb78d95c1720
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Georgie Henley
Messages : 1473
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Mar 24 Aoû - 2:02 (#)

Is this yours ?


Rory & Anaïs


Je perçois sans mal la gêne du jeune homme tandis qu’il attend devant l’appartement. L’atmosphère silencieuse est à peine perturbée par les bruits que fait Rica dans la salle de bain et je n’étouffe pas un bâillement au vu de l’heure et du réveil intempestif dont j’ai été victime en proposant notre invité surprise à entrer pour aller me préparer quelque chose à boire. Il va me falloir quelque chose pour tenir un peu sinon je vais juste m’endormir sur place. Je retiens mes yeux de se lever vers le plafond tandis qu’il essaie de trouver une excuse à l’espèce d’éponge à alcool qui vient d’allumer la douche. Je l’ai déjà vu une fois dans cet état et même si elle a l’alcool joyeux, ça n’excuse pas tout. Surtout demander à un parfait inconnu de la raccompagner quelque part en étant complètement incapable de marcher droit. J’ai tout de même un sourire à sa question.

- Oh, non, elle sait se tenir, même dans cet état. Pas besoin de s’en faire.

Au moins elle ne s’est pas mise à chanter comme elle peut le faire parfois lorsqu’elle prend sa douche. Pas sûre que mes oreilles, celles de Rory et les voisins auraient apprécié. Avec un peu de chance elle va être véritablement crevée et partir direct dormir et je pourrais faire pareil. Enfin si son conducteur peut trouver un endroit où dormir, mais il semble complètement perdu lorsque je lui dis le quartier où nous sommes. Aïe. Au moins il finit par entrer malgré le comportement de Rover qui file bien vite s’installer sur le canapé. Je rassure Rory d’un sourire.

- T’en fais pas, il est adorable. Il est juste un peu timide avec les nouveaux venus.

Ce qui fait me dire que comme chien de garde, on a vu bien mieux et que si je dois faire face à une intrusion c’est pas sur lui que je vais compter. Je lui indique le salon où il s’installer, loin du chien qui le fixe, me tirant un sourie amusé. J’espère qu’il ne va pas me faire une crise de panique si jamais Rover décide de le renifler. Pendant que je mets l’eau à bouillir, un nouveau bâillement m’échappe et je maudis un peu plus Rica d’être trop imbibée pour ne pas se souvenir que je me lève tôt demain. Enfin, plus tard. En attendant j’essaie de papoter avec Rory qui semble être sympathique, bien qu’encore mal à l’aise, ce qui n’a rien d’étonnant vu la situation dans laquelle il est.

je hoche la tête en comprenant pourquoi il n’a aucune idée d’où il est. À peine débarqué en ville et le voilà à jouer les chauffeurs pour les étudiants rentrant de soirée. Je me pince les lèvres en me retenant de dire qu’il a pris sacré risque. Rica n’est qu’une jeune femme humaine sans le moindre pouvoir et sans aucune intention malveillante, mais il aurait suffi qu’il tombe sur le mauvais type et je doute qu’il aurait pu rentrer chez lui en un seul morceau. Se balader en ville la nuit, seul… Les gens ne font plus vraiment cela ici. Même les étudiants et les fêtards se déplacent en groupe, parce que c’est toujours plus sûr et ça évite les mauvaises rencontres de type vampires qui a un petit creux et qui n’est pas trop regardant que la provenance du casse-croûte.

- Et bien merci en tout cas, parce que je ne sais pas comment elle serait rentrée sans ton aide.

Ce qui va lui valoir un sacré savon de ma part, surtout par les temps qui courent. Je sais qu’elle se lâche pour oublier certaines choses, mais de là à se mettre aussi mal sans penser aux conséquences… je vais attendre que Rory soit parti pour faire ça, ce n’est pas le mot. Pour l’heure, je verse le thé dans des mugs et les amène dans le salon, le sucre suivant peu après sur la table basse. Je réfléchis un instant à sa question.

- Aucune idée, je ne prends pas de taxis, mais si je peux te donner un conseil…

j’hésite un instant. Je ne sais pas si je suis la mieux placée pour lui dire ça. J’ai eu mon lot de mauvaises rencontres après tout… je soupire et me jette à l’eau.

- Je te propose de dormir ici, si tu veux. Sortir seul à Shreveport en pleine nuit c’est une très, très mauvaise idée. Et puis je veux te remercier pour avoir pris soin de Frederica.

Je bois une gorgée de thé et grimace en me brûlant la langue. J’oublie à chaque fois d’attendre un peu. J’entends plus que je ne vois Rover s’approcher et caler sa tête sur mes genoux en réclamant des caresses. Tyché est introuvable par contre, probablement toujours en boule dans mon lit… j’enchaîne finalement.

- Je te conseille aussi de ne pas trop faire ce genre de balade. Je ne sais pas de quel coin tu es... probablement pas d’ici, avec cet accent, mais les nuits à Shreveport peuvent être très dangereuses. Je ne veux pas te faire peur pour rien, mais entre les vampires et les criminels de tous poils, je te conseillerais plutôt de rester chez toi la nuit, vraiment.

je ne lui dit pas qu’il y a probablement quelque chose de bien pire que des vampires qui est en liberté en ville. Quelque chose qui fait je ne sais quoi je ne sais où en attendant le bon moment pour venir collecter la dette que i envers lui. Rien que d’y penser, j’ai des frissons.

- Vu que tu viens d’arriver, je peux t’aider si tu veux. Si t’as des questions ou si tu veux découvrir un peu la ville, je connais quelques adresses. Pourquoi être venu t’installer ici d’ailleurs ?

Ceux qui viennent à Shreveport sont soit intéressés par le surnaturel, soit on u pied dedans, alors je me demande de quel camp il peut bien être. Et s’il est là par hasard, mieux vaut qu’il comprenne bien vite les règles avant d’avoir de gros problèmes. Et je sais de quoi je parle, malheureusement.
codage par aqua

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Two Roses | Anaïs & Heidi
» Seen that face before — Anaïs
» Keep Holding On ❀ Anaïs
» OUT OF OUR OWN - Heidi & Anaïs
» The Path of Silence ☽☾ Anaïs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: