-48%
Le deal à ne pas rater :
Robot pâtissier Continental Edison – 8 L – 1200W
77.79 € 149.99 €
Voir le deal

What doesn't kill you better run [Zach & Serguey]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
That kid you called a weirdo
Hélix L. Moxley
Hélix L. Moxley
That kid you called a weirdo
WAKE UP SINNERS

En un mot : I'll drink the poison to find the cure.
Qui es-tu ? : What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] SUPS85Et_o
What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] JPFyyhQ9_o
What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] EAWHCNtL_o
Facultés : ☽ Voir les auras
☽ Aspiration des énergies, relâchement, stockage, balancer des énergies démoniaques à la gueule des connards
☽ Chasser des démons, esprits en tout genre et soigner les corps meurtris
☽ Faire frétiller des pantalons
Thème : Teenage Rock God - Rob Zombie
What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] Ruby-rose
THE DEVIL GET HIS DUE

Pseudo : Akira
Célébrité : Ruby Rose Langenheim
Double compte : Ithan N. Kawhena
Messages : 135
Date d'inscription : 03/01/2019
Crédits : Awona (ava) | Drake (signa) | Prima luce (icons)
Sam 21 Aoû - 18:56 (#)

Serguey & Zach & Hélix / Octobre 2020
We don't have a lot but we've got each other.
   
TRIGGERS WARNING : Langage a faire pâlir Captain America, Attouchement non consentie, homophobie, violence physique et morale.

« Send troops. NOW. »

C'est ce qui s'affiche sur deux téléphones portables quelque part en ville avec une position qui accompagne le message. Ton bras relâche lentement le téléphone que tu tiens, tu l'entends glisser contre le goudron. Tes yeux se ferment lentement. Non, tu ne dois pas t'endormir. Il faut que tu attendes les renforts. Ils ne vont pas tarder. Tu pouvais compter sur eux. Tu savais qu'ils ne te laisseraient pas là dans ton coin. Tant que Serguey arrivait à enlever sa main de son pantalon et Zach lever le cul de son canapé, ils arriveraient vite. « Fais chier... fais chier... » Tu as la poitrine en feu, tu peux sentir les hématomes apparaître de part et d'autre sur tes côtes. Une toux te prend, l'impression de t'étouffer, avant de cracher contre la poubelle à côté de toi le sang qui remonte de ton estomac. « Fils de putes... J'vais... les baiser à sec... » Le simple fait de parler, ça t'arrache un couinement de douleur. Tu peux sentir tes yeux qui te piquent, puis tu sens les larmes montées. Comment tu avais pu te faire avoir comme ça ? Un juste retour de karma.

« T'es qu'une sale garce, une saloperie de lesbienne qui s'prend pour un mec. Mais j'vais t'apprendre un truc, tu n'as pas de couilles, pas de queue. » Il te tient par les cheveux, rythmant sa phrase en faisant bouger ta main, emportant ta tête contre le mur. Tu te souvenais de ce gars et de sa bande de potes. Tu avais déjà croisé leur chemin une fois ou deux. Ça ne se passait pas en général très bien. On peut même le dire, c'était aussi tendu que ton string. La première fois, tu étais avec tes compagnons. Tu avais quitté la conversation en voyant que ce gros naze forçait une fille à rester avec lui en lui tenant le bras. Pour une fois, tu avais décidé de la jouer poliment en lui demandant de lâcher la demoiselle. Tu ne sais pas si c'était ton aura ou parce que tu avais les gars dans ton dos pour t'appuyer, mais ils avaient lâché l'affaire. La deuxième fois, c'était dans la rue et l'accroche avait été plus vocale et finalement, plus physique. Une insulte sur une autre, tu n'avais pas attendu la seconde pour sauter sur lui. Un coup dans les bijoux de famille en enchaînant avec un crochet du droit trop près de la tempe. C'était facile de s'en prendre a eux. Tu cherchais toutes les excuses du monde pour te faire n'importe qui. Simplement guidé par la frustration. C'était il y a plus d'un mois. Et tu n'avais pas résisté à tenter ta chance une troisième fois. « REGARDE MOI QUAND J'TE PARLE ?! » Tu as le souffle coupé quand il te saisit entre les jambes. Les yeux exorbités, décontenancés, choqués.

« Lâche-moi, lâche-moi ! » « T'vois, c'est ça que tu as entre les jambes. Une chatte. Et là ? » Il te relâche, passe sa main sous ta veste pour saisir ta poitrine. Tu as envie de vomir, les yeux injectés de sang. « T'es qu'une bonne femme qui mérite une bonne queue pour la dress- » Il n'avait pas eu le temps de finir sa phrase que tu venais d'attraper la peau entre le pouce et l'index de sa main. Tu peux sentir le goût du sang et de la chair dans ta bouche, comme un chien enragé qui vient de saisir sa proie et qui ne veut plus la lâcher. Il assène deux coups de poings supplémentaires dans tes côtes, ce qui a pour effet de te couper le souffle, mais aussi d'enfoncer toujours plus profondément tes dents. La mâchoire est le muscle le plus puissant que possède l'être humain. Il faut que deux potes viennent s'ajouter à l'histoire pour finalement te faire lâcher et te faire tomber au sol. Tu étais encore consciente, simplement à cause de la colère et de l'adrénaline. Ils avaient fini par te laisser là. Un cas désespéré. Même pas bonne à être « dressé » finalement. Ils avaient peur d'y perdre leur entrejambes finalement.

Cette fois, c'est toi qui t'étais fait baiser. Tu ne valais clairement pas mieux qu'eux niveau agression. Tu étais une sale garce, ouais, tu en portais la couronne dans ta catégorie. Mais tu n'étais pas à leur niveau d'ignorance, d'homophobie, de haine de ceux qui sont différents. Tu sais combien de temps passe à revoir la scène en boucle, à chasser les curieux en gueulant trop fort pour t'éclater un peu plus la voix. Tu t'étais traîné jusqu'à une sorte de barre de fer en mauvais état, pour dissuader les plus froussards. Quand ça s'approche de nouveau, tu la lèves fermement, un œil fermé, la lèvre fendue, le sang ayant déjà commencé son processus de coagulation. « Dégagez... Tout d'suite ou je m'occupe de votre cul... » Silence. Tu relèves un peu la tête avant de reconnaître, malgré le peu de lumière dans la rue, deux silhouettes familières... Imperceptiblement, tu as le bras qui tremble. Et tu finis par laisser la barre glisser entre tes doigts en mauvais état. Demander de l'aide en général, ce n'était pas si compliqué. Surtout en ce qui concerne ta vie et la magie. Mais l'humiliation que tu venais de subir. La violence sexuelle de l'agression. Ce que tu voulais le plus, c'est qu'ils te voient comme un égal, qui peut tenir tête à n'importe qui, de n'importe quel gabarit. Que la question de ton genre soit ignorée dans les paramètres.

Tu renifles un peu, ravalant ta fierté comme tu peux « ... J'ai besoin d'votre aide... ».
(c) mars.
Revenir en haut Aller en bas
Hercule le tank estonien : le respect, pourquoi faire ?
Serguey Diatlov
Serguey Diatlov
Hercule le tank estonien : le respect, pourquoi faire ?
THIS WAR OF MINE

En un mot : Guerrier brisé, arcaniste défectueux, amant esseulé.
Qui es-tu ? : • Né en Estonie, le quadragénaire a été naturalisé américain en 2011 pour services rendus à la nation.
• Ancien tireur d'élite, il est vétéran de la guerre du Kosovo. Il a également participé à la Seconde Guerre du Golfe, mais rapatrié d'Irak suite à l'attaque et à la destruction de sa base militaire.
• Issu d'une famille de vaudouisants depuis plusieurs générations, ses pouvoirs se sont éteints depuis la guerre où il a failli perdre la vie. Sa magie est dormante depuis, et il cherche à s'y reconnecter.
• Tête brûlée, il a un tempérament excessif : il boit trop, aime séduire, rit fort, provoque.
• Sportif, il se défoule par la pratique d'activités physiques, en se bagarrant dans les bars ou au Mad Dog où on l'affuble du surnom de Golgoth.
• Ancien amant d'Aliénor Bellovaque, il vit très mal leur rupture depuis la révélation du putsch du motel Lucky Star, où a été perpétré le massacre d'arcanistes. (Juillet 2020)
• La séparation avec la vampire a également eu d'autres conséquences : en plus de son absence, il souffre encore du manque de ses morsures, comme un camé privé de l'objet de son addiction.
• Après sa démission en tant que chef de la sécurité aéroportuaire suivie d'une brève descente aux enfers, il doit son salut et sa reconversion professionnelle à Jake Hamilton, pour qui il est devenu agent de protection rapprochée (et partenaire de paintball préféré). (Septembre 2020)
• Amoureux des hérissons, il en possède un qu'il honore régulièrement sur Instagram, un cadeau d'Aliénor : Krissu.
• Loyal et serviable, il est un ami solide sur lequel on peut compter, même pour se sortir des situations les plus désespérées. Amant attentionné, il sait se montrer aussi tendre que passionné au creux de l'intimité, comme s'il s'agissait là des rares moments où il renouait avec sa magie rouge endormie.
Facultés : • Sa gueule carrée, sa stature imposante et sa hauteur avoisinant les deux mètres rendent sa silhouette intimidante, parfois même sans qu'il n'ait à lever le poing.
• Excessif et robuste, il gagne souvent à la bagarre et aux concours de beuverie.
• Bavard, il n'a ni le sens de la diplomatie, ni celui du politiquement correct, et a tendance à choquer par un phrasé cru ou par un humour pas toujours très conventionnel.
• Ancien soldat, il bénéficie d'une très bonne condition physique, même si l'âge comme ses excès finiront par le rattraper. Il manie très bien les armes à feu, et n'hésitera pas non plus à utiliser toute arme contondante, s'il s'agit de défendre un proche ou de sauver la veuve ou l'orphelin.
• Il parle couramment anglais, russe et estonien, même s'il n'utilise ce dernier qu'avec sa petite sœur, restée à Tallinn, avec laquelle il entretient une relation épistolaire.

Thème : Hooverphonic • Mad About You
What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] 1559297678-bad-batch-buddies
I belong to nothing, when you don't belong to me

What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] 7UNUlLfV_o

What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] Kpx5lBQa_o

What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] 90pnwSel_o

What doesn't kill you better run [Zach & Serguey] XoqTWwMs_o
Pseudo : Tank.
Célébrité : Johann Urb.
Double compte : L'autiste caractérisé Yago Mustafaï.
Messages : 1900
Date d'inscription : 02/08/2018
Crédits : Nero (avatar) ; Lilie (code signature)
Mar 14 Sep - 18:43 (#)

They wanna see blood They wanna see hate

There's a time for us all and I think yours has been. Can you please hurry up 'cause I find you obscene ?
We can't wait for the day that you're never around, When that face isn't here and you rot underground.



Les vibrations conjointes de leurs téléphones perturbent la concentration du Colosse, qui daigne décrocher son regard du tournoi de catch projeté sur l'écran du bar crasseux, lieu à la réputation douteuse dans lequel Zach et lui tuaient leur soirée. Le séant vissé côte à côte sur deux tabourets branlants, dont le bois grinçait et menaçait de rompre à chacun de leur applaudissement un peu trop enthousiaste, ils avaient délocalisé leur activité habituelle qui consistait à ingurgiter de la bière tiède et bon marché, devant des gaillards de leur gabarit à l'accoutrement douteux. Tout ce petit monde s'affrontait deux par deux sur le ring et se mettait joyeusement sur la gueule, tout comme certains des clients agités, dont quelques uns se faisaient traîner dehors dès lors que l'ambiance s'échauffait. Un microcosme de rixe, de mauvaise foi et de virilité mal placée. Autant dire qu'ils étaient dans leur élément.
D'ordinaire, ils s'adonnaient à ce plaisir délicat et raffiné avachis sur le canapé, bière à la main, le poing libre s'agitant au rythme de leurs vociférations, depuis que l'Estonien avait trouvé refuge chez son compagnon d'infortune. Ce soir-là, ils avaient migré à quelques centaines de mètres des Kingston, pour échouer quelques rues plus loin et répéter la même routine. Soirée de repos. Bière dégueulasse. Match de catch. Blague douteuse de Zach sur l'adhésion d'un maillot de corps à la silhouette moite et velue d'un des catcheurs. Commentaire déplacé de Serguey sur la façon dont la serveuse tortille ses hanches lorsqu'elle passe à portée de main. Main qu'il se retient encore d'envoyer explorer les collines qui ne demandent, selon lui, qu'à être conquises. Une soirée banale. Il ne manquait que Hélix pour parfaire le tableau.

« Putain Zach, code rouge. Y'a urgence. »
Un coup de coude harponne son compagnon, et il attend que leurs regards se croisent pour baisser le sien vers son godet à la propreté discutable.
« J'vois l'fond d'mon verre, et j'suis pas encore bourré. C'est ton tour de rincer. Sinon, t'es une pédale. »
Une insulte gratuite, un sourire forcé, ainsi qu'une bourrade affective contre l'épaule indiquent à l'ancien lieutenant qu'il ne plaisante pas. Le haussement de sourcils qui s'ensuit précise que la serveuse se situe dans leur giron, et que c'était le bon pour l'alpaguer et lâcher quelques billets. Il profite de cette occasion pour extirper son téléphone de sa poche et consulter le message reçu précédemment.

« Sent troops. NOW. »

Son sang ne fait qu'un tour. L'unique pinte ingurgitée ne suffit pas à altérer ses sens ni sa perception immédiate du danger. Un réflexe enroule aussitôt ses doigts autour du bras de Zach pour lui montrer le texto alarmiste.
« Okay, changement de programme. Faut aller chercher Minette. On décarre. »
Un billet au montant aléatoire est abattu contre le comptoir gras, et les deux hommes se précipitent immédiatement à l'extérieur du bar, bousculant sur leur passage quelques badauds dont ils écopent une flopée d'insultes qui ne leur fait même pas tourner la tête. Cette nuit, la bagarre se déroulera ailleurs.

Ils avaient couru jusqu'aux Kingston et l'Estonien avait pris place sur le siège passager, le GPS dans une main, l'autre occupée à farfouiller dans la voiture de son compère, après avoir inspecté le contenu du coffre avant leur démarrage rugissant. Tandis que le bolide fonce à grande vitesse à travers les artères principales vers Downtown, ses doigts épais se glissent dans l'encoche de la boîte à gants pour en dévoiler son contenu, qu'il pose sur ses cuisses pour laisser le loisir à Zach de se servir en même temps que lui.
« J't'emprunte ça. »
C'est-à-dire un couteau à cran qu'il glisse sous sa ceinture, qui complètera si besoin le pied de biche dégoté à l'arrière, qu'il soupèse avec nervosité.
« Qu'est-ce que tu branles avec tout ça dans ta bagnole ? T'as prévu de faire un casse ? »
A vrai dire, la réponse ne le concernait que peu. Il bénissait surtout Zach de posséder tout ce barda à portée de main. Le temps jouait peut-être contre eux, et la possibilité d'aller chercher des armes à feu à l'étage avait aussitôt été écartée. Ils le savaient tous deux, quelques minutes suffisaient à précipiter une mission vers un échec cuisant. Hors de question de jouer avec la vie de Hélix.

Il l'avait appelée trois fois sur le trajet, sans réponse. Ses doigts se sont alors solidement vissés sur le manche de la barre de fer tandis qu'il fulmine entre ses dents, davantage pour lui-même qu'à l'intention de Zach.
« Si c'est encore ces connards de la dernière fois, j'crois que j'leur pète la gueule. »
Une menace réelle, alors que la voiture dérape et s'engouffre dans la ruelle indiquée par la navigation. Garés à une centaine de mètres de la géolocalisation de leur camarade, son pas lourd piétine le macadam au côté de son frère d'armes. Ils se déploient d'un même pas, porté par l'urgence de porter secours au membre du trio tombé au combat. Galvanisé par l'adrénaline, il s'empêche toutefois de foncer tête baissée vers les silhouettes masculines lorsqu'ils les aperçoivent après avoir bifurqué à l'angle d'une ruelle bordée de garages, débouchant sur une impasse, où les impacts des coups et des insultes pouvaient résonner sans alerter le voisinage.

« Attends, fais pas l'con. »
Son bras barre le passage de Zach et retient comme il le peut l'élan vengeur de son compagnon, déjà prêt à en découdre. Apercevoir son amie au sol, en mauvaise posture, lui donne lui aussi envie de briser des mâchoires et de broyer des os, mais il sait qu'une lecture des auras pourrait leur donner l'avantage. Alors il ravale ses pulsions de violence qu'il cadenasse comme il le peut, quelques secondes à peine, juste le temps d'effectuer une analyse sommaire, tandis que les cogneurs se tournent déjà vers eux, alertés par leur démarche précipitée et par les voix graves qui brisent le silence.
« Celui qui rapplique : arcaniste. Laisse-le moi. »
Légèrement à l'écart des deux autres, le concerné avance déjà vers les deux gaillards de quelques pas, comme pour les dissuader de s'aventurer plus loin. Son jeune âge compense sa silhouette relativement menue, mais les arcanes pouvaient se révéler bien plus dangereuses qu'une montagne de muscles.
« L'enfoiré du milieu, c'est un humain. Costaud, mais tu peux t'le faire. »
Quant à celui qui tenait en joue Hélix, l'aura brouillonne et dans laquelle se diluait un flux qu'il n'avait pas le temps d'analyser ne lui disait rien qui vaille.
« Et le dernier, j'en ai pas la moindre putain d'idée. Méfie-toi, j'sais pas ce qu'est ce connard. »
Comme sur un ring, il s'avance avec détermination vers son semblable, les doigts enroulés autour de la barre qui racle le macadam en guise d'avertissement. Entendre la voix de Hélix si affaiblie, si dépendante d'eux, avive sa colère et injecte une rage noire dans ses veines. Sa jugulaire pulse du déferlement de brutalité à venir, et il sait qu'il éprouvera un plaisir sauvage à lever son arme et à l'abattre sur le crâne de son adversaire, dès que l'affrontement éclatera.
« Cassez-vous. »
Unique chance de fuite pour les trois lascars, qui sera probablement déclinée, avant qu'il ne s'élance avec Zach et ne déferle sur les agresseurs de Hélix.



CODAGE PAR AMATIS
AVATARS PAR MINA-LIGEIA AND MORPHINE
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Here is where I don't wanna be • Zach & Serguey
» The thrill is gone ☽☾ Serguey
» And where's the money now? • Zach
» Been called a monster • Pv Zach ♥
» CERBÈRE ~ ft. Zach S. & Sanford D.C.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: