-31%
Le deal à ne pas rater :
PNY – CS900 – SSD – 1 To – 2,5″
56.99 € 82.05 €
Voir le deal

Along with you | Holden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Anonymous
Invité
Invité
Lun 15 Nov - 3:46 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

La matinée était passée si vite qu'il ne s'en était pas vraiment rendu compte. Et pour une fois, il ne l'avait pas passé enfermé dans l'appartement ou dans son atelier. Pas non plus dans leur chambre où il passait beaucoup de temps quand Holden dormait, pour travailler et dessiner en restant près de lui. Non, aujourd'hui, il était sorti travailler dans une galerie de vente pour expertiser quelques pièces. Jouer de son dos si utile pour savoir ce qu'avait vécu chaque œuvre, chaque pièce, c'était toujours plus facile, toujours plus rapide. Et ça étonnait tout le monde. Mais au moins, il avait pu identifier les arnaques rapidement et certifier l'authenticité de certaines œuvres qui seraient mises en vente prochainement. Quelques heures à examiner les pièces, une par une, à hocher de la tête, à noter des conclusions, à discuter un peu avec les commissaires-priseurs...Et puis il était enfin rentré, de retour chez eux, juste après le déjeuner.

Bien entendu, il avait déjeuné seul. De toute façon, le vampire dormait à cette heure-ci, il était plongé dans son sommeil si profond que rien ne l'en tirait jamais. L'outre en avait pris l'habitude, depuis le temps, mais c'était différent, ces dernières semaines. Il y avait quelque chose de plus entre eux. Quelque chose qu'il n'aurait pas cru possible. Il l'aimait, il le savait, il l'acceptait et, entre eux, ça n'avait jamais été aussi agréable. Il voulait que ça continue, encore et encore, il voulait rester avec lui. Il aimait toutes ces nuits passées ensemble, il aimait le savoir là dès qu'il rentrait, dès qu'il s'éveillait, il aimait encore plus les petites attentions qu'il trouvait chaque jour. En particulier les mots d'amour trouvés avec son petit déjeuner...Il lui en laissait parfois, quand il savait qu'il ne serait pas là au réveil du vampire. Mais ça n'était pas pareil. Mais ce soir, il serait là, il voulait être là. Il avait quelque chose d'un peu spécial à demander à Holden. Mais en attendant, il allait travailler un peu.

La musique s'élevait doucement dans l'atelier, alors qu'Alastair chantonnait distraitement. Il connaissait les paroles de la chanson par coeur, de même que chaque accord. Il nettoyait un tableau avec tout le soin qu'il y mettait habituellement. Il aimait faire cela, il se sentait bien en le faisant, en travaillant calmement, son esprit occupé autant par la peinture que par l'homme qui dormait en bas. L'odeur des produits, le son de la musique, les pensées qui dérivaient vers Holden...Tout ça lui faisait perdre la notion du temps, peu à peu, jusqu'à ce qu'il remarque par la fenêtre que le soleil était bien bas. Voire totalement couché en réalité et qu'il n'y avait plus de lumière du jour au-dehors. Il avait rangé rapidement son matériel, il n'y avait plus grand chose à nettoyer de toute façon, ce serait terminé demain, sans doute. Quelques minutes pour finir ça, pour descendre et pour se glisser doucement dans le lit, aux côtés du vampire.

Alastair avait glissé ses bras autour de lui, venant se glisser tout contre son dos pour savourer sa présence. L'embrasser doucement, encore et encore, partout où il pouvait jusqu'à ce que ce qu'il sente le vampire se réveiller lentement. « Bonsoir mon vampire, murmura-t-il doucement à son oreille. Je me suis dit que j'allais venir te réveiller, ça ne te dérange pas j'espère ? » Il avait repris les baisers doucement, sur la peau fraîche de son amant. Il se pressait contre lui et le serrait dans ses bras, avidement, comme si il ne voulait jamais le laisser partir.   

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 17 Nov - 0:31 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

La tête dans l'oreille, les yeux encore fermés et un léger sourire sur les lèvres, il écoutait ce qui se passait à l'étage. La musique et le frottement du coton sur la toile bien sûr, mais surtout la voix d'Alastair qui chantonnait pendant qu'il travaillait dans son atelier. Rester parfaitement immobile dans le lit, même s'il savait que son amant de l'entendrait pas, et juste écouter pendant qu'il finissait de se réveiller, inspirant son odeur qu'il avait laissé dans les draps. Leurs draps maintenant, et ça aussi le faisait sourire. Bien sûr sa faim s'éveillait aussi, mais ça pouvait encore attendre, et puis juste se concentrer sur ce qui se passait au dessus l'occupait assez pour ne pas trop y penser. Et quand il l'avait entendu ranger son matériel et descendre l'escalier puis se diriger vers la chambre, lui s'était tourné dans le lit pour faire dos à la porte et prétendre d'être encore en train de dormir. Ecouter le bruit de ses pas sur le sol, de son pouls qu'il sentait presque battre dans son crâne, son odeur mêlée à celle des produits qu'il utilisait s'imposant à son odorat, la chaleur de sa peau sur la sienne, de ses lèvres sur son dos.

Se retenir de bouger et sourire, avant de finir par se mordre un peu la lèvre sous ses baisers, et prendre doucement sa main dans la sienne pour la serrer et le presser un peu plus contre lui. Bonsoir mon peintre. Porter sa main à ses lèvres et l'embrasser doucement, puis la relâcher alors qu'il se tournait pour lui faire face. Alastair, son meilleur ami, l'homme qu'il aimait et qui l'aimait, dans le lit qu'ils partageaient officiellement depuis quelques semaines, et il lui avait sourit tendrement avant de s'approcher pour l'embrasser. J'étais déjà réveillé mais j'apprécie l'attention. Murmuré tout contre ses lèvres, avant de les reprendre dans un baiser un peu plus marqué, une main posée sur la hanche de l'homme pour l'approcher un peu plus de lui. Savourer la chaleur de sa peau, le goût de sa bouche, et son pouls qui battait plus vite dans son crâne alors qu'il le repoussait sur le dos pour venir au dessus de lui. Que sa main remontait sur son bras, lui laissant à peine le temps de respirer pour l'embrasser à nouveau et se presser un peu plus contre lui, sourire tout contre ses lèvres alors que le pouls d'Alastair tambourinait dans ses tempes. Sur ses lèvres.

Il n'avait réalisé qu'au dernier moment ce qui se passait réellement, alors qu'il pressait ses dents contre la peau de son amour en train de se débattre sous lui pour essayer de le pousser. Sa main qui avait emprisonné les poignets de l'homme alors qu'il pesait de tout son poids sur lui, prêt à mordre, à boire. A le vider, soufflait la voix affamée dans son crâne, et il était sorti du lit dans un sursaut pour se plaquer dans le coin le plus éloigné de la chambre. Excuse-moi, je voulais pas... Pardon... Ses mains tremblantes et les assauts de la faim au creux de son ventre, alors qu'il baissait les yeux, honteux de cette perte de contrôle. Il s'en sortait mieux maintenant qu'ils étaient plus proches, quelques temps qu'il n'avait pas eu de problème, mais ça n'avait pas disparu pour autant. Tout comme la peur qu'au moindre faux pas, Alastair réalise qu'il avait fait une erreur avec lui. Je... Je vais aller manger... Juste pour ne pas partir sans un mot, sans une semi-explication, avant de sortir le plus rapidement possible sans prendre la peine d'attraper un vêtement. Plus tard, il y avait plus urgent, et il s'était rué dans la cuisine pour sortir une bouteille de faux sang et boire au goulot, espérant que ça apaiserait sa faim rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 17 Nov - 4:08 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Pas un seul instant, Alastair n'aurait pu croire que son amour était éveillé. Peut-être n'aurait-il pas été aussi doux si ça avait été le cas, peut-être aurait-il agi autrement. Mais en tout cas, il fut ravi quand il senti sa main être attrapée et embrassée ainsi. Déjà réveillé donc, ce qui ne manqua pas de faire sourire le peintre, encore plus après l'échange du baiser. Il en voulait, bien plus, l'outre, parce que c'était si doux de retrouver son amant, après une journée passée loin de lui...De plus en plus, il songeait à changer son rythme de vie, pour travailler quand Holden serait éveillé, pour le voir plus souvent, pour pouvoir s'endormir et s'éveiller avec lui réellement...Mais ce n'était probablement pas possible, pas avec son travail actuel en tout cas. Il aurait pu lui en parler, peut-être même maintenant, mais il n'en eut pas vraiment le temps...

La force du vampire qui l'avait poussé sur le dos, le baiser soutenu qu'ils échangeaient, son coeur qui se mettait à battre plus vite, plus fort, ses envies qui s'éveillaient, cette envie de parcourir le corps de son amour...D'ailleurs, c'était ce qu'il voulait faire, jusqu'à ce qu'il vienne coincer ses mains pour l'empêcher de bouger. Et là ça avait dérapé. Comme un réflexe, Alastair avait laissé son don s'activer, lui hurler qu'il était en danger, qu'il allait se passer quelque chose de grave...Il essaya de bouger, de tirer sur ses bras, de repousser le vampire dont le poids pesait bien trop sur lui. Oh certes, il y avait l'excitation, se dire qu'il ne contrôlait rien, qu'il aimait cela, mais pas comme ça. Pas sans qu'on lui laisse le choix. Là, il revoyait la Bête, il revoyait ses moments d'angoisse, à ne pas savoir si il allait rouvrir les yeux, si il allait sentir à nouveau quelque chose après cette morsure dans sa chair...

Et puis soudain, se sentir libéré et regarder Holden s'enfuir à l'autre bout de la pièce. Alastair reprit son souffle, difficilement, respirant fort et se redressant pour s'asseoir dans le lit. Il essayait de se calmer, il essayait de calmer autant son angoisse, que ses pulsions qui s'excitaient toujours. Juste entendu Holden dire qu'il allait manger, avant même de pouvoir, lui, dire quoi que ce soit pour le rassurer, pour juste répondre à ces excuses qu'il avait formulées. L'outre s'empressa de se relever et de se dépêcher de suivre le vampire dans l'appartement, jusqu'à la cuisine. Il était resté à quelques pas de lui, le laissant boire la bouteille, le laissant se nourrir en se frottant le bras de son autre main, l'air gêné. « Holden... commença-t-il doucement. » Il approcha encore, comblant la distance entre eux pour venir poser une main qu'il voulait rassurante sur son bras. « Hé, c'est pas grave, dit-il gentiment. Tu t'es arrêté, c'est tout ce qui compte, d'accord...? Je vais bien et je...Enfin j'aurais dû t'amener de quoi manger au lieu de venir comme ça, pardonne moi... » Il se sentait aussi coupable de cette situation, en vérité. Il aurait dû se montrer plus prudent, ne pas venir titiller l'appétit d'un vampire qui venait de se réveiller par exemple...    

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Jeu 18 Nov - 1:07 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Il détestait le goût, ou plutôt son absence, mais le faux sang faisait son effet et apaisait cette faim à laquelle il avait fini par s'habituer, à défaut de l'accepter. Bien sûr il y avait le plaisir qu'il en tirait, la satisfaction du besoin comblé, mais ça restait boire du sang, aussi synthétique soit-il. Et il ne faisait pas vraiment de manière pour essayer de calmer un peu sa faim, au moins de quoi se comporter de manière un peu plus civilisée, sentant quelques gouttes de sang couler le long de ses lèvres et goutter sur son torse. Essayer de se tourner un peu quand Alastair était arrivé, parce qu'il n'aimait pas qu'il le voit comme ça. Parce que même s'il savait la réalité, même s'il avait plus d'une fois été aux premières loges, ça ne faisait que lui rappeler ce qu'était réellement l'homme qu'il avait choisi d'avoir dans sa vie et dans son lit, et l'erreur monumentale que c'était. Rassuré malgré tout, au moins un peu, en sentant sa main sur son bras. Un peu plus en entendant ses mots, et il avait lentement fermé et ouvert les paupières pour le remercier, s'excuser, lui dire qu'il l'aimait, un peu tout pendant qu'il continuait de boire.

Refermer la bouteille une fois terminée et la jeter à la poubelle, avant de s'essuyer rapidement la bouche et le torse avec une serviette jetable et rejoindre Alastair, se collant contre son dos et refermant ses bras autour de lui. Le serrer un peu contre lui et poser un baiser sur sa joue. Techniquement tu m'as apporté à manger en venant comme ça... Enfouir un peu son nez dans ses cheveux, inspirant son odeur, et poser un autre baiser sur son crâne. Et comme tu dis, j'ai réussi à m'arrêter à temps. Même si ce serait mieux si ça n'arrivait pas... Il finirait peut-être par y arriver, ça allait vraiment mieux ces derniers temps après tout. Peut-être parce qu'il faisait vraiment plus attention maintenant qu'Alastair et lui étaient réellement plus proches. Avec un petit soupir il avait installé son visage dans le creux du cou de l'homme, frôlant sa peau du bout du nez avant de murmurer. Le reste était très agréable, sinon... Glisser un bras autour de sa taille pour le rapprocher et se coller un peu plus à lui, effleurant son cou du bout des lèvres. Vraiment très agréable. Passer sa langue sur la peau de son amour, aussi pour effacer les petites rougeurs laissées par ses canines plus tôt, et il avait à nouveau posé sagement son visage sur son épaule.

Juste profiter un peu, maintenant que sa faim était presque calmée, autant de sa simple présence dans ses bras que de la chaleur qui se dégageait d'Alastair, et du calme si doux qu'il ressentait quand ils avaient ce genre de moments. T'as passé une bonne journée? T'avais l'air de bonne humeur en descendant. Sans parler de la partie où il l'avait clairement entendu chantonner, et il avait tout gâché en perdant le contrôle. Resserrer un peu ses bras autour de lui, pour se faire pardonner d'avoir ruiné le moment, et il avait repris. Quelque chose de prévu pour ce soir? Il aimait bien l'espèce de routine qui s'était installée depuis quelques temps, avec l'impression que ça l'aidait à garder le contrôle sur la bête. Se réveiller et le retrouver, passer un peu de temps avec lui, rester jusqu'à ce qu'il s'endorme et un peu plus longtemps encore avant de se lever, et lui préparer son petit-déjeuner avant d'aller le retrouver et s'endormir contre lui. Pouvoir faire ça aussi devait aider d'ailleurs, tout comme ne plus avoir à cacher ce qu'il ressentait, et il s'était légèrement redressé pour venir poser un baiser sur l'angle de sa mâchoire.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Jeu 18 Nov - 3:48 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Tout ce qu'il voulait, c'était le rassurer. Lui dire encore et encore que ce n'était pas grave. Il ne lui avait rien fait après tout, il s'était arrêté avant, c'était réellement cela le plus important, à son sens. Et il n'aurait pas dû venir comme ça, sans prévenir, sans lui apporter de quoi étancher la soif qui accompagnait toujours le réveil. Et quand il avait senti les bras d'Holden autour de lui, il s'était senti un peu mieux, le laisser boire et revenir le prendre dans ses bras était tout ce qu'il pouvait faire de toute façon. Mais il sourit gentiment en entendant sa petite plaisanterie et en le sentant enfouir son nez dans ses cheveux. Un geste qu'il aimait qu'il fasse, un geste si simple, si doux, juste le savoir là, à respirer son odeur...En plus, il commençait à atteindre une sacrée longueur, ses cheveux, peut-être qu'il faudrait songer à les faire couper. Certainement pas maintenant en tout cas. « Tu t'es arrêté, moi c'est tout ce que je vois, assura-t-il encore une fois avec un sourire dans la voix. »

Il laissa échapper un petit rire, appréciant ce qu'il disait, de même que sentir ses lèvres sur sa peau, sa langue qui réparait le peu de mal fait... « Là tout de suite, c'est tout aussi agréable tu sais. Alors pas la peine de t'en vouloir, tout va bien, avait-il soufflé en souriant toujours. » Il aimait l'avoir comme ça, contre lui, tout comme il aimait se réveiller à côté de lui, et toutes ces choses simples qui faisaient sa routine depuis quelques semaines. Une routine qu'il aimait de plus en plus, du reste. Qui l'aidait à laisser derrière lui certaines de ses habitudes, certains de ses tocs. « Oui, c'était une bonne journée. Je suis sorti travailler et je me suis occupé d'un tableau le reste de la journée, jusqu'à ce que je vienne te voir. » Doucement, Alastair avait desserré l'étreinte du vampire pour se tourner et venir lui faire face, glissant ses bras autour de son cou. « Et je continue d'être de bonne humeur, parce que la soirée va être aussi bonne que le reste de la journée, je le sais, affirma-t-il avant d'embrasser tendrement le vampire. »

Faire durer le baiser autant que possible, jusqu'à ce qu'il ait besoin d'un peu d'air, tout de même, et sourire en regardant Holden. Accepter ses sentiments, de plus en plus, et faire ce qu'il pouvait pour les exprimer à son homme était agréable. Mais ce soir, il avait prévu quelque chose d'encore plus agréable. « Et oui. J'ai prévu quelque chose ce soir. Disons plus ou moins. Si tu acceptes, dit-il avec un regard malicieux et un grand sourire. En fait, je voulais pratiquer un peu mon dessin, pour un travail de restauration. Le pratiquer avec toi, tu vois...? » Il avait toujours son petit air malicieux et se pressait un peu plus contre le vampire, glissant une main dans ses cheveux doucement pour les entortiller sur ses doigts. « Tu veux bien me servir de modèle alors...? implora-t-il presque avec une petite moue à la limite de supplication. »   

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Ven 19 Nov - 0:31 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Desserrer juste assez ses bras pour lui permettre de se tourner et les replacer tranquillement dans son dos, content de le voir d'aussi bonne humeur. Qu'il le soit plus régulièrement et plus longtemps aussi, depuis quelques semaines. Et répondre à son baiser avec la même envie, le plaisir du goût de sa bouche, la sensation de son corps contre le sien, et prolonger encore, jusqu'à ce qu'il soit nécessaire qu'ils se séparent. Sourire à Alastair en retour, la chaleur de ses sentiments au creux de son cœur. Il aurait pu passer le reste de la nuit à juste le regarder lui sourire comme ça, à l'avoir dans ses bras aussi simplement que ça, et il aurait été heureux de le faire. Et il avait posé un léger baiser sur le front de son amour avant d'écouter ce qu'il disait. S'il acceptait? Son grand sourire, aussi parfait soit-il, l'inquiétait un peu, surtout avec cette façon qu'il avait de le regarder. Il ne comprenait pas du tout où Alastair voulait en venir, même avec la suite. Parce que pratiquer certaines choses ensemble oui, ça il était totalement d'accord, mais il ne voyait pas trop le rapport avec son boulot de restaurateur ou l'art.

Un sourcil légèrement arqué, se demandant ce qu'il pouvait bien avoir en tête, qui avait disparu quand il avait senti la main d'Alastair dans ses cheveux, et il avait un peu plus souri devant sa moue. Tu sais que je vais dire "oui" parce que je peux pas te résister, hein? Frôler son nez du sien avant d'y poser un petit baiser, et prendre un air pensif. De l'autre côté... Si je dis "non", tu vas bouder, on va se chamailler, puis se réconcilier... Descendre ses mains dans le bas du dos de son ami alors qu'il se penchait un peu plus pour embrasser l'angle de sa mâchoire. Appuyer juste un peu sur ses reins pour le rapprocher de lui, surtout leurs bassins en fait, et murmurer au creux de son oreille. Et je sais que t'aime bien quand on se réconcilie... Continuer de descendre le long de sa mâchoire, s'attardant là où il savait que ça lui faisait le plus d'effet, avant de frôler du bout de la langue l'endroit où la veine affleurait. Juste le temps de quelques battements de cœur un peu plus rapide dont il avait senti la pulsation et il était remonté, posant un baiser tendre sur la joue de l'homme avant de lui sourire. Tu peux te servir de moi pour ce que tu veux, mon amour.

Un dernier petit baiser rapide et il l'avait relâché, s'éloignant pour aller fouiller dans les placards à la recherche de son verre pour finir son repas. Le sortir, avec une nouvelle bouteille, et le remplir avant de jeter la bouteille et de prendre une grande gorgée. Donc, modèle... En gros pas bouger pendant un long moment pendant que tu dessines, c'est ça? Parce que même s'il avait accepté, il n'arrivait pas vraiment à comprendre exactement ce qu'Alastair avait en tête. Pourquoi il le voulait comme modèle aussi. Oui il savait qu'il avait un physique qui plaisait, et qui ne changerait jamais maintenant qu'il était un vampire, mais pas vraiment le genre qu'on voyait dans les tableaux ou les sculptures. Une nouvelle grande gorgée, avant de continuer. Et je dois rester nu ou je pourrais m'habiller au moins un peu, d'ailleurs? Pas que ça me dérange d'être à poil, et je risque pas de chopper un rhume de toute façon, mais... Enfin je sais pas si j'ai envie d'être complètement à l'air pendant des heures pendant que tu me mattes... Une autre gorgée, pour dissimuler un peu cette petite gêne qu'il avait. Pas réellement pudique, les mois passés en Afrique avaient vite remédié à ça, mais pas vraiment à l'aise non plus devant l'homme qu'il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Ven 19 Nov - 18:29 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Son petit air malicieux sur le visage, il avait posé sa question, demandé si il pouvait se servir d'Holden comme modèle mais cette fois en assumant de le faire. Pas comme quand il le dessinait pendant la journée, quand le vampire dormait paisiblement, sans qu'il ne le sache ou qu'il ne voit même les dessins. Mais pas ce soir. Ce soir, il voulait vraiment le dessiner et le lui montrer. Peut-être n'y avait-il même pas de vrai projet de restauration en rapport à cela mais, il ne l'avouerait pas à son ami, même si c'était vrai. Pas tout de suite en tout cas. Parce qu'il avait bien vu ce que ça faisait à Holden, sans parler de ce que ça lui faisait à lui, se rapprocher d'un coup, sentir son coeur qui s'accélérait parce qu'Holden faisait exactement ce qu'il aimait...Et plaisanter sur leurs éventuelles disputes en rapport avec ça, ce qui le fit sourire... « Je peux bouder exprès, juste pour avoir droit à la réconciliation tu sais... avait-il plaisanté à son tour, tout fébrile rien qu'à sentir ses lèvres contre sa peau. » Il était à deux doigts de dire non à ce qu'il avait prévu, juste pour profiter un peu plus d'Holden et de ce qu'il semblait avoir en tête...

Mais déjà Holden s'éloignait de lui, pour aller finir de manger, faisant soupirer légèrement Alastair qui aurait voulu que ça s'éternise un peu plus. Mais tant pis, ils retrouveraient cette proximité plus tard, ça n'était pas important. Pas vraiment en tout cas. « Naaaan, t'es pas obligé de pas bouger du tout, tu peux très bien lire un bouquin ou regarder la télé ou je sais pas quoi d'autre, avait-il rassuré en rigolant un peu. Quant à rester nu ou pas... » L'artiste reluqua sans la moindre gêne le vampire, de haut en bas, s'attardant sur certaines zones qu'il affectionnait particulièrement, le tout en se mordant la lèvre inférieure sans même vraiment s'en rendre compte. « Même si ça ne me dérangerait absolument pas...C'est surtout ton visage que je veux dessiner ce soir, je n'ai plus l'habitude d'en peindre, si je l'ai un jour eue... » Il avait eu envie de lui dire qu'il était beau et que nu ou pas, ça ne changerait rien, il l'aimait peu importait comment il se présentait à lui. Mais rester nu à se faire croquer de la sorte n'était sans doute pas ce qu'avait prévu le vampire pour ce soir.

« Je vais descendre de quoi faire ça, comme ça tu pourras te mettre où tu veux et je m'adapterai, ok ? l'avertit-il en venant l'embrasser sur la joue gentiment. Et je voulais pas te mettre mal à l'aise. » Il s'écarta à son tour de son amant et retourna à l'étage, rassembler de quoi dessiner, de quoi peindre, se charger les bras d'un peu tout ça pour redescendre quelque peu difficilement. Il aurait peut-être dû faire deux voyages plutôt que d'essayer de tout prendre en une seule fois, mais il avait hâte, il avait juste envie d'avoir un moment tranquille avec Holden, un moment où ils pourraient discuter aussi pourquoi pas. Juste tous les deux.   

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 21 Nov - 22:26 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Il n'avait strictement aucun problème quand Alas le regardait comme ça, le désir visible dans ses yeux alors qu'il se mordillait la lèvre, au contraire ça lui donnait envie de jouer avec ça, de bouger juste pour mettre un peu plus en valeur ces endroits qu'il savait que son amant appréciait particulièrement. De réveiller un peu plus ses envies, et le laisser venir jusqu'à lui. Alors qu'en étant en train de le dessiner, ça serait juste de l'observation froide, technique, sans tout le reste entre eux, et peut-être que c'était ça qui le dérangeait plus dans cette histoire. L'envie de rester celui qu'Alastair aimait, pas juste un amas de reliefs et creux à recopier, et même s'il savait que son ami le dessinait quand il dormait c'était différent. Au moins il pourrait se couvrir un peu, c'était déjà ça. Il avait hoché la tête quand l'homme lui avait dit qu'il allait chercher ses affaires, souriant en sentant le baiser sur sa joue. Je survivrai. Reprendre une gorgée et le regarder sortir de la cuisine, écouter ses pas monter l'escalier menant à l'atelier, et il s'était finalement décollé du meuble pour sortir une nouvelle bouteille et remplir son verre. Juste le temps de nettoyer derrière lui, pas le moment pour réveiller les tocs de son meilleur ami, et il avait embarqué son verre avec lui jusque dans la chambre.

Entre deux gorgées il avait ouvert son côté du placard pour sortir un bas de jogging trop grand et le passer, en se disant qu'Alas voudrait surement le haut des épaules aussi pour son dessin, autant ne pas le cacher avec un tee-shirt. Plus qu'à décider du où, alors qu'il entendait la porte à l'étage se rouvrir. Et il était allé à sa rencontre dans le salon, lui ouvrant la porte avant de récupérer quelques affaires pour décharger un peu ses bras avec un sourire, puis poser un baiser sur sa joue. Demande, la prochaine fois. Parce que même s'il se sentait gêné, ça faisait plaisir à Alastair alors il le ferait autant de fois qu'il le voudrait. Tout pour continuer de voir son amour heureux et souriant. Poser délicatement ce qu'il tenait sur la table basse et de rejoindre le meuble où était rangés consoles et jeux. Le temps de sortir Journey et de le lancer, et il avait posé la manette sur le canapé avant de s'approcher d'Alastair et le prendre dans ses bras. Comme ça on peut discuter en même temps, j'ai pas besoin de faire trop attention. Aussi parce qu'il l'avait fini un sacré nombre de fois, et il comptait s'arrêter dans un niveau pour juste se balader de toute façon. Tu veux que je me pose comment?

Mais d'abord, l'embrasser doucement en caressant sa joue et l'angle de sa mâchoire. Pas longtemps, pas assez à son goût, mais s'ils s'étaient attardés plus Alastair aurait perdu toute envie de dessiner et ça n'était pas le but. Et il était allé s'installer dans le canapé, bougeant selon les directives de son amant pour prendre la bonne position, avant de lancer le jeu et l'introduction. Regarder Alastair s'installer, essayant d'enfermer dans un coin de son esprit la gêne toujours présente, et lui sourire quand leurs yeux s'étaient rencontrés. Et du coup, t'as reçu un tableau amoché au point où tu dois refaire tout un visage? T'as des photos d'avant que ça soit détruit ou d'autres trucs du genre pour restaurer? Il avait toujours été intéressé par le travail de son homme, dès leurs études en fait, et surtout il adorait l'écouter en parler. Voir la passion pour ce qu'il faisait, ce qu'il aimait, sur ses traits et son sourire, la petite lueur dans son regard quand il se perdait dans ces petits détails que seuls les plus acharnés connaissaient. Faudra que tu me fasses un avant-après... Et puis j'aimerais bien voir le tableau avant que tu le rendes aussi, si c'est possible. Lui faire un petit sourire et commencer à avancer dans le premier niveau, sans vraiment chercher à aller directement aux objectifs.




Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mar 23 Nov - 13:55 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Forcément qu'il avait galéré à tout ramener, bien trop empressé qu'il ne voulait pas perdre de temps en faisant plusieurs voyages. Heureusement qu'Holden était arrivé, même si il s'était un peu moqué, sinon il aurait sans doute fini par tout faire tomber. Il rit un peu et amène ce qui lui reste au salon, pour commencer à s'installer correctement. Il y avait quelque chose de nouveau à pouvoir dessiner Holden alors qu'il était éveillé, et pas endormi comme toujours, quelque chose qui lui plaisait bien plus également. Parce qu'il l'aimait, mais pas uniquement. Parce qu'il l'admirait aussi, d'être toujours là, de tenir bon, avec tout ce qu'il vivait, avec ses rêves en miettes, sa nature qui était devenue bien plus violente, bien plus dangereuse. Plus un simple humain comme les autres mais quelque chose qui avait cet instinct si animal...Comment ne pas admirer la force d'Holden dans ce genre de moments où il était si calme ? Comment ne pas vouloir rester à le regarder, à graver ses traits non seulement dans ses souvenirs mais aussi sur le papier, pour toujours l'avoir avec lui...Il ne changerait jamais, c'était un fait, mais ça ne voulait pas dire qu'il serait toujours le même pour autant. Et ce qu'Alastair voulait capturer là, c'était un moment à deux. Parce que lui, l'outre, il continuerait de changer, de vieillir, jusqu'à mourir. Un dessin, un tableau, c'était tout ce qu'il pouvait laisser comme trace d'eux deux ensemble...

S'installer et puis expliquer comment le vampire devait se positionner, pas besoin de choses compliquées, juste pouvoir saisir son regard, son sourire, ses boucles brunes sur son front...Et il commença lentement, comme toujours, à poser les bases sur la toile vierge. « Oui, commença-t-il à répondre avec un petit sourire. Le tableau est dans un sale état. C'est un tableau de l'école hollandaise, un jeune homme en train de lire et...Oui sur les photos que j'ai d'avant, il te ressemble un peu. » C'était pour ça qu'il voulait s'inspirer de lui, outre le fait qu'il sentait l'envie de le peindre lui, son vampire. Il faisait un modèle de choix et il y avait vraiment quelque chose, dans leurs regards, dans la forme de leurs mâchoires...C'était, pour une fois, un tableau qu'il aurait pu vouloir garder, mais ce n'était pas possible, bien entendu. « Je peux te montrer les photos si tu veux, je les ai sur mon téléphone » Un instant de pause, le temps de trouver le téléphone et les vieilles photos d'une exposition datant de plusieurs années en arrière, tendant l'appareil au vampire pour qu'il regarde lui-même. Et il avait reprit ses gestes lents et précis.

« Tu sais, ça me fait plaisir de pouvoir faire ça. Au-delà du travail, j'entends, soupira faiblement Alastair après quelques minutes de silence. Je...Je sais que tu changeras pas mais...Enfin je sais pas, quand je te regarde comme ça, j'ai presque l'impression de redécouvrir que je t'aime. » Il s'était arrêté un instant, juste pour le regarder, avec un sourire aimant sur le visage et, au fond de ses prunelles, un regard empli d'une passion intense, quoi que teintée d'une étrange tristesse. Tristesse à l'idée que cela ne dure pas. Que cela ne soit que quelques années dans la longue vie du vampire. Mais il ne lui en parlerait pas. Jamais. Pas besoin d'ajouter cela aux problèmes qu'ils avaient déjà. Pas besoin de commencer à réaliser, lentement, qu'Alastair était sur la pente descendante, que sa vie n'allait faire que raccourcir, inlassablement, qu'il allait vieillir. Il avait déjà les cheveux bien trop grisonnants, les traits bien trop tirés, ça n'irait pas en s'arrangeant. Alors qu'Holden...? Pour toujours il serait ce jeune homme à l'angle de la mâchoire parfait et au regard si perçant...Se cachant un peu derrière la toile, Alastair reprit son travail, se frottant un peu un œil pour essayer d'en chasser un peu les quelques larmes qui s'y accumulaient.   

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 24 Nov - 21:13 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Hocher la tête quand son ami lui avait un peu plus parlé du tableau et du courant auquel il appartenait, se souvenant vaguement de peintres qui en faisaient partie et le style qui allait avec. Parce qu'il soit un grand connaisseur comme Alastair, mais à force de le côtoyer et de le faire bosser pendant ses études, il avait quand même retenu quelques trucs au fil des années. Un peu perplexe sur le fait que le sujet du tableau lui ressemble, mais il faisait confiance à l'homme là-dessus. Et poser la manette sur ses cuisses pour prendre le téléphone et regarder les photos pendant que le bruit du crayon sur la toile reprenait. Pas juste comme ça histoire de, vraiment regarder. L'ensemble, mais surtout les détails en zoomant, et devoir avouer qu'il voyait effectivement une certaine ressemblance. Sourire un peu en entendant son amour briser à peine le silence, un peu plus à ses mots, et relever la tête pour trouver son regard. Son cœur qui s'était serré si agréablement à cette petite déclaration, et il avait du faire un effort pour rester sagement à sa place et ne pas combler la distance entre eux pour l'embrasser. Mimer du bout des lèvres un baiser et retourner à son observation du tableau, s'intéressant à d'autres photos qui montraient mieux certains détails. Juste pour me faire mal, ça coûte combien un tableau comme ça après restauration? Pas qu'il ait un jour les moyens, mais c'était le genre de tableau qu'il aurait bien aimé avoir chez eux.

Passer à une autre photo, et l'autre chose qu'Alastair avait mentionné qui tournait dans son crâne. Il ne changerait pas, pas physiquement en tout cas, restant toujours avec l'apparence qu'il avait la nuit où il avait été transformé. Il savait qu'il avait eu de la chance dans son malheur, avoir un corps jeune et en bonne santé pour l'éternité était un avantage certain, mais c'était aussi ne plus pouvoir vieillir avec l'homme qu'il aimait, qui continuait de subir le passage du temps. Dix ans qu'il le regardait changer, nuit après nuit, en sachant qu'il le verrait mourir un jour, et qu'ensuite il serait seul pour le reste de cette non-vie dont il n'avait pas voulu, sans sa seule raison pour tenir bon. Savoir qu'il lui restait peut-être une trentaine d'années avant que l'âge ne se fasse réellement sentir, et qu'ensuite ça serait de plus en plus difficile, mais il serait là jusqu'à la fin. Il préférait éviter d'y penser, mais c'était de plus en plus dans un coin de son esprit maintenant qu'ils étaient réellement ensemble, encore plus quand il se pliait aux envies de son amour pour lui faire plaisir. Prendre une grande inspiration pour essayer de chasser la tristesse et la douleur, lui tendre son téléphone et reprendre la manette de l'autre main, prêt à reprendre sa partie.

Sauf que l'homme n'avait pas récupéré son téléphone, n'ayant même pas l'air de réagir d'ailleurs. Remarquer seulement maintenant que les bruits du crayon s'étaient intensifiés, un peu trop pour que ça soit complètement normal, et froncer un peu les sourcils. Alas? L'absence de réaction, et le regard qu'il avait tourné vers son amour entièrement caché par sa toile. Poser le téléphone et la manette et s'avancer doucement vers lui, poussant juste un peu la toile pour le regarder et voir son regard humide. Hey, qu'est-ce qui va pas? S'approcher un peu plus et poser une main sur sa joue pour qu'il le regarde, essayant de deviner la raison de son mal-être. C'est quelque chose que j'ai dit? Parce que c'était forcément de sa faute, c'était toujours à cause de lui si ça se passait mal entre eux. Prendre son visage entre ses mains et se pencher pour poser un baiser sur son front, ses pouces caressant doucement le bas de ses joues. Quoi que ce soit, excuse-moi... Peu importe, du moment qu'il n'y avait plus cette tristesse dans les yeux de son amour. Du moment qu'il retrouvait le sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 24 Nov - 22:56 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Ce n'était pas une sensation agréable que de se rendre compte qu'il était éphémère, contrairement à l'homme qu'il immortalisait sur sa toile. Mais il allait s'en remettre. Parce qu'il savait qu'il avait une chance folle de vivre avec lui, d'être avec lui, de pouvoir vieillir dans ses bras. Une chance incroyable oui. Et encore plus quand il avait remarqué qu'Holden était venu jusqu'à lui pour voir ce qui n'allait pas. Bien entendu qu'il s'en était rendu compte, il se rendait toujours compte de ce qui n'allait pas, il savait toujours quand quelque chose clochait avec lui. Plonger son regard dans les yeux si bleus d'Holden et essayer d'oublier ce qu'il ressentait au fond de lui, ce qui n'allait pas dans son crâne. Esquisser un petit sourire, timide et discret. Venir poser une main sur sa joue aussi pour la caresser doucement, avec juste l'envie de remercier le vampire d'être là et de vouloir le consoler.

« C'est pas toi, Holden...C'est juste... marmonna un peu l'outre, essayant de trouver comment cacher ce qu'il pensait au fond de lui. Juste des souvenirs d'avant...A quel point je...J'étais aveugle et...Des fois ça me rend triste pour toi, d'avoir supporté tout ça, juste pour moi. Même pas un mensonge. C'était la vérité, juste pas celle qui le rendait triste à cet instant. Mais il ne pouvait pas lui dire ce qui le rendait triste, ce serait impensable de dire ça à Holden. Ce serait lui faire tellement de mal pour rien, juste pour pouvoir épancher ses pensées. Juste égoïste et stupide. Alors il n'allait rien dire, juste sourire un petit peu plus et amener une main à ses yeux pour se les frotter une nouvelles fois et chasser les dernières larmes qui s'étaient accrochées à ses cils. « C'est rien tu sais...Juste moi qui ai des relents mélancoliques, c'est tout. » Il s'était avancé pour déposer doucement un baiser sur ses lèvres.

Se reculer à nouveau pour sourire encore un peu avant de reprendre, comme si il n'y avait plus rien, comme si ce n'était pas grave. Il faisait au mieux pour cacher sa tristesse, pour cacher qu'il continuait de se sentir mal. Il aurait aimé juste pouvoir peindre, qu'Holden laisse de côté sa petite tristesse passagère, qu'il fasse comme si de rien n'était et retourne à son jeu vidéo. C'était bien plus simple. Même si c'était adorable de voir son vampire s'inquiéter de la sorte. « Tu voulais savoir combien ça vaut, un tableau pareil, t'es sûr que tu veux ? Ça fait un peu peur tu sais...Genre je crois que celui-là, il coûte le prix de notre appartement. Bon peut-être pas autant, mais c'est cet ordre de prix là en tout cas... » Ce n'était jamais quelque chose sur lequel Alastair se concentrait, jamais vraiment important de savoir combien valait les œuvres sur lesquelles il travaillait. Au contraire même, il préférait ne pas savoir, pour éviter de paniquer si il faisait une erreur.

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Jeu 9 Déc - 23:47 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Il avait pressé sa joue contre la main d'Alastair, un sourire teinté d'inquiétude sur les lèvres. Les serrer un peu à la suite, et continuer ses caresses sur les joues de son amour, en sachant que ça ne chasserait pas ces pensées. Répondre à son baiser avec douceur, essayant d'y faire passer tout son amour en espérant que ça l'apaiserait un peu. Il y avait autre chose, il pouvait le voir dans son regard, mais il ne lui demanderait pas, parce que c'était comme tout le reste, c'était à Alastair de choisir quand il serait prêt à lui en parler. A lui de décider s'il voulait le faire ou non, lui serait là pour lui quoi qu'il arrive. Et il l'avait regardé se réinstaller avant de poser un baiser sur son front et de retourner sagement à sa place, posant le téléphone près de son ami avant de reprendre la manette. Jeter encore un regard à l'homme qui était retourné à son dessin, cherchant un signe de ce qui pouvait bien tourner dans son crâne sans savoir quoi, et retenir un soupir avant d'avancer un peu dans son niveau.

Hocher de la tête en entendant l'estimation du prix du tableau, même s'il ne comprenait pas vraiment comment on chiffrait ce genre de choses. Enfin si, une question de rareté et d'estimation monétaire du talent de l'artiste, c'était surtout qu'il ne voyait pas comment on pouvait mettre un prix sur le talent d'une personne. Donc largement en dehors de mes moyens... Comme plus ou moins tout ces derniers temps, il n'avait pas travaillé depuis sa mésaventure avec le garou, craignant trop un nouvel incident du genre et tout ce que ça avait engendré. L'envie de passer le plus de temps possible avec Alastair aussi, peu importe comment ils le passaient, juste pour être avec lui, chez eux. Avancer un peu plus dans le niveau pour passer au suivant, s'y promenant plus qu'autre chose, et jeter un nouveau regard à Alastair. Toujours derrière son dessin, pas moyen de le regarder sans bouger et se faire remarquer, alors il avait retourné son attention sur l'écran. Le léger soupir qu'il avait retenu, avant de briser le silence tranquille. Faut pas que tu sois triste pour moi, mon cœur, j'ai choisi ça. Etre près de toi, peu importe la manière, c'était ce que je voulais... Ce que je veux toujours, encore plus même...

Le regard fixé sur l'écran encore un moment, à juste regarder son personnage glisser dans le sable sans autre but qu'apprécier la beauté simple du décor. Et puis... Ça a pas commencé à la fac ou quand on a couché ensemble pour la première fois... Encore avant, au lycée en fait. Je savais pas exactement que c'était ça, juste que je voulais être là où t'étais et que ton sourire me faisait des feux d'artifices dans la tête et dans le ventre. Sourire doucement à l'image du tout jeune Alastair qu'il avait rencontré à l'époque, à la douceur de ses traits d'alors, au souvenir de cette chose si étrange et inconnue qu'il avait ressenti pour lui. J'avais pas vraiment besoin d'un groupe d'études hein... Mais ça avait été un bon prétexte pour le côtoyer, pour le connaitre un peu plus. Pour tomber amoureux sans même le réaliser, juste heureux de pouvoir être près du jeune homme d'alors et devenir son ami. Je regrette de pas t'en avoir parlé plus tôt oui, mais pas d'avoir eu autant de temps pour être sûr de ce que je ressens pour toi et apprendre à t'aimer et prendre soin de toi. Même quand ils se disputaient, y compris avec les horreurs qu'ils avaient vécu, jamais regretté une seconde.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Ven 10 Déc - 13:54 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Les choses semblaient avoir repris leur cours, tranquillement. Holden s'était remis à son jeu et Alastair à son dessin. Comme si c'était la chose la plus naturelle du monde, comme si il n'y avait qu'eux dans l'univers. Mais de toute façon, pour l'outre, il n'y avait pas grand monde dans l'univers. A part lui, le vampire assis là, il n'y avait personne qui comptait. Certainement pas les siens, sa famille qui ne l'avait jamais compris de toute façon. Non, juste Holden. C'était tout ce qui comptait et, même si il avait réussi à faire en sorte que le vampire ne creuse pas plus que ça, il n'en restait pas moins triste à la perspective de vieillir sans qu'il change. Mais se concentrer sur son ouvrage aidait, de même que d'entendre le cliquetis de la manette, de voir son ami et amour qui pensait aussi à autre chose. Enfin il l'espérait en tout cas. Penser à autre chose, pas facile quand il voyait les traits parfaits se dessiner sur la toile, mais c'était lui qui avait demandé, il n'allait pas changer d'avis maintenant, ça aurait paru bien trop bizarre, bien trop inquiétant. Et il n'avait pas envie d'inquiéter Holden.

Mais quand le vampire brisa le silence entre eux, Alastair arrêta net son mouvement, un petit sourire apparaissant sur ses traits. Il avait entendu le petit mot doux et en aurait presque soupiré, même si cela lui faisait aussi étrange. Mais la suite lui fit perdre ce petit sourire qu'il avait retrouvé un instant. Ses yeux s'étaient un peu voilés, son esprit repensait à cette période lointaine, celle de leur adolescence envolée où, lui aussi, avait commencé à ressentir ce qu'il acceptait enfin réellement. Ses sentiments sur lesquels il n'avait pas su mettre de mots l'époque, même si ils étaient déjà là, naissants au milieu de tout ce qui tourmentait l'outre alors jeune homme. Il était encore derrière sa toile, s'y cachant, pour ne pas montrer encore une fois ce qu'il avait dans la tête, ce qui le tourmentait. Mais ce n'était pas si simple. Parce qu'encore une fois, penser à ce qu'ils étaient à l'époque ne faisait que lui renvoyer à ce qu'il était maintenant. L'homme vieillissant face à celui qui serait toujours parfait.

Cette fois cependant, il posa tout et se releva pour venir dans le canapé, pour venir se blottir contre Holden et se rassurer en sentant sa présence, son corps contre le sien. Il voulait juste savoir qu'il serait toujours là, quoi qu'il lui arrive. Mais ce ne serait pas le cas. Holden partirait forcément, il le laisserait, c'était certain, quand il serait trop vieux, ou trop malade, ou quoi que ce soit dont le vampire ne pourrait pas s'occuper, ne voudrait pas s'occuper. Alastair enfouit son visage contre Holden, pour cacher les larmes qui étaient remontées à ses yeux, encore. « Je suis pas sûr de mériter quelqu'un comme toi... avait-il soufflé contre son amour, le coeur serré par tout ce que l'autre avait dit et ce qu'il ressentait lui-même. Tu devrais même pas être avec moi... » Il s'était blotti encore un peu plus contre le vampire.

Et se faisant, il avait commencé à pleurer réellement. « J'ai peur Holden...Quand je te vois comme ça, qui n'a pas changé, qui est toujours...toi...Et quand je me vois moi... marmonna-t-il au milieu de ses sanglots. J'ai peur que tu t'en ailles, parce que je vais vieillir, je vais décrépir, comme ces toiles que je retape...Et je vais mourir... » Il avait pleuré de plus belle, son corps secoué par les sanglots, ses mains accrochées au tissu des vêtements du vampire. Il ne voulait pas le lâcher, il ne voulait pas le voir partir, il ne voulait pas qu'il se lasse de lui, de sa fragilité, de son éphémérité. Mais ça arriverait. Forcément, cela arriverait à un moment où à un autre. Et lui, l'outre, il n'était pas comme un tableau, il ne suffisait pas d'un coup de peinture pour le restaurer et pouvoir de nouveau l'admirer. Quand il serait trop vieux, il n'y aurait plus qu'une chose à faire : le jeter.

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Ven 10 Déc - 19:24 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Pas vraiment fait attention au bruit du crayon contre la toile qui s'était arrêté, se disant que c'était juste une pause avant de reprendre le dessin, peut-être le temps de défouler un peu son poignet ou quelque chose comme ça. Pas réagit non plus quand il l'avait entendu se lever, sûrement pour prendre quelque chose qu'il avait oublié, ou boire un peu. Et il avait été plus que surpris en le sentant d'un coup contre lui, ses sourcils se fronçant d'un coup alors qu'il posait la manette pour prendre Alastair dans ses bras. Froncer un peu plus les sourcils en entendant ses mots, mais surtout le ton de sa voix. Sa façon de se cacher un peu plus contre lui, et sa propre envie de lui dire d'arrêter de penser ce genre de choses parce que ça n'était pas vrai. Presque fait, quand il avait senti l'humidité contre sa peau, les premières secousses des sanglots de son meilleur ami. Son cœur s'était serré à ses mots, à la douleur qu'il entendait dans sa voix, à ces pensées que lui-même avait et qu'il voulait juste oublier pour profiter de la soirée avec lui.

Le soupir qu'il avait retenu, poussant un peu plus la manette pour attirer son amour sur lui, plaçant le visage d'Alastair dans son cou alors qu'il refermait à nouveau ses bras sur lui, appuyant sa tête contre celle de l'homme, ses lèvres pressées contre sa peau. Calme-toi... A peine un murmure, surtout pour lui rappeler qu'il était là. Qu'il pleure s'il en avait envie, s'il en ressentait le besoin, il le garderait dans ses bras jusqu'à ce que ça aille mieux. Simplement caresser doucement ses cheveux et le haut de son dos, continuer de poser quelques baisers doux là où il le pouvait, et attendre que les sanglots diminuent au moins un peu avant de reprendre, la voix toujours aussi basse. Je ne m'en irais pas... La grande inspiration qu'il avait prise pour rester le plus calme possible, parce qu'il ne pouvait pas flancher lui aussi, même si le simple fait qu'Alastair allait mourir un jour le terrifiait, et il avait un peu plus serré l'homme contre lui. Je t'aime Alastair, je resterai avec toi jusqu'au bout... Jusqu'à son dernier souffle, jusqu'à ce que toute chaleur ait disparu de son corps, et ensuite...

La gorge plus serrée alors qu'il enfouissait son visage dans le cou de son amour, sa vue se voilant de rouge, respirant son odeur pour essayer de rester calme. De ne pas craquer à son tour. Parce qu'il ne voulait pas penser à ce que serait son existence sans Alastair, encore moins une éternité sans lui. Bien sûr qu'il le voyait vieillir, mais ils avaient encore du temps non? Encore quelques dizaines d'années à pouvoir être ensemble avant d'être obligé de lui dire au revoir, normalement... Mais ça serait jamais assez, et il ne voulait même pas imaginer comment ça serait après, parce qu'il ne voulait même pas penser à une vie sans lui. Je t'aime... Je t'aimerais quand tous tes cheveux seront blancs, et quand je devrais t'aider à manger, et quand il faudra t'aider pour le reste... Je... Fermer les yeux pour ne plus voir le rouge et se blottir un peu plus contre lui. Eternellement jeune, à le voir vieillir, sachant parfaitement tout ce qui pouvait arriver avec l'age. Je... Je serais toujours là, d'accord? Cœur et gorge serrés si fort qu'il avait l'impression qu'ils allaient se briser, et il avait juste serré un peu plus Alastair contre lui, caressant ses cheveux pour le calmer.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Ven 10 Déc - 22:25 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Les larmes coulaient toutes seules, sans qu'il puisse rien faire pour les retenir. Parce que la simple pensée de ce qui allait se passer, de ce futur qui viendrait quoi qu'ils tentent de faire pour l'enrayer, cette simple idée lui brisait le coeur. Il avait peur qu'il l'abandonne, qu'il le laisse souffrir dans sa vieillesse. Et même temps, pouvait-il réellement lui en vouloir ? Non. Il ne lui en voudrait pas de partir. Personne ne pourrait lui en vouloir. Il serait jeune éternellement, il connaîtrait d'autres amours, d'autres bonheurs, il ne pouvait pas s'enchaîner à la souffrance ainsi. Il ne devait pas faire ça. Et ces pensées, Alastair ne pouvait pas les ôter de son crâne, elles tournaient et retournaient encore et encore, comme une chanson qui resterait coincée et chanterait sa mélodie irritante sans cesse. Il se blottissait contre le vampire, contre son meilleur ami, contre celui qui devrait l'abandonner à un moment ou à un autre pour se préserver. Entendre sa voix douce dans un murmure et commencer, peu à peu, à calmer les sanglots qui l'agitaient. Parce qu'il était encore là, au moins un peu, au moins quelques années, et le serrait dans ses bras pour le calmer, pour le réconforter, pour qu'il se sente mieux...

Entendre à nouveau la voix de son meilleur ami lui murmurer qu'il resterait, qu'il l'aimait, qu'il serait là jusqu'au bout. Le coeur d'Alastair se serra encore plus à ses mots, à ses simples petits mots et il dut se retenir de toutes ses forces pour ne pas se remettre purement et simplement à pleurer. Il se sentit si coupable, souffrant autant de la peur de le perdre que de la peur de lui faire un mal terrible en l'obligeant à rester et à souffrir avec lui. Ce serait cruel. Alors il ne répondit rien, préférant rester contre lui, qu'il aimait plus que tout, plus que lui au fond. Il supporterait la souffrance seul. Comme il avait supporté tous les maux jusque là. Sa famille. L'enfermement psychiatrique. La Bête. Il supporterait tout. Mais Holden continua malgré tout et, cette fois, l'outre ne put retenir un petit rire au milieu des larmes qui s'étaient remises à couler. Un rire stupide à cette pensée d'Holden en train de l'aider à manger, en train de l'aider à juste s'allonger, à faire toutes ces choses de la vie qu'il ne pourrait plus faire seul...Toujours là. C'était ce qu'il promettait. L'outre continua de pleurer, de se recroqueviller encore plus contre lui, il lui semblait soudain qu'il était si petit et si faible à côté du vampire...

« Ne dis pas ça... avait-il sangloté de plus belle, sa voix tremblante comme jamais. Je...Tu ne peux pas faire ça...Tu ne devrais pas...C'est... » Alastair fit tous les efforts possibles pour se redresser, pour regarder le visage parfait d'Holden et poser une main sur sa joue doucement en frottant sa peau du pouce. Ses yeux étaient plein de larmes et sa lèvre tremblait un peu, alors qu'il vint poser son front sur celui du vampire. « J'ai peur de te perdre, j'ai peur que tu m'abandonnes mais je sais, au fond, je sais que tu devras le faire. Je ne peux pas te demander de rester avec moi jusqu'au bout. Ce serait cruel. Ce serait mal. Tu ne mérites pas ça... » Sa voix s'était brisée et ses yeux fermés, alors qu'il recommençait à pleurer. « Je...Je t'aime et...Je ne veux pas...Je ne veux que tu me vois vieillir et mourir...S'il te plait...Je ne veux pas que tu me promettes de rester. Je veux que tu me promettes de t'en aller, quand ce sera le moment... »  

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 12 Déc - 23:23 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Continuer de caresser lentement ses cheveux, son dos, en espérant le réconforter, le calmer. Qu'il chasse de son esprit les doutes et les peurs qu'ils semblaient avoir, parce qu'ils n'avaient pas de raison d'exister. L'entendre dire qu'il ne devrait pas dire ce genre de choses et sentir son cœur se serrer un peu plus, ses yeux le piquer. Pas envie de penser à ça, pas envie de se rappeler la réalité, ce qui arriverait une fois qu'Alastair ne serait plus, et laisser son meilleur ami se redresser et poser son front contre le sien, ses mains remontant pour se poser en coupe autour de son visage, essuyant ses larmes des pouces. Sentir sa gorge se serrer toujours plus à ses mots, à ses peurs si contradictoires, et fermer les yeux pour essayer de contenir les larmes, la douleur. C'est encore plus cruel de m'enlever les derniers moments à être heureux à tes côtés avant une éternité sans toi. La voix basse, étouffée, douloureuse, s'appliquant à essuyer chaque larme dès qu'elle coulait sur les joues de son amour même s'il savait que ça ne les arrêterait pas.

Les yeux toujours fermés, une de ses mains s'était placée sur la nuque d'Alastair pour le garder comme ça près de lui, l'autre caressant doucement sa joue. J'ai réfléchis à tout ça tu sais... Bien avant qu'on soit ensemble... L'esquisse d'un sourire, bref, parce que c'était la première fois qu'il utilisait ce terme même si ça faisait maintenant quelques semaines. Quand j'ai commencé à comprendre que j'allais te voir vieillir, t'affaiblir et mourir... Quand j'ai réalisé qu'un jour je me réveillerais et tu ne seras plus là, quelque part... Sa voix étouffée par la douleur, la chaleur qu'il sentait au bord de ses paupières et la grande inspiration qu'il s'était forcé à prendre pour essayer de rester calme. Et je savais déjà que je regretterais toujours de ne pas avoir profité de chaque instant possible à tes côtés, quelle que soit la façon. Les tremblements qu'il sentait dans sa main et il l'avait juste remontée dans les cheveux de son amour, les caressant lentement en prenant une autre inspiration. S'efforcer de rester calme, malgré les larmes de plus en plus lourdes, aveugle aux légères variations de lumière dans la pièce.

Réaliser qu'il verrait Alastair mourir un jour avait été bien plus difficile qu'il ne l'aurait cru, l'émotion lui avait fait perdre le contrôle à l'époque, et même s'il s'en sortait mieux maintenant ça restait compliqué. Se forcer à respirer le plus calmement possible, serrant un peu plus les paupières, avant de reprendre tout aussi bas. Je sais même pas si j'arriverais à vivre dans un monde où t'es pas, mais je veux pas le faire en me disant que j'aurais pas été à tes côtés jusqu'au bout, quoi qu'il arrive, avec toi. Sentir la première larme grossir au coin de sa paupière et ne pas réussir à la retenir malgré tous ses efforts, et caresser un peu plus les cheveux d'Alastair, comme si ce contact pouvait l'apaiser un peu plus malgré son état. Je peux pas Alas... Je peux pas te laisser alors que tout ce que j'ai toujours voulu c'est être avec toi... Les autres larmes qui avaient suivies, autant à cause de cette simple idée que le fait qu'il avait encore une fois gâché leur soirée, à juste rappeler à Alastair tout ce qui n'allait pas au lieu de l'aider à aller mieux. Et il avait passé ses bras à nouveau autour de son amour, le ramenant contre lui en le serrant plus, peut-être un peu trop, les épaules secouées par les sanglots qu'il essayait de contenir.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 13 Déc - 13:19 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Pleurer encore un peu plus, parce qu'il ne savait rien faire d'autre, parce qu'il ne pouvait rien faire d'autre. Rien qu'un incapable petit mortel. Même pas le sorcier qu'on aurait voulu qu'il soit. Juste un outre, ridicule et sans utilité. Il aurait tout donné pour être ce qu'on attendait de lui, fut un temps. Maintenant, il aurait tout donné pour ne pas qu'Holden souffre à cause de lui, pour ne pas qu'il le voit mourir. Qu'était sa souffrance à lui face à celle du vampire de toute façon ? Lui, il ne souffrirait qu'un peu, quelques années, au pire, Holden allait devoir vivre avec ça, avec cette image, avec ces souvenirs. Et même si on faisait tout ce qu'on pouvait pour se rappeler les bons moments, quand on assistait à cela, on ne se rappelait plus que cette fin si difficile à supporter et à voir. Il ne s'en rendait juste pas encore compte...Et chaque mot qu'il ajoutait, chaque mot que prononçait le vampire, ne faisait que plus mal encore. Et ne faisait que pleurer de plus belle l'outre.

Oh bien entendu, il comprenait pourquoi. Il comprenait qu'il le veuille près de lui, qu'il veuille vivre avec lui jusqu'au bout. Il le voulait aussi. Mais il savait aussi ce que ce serait, l'horreur, la souffrance, la culpabilité aussi sans doute, de le voir mourir alors que lui continuait à vivre. Et tout ce à quoi Alastair était capable de penser c'était la peine que cela ferait à Holden, nullement la beauté de voir qu'il l'aimait au point de vouloir rester avec lui jusqu'au bout. Il avait juste mal, il continuait à pleurer, lamentablement, ses bras étaient retombés à ses côtés et il était juste secoué par ses sanglots. Jusqu'à ce que le vampire le prenne de nouveau dans ses bras, le serre à nouveau contre lui. Alastair se pressa contre lui, toujours un peu plus, parce que c'était le seul endroit où il se sentait bien, où il se sentait en sécurité. Il aurait tant voulu pouvoir y rester pour toujours, ne jamais avoir à le quitter, à disparaître de la vie du vampire...

« Mais ce sera pire de me voir disparaître... avait-il soufflé doucement. Je sers à rien, juste à te faire souffrir, depuis qu'on se connaît... » Pleurer encore plus en réalisant qu'il n'avait été qu'une malédiction pour son ami, depuis le début. Un ami qu'il n'aurait pas dû fréquenter, un homme dont il n'aurait pas dû tomber amoureux, rien qu'un pourvoyeur de souffrances, toujours plus fortes et injustes pour Holden. Le faire souffrir, tout le temps, à chaque erreur, à chaque problème, à chaque fois qu'il ne comprenait pas quelque chose...Il en revenait toujours à cela, en fait, à faire du mal à Holden, tout le temps. Même sa mort ferait du mal à Holden. A moins que...Peut-être qu'il accepterait. Alastair renifla, essayant de taire ses larmes au moins un instant, le temps de dire ce à quoi il venait de penser. « Je...je veux pas juste te faire souffrir, parce que tu vas me voir mourir et dépérir et tout ça...Si tu veux pas partir quand ça commencera à aller mal...Alors peut-être que...Tu pourrais te nourrir de moi, une dernière fois. Pour la dernière fois, tu vois...Une manière de rester un peu plus longtemps avec toi... »  

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 13 Déc - 20:56 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

S'accrocher à lui, parce qu'il ne voulait pas le perdre. Il savait que ça arriverait un jour, mais il ne voulait pas y penser, pas maintenant, jamais s'il avait eu son mot à dire là-dedans, mais c'était comme ça. Le rapprocher encore plus de lui si c'était même possible, sans réussir à chasser de son esprit cette réalité qu'il ne voulait pas voir arriver. Parce qu'il le voyait parfaitement, son amour, vieux et usé par la vie, par les années à servir de repas occasionnel à un vampire aussi, les yeux fermés, son visage sans sourire, son corps sans chaleur. Il les connaissaient et comprenaient parfaitement, toutes ces histoires et ces légendes qui parlaient de la douleur de celui laissé derrière, et il ferait construire bien plus qu'un palais de marbre blanc pour veiller sur Alastair s'il en avait la possibilité, mais ça ne changeait rien. Dis pas ça... Tu sais que c'est pas vrai... La voix enrouée par la tristesse et la douleur, étouffée par les sanglots, mais pas de sa faute. Juste la marche naturelle des choses qu'il ne pouvait pas accepter en sachant qu'il ne pouvait rien faire contre, alors qu'il remontait une main dans la nuque de son amour pour la passer lentement dans ses cheveux.

En entendant l'homme reprendre la parole, il s'était mis à embrasser lourdement ses cheveux, son crâne, décollant à peine ses lèvres pour les poser à nouveau presque aussitôt, avant de se figer. Serrer plus les paupières parce qu'il sentait les larmes revenir de plus belle, et enfoncer ses doigts dans ses cheveux, inspirant son odeur, ses lèvres tremblantes pressées contre le crâne de son meilleur ami. D'accord... Bien sûr qu'il le ferait, tout ce qu'il voudrait, tout du moment qu'ils pouvaient être ensemble jusqu'au bout. Y compris tuer l'homme qu'il aimait plus que tout au monde quand sa mort serait proche, parce que c'était ce qu'il lui demandait au final, ce qui arriverait. Le prendre dans ses bras une dernière fois, sentir sa chaleur contre lui une dernière fois, sentir son goût si parfait sur sa langue une dernière fois. Boire son sang jusqu'à ce que les battements adorés de ce cœur qu'il aimait tant, fatigué par l'âge, s'arrêtent et continuer d'exister grâce à lui, à défaut de vivre. Seul, mais au moins il aurait été avec son amour jusqu'au bout, à ses côtés jusqu'à la fin, c'était ce qui comptait. Je t'aime... Lui murmurer, forçant pour que sa voix sorte, rauque et laborieuse, et embrasser ses cheveux encore avant de juste presser ses lèvres contre son crâne.

Juste une pensée qui tournait dans son crâne, assourdissante, déchirante, le faisant trembler alors qu'il s'accrochait au corps chaud dans ses bras pour ne pas sombrer : Alastair allait mourir. Demain, dans une semaine, un mois, une décennie, peu importe, un jour il allait mourir. Un jour il le perdrait définitivement. Et ça serait uniquement de sa faute. Les sanglots qui s'étaient fait plus forts, plus violents, et les larmes qui coulaient sans qu'il puisse les retenir au moins un peu face à cette peur qui broyait tout à l'intérieur. Les mots qui étaient sortis, aussi impossibles à retenir, alors qu'il serrait son amour dans ses bras. Je veux pas que tu meurs... Je veux pas te perdre... L'impression d'étouffer alors qu'il n'avait plus besoin de respirer, le goût de son propre sang, de ses larmes, sur ses lèvres alors qu'il pressait encore ses lèvres sur le crâne de l'homme, que ses doigts s'emmêlaient dans ses cheveux et serraient pour le garder le plus près de lui possible. Terrifié à l'idée de cette mort, de son approche inéluctable, de ce qui se passerait une fois qu'il ne serait plus là. Je veux pas te perdre... Promets-moi... Promets-moi que tu me laisseras être là jusqu'à la fin... S'il te plait...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 13 Déc - 22:12 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Continuer à pleurer, en se pressant contre lui, en ne voulant pas penser à l'horreur que ce serait de vieillir à ses côtés, de mourir en sachant qu'il le laissait, mais il ne pouvait pas faire autrement. Ces images, il les avait en tête, sans même le vouloir, sans même que ce soit de sa faute ou de celle d'Holden, c'était juste ainsi. Irrémédiable conclusion à leur histoire qui arriverait à un moment ou à un autre. Serrer dans ses bras le vampire et le laisser pleurer, le laisser serrer ses cheveux entre ses doigts, vouloir ne faire plus qu'un avec lui. « Je t'aime aussi... murmura-t-il entre deux sanglots. » Il avait juste mal d'entendre la voix d'Holden, d'entendre son ton, de sentir sa douleur si forte...Il avait le coeur serré, prêt à exploser sous la pression qu'il n'arrivait toujours pas à relâcher, malgré les pleurs, malgré les sanglots, malgré la présence de son vampire tout contre lui...

Alastair n'en pouvait plus. Il préférait presque l'époque, pas si lointaine, où il n'avait pas réalisé, où il ne s'était pas avoué à lui-même qu'il aimait Holden. Tout était bien plus simple alors. Il savait mieux gérer la douleur de ce temps-là, le stress qu'il éprouvait à se demander quand la Bête allait sortir de l'ombre pour s'en prendre à lui. Il savait gérer la peur, la douleur physique et tout ce qui allait avec. Mais ça...Non ça c'était trop dur, il ne pouvait pas supporter l'idée d'abandonner Holden. Mais il ne pouvait pas non plus supporter l'idée de rester avec lui jusqu'au bout et de le faire souffrir au passage. Et pourtant... « Je te le promets... avait-il soufflé en sanglotant toujours. Je te promets que tu pourras rester jusqu'au bout... » Il pleura de plus belle en se recroquevillant un peu plus contre Holden.

Ce n'était même pas mourir qui lui faisait peur, juste ce que cela allait entraîner. La solution aurait été de ne pas mourir, même Holden ne voulait pas le voir mourir. Serrer contre ce corps froid, qui pleurait du sang, dont il ne sentait pas le pouls...Tourner un peu la tête et bouger, essayant de se décoller du corps de son ami. Du corps du vampire qu'il serrait dans ses bras et qu'il aimait. Du vampire qui n'allait pas vieillir. Pas mourir. Il se redressa, doucement, pour faire face à Holden, pour venir encadrer son visage de ses mains. Il avait encore de nombreuses larmes dans les yeux, avec une tristesse infinie, bien conscient que ce qu'il s'apprêtait à dire ne plairait pas à son ami. « Holden je...Je suis pas obligé de mourir... murmura-t-il d'une voix faible. Tu peux...Enfin...Toi tu ne vas pas mourir. Je... Il ne finit pas sa phrase, baissant simplement le regard, sachant trop bien ce que cela signifiait, ce que cela impliquait. Un choix qu'il voulait faire sans oser pourtant l'énoncer à haute voix. Parce qu'il ne savait que trop bien combien ça avait été difficile pour Holden. Cette condition qu'on lui avait imposée et que l'outre s'apprêtait à lui demander de partager...  

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mar 14 Déc - 22:19 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Pensé que ça le rassurerait au moins un peu, qu'Alas lui promette qu'il pourrait rester avec lui, mais pas vraiment. Parce que ça ne changeait rien au fait que l'amour de sa vie allait mourir un jour ou l'autre pendant que lui continuerait d'être là, et rien ne pouvait changer ça. Se replier un peu plus autour de lui, enfouissant son nez dans ses cheveux alors qu'il continuait de pleurer, alors que la douleur ne faisait que grandir à l'intérieur. Peut-être était-ce parce qu'ils n'étaient réellement ensemble que depuis peu, ou qu'Alastair répondait enfin à ses sentiments, mais ça lui semblait insurmontable, impossible à même essayer de calmer un peu. Les paupières fermées à en trembler, pressées au plus près de son amour, ignorant les lumières autour d'eux qui s'étaient presque éteintes, ses bras enroulés tout autour de lui, il ne pouvait rien faire d'autre que laisser la tristesse, la souffrance, la peur, tout ce qui tournait dans son crâne et qu'il n'arrivait pas à nommer, prendre le dessus. Pas vraiment senti les mouvements de l'homme contre lui, pas tout de suite, pas avant qu'il ne sente les mains sur ses joues qu'il savait couvertes de sang à force d'avoir pleuré. De toujours pleurer, parce qu'il était juste incapable de faire autrement. Pleurer et avoir mal. La honte aussi, qu'Alastair le voit comme ça, aussi pitoyable, et il avait détourné le regard à défaut de pouvoir fuir ses mains. De ne pas vouloir aussi, même s'il ne pouvait pas affronter son regard. Comment pouvait-il même espérer que l'homme le croit capable de supporter les années difficiles avant la fin s'il n'était même pas capable de fonctionner maintenant simplement en parlant de ce jour normalement lointain?

Secouer légèrement la tête aux premiers mots, parce qu'évidemment qu'il était obligé de mourir, il était humain et les humains mourraient. Tout mourrait un jour, c'était comme ça. Continuer de secouer la tête, parce qu'il n'avait pas besoin qu'Alastair lui rappelle qu'il continuerait d'exister une fois que lui serait mort, et ne juste pas comprendre à quoi ça lui servait de remuer un peu plus le couteau dans la plaie. Pas comprendre où il voulait en venir. Pas tout de suite en tout cas. Pas avant qu'il n'essuie les larmes de son visage et voit le sang. Non... Il aurait voulu ne pas comprendre, alors qu'il relevait lentement le regard vers celui qu'il aimait plus que tout, les mains figées sur son propre visage. Son visage maculé de larmes, le sang des siennes qui tâchait ses cheveux. Alas non... Se reculer, une nouvelle terreur lui broyant le ventre, le cœur et le crâne, les lumières et l'écran se mettant à varier rapidement. Tu... Non... Evidemment que c'était la réponse à leur problème, mais ... Non, il ne pouvait pas faire ça. Pas lui, pas comme il était, pas avec ce qu'il aimait. Pas avec ce que ça faisait. L'impression d'étouffer à nouveau, se plaquer un peu plus contre les coussins, n'arrivant même pas à comprendre comment Alastair pouvait même vouloir ça. S'en vouloir de ne pas y avoir pensé plus tôt, pour l'empêcher de le proposer.

Il ne pouvait pas rester là, il devait s'éloigner. Pousser Alastair le plus délicatement possible et se lever, chancelant légèrement avant de faire quelques pas. Pas loin, juste pour avoir un peu d'espace, de l'air. L'envie d'aller dehors, d'inspirer l'air frais de la nuit, mais il s'était retenu, le regard posé sur son amour dans le canapé en se passant une main sur le visage avant de l'essuyer sur son jogging. Tu sais pas ce que tu demandes... Tu peux pas vouloir ça... Pourtant il savait, il l'avait vu sur lui, ce qu'il était devenu depuis sa transformation. Le monstre sanguinaire qu'il ne contrôlait qu'à peine, tout ce qu'il avait perdu. Tout ce qu'il réalisait avoir perdu, chaque nuit. Tu te rends pas compte... Comment pouvait-il? Comment quiconque pourrait? Faire des aller-retours entre le canapé et la télé, parce qu'il avait besoin de bouger. Tu mourras quand même, comme je suis mort... Et t'as pas idée à quel point c'est douloureux... Et ensuite... Ensuite il y aurait la faim. Baisser les yeux en se souvenant parfaitement de ce qui s'était passé pour lui, et son regard qui s'était posé sur le matériel de peinture. Tu pourras plus faire ton boulot... Juste un murmure, presque juste pour lui, devant l'horreur de cette réalisation. Il ne devait pas, il ne pouvait pas. Plus de lumière UV pour les examens, plus de lumière naturelle pour les retouches...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mar 14 Déc - 23:02 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

 Elle avait été  lente cette réalisation mais elle avait fini par avoir lieu dans l'esprit de l'artiste. Parce que c'était insensé de penser à cela en sachant tout ce que ça leur avait coûté à tous les deux. Tous les changements que cela avait entraîné, tout le chagrin qui en avait résulté, la douleur aussi. Et combien de fois avait-il souffert, lui, physiquement et psychologiquement de tout ça...? Voir son ami souffrir, souffrir lui-même, voir tous changements provoqués par ce changement qui n'avait pas été voulu par l'homme, par son ami de toujours. Un esprit normal n'aurait jamais souhaité cela en ayant vécu tout ce qu'ils avaient vécu ensemble depuis qu'Holden était devenu un vampire. Jamais. Mais le peintre ne devait pas être normal. Ou en tout cas, il était si triste qu'il en venait à considérer ce genre d'extrémités. Et quand il regardait Holden, le sang sur ses joues, qu'il avait maintenant sur ses mains, qui coulait sur ses doigts, il savait. Il savait que c'était la seule chose à faire pour ne pas qu'il souffre, pour ne pas que son ami, l'homme qu'il aimait souffre. Qu'importait le reste, du moment qu'Holden ne souffrait plus à cause de lui.

Voir la réalisation dans le regard triste du vampire, voir qu'il comprenait ce qu'il n'avait même pas osé formuler à haute voix. Et puis y voir l'horreur. La peur. Prêter enfin attention aux lumières et essayer de regarder le vampire, essayer de capter véritablement son regard pour essayer de le rassurer. Mais non, impossible. Alastair fut poussé sur le canapé, comme si il n'avait rien pesé même si le vampire avait fait attention, et le vit se lever pour s'éloigner de lui. Il n'essaya même pas de se lever pour venir vers lui, pour essayer de le prendre dans ses bras, pour le réconforter. Non, il l'écouta juste. Lui dire tout ce qu'il perdrait. Lui dire combien ça faisait mal. Lui dire qu'il ne pourrait plus travailler. Que croyait le vampire ? Qu'Alastair n'avait pas été là durant toutes ces années ? Qu'il n'avait pas vu ce qu'il était advenu de son ami pendant tout ce temps ? Le croyait-il aveugle et stupide à ce point ? Et surtout...Ne pas vouloir qu'il fasse ça. Ne pas vouloir qu'il fasse ce sacrifice pour lui. L'outre baissa la tête, assis dans le canapé, à regarder ses mains ensanglantées. À comprendre qu'il n'était qu'un idiot, un fou.

Il ne dit rien. Pas la peine, mais son regard était à nouveau voilé de larmes. Pas les mêmes. Celles-là, elles faisaient encore plus mal. Celles-là, il les laissa pas couler et les ravala simplement en s'essuyant rageusement les yeux d'un revers du poignet. Et puis il s'était levé, pour aller ramasser ses affaires avec lesquelles il avait commencé l'esquisse. Les rassembler mieux, les ranger, prêt à les remonter docilement, les épaules basses. Que pouvait-il dire de plus de toute façon ? Si Holden refusait, il n'y avait rien qu'il pouvait faire. Alors tout de même, il avait soufflé faiblement : « Pardonne moi...J'aurais pas dû...Je suis un idiot... » Continuer à ranger, se moquant de laisser des traces du sang d'Holden sur la toile, et ne surtout pas le regarder, ne surtout pas lever les yeux vers lui. Oublier l'idée, juste l'oublier et attendre que le temps passe. C'était ce que le vampire voulait après tout. Et qu'importait ce qu'il voulait lui, ses volontés n'avaient jamais eu grande importance à côté d'Holden de toute façon...

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 15 Déc - 0:40 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Il se souvenait du moment où il avait réalisé qu'il ne pourrait plus jamais voir un rayon de soleil. La première aube, alors qu'il veillait un Alastair qu'il avait failli tuer, il ne savait pas pourquoi ou comment. Pas ce qu'il était, juste de la sensation de la brulure sur sa main laissée sur le matelas alors que la fatigue de la nuit, de tout ce qui s'était passé, pesait sur ses paupières. Ce qu'il avait pensé à l'époque en tout cas. La nécessité de presque ramper sous le lit pour se protéger de cette lumière qu'il aimait tant, les quelques tentatives se soldant par des brulures plus douloureuses que les autres, avant de sombrer avec l'effroyable constatation. Le poids de l'absence de cette chose qui semblait pourtant si naturelle. Alastair avait besoin de la lumière du jour pour travailler. Pour prendre soin de ces tableaux qu'il aimait tant. S'il devenait un vampire, il ne pourrait pas finir de restaurer le tableau pour lequel il avait descendu son matériel. Plus aucun, et il perdrait l'une des choses qu'il aimait le plus. Tous ces petits détails qu'il aimait en étant vivant, qui deviendraient insignifiants ou pire, détestables.

Sorti de ses pensées par Alastair qui était passé dans son champ de vision, il avait relevé les yeux sur lui. Presque comme une alarme dans son crâne en voyant comme il se tenait, comme il agissait, bien plus qu'à ses mots qui ne lui étaient parvenus qu'étouffés. Le regarder ranger ses affaires, un instant sonné, parce qu'il savait ce qui se passait quand il était comme ça. Plus vraiment là. Distant. A quelques pas et très loin en même temps. Prendre une inspiration douloureuse, tremblante, et essuyer encore un peu ses joues avant de passer ses mains sur son jogging, avant de combler la distance entre eux. Délicatement lui prendre des mains ce qu'il tenait et tout poser sur la table avant de prendre ses mains dans les siennes. Sans serrer, juste en caressant doucement le dos de ses pouces, alors qu'il cherchait ses mots. Qu'il essayait de contrôler toutes les peurs qui tonnaient dans son crâne, qui vrillaient son cœur, les yeux baissés sur leurs mains jointes. Alas... Je... Prendre une nouvelle inspiration laborieuse, l'impression de sentir sa gorge se déchirer tellement elle était serrée, avant de reprendre. J'ai peur que tu regrettes, parce que ça arrivera... Parce que même s'il pensait savoir, le jour viendrait où un détail infime changerait tout. Lui ça avait été comprendre qu'il ne sentirait plus jamais la caresse du soleil sur sa peau.

Lentement passer ses pouces sur le dos de ses mains même s'il pouvait sentir les tremblements dans ses doigts, tâchant de respirer aussi normalement que possible. Et j'ai peur que tu m'en veuilles... Qu'un jour tu réalises que je valais pas le sacrifice, et que tu as perdu tout le reste à cause de moi... Se rapprocher, juste un peu, sans même le réaliser, alors qu'il restait concentré sur leurs mains. Que ça soit de ma faute quand... Quand tu voudras vraiment mourir... Sa voix qui s'était brisée sur la fin, ses mains qu'il avait un tout petit peu serrées dans les siennes sans s'en rendre compte. Parce que ça arriverait aussi, et cette fois Alastair le voudrait. Et il savait à quel point il était déterminé quand ça n'allait pas. Inspirer, expirer, inspirer à nouveau alors qu'il sentait une nouvelle larme couler sur sa joue. Tu mérites tellement mieux qu'une ...vie... comme ça... Tout ce qu'il ne pourrait jamais lui offrir, encore moins depuis qu'il était devenu un vampire, même s'il essayait de faire tout ce qu'il pouvait pour le rendre heureux. Tellement plus...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 15 Déc - 4:26 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

C'était toujours la même chose. Encore et encore. Il croyait lui faire plaisir, il croyait que ça allait bien se passer et il se trompait. Il se trompait tout le temps. Après autant d'années à vivre avec lui, il se rendait compte qu'il le connaissait si peu que ça lui en faisait mal, à l'intérieur. Des années pour constater qu'Holden l'aimait. Des années pour s'avouer son propre amour pour l'homme qui partageait sa vie. Et toujours pas capable de voir ce qu'il lui fallait. Toujours pas capable de le comprendre et d'agir en conséquence. Toujours pas capable de faire les choses sans provoquer chez lui la douleur et le chagrin. Tout ce qu'il voulait, c'était vivre avec Holden, être heureux avec lui, qu'Holden soit heureux également. Comme quand il s'était glissé dans le lit du vampire pour le réveiller. Là il était heureux, aussi dangereux soit cet acte, il avait été heureux, avec lui, et senti qu'Holden l'était également. Tout ce qu'il voulait, c'était ça. Se serrer contre lui pour le réveiller, profiter de sa présence à ses côtés, le savoir bien...Était-ce trop demandé qu'un peu de bonheur pour eux deux...?

Il semblerait bien en tout cas. Alors à quoi bon ? A quoi bon le peindre pour s'entraîner, à quoi bon continuer de travailler, à quoi bon juste passer du temps avec lui, à quoi bon manger et continuer de vivre si il ne pouvait pas accéder à ce tout petit bonheur qu'il implorait après toutes ces années de misère...? Alors il rangeait, il allait faire comme si de rien n'était, il allait faire comme toujours et écouter le vampire. Il savait mieux de toute façon. Après tout, il était le vampire, il savait ce que c'était. Jusqu'à ce qu'il vienne lui prendre des mains ce qu'il rangeait, le forçant à lever le regard vers lui. Holden lui avait pris les mains, l'outre voyait bien qu'il essayait d'être doux. Entendre les mots, un à un, les écouter et essayer de les comprendre. Regretter. Qu'avait-il à regretter ? Une vie de solitude ? Où il passait tout son temps libre ici avec le vampire ou dans son atelier ? Une vie triste, détesté par sa famille, avec uniquement un vampire et un garou pour seuls amis ? Tout ce qu'il regretterait, c'était de perdre Holden. Et à l'entendre, ça avait bien failli arriver plus d'une fois...Il en avait même été témoin.

Dégager ses mains, aussi doucement que possible, pour venir prendre le visage d'Holden et essuyer du pouce la larme qui y avait coulé. Toujours avec douceur, se rapprocher et se hisser sur la pointe des pieds pour venir l'embrasser, du coup des lèvres. « Dis moi pourquoi je mériterais mieux et pas toi ? Toi qui reste toujours tellement mieux que moi, tout le temps... lui souffla-t-il en essayant le plus possible de maîtriser son ton de voix, pour rester calme. Holden, sans toi dans ma vie, je me serais déjà foutu en l'air y'a longtemps...Je veux juste vivre avec toi, être avec toi, t'aimer...Peu importe ce que je dois sacrifier pour rester à tes côtés... » Des larmes étaient revenues dans ses yeux, mais il les gardait pourtant accrochés à ceux du vampire. Il avait besoin de lui dans sa vie. Et il aurait besoin de lui dans sa non-vie, si Holden voulait bien le laisser choisir, le laisser le choisir et rester avec lui, envers et contre tout. Mais il finit par ne plus y tenir et venir se réfugier dans ses bras, une fois de plus, parce que c'était le seul endroit où il se sentait réellement en sécurité. « S'il te plait, Holden, laisse moi choisir ce que je veux. Laisse moi te choisir toi, pour toujours, murmura-t-il tout contre lui. »

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 15 Déc - 13:55 (#)



Along with you
I hunger for your sleek laugh, your hands the color of a savage harvest, hunger for the pale stones of your fingernails, I want to eat your skin like a whole almond. I want to eat the sunbeam flaring in your lovely body, the sovereign nose of your arrogant face, I want to eat the fleeting shade of your lashes, and I pace around hungry, sniffing the twilight, hunting for you, for your hot heart.

Le coup au cœur, quand Alastair avait enlevé ses mains, avant de les sentir sur ses joues. La caresse de son pouce pour essuyer la larme qui coulait, le regard plongé dans le sien à essayer de comprendre ce que son amour pensait, son baiser qui lui donnait autant envie de sourire que de pleurer encore. Il méritait mieux, tout, et pourtant il s'accrochait encore à lui qui ne faisait que lui faire du mal, encore et encore. Ses yeux qui s'étaient à nouveau voilés de rouge aux mots de l'homme, à cette idée de sacrifice qui revenait encore. A la déclaration de son ami, qu'il avait à nouveau senti contre lui. Le serrer doucement, une main posée sur sa nuque pour le garder comme ça, et presser ses lèvres contre son crâne, sentant son cœur se serrer à la suite. Etre ensemble pour toujours, bien sûr que l'idée lui plaisait, bien sûr qu'il en avait envie, mais est-ce que ça serait vraiment le cas? Est-ce qu'Alastair finirait par comprendre qu'il était bien mieux sans lui et partirait? Passer son autre main sous le tee-shirt de l'homme, juste pour pouvoir la poser à même sa peau, sentir sa chaleur. Pour combien de temps encore? Et si ça entrainait des changements dans sa façon d'être, dans son caractère, comme ça avait été le cas avec lui?

Reculant à peine, il avait poussé un peu la tête d'Alastair de la sienne pour venir l'embrasser tendrement,  avant d'enfouir son visage dans le creux de son cou. D'y murmurer, tout bas. D'accord... Ta vie, ton choix... La gorge serrée, douloureuse, et se rapprocher un peu plus de lui pour l'avoir le plus possible dans ses bras. Essayer de retenir ses larmes,  et rester contre son amour un moment, à juste le serrer dans ses bras. A essayer d'accepter ce qui allait se passer, à ce qui arriverait une fois qu'Alastair serait transformé. Je ferais tout pour que ça soit le plus simple possible pour toi... Pour qu'il n'ait pas à traverser ce que lui avait vécu, ou en tout cas pas seul, même si c'était loin d'être simple. Qu'ils allaient probablement se disputer sur certains points. Qu'il faudrait probablement qu'il emploie la force pour contrôler les instincts vampiriques de son amour, au moins dans les premiers temps. Les nombreux aménagements qu'ils devraient faire aussi, pour que chez eux soit le plus sûr pour eux maintenant qu'il n'y aurait personne pour surveiller ce qui se passait la journée.

Un moment comme ça, à juste essayer de se calmer, inspirer lentement l'odeur de son ami pour s'aider, avant de se redresser. De lui faire relever le visage et caresser doucement sa joue, plongeant son regard dans le sien. Juste... Pas tout de suite... Dégager une mèche de ses cheveux sur son front et reprendre ses caresses, une inspiration tremblante mais un tout petit peu plus sûre sur les lèvres. Quelques mois, le temps qu'on prépare tout, et qu'on puisse être sûr que tu es en bonne santé avant d'être transformé. Assez de temps pour qu'il puisse éventuellement changer d'avis s'il le souhaitait, tant qu'il le pouvait. Qu'il puisse dire au revoir au monde diurne, à la vie humaine. Du temps pour lui aussi, pour chercher comment on faisait un vampire, parce qu'il n'en savait rien. Pas vraiment de souvenir de sa propre transformation, juste vaguement le goût du sang mais c'était tout. Mais il trouverait, si c'était ce qu'Alastair voulait. Je... Je suis désolé Alas... Je t'aime... Soulever légèrement son menton et revenir l'embrasser du bout des lèvres, presque timidement, comme s'il risquait de lui faire du mal au moindre contact. Je ferais tout pour que tu sois heureux... Pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 15 Déc - 19:28 (#)


Along with you
I have a problem that I cannot explain I have no reason why it should have been so plain Have no questions but I sure have excuse I lack the reason why I should be so confused

HOLDEN HUGHES


ALASTAIR AINSLEIGH

Rester dans ses bras, en espérant qu'il le pourrait encore, qu'Holden n'allait pas le repousser encore une fois. Il ne savait pas ce qu'il ferait si il le repoussait encore. Probablement que cela voudrait effectivement dire qu'ils n'étaient pas faits pour être ensemble. Qu'un vampire et un humain n'étaient pas fait pour être ensemble, au-delà de leurs caractères, de leurs humeurs et tout ce qu'ils faisaient au quotidien et qui était si différent. S'entendre tous les deux, ça avait pris du temps. Et il avait fallu tout recommencer quand Holden avait été transformé. Transformer Alastair signifierait tout recommencer encore une fois. Et il n'était pas certain que le vampire ait la patience de cela. Après tout, il lui en avait fait voir de toutes les couleurs pendant toutes ces années. Holden pourrait tout simplement en avoir marre et ne pas oser l'avouer. C'était peut-être ce qu'il essayait de dire, au fond, trouver une raison pour qu'il parte, alors qu'il avait pourtant l'air si bien avec lui...Alastair était tout simplement perdu. Et même si il se sentait bien, dans ses bras, il commençait à se dire que l'inverse n'était pas forcément vrai. Et même si il pensait sincèrement tout ce qu'il disait, il le regrettait presque déjà.

Mais sentir ses mains qui se serraient sur lui, qui se posaient sur sa nuque, sur sa peau. Entendre sa voix douce, même si il entendait sa gorge serrée, même si il entendait ses émotions qui faisaient écho aux siennes. C'était difficile pour lui. Pour eux. Il aurait voulu ressentir du soulagement, en entendant Holden lui dire qu'il acceptait, il aurait voulu que ça simplifie tout, que ça règle le problème. Il aurait voulu se sentir enfin plus léger et plus complet. Pouvoir retrouver la sensation qu'il avait eu lorsqu'il était allé dans son lit pour le sortir de sa torpeur. Mais non. Ce n'était pas si simple. Ce n'était pas comme si tout ce poids allait s'envoler de ses épaules si facilement. Non, ça n'était pas si simple. Et il sentait bien les difficultés continuer d'arriver. Et il avait continué de l'écouter, sans rien dire, sagement, docilement, parce qu'il ne voulait pas l'interrompre pendant qu'il expliquait. Envie de lui dire qu'ils feraient ça comme le vampire le voudrait, pour que ça se passe au mieux, qu'il ne voulait pas que ce soit comme sa propre transformation...Mais le laisser finir, le laisser soulever son menton gentiment pour l'embrasser du bout des lèvres. Et garder ses yeux dans les siens.

« Je t'aime aussi. Et je t'aimerai toujours, souffla-t-il en continuant de le regarder dans les yeux. » Glisser ses mains dans son cou, se hisser sur la pointe des pieds et faire en sorte de le prendre dans ses bras, du mieux qu'il pouvait compte tenu de leur différence de taille. Le serrer contre lui autant qu'il pouvait, aussi longtemps qu'il pouvait et juste penser au fait qu'il pourrait le faire encore et encore, jusqu'à ce que le monde s'arrête de tourner. La pensée le fit sourire, légèrement, lui donna d'étranges sensations dans le ventre. « On prendra le temps qu'il faudra. Et tant pis si ça doit même prendre plusieurs années. Parce que juste l'idée de ne jamais te perdre me rend heureux, tu comprends...? murmura-t-il en perdant ses doigts dans les cheveux du vampire. Je ne sais pas comment te faire comprendre que tu es la meilleure chose dans ma vie...Que tu l'as toujours été. Et que tant que tu seras là, je sera heureux. »

underratedboogeyman
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Midnight lights | Holden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: