Le Deal du moment : -61%
SEB Yaourtière multifonction : ...
Voir le deal
39.49 €

That Tasted Purple - Lilas & Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
That kid you called a weirdo
Emily Morrisson
Emily Morrisson
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : See the invisible
Facultés : *Médium depuis presque aussi loin que sa mémoire remonte. Les esprits errent au milieu des vivants, invisible pour la masse, réalité bien visible pour elle.
*Elle peut percevoir les auras avec un soupçon de concentration. un talent qu'elle utilise quotidiennement.
*Portraitiste, elle peint les visages des vivants, les immortalisant, eux et leur essence, sur des toiles colorées. Elle travaille sur commande, mais ses amis savent qu'elle en fait de bon cœur pour ceux qui sont près d'elle.
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Emma Stone
Double compte : Anaïs Whilm
Messages : 65
Date d'inscription : 19/04/2022
Crédits : Avatar : .lollipop image liens : sweetdisaster
Mer 18 Mai - 20:47 (#)

Echapper à l’étouffante chaleur de la Louisiane en acceptant une invitation à une exposition semblait un bon marché lorsqu’elle avait accepté. Le lieu était intéressant, faisant autant office de salle d’exposition que de bar et cela pouvait toujours être utile de glisser quelques cartes ici ou là. La clientèle ne poussait hélas pas sur les arbres et il fallait assister à ce genre d’événement pour la trouver et l’attraper dans ses filets. Elle n’en était pas particulièrement friande, mais elle savait apprécier les expositions et des conversations qui touchaient à l’art en général. Sauf quand ladite conversation avait été lancé par quelqu’un se prenant pour un critique d’art alors qu’il appréciait et commentait depuis quinze minute un tableau qui ressemblait à la fusion entre la face d’un pug et le cul d’une chouette, selon Emily. Et des gens achetaient ce genre de choses. Cela restait un des mystères que l’humanité ne résoudrait sans doute jamais : le mauvais goût.

Choisissant un repli stratégique lorsque le critique autoproclamé devint trop occupé à s’écouter parler, elle continua son tour des lieux, observant des œuvres, un verre à la main, acquiesçant ou non aux remarques que certains semblaient enchantés d’offrir et glissant des cartes au détour de quelques conversations. On lui demanda plusieurs fois pourquoi elle n’avait pas exposé ses propres travaux, arguant que cela leur aurait donné une idée de ses talents. Elle ne cacha nullement le fait qu’elle n’avait simplement pas d’intérêt à exposer ses œuvres de manière générale, les réservant exclusivement à sa clientèle et aux quelques connaissances qu’elle avait peintes ici et là, leur laissant l’œuvre en cadeau. Une réponse qui étonna ou intrigua, rebuta parfois. L’art était un business comme un autre et elle n’était pas assez naïve pour imaginer que les toiles exposées ici aujourd’hui n'allaient pas être vendues au plus offrant, malgré ce que certains pouvaient dire.

Après plus de temps qu’elle ne l’avait imaginé, elle s’assit finalement dans la partie bar du Voodoo Cafe et apprécia un instant béni de calme après toutes ces conversations parfois éprouvantes. Elle n’avait pas chômé et s’estimait satisfaite, ne restant que pour profiter d’un verre avant de repartir. Observant les allées et venues, elle se concentra un peu sur les auras qui voletaient ici. Tailles formes et couleurs étaient ici plus variés que dans toutes les villes qu’elle avait visitées. Le nombre d’Eveillés comme elle était tout simplement impressionnant comparé à ce qu’il était dans d’autres endroits du pays. Nul ne prétendait se dévoiler au grand jour, bien sûr, mais ils vaguaient à leur vie quotidienne, laissant la medium saisir un instant de leur vie, de leur aura. Son regard s’arrêta sur une forme plus diffuse et facilement identifiable. Elle semblait fixée le vide pour n’importe qui d’autres, mais elle se concentra sur la forme et tira son carnet, esquissant la forme générale de ce qu’elle voyait. Un simple esprit errant, désincarné et sans but, passant au hasard au milieu de la petite foule, probablement attiré par cette dernière, espérant trouver une accroche dans ce monde. Une accroche qui ne viendrait sans doute pas et qui la laisserait errer encore un moment. Elle se souvenait, plus jeune avoir demandé s’il n’était pas possible de les aider. Heins n’avait pas de réponse à cette question et elle avait appris à ne plus vraiment s’en soucier. Leur temps était écoulé, ils devaient cesser de s’accrocher, il n’y avait rien d’autres à faire.

Soudainement, ses sens captèrent autre chose. Quelque chose qui lui fit tourner la tête si vite qu’elle manqua de se tordre le cou. Là, au milieu de la salle d’exposition, il y avait une aura familière, douce et colorée, qui semblait ternir toutes les autres à ses yeux. Elle cligna plusieurs fois, essayant de capter l’origine avec plus de netteté, ne la voyant que s’éloigner davantage avant de finalement décider de la suivre, intriguée. Il y avait une sensation étrange qui lui étreignait désormais la poitrine depuis qu’elle avait aperçu cette aura sans parvenir à capter la silhouette de la personne à qui elle appartenait. Elle se faufila dans la foule, son verre à la main, glissant entre les invités et les curieux, refusant avec hâte le toast d’un serveur, cherchant à ne pas perdre de vue ce nuage de couleur qui l’attirait immanquablement. Elle finit par se rapprocher, jouant des coudes en s’attirant le regard noir d’un parfait inconnu qu’elle ignora purement et simplement. Puis, elle la vit.

L’aura flottait calmement autour d’une silhouette maintes fois observée, des années de cela, lorsqu’elle avait vécu de rien, au détour de son voyage, perdu au milieu de nulle part. Même sans voir son visage, elle reconnut sans mal la personne à qui appartenait cette aura si familière et pourtant différente en de nombreux points. La vie avait suivi son cours, pour elle aussi. Un sourire aux lèvres, elle se porta à sa hauteur sans vraiment réfléchir à ce qu’elle allait faire ou dire. Maintes fois, elle avait observé le numéro qu’elle avait toujours conservé, pour ne finalement jamais s’en servir. Leurs routes s’étaient séparées et c’était tout. Elle ne regrettait rien de ce qui les avait liées, même brièvement et n’en gardait qu’un souvenir heureux. La revoir si soudainement lui renvoya tout un tas de souvenirs qui accélérèrent son rythme cardiaque avant qu’elle ne vide son verre d’une traite pour en prendre deux autre à un serveur passant par-là. Nerveuse ? Jamais.

Elle s’arrêta ans rien dire, non loin d’elle et jeta un œil à ce qu’elle observait et leva les yeux au ciel. De l’abstrait, évidemment. Elle n’avait pas changé de ce côté-là, et c’était rassurant quelque part. Elle posait mille questions sur ce qu’elle était devenue et se doutait bien que la jeune femme paumée qu’elle avait rencontrée avait évolué, s’était affermie et épanouie. Son aura n’était pas idyllique et elle sentait que certaines choses avaient laissé des marques profondes, mais elle cessa son observation pour finalement se mettre à son niveau et lui tendre le verre sous le nez, sans s’annoncer plus que cela.

- T’as toujours eu des goûts douteux en termes de peinture, mais là tu fait grimper la mise.

Elle tourna un visage moqueur et souriant, ses yeux pétillant de malice et de la joie de la revoir au hasard d’une exposition dont elle avait failli refusé l’invitation.

- Hey, Lilas, ça faisait longtemps.

Bien trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
That Tasted Purple - Lilas & Emily DPfsesr
Lilas Hirsch
Lilas Hirsch
"THE BOOTY" : la plus belle paire de France et de Navarre.
☽ YOU LEFT ME IN THE DARK ☾

"She was poetry in a world that was still learning the alphabet."


That Tasted Purple - Lilas & Emily WyLHcm2 That Tasted Purple - Lilas & Emily XUhs7fD That Tasted Purple - Lilas & Emily 0xQu1ZP

En un mot : Wild thoughts
Qui es-tu ? : ☽ Outre. Pouvoir qu'elle ne peut nier, l'amenant sans cesse à visualiser le monde sous un prisme différent de celui du commun des mortels. Agression visuelle, physique, sonore, olfactive, constante, d'une magie qu'elle voit en tant qu'entité propre.
☽ Artiste. Pour exprimer ses visions, elle s'acharne à peindre, sculpter, dessiner, ce monde qui l'entoure et qu'elle ne peut expliquer oralement.
☽ Née en France, en Alsace précisément, enfant non-désirée, d'une relation adultère. Ce sont ses grands-parents qui l'élève et son grand-père qui la forme.
☽ Elle déménage aux USA dans le but de retrouver cette mère qui l'a abandonnée, pour apprendre qu'elle est décédée, préférant ne pas se battre contre un cancer qui finira par avoir raison d'elle.
☽ Elle atterrit à Los Angeles presque par hasard, en suivant son compagnon de l'époque. Elle y rencontrera Vinzent, qui changera sa vie.
☽ Un début d'apprentissage arcanique inachevé au côté de celui qui deviendra son ami, son amant, son amour. Un rituel magique lie leurs âmes peu de temps après le décès de Léonard, le mentor de Lilas.
☽ Elle se laissera malmener pendant des années par un homme néfaste avant de finalement tout quitter pour rejoindre la Louisiane dans l'espoir d'y retrouver sa demi-soeur et peut-être Vinzent.
☽ Elle passe 2 ans dans un camp regroupant des femmes CESS avant de rejoindre finalement Shreveport, où elle retrouvera sa demi-soeur, Hannah Miller, et l'autre moitié de son âme, Vinzent Henkermann.

☽ NO DAWN, NO DAY ☾

That Tasted Purple - Lilas & Emily AdPjFI9 That Tasted Purple - Lilas & Emily USZhV3d That Tasted Purple - Lilas & Emily H0dVnoF

"your name i spoke many times
alone in the darkness in the night"

Facultés : ☽ Clairvoyance : Lilas a un niveau de sensibilité aux flux magiques qui lui permet de lire sous la surface des choses qui composent le réel. Cela se traduit par toutes sortes de stimuli cognitifs ou physiques. Son don est passif, elle vit avec un second filtre de vision constant.

☽ Psychométrie : En touchant un objet, qu’il soit magique ou non, Lilas peut en voir l’histoire, a qui il a appartenu, ce à quoi il a servi, tout ce qu’il s’est passé à son contact. La capacité n’est pas maîtrisée.
Thème : Cosmic Love - Florence + The Machine
That Tasted Purple - Lilas & Emily 1564094826-lilas-vinzent
I'm always in this twilight


That Tasted Purple - Lilas & Emily P7xF5iI That Tasted Purple - Lilas & Emily HYHmQYL That Tasted Purple - Lilas & Emily 8RKyX42

"and prayed a thousand prayers
and my many dreams were of you"

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Xian Mikol
Double compte : La Plante Verte, Le Hibou, La Catin et La Sorcière
Messages : 1187
Date d'inscription : 16/12/2018
Crédits : Jenesaispas (Ava) Pando (Icon)
Dim 5 Juin - 4:12 (#)






THAT TASTED PURPLE




Le Voodoo Café. Lilas connaît les lieux comme sa poche, y ayant exposé à plusieurs reprises depuis son arrivée à Shreveport. Le lieu est devenu familier, elle y a fait la rencontre en personne d’Alexandra, la poussant dans un abîme de questionnement sur ce qu’elle pensait savoir de son don, de la réalité du monde et de ce dont était capable la magie. Elle y avait croisé et embrassé Mara, à une époque. Le souvenir lui tire un sourire quand elle passe le pas de la porte de l’établissement. Saluant l’un de barman d’un clin d’œil, elle s’empresse de s’emparer du verre de vin blanc qu’il lui tend. « Hey ! Y a du monde ? » Il hausse une épaule signifiant qu’il a vu mieux, rajoutant avec un sourire soulagé que l’affluence recommence à prendre une tournure plus normale. Le quartier ayant subi aussi violemment que le reste de la ville les effets néfastes d’Halloween, déjà deux ans plus tôt, la fréquentation du Voodoo s'est vue cruellement diminuée menaçant la sécurité financière des lieux. Elle secoue la tête tristement, ravalant la boule qui se niche dans sa gorge avec violence. Elle s’éloigne avec un signe de la main avant de repêcher son téléphone au fond de sa poche. Le réflexe est nouveau, fraîchement né de ses retrouvailles avec un fantôme. Elle dégaine l’appareil, le déverrouillant d’un appui prolongé du pouce, avant de faire glisser l’écran jusqu’à sa conversation avec Eoghan. Mélange fouillis de localisation, de meme, de gif et d’émoji. Elle sourit en caressant du pouce le dernier message du sorcier, datant du matin même, lui indiquant qu’il sera disponible plus tard dans la semaine pour une excursion dans le Bayou. Elle inspire plus librement, son cerveau acceptant la réalité du retour de l’arcaniste dans sa vie. Elle envoie rapidement un message à Vinzent au passage, prenant des nouvelles de l’avancé de ce qu’il étudie en ce moment. Puis à Anaïs. Un sourire sincère éclot sur ses lèvres et elle cache un rire derrière son verre en lisant le message de l’adolescente. A priori Daphné avait décidé qu’il était drôle de répondre aux boutades de Serguey et la jeune femme était mortifiée. Elle ricana en lui envoyant un gif, une actrice s’étouffant dans son verre d’eau, avant de reglisser le téléphone dans sa poche.

Une gorgée du Cabernet, moyen mais buvable, effleura ses papilles avant qu’elle ne se décide à explorer l’exposition. Il faudrait bientôt qu’elle propose ses nouvelles toiles au propriétaire pour voir s’il avait un créneau pour exposer son travail. Elle déambule, s’arrêtant devant quelques toiles questionnables avant de reprendre son chemin. L’exposition concerne un groupe complet d’artistes et les différents styles se battent pour obtenir l’attention des potentiels acheteurs. Elle s’arrête devant une toile classique, deux doigts sous le menton, appréciant le travail des couleurs du peintre, mais notant quelques erreurs de débutant. Probablement un jeune artiste encore en recherche. Elle hoche néanmoins la tête, attirant l’attention d’un mec portant un costume de luxe, le poussant à s’intéresser à la pièce avant de s’échapper avec un sourire.



Elle reprend sa visite, ralentissant quand quelque chose attire son attention. Elle finit par s’arrêter à nouveau devant une série de quatre tableaux. La peintre se tient à côté de son travail et Lilas lui adresse un sourire franc avant de s’approcher pour observer plus attentivement les toiles. Le choix des couleurs est délicieux, les deux premières lui rappellant les essences de ses grands-parents, avec des dominantes de vert d’eau et de rose poudré, quand les deux suivantes sont beaucoup plus vives, conjuguant un violet royal à un orange vibrant. Elle incline la tête en sirotant son verre avec un air appréciateur. Elle s’apprête à questionner la jeune femme sur son travail et ses techniques quand dans la périphérie de sa vision, elle capte quelque chose de vaguement familier. Elle va pour se retourner quand une voix, tout aussi familière résonne. Elle tourbillonne, un sourire fendant son visage en deux avant qu’un éclat de rire ne résonne dans la galerie jusqu’ici presque silencieuse. « Naaaaan ! » Elle se jette en avant, enserrant la silhouette gracile entre ses bras.

Emily. Des années qu’elle n’a pas vu la bouille de la jeune femme, qu’elles n’ont pas communiqué malgré les promesses de rester en contact. La saveur sucrée de son essence se répand sur la langue de Lilas, son odeur familière et sa couleur orangée explosant autour d’elle. Elle embrasse sa joue avec tendresse avant de prendre son visage entre ses paumes. « Putain, Em’… » Elle sourit comme une forcenée, heureuse de revoir ses traits délicats, ses grands yeux clairs et ses cheveux roux. Leur idylle avait été de courte durée, durant la période où elles avaient toutes les deux résidées au camp de Roswell. Lilas y était restée dans l’espoir de continuer à se reconstruire avant de le quitter pour Shreveport, mais Emily n’avait fait qu’y passer, n’y restant que quelques semaines, juste assez longtemps pour qu’elles se lient l’une à l’autre. Lilas s’était éprise rapidement du sens de l’humour désastreux de l’Américaine. Deux mois d’une relation faite de rire et de confiance. Une relation d’une simplicité rafraîchissante qui avait aidé Lilas à prendre conscience qu’il était temps pour elle de repartir. Elles s’étaient séparées comme ça, en bon terme, partant chacune de leur côté pour retrouver, l’une son mentor et l’autre sa demi-sœur jamais connue. Elles s’étaient embrassées une dernière fois, les yeux un peu humides, mais le sourire aux lèvres, promettant de rester en contact. Les paumes fermement arrimées aux joues de la jeune femme, Lilas lui sourit avec tendresse. « Putain… Ça fait trop longtemps. Qu’est-ce que tu fous là ? Dans une expo et à Shreveport ?! » Glissant son bras sous celui de la jeune femme, elle l’entraîne à l’écart trouvant une petite table haute avec deux tabourets vides, elle s’empresse de grimper sur le premier, indiquant le second à son ex-amante. Elle s’empare d’un des deux verres qu’elle porte pour en siffler une gorgée. « Raconte. » Sa main se lance en avant, incapable de résister à l’envie de serrer entre ses doigts ceux délicat de l’artiste. « Tu m’as manqué, grognasse. »




Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Emily Morrisson
Emily Morrisson
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : See the invisible
Facultés : *Médium depuis presque aussi loin que sa mémoire remonte. Les esprits errent au milieu des vivants, invisible pour la masse, réalité bien visible pour elle.
*Elle peut percevoir les auras avec un soupçon de concentration. un talent qu'elle utilise quotidiennement.
*Portraitiste, elle peint les visages des vivants, les immortalisant, eux et leur essence, sur des toiles colorées. Elle travaille sur commande, mais ses amis savent qu'elle en fait de bon cœur pour ceux qui sont près d'elle.
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Emma Stone
Double compte : Anaïs Whilm
Messages : 65
Date d'inscription : 19/04/2022
Crédits : Avatar : .lollipop image liens : sweetdisaster
Lun 13 Juin - 17:28 (#)

Sans jamais l’avouer, elle craignait un peu cet instant. Après des années sans nouvelles, sans le moindre contact, il était probable que la jeune femme qu’elle avait reconnue en un instant puisse ne pas en faire de même. Leur idylle avait été aussi bref que parfait aux yeux d’Emily et l’avait fait rester dans ce camp près de Roswell bien plus longtemps qu’elle ne l’avait imaginé en arrivant. Alors, lorsque le regard de Lilas tomba sur elle, la vision de son sourire éclatant, de son aura qui se réjouit soudainement et la sensation de ses bras l’enserrant soudainement alors qu’un éclat de rire si longtemps oublié transperçait le silence morne de l’exposition, tous ses doutes s’envolèrent et elle serra la française à son tour, riant elle aussi de la voir aussi resplendissante et pleine de vie. Elle sentit leurs auras se reconnecter, s’apprivoiser à nouveau alors que le violet pâle de Lilas semblait l’enserrer autant que les bras de la jeune femme. Cela lui laissait un sentiment étrange de sentir à nouveau le parfum et la douceur des lèvres et des doigts de Lilas sur son visage. Elle n’avait jamais vraiment mis de mots sur ce qu’elle ressentait pour elle, préférant éluder la question, refusant toujours de réfléchir à ce qui, de toute façon, n’aurait sans doute convenu à aucune des deux. Souriant bêtement en se laissant entraîner, elle rejeta la mièvrerie qui commençait à l’accabler, reprenant ce ton qu’elle maîtrisait bien mieux, joueur et taquin.

- Oh, rien de passionnant, business, business, tu vois le genre ? Je distribue des cartes, je regarde des tableaux moches et je sirote un vin moyen un peu trop sec. Typique d’une expo quoi. Toi t’as l’air parfaitement à ta place par contre, on dirait presque que tu as l’habitude. Comme si c’était ton petit boudoir.

S’installant à la suite de Lilas sur un tabouret qu’elle lui désignait, elle sirota à son tour une gorgée, sans parvenir à hydrater sa gorge soudainement plus sèche qu’auparavant alors que Lilas semblait avoir comme projet de ne plus jamais la lâcher, la caresse de ses doigts toujours fins servant de merveilleuse distraction à toutes les questions qui se décidaient à germer dans l’esprit de la medium. La conversation tendait dangereusement vers des choses auxquelles elle n’avait pas envie de songer, pas même une seconde et elle ellipsa le sujet qu’elle ne voulait pas aborder pour le moment. Il y avait un temps pour tout et l’heure était à la réjouissance et aux sourires, certainement pas à autre chose.

- La Californie m’ennuyait, je voulais changer d’air, voir de nouvelles têtes et quel meilleur endroit que la capitale nationale du surnaturel, hein ? J’avais pas d’endroit privilégié où aller donc je me suis installée dans le coin. J’ai une baraque à Mooringsport. C’est calme et terriblement chiant, pour être honnête, rempli de curetons, mais la maison est sympa. J’ai enfin un atelier pour dessiner et peindre et même un jardin dont je sais pas quoi foutre. J’hésite à y mettre le feu pour faire place nette, certains jours, c’est pour dire.

Elle serra à son tour la main de l’outre face à elle, redécouvrant pleinement les sensations de cette aura et cette douceur qu’elle n’avait jamais vraiment retrouvé ailleurs. Peut-être était-ce dû à ce côté français qui semblait lui aller comme un gant et que l’américaine pur-jus qu’elle était trouvait fascinant. Et sexy. Et tout un tas d’autres qualificatif qu’elle mis sous clé pour ne garder qu’un sourire mutin et une grimace en réponse à ce surnom affectueux qu’elle lui donna.

- Tu m’as manqué aussi, geignarde.

Elle lui avait honnêtement manqué dès les premières heures qu’elle avait passé seule dans sa voiture à chanter sans enthousiasme alors qu’elle traversait les étendues américaines pour rejoindre la Californie et retourner auprès de son mentor. Elle avait arrêté de compter el nombre de message qu’elle avait écrit, enregistré pour ne finalement jamais les envoyer, se trouvant stupide et finissant par laisse Lilas dans un coin de sa tête. Un souvenir heureux qu’elle ressortait quand elle avait besoin d’un petit boost alors que son mentor était au plus mal et qu’elle abandonnait tout pour s’occuper de lui tout en sachant que cela ne faisait que retarder l’inévitable. Elle soupira avant de la fixer d’un air un peu plus sérieux. Elle redécouvrait les traits de son visage et se surprit à l’imaginer posant comme modèle. Elle n’avait jamais eu l’occasion de faire plus qu’un simple croquis de la jeune femme. Peut-être qu’elle profiterait de l’occasion, maintenant qu’elles avaient tout le temps du monde pour se retrouver. Mais il fallait d’abord régler ce qui la dérangeait.

- Je vais évacuer ça maintenant parce que sinon ça va m’emmerder. Désolée de pas avoir gardé contact comme je te l’avais promis. J’ai eu des trucs en tête pendant un moment et pas vraiment l’occasion et ensuite… et bien…

Ensuite, Heins était parti, elle était devenue l’ombre d’elle-même et n’avait ni l’envie, ni même le courage d’embarquer Lilas dans son merdier à elle. Peut-être qu’elle serait venue, si elle lui avait demandé et c’était bien ce qui l’avait retenu, à l’époque. Elle ne voulait pas qu’elle la voit comme ça, au fond du trou et incapable d’en sortir seule. Et même une fois qu’elle avait réussi à apercevoir la lumière au bout du tunnel, elle avait repoussé l’échéance, par couardise, par confort. C’était plus simple de ne pas y penser et l’appeler revenait à se replonger dedans. Elle avait décidé d’oublier et Lilas en avait fait les frais, au moins en partie.

- De fil en aiguille, ça m’a semblé un peu chiche d’envoyer un « salut ça va ? » après tout ce temps, tu vois ? Et comme t’as dit que tu comptais venir ici, j’ai tenté ma chance. Visiblement j’ai bien fait, pas vrai ?

Un clin d’œil alors qu’elle levait son verre et souriait tout en serrant brièvement ses doigts entre les siens. Tout lui semblait plus simple au camp et elle ne lui avait rien caché, en tout cas rien de volontaire. Les choses étaient différentes, au moins un peu. Elle n’avait pas envie d’alourdir l’ambiance avec certains sujets, préférait profiter du moment béni des retrouvailles tant espérées bien qu’un peu craintes sans qu’elle ne l’avoue jamais, même à elle-même.

- Bon, assez parlé de moi ! Et toi alors ? T’as fait quoi pendant tout ce temps ?
Revenir en haut Aller en bas
That Tasted Purple - Lilas & Emily DPfsesr
Lilas Hirsch
Lilas Hirsch
"THE BOOTY" : la plus belle paire de France et de Navarre.
☽ YOU LEFT ME IN THE DARK ☾

"She was poetry in a world that was still learning the alphabet."


That Tasted Purple - Lilas & Emily WyLHcm2 That Tasted Purple - Lilas & Emily XUhs7fD That Tasted Purple - Lilas & Emily 0xQu1ZP

En un mot : Wild thoughts
Qui es-tu ? : ☽ Outre. Pouvoir qu'elle ne peut nier, l'amenant sans cesse à visualiser le monde sous un prisme différent de celui du commun des mortels. Agression visuelle, physique, sonore, olfactive, constante, d'une magie qu'elle voit en tant qu'entité propre.
☽ Artiste. Pour exprimer ses visions, elle s'acharne à peindre, sculpter, dessiner, ce monde qui l'entoure et qu'elle ne peut expliquer oralement.
☽ Née en France, en Alsace précisément, enfant non-désirée, d'une relation adultère. Ce sont ses grands-parents qui l'élève et son grand-père qui la forme.
☽ Elle déménage aux USA dans le but de retrouver cette mère qui l'a abandonnée, pour apprendre qu'elle est décédée, préférant ne pas se battre contre un cancer qui finira par avoir raison d'elle.
☽ Elle atterrit à Los Angeles presque par hasard, en suivant son compagnon de l'époque. Elle y rencontrera Vinzent, qui changera sa vie.
☽ Un début d'apprentissage arcanique inachevé au côté de celui qui deviendra son ami, son amant, son amour. Un rituel magique lie leurs âmes peu de temps après le décès de Léonard, le mentor de Lilas.
☽ Elle se laissera malmener pendant des années par un homme néfaste avant de finalement tout quitter pour rejoindre la Louisiane dans l'espoir d'y retrouver sa demi-soeur et peut-être Vinzent.
☽ Elle passe 2 ans dans un camp regroupant des femmes CESS avant de rejoindre finalement Shreveport, où elle retrouvera sa demi-soeur, Hannah Miller, et l'autre moitié de son âme, Vinzent Henkermann.

☽ NO DAWN, NO DAY ☾

That Tasted Purple - Lilas & Emily AdPjFI9 That Tasted Purple - Lilas & Emily USZhV3d That Tasted Purple - Lilas & Emily H0dVnoF

"your name i spoke many times
alone in the darkness in the night"

Facultés : ☽ Clairvoyance : Lilas a un niveau de sensibilité aux flux magiques qui lui permet de lire sous la surface des choses qui composent le réel. Cela se traduit par toutes sortes de stimuli cognitifs ou physiques. Son don est passif, elle vit avec un second filtre de vision constant.

☽ Psychométrie : En touchant un objet, qu’il soit magique ou non, Lilas peut en voir l’histoire, a qui il a appartenu, ce à quoi il a servi, tout ce qu’il s’est passé à son contact. La capacité n’est pas maîtrisée.
Thème : Cosmic Love - Florence + The Machine
That Tasted Purple - Lilas & Emily 1564094826-lilas-vinzent
I'm always in this twilight


That Tasted Purple - Lilas & Emily P7xF5iI That Tasted Purple - Lilas & Emily HYHmQYL That Tasted Purple - Lilas & Emily 8RKyX42

"and prayed a thousand prayers
and my many dreams were of you"

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Xian Mikol
Double compte : La Plante Verte, Le Hibou, La Catin et La Sorcière
Messages : 1187
Date d'inscription : 16/12/2018
Crédits : Jenesaispas (Ava) Pando (Icon)
Mar 14 Juin - 2:46 (#)






THAT TASTED PURPLE




Le rire de Lilas éclate autour d’elles d’eux, ricochant entre les deux outres quand Emily lui répond et elle avale une gorgée de son vin bon marché en hochant la tête. Ses mèches brunes s’éparpillant sur ses épaules quand le rire secoue ses épaules. Elle lui avait manqué, avec ses sarcasmes et ce ton railleur qu’elle ne quittait que rarement. « T’as presque pas tort. » Elle hausse une épaule distraitement en observant la zone d’exposition, un clin d’œil gratifiant le serveur, qui s’incline légèrement vers elle avec un petit sourire en continuant sa ronde, quand son regard passe sur lui. « J’ai exposé plusieurs fois ici depuis que j’ai emménagé, ouais. Faut bien se faire connaître. » D’un coup de langue rapide, elle humidifie sa lèvre inférieure qu’elle pince entre ses dents avant d’ajouter. « Si jamais tu veux en profiter, j’te filerai le contact du proprio, il est cool franchement. » Elle tapote la main de la jeune femme, consciente que ses portraits, qu’elle ne vend pas et n’expose généralement pas, feraient un tabac au Voodoo. Son business exploserait si elle se décidait à autoriser le grand public à découvrir ses œuvres, qu’il s’agisse de celle appartenant au réel de celles qu’elle seule était capable de percevoir.

L’évocation de le Californie, pousse les poils le long des avant-bras de l’outre à s’hérisser, ramenant un mélange doux-amer de souvenir au premier plan. Vinzent bien sûr, la joie totale de ces mois à Santa Monica, se mêlant à l’amertume de leur histoire finalement achevée. Mais aussi Will et l’horreur des mois ayant suivi le départ précipité de l’Arcaniste. Elle se secoue pour mieux écouter son amie, évacuant de son mieux les souvenirs étouffants. Elle éclate de rire en entendant la jeune femme s’exprimer sur ses nouveaux appartements et elle ricane en redressant le nez. « Attends un peu que j’te parle de là où j’crèche. » Elle écoute l’Américaine, se gorgeant de son accent si différent de celui des gens du coin, de ses sourires et de l’éclat qui brille dans ses yeux. Pourtant plus la conversation avance, plus il semble s’amenuir, disparaissant presque et elle se retrouve à froncer légèrement les sourcils, ses yeux errant sur l’essence de la jeune femme, cherchant à percevoir si quelque chose cloche. Elle hausse une épaule et agite une main en entendant les excuses proférées par son amie, fronçant le nez et roulant des yeux. « Pff, t’excuses pas, j’ai pas assuré non plus. » La culpabilité s’enflamme en elle quand elle se rend compte qu’elle non plus n’a pas cherché plus que ça à contacter la jeune femme, trop obnubilée par ses retrouvailles avec Vinzent et sa découverte de la ville. Ses joues rosissent légèrement quand la jeune fille insinue à mi-mot que sa décision de venir à Shreveport avait en partie reposée sur le fait qu’elle y soit et ses doigts se resserrent sur les siens avec reconnaissance. Sa seconde main venant repousser une mèche derrière son oreille avec un petit sourire en guise de réponse à son clin d’œil.

Bien que percevant toujours la gêne qui semblait refuser de quitter l’essence orangée qui s’étirait devant elle. Elle fronce le nez en cherchant par où commencer. Comment ne pas transformer ces retrouvailles en un apitoiement sur son sort ? Quand les dernières années avaient été plus que compliquées à gérer ? Elle inspire profondément, enroulant autour de son index une mèche brune en réfléchissant. « Mmh… Déjà, j’habite dans un manoir. Vinzent m’la laisser en quittant les US. » Elle laisse ses lèvres s’étirer en un sourire de chat. « Attends que j’t’invite tu vas voir le morceau, c’est impressionnant, le mec fait vraiment pas les choses à moitié. » Elle ricane en pensant à l’aristocrate avec tendresse. « Bref, j’prends depuis le début, quand j’suis arrivée ça a été très tendu avec lui et avec Hannah, mais ça va mieux. » Façon de parler étant donné que sa demi-sœur à quitter la ville pour le moment, refusant de continuer à tenir la boutique en l’absence de son arcaniste favori. « J’ai rencontré du monde, faudra que je te présente Hélix et Serguey, y a moyen que vous vous entendiez au top tous les trois. » Elle imagine sans mal l’ambiance avec les deux idiots et son sourire se fait plus franc. Elle hésite à parler d’Eoghan, le gardant sagement niché contre son cœur pour le moment. « T’as dû, comme tout le monde, entendre parler d’Halloween 2019 ? Bon, beh malgré ce qu’en ont dit les journaux, c’était définitivement un truc surnat’, et ça a été… Violent. En même temps, est-ce que c’est étonnant dans la capitale du surnaturel ? » Elle déglutit difficilement, clignant des yeux à plusieurs reprises avant d’avaler deux longues gorgées de son vin pour repousser les souvenirs horribles de cette nuit d’automne. « J’ai quitté le pays pendant un bon bout de temps, j’suis retournée en France chez ma grand-mère et après, j’ai un peu bourlingué en Europe avec Vinz’ avant qu’on se sépare définitivement. Il est resté en Hongrie et je suis revenue ici. » Elle hausse une épaule en jetant un regard autour d’elle. « Aussi tordu que soit ce bled, c’est devenu la maison. » Grâce à Eoghan, Anaïs, Hélix, Zach et tous les autres. « Tu verras, c’est sympa. » Elle presse doucement la main de la jeune femme avant de se pencher en avant légèrement. « Mais du coup, t’as débarqué quand ? »




Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Emily Morrisson
Emily Morrisson
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : See the invisible
Facultés : *Médium depuis presque aussi loin que sa mémoire remonte. Les esprits errent au milieu des vivants, invisible pour la masse, réalité bien visible pour elle.
*Elle peut percevoir les auras avec un soupçon de concentration. un talent qu'elle utilise quotidiennement.
*Portraitiste, elle peint les visages des vivants, les immortalisant, eux et leur essence, sur des toiles colorées. Elle travaille sur commande, mais ses amis savent qu'elle en fait de bon cœur pour ceux qui sont près d'elle.
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Emma Stone
Double compte : Anaïs Whilm
Messages : 65
Date d'inscription : 19/04/2022
Crédits : Avatar : .lollipop image liens : sweetdisaster
Dim 19 Juin - 16:19 (#)

Dire qu’elle avait failli ne pas venir à cette exposition, ne se décidant qu’à la dernière minute à tenter la chose, sur un de ces coup de têtes dont elle avait le secret. Coup du sort ou destin, peu importait vraiment, mais elle était heureuse d’avoir eu la lubie de venir ici aujourd’hui. Le rire de Lilas, la façon dont son visage s’illuminait ou que ses épaules s’agitaient, tout lui revenait en tête peu à peu, quittant le brouillard des souvenirs les plus lointains pour les dépoussiérer et les lui lancer à la figure, comme un rappel de ce qu’elle aurait pu voir plus souvent si elle avait eu la présence d’esprit d’essayer de la joindre. La voir ainsi, détendue et dans son élément, semblait presque irréel et Emily se demanda brièvement si elle n’était pas simplement en train de rêver éveillée. Elle chassa l’idée stupide aussi vite qu’elle était apparue. Peu de personnes arrivaient à la mettre dans cet état et Lilas en faisait partie.

Elle jeta à son tour un coup d’œil à la galerie, revoyant certaines toiles depuis son tabouret et sirotant distraitement son verre en réfléchissant à la proposition de Lilas. Elle n’avait jamais été du genre à exposer, l’outre face à elle le savait. Emily ne faisait que répondre à des demandes et les rares tableaux qu’elle n’avait fait pour personne, elle les gardait précieusement chez elle, l’exception étant celui de son mentor, qu’elle avait confié à son meilleur ami qui l’avait exposé dans son bar, juste avant qu’elle ne quitte la Californie. Elle n’avait jamais voulu exposer les visages qui lui était familiers et n’avait aucune envie d’expliquer l’inspiration provenant des quelques tableaux représentant ce qu’elle voyait au quotidien. Raconter qu’elle voyait des morts, ça ressemblait à un trip d’artiste halluciné, sauf qu’avec le surnaturel désormais connu de tous, on la prendrait au sérieux, et elle ne savait pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Elle se contentait de donner sa carte et laissait le bouche à oreille faire son office. Il n’y avait qu’une seule chose qu’elle n’avait jamais vraiment envisagée.

- Je me doutais que tu avais exposé ici, certaines peintures que j’ai pu voir sont tout à fait ton style. Elle hésita avant de finalement se laisser convaincre, sans grand efforts. Je prendrai le numéro. Si je trouve des modèles, ça pourrait marcher. Je voulais m’essayer à l’autoportrait, aussi, ce serait peut-être l’occasion.

En dehors de quelques cours obligatoires sur le sujet, elle n’en avait jamais fait, préférant utiliser les visages d’autrui, leurs auras et les couleurs qu’ils dégageait pour peindre ses toiles. Se fixer elle-même et se peindre ne lui était venu qu’une fois arrivée à Shreveport, avant qu’elle ne parvienne à obtenir quelques clients qui avaient permis de réellement recommencer à peindre. Elle savait qu’innover et tenter de nouvelles choses étaient la clé dans ce métier, elle n’avait simplement jamais eu de réelle occasion de le faire avant. Tout comme une autre chose. Parmi bien d’autres.

- J’ai toujours une toile prête avec ton nom dessus, d’ailleurs, si ça te tente.

Retrouver la complicité qu’elle avait avec Lilas lors de leur séjour à Roswell suffit à réjouir Emily. La gêne à l’idée que des excuses ne suffiraient pas vu bien vite évacuée lorsque la brunette reconnu son propre manque d’action de son côté. Emily ne lui en avait jamais voulu. Elles s’étaient quittées conjointement, après tout. Elle pensait qu’elle avait simplement tourné la page et, si cela ne fut pas toujours évident, elle s’était persuadé avoir fait de même. Voir Lilas rosir face à ses mots, sourire face à son clin d’œil et serrer sa main la fit soudainement douter pendant une fraction de seconde, avant qu’elle n'enfouisse tout ça à nouveau. Elle ne voulait pas tout gâcher en se faisant des idées et l’écouta avec un sourire alors qu’elle racontait à son tour ce que fut sa vie après son départ. Elle haussa un sourcil avant d’offrir une révérence des plus caricatural et maladroite à Lilas, se retenant de justesse de rire.

- Madame la [i]douchaisse[i] vit dans un manoir, voyez-vous cela ? Avec des centaines de serviteurs et du caviar au petit déjeuner ? Hmm ?

Imaginer Lilas dans un manoir l’amusait beaucoup. Elle n’avait jamais rencontré le fameux Vinzent, n'ayant fait qu’écouter Lilas en parler avec des yeux brillant d’une admiration qui avait réussi à la fois à l’attendrir et à l’énerver, sans qu’elle ne parvienne à déterminer l’émotion qui prévalait sur l’autre. La tendresse prévalait, assurément. Elle était heureuse pour elle, ça elle en était sûre. Certainement pas jalouse. Ça non.
Rencontrer des gens avait été la motivation principale d’Emily à quitter la Californie pour se lancer dans ce road-trip qui l’avait conduit jusqu’à Lilas après un long parcours semé d’autant de rencontres que de problèmes avec sa voiture de l’époque. Elle eut un sourire tendre en repensant à ces moments passés en compagnie de personnes dont elle a pour la plupart oublié les noms, ne gardant que les auras et des visages aux traits souvent flous. Elle était à Shreveport depuis quelques temps déjà, et elle n’avait jamais vu aussi peu de monde.

- Tu me les présenteras si tu veux, j’ai tout le temps qu’il faut, maintenant.

Elle ne comptait pas s’en aller alors qu’elle venait de la retrouver et de commencer à se plaire ici et ceux malgré la tension qui semblait flotter comme un sombre nuage au-dessus de la ville. Elle ne fut guère surprise par les propos de Lilas concernant les événements d’Halloween 2019. Elle n’était pas dupe et avait bien senti que la version officielle du gouvernement possédait beaucoup trop d’incohérence et d’inconnus pour que ce soit la vérité. Tout cela sentait la manipulation magique à plein nez et elle était bien contente d’avoir eu raison. Cela n’avait rien de rassurant, mais elle était fixée, au moins. Cela expliquait la quantité de spectres qu’elle avait croisé depuis son arrivée. Elle n’en avait jamais vu autant dans une seule ville et pourtant Shreveport n’était pas aussi grandes que les villes de Californie ou de la côte Est qu’elle avait remontée en voiture. Elle n’ajouta rien à ce sujet, ce dernier semblant être douloureux pour Lilas, d’une manière qui ne plût pas du tout à la medium. Ce serait une conversation pour une autre fois, si cela revenait sur le tapis.

L’entendre dire que le fameux Vinzent n’était plus en ville et qu’elle était revenue seule après un départ de quelques années l’alarma encore un peu plus. Qu’avait-il bien pu se passer pour que Lilas, qui affirma que cette ville était son chez elle, quitte les lieux aussi longtemps ? Elle garda tout ça dans un coin de sa tête, bien décidée à en savoir plus, quand elles seraient moins exposées qu’au beau milieu d’un café servant de galerie d’art.

- Oh, ça va faire un an. Un peu plus ? j’ai habité dans un appartement miteux dans un quartier pourri au début. Stoner Hill, je crois ? Vraiment pas terrible. Puis j’ai trouvé ma maison quelques mois après, ça doit faire sept ou huit mois que j’y suis et les choses se passent plutôt bien. Tu peux passer quand tu veux, je te filerai l’adresse. J’ai une chambre en trop, des fois que tu voudrais squatter.

Tournant son vin dans son verre comme s’il s’agissait d’un grand cru, elle observa un instant le liquide avant de reposer les yeux sur la femme face à elle, examinant à nouveau son visage avant qu’un sourire ne se dessine sur le sien.

- Je suis heureuse de te retrouver. Tu as l’air bien plus apaisée et en paix que quand on s’est rencontrée ou que quand on a quitté Roswell…

Sa tête reposant dans le creux de sa main, l’autre serrant toujours tendrement celle de Lilas, elle garda son sourire, examinant l’aura de l’outre avec l’envie de la coucher aussitôt sur le papier de son carnet, d’en dessiner chaque courbes et couleurs, chaque miroitement et ondulations. Elle aimerait la dessiner entièrement pour ne plus imaginer oublier ses traits un jour. Ni le reste.

- J’ai toujours envie de buter ce salopard, si jamais c’est pas fait.

Lilas lui avait confié beaucoup de choses lorsqu’elle sentie suffisamment à l’aise à ses côtés et elle n’avait jamais oublié les raisons l’ayant poussé à s’échouer à Roswell. Elle avait une idée très précise de ce qu’elle ferait subir à ce type si elle pouvait l’avoir en face d’elle un jour. Et Heins n’aurait certainement pas approuvé. Mais à voir Lilas ici, maintenant, elle se sentait surtout soulagée qu’elle aille bien et simplement heureuse de la retrouver et était prête à laisser sa vendetta aux oubliettes, à tout jamais, si elle le lui demandait.

- Tu as trouvé ce que tu cherchais ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Emily Morrisson (+1 318-546-3597)
» It all belongs to the other side || Emily
» A spark in the night - Emily
» Emily Morrisson - If you could see it, you'd shit bricks
» FALL OF THE NIGHT - Serguey & Emily

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: