-45%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL – Marmite 36 cm – Inox, Tous feux dont induction
29.49 € 53.27 €
Voir le deal

State of decay - JUNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Jeu 11 Aoû - 19:01 (#)

June Washington
State of decay - JUNE Tumblr_px7jru1sUN1wt3rm7o3_500
Date et lieu de naissance
Il pleuvait le 19 juillet 1996, à Chicago, Illinois. C’est à cet instant que furent émis les premiers cris de June Washington, qui résonnèrent à l’arrière de la voiture qui était censée mener sa mère à l’hôpital. Les épaisses gouttes de pluie frappaient durement le bitume chaud, et l’odeur si particulière de la pluie d’orage emplissait les narines de tous. Joe Washington n’était pas prêt de taire l’histoire de comment il avait aidé sa chère Gina à porter au monde le plus beau bébé du monde.

Nationalité
June est américaine, et bien qu’elle ait été élevée par une famille modeste, les origines cajuns de son père lui ont permis de développer un regard atypique sur le monde environnant. Sa mère, originaire de Chicago et venue en Louisiane pour les études, possède encore quelques vestiges de la vie anglaise qu’ont mené ses ancêtres.

Profession
Habituée à courir pieds nus dans le jardin familial, à l’orée des bois, June a toujours eu la main verte. Si elle s’est intéressée, tout d’abord, à l’étude de la vie dans l’espoir de devenir médecin, elle a vite changé d’orientation. Enfant des ronces et de la sève, elle est devenue vendeuse à La Bloom pour gagner sa vie et espérer se lancer un jour avec sa propre boutique ; puis, la gérante, une sorcière en l’état, apprenant la vérité sur son apprentie fleuriste, lui permis d’étendre ses connaissances sur le monde.

Lieu d’habitation
June vit confortablement dans son appartement à The Corner. Loué dans un vieux bâtiment, son appartement est situé au rez-de-chaussée. L’appartement, une grande pièce à vivre, où les différents coins aménagés sont séparés par des paravents d’intérieurs et diverses fleurs qu’elle a récupérées et choyées. La seule autre pièce est la chambre, dans laquelle on trouve également la salle de bain. Une pièce tout aussi encombrée de fleurs en tout genre, qui donne un aspect sauvage à l’appartement.  
La cuisine, croulante d’ustensiles, est utilisée principalement pour cuire les fruits et légumes que June cultive dans la cour du bâtiment, laissée longtemps à l’abandon, qu’elle a transformée en jardin et dont l’accès se fait par la porte-fenêtre qui donne sur la pièce à vivre de celle-ci. Le salon, qui constitue également la salle à manger, se compose uniquement d’une table basse ronde, recouverte de magazines, de la simple revue people à quelques revues scientifiques un peu plus compliquées, mais qui sont des sources de connaissances pour June, et qui l’aide à préciser son don.

Lorsqu’elle le peut, pourtant, June s’éclipse de la ville, retourne à la maison familiale, abandonnée jusqu’à peu, située à quelques miles au sud de Shreveport. Vieille maison de Louisiane, et mal entretenue par manque de temps et d'investissement de la part des parents de June, celle-ci n'a pas survécu à une tempête locale et a été le prétexte parfait pour motiver la famille à partir vers Chicago. Cachées de l’axe principale, la maison est sur trois étages, sans sous-sol. C’est là-bas que June se sent le plus à l’aise, loin du tumulte de la ville, et où elle peut se libérer des chaînes qu’elle s’astreint à porter en permanence. Plus de contrôle sur son don, plus de garde à calmer, de personnes à esquiver, de sourire à rendre, de compassion à émettre. Elle peut simplement être, contempler l’absolu, voir la vie se nourrir de la mort, puis celle-ci ôter la première. Le jardin, grand et sans barrière, débouche sur les bois, s’enfonce dans le bayou. Un jour, June disparaitra, happée par l’appel du calme, elle le sait. Elle quittera son enveloppe de chair, incapable qu’elle est de mettre fin à sa propre vie, prise de l’ego de la race à laquelle elle aurait dû appartenir. Ce jour arrivera quand les murs blancs de la maison auront retrouvé de leur superbe, que les trous du toit seront réparés, l’eau et l’électricité revenues ; que son père pourra s’asseoir dans le fauteuil qu’il aimait tant, et où il la regardait jouer du piano pendant que sa mère chantait le blues à côté. C’était du moins le plan, jusqu’au décès de celui-ci. Depuis, June tient à préserver son héritage pour s’y installer elle-même.

Situation financière
L’avantage de ce modeste appartement est le loyer que paye June, qui lui permet d’économiser, afin de lui permettre de rebâtir la maison familiale des Washington, détruit lors d'une tempête. Outre son travail à La Bloom, June vend quelques plantes qu’elle a sauvées à ses voisins, également des légumes et des fruits de son jardin. C'était une condition pour qu'elle occupe le logement qu'elle a aujourd'hui, celle d'être la jardinière principale, chargée de l'entretien et des rappels à la communauté concernant le jardin.

Habituée du peu, June aime pourtant les belles choses et passe régulièrement dans les friperies, qui lui servent à s’habiller, et chez les prêteurs sur gages, brocantes et autres revendeurs d’occasions, qui lui permettent de récupérer tout ce qu’il faut.

Catégorisation
D’après la sorcière qui l’a prise comme apprentie à La Bloom, June est ce que l’on nomme une Soma, une outre aux capacités liées à la chaire, à la matière, vivante en l’occurrence. Obsédée depuis longtemps par les cycles perpétuels, June s’est retrouvée à étudier sous le couvert de sa tutrice les plantes, ainsi que les principes qui régissent le monde de la matière : la photosynthèse, le fonctionnement de la chaire, les minéraux, la putréfaction.

Don
Biokinésie C’est en révélant la maladie de sa mère en étant encore enfant que ses parents ont pris conscience du don de leur fille. S’ils l’ont caché au reste du monde, ils ont appris à vivre avec. Il ne s’agissait au départ que d’une simple lecture des corps qu’elle touchait, savoir s’il y avait un mal dormant, puis l’adolescence a transformé June. Capable de réduire les vertiges de sa mère, ou de faire ignorer la fatigue musculaire à son père, les dons de June ont pointé dans une direction bien particulière : celle de comprendre la matière par la pensée et le toucher, puis de la modifier.
Incapable de créer, ou d’agir sur de la matière morte, June est capable de plier la matière organique à son bon vouloir, que ce soit pour aider à réduire des symptômes, accélérer une guérison, ou, au contraire, provoquer une dégénération cellulaire, augmenter les états maladifs déjà présents.


  • TEMPÉRAMENT
    CaractèreSi June parait attrayante au premier abord de par son sourire vendeur et sa bonne humeur générale, il n’en est rien. Elle ne parle que très peu d’elle ou de ses expériences, et si elle répond volontiers quand on lui adresse la parole, elle préfère rester en retrait et assister de loin aux conventions sociales, qui ont le don de la mettre mal à l’aise. Cette façade cache le dégoût que lui apporte l’humain dans sa globalité. Son rapport à la matière ayant évolué en même temps que son don, elle ne mâche pas ses mots, et a la réputation d’être difficile. Cette attitude détachée, et le contrôle sur la matière, font d’elle une personne solitaire. Hormis sa patronne et quelques rares personnes, elle n’accepte que très peu de gens dans son entourage, notamment depuis « l’incident ». Elle préfère la compagnie des plantes aux humains et aux bêtes.

    Le monde, selon sa propre perception, n’est qu’un cercle en perpétuelle rotation, où tout n’est que vie et mort entremêlées. Sa morale, grise à bien des égards, mets mal à l’aise certains de ses contemporains, qui voient d’un mauvais œil qu’une jeune femme « comme elle » semble incapable de concevoir des principes comme le deuil ou la célébration d’une naissance. Ce mécontentement dans les discussions à fait June devenir méfiante et réservée. Elle porte en masque une compassion qu’elle n’a pas, ni pour les vivants, ni pour les morts. Il est bon de noter qu’il ne s’agit pas d’un manque d’empathie, mais d’une déconsidération vis-à-vis de la vie et de la mort. C’est ce trait de caractère notamment qui causa la rupture avec son père quelques années auparavant.

    Avec le temps, June est devenue protectrice de son environnement, quitte à devenir agressive. La désacralisation de la vie et de la mort donne à June une morale teintée, et si l’occasion ne s’est jamais présentée, il n’y a pas de doutes à avoir qu’elle n’aurait aucun scrupule à aller jusqu’au meurtre pour défendre ce qu’elle considère important dans sa propre vie. Un darwinisme moderne, influencé par son contrôle sur la matière et les récents évènements qui ont frappé Shreveport. Ce ne sont que les lois humaines qui la retiennent, et la peur, non pas de mourir, mais d’être enfermée loin du ciel infini.
    Les premières années de l’éveil de son don ont été douloureuses et difficiles pour June, au point à la jeune femme est devenue haptophobique, c’est-à-dire qu’elle déteste le contact physique sous toutes ses formes. Si elle contrôle aujourd’hui la lecture des corps organiques, cela n’a pas toujours été le cas, et le contact aléatoire avec des malades qui s’ignorent à provoquer de nombreux cauchemars dans les nuits de June.
  • UNE JOURNÉE DANS VOTRE PEAU
    Le soleil brule presque les paupières de June. Elle papillonne quelques instants, coincée entre le rêve et la réalité. Le matelas moelleux et le parfum des fleurs du matin la bercent encore quelques instants. Elle se surprend à penser à cet étrange petit garçon qui est venu avec ses parents, quelques jours auparavant. Il lui a paru simple, un peu stupide pour son âge ; mais il avait l’œil. Elle se souvient l’avoir vu partir vers les serres humides, là où poussent quelques plantes du bayou, plus un lieu de visite que d’achat. Il s’est assis au bord du bassin, à contempler la jacinthe et les nénuphars. June se rappelle s’être approché, pour lui dire que ses parents allaient s’inquiéter ; l’enfant répondre que non, tout allait bien, par qu’elle était là. L’outre ne côtoie que peu d’enfant, et n’est pas habituée à leur langage parfois trop franc. Elle lui a demandé pourquoi il disait ça ; il a répondu parce qu’elle est vendeuse, non ? Penchée vers lui, les mains sur les genoux, elle a souri, oui, quoi penser d’autre ? Elle lui a demandé s’il connaissait le nom des plantes ; oui bien sûr, il adore les plantes. Il pointa son doigt frêle, et énuméra les plantes qu’il pouvait voir, sous la surprise de la fleuriste.

    Ils furent interrompus par les parents, guidés par la vieille sorcière propriétaire des lieux. June se redresse, et sourit. Un enfant formidable, très intelligent. Elle ne le pense pas vraiment, pas entièrement. Ils répondent que oui, trop parfois. Ils sont partis ensuite, les achats dans le coffre du camion. Le garçon a fait de grands signes de la main en la direction de June, qui a répliqué d’un geste timide.

    Elle se lève et s’habille en pensant à cette scène. Le gamin avait-il un problème ? La radio passe les mêmes musiques qu’elle a déjà entendu cent fois ; elles guident les gestes mécaniques de la routine matinale, l’arrosage des plantes, la récolte de ce qui peut l’être. Sur les feux cuisent les bocaux de légumes de saison. Elle les laisse refroidir la journée, pendant qu’elle part travailler. Elle ne croise aucun voisin, tant mieux. Il y a ce jeune, qui vient de s’installer, qui la drague malgré tout. Ca l’agace d’y penser, elle préfère penser au garçon.

    À vélo, elle ne met pas trop longtemps à arriver à la boutique. La vieille sorcière est déjà là, elle est toujours là. La journée passe, tranquillement. Les clients sont rares en semaine. Elles en profitent pour discuter des plantes, des bêtes qui y vivent. La leçon du jour : les staphylins. Ils sont importants dans la décomposition des chairs, June les connait déjà. Elle pose des questions, obtient des réponses en énigmes.

    Le soir, elle doit sortir, un engagement stupide qu’elle a fait, pour paraître social. Il est sympathique, mais trop obtus. Elle a fait le tour de son esprit en quelques minutes. Elle lui demande s’il est croyant. Protestant. Elle détourne son attention, plonge ses lèvres dans la bière. C’est la meilleure raison de sa venue. Elle maudit l’amie qui lui a conseillé de sortir. Pourquoi s’attache-t-elle à ses considérations ? Elle le salue rapidement, repart. Elle tapote sur son téléphone un message. La réponse ne se fait pas attendre, elle se fait disputer qu’elle ne fait pas d’efforts, qu’elle devrait sortir plus. Elle prétexte ses plantes, éteint le téléphone. C’est assez pour aujourd’hui.

    Chez elle, June range les bocaux dans des caisses qu’elle a récupéré d’un restaurant du coin. Elle va leur apporter les légumes demain matin. Ils payent bien, parfois lui offre un repas. La radio joue des sons qu’elle connait, elle rallume le téléphone, y branche son casque, s’allonge en regardant le plafond. Elle pense encore au garçon, est-il en train de lire un livre sur les plantes ? Elle aimerait bien qu’il repasse, pour discuter.

    Elle sourit, s’endors sur la musique, qui cache les bruits de la ville. La vie grouille ici, un tumulte incessant. Vivement la fin de semaine.
  • Caractéristiques de race
    June est née outre. C’est un terme qu’elle a entendu pour la première fois quand sa patronne l’a vu utiliser son don sur un bourgeon. Sa mentor lui a appris de nombreuses choses sur son appartenance à cette race à part entière, donnant une raison à certains de ses ressentiments, lui expliquant les mécanismes intrinsèques, le regard à avoir sur le monde autour d’elle.

    Presque six ans plus tard, June s’est détachée du royaume des humains, y circule camouflée dans son rôle de la jolie fleuriste, esseulée par les tragédies de son passé, qui apportent sur elle un regard de pitié et de tendresse ; des sentiments qu’elle n’aurait jamais pour eux. Il existe un cycle éternel, où tous ont une part à jouer, y compris elle. Le masque de lumière qu’on lui attribue est la plus belle des cachettes. Dix ans, et un savoir qui s’accumule chaque jour qui passe. Les fleurs et les racines livrent leurs secrets, les muscles et la chair, pareils à des livres ouverts. June n’est ni bonne, ni mauvaise, elle est, simplement.

    Les erreurs du passé ont fait d’elle qui elle est, et si elle pensait que son don pouvait initialement aider à sauver des vies, elle a choisi une autre voie. Son altruisme a été brisé sur l’autel de la convoitise, sur celui de la peur et du mépris. Victime du rejet, elle a rejeté le monde qui l’a vu naître, qu’elle aurait pu aider à rendre meilleur. Son père la voit comme une rejeton de Sakpata, Lwa de la Terre, dieu de la variole ; une maladie plus qu’un espoir. June rejette la religion, et si les dieux existent et qu’ils sont capables de produire la terre et le ciel, la vie et la mort, les hommes en sont capables aujourd’hui également.

    A son éveil, June était à peine capable de sentir la maladie ronger les chairs, un murmure dans le tumulte d’un corps adulte. Les années ont passé, elle a appris.

    En appliquant ses mains sur un corps vivant, June est capable de sentir la vie qui bat en son centre, d’entendre le sang qui circule, les bactéries qui rongent les aliments dans l’estomac, l’épiderme qui se détache de la peau, l’ongle qui pousse. Une image mentale forte, qui lui permet de comprendre le fonctionnement des corps bien plus qu’aucun médecin n’en est capable. L’odeur et le goût jouent un rôle, que ce soit d’un musc très léger, aux aigreurs de la sueur en plein été. Avec ses informations, June peut savoir l’état de santé d’une personne, de déterminer les troubles physiques qui habitent son corps, de la courbature d’une course, à la tumeur qui ronge la vie.

    En se concentrant, la jeune femme est capable d’accentuer ou de diminuer les effets sur le corps, de modifier la densité des minéraux et de l’apport calorifique du sang pour accélérer la cicatrisation, de faire bourgeonner les fleurs en accélérant leur pousse ; ou au contraire, d’empêcher aux os d’absorber le calcium, les fragilisant ; de coaguler le sang, provoquant un caillot, de vieillir les bactéries de la peau, qui pourront assécher la peau par endroit et provoquer des rougeurs.

    A terme, et développés à leur plein potentiel, les dons de June pourraient provoquer des modifications jusqu'à l'apparition de gangrène, provoquer la dégénérescence anticipée des corps pourrissables, de ralentir le vieillissement des cellules ou de soigner des plaies bien plus importantes et plus profondes.

    Un don aussi fort qu’épuisant, aussi merveilleux que terrible, qui ne provoque que la colère et la peur. Ils ne comprennent pas que June ne crée rien, elle ne fait que modifier l’existant ; et que ses dons, aussi terribles soient-ils, n’en sont que plus fallacieux : elle ne peut guérir le malade qui se meurt, ne peut redonner à la vie son éclat une fois le corps décadent. June se doit de rester dans le cycle de la vie, et son emprise s’arrête quand le sang s’arrête, que l’âme quitte le vaisseau qui a été sien pendant son voyage sur cette terre.

    Cette barrière de verre, la séparation entre la vie et la mort, voilà ce à quoi s’est attelé June ses dernières semaines ; ces derniers mois même ; comprendre pourquoi son don se refuse à accorder la vie, à laisser mourir celles et ceux que la jeune outre a un jour aimé. Sa tutrice, sorcière blanche en l'état, a prévenu June des dangers qui l'attendent dans un tel apprentissage, qui sera long et non sans de nombreuses concessions. La nécromancie est une magie dangereuse, et si la gérante de La Bloom peut aider June sur certains domaines comme le végétal, elle a prévenu son apprentie qu'elle ne sera d'aucune aide concernant le corps des bêtes, ni celui des humains.

    Deux effets ont tendance à affecter June, à travers son don. Une de manière passive, liée à la nature d'outre de la jeune femme, et une de manière active, quand son don est déployé.

    La première contrainte, passive, a développé une peur latente chez June. S'il est nécessaire de toucher sa cible pour entrer en symbiose avec lui et comprendre l'état de son corps, les autres sens de June sont également alertes (et elle pourrait se servir d'un autre sens pour activer la symbiose, mais cela lui demande trop d'efforts). Eveillée, l'outre se concentre pour réduire les effets de l'odorat, du goût, de l'ouïe et la vue ; la nuit, son odorat et son ouïe restent en alerte et les barrières mentales de June, si elle est trop fatiguée, peuvent s'affaiblir. Si le rayon d'action de son don est limité, une dizaine de mètre autour d'elle, il lui est arrivé d'activer, dans son sommeil, son don de manière spontanée, pour essayer de faire taire une douleur ou de provoquer des irritations sur un corps sain à cause d'un cauchemar. La seule solution de June à ce jour a été d'arrêter de dormir, puis d'être mise sous sédatif, tant et si bien qu'aujourd'hui, June ne passe que très peu de nuits sans prendre des médicaments pour dormir. S'il est pensable qu'aujourd'hui, les crises nocturnes seraient très rares, June ne prend aucun risque.

    Les barrières que montent June pour endiguer ses sens sont mis à l'épreuve lorsqu'elle se retrouve dans de grandes foules, qu'elle est en situation de stress ou fatiguée. Le nombre d'informations et de signaux qui lui sont envoyés deviennent alors chaotique et elle ne parvient plus à faire la différence entre ce que perçoit normalement un être humain et ce qu'elle perçoit venant du vivant. Hormis le toucher qu'elle ne parvient pas à endiguer et un petit peu l'odorat, les trois autres sens sont muselés, et à terme, la lecture du vivant pourrait disparaître complètement de ses sens, si June continue à les bloquer de la sorte.

    La seconde affliction de June est lié à l'activité de son don. Plus la durée d'utilisation du don sera prolongé, que ce soit pour guérir ou non, plus ses réserves d'énergie s'épuisent et mettrons du temps à se renouveler. Tenter de soigner une plaie trop profonde, ou de la faire suppurer jusqu'à l'infection, peuvent faire perdre connaissance à June, qui mettra plusieurs longues heures à revenir à elle. Outre la syncope, la surutilisation des dons de June peut provoquer une migraine, des saignements sur son propre corps aux endroits où June agit sur un autre corps (la peau si elle tentait de soigner une coupure, l'estomac si elle s'attaquait à un ulcère, etc...).  

  • AFFILIATION ET OPINIONS
    June ne fait partie d’aucun clan. Si elle s’affilie volontiers à la sorcière blanche qui est devenue son mentor, c’est bien le seul lien qu’elle entretient de manière connue avec le monde surnaturel. La vieille sorcière, elle, entretient une relation commerciale avec le Juggler’s Bazaar, fournissant des plants et certaines décoctions très particulière aux autres affiliés, mais ne se considère pas comme partie prenante du clan. Elle ne s'intéresse pas aux activités de la guilde, et se contente de vendre au besoin.

    June connait l’existence de Juggler’s, ainsi que de l’Eglise Wiccane et l’Irae ; mais hormis le Juggler’s, elle ne se rappelle pas avoir été en contact avec une des deux autres entités, et à raison : sa maîtresse est opposée aux idées du clan fondé par Morgan Leroy et s’assure de rester loin d’eux.

    Les explications de la sorcière furent brèves concernant les clans existant : la solution est d'en rester loin pour éviter les problèmes. Elle a expliqué à June l'existence de groupuscules comme l'Eglise Wiccane ou le Juggler's Bazar, en prévenant sa toute récente apprentie de ne pas faire de vagues, et qu'au cas où elle serait confrontée à un membre des clans, de se faire petite en espérant que ça passe. Si June fait suffisamment confiance à sa mentor pour ne pas chercher à entrer en contact avec ces groupes, elle ne rejette pas complètement les principes des autres clans, elle qui n’a jamais véritablement côtoyé d’autres personnes aux capacités magiques hormis sa mentor.

    Le reste du monde surnaturel lui est connu à travers les livres et le savoir de sa tutrice. Si, de prime abord, elle a rejeté les vampires, par dégoût. Les notions de vie et de mort étant des concepts importants dans la vie de June, le fait d’avoir une créature qui soit quelque part entre les deux a été un concept nouveau à prendre en considération. Puis, suite à l’incident d’Halloween, June a revisité son avis sur les vampires : peut-être peuvent ils apporter une aide dans ses recherches. Comment fonctionne le corps d'un vampire, est-ce simplement le vieillissement qui a été stoppé ? Comment le sang agit-il sur leurs corps ? Le cœur d'un vampire bat-il encore ? Aurait-elle un moyen de mimiquer l'état des vampires grâce à son don ? Des considérations parfois farfelues, que June ne demande qu'à comprendre et découvrir.

    Une relation inverse s’est installée envers les thérianthropes. Plus proche du monde naturel, avec des liens forts envers le royaume animal. June ignore les raisons qui la pousse à s’intéresser aux garous, entre le mysticisme et les secrets qui entourent les change-formes. La vieille sorcière lui a régulièrement parlé de son rôle dans d’anciennes tribus nomades, qui croisèrent la route de nombreuses hordes. Ces histoires ont provoqué chez June l’envie de partir vivre une vie de nomade, juste elle et son van, avant d’être rappelée à l’ordre par sa tutrice, lui parlant des changements opérés dans le monde, et des nouveaux dangers qui peuvent guetter les jeunes outres.
    Il y a une vérité que la vieille sorcière n’a jamais donné à June, celle des démons et des engeances, gardant ses histoires au rang de légendes et de mythes, pour éviter que sa jeune apprentie ; dans sa volonté de comprendre l’âme et les liens unissant vie et mort ; ne se retrouve embarquée dans de sombres rites qui altéreraient sa perception déjà sinistre du monde humain.

    June aime Shreveport. Petite, la ville l'enivrait de son ambiance, son énergie. Le départ pour Chicago a été un déchirement pour la jeune fille amoureuse de la Louisiane. Son retour ne s'est pas fait dans les conditions qu'elle aurait espéré. Elle avait toujours imaginé y revenir avec ses parents, après une rémission de sa mère, pour rebâtir la maison de son enfance. Une sorte de maison du bonheur qui n'aura jamais lieu. Désormais propriétaire, elle espère pouvoir reconstruire et y habiter rapidement.

    La milice fait peur à June, qui se réconforte uniquement de la présence de la sorcière et de ses amies dans sa vie. Au regard de la jeune outre, la justice doit être présente pour les hommes et pour les CESS, et adapté comme il le faut entre les deux. Ce n'est pas tâche aisée, mais c'est la direction dans laquelle tendre. Pourtant, l'humanité a déjà montré son manque d'ouverture d'esprit et son esprit retors aux différences. June suit les préceptes de sa maîtresse, et cache son affiliation au monde.

    A cet égard, June n'a pas d'avis spécialement tranché sur le manque d'informations sur les outres. L'existence des autres races et des arcanistes a probablement facilité la découverte et la mise en avant des outres ; et grandissant, June aurait aimé avoir des modèles, des personnes vers qui se tourner pour apprendre à canaliser son don, à se contrôler, à s'accepter. Pourtant, se mettre dans la lumière reviens également à s'attirer la colère de celles et ceux qui ne veulent pas comprendre ou se complaisent dans leur étroitesse d'esprit. Certains jours donc, June aimerait que les outres soient reconnues, qu'elles puissent se réunir, apprendre, avoir une appartenance ; d'autres jours, elle est reconnaissante de ces ténèbres qui entourent sa race, qui la protège autant qu'elle l'isole.

    Les semaines qui ont suivi Halloween cette année ont été particulièrement douloureuses pour June. Au-delà des peurs survenues suite aux informations locales et nationales, à la nouvelle montée d'un extrémisme contre le monde surnaturel, June a du vivre avec d'importantes migraines et des troubles dans ses dons. Inconsciente des perturbations magiques inhérentes aux sorts des arcanistes, et à la perturbation magique liée à la libération d'autant de puissance, la proximité de June et de ses amies du St Vincent Mall a complètement déboussolé les sens de l'outre.

    Ses amies, connaissant la nature de leur June si particulière, ont été d'une aide non négligeable, et leur relation a permis à June ne pas être prise d'une paranoïa ensevelissante, d'une humanité qui semble pointer une haine sourde et complète envers les arcanistes, et à June d'être présente dans la vie de ses amies, comme exemple d'une indépendance, d'un détachement face aux activités néfastes d'un groupe.

    Depuis, les tensions ont continué à s'exacerber. Affiliée de très au Juggler's Bazaar, June n'a pas conscience des ramifications qui se trament dans la ville de son enfance. Gardée loin du secret par sa mentor, vivant une vie d'humaine, elle tente de garder le secret quant à sa nature. Ses amies, véritable rempart contre la haine qu'elle voit et essuie sans que personne n'en est conscience, font que June n'a pas encore craqué, explosé au visage d'un inconnu, comme pour lui montrer que ses peurs sont fondées. Un pacifisme qui s'effrite tandis que les tensions montent.

  • Singularités
    June adore la musique. Elle aime danser, lorsqu’elle est seule, ou entourée des quelques amies qu’elle possède. // Elle possède un tatouage de serpent autour de la cheville gauche et un représentant le soleil et la lune sous le bras droit. // Son fruit préféré est la pomme et son dessert fétiche le gâteau à l’orange // June fait des efforts pour sociabiliser, bien que cela ne soit pas toujours perçu. Par moment, elle aime son calme et son isolement, parfois, elle le déteste et souhaiterait être humaine // Elle possède de nombreux herbiers, ainsi qu’un aquarium avec de nombreux poissons // Sa saison préférée est l’été // Elle parle l’anglais et le cajun // Elle a souvent des fleurs dans les cheveux, des pétales qui sont tombés à La Bloom ou des plantes qu’elle a chez elle // Elle ne se sert de son don que très rarement, de peur de perdre le contrôle // Elle ne porte jamais de parfum ni de déodorant // Son livre favori est Le Haut de Hurlevent // Elle a une lettre d’inscription pour une école communautaire qu’elle n’a jamais envoyé // Elle en veut à son père de n’avoir jamais appelé depuis son départ et de ne jamais décrocher quand elle appelle // Elle adore les puzzles et les natures mortes // Elle n’a vu que très peu de films, mais adore aller au cinéma, surtout pour le popcorn // Elle aime les bières amères // Régulièrement, elle essaye d’aller courir, puis fini par se dire que le sport n’est pas pour elle // Son plat favori est un poulet pané que faisait sa mère, avec beaucoup d’épices, et mangé avec des frites de patates douces // On la force à utiliser Instagram et Snapchat pour communiquer, alors qu’elle déteste ça. Elle est surnommée « Ultimate Pokerface » par ses amies sur les réseaux // Depuis Halloween 2019, elle ne s’est servie de ses pouvoirs qu’en de rares occasions, ne se souvenant toujours pas ce qu’elle a fait dans le cimetière. // Ses amies respectent sa condition, et sont régulièrement à l’affut des problèmes qu’il pourrait y avoir en soirée, June n’en a pas forcémement conscience. Elles sont toutes au-courant de l'affliction de June et de sa condition d'outre. C'est pour le bien-être de June et par peur qu'elle ne soit agressée à cause des tensions actuelles que ses amies sont si protectives avec elle. // Elle ne prend jamais les transports en commun, se déplace presque exclusivement en vélo, taxi, ou les bus qui permettent de s’asseoir à des horaires nocturnes pour éviter qu’on ne s’assied à côté d’elle.
Who am I ?
State of decay - JUNE 4c3d1a2c08dbe3a90de2949e72fcf6e71f4ed927
Je suisune inventée Blase MofaVisage Zendaya Sagesse29 ans. Découverte J'ai vu de la lumière  :cache:  PrésenceUn jour par semaine pour les réponses. Le reste, ce sera en fonction de l'emploi du temps  State of decay - JUNE 704791297  AvisRien à redire State of decay - JUNE 704791297  Crédits Crédit des images utilisées. a-devious-route ; Seb McKinnon ; srvgers
; Mot de la findéfoulez-vous !
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Jeu 11 Aoû - 19:15 (#)

STATE OF DECAY
Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

BIO

1 - Au détour d'un sentier une charogne infâme
(C. BAUDELAIRE
)

June dépose la tête sur l’épaule de son petit-ami, tout en laissant ses pieds s’amuser dans l’eau du lac. Tout le monde le dit autour d’elle : il lui est bénéfique. Très peu sociale, il a fallu le contact de ce garçon pour que l’adolescente ne sorte de son cocon. Voilà neuf mois qu’ils sont ensemble, à vivre une idylle comme il n’est pas rare d’en trouver à cet âge-là, avant que les problèmes ne viennent.

Il dépose un baiser sur le front de sa tendre amie, l’enlace un peu plus fort, le bras par-dessus l’épaule. Un geste qu’il ne peut faire que depuis peu ; June a été claire sur le sujet dès le moment où il lui a demandé de sortir avec elle : aucun contact, ne serait-ce qu’un effleurement, sans son accord. Il a accepté.

Perdue dans ses pensées, June profite de l’instant, du soleil qui réchauffe sa peau, du lac à l’eau cristalline, et des montagnes qui l’entourent. Un cadre ravissant, verdoyant, loin de l’humanité et de son brouhaha funeste, du bruit de la chair qui vieillit, des gargouillements de la vermine, imperceptible mais toujours présente. Les bois alentours sont calmes, ne reste que les vacillements des feuilles, qui s’arrachent sous le vent parfois trop fort ; les rongeurs qui carapatent sur les arbres et dans les terriers, les daims et les biches qui arpentent les sentiers à la recherche de nourriture, et lui. Si June a accepté de sortir avec lui, c’est car il lui plaisait, mais aussi que son corps est sain, privé de toute anomalie. Un calme surprenant, qui lui permet de se libérer, de ne pas maintenir les barrières des capacités, d’accepter d’être décontractée.

Grandir a été difficile, à bien des égards, mais enfin, elle trouve la paix, le silence. Il lui récite un poème à l’oreille, lui fait la lecture, tandis qu’elle se blottit un peu plus confortablement contre lui. L’adolescence lui a apporté de nouveaux problèmes, plus qu’une fillette ne peut imaginer, plus qu’une mère ne peut préparer.

Elle frissonne, le soleil est au couchant ; alors ils décident de rentrer car la nuit tombe vite ici. Les prédateurs rodent alors, bêtes en quête d’une proie. Plus que la morsure du froid, il faut craindre la morsure du loup, disait le vieil homme à la station essence, à quelques kilomètres plus au sud, là où ils se sont arrêtés pour faire le plein d’essence et de provision. Le vieil homme les a trouvés beau, mais elle, un peu bizarre.

Ce soir-là, ils ont fait l’amour pour la première fois. Elle a aimé chaque instant avec lui, la course de ses baisers sur ses épaules et sur le galbe de son sein, sa main qui court le long de sa cuisse nue, et tous les moments qui ont suivi. Ils sont restés ensembles, blottis nus l’un contre l’autre, à attendre que les rayons de soleil ne viennent frapper à travers les volets de bois, laissant apparaître la poussière en suspens.

Il s’est levé, pour lui préparer un petit déjeuner, elle l’a retenue, en riant et en l’embrassant. C’est peut-être son plus beau souvenir, que ce matin d’été. Un instant suspendu, qui viendra s’écraser face à la réalité, quelques heures plus tard.

Ils veulent tous les deux être médecins, et vont à la même école à la rentrée, une très bonne école même, aux taux d’acceptation très faibles. Ils discutent de ce que sera la vie une fois à l’université tout en marchant dans les bois, main dans la main. C’est au détour d’un sentier que quelque chose change dans l’air. June est la première à le sentir, de manière très subtil ; trop subtil pour qu’elle réalise qu’il s’agit de son don qui s’éveille. C’est lui qui le voit en premier, cet amas de chair, à l’odeur pestilentielle. Il est tombé là, au milieu des fleurs jaunes et rouge, vrillé sous les coups de gueule et de griffes, le visage figé dans la douleur jusqu’à ce que la pourriture ait fait son œuvre.

Il a un haut le cœur, elle reste de marbre, ne comprends pas son désarroi. Ses défenses sont baissées, elle oublie de mentir ; de se sentir mal pour la pauvre chose. Il ne comprend pas sa June, qui adore les poèmes et les jolies choses. Elle s’approche pour regarder le corps, s’agenouille au-dessus de la carcasse. Elle lui parle du cycle de la vie et de la mort ; elle voit la peur remplacer l’amour dans les yeux de son âme sœur.

Ils ne parlent pas pendant le voyage du retour ; il marche devant, elle peine à le suivre. Elle lui demande de s’arrêter, il refuse. Elle n’arrive pas à contenir ses larmes, pourquoi cela fait-il si mal ? Il s’arrête finalement, la dévisage. Il lui demande de s’expliquer ; elle dit la vérité : elle a toujours vu les choses différemment, elle ne craint pas la mort, car la vie née de la mort. Il ne comprend pas, il lui faut du temps.

Ce soir-là, ils ne dorment pas ensemble. Il prend le canapé. June reste pensive, s’endort tardivement. Elle voudrait qu’il comprenne. Lui s’endort tardivement, il voudrait la comprendre.

Au matin, il prépare à nouveau le déjeuner. Elle s’assied en face de lui. Le couteau glisse sur la pomme, entaille son doigt. Le sang coule, elle se précipite pour l’aider. Elle veut qu’il le comprenne. Ses barrières sont baissées. Elle entend le sang qui s’échappe du doigt. La douleur résonne en elle comme un tambour, le cœur qui accélère. S’il veut comprendre, il doit voir. Ses yeux se révulsent, June se concentre pour la première fois, prise de spasmes soudains. Il panique, la voyant ainsi. Comme une brulure sur son doigt, tandis que le sang coagule, que la croûte se forme, luisante et suintante.

Elle tombe, inerte. Il ne veut plus la comprendre, il veut la fuir, ne jamais la revoir. Qui est-elle sinon le diable, qui se plait à regarder la mort en face et à jouer à la fille de bien ?

Quand elle se réveille, elle est seule et la nuit tombe. Le vent froid soulève sa robe légère, la fait frissonner. June a peur. Autour d’elle, le silence, simplement brisé par le chant du vent trop fort à travers les fenêtres.

Il ne répondra jamais à ses messages ; et à la rentrée, il ne sera plus dans sa vie. Un fantôme qui erre dans les mêmes bâtiments que June. Deux êtres qui se sont aimés, noyés dans une foule, qui ne parleront plus jamais.

June apprend, ne refera pas la même erreur : son voyage à travers la vie se fera en solitaire.  

2- Naît-on ? Meurt-on ? Quel est le temps ? Quel est le lieu ? (V.HUGO)

Il ne la regarde pas. June se mord la lèvre inférieure, se retient de dire quoique ce soit, attend que son père ne réagisse. Il est assis là, à regarder par la fenêtre, ne disant rien ; il n’a rien dit quand ses invités sont arrivés pour la veillé funèbre, ni quand ils lui ont souhaité bon courage à lui et à sa fille. Il n’a rien dit quand ils sont partis, ni rien depuis.

Il n’a rien fait d’autre que regarder par la fenêtre, vers le jardin, là où sa femme aura passé tant de temps, jusqu’à la fin. June ne bouge pas, ne détache pas son regard de son père. Elle craque la première, après de longues minutes.

« Tu ne vas rien dire, rien du tout ? » Sa voix est au bord de la rupture, les larmes refluent dans ses yeux, troublent sa vue. Le silence qui suit est si lourd. Il en devient presque difficile de respirer. La jambe gauche de June tremble, d’énervement, d’impatience. Quand elle initie le mouvement pour se rapprocher, pour tourner le fauteuil roulant vers elle, il parle enfin.

« C’est ta faute. » Les trois mots frappent June en plein visage, plus fort qu’aucune gifle ne peut frapper. Les larmes coulent sous l’effet du choc. Elle penche la tête sur le côté, bouche bée, estomaquée. Sa mâchoire fait des va-et-vient, l’air ne parvient pas à circuler dans ses poumons, sa gorge serrée. Le regard de son père achève la crucifixion. Il n’y a aucune colère, aucune tristesse ; aucun amour, aucune pitié. Un regard froid, aussi mort que les feuilles qui pourrissent au sol.

« Je.. que… » June balbutie, recule la tête derrière les épaules, tend les mains, comme pour se protéger d’un danger imminent.

« Toi et ton… don. Ta malédiction. » Les mots sont aussi froids que le regard. Elle lui manque aussi, mais il ne comprend pas. « Tout ton baratin sur le cycle éternel, il est où maintenant ? Dis-moi, explique-moi, je t’écoute. » La respiration de June est saccadée, comme si elle perdait pieds. Sa mère était son repère à elle aussi, le ciment de leur famille. Sa maladie était connue depuis longtemps, le traitement avait fait effet, mais le cancer était revenu, trois fois. La troisième fois a été la bonne, et la mère de June n’y a pas survécu. La jeune femme avait tout fait pour aider sa mère, avait même abandonné les études pour trouver un petit boulot afin d’aider à payer les frais médicaux. Puis il y a eu l’accident de son père, et elle a dû aider encore plus.

La mâchoire de June se serre, elle sort de sidération. Comment peut-il, après tous les sacrifices, après tous les efforts, se comporter de la sorte ?

« J’ai fait ce que j’ai pu. » La voix de June reprend courage, s’impose face au tyran paternel qu’est devenu son père. La mort a parfois cet effet sur les gens. Ils ne sont pas forcément mauvais, mais leur propre douleur les fait blesser leur entourage. « Tu ne crois pas que si j’avais pu faire plus, je l’aurai fait ?! Tu ne crois pas que si j’avais pu arracher mama à la mort, je ne l’aurai pas fait ? » Elle sent son poing se serrer, la colère monter en elle. « Tu me détestes, hein ?! Parce que je n’ai pas pleuré sa mort ?! Tu penses qu’elle ne me manque pas ? » June remonte les poings vers son visage, s’écarte de son père, retiens l’envie de tout envoyer balader sur la commode qui se trouve face à elle. « Depuis tout ce temps, tu comprends seulement maintenant ?! Seulement maintenant ?! Si je pouvais, je serai comme tout le monde, ce serait tellement plus simple, et notre vie ne serait pas tellement différente ! Je n’aurai pas à avoir peur de toucher quelqu’un et de découvrir qu’il est condamné. Je n’aurai pas à dormir avec des pilules pour ne pas perdre le contrôle par hasard. Tu voudrais que je sois différente ?! Moi aussi ! » La rage l’emporte, June crie, tandis que ses bras rasent le contenu de la table à manger, envoie les plats valser au sol, dans un fracas assourdissant.

Il la regarde faire, impassible. Il ne reconnait pas sa fille ; mais ce n’est pas nouveau. Il ne reconnait pas cette June, qui refuse de sortir, de voir des gens, qui parle parfois en énigme, marche pieds nue et idolâtre la mort.  Il aimerait que la communication passe mieux ; il aimerait qu’elle disparaisse et que sa femme revienne.

June se calme, essuie ses larmes d’un revers de manche. Elle s’agenouille, et commence à ramasser les plats apportés par les voisins. Un nouveau silence, pesant et effrayant, à nouveau rompu par le géniteur.

« Je veux que tu quittes la maison. » June n’arrête pas son œuvre pour autant. Elle se demande si elle en veut vraiment à son père, d’agir ainsi. Il ne peut pas comprendre son point de vue ; personne ne le peut. Personne n’a à entendre la chair qui meurt, la matière qui se décompose sous l’effet de la vie. Elle seule peut sentir la vie dans les corps inertes, capter les changements subtils des battements de cœurs, sentir le vrai parfum de la vie humaine.

« Je sais. » Tout est déjà prêt, depuis le moment où sa mère est décédée. Les billets d’avion, les valises, l’appartement. Elle s’est déjà occupée de tout. Elle empile les bouts d’assiettes les uns sur les autres, qu’elle dépose d’un geste lent sur la table.

« Où vas-tu aller ? » La question est posée par principe ; il n’a pas envie qu’elle lui réponde. Il sait qu’elle va le faire malgré tout, il connait sa fille.

« Shreveport. J’ai un appartement dans les downtown. Il me reste un peu d’argent, ça va me servir le temps de trouver un petit boulot. J’en enverrai ici aussi, ne t’en fais pas. Le reste ira pour la maison, que tu puisses y retourner. » Il réalise qu’il déteste sa fille, elle et ses principes si particuliers. Elle ressemble tellement à sa mère, sur tellement de points, que cela lui fait mal de l’admettre. Peut-être se trompe-t-il, cela arrive parfois, quand les sentiments sont trop forts. Pour le moment, il n’y peut rien, il est trop fatigué pour ce genre de réflexion.

« Bien. Ne reviens pas. » Sa voix est toujours aussi froide, mais June sait, elle le sent. Il s’est détendu, ne serait-ce qu’un petit peu. Elle lit si bien en son père, elle le connait par cœur, mieux qu’il ne se connait lui-même.

Ni June ni son père ne diront un mot de plus, cela ne sert à rien. Il reprendra sa place à la fenêtre, à regarder les rosiers de sa femme. Les plus beaux rosiers du quartier, vraiment. En silence, June terminera de nettoyer la vaisselle brisée. Elle passera une dernière nuit dans la maison, à fixer le plafond de la chambre qui l’a vu grandir.

Au cœur de la nuit, elle se souviendra du rire de sa mère, et son absence lui fera mal ; son heure à elle n’est pas encore venue, et elle ne pourra pas la revoir avant un long moment.

3- Un cimetière en principe n’est pas une démocratie, cependant la mort est la démocratie suprême (N. GAIMAN)

June tousse. Elle a mal au dos, et aux hanches, et aux genoux. Quelque chose la dérange sur la joue, elle frotte du revers de la main, sent la boue sur son visage, ouvre les yeux. Le ciel est gris, si bas qu’elle se dit qu’en tentant le bras, elle pourrait le toucher. Elle réalise alors que ses bras sont recouverts de terre, épaisse et sombre. Le sol est froid et humide. Ses pensées se regroupent et elle se redresse.

Elle a un mouvement de recul, un gasp de terreur. A ses pieds, le corps grouillant d’un fraichement mort. June s’arrête au contact d’une roche dure. Se retournant, elle voit le mur épais d’un caveau familiale.

« Put… Qu’est-ce… Où suis-je. » lâche-t-elle en se redressant, plus pour entendre sa propre voix, se rassurer de ne pas être morte durant cette nuit de l’enfer. Elle fouille ses souvenirs, cherche à se rappeler. Tout se passait bien, la fête d’Halloween battait son plein quand… June tourne la tête à gauche, à droite, à la recherche d’un souvenir qui serait tombé non loin d’elle. Des flashs lui reviennent, des cris, la chaleur des flammes, la course dans les ténèbres. Elle est prise d’un vertige, épuisée. Combien de temps est-elle restée là ? Où sont ses amies ?

Elle avance vers le corps, dans sa position grotesque, qui la dévisage. « Et t’es qui toi, bordel. » June s’agenouille au-dessus du corps. Le trou béant à côté semble être sa tombe, la plaque indique un nom qu’elle ne reconnait pas, mort à peine quelques jours avant Halloween. Elle se souvient d’une idée stupide qu’elle a eu. Séparée des autres, elle s’est perdue ici. Sa tête tambourine, réclame de l’eau et du sommeil. « Tu sais que c’est pas possible, Washington, t’as pas fait ça. » marmonne-t-elle en poussant le corps dans le trou, qui s’écrase d’un bruit sourd dans le cercueil ouvert. June regarde la pelle qui traine à côté de la tombe ouverte, et la terre en tas plus ou moins grossier. Elle n’aime pas ça, hésite, commence à creuser la butte pour refermer la dernière demeure de l’homme qui git six pieds plus bas.

Les flashs ne la quittent pas, elle doit s’arrêter plusieurs fois, mais c’est plus rapide qu’elle ne le pensait. Personne aux alentours. Si ce dont elle se souvient est vrai, alors ils ont mieux à faire que de fouiller le cimetière. Son téléphone vibre, il est aux alentours de midi. La voix apeurée et encombrée d’une amie, qui lui demande où elle est, si elle va bien. Trop de questions, trop peu de temps pour répondre, June attend que l’autre se calme.

« Je vais bien, j’ai dû me perdre, je suis au cimetière, je vous rejoins. » Non, elle ne va pas bien, mais l’autre n’avait pas besoin d’entendre la vérité. « Salut, j’ai la pire migraine de ma vie, et j’ai déterré un cadavre pour essayer de le ramener à la vie, ce qui fait que j’ai probablement accéléré son processus de pourrissement et que j’ai de sa chair sous les ongles quand je l’ai tiré hors du trou. » n’était pas une réponse adéquate.

June donne rendez-vous aux autres, dit qu’elle arrive aussi vite que possible. Aussi vite qu’elle peut finir de reboucher une tombe. En déposant la pelle, elle renifle, s’écarte, s’assieds. Les bras sur les genoux, elle est pensive. Et si ça avait marché ? Ne serait-ce qu’une seconde ? Pourquoi a-t-elle voulu faire ça pendant le tumulte de la nuit, pourquoi ne pas avoir cherché un refuge comme les autres ? June a beau fouillé sa mémoire, elle ne parvient pas à se souvenir de ce qu’il s’est passé dès le moment où elle a mis un pieds dans le cimetière. Un frisson lui parcourt l’échine, lui glace le sang. Elle sait qu’elle devrait en parler à la vieille sorcière, mais quelque chose lui dit qu’elle ne doit pas. Son ventre lui fait mal, se tord de douleur. Se relevant pour partir, elle est prise d’un nouveau vertige, vomi.

Sa gorge se serre. Les vers grouillent sur son repas, qui s’étale à ses pieds. Elle ne se reconnait pas, prends peur, marche vite, puis cours, quitte cet endroit. Une pensée la saisit d’effroi. Et si ça avait marché, ne serait-ce qu’une seconde ?

4- Les aubes sont navrantes. Toute lune est atroce et tout soleil amer. (A. RIMBAUD)

Un sourire. Les clients partent satisfaits. C’étaient les derniers. June souffle, la journée a été longue et chaude. La vieille sorcière ne s’est pas présentée, aujourd’hui encore. Chaque semaine qui passe, elle est de moins en moins présente dans la boutique, qu’elle a pourtant bâti elle-même à son arrivée en ville.

Les bras chargés de pots, l’apprentie range et s’occupe de nettoyer l’entrée et les rayons. Demain, le magasin est fermé, raison de plus pour s’occuper de cela maintenant. Le cliquetis de la porte se fait entendre. Elle peste, d’avoir oublié de fermer la porte.

« Désolé, le magasin est fermé. » S’essuyant les mains sur son tablier, June se redresse, dévisage l’homme qui vient d’entrer. Il lui est inconnu. Pour un habitué, peut-être aurait-elle fait l’effort.

« Désolé de vous déranger, je cherche Miss Washington, savez-vous où je peux la trouver ? » La voix de l’homme est sans sentiment, une phrase qu’il a déjà du dire de nombreuses fois. Son costume impeccable fait presque affront au milieu du chaos de plantes qui règne ici.

« Je suis Miss Washington, et le magasin est toujours fermé. » Plantée au milieu du passage, June empêche l’individu d’avancer ne serait-ce que d’un mètre. Les mains sur les hanches, elle le dévisage. Elle ne parvient pas à discerner la moindre intention sur son visage. Son parfum est fort, s’impose par-dessus les essences florales.

« Je me présente : je suis Maître Lou, je suis ici pour vous transmettre le testament de votre père. » June fronce les sourcils. Le nom ne lui dit rien ; elle n’a que peu à faire des noms vraiment.

« C’est la pire blague que je n’ai jamais entendue. Je vais vous demander de partir. » Son doigt désigne la porte que l’homme vient de passer. Il ne bouge pas. Il semble confus. Il ignore l’invective de la fleuriste, s’installe sur le comptoir, ouvre sa mallette.

« Votre père est décédé la semaine dernière. Miss Chestenay, sa voisine, nous a assuré vous avoir averti. » Le choc remplace la colère. June se rappelle l’appel. Un numéro inconnu, elle n’a pas répondu, n’a pas écouté le message. « Mes condoléances, Miss Washington. » June secoue légèrement la tête, se passe la main dans les cheveux.

« Comment est-il mort ? » Demande-t-elle, sans attendre. L’homme semble réagir à son détachement. Elle n’y fait pas attention, elle a l’habitude.

« Il… a fait une rupture d’anévrisme. Le temps que les secours arrivent, il était trop tard. C’était lors d’une fête de voisinage, cela vous rassurera peut-être de savoir qu’il n’est pas mort seul. » June esquisse un sourire, faux. Elle n’a pas vu son père depuis des années. Il ne répondait jamais à ses appels, a même bloqué les virements qu’elle lui faisait pour l’aider à payer les factures.

« Qu’est-ce que le vieil homme me veut ? Nous n’étions pas spécialement proche. » June a repris le travail qu’elle avait entrepris, elle ne veut pas quitter trop tard. Elle a rendez-vous avec des amies ce soir. Elle n’a pas envie d’y aller. Elle ne mentionnera pas le décès de son père.

« Il vous a légué la maison familiale de Mooringsport, ainsi qu’une somme d’argent non négligeable. Sa seule condition est que vous soyez présente à l’enterrement qui aura lieu à Chicago demain. Je suis là pour m’assurer que vous y assistiez. » Le petit rire qu’émet June choque le notaire. Son père, un client de longue date, ne mentait pas quand il parlait d’une insensibilité à l’épreuve des balles. « Il y a une lettre, également, et une cassette vidéo. » L’homme dépose l’ensemble sur le comptoir. Intriguée, alors qu’elle était en train d’enlever son tablier, June se saisit de la lettre, cachetée du sceau notarial. « Je crains que vous ne puissiez disposer de ces éléments qu’une fois la part de votre contrat remplie. »

« Mon père sait... savait, que je ne suis pas très… douée avec les enterrements. » Le faux sourire de June peine à rester en place. Cette conversation lui déplait. Son père a simplement entamé un nouveau voyage, va nourrir le sol, permettre la vie. Il n’y a rien de triste à son départ ; d’autant moins qu’ils n’ont pas échangé un mot depuis six ans.

« Si vous ne veniez pas, le testament de votre père prévoit de raser la maison, et de distribuer à l’église locale les fonds dont vous auriez pu profiter. » Vague rictus. Le vieil homme, un âne têtu jusqu’au bout. Il n’était même pas chrétien. « Nous partons demain, le vol est prévu à 6h54, nous arriverons vers midi. L’enterrement est prévu à 15h. » Il dépose un billet sur le comptoir, referme sa valise. June reste impassible, réfléchit. « Il tenait vraiment à vous voir une dernière fois. »

La jeune femme dévisage le notaire. Il dépasse le cadre de sa fonction. Elle ne pardonne pas à son père de n’avoir jamais appelé, de ne pas avoir donné de nouvelles. Elle ne sait pas, est-ce qu’il s’est remarié ? Était-il heureux ? Il n’était pas seul quand il est mort, cela veut tout dire, comme rien du tout. L’homme franchit le pas de boutique, disparait dans le jour qui baisse. June se mord la lèvre inférieure, elle n’aime pas cette situation.

Elle parlera finalement du décès de son père ce soir-là. Elles seront toutes d’accords, il faut qu’elle assiste à l’enterrement. Elle ne croit pas à l’enterrement, à son côté sacré. Son père est toujours là, simplement sous une forme différente. Elle tait ses idées, n’a pas envie de se prendre la tête ce soir. Il reste des places de disponibles, elles décident de partir avec June. Elle insiste, ce n’est pas obligatoire ; comme à chaque fois, elle ne parvient pas à les raisonner. Elle ne doit pas être seule dans ce moment difficile ; aucune d’elle ne va dormir cette nuit, il faut s’occuper jusqu’à l’embarquement.

Dans l’avion, June regarde les nuages se teinter de couleurs magnifiques, elle pense à son père, a un sourire en pensant au vieil homme. Elle s’endort, rêve d’une maison dans les bois, où elle joue du piano, et sa mère chante, et lui écoute. Ensemble, ils sont heureux.

They say, "You're a little much for me
You're a liability
You're a little much for me"
So they pull back, make other plans
I understand, I'm a liability
Get you wild, make you leave
I'm a little much for
everyone

CHRONOLOGIE

19 juillet 1996 Naissance à Chicago tandis que ses parents sont en déplacement dans la famille de sa mère.

31 décembre 2006 (10) Découverte du cancer des poumons de sa mère grâce à l’éveil de son don.

2007 (12)  Déménagement de la famille Washington dans un appartement à Chicago suite à la destruction de la maison familiale par une tempête locale.

2011 Début de la Révélation. June s'intéresse comme tout le monde à cet évènement mondial. Elle se pose des questions sur son propre état, s'il existe des entités qui lui sont similaires.

2012 Révélation des arcanistes. Elle s'intéresse un temps aux arcanistes, pensant que peut-être, elle est des leurs. Après quelques temps sur les forums, le manque d'information et les contradictions inhérentes à internet la fatigue, elle se désintéresse.

2013 (17) Fin de l’éveil et découverte des capacités de modifications de la matière organique avec son petit ami de l’époque. Fin de la Révélation. June apprend l’existence des thérianthropes, qui la fascine pour leur rapport à la nature.

2014 (18) Retour à Shreveport suite au décès de sa mère. Arrêt des études de médecine à ce moment-là.

2015 (19) Embauche à La Bloom. Découverte quelques mois plus tard de sa nature d’Outre. Prise sous tutelle par la sorcière qui lui sert de patronne.

2016 (20) Révélation des Outres. Sur conseil de sa tutrice, June garde le secret de sa nature.

31 octobre 2019 (23) June fait partie des victimes d’Halloween 2019. Elle ne garde aucun souvenir de la soirée. Elle s’est réveillée dans le cimetière de la ville, recouverte de terre, un cadavre à ses pieds. June n’en a parlé à personne.

2021 (25) June travaille toujours à La Bloom et continue de travailler ses dons avec sa tutrice, de moins en moins présente. La prochaine étape dans le développement de June est d’atteindre un savoir qu’elle n’a jamais atteint encore : celui de briser le cercle infini de la mort et de la vie.


Revenir en haut Aller en bas
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !
Dana Campbell
Dana Campbell
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !



State of decay - JUNE 2JeQ7g8


Always code as if the guy who ends up maintaining your code will be a violent psychopath who knows where you live



En un mot : Mésadaptée
Qui es-tu ? : -
Propriétaire du ArtSpace
Electro-aimant à CESS
Geek
Codeuse émérite
Hackeuse
Socialement inapte
Presbyte
Vieille fille impulsive mais ultra riche sans que personne ne le sache.
Facultés : -
Craquer des codes.
Hacker des programmes.
Dénicher des choses.
Être étrange.
Ne pas se faire chier.
Être une bonne patronne.
Courageuse au mauvais moment.
Thème : Unbreakable - Stratovarius
State of decay - JUNE W4xNFSl
State of decay - JUNE NAVBAGJ

Totally not a virus.
Trust me...i'm only human.



State of decay - JUNE Hup4hTE
State of decay - JUNE 4kQahGB
State of decay - JUNE VDog9Te

State of decay - JUNE U5ey5yt

State of decay - JUNE F7jG54l

Neptune's Plague Fleet
- Pré-liens dispo -


Pseudo : Latrine
Célébrité : Carolina Porqueddu
Double compte : Kaidan Archos
Messages : 2824
Date d'inscription : 06/07/2019
Crédits : vava (ℓι¢σяиє) / Moodboard(Mara) / Signature ( drake & me )
Jeu 11 Aoû - 19:48 (#)

Elles vont finir par se foncer dedans en vélo ! :heart: :cachotier:

Re-bienvenue ! :heart:

Puis, WAHOU ! Fiche terminée! Plus rapide que l'éclair!
:tchin:
Revenir en haut Aller en bas
La Winx du Bayou qui met des paillettes dans ta vie (faut pas lécher les cailloux ça fait tousser) -
Evangeline O'Callaghan
Evangeline O'Callaghan
La Winx du Bayou qui met des paillettes dans ta vie (faut pas lécher les cailloux ça fait tousser) - "Répare ma clôture t'auras d'la confiture"
☽ Souffler finalement☽

State of decay - JUNE 3fkb State of decay - JUNE Emj9 State of decay - JUNE Lak1

En un mot : Nature & Cristal Witch
Qui es-tu ? :
☽ Et pourrir dans la terre ☽

State of decay - JUNE Gwag State of decay - JUNE Osc1 State of decay - JUNE Xn94

Mage baignant dans l'énergie de la terre, Evangeline est douce, craintive et délicate. Aspirant au calme plus que tout, elle ne se mêle pas volontiers aux autres et préfère se perdre en pleine nature plutôt que d'aller se balader en ville. Passionnée par son travail, elle se laisse souvent happer par ses projets et perd parfois le contrôle de sa magie, se laissant fasciner par les pierres qu'elle tient entre ses doigts, allant parfois jusqu'à l'évanouissement. Ne se confiant pas facilement, elle écoute cependant volontiers les gens et a toujours une tasse de thé à offrir pour consoler une âme en peine. Traumatisée par la violence de son ex-fiancé, elle fuit les relations amoureuses et désire plus que tout une vie tranquille en pleine nature.
Facultés :
☽ Et renaître encore ☽

State of decay - JUNE Ag1d State of decay - JUNE Uvzt State of decay - JUNE Drmv

Magnéto-kinésie et phytokinésie, mais surtout déterminer l'énergie retenue dans chaque pierre et ses qualités magiques.

Capable de détecter les minéraux et à déterminer leur nature sans les voir, son pouvoir s’étend sur une portée de dix mètres. Lorsque ses yeux avides se posent sur tes trouvailles, elle peut juger avec précision de leur qualité et de leur « énergie », et cela mieux encore lorsqu'elle les tient entre ses mains tremblantes. Ainsi elle est capable de repérer les pierres les plus précieuses, même non taillées, même emprisonnées dans une gangue de calcaire. Elle sait d’instinct quel cristal renferme le plus d’énergie et quel type. Son pouvoir s’étend au métal, qu'elle tord selon sa volonté pour fabriquer ses amulettes. Elle l’attire, elle le repousse à volonté jusqu’à quatre mètres autour d'elle.
State of decay - JUNE Tumblr_po3k3mkT4d1rkpdeto5_400
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Moony
Célébrité : Doutzen Kroes
Messages : 2205
Date d'inscription : 23/09/2019
Crédits : avengedinchains| frimelda | eiwhaz
Jeu 11 Aoû - 19:52 (#)

:moh: JUUUUUUUNE ! rohlala qu'elle est belle cette fiche *file lire la suite* T'es trop efficace.
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Jeu 11 Aoû - 20:02 (#)

@Dana Campbell Le stand-off mexicain à vélo, qui s'écartera en premier ? :diego: :cachotier: Merci :heart:

@Evangeline O'Callaghan Merci pour les compliments :heart: On verra bien si je suis si efficace que ça après lecture :rip:
Revenir en haut Aller en bas
Classism and the City - Fifty Shades of BURN THEM AAAAALL (supplément mojito sans alcool et sans aspartame)
Jake Hamilton
Jake Hamilton
Classism and the City - Fifty Shades of BURN THEM AAAAALL (supplément mojito sans alcool et sans aspartame)
ASHES YOU WERE

En un mot : Make America Great Again
Facultés : Alchimie
Thème : Noir désir - l'homme pressé
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jake Hamilton
Célébrité : Alexander Skarsgård
Messages : 2138
Date d'inscription : 11/10/2020
Crédits :
Jeu 11 Aoû - 23:45 (#)

Bienvenue dans nos contrées verdoyantes, Mademoiselle Washington.

Très jolie fiche que voici, même si j'aurais apprécié apercevoir la pureté de l'humanité.
Vous devriez fort bien vous entendre avec notre très chère Evangeline, elle aussi très portée sur les plantes, et la nature en général.
Et pour votre étrange goût pour les vers et la décomposition, je vous recommande la famille Zimmer. Votre carence empathique sera parfaite pour l'occasion.

Au plaisir de suivre vos aventures... de loin. Parce que, avouons le, votre pouvoir est flippant. Il m'embêterait d'envoyer un si joli minois périr sur le bûcher.
Alors portez-vous bien, et restez discrète.

(et bisous de bienvenue :heart: :heart: :heart: )
Revenir en haut Aller en bas
Propriété d'Eli-chan & Caprisun (enfin consommé) de Shreveport
Heidi Janowski
Heidi Janowski
Propriété d'Eli-chan & Caprisun (enfin consommé) de Shreveport
NE M'OUBLIE PAS

En un mot : TROUBLE
Qui es-tu ? : ­­State of decay - JUNE WHGHcJS3_o
≡ Humaine ­­de 25 automnes, beaucoup moins dans sa tête
≡ (ex(ex))Trompettiste professionnelle autoproclamée
≡ Marquée de la Reine d'AA, miss Elinor Lanuit elle-même
≡ Cousine de la démoniaque experte en chantage, Anna "la s****e" Janowski
≡ Mordue au littéral comme au figuré

Facultés : ≡ Surnaturellement agaçante
≡ Maîtresse du sarcasme et de l'ironie
≡ Balbutiements du tout premier niveau de Présence vampirique tout fraichement héritée

Thème : 'Round Midnight - Miles Davis
State of decay - JUNE 9mSwE8c1_o
QUAND J'AURAI SOMBRÉ

Pseudo : Pourpre
Célébrité : Gaia Weiss
Double compte : feue Helena
Messages : 2169
Date d'inscription : 01/09/2020
Crédits : vava: pourpre ; sign : drake ; pic: LUNAR.
Ven 12 Aoû - 0:00 (#)

Hello, bienvenue par ici :yeah:

Quelle belle fiche, et déjà (quasiment ?) terminée, que demander de plus ? State of decay - JUNE 2135486406 J'ai adoré la lire, et j'aime déjà beaucoup ce portrait tout en nuances de gris que tu dépeint de June, j'ai hâte de lire ses aventures en rp !
D'ailleurs, en parlant de rp, il y a un lien évident entre June et Heidi qui me saute aux yeux, et je serai absolument ravi d'en discuter alors une fois que tu auras ta couleur hésite pas à me passer un petit mp :perv: enfin dans tous les cas j'irai me jeter sur ta fiche de lien :arrow:

En attendant, bonne validation ! Et à très bientôt j'espère, en rp j'espère, et n'hésite pas à passer faire un coucou sur la cb o/
Revenir en haut Aller en bas
NAPALM ROACH : j'adore l'odeur du non-respect au petit matin
Alexandra Zimmer
Alexandra Zimmer
NAPALM ROACH : j'adore l'odeur du non-respect au petit matin
FULL DARK NO STARS
En un mot : We're all mad here. I'm mad. You're mad.
Qui es-tu ? :
- Infréquentable et associable à l’esprit encombré de mots, de mauvaises humeurs, d'ironie cinglante et d'indifférence, cachant une âme noire et liée aux enfers.
- Allergique à l’autorité avec une langue trop bien pendue pour sa propre sécurité, elle cherche à fuir ce monde humain dans lequel elle se sent étrangère.
- Écrivaine autrefois invisible dont seul le site internet attestait de son existence, elle est l'auteur anonyme d'un livre étrange et dérangeant, dicté par son propre père.
- Américaine et pourtant guère attachée au moindre patriotisme, elle erra longtemps sans attaches ni allégeances, avant d'être l'alliée forcée du plus terrifiant des Princes.
- Une antre modeste dans les Kingston Buildings masque ses noirceurs, ses poches trouées, ses écrits en vrac et une Honda 350 récemment achetée.

Facultés :
- Fille longtemps ignorante du Prince Hornet, l’ombre de celui-ci a influé sur sa vie, en étouffant une à une les dernières lueurs de son âme.
- Au gré des rencontres, des créatures de la nuit et du rêve d'une sorcière noire, ses perceptions se sont aiguisées et lui ont révélé bien des choses.
- Faculté répugnante, la forme du cafard l'habite depuis toujours, bientôt sublimée et portée à son paroxysme par l'influence d'Hornet.
- Remarquable plume, ses mots sonnent justes, acérés, et empreints d'une ombre beaucoup plus grande qu'elle-même.
- Une insupportable teigne dont les répliques teintées de fiel déclenchent vexations, colères et peines autour d'elle.

Thème : Nick Cave & The Bad Seeds : Red Right Hand
You'll see him in your nightmares
You'll see him in your dreams
He'll appear out of nowhere but
He ain't what he seems
You'll see him in your head
On the TV screen
Hey buddy, I'm warning
You to turn it off
He's a ghost, he's a god
He's a man, he's a guru
You're one microscopic cog
In his catastrophic plan
Designed and directed by
His red right hand


State of decay - JUNE I6cMOY6Z_o
State of decay - JUNE R1ndMi7p_o
State of decay - JUNE IUwhKdSP_o
Pseudo : Achab
Célébrité : Rooney Mara
Double compte : Elinor V. Lanuit, Selma Weiss
Messages : 1247
Date d'inscription : 28/03/2019
Crédits : Nick Cave & The Bad Seeds ; Avatar par TAG
Ven 12 Aoû - 11:03 (#)

Bienvenue :yeah:

En voilà une fiche bien cool, toutes en nuances bizarres et vers de terre. C'était super agréable à lire, j'aime beaucoup ce côté unique et décalé qui risque de tourner au glauque. Les nuances du caractère arrivent à créer une ambiance tout à fait prenante, fataliste et inquiétante.

D'ailleurs n'écoute pas trop Jake, il n'y a que l'enveloppe cutanée qui l'intéresse et moins le bouillon à l'intérieur. Tu as tous mes encouragements pour expérimenter tes dons, il faut savoir soutenir ce genre de curiosité.

J'espère que tu te plairas en ville, on a beaucoup de gens pas très nets pour t'amuser avec. :dildo:
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Ven 12 Aoû - 12:19 (#)

@Jake Hamilton Merci pour votre message, M. Hamilton :heart: Je suis sûr que nous pourrions échanger longuement sur la pureté humaine, vous et moi ; si jamais le cœur vous en dit un jour :cachotier:

Il y a fort moyen qu'Evangeline soit une alliée ; et il faut avouer que même si la famille Zimmer a un rapport aux insectes un peu différent, il y a probablement un terrain d'entente à trouver :siffle: pour votre plus grand plaisir, j'en suis sûr 😏

@Heidi Janowski Merci pour le message :mimi: Content que la fiche plaise ! Pour le lien, peut-être un jazz-band ? C'est ce qui m'est venu de suite aussi State of decay - JUNE 704791297 Un développement de personnage à travers la musique, ce serait du nouveau pour moi !

@Alexandra Zimmer Pfiou, que de compliments, merci State of decay - JUNE 2135486406 J'ai bien l'intention de tenter plein de trucs, aussi bien du côté humain que du côté outre de June :angel:

Le bouillon à l'intérieur est pourtant très intéressant, il s'y passe plein de choses formidables State of decay - JUNE 306031229

Je n'ai aucun doute que je vais me plaire ici, j'y ai déjà passé quelques temps, je pensais que l'on m'aurait percé à jour rapidement :cachotier: :cache:
Revenir en haut Aller en bas
Classism and the City - Fifty Shades of BURN THEM AAAAALL (supplément mojito sans alcool et sans aspartame)
Jake Hamilton
Jake Hamilton
Classism and the City - Fifty Shades of BURN THEM AAAAALL (supplément mojito sans alcool et sans aspartame)
ASHES YOU WERE

En un mot : Make America Great Again
Facultés : Alchimie
Thème : Noir désir - l'homme pressé
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jake Hamilton
Célébrité : Alexander Skarsgård
Messages : 2138
Date d'inscription : 11/10/2020
Crédits :
Ven 12 Aoû - 13:51 (#)

Mais non, je n’ai pas reconnu 😭
*essaie de passer au crible les anciens joueurs pour chercher une concordance de style*
(Vu mes performances médiocres au « who said », il ne faudra pas s’étonner si ça prend des plombes)
Alors qui a-t-on la chance de voir débarquer à nouveau?
Je sais que Dana a deviné. Elle est trop intelligente.
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Archimède O'Connell
Archimède O'Connell
Cannot a Beast be tamed
⩥ BLACKBIRD ⩤

"In order to see birds it is necessary to become a part of the silence."

State of decay - JUNE EzQNfQP State of decay - JUNE ZAPZacT State of decay - JUNE 9SZbfl4

En un mot : Animal.
Qui es-tu ? : ⩥ Métamorphe. Il a grandi sur le sol de Shreveport, entouré par sa vaste famille et son clan étendu.
⩥ Force tranquille. Il est toujours prêt à servir d'appui à ses proches, ne se reposant sur eux que très rarement.
⩥ Parfois complexé par sa forme totémique, il s'en accommode de mieux en mieux au fil des ans.
⩥ Passionné. Il aime les choses pleinement, entièrement, d'une manière très honnête. Son travail, son chien, ses bécanes, ses amantes.
⩥ Fumeur. Il tente désespérément d'arrêter depuis des années.
⩥ Casanier. Il aime sa maison, il aime sa ville et il est profondément heureux d'avoir pu, enfin, retrouver la Louisiane après des années d'exil dans le Nord.
⩥ Grand passionné de mécanique, il passe son temps libre à retaper de vieilles motos dans son garage.
⩥ Colérique. Il n'aime pas la colère, se méprise de ne pas être capable de contrôler ses émotions avec plus d’acuité.
⩥ Vétérinaire. Il tient une clinique avec Jonathan, son réceptionniste, qui sert également d'hôpital pour thérianthrope et garou à la nuit tombée.
⩥ Grand Amateur de whisky, il en possède une collection impressionnante.
⩥ Il a récemment adopté un pitbull qu'il a nommé Orion.

"SINGING IN THE DEAD OF NIGHT"

State of decay - JUNE FDWqExP State of decay - JUNE EKpRX0i State of decay - JUNE UPfSBUT

Facultés : ⩥ Totem, Petit-Duc Maculé.
⩥ Première Chasse Sacrée sur un Carcajou.
⩥ Envisage vaguement une seconde Chasse.
⩥ Maîtrise parfaite de nombreuses techniques de combat au corps à corps.
Thème : Blackbird - Boyce Avenue
State of decay - JUNE 1567204898-archie-helix
⩥ TAKE THIS BROKEN WINGS ⩤


State of decay - JUNE XymtJmf State of decay - JUNE Es7CG43 State of decay - JUNE KczpMl3

"And learn to fly"

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Keanu Reeves
Double compte : Daphné G. Calabrezzi & Lilas Hirsch & Maria Parado
Messages : 506
Date d'inscription : 07/07/2019
Crédits : Corvidae (Ava) Pando (Icon)
Ven 12 Aoû - 14:18 (#)

Han j'suis tellement contente de te voir de retour putain :TT:

Comme toujours c'est un plaisir de te lire que ce soit pour ta plume ou pour ta capacité à créer des Persos toujours plus quali les uns que les autres ! C'était un bonheur de lire cette fiche et t'es pas à l'abri que je vienne t'embêter avec Daphné :cachotier:

Rebienvenue à la maison State of decay - JUNE 2930537854
Revenir en haut Aller en bas
NAPALM ROACH : j'adore l'odeur du non-respect au petit matin
Alexandra Zimmer
Alexandra Zimmer
NAPALM ROACH : j'adore l'odeur du non-respect au petit matin
FULL DARK NO STARS
En un mot : We're all mad here. I'm mad. You're mad.
Qui es-tu ? :
- Infréquentable et associable à l’esprit encombré de mots, de mauvaises humeurs, d'ironie cinglante et d'indifférence, cachant une âme noire et liée aux enfers.
- Allergique à l’autorité avec une langue trop bien pendue pour sa propre sécurité, elle cherche à fuir ce monde humain dans lequel elle se sent étrangère.
- Écrivaine autrefois invisible dont seul le site internet attestait de son existence, elle est l'auteur anonyme d'un livre étrange et dérangeant, dicté par son propre père.
- Américaine et pourtant guère attachée au moindre patriotisme, elle erra longtemps sans attaches ni allégeances, avant d'être l'alliée forcée du plus terrifiant des Princes.
- Une antre modeste dans les Kingston Buildings masque ses noirceurs, ses poches trouées, ses écrits en vrac et une Honda 350 récemment achetée.

Facultés :
- Fille longtemps ignorante du Prince Hornet, l’ombre de celui-ci a influé sur sa vie, en étouffant une à une les dernières lueurs de son âme.
- Au gré des rencontres, des créatures de la nuit et du rêve d'une sorcière noire, ses perceptions se sont aiguisées et lui ont révélé bien des choses.
- Faculté répugnante, la forme du cafard l'habite depuis toujours, bientôt sublimée et portée à son paroxysme par l'influence d'Hornet.
- Remarquable plume, ses mots sonnent justes, acérés, et empreints d'une ombre beaucoup plus grande qu'elle-même.
- Une insupportable teigne dont les répliques teintées de fiel déclenchent vexations, colères et peines autour d'elle.

Thème : Nick Cave & The Bad Seeds : Red Right Hand
You'll see him in your nightmares
You'll see him in your dreams
He'll appear out of nowhere but
He ain't what he seems
You'll see him in your head
On the TV screen
Hey buddy, I'm warning
You to turn it off
He's a ghost, he's a god
He's a man, he's a guru
You're one microscopic cog
In his catastrophic plan
Designed and directed by
His red right hand


State of decay - JUNE I6cMOY6Z_o
State of decay - JUNE R1ndMi7p_o
State of decay - JUNE IUwhKdSP_o
Pseudo : Achab
Célébrité : Rooney Mara
Double compte : Elinor V. Lanuit, Selma Weiss
Messages : 1247
Date d'inscription : 28/03/2019
Crédits : Nick Cave & The Bad Seeds ; Avatar par TAG
Ven 12 Aoû - 14:41 (#)

State of decay - JUNE Sus-fry
Revenir en haut Aller en bas
(Clairement) pas la maman célibataire la plus chaude de ta région
Emma Zimmer
Emma Zimmer
(Clairement) pas la maman célibataire la plus chaude de ta région
Weaving the web

En un mot : Arachnide
Qui es-tu ? : • Maudite par le prince démon Hornet
• Chitineuse Araignée
• Anthropologue obsessionnelle
• En proie à des hallucinations aux origines indeterminées
• Mère d'Alexandra Zimmer
Facultés : • Maîtrise les formes hispo, glabro et crinos.
• Ponte démoniaque - Emma sous sa forme hispo ou crinos pond des oeufs qui font naitre des araignées étranges et déformées. La ponte est plus prolifique à l'intérieur d'un corps humain vivant.
• Appel de la colonnie - Les chitineux ressentent un instinct à se réunir autour d'Emma.


Thème : Ad astra - Arcturus
State of decay - JUNE G5d5
Eat the world

Pseudo : Ulfhe
Célébrité : Antje Traue
Double compte : Tyler Frisk - Anna Janowski
Messages : 421
Date d'inscription : 19/03/2022
Crédits : (gif) booasaur / (icons) Ethereal / (ava) Pourpre
Ven 12 Aoû - 14:56 (#)

Je pense avoir deviné. :dildo:

Spoiler:


J'ai n'ai lu qu'en diagonale faute de temps, mais c'est déjà très intéressant, le tout porté par une très jolie plume. Ca promet de biens belles (et horribles) choses.

Rebienvenue à toi.
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Ven 12 Aoû - 15:22 (#)

@Jake Hamilton Dana, elle est arrivée, elle a plié le game :mdr: J'étais Morgane et Fadia !

@Archimède O'Connell Merci pour le message :heart: Je pense qu'il y a moyen que Daphné et June s'entendent très bien, oui State of decay - JUNE 704791297 ou du moins, qu'il y ait une interaction sympa entre les deux :hey:

@Alexandra Zimmer T'es si prompt à reconnaître d'habitude, j'étais persuadé que t'allais capter directement :arrow:

@Emma Zimmer J'y ai cru à ce spoiler State of decay - JUNE 2419985714 Merci en tout cas pour le message State of decay - JUNE 597661036
Revenir en haut Aller en bas
Classism and the City - Fifty Shades of BURN THEM AAAAALL (supplément mojito sans alcool et sans aspartame)
Jake Hamilton
Jake Hamilton
Classism and the City - Fifty Shades of BURN THEM AAAAALL (supplément mojito sans alcool et sans aspartame)
ASHES YOU WERE

En un mot : Make America Great Again
Facultés : Alchimie
Thème : Noir désir - l'homme pressé
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jake Hamilton
Célébrité : Alexander Skarsgård
Messages : 2138
Date d'inscription : 11/10/2020
Crédits :
Sam 13 Aoû - 9:24 (#)

Oh, ça fait super plaisir de te retrouver ! :heart:
:mouton: :mouton: :mouton:

Bon, j'aurais préféré que tu reviennes avec une Shepherds anti-CESS extrémiste. (Mais j'avoue que ta petite June est super intéressante, très bien construite.)

Re-bienvenue chez toi
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Sam 13 Aoû - 9:57 (#)

MOFAAAAAAAAA EKMEZMFZMEKEZ
Omondieu State of decay - JUNE 2419985714 :nabila: (quoi l'abus ?)
Non mais tellement heureuse de te revoir ici, tellement heureuse de relire ta plume si captivante, tes personnages si enivrants. Ce fut un plaisir de se plonger dans la fiche de June, vraiment :heart: JE. VEUX. UN. LIEN. :cute: C'est pas possible qu'on se passe à côté encore une fois !
Franchement très heureuse de ce retour puis alors avec Zendaya (j'suis en plein dans Euphoria donc j'te dis pas mon état de fangirl :siffle:) et June snif. J'suis trop contente.
Ne quitte plus jamais la maison hein ? :cute:
Rebienvenue chez toi surtout et on se MP vite pour parler lien, j'te trouverai bien un de mes persos à te mettre dans les pattes ! :siffle:
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Sam 13 Aoû - 22:29 (#)

@Jake Hamilton Peut-être la prochaine, qui sait, c'est vrai que je n'ai pas trop été dans cette direction avec mes personnages :cache: Content que June plaise autant malgré tout State of decay - JUNE 704791297

@Sumire Matsuhime Mais non, aucun abus haha State of decay - JUNE 3989438195 :loveyou3: On va se trouver un lien, et on aura l'occasion de croiser la plume, j'y crois State of decay - JUNE 597661036 Merci pour l'accueil en tout cas :heart: (Euphoria est prévue pour moi, pas encore eu le temps de regarder la série !)
Revenir en haut Aller en bas
Sugar Mommy, la randonnée c'est ma vie (et mes collines ne demandent qu'à être explorées)
Medea Comucci
Medea Comucci
Sugar Mommy, la randonnée c'est ma vie (et mes collines ne demandent qu'à être explorées)
I will stop at Nothing

En un mot : Humaine. Profiler pour le FBI et consultante pour la NRD
Qui es-tu ? : A cinquante ans, je rassemble les bris de ma carrière explosée dix ans plus tot. Travailleuse acharnée, animée par un désir de vengeance qui me couple le souffle. Je ne m'arrêterais que lorsque ma Némésis sera morte ou sous les verrous. En parallèle, à la tête d'une cellule spéciale, je suis chargée d'incarcérer les CESS qui s'imaginent au dessus des Lois.
Facultés : J'attire les ennuis. Très facilement. Et souvent, je vais à leur rencontre.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=EUY2kJE0AZE
State of decay - JUNE Medea510
ASHES YOU WILL BE
State of decay - JUNE Mood10
State of decay - JUNE 200.gif?cid=95b2794409d646be60a21e5e3ecc82c3d7e8c5cf8a51849c&rid=200
State of decay - JUNE Xmas_111
State of decay - JUNE JgCo1RY
State of decay - JUNE MmicoYd
State of decay - JUNE Product_11433288h


Pseudo : Mea
Célébrité : Morena Bacarrin
Double compte : Wynonna
Messages : 1539
Date d'inscription : 16/06/2021
Crédits : Kaidan/Heidi/Dillon
Sam 13 Aoû - 23:29 (#)

hiiii
quel plaisir de te revoir, et avec un tel minois!!!!
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Dim 14 Aoû - 8:17 (#)

Merci pour le message @Medea Comucci ! Au plaisir de se croiser sur le forum State of decay - JUNE 704791297
Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WEREState of decay - JUNE 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
State of decay - JUNE D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Salâh Ad-Dîn Amjad // Blanche de Lantins
Messages : 777
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Lun 15 Aoû - 8:39 (#)

Oh oui oui oui ! Trop contente de te revoir ici ! Rah quelle bonne nouvelle !

Et ta fiche, un véritable petit bijou, bien inquiétant. J'adore !

Au plaisir de te recroiser ! Vraiment ! :keur:
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Mar 16 Aoû - 9:49 (#)

@Ethan Roman Merci pour le message State of decay - JUNE 704791297 ça fait plaisir d'être de retour, et de voir qu'Ethan et son manque d'esprit de conservation ont survécu aussi longtemps :cachotier:
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ۰ Se faire péter la vitrine : bien plus qu'un métier, une passion. Featuring : Dramaking
Eoghan Underwood
Eoghan Underwood
ADMIN ۰ Se faire péter la vitrine : bien plus qu'un métier, une passion. Featuring : Dramaking
⛤ SMALLTOWN BOY ⛤

State of decay - JUNE 1E5CfUE State of decay - JUNE AoZyjkn State of decay - JUNE BvRyGpi

"This is not the right way."

En un mot : Sorcier venimeux ondulé de la toiture. Gosse du bayou.
Qui es-tu ? :
"Let it spread like a disease."

⛤ Maître des arcanes, sorcier à l'essence écarlate. 37 ans de vice (et râles) et de chair corrompue. Manipulateur d'hormones, télépathe patenté.
⛤ Second, bras droit de Circé van derr Ven dans la secte de l'Irae. S'y démarque pour sa loyauté ciselée par les griffes de Morgan Leroy (missing). Mais les failles perlent.
⛤ Incube de Louisiane ; fils de ces terres marécageuses, du bayou poisseux et des routes cahoteuses. Né à Bâton-Rouge, n'a connu que Shreveport et les frontières de son État.
⛤ Né seul homme dans la famille des sorcières irlandaises Mulligan. Privé de père (tué) par la harpie noire : élevé par Sylia Mulligan, descendant du Rouge de sa grand-mère Julianna.
⛤ Cauchemar des femmes ; nourrit sa magie (Rougeoyante) des hormones sexuelles de ses partenaires, ainsi que des émotions primaires.
⛤ Traître à ses passions, criminel et meurtrier de Johanna Andros (missing). Pourfendeur d'amitiés, éternel débiteur, clébard soumis à ses attaches.
⛤ Ne vit que pour les Mardi-Gras de New Orleans ; caresse le rêve de s'y installer un jour dans son propre "shotgun", malgré le fantôme de Katrina.
⛤ Mystique, déchiré entre deux hommes : partagé entre le sorcier et l'humain, entre la sagesse et une ire destructrice. Le latin s'efface sans mal sous l'accent du Sud, coriace sous sa langue.
⛤ Commerçant du Downtown (Crawling life), antre de ses serpents vénérés, lézards et autres reptiles, dont il cède les corps, les soins et les cages de verre.
⛤ Pratique à l'arrière de sa boutique, dans un laboratoire farouchement défendu et protégé par les runes. Recèle secrets et savoirs, expérimentations douteuses et dangereuses.
⛤ Mauvais mentor. L'une de ses apprenties en a subi les conséquences. Guide de Morgane Wuntherson, compagnon des crimes et des nuits de Yago Mustafaï. Meilleur ami indigne de Vinzent Henkermann et cousin de Shannon Mulligan.
⛤ Pacte tissé avec Scox : Prince démon s'étant dissimulé derrière les brumes de Baal. Immortalité odieusement acquise, âme vouée à obéir et marcher aux côtés des Antiques.
37 ans d'âge réel ; 36 ans d'apparence.

⛤ ENAE VOLARE MEZZO ⛤

State of decay - JUNE KOVXegv State of decay - JUNE WZKlL7H State of decay - JUNE J8B1rxa

"I put a spell on you."

Facultés : ⛤ La Rougeoyante s'infiltre dans les corps et y bouleverse les hormones ; flèche apollonide : distille poison, fléau, mort, mais aussi fièvre rouge saphique. Chaos total.
⛤ Télépathe raisonnable : ne s'infiltre de préférence que dans les esprits des humains misérables. Capable de communiquer en pensée avec quiconque lui ouvre les grilles de son esprit. Savant fou ; tâche de connecter sa psyché aux êtres muets, cobras et crotales comme cobayes.
⛤ Herboriste né, sa maîtrise des potions n'a d'égale que celle de son mentor maternel. Capable d'élaborer des philtres complexes ; créateur infatigable de breuvages en tous genres.
⛤ La Rougeoyante se défend et protège son hôte plus férocement qu'elle n'attaque : limitée par la nécessité d'un contact physique. Sorcier doué au corps-à-corps, secondé par son aisance au maniement d'athamés et autres lames rituelles.
⛤ Chercheur d'artefacts, quémandé des Longue-Vies : détisseur de leurs malédictions et autres mauvais sorts.
Thème : The Way ⛤ Zack Hemsey.
State of decay - JUNE KL9jJO9
⛤ VENGEANCE ⛤

State of decay - JUNE ZfHtADc State of decay - JUNE Jq60QrG State of decay - JUNE MaP8TbX

"Before I die alone."

State of decay - JUNE GIeraGW
Pseudo : Nero
Célébrité : Ian Somerhalder.
Double compte : Sanford R. De Castro, Aliénor Bellovaque, Ian C. Calloway & Gautièr Montignac.
Messages : 5606
Date d'inscription : 09/06/2017
Crédits : Tag (ava') ; Amiante (signa')
Mar 16 Aoû - 18:00 (#)

TU ES VALIDÉ(E)
Let the RP games begin

Ce n’est plus un secret pour personne, tu as l’art de savoir incarner les jeunes femmes torturées, parfois certes plus lumineuses, mais qui comportent toutefois une part d’ombre conséquente. June n’y fait pas exception. Peut-être plus inquiétante encore que Morgane auparavant, car cette ambiguïté permanente entre la vie et la mort qui la traversent en tant que biokinésiste en fait un personnage très singulier, qui contraste d’autant plus avec l’apparence de ton outre. Elle est fascinante, attirante, et ressemble typiquement au genre de protagoniste qui va mal finir et dont on a hâte de suivre la potentielle descente aux enfers. Dans tous les cas, ça reste un plaisir de te voir revenir à la maison de manière totalement inattendue. J’espère que tu vas pouvoir t’épanouir avec cette nouvelle figure. C’est génial de retrouver ta plume et ta patte si particulière.
Bon retour parmi nous, Momo. :heart:


Voilà, tu es officiellement dans la famille et ça implique de grandes responsabilités mais aussi beaucoup de fun. (Mais pas trop, Eoghan risque de le tuer.) Bref, tu as maintenant accès à tout le forum, ce qui veut dire que tu peux créer ta fiche de liens pour te faire plein d'amis ! Tu peux aussi nous tenir au courant des avancées de ton personnage dans un carnet d'évolution, mais c'est facultatif. Si tu es pressé d'écrire et que tu n'as pas encore de partenaires, n'hésite pas à poster dans les demandes de RP ou à te lancer dans l'aventure du fil rp ! Et si tu te sens seul, tu peux lancer ton propre scénario ou créer des pré-liens. Tu as sûrement constaté que nous avons un système de points sur AA, nous t'invitons à découvrir comment en gagner et surtout, comment les dépenser.
D'ailleurs, si tu as pris un prédéfini ou un scénario comme personnage, tu peux d'ores et déjà réclamer tes premiers points dans Collecter vos points.

Si tu as des questions, le staff est toujours à ta disposition pour y répondre. Et si tu veux un aperçu de la bonne humeur (pour ne pas dire folie) de nos membres, n'hésite pas à venir voir sur la CB ou à participer au flood ! Mais si on te fait un peu peur, n'hésite pas à demander l'aide d'un parrain ou d'une marraine pour t'intégrer. Ce sont des membres dévoués aux nouveaux !

Tout le staff d'Ashes Arise te souhaite donc la bienvenue dans ses rangs et à très vite pour les prochaines aventures !


Louisiana Burning

Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Mar 16 Aoû - 19:26 (#)

Merci pour le gentil mot (et la validation) State of decay - JUNE 704791297 J'ai hâte de m'y remettre, vous m'avez manqué !
Revenir en haut Aller en bas
Hercule le tank estonien : le respect, pourquoi faire ?
Serguey Diatlov
Serguey Diatlov
Hercule le tank estonien : le respect, pourquoi faire ?
THIS WAR OF MINE

En un mot : Guerrier brisé, arcaniste défectueux, amant esseulé.
Qui es-tu ? : • Né en Estonie, le quadragénaire a été naturalisé américain en 2011 pour services rendus à la nation.
• Ancien tireur d'élite, il est vétéran de la guerre du Kosovo. Il a également participé à la Seconde Guerre du Golfe, mais rapatrié d'Irak suite à l'attaque et à la destruction de sa base militaire.
• Issu d'une famille de vaudouisants depuis plusieurs générations, ses pouvoirs se sont éteints depuis la guerre où il a failli perdre la vie. Sa magie est dormante depuis, et il cherche à s'y reconnecter.
• Tête brûlée, il a un tempérament excessif : il boit trop, aime séduire, rit fort, provoque.
• Sportif, il se défoule par la pratique d'activités physiques, en se bagarrant dans les bars ou au Mad Dog où on l'affuble du surnom de Golgoth.
• Ancien amant d'Aliénor Bellovaque, il vit très mal leur rupture depuis la révélation du putsch du motel Lucky Star, où a été perpétré le massacre d'arcanistes. (Juillet 2020)
• La séparation avec la vampire a également eu d'autres conséquences : en plus de son absence, il souffre encore du manque de ses morsures, comme un camé privé de l'objet de son addiction.
• Après sa démission en tant que chef de la sécurité aéroportuaire suivie d'une brève descente aux enfers, il doit son salut et sa reconversion professionnelle à Jake Hamilton, pour qui il est devenu agent de protection rapprochée (et partenaire de paintball préféré). (Septembre 2020)
• Amoureux des hérissons, il en possède un qu'il honore régulièrement sur Instagram, un cadeau d'Aliénor : Krissu.
• Loyal et serviable, il est un ami solide sur lequel on peut compter, même pour se sortir des situations les plus désespérées. Amant attentionné, il sait se montrer aussi tendre que passionné au creux de l'intimité, comme s'il s'agissait là des rares moments où il renouait avec sa magie rouge endormie.
Facultés : • Sa gueule carrée, sa stature imposante et sa hauteur avoisinant les deux mètres rendent sa silhouette intimidante, parfois même sans qu'il n'ait à lever le poing.
• Excessif et robuste, il gagne souvent à la bagarre et aux concours de beuverie.
• Bavard, il n'a ni le sens de la diplomatie, ni celui du politiquement correct, et a tendance à choquer par un phrasé cru ou par un humour pas toujours très conventionnel.
• Ancien soldat, il bénéficie d'une très bonne condition physique, même si l'âge comme ses excès finiront par le rattraper. Il manie très bien les armes à feu, et n'hésitera pas non plus à utiliser toute arme contondante, s'il s'agit de défendre un proche ou de sauver la veuve ou l'orphelin.
• Il parle couramment anglais, russe et estonien, même s'il n'utilise ce dernier qu'avec sa petite sœur, restée à Tallinn, avec laquelle il entretient une relation épistolaire.

Thème : Hooverphonic • Mad About You
State of decay - JUNE 1559297678-bad-batch-buddies
I belong to nothing, when you don't belong to me

State of decay - JUNE 7UNUlLfV_o

State of decay - JUNE Kpx5lBQa_o

State of decay - JUNE 90pnwSel_o

State of decay - JUNE XoqTWwMs_o
Pseudo : Tank.
Célébrité : Johann Urb.
Double compte : L'autiste caractérisé Yago Mustafaï.
Messages : 1900
Date d'inscription : 02/08/2018
Crédits : Nero (avatar) ; Lilie (code signature)
Mer 17 Aoû - 10:42 (#)

LE GRAND RETOUR State of decay - JUNE 2135486406

Je n'ai lu qu'en diagonale pour l'instant, je voulais simplement poser un petit mot ici, pour te dire combien je suis ravi de savoir que je te lirai à nouveau.
Et je m'attèle à la lecture de ta fiche tout bientôt.

Bon retour à la maison :heart:
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
June Washington
June Washington
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : State of Decay
Facultés : Biokinésie
- Au toucher, June est capable de sonder le corps d'une personne, d'une bête, de n'importe quel être vivant et constitué de matière organique. Elle peut déterminer tous les éléments du corps avec précision, ainsi que ressentir les éléments malades, les corps étrangers, les variations inhabituelles qui provoquent une réaction dans le corps qu'elle ausculte.

- A distance, June est capable d'influencer les corps organiques vivants, d'augmenter ou de réduire des symptômes déjà présents, d'accélérer les processus de pousse, de guérison physique (coupures, ampoules, etc...).

- Elle n'est pas capable de créer ou de détruire de la matière, n'influe que sur les symptômes, mais pas sur les causes.

- Elle ne peut pas agir sur la matière organique morte, ou les matériaux inertes.
Thème : Liability - Lorde
State of decay - JUNE Eac6e44059e5054a5df498e16459ed959995dbb5
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Mofa
Célébrité : Zendaya
Messages : 52
Date d'inscription : 11/08/2022
Crédits : wingardum
Jeu 18 Aoû - 11:46 (#)

@Serguey Diatlov J'espère que la lecture te plaira :heart: merci pour le petit mot State of decay - JUNE 704791297
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» June Washington (+1 318-673-5662 )
» not quite my tempo| Heidi & June
» Sultans of swing | Anaïs, Elinor, Heidi & June

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: