Le deal à ne pas rater :
Lorcana : où acheter le Trésor des Illumineurs Les Terres ...
Voir le deal

Into the woods

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Cannot a Beast be tamed
Samuel Miller
Samuel Miller
Cannot a Beast be tamed
ASHES YOU WERE

En un mot : Bolverk de la Meute
Facultés : Thérianthrope de naissance, Samuel maitrise toutes les phases de transformation (glabro, crinos, hispo, ferus). Loup de grande taille au pelage gris argenté, allant des teintes plus claires au plus foncées.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=7yHTpGog0IY
Into the woods  Wolf-wolves
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Skeet Ulrich
Double compte : Naya Cahann
Messages : 307
Date d'inscription : 06/03/2023
Crédits : Shereen
Dim 18 Juin - 18:45 (#)


10 décembre 2021.
Ft. Daphné, Elizabeth & Anaïs.


Je me pince l’arête du nez, alors que mon regard passe de Daphné, à Anaïs, puis à Elizabeth. Avant de revenir sur la vargamor. « Vous êtes sures que vous voulez faire ça hein… » Demandé d’un ton pas franchement convaincu et peut-être un brin – mais alors juste un brin – paternaliste qui va, à coup sûr, me valoir des œillades noires de la part de ces dames. Mais bon, par principe, j’étais tout de même obligé de demander. Autant être parfaitement honnête, elles n’auraient peut-être pas été mon premier choix pour ce genre d’expédition. Peut-être même pas le second. Mais il faut que je vive avec mon temps, ce genre de choses. De fait, ça doit vouloir dire

Là, de suite, je suis plutôt content qu’aucune d’elles ne puisse lire dans ma tête, mais je pense que ma mine parle de toute façon d’elle-même. « Enfin, si vous êtes là, c’est que vous êtes sûres j’imagine. Hum. Bref. » Une main agitée dans les airs, comme si c’était pas vraiment important et je les fixe, un brin plus sérieux, alors que je me frotte l’épaule, sans même m’en rends complètement compte. J’ai mis plusieurs jours à me remettre de cette blessure et, même si je sais que j’ai plus rien – Daphné s’en est assuré trop souvent pour que j’ai le moindre doute – j’ai comme une espèce de douleur fantôme. Parfaitement conscient que c’est totalement dans ma tête et qu’il y a pas la moindre explication rationnelle, je le garde pour moi. Ca me gène pas vraiment, c’est juste le souvenir de cet incident qui me revient à l’esprit de temps à autre. Dire que j’ai moyennement apprécié d’être autant vulnérable est un doux euphémisme et j’ai pas spécialement envie que ça recommence.

Alors, dans cette optique, et avant que ça nous tombe encore sur le coin de la gueule, l’idée est déminer un peu le coin. Comment ? J’avoue que, pour le moment, on est plutôt en phase d’observation, même si j’ai quelques idées et que je suis à peu près sûr que c’est aussi le cas des filles qui m’accompagnent. Joaquin est parti de son côté, avec quelques autres membres de la meute, pour faire de même à l’autre bout du Caern. Et dans l’idée, on se regroupera plus tard pour voir ce qu’il en est concrètement. En espérant avoir eu une idée lumineuse ou trouvé le meilleur moyen pour préserver notre territoire. Autant dire que ça commence à sérieusement me prendre la tête tout ça. Il se passe tellement de trucs complètement dingues qui présagent le pire à mesure que passent les jours.

« Comment vous vous sentez ? » Sorti presque de nulle part, alors que j’ouvre la marche, fixant les alentours avec attention. Après tout, chacune d’elle a vécu des moments difficiles ces derniers temps. Que ce soit à cause de ce qui leur est tombé dessus ou pour leurs proches. Les sources d’inquiétudes manquent malheureusement et j’ai presque hésité à demander à Théa de repartir à Camden. Là-bas, tout est calme, mon père me l’a encore assuré ce matin. Alors pourquoi Shreveport ? Pourquoi autant de colère et de haine rassemblées au même endroit ? Plus j’y pense, plus j’ai l’impression que les murs se resserrent autour de nous sans avoir la moindre idée de la façon dont les choses vont se passer. Et autant dire que je déteste plus que tout cette incertitude.
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Elizabeth Finch
Elizabeth Finch
Cannot a Beast be tamed
'Cause there's magic in my bones

En un mot : Ventre sur pattes
Qui es-tu ? : Webmaster talentueuse
Hackeuse d'exception
Geek de compét
Gourmande professionnelle
Concentrée de bonne humeur

Facultés : Lycanthrope, elle a tous les avantages qui vont avec... Tous les handicaps aussi accessoirement. Elle maîtrise les transformations en Hispo et Glabro, mais a du mal avec le Ferus, surtout depuis la mort de son père.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=QGJuMBdaqIw
Into the woods  266d248ef70145bf470a91f86a4c1879
You're not a voice
You're just a ringing in my ear

Pseudo : Shereen
Célébrité : Zazie Beetz
Double compte : Tsukiko Katsushiro
Messages : 401
Date d'inscription : 02/04/2023
Crédits : Moi
Mar 20 Juin - 12:44 (#)

Je lève le nez vers la cime des arbres, fermant les yeux sous la douceur des rayons de soleil qui passent à travers les branches. Pour un peu, avec mes lunettes sur le nez et mes chaussures de marche aux pieds, on pourrait me croire en balade pédestre je sais bien. Mais si c’était le cas, j’aurais pas mis de jeans, et surtout, je me trimballerais pas avec des gants de jardinage renforcés dans une main. Inspirant profondément, je finis par reporter mon attention sur Samuel, mes iris teintés de doré. Heureusement que mes lunettes le cache, il y trouverait certainement à redire. Mais la louve n’est pas sereine, pas avec tout ce qui se passe dernièrement, et bien que ce soit un peu tendu par moment avec elle, je me fie totalement à son instinct. Notre instinct ouais. Néanmoins, pour le moment, elle ne sent rien, ni n’entend rien de particulier.

Si ce n’est l’unique mâle du groupe. Ça ne m’étonne pas vraiment venant de lui, mais ça reste un peu vexant, agaçant malgré tout. Et amusant soit alors que je le fixe, suivant son geste. Il a encore mal ? Daphné l’a soigné, donc je me doute qu’il n’a plus rien. Peut-être qu’elle lui a conseillé de pas venir et qu’il écoute rien, comme d’hab.

« Tu sais, si tu veux pas nous accompagner, il n’y a pas de soucis, on s’en sortira. Je connais ces bois aussi bien que toi. Et elles aussi, sans doute. » Je hausse un sourcil. « C’est difficile à ton âge de se remettre d’une blessure, on le sait bien. Tu peux ne pas vouloir être là, toi. On t’en voudra pas. » Je lui adresse un sourire rayonnant et avance, passant à côté de lui, soufflant dans un murmure à son intention. « Le côté macho est pas ce qui te rend le plus sexy. » Un clin d’œil et je reporte mon attention autour de nous, même si j’ai toujours un sourire trop grand.

Et si je commence à lever les yeux au ciel quand il recommence avec son paternalisme à deux balles, je retiens néanmoins mon soupir. Il s’inquiète et je peux pas vraiment lui en vouloir, c’est le cas de tout le monde dernièrement. Y a qu’à voir comment ma mère est redevenue méga reloue à nous stalker et nous couvrir de recommandations tous les jours.

Je me frotte inconsciemment les mains, haussant malgré tout nonchalamment une épaule, ravalant tout juste un ça va basique. « J’ai beau réfléchir, j’arrive pas à savoir comment ils font… comment ils savent. » Pas pour le Caern, mais pour chacun d’entre nous. Et pas que nous, nous… Tout le monde. « Et que personne ne les voient faire, alors que putain, ils ont l’air d’être partout. En creusant un tout petit peu, ce sont des dizaines, des centaines de cas que je trouve. Des plaintes, des effractions, des agressions… ou pire. » Je grimace et me tourne vers les autres. Ouais, c’est pas le meilleur moment pour établir la liste de tous les drames que j’ai pu relever. Ni de mentionner comment j’ai eu accès à certaines informations. « Un peu stressée donc. Mais sinon ça va ! » Et nouveau grand sourire alors que je les suis, restant attentive à ce qui nous entoure.
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Into the woods  Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Into the woods  Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Mar 20 Juin - 20:29 (#)

Anaïs illustration

La forêt, que ce soit celle près du camp gitan ou celle où les loups de la Meute vivent, a toujours été un endroit que je considère comme empli de calme et parfait pour se vider l’esprit. Le genre de lieu où on peut simplement se poser, inspirer, fermer les yeux et laisser les autres sens prendre le relais afin de s’immerger complètement dans la nature. J’ai découvert ce plaisir en vivant à Shreveport et en suivant ma formation, ça n’était jamais arrivé avant. Mais aujourd’hui, c’est loin d’être le cas. Il y a une tension qui bourdonne faiblement dans le sous-bois. Une tension qui me tend et m’empêche d’apprécier l’endroit et qui rend la tâche du jour encore plus compliquée.

Je hoche simplement la tête à la demande de Samuel avant de laisser mon regard errer entre les arbres. Comment on est supposé trouver des pièges dans un endroit pareil ? Autrement qu’en tombant dedans, cela va sans dire. Je doute que mes capacités soient très utiles en l’état et il vaudrait mieux pour Samuel et Elizabeth, une autre garou qui s’est portée volontaire, qu’ils ne tombent pas dessus tout court. J’ai encore du mal à croire, que des intrus aient pu pénétrer le territoire, poser de pièges et repartir comme si e rien n’était sans que rien n’y personne ne puisse s’en rendre compte avant que les blessés ne commencent à s’accumuler. Plus les choses se précisent et plus j’ai le sentiment que quelqu’un qui n’a rien d’humain tire les ficelles. C’est la seule explication logique. Le reste tient difficilement la route.

Je ne peux m’empêcher un sourire en coin de se dessiner sur mes lèvres en voyant l’incertitude de Samuel et les piques d’Elizabeth. La Meute est comme une grande famille, surtout composée de grands gamins qui se chamaillent à longueur de temps. Ou qui se reniflent. Ou se lèchent. Et me fixent ensuite avec ce regard qui me fait me dire que ces couillons savent précisément que ça va m’emmerder, mais ils tentent leur chance quand même. Satanés loups… une chance que j’ai pas eu à gérer les plus jeunes et ceux qui ont le plus de mal à contrôler leur bête. Et que je n’aurai pas à le faire avant un moment.

Lorsqu’Elizabeth soulève le point auquel j’ai pensé juste avant, je soupire. Je suis persuadée qu’ils ne vont pas aimer ma théorie.

- Pour moi, quelqu’un les a informé. Que ce soit pour le territoire de la Meute ou l’appartenance de certains à l’Eglise Wiccane ou bien au simple fait d’avoir un don surnaturel. Quelqu’un, un groupe ou je ne sais quoi d’autre, les a mis au courant. Je ne vois que ça.

Je me garde bien de dire que j’ai une idée déplaisante concernant un éventuel coupable, mais ce serait ramener beaucoup trop de choses, que j’essaie de cacher, à la surface. Je hausse finalement les épaules en emboitant le pas à Samuel, fixant les alentours en espérant repérer un éclat métallique avant de poser stupidement el pied dessus. Je me suis portée volontaire à Daphné pour venir l’aider, mais alors je n’ai aucune idée de comment faire ça…

- Si on omet les menaces, l’animal mort cloué sur ma porte et le fait qu’ils connaissent mon nom et mon adresse, sans parler de tous les gens que je connais qui sont affectés part tout ça… ça va ouais.

Un peu cynique, mais vrai. Je ne suis même plus effrayée ou angoissée par tout ça, juste profondément en colère contre ces types qui se font un malin plaisir à créer le chaos et à profiter de la peur ambiante pour agir impunément. Je n’attends qu’une chose, c’est de leur rendre la monnaie de leurs pièces à ces ordures.

- Bon et comment on s’organise ? Je nous vois mal ratisser les centaines d’hectares de forêt de notre côté, à quatre, en espérant tomber sur un piège. Sans tomber dedans, aussi.

Un sort de détection des pièges ? Peut-être que ça existe… Je lance un regard interrogateur à Daphné. Elle doit bien avoir une idée.

Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Daphné G. Calabrezzi
Daphné G. Calabrezzi
When witches don't fight, we burn
"❀ I'VE GOT THICK SKIN ❀"

"Be nice with plants, in the end, they eat you"

Into the woods  Z58WISI Into the woods  DJvbXfY Into the woods  LKwrOxC

En un mot : Blossom.
Qui es-tu ? : ❀ Italienne naturalisée Américaine. Elle débarque sur le sol américain à 8 ans, accompagné de son jumeau et de sa mère.
❀ Gitane. Elle n'a toujours connu que ça. Élevée par sa tante autant que par sa mère et les autres habitants du camp, elle leurs doit tout et elle le sait bien.
❀ Maternelle. Elle a cette tendance à prendre tout le monde sous son aile. C'est comme ça qu'elle se retrouve avec l'apprentissage d'Anaïs à sa charge.
❀ Spirituelle. Elle respecte profondément la terre, à la fois mère de son don et outil, elle se sent mal si elle reste trop longtemps éloignée d'une zone de verdure.

"❀ AND AN ELASTIC HEART ❀"


Into the woods  OtKezjM Into the woods  UC3L3ii Into the woods  Y4uiaVX

"When twins are separated, their spirits steal away to find the other."

Facultés : ❀ Chamane, magie rouge.
❀ Acrescence phytokinésique ❀ : Daphné à la capacité d'influer sur la croissance des végétaux, en insuflant une quantité de magie dans la plante, elle peut la faire pousser bien plus rapidement, stopper sa croissance (ou sa maturation dans le cadre d'un fruit ou d'une fleur), ou la ralentir. Elle peut ainsi faire pousser et maintenir en vie des essences qui n'aurait jamais pu s'épanouir sous le climat Louisianais.

❀ Communication avec la Terre ❀ : Daphné est capable, en se mettant en transe, d'obtenir des informations sur le lieu où elle se trouve, grâce à une forme de communication avec le sol.

❀ Vargamor ❀ : Elle est capable d'effectuer tous les rituels nécessaire au bon fonctionnement de la meute, de l'invocations des Munins, à la transmission du Loup durant la grossesse.

❀ Très douée pour les potions et les baumes de soins, elle possède aussi une vaste connaissance des rituels propre aux Comanches ayant effectué son apprentissage avec eux.

Thème : Elastic Heart - Sia
"❀ I'M LIKE A RUBBER BAND ❀"


Into the woods  1m6nZmN Into the woods  QAzD2PO Into the woods  U2AoZ4H

"Until you pull too hard."

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Emilia Clarke
Double compte : Lilas Hirsch & Archimède O'Connell & Maria Parado
Messages : 1032
Date d'inscription : 27/05/2018
Crédits : Corvidae (Ava) Pando (Icon)
Sam 24 Juin - 0:12 (#)


( Into the woods )


La forêt. Sa forêt. Leur forêt. Les arbres pluri centenaires qui entouraient le Caern, le protégeait, autour desquels elle avait tissé l’enchantement complexe qui s’assurait que l’endroit reste sécuritaire pour les loups comme pour les promeneurs. Elle inspira les odeurs doucereuses de sève et d’humus. Celle, piquante, de l’hiver qui s’était bien installée maintenant. Elle expira profondément, avec un petit grognement face au ton paternaliste de Samuel, avant de lever les yeux au ciel et de secouer la tête. La réplique acide qui lui brûla le bout de la langue resta sagement derrière ses dents quand Elizabeth s’en chargea et elle ricana avant d’adresser un regard de connivence à la jeune louve. Placée de côté comme elle était, elle perçut l’éclat doré qui éclairait son regard.

La jeune femme, comme le reste de la Meute, était sur les dents. Quelqu’un, un groupe très certainement, s'était introduit sur leur territoire. Quelqu’un y avait placé des pièges qui avait réussi à blesser plusieurs des leurs. Elle revit la grimace d’Esteban, le mollet déchiré par le piège dans lequel il avait foutu le pied par erreur et la colère, sourde, insidieuse, gronda en son sein.

La colère, mais aussi la honte. C’était son rôle. C’était pour ça qu’elle avait sa place au sein de la Meute. Elle était censée veiller sur eux, s’assurer que rien ne les blesse. Elle aurait du agrandir le périmètre de protection qu'elle avait placé autour du Caern, le pousser plus loin afin d'assurer la sécurité d'une plus grande zone du territoire. Depuis des jours, les blessés s’accumulaient et elle n'avait rien pu faire pour les protéger.

Entre ça, les messages de haine et les menaces qui ne cessaient de pleuvoir sur le Camp et la disparition, temporaire et stupide, de son apprentie, les dernières semaines avait été salées. Joseph était au bord de la crise de nerfs, ne comprenait pas comment les croix enflammées avait pu se retrouver au milieu du camp sans que personne ne remarque rien. Enoch était près pour la guerre, il tournait comme un lion en cage dans le camp depuis la première semaine de décembre et Daphné commençait à perdre patience elle aussi.

Quand auront-ils la paix ? Quand les laissera-t-on vivre sans chercher à les détruire? Ils avaient davantage leurs places dans ces bois qu’aucun des humains qui venaient les fouler. Ceux qui la souillaient de leurs détritus, de leurs odeurs de villes, y abandonnaient leurs mégots et déclenchaient des feux de forêt. Ceux qui faisait fuir la petite vie qui grouillaient entre les racines, marchaient sur les araignées et détruisaient les jeunes pousses.

Elle écouta distraitement les réponses de Liz et d’Anaïs en hochant la tête. Le souvenir de ce qui avait poussé son apprentie à se barricader de la sorte raviva encore sa colère. Contre ceux qui s’étaient permis de faire ça, et contre la jeune femme qui avait préféré se terrer chez une humaine plutôt que choisir la protection de la Meute ou du Camp, plutôt que de choisir la protection de sa Mentore. Liz n'apaisa rien en parlant du nombre alarmant de personnes touchées par le problème.

D’un geste du poignet, elle appella la Terre à elle, utilisant la pulsation de la sève au creux des troncs pour se calmer avant de répondre à Samuel qui pressa une fois de plus la main contre son épaule. La plaie était parfaitement cicatrisée, elle le savait la chamane, elle l’avait encore osculté la veille pour s’assurer que son travail était terminé. Il faudra laisser quelque temps au Bolverk pour oublier la vulnérabilité d’une plaie à l’argent. Elle se déplaça entre les trois silhouettes, plus petite qu’eux tous,et posa une main sur l’avant-bras de Samuel avant de serrer la main d’Elizabeth, puis celle d’Anaïs.

Elle essaya, du mieux qu’elle put, de transmettre l’énergie paisible des arbres qui les entouraient, mais la forêt pulsait d’une énergie différente, quelque chose qui n’avait pas sa place se trouvait ici et chacune des plantes s’en plaignait. La vie chlorophylle était perturbée par la présence des pièges, intrus qui pesaient sur les racines aussi sûrement qu’ils blessaient les loups. Elle répondit à Anaïs en haussant une épaule. « C’est une possibilité à envisager, oui. Que quelqu’un, ou un groupe, ait transmis ce genre d’informations. Mais qui ? Qui possède autant d'informations sur nous ? Et par nous, j’parle pas juste de la Meute, je parle de toutes les créatures surnaturelles, tout le monde est touché. »

Elle pressa la main d’Anaïs dans la sienne avec plus de force quand elle évoqua le fait qu’ils connaissaient son adresse. « On va se démerder pour que vous puissiez déménager rapidement avec Zach, c’est hors de question que tu… que vous restiez là-bas maintenant. » La simple idée que la gamine reste dans cet appartement où elle aurait pu être attaquée la terrorisait. Plus tard, quand elles seraient seules, elle réfléchirait à une solution plus sécuritaire pour la chamane en herbe. Pour l’instant, il fallait se concentrer sur la tâche à effectuer. « J’ai malheureusement pas de moyen de vraiment utiliser mes dons pour repérer les pièges, j’aurai dû demander à Evy de nous accompagner. » Elle secoue la tête avec un soupir en pensant à la sorcière spécialisé dans les métaux et la Terre. Ses dons auraient été d’une aide précieuse. « On va juste devoir la jouer fine, on avance doucement, on regarde où on fout les pieds et si vous trouvez un piège… » Elle jetta un regard lourd de sens aux deux garous. « ... si possible pas avec vos pieds, vous criez. J’suis pas sûr que vos gants soient suffisant pour vraiment vous protéger de l’argent ou de ce qu’il pourrait y avoir sur les dents. » Elle croisa le regard de Samuel. « On a pas eu de cas encore, mais n’oublie pas qu’il y en avait un enduit d’aconit dans les bois y a pas si longtemps. »

Elle soupira et reprit la marche avec le reste du groupe, les branches craquaient sous leurs pieds et la terre s'enfonçait dans les semelles de leurs chaussures. Les jours où elle pouvait courir pieds nus entre les bois lui manquait. « Anaïs, tu peux essayer d’utiliser ton don ? Peut-être que quelqu’un s’est blessé sur un piège sans y être coincé ? De mon côté, j’vais essayer de voir si je peux percevoir quelque chose dans les racines. »






( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Samuel Miller
Samuel Miller
Cannot a Beast be tamed
ASHES YOU WERE

En un mot : Bolverk de la Meute
Facultés : Thérianthrope de naissance, Samuel maitrise toutes les phases de transformation (glabro, crinos, hispo, ferus). Loup de grande taille au pelage gris argenté, allant des teintes plus claires au plus foncées.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=7yHTpGog0IY
Into the woods  Wolf-wolves
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Skeet Ulrich
Double compte : Naya Cahann
Messages : 307
Date d'inscription : 06/03/2023
Crédits : Shereen
Mar 27 Juin - 9:18 (#)

Une brève inspiration, alors que je continue d’observer les alentours. La sérénité que les bois nous procurent depuis des années a été souillée par ces pièges et, depuis quelques semaines, impossible de se sentir complètement détendu alors que c’est chez nous. Que c’est notre refuge et que personne devrait avoir la possibilité de nous enlever ça. Surtout de cette façon. Alors oui, je suis tendu, je veux bien le reconnaitre. Et passablement inquiet pour les gens qui m’entourent, surtout vu la tournure récente des évènements.

Pour autant, j’ai tout de même une ombre de sourire à la répartie d’Elizabeth, même si elle a le droit à un grognement quand elle parle de ma difficulté à me remettre de ma blessure, question de principes. L’idée que des plus jeunes loups puissent se retrouver blessés à l’argent me hérisse et pas qu’un peu mais j’ai un rire silencieux à sa petite pique, secouant la tête à son attention. « Dommage, parce que j’ai un stock inépuisable de ce côté-là. Mais je trouverais un autre moyen de me rendre sexy va. » Soufflé avec un clin d’œil à son attention avant de retrouver mon sérieux, écoutant les échanges entre les deux plus jeunes. Quelques précisions ajoutées par Daphné et je reprends à mon tour, pensif, non sans serrer la main de Daphné quand elle vient la poser sur mon avant-bras quelques instants. « Suffit que les bonnes personnes aient mis dans leur poche un arcaniste puissant. Ou qu’ils s’amusent à le torturer pour avoir des infos. » Vu ce dont ils sont capables, plus rien m’étonne. « Je vois rien que Tasya, la petite qui fait le ménage chez moi, savait que j’étais un loup depuis des semaines. Si on part de là, elle aurait aussi pu me suivre dans mes allées et venues pour trouver cet endroit sans trop de difficultés… » De quoi virer totalement parano. Encore plus que je le suis déjà donc. Bon, je vais pas m’en plaindre, si elle avait pas su ce que j’étais, elle aurait pas pu me sauver la mise. « Mais y a pas que les surnat’ qui sont touchés. Y a aussi les humains. » Pro ou anti, peu importe visiblement. C’est comme si on était dans une cocotte-minute sur le point d’exploser.

Sourcil arqué quand Anaïs me rappelle ses propres mésaventures. Mais Daphné parle déjà de faire déménager son apprentie. C’est le minimum et j’évite d’en rajouter une couche en lui disant de nous contacter en cas de problème, je crois que la situation est assez tendue entre les deux femmes sans que je rajoute mon grain de sel. Je finis par enfiler mes propres gants, avant de répondre aux questions de la rouquine. « On a déjà ratissé les zones les plus évidentes. Et repéré pas mal de pièges qu’ils s’étaient même pas donné la peine de bien camoufler. » Autant dire que c’était déjà pas une partie de plaisir mais, au moins, il y a des zones sûres maintenant. J’ajoute, après un temps, non sans sortir une feuille représentant grossièrement le Caern avec quelques zones barrées. Dans le cadre de nos recherches, on a dépassé les limites depuis quelques temps déjà et, clairement, les barrières dressées par Daphné ont tenu bon, c'est déjà ça. « L’avantage, c’est que ça nous a fait éliminer pas mal de coins. L’inconvénient, c’est qu’il reste les plus compliqués d’accès. Joaquin et d’autres groupes sont en train de faire des recherches de leur côté, on devrait pouvoir baliser certaines zones plus facilement comme ça. » Notamment là où les pièges pourraient être le mieux dissimulés, histoire qu’on interdise vraiment l’accès en attendant de pouvoir voir ce qu’on peut faire, même si l’idée même de nous empêcher d’aller à notre guise me hérisse comme pas permis.

« Donc ouais, à part avancer prudemment et pas se jeter dans les premiers fourrés venus, je vois pas trop comment on peut procéder autrement. » Et puis, personne pourrait avoir ce genre d’idée ici. J’espère en tout cas. Quand Daphné évoque le don d’Anaïs et ses propres capacités à voir quelque chose dans les racines, je souffle à mon tour, en direction d’Elizabeth. « Nous on va juste… éviter de mettre nos mains n’importe où hein… » Une grimace, alors que je plisse des yeux, essayant de voir ce que je peux distinguer parmi les feuilles. Après de longues minutes sans dire un mot, une lueur brillante attire brusquement mon attention et je tapote l’épaule de la personne la plus proche, pour lui désigner. Ca se trouve, c’est rien du tout, mais on sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Elizabeth Finch
Elizabeth Finch
Cannot a Beast be tamed
'Cause there's magic in my bones

En un mot : Ventre sur pattes
Qui es-tu ? : Webmaster talentueuse
Hackeuse d'exception
Geek de compét
Gourmande professionnelle
Concentrée de bonne humeur

Facultés : Lycanthrope, elle a tous les avantages qui vont avec... Tous les handicaps aussi accessoirement. Elle maîtrise les transformations en Hispo et Glabro, mais a du mal avec le Ferus, surtout depuis la mort de son père.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=QGJuMBdaqIw
Into the woods  266d248ef70145bf470a91f86a4c1879
You're not a voice
You're just a ringing in my ear

Pseudo : Shereen
Célébrité : Zazie Beetz
Double compte : Tsukiko Katsushiro
Messages : 401
Date d'inscription : 02/04/2023
Crédits : Moi
Dim 2 Juil - 16:12 (#)

Je lui adresse un regard amusé, caché derrière mes lunettes, mais je n’ai aucun doute qu’il le sente. Il commence à bien me connaître. Il a jamais trop mal pris mes plaisanteries, mais il les prend avec plus de légèreté qu’avant, allant même jusqu’à y répondre. Et c’est plutôt cool.

C’est sans doute pour ce genre de remarques d’ailleurs que je peux agacer les vieux ou qu’on me pense jamais sérieuse. Mais ça me permet de garder un peu le contrôle, ou d’en avoir l’impression tout du moins. Plaisanter permet de dédramatiser et de pas se laisser dévorer par ce qui nous entoure. Par ce qui se passe. Ça empêche pas de prendre ça à cœur, de le subir, mais je refuse de laisser la peur et l‘angoisse prendre le dessus.
En vérité, l’angoisse est toujours là, en sourdine. Pour mes amis, pour ma famille, pour la Meute. Pour les miens tout simplement. Et si ça peut paraître étrange, cette forêt en fait partie.

Cette forêt, je la connais aussi bien que la maison de mes parents. Avant même de pouvoir me transformer, je la parcourais. Avant même de comprendre l’importance que ce territoire avait pour la Meute, j’aimais m’y perdre. J’y ai grandi, j’y ai trouvé des cachettes, j’y ai tué ma première proie… oui, bon, ça peut sonner bizarrement, je le conçois. Tout ça pour dire que c’est chez moi.

Un soupir m’échappe alors que la main de Daphné s’empare de la mienne. Chez nous. Et c’est pour ça que nous sommes tous là. Je lui serre la main en retour, la remerciant d’un sourire, et me tourne vers Anaïs qui donne son avis. « Un groupe ? » Hum. Je me mordille la lèvre et acquiesce quand Sam prend la parole. « Ouais les humains aussi. Il y a eu une augmentation significative des plaintes des humains… qu’ils soient pro ou anti-CESS. Chez les flics, sur les forums, si on fait la compil, c’est… » Terrifiant. « … c’est partout. Les attaques, agressions, menaces, appelez ça comme vous voulez, sont différentes pour chacun. Qui pourrait être au courant de la nature de chaque personne vivant ici ? De tout le monde ? Aucun groupe n’est assez nombreux… ni ne s’attaquerait à littéralement… tout le monde. » Et j’arrive pas à comprendre comment c’est possible.

Je grimace à la mention de l’animal, qui n’est pas sans me rappeler l’oiseau mort qu’on a eu de notre côté. Sans parler des fleurs et autres cadeaux du genre. Je suis pas certaine que déménager change quoi que ce soit, vu la situation, vu que, comme dit, tout le monde est touché partout. D’un autre côté, il n’y a pas non plus cinquante solutions. Je rends son regard à Daphné. « On observe, on fait attention, on crie. » C’est simple. « Et on tombe pas dedans. » Je jette néanmoins un coup d’œil au gant qui recouvre ma main. « Ça résiste aux produits chimiques, ça devrait nous protéger quand même. » C’est l’idée en tout cas. Si je me montre assez sûre de moi, ça marchera peut-être par auto-conviction. Je me rapproche de Samuel et passe mon doigt sur la carte, m’arrêtant là où on est. Je crois. Sourcils froncés, je réfléchis en relevant la tête, reportant mon attention sur la forêt. Il y en a trop. Trop de pièges, trop disséminés, trop… J’inspire et mes lèvres s’étirent en une esquisse de sourire. « On va les trouver. En faisant attention oui. »

Je laisse les deux sorcières discuter de leurs dons, qui seront certainement plus utiles que nos petites mimines, et un ricanement franchit mes lèvres. « Je fais toujours attention à où je mets mes mains, oublie pas ma manucure… Tu crois qu’on peut sentir l’argent ? S’il y en a à l’aconit, on devrait pouvoir renifler l’odeur non ? » Sans doute pas avant de tomber dessus, mais on sait jamais. Je m’arrête et plisse les yeux dans la direction qu’il m’indique, quand il me tapote l’épaule. Ouais, je vois bien un truc. Je m’approche, retenant tout juste un sursaut quand j’aperçois un lapin sortir d’un fourré un peu plus loin, déviant de sa route pour m’éviter. Jeu ? Sérieusement ? Non, pas jeu non. Proie ? Je retiens un soupir et sursaute pour de bon quand le lapin pousse un cri alors qu’un son mécanique et métallique retentit. « Ah. T’avais raison. » Je rejoins le lapin, mort d’un clac autour du ventre, les crocs énormes du piège l’ayant presque coupé en deux. Pas mangeable. Ouais, il doit être couvert d’argent. « Bon, bah, un de moins. » En prenant garde de ne pas toucher les mâchoires, je le sors davantage de la terre pour qu’on puisse le récupérer et s’en débarrasser pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Into the woods  Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Into the woods  Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Jeu 6 Juil - 11:25 (#)

Anaïs illustration

La forêt semble si normale. Comme si la fureur qui a secoué la région, ne l’a pas atteinte. Faux sentiment de sécurité et de calme, je le sais bien, mais en faisant quelques pas dans le sous-bois, l’habituelle sensation apaisante se propage lentement dans tout mon corps. Je n’ai pas la connexion de Daphné avec la nature, mais plus les mois passent et plus je commence à comprendre ce dont elle parlait au tout début de mon apprentissage, de ce lien qui unit le chamane à la nature. Il n’y a qu’Elle, ici, pas d’interférence humaine. Ou presque.

Venir donner un coup de main pour débarrasser le sanctuaire des loups des pièges qui peuvent y avoir été placé, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour arrêter de tourner en rond et de me ronger les sangs jusqu’à l’explosion. Ça fait des jours que j’ai envie de faire quelque chose et ma concentration en a pris un sacré coup. Trop de choses en tête, trop d’inquiétudes, trop de questions, trop de… tout. Daphné l’a senti, sans doute la raison pour laquelle elle m’a parlé de cette opération alors que la Meute n’a pas vraiment besoin de mon aide. Juste un moyen pour que je pense à autre chose. Que j’agisse. Que la frustration et l’impuissance que je ressens depuis que toute cette merde a démarré trouvent enfin un peu d’exutoire.

Qui que puisse être le groupe derrière tout ça, il est clair que personne n’est à l’abri. J’en ai eu la confirmation de manière un peu trop vive le soir où tout a marré. Tant de moyens et d’efforts… je commence à me demander si le gouvernement ne serait pas impliqué, mais je n’ai pas envie de partir dans ces théories du complot qui fleurissent plus vite que le bon sens. Le seul moyen ce serait de choper un des types et de le faire parler, mais ce que ça implique me répugne à un tel point que l’idée n’est même pas gardée dans mon esprit plus de quelques instants. Il y a des limites à ne pas franchir et c’en est une. Même si eux se le permettent, pas question de s’abaisser à leu niveau. Même les gens qu’ils considèrent comme des monstres sont plus civilisés que ces ordures assoiffées de sang et de violence.

- Je sais, Daph’. J’ai commencé à chercher et j’ai dit à Zach de regarder pour un endroit avec Sumire.

Quitter les Kingston ne sera pas un mal, l’ambiance et la vétusté des lieux n’étaient plus à prouver. Même si ça avait été un havre de paix pendant des années, maintenant il était plus que compromis. Il était temps que je fasse mes armes seule. Zach n’a pas aimé l’idée, mais il a compris que j’avais besoin de ça, moi aussi. Lui vivait le grand amour avec Sumire et les voir devenait au quotidien un douloureux rappel de ce que j’avais perdu. J’étais heureuse pour eux, mais j’avais besoin de mon espace, comme ils avaient besoin du leur. Je craignais juste que cela prenne des éons avec les tensions actuelles. Rester au camp n’était pas un problème, mais Daphné a clairement indiqué qu’elle n’aime pas que je retourne en ville, en cours ou ailleurs. Je ne peux pas lui en vouloir, mais j’étouffe quand même dans la situation actuelle, avec la paranoïa ambiante. Il me faut un appartement quand tout sera rentré dans l’ordre. Parce que ça va rentrer dans l’ordre, pas vrai ?

Sa main serrant la mienne est réconfortante. Je la serre en retour en observant les deux garous avec nous. Ce sont eux qui sont le plus à risque ici. Bon, même un piège sur mes mollets ou ceux de Daphné ça serait catastrophique, mais pas mortel comme pour eux. J’espère que j’arriverais à faire quelque chose si ça arrive. Les repérer a l’air suffisamment compliqué comme ça, si en plus ils se blessent dessus…

- S’il ne sont pas bêtes, et je pense qu’ils savent ce qu’ils font, ils ont dû masquer l’odeur des pièges, sinon il n’y aurait pas eu autant de blessés. Vous les auriez repérés trop facilement dans une forêt.

Evidemment, Esteban est tombé dans l’un d’eux. Je n’ai même pas été étonnée et l’ait charrié comme il fallait. Lui qui a tendance à trop me chercher parfois, ça lui fera les pieds. Littéralement. Reste que le sien n’était pas enduit d’aconit. Si l’un des loups tombe dans l’un d’eux… J’inspire et hoche la tête quand Daphné propose quelque chose. J’aurai pensé que quelqu’un ou quelque chose tombé dans un piège à loup se me à hurler assez fort pour qu’on l’entende à des kilomètres, mais avec le choc et la douleur, qu’il se soit évanoui ne semble pas si impensable. Je ferme les yeux, inspire et laisse ma magie couleur lentement autour de moi, comme l’onde d’un caillou au milieu d’une mer.

Je sens la présence de Daphné, son cœur qui bat, puis ceux, plus rapides, de Samuel et Elizabeth. Il y a un lapin non loin, des oiseaux un peu plus haut. En prenant le temps, je peux ressentir tout ça avec une certaine distance, mais le remu du lapin me fait me focaliser dessus et la vision étrange qui accompagne le glapissement me fait ouvrir brusquement les yeux. Même sans avoir vu le lapin se prendre le piège, j’ai ressenti l’effusion de sang brutale. Je ne m’y attendais pas et ça m’a retourné l’estomac sur le moment.

- Je l’ai senti, ça…

Je déglutis et souffle avant d’approcher du lapin qu’Elizabeth a retiré du piège. Pauvre bête… Au moins sa mort a été rapide… maigre consolation. Mais il peut être utile malgré lui. Je ferme à nouveau les yeux et tend ma main au-dessus de lui, scrutant ses veines malgré les blessures. Il y a quelque chose... Je l’isole assez facilement dans une petite goutte de sang. La quantité n’a pas l’air élevé, mais comme le lapin est mort, ça n’a pas eu le temps de s’infiltrer… Je fixe le piège et tends ma main au-dessus du métal, laissant un peu de mon sang goutter dessus et parcourir les dents de l’objet. Le résultat est assez parlant. Je lâche le sang versé sans regret en me redressant, n’ayant aucune envie de récupérer un peu d’hémoglobine souillée par un poison.

- Il y a un produit sur les dents. Sans doute de l’aconit, et pas qu’un peu. S’il y en a d’autres, j’imagine que ce sera la même chose. On a eu de la chance jusque-là…

Ça peut aussi être un simple produit pour endormir, mais j’en doute franchement. J’expire lentement, essuyant une goutte de sueur qui dévale ma tempe. C’est toujours épuisant ce genre de chose, je n’ai jamais trop l’occasion d’entrainer cette technique. Pas tous les jours que quelqu’un se fait empoisonner… Par chance, là ce n’était pas sur un corps vivant avec toutes les subtilités et difficultés qui vont avec. Si un des loups se prend un piège de ce genre, ça va être une sacrée galère d’évacuer l’aconit de leur système. En partant du principe que j’en aurai le temps et que je ne vais pas m’écrouler au milieu du processus.


Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Daphné G. Calabrezzi
Daphné G. Calabrezzi
When witches don't fight, we burn
"❀ I'VE GOT THICK SKIN ❀"

"Be nice with plants, in the end, they eat you"

Into the woods  Z58WISI Into the woods  DJvbXfY Into the woods  LKwrOxC

En un mot : Blossom.
Qui es-tu ? : ❀ Italienne naturalisée Américaine. Elle débarque sur le sol américain à 8 ans, accompagné de son jumeau et de sa mère.
❀ Gitane. Elle n'a toujours connu que ça. Élevée par sa tante autant que par sa mère et les autres habitants du camp, elle leurs doit tout et elle le sait bien.
❀ Maternelle. Elle a cette tendance à prendre tout le monde sous son aile. C'est comme ça qu'elle se retrouve avec l'apprentissage d'Anaïs à sa charge.
❀ Spirituelle. Elle respecte profondément la terre, à la fois mère de son don et outil, elle se sent mal si elle reste trop longtemps éloignée d'une zone de verdure.

"❀ AND AN ELASTIC HEART ❀"


Into the woods  OtKezjM Into the woods  UC3L3ii Into the woods  Y4uiaVX

"When twins are separated, their spirits steal away to find the other."

Facultés : ❀ Chamane, magie rouge.
❀ Acrescence phytokinésique ❀ : Daphné à la capacité d'influer sur la croissance des végétaux, en insuflant une quantité de magie dans la plante, elle peut la faire pousser bien plus rapidement, stopper sa croissance (ou sa maturation dans le cadre d'un fruit ou d'une fleur), ou la ralentir. Elle peut ainsi faire pousser et maintenir en vie des essences qui n'aurait jamais pu s'épanouir sous le climat Louisianais.

❀ Communication avec la Terre ❀ : Daphné est capable, en se mettant en transe, d'obtenir des informations sur le lieu où elle se trouve, grâce à une forme de communication avec le sol.

❀ Vargamor ❀ : Elle est capable d'effectuer tous les rituels nécessaire au bon fonctionnement de la meute, de l'invocations des Munins, à la transmission du Loup durant la grossesse.

❀ Très douée pour les potions et les baumes de soins, elle possède aussi une vaste connaissance des rituels propre aux Comanches ayant effectué son apprentissage avec eux.

Thème : Elastic Heart - Sia
"❀ I'M LIKE A RUBBER BAND ❀"


Into the woods  1m6nZmN Into the woods  QAzD2PO Into the woods  U2AoZ4H

"Until you pull too hard."

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Emilia Clarke
Double compte : Lilas Hirsch & Archimède O'Connell & Maria Parado
Messages : 1032
Date d'inscription : 27/05/2018
Crédits : Corvidae (Ava) Pando (Icon)
Mar 25 Juil - 0:45 (#)


( Into the woods )


Malgré l’ambiance étouffante qui régnait dans le bois, Daphné observa l’échange entre Liz et Samuel avec intérêt. Elle haussa un sourcil amusé et se mordit la lèvre en les regardant se taquiner. Il y avait là quelque chose qu’elle n’avait pas remarqué auparavant. Elle plissa le nez en se détournant et se promit d'y revenir plus tard. Elle prendrait Samuel par surprise comme toujours. C’était bien plus drôle comme ça, de toute façon.

Avec un éclat de rire pour la réplique de Lizzie à propos de ses ongles, elle se retourna et posa les yeux sur son apprentie. Elle pressa tendrement sa main dans la sienne et lui offrit un regard et un sourire encourageant. La gamine ferma les yeux et Daphné effleura son bras avant de s’adonner à sa propre tâche.

Avec une profonde inspiration, la chamane s’agenouilla et plongea les doigts dans la terre. Son don enfla en elle, ronronna sous son épiderme comme un chat paresseux et elle laissa la magie se déverser dans le sol meuble. Elle rejoint le flux naturel qui ondulait sous eux et la sensation la prit aux tripes comme toujours. Une vague puissante qui remonta du bout de ses doigts jusqu’à englober l’intégralité de son corps. La sensation lui fit tourner la tête et décrispa ses épaules qui s'avachirent. La tête courbée vers l’avant, le corps relâché, la chamane laissa la forêt s’emparer d’elle. L’odeur entêtante d’humus, celle piquantes des jeunes pousses et la pulsation rythmique du cœur de la forêt, le chant du feuillage et le chuchotis de la vie souterraine. Malgré la distance qui les séparait du Caern, toute l’énergie pulsait dans sa direction et le battement du myocarde de l’arcaniste se calqua sur celle des bois. Sa respiration se calqua sur le souffle des frondaisons et elle s’envola.

La tranquillité laissa rapidement, trop rapidement, place à une tension qui bourdonna le long de l’échine de Daphné. Elle s’enroula autour de ses côtes comme une étreinte désagréable et elle plongea plus profondément, chercha dans les tréfonds de l’esprit chlorophylle la réponse à ses questions. Qui ? chantonnait son esprit alors qu’il effleurait celui du vivant caché sous l’écorce.

Le claquement sec du piège la sortie brutalement de sa transe et elle retint un gémissement en percevant, juste avant la séparation, l’énergie du lapin s’évanouir dans le Grand Tout. Avec un haut-le-cœur elle se releva, un peu chancelante, et s'approcha d’Anaïs. Si la sensation lui avait retourné le ventre, elle n’osait même pas imaginer ce qu’il en était pour la jeune fille. Elle frotta une main tendre entre ses omoplates une fois l’attroupement autour du piège rejoint. Avec une fascination qu’elle n’avait jamais perdu depuis les débuts de son chemin avec son apprentie, Daphné observa Anaïs manipuler le sang. La façon dont le fluide répondait à l’impulsion de sa magie avait quelque chose de profondément enchanteur. La fluctuation magique était toujours la même et la chamane la suivit en silence, une main toujours fermement nichée entre les omoplates d’Anaïs. Elle percevait les tremblements qui agitait ses muscles sous la concentration et l’effort que lui demandait l’exercice. Elle s’apprêtait à lui rappeler de respirer quand la chamane en herbe le fit d’elle-même et malgré les restes de frustration qui teintait toujours sa relation avec son apprentie depuis les semaines précédentes, Daphné ne put rien faire contre la vague de tendresse et de fierté qui jaillit en elle.

Anaïs relâcha son contrôle et tanga légèrement près de Daphné. D’un geste, désormais habituel, elle enroula un bras autour des épaules de son apprentie, extirpa un biscuit à la poudre de noisette et la gourde de son sac et les lui tendit. Un baiser contre la joue de la gosse termina le rituel. « C’était parfait, je suis fière de toi. Mange et bois, je vais observer ça de plus près. » Une dernière caresse contre l’arrière du crâne de la gosse et elle s’accroupit près d’Elizabeth. Elle s’empara de la base du pièce et observa les dents de plus près puis se pencha en avant.

Avec délicatesse, elle passa l’index sur le côté de l’une de dents. Elle évita le tranchant et ramena sur la pulpe de son index une substance d’un gris violacée translucide. La phalange s’inclina pour capter un rayon de soleil avant qu’elle la porte à ses narines. Une inspiration précautionneuse donna raison à son apprentie. La colère enfla de nouveau au creux de son ventre et elle aurait pu grogner si sa nature avait été plus proche de celle de ceux qui l’entourait.  « Ouaip, aconit. Les enfoirés. » Elle plissa le nez et essuya son doigt sur l’ourlet de son jean avec une grimace avant de se redresser.

Elle planqua ses paumes tremblantes de rage, l’une dans sa poche et l’autre dans ses mèches brunes, avec un soupir et tourna ses yeux orageux vers Samuel. « Tant qu’on est pas sûr qu’on a pas jarté tous les pièges du secteur va falloir qu’on restreigne les sorties hors du Caern. C’est trop risqué. » Elle déglutit, la gorge soudain serrée par l’angoisse.

La forêt était censée être leur refuge, un cocon au creux duquel les garous pouvaient s'ébattre sans avoir à s’inquiéter des risques liés à leur transformation. Un lieu d’apprentissage pour les jeunes au sein duquel il pouvait expérimenter et apprivoiser les différentes phases de transformation. Un endroit saint, auprès duquel Daphné pouvait se recueillir et appeler à elle les protecteurs de la Meute. Elle se mordit violemment la lèvre inférieure en inspirant et expirant avec précaution. A ses pieds, les tiges des trèfles et des jeunes arbres ondoyaient et cherchaient à s’enrouler autour de ses chevilles. La colère et la peur restaient les seuls émotions capables de court-circuiter son contrôle sur ses dons. « Faut continuer à chercher. Y en a forcément d’autre dans le coin. »





( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Elizabeth Finch
Elizabeth Finch
Cannot a Beast be tamed
'Cause there's magic in my bones

En un mot : Ventre sur pattes
Qui es-tu ? : Webmaster talentueuse
Hackeuse d'exception
Geek de compét
Gourmande professionnelle
Concentrée de bonne humeur

Facultés : Lycanthrope, elle a tous les avantages qui vont avec... Tous les handicaps aussi accessoirement. Elle maîtrise les transformations en Hispo et Glabro, mais a du mal avec le Ferus, surtout depuis la mort de son père.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=QGJuMBdaqIw
Into the woods  266d248ef70145bf470a91f86a4c1879
You're not a voice
You're just a ringing in my ear

Pseudo : Shereen
Célébrité : Zazie Beetz
Double compte : Tsukiko Katsushiro
Messages : 401
Date d'inscription : 02/04/2023
Crédits : Moi
Jeu 3 Aoû - 16:09 (#)

Je grimace quand Anaïs répond. Evidemment qu’ils ont dû masquer l’odeur, ce serait trop facile sinon. Mais c’est justement un point qui me dérange. Vu le nombre de pièges retrouvés, leur dispersion, ça a dû demander un certain nombre de personnes non ? Même avec un ou plusieurs arcanistes, il a fallu camoufler les traces, les passages, les odeurs, de tout ce petit monde, ça a pas dû être si évident que ça… Si ? J’en sais rien en fait. Je leur demanderai bien, mais elles sont un peu occupées là, et puis, sans doute qu’ils y ont déjà pensé et réfléchi.

Peut-être que si j’avais posé la question ça leur aurait évité de ressentir la mort du lapin en direct. C’est bien ce qui s’est passé non ? Alors qu’elles communiaient ou je sais pas quoi avec la forêt. Je suis un peu désolée pour elle, d’un autre côté, ça fait partie du cycle de la vie blablabla… même si c’est pas aussi brutal d’ordinaire. Mais d’ordinaire, il n’y a pas de pièges à loup dans chaque fourré.

Je m’écarte et laisse les deux femmes gérer la suite, observant avec une fascination presque morbide le sang de la plus jeune s’écouler sur le piège. Je montre les dents dans un mix de grimace et de grognement quand elle parle d’aconit. Les enfoirés. Prévisibles, mais plus que rageant malgré tout. Ramenant sagement mes mains vers moi, les poings serrés, j’inspire, yeux mordorés derrière mes lunettes, et jette un coup d’oeil à la gamine. « Tu contrôle le sang du coup ? Et t’arrive à savoir s’il y a d’autres susbtances sans… même sans être en contact direct ? C’est trop cool ! » C’est pas le moment de s’extasier, je sais, d’autant que ça a l’air de l’épuiser, mais quand même, faut le dire quand un truc est classe ! Et super utile donc. Et puis, ça calme toujours un peu la louve quand je parle… Bon, d’accord, ça me calme moi, elle rumine de plus belle.

Daphné prend le relai, et quand elle touche le truc, je m’écarte un peu par réflexe. Je laisse mon regard errer autour de nous, comme si j’allais suprendre un de ces connards en train de jouer les paparrazzis. Je me redresse et m’écarte un peu, n’écoutant que d’une oreille distraite ce que la Vargamor peut dire. La tête penchée sur le côté, sourcils froncés, la louve s’agite en observant.

Sam, viens ici. » Sans trop prendre garde à mon ton directif, j’attends qu’il me rejoigne et reprends sans lui jeter un coup d’oeil. « Aide-moi. » Je pourrais sans doute monter seule, avec un peu d’élan, ce n’est pas si haut, mais… Je préfère éviter. Il me fait la courte échelle, et en grimpant à moitié sur lui, je parviens au niveau du nid qui a attiré mon attention. Là encore, j’ai beau avoir pigé avant, je me fige en voyant l’appareil et souffle entre mes dents. « Quelle bande de petits salopards d'enfoirés de fonds de benne. » J’attrape le nid, l’appareil, tout le bordel, et redescends, tapotant l’épaule de Samuel en passant. Je vire les branches et tout le reste, avant de fixer la caméra. « Je vais vous retrouver et faire de votre vie un enfer. Vous me supplierez d’arrêter. » Majeur dressé face à l’objectif, je retourne l’appareil pour commencer à l’examiner. Sauf que je tremble de rage.

Putain ! Si j’avais pas eu dans l’idée de foutre des caméras, j’aurais eu l’idée de regarder en l’air. Je laisse filer un cri de frustration, serrant un peu trop l’appareil. Dire que je suis légèrement tendue serait un euphémisme, j’ai rarement été autant en colère qu’actuellement. J’ai envie de leur arracher la tête là de suite, et ça doit légèrement se ressentir. Ils nous ont filmés. Ils nous ont piégés. Ils ont des preuves. Je vais les retrouver. Je vais les retrouver et je vais les défoncer. « Faut que je trace le signal. Que je trouve l’origine et... » Merde. Je sors mon téléphone pour prévenir Joaquin et leur dire de regarder aussi dans les arbres.
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Samuel Miller
Samuel Miller
Cannot a Beast be tamed
ASHES YOU WERE

En un mot : Bolverk de la Meute
Facultés : Thérianthrope de naissance, Samuel maitrise toutes les phases de transformation (glabro, crinos, hispo, ferus). Loup de grande taille au pelage gris argenté, allant des teintes plus claires au plus foncées.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=7yHTpGog0IY
Into the woods  Wolf-wolves
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Skeet Ulrich
Double compte : Naya Cahann
Messages : 307
Date d'inscription : 06/03/2023
Crédits : Shereen
Lun 14 Aoû - 14:07 (#)

Les échanges continuent, tout comme les théories sur ce qui se passe dans cette ville. Je repense à Ethan qui m’a soufflé que les gens devenaient complètement fous et je me demande au fond, à quel point il a pas entièrement tort. « Ils savent clairement ce qu’ils font. » Quand Anaïs évoque à son tour les pièges. « Il y a là une préparation qui dépasse tout ce que j’ai pu voir jusqu’à présent. C’est pas la première fois qu’on essaie de nous éliminer. Mais là, y a vraiment… beaucoup de préparation. D’anticipation. » Et c’est vraiment ce qui m’effraie, qui me tend. Je suis habitué à la haine des humains, des chasseurs. Sauf que c’est un cran au-dessus. Et je suis pas sûr qu’on soit vraiment prêts à l’affronter.

Une brève œillade en direction de Daphné, avec qui j’ai déjà pu évoquer le sujet il y a quelques semaines de ça et j’ai un temps d’arrêt quand, avec Elizabeth, on tombe sur le piège. Et le pauvre lapin. Je penche la tête sur le côté sans même m’en rendre compte, dans un geste animal, instinctif, alors que j’observe ce qui aurait pu être une proie. Une vague déception quand le loup comprend qu’il y a rien à en tirer et je secoue la tête, revenant à la réalité, alors qu’Anaïs use de son pouvoir devant nous. « Impressionnant. » Un sourire à l’attention de l’apprentie quand elle en a terminé. Sourire qui se mue en grimace à son verdict, confirmé par Daphné. « Argent et aconit ? Mauvais combo ça. » Un grognement agacé m’échappe alors qu’une lueur dorée brille brièvement dans mes yeux. « On va baliser une entrée/sortie sécurisée à défaut du reste. Je verrais ça avec Joaquin. Mais tant que ça reste à l’extérieur, ça ira. Et ça nous permettra de la surveiller autant que possible. » Et je fais assez confiance aux défenses érigées par notre vargamor pour avoir zéro doute sur le fait qu’ils aient piégé notre territoire.

J’arque un sourcil quand Elizabeth me demande de venir et je m’exécute, lui faisant la courte échelle, un brin dubitatif. « Il se passe quoi ? » Un nid. C’est juste un nid non ? Mais c’est la première fois que je l’entends jurer comme ça. Avant de lui faire écho quand je tilte sur ce qu’elle a entre les mains. « Bordel… » Marmonné entre mes dents alors que je la vois parler à la caméra. Je pose une main sur son épaule que je serre doucement quand je la sens trembler de rage. « Respire Liz’. » La situation est encore plus grave que je l’aurais pensé et ma mâchoire se contracte, alors que la jeune femme sort son téléphone pour contacter Joaquin. « On va devoir regarder au sol ET dans les arbres. » J’ai un temps, regardant la caméra qu’elle tient toujours en main. « C’est juste des images qu’ils collectent ou il y a aussi le son ? » Qu’on évite de parler en étant trop proches d’eux. Mon manque de connaissance parle pour moi, mais dans l’immédiat, je m’en moque un peu. « Avec ce matos, on peut avoir une idée depuis quand ils sont là ? » Le nid est pas bien vieux, mais ça veut rien dire. Ils peuvent l’avoir changé tout récemment. Y a tellement de questions – probablement stupides – qui se bousculent, que je saurais même pas par où commencer. Probablement par calmer la hackeuse, ce serait un bon début. Surtout qu’on va avoir besoin d’elle, plus que jamais. Et j’ai un nouveau juron, pestant de pas avoir repéré ce genre de trucs avant. Qui peut nous surveiller comme ça ? Et surtout, pourquoi ? La main toujours posée sur l’épaule d’Elizabeth, je me frotte le visage de l’autre, avisant Daphné et Anaïs pour avoir leur réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Into the woods  Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Into the woods  Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Mar 29 Aoû - 19:51 (#)

Anaïs illustration

Assise sur une souche, grignotant en silence le gâteau offert par Daphné, j’observe les trois autres. Fichu piège… évidemment qu’il y a de l’aconit dessus, les types qui ont fait ça, qui ont mis ce message sur ma porte, qui font toutes ces choses aux quatre coins de la ville… ils sont préparés. Ils savent ce qu’ils font et cette perspective est terrifiante. Ce n’est pas juste un groupe de cinglés désorganisés qui attaquent au hasard. C’est tout el contraire. Ils ont l’équipement, l’argent, la motivation et sont visiblement soudés parce que personne ne sait qui est derrière tout ça. Pas une arrestation, pas une idée de qu’il se passe pour qui que ce soit, ni pourquoi maintenant. C’es frustrant, terrifiant et inquiétant pour la suite. Qui peut savoir ce qu’ils préparent d’autre ?

J’inspire lentement, bois une gorgée d’eau et expire. Daphné a vraiment tout prévu, je n’avais pas pensé à prendre des snacks, mais elle oui, évidemment. Elle est habituée maintenant, à force de me voir subir le contrecoup de mon pouvoir quand je m’exerce à des choses qui ne me sont pas familières. Il y a du progrès, je ne risque pas de tourner de l’œil comme au début, mais ça reste quand même quelque chose à utiliser avec parcimonie. Ce qui ne sera pas très pratique aujourd’hui. AU moins Elizabeth et Samuel ont trouvé ça cool. C’est toujours un peu angoissant d’utiliser mes dons devant ceux qui ne l’ont jamais vu. Toujours la peur qu’ils soient effrayée ou dégouté par quelque chose qui peut être extrêmement dangereux aux yeux du premier venu. Mais non, il n’y a qu’une curiosité teintée d’ébahissement. Et ça fait du bien. Beaucoup de bien.

Quand Elizabeth passe de la louve au chat en se mettant à grimper dans un arbre, je me redresse et rend les biscuits à Daphné en lui soufflant un « merci ».  C’est fou comme il faut peut de choses pour que je me sente mieux. Quelques minutes de calmes, un peu de sucre, et ça repart. Il y a bien une sensation qui me fait me dire que je ne peux pas refaire ça indéfiniment, mais on est loin de ramper sur le sol en râlant comme un mourant pour essayer de continuer. L’image me ferait presque rire, mais toute légèreté disparaît instantanément quand Elizabeth redescend avec une caméra. Je sens une vague glacée me parcourir le corps.

- Oh non…

Une caméra… une foutue caméra… Devant laquelle j’ai utilisé ma magie… si la vidéo se retrouve quelque part où les gens peuvent la voir… ça va recommencer… tout ça va recommencer et ne jamais finir… Je vais jamais pouvoir remettre les pieds à la fac, je vais encore devoir fuir, encore devoir me cacher et échapper à toute la merde que ça va créer. Je peux jamais avoir la paix ? Je veux juste qu’on me laisse tranquille, je veux juste qu’on arrête d’essayer de me pourrir la vie. J’ai l’impression que juste ça c’est trop demandé. Moi qui n’ai jamais voulu tout ça, qui n’ai rien demandé à personne, il fau toujours que ça me tombe sur le coin du nez sans prévenir. Pourquoi ?!

- Daph… Daph on fait quoi ? Ils vont savoir…

Ils vont tout savoir. Tout le monde va savoir et mettre le nez dehors ce sera comme si j’avais un immense panneau qui expliquait tout au-dessus de ma tête. De nouveau els regards, les remarques, la mise à l’écart, les agressions. Je ferme les yeux, tente de contrôler le battement affolé de mon cœur qui s’est emballé à la vue de cette caméra et de tout ce que ça peut impliquer. Je sais que c’est égoïste de ma part, que les membres de la meute aussi sont en danger, mais je ne peux rien y faire. Tout ce que je prenais pour acquis, toutes les pensées pour les futurs, les rêves et les aspirations, tout est en train de se casser la figure à cause d’un tout petit appareil qui n’avait rien à faire dans cette immense forêt.

I’m so fucked…


Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Daphné G. Calabrezzi
Daphné G. Calabrezzi
When witches don't fight, we burn
"❀ I'VE GOT THICK SKIN ❀"

"Be nice with plants, in the end, they eat you"

Into the woods  Z58WISI Into the woods  DJvbXfY Into the woods  LKwrOxC

En un mot : Blossom.
Qui es-tu ? : ❀ Italienne naturalisée Américaine. Elle débarque sur le sol américain à 8 ans, accompagné de son jumeau et de sa mère.
❀ Gitane. Elle n'a toujours connu que ça. Élevée par sa tante autant que par sa mère et les autres habitants du camp, elle leurs doit tout et elle le sait bien.
❀ Maternelle. Elle a cette tendance à prendre tout le monde sous son aile. C'est comme ça qu'elle se retrouve avec l'apprentissage d'Anaïs à sa charge.
❀ Spirituelle. Elle respecte profondément la terre, à la fois mère de son don et outil, elle se sent mal si elle reste trop longtemps éloignée d'une zone de verdure.

"❀ AND AN ELASTIC HEART ❀"


Into the woods  OtKezjM Into the woods  UC3L3ii Into the woods  Y4uiaVX

"When twins are separated, their spirits steal away to find the other."

Facultés : ❀ Chamane, magie rouge.
❀ Acrescence phytokinésique ❀ : Daphné à la capacité d'influer sur la croissance des végétaux, en insuflant une quantité de magie dans la plante, elle peut la faire pousser bien plus rapidement, stopper sa croissance (ou sa maturation dans le cadre d'un fruit ou d'une fleur), ou la ralentir. Elle peut ainsi faire pousser et maintenir en vie des essences qui n'aurait jamais pu s'épanouir sous le climat Louisianais.

❀ Communication avec la Terre ❀ : Daphné est capable, en se mettant en transe, d'obtenir des informations sur le lieu où elle se trouve, grâce à une forme de communication avec le sol.

❀ Vargamor ❀ : Elle est capable d'effectuer tous les rituels nécessaire au bon fonctionnement de la meute, de l'invocations des Munins, à la transmission du Loup durant la grossesse.

❀ Très douée pour les potions et les baumes de soins, elle possède aussi une vaste connaissance des rituels propre aux Comanches ayant effectué son apprentissage avec eux.

Thème : Elastic Heart - Sia
"❀ I'M LIKE A RUBBER BAND ❀"


Into the woods  1m6nZmN Into the woods  QAzD2PO Into the woods  U2AoZ4H

"Until you pull too hard."

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Emilia Clarke
Double compte : Lilas Hirsch & Archimède O'Connell & Maria Parado
Messages : 1032
Date d'inscription : 27/05/2018
Crédits : Corvidae (Ava) Pando (Icon)
Lun 9 Oct - 3:03 (#)


( Into the woods )


Les compliments de Lizzie à l’encontre de son apprentie gonflent le cœur de la chamane d’une nouvelle fierté. Bien sûr que les dons de sa petite outre sont “cools.” Anaïs est talentueuse et travailleuse en témoigne l’évolution de ses dons et la façon dont elle les maîtrise avec un brio qui ne cesse d’augmenter. Elle effleure une dernière fois l’épaule et les boucles rousses de la jeune femme avec un sourire plein de fierté.

Elizabeth s’évada pour observer les alentours et Daphné veilla à la garder dans son champ de vision. La présence d’aconit sur les pièges fit augmenter d’un cran la paranoïa latente qui pulsait sous son épiderme depuis qu’ils avaient découvert la présence des pièges. L’idée qu’Ils aient pu s’aventurer sur leurs territoires, qu’Ils aient pu déposer des pièges, penser exclusivement pour ses loups, qu’Ils aient eu l’audace de mettre en danger les plus jeunes comme les adultes, la remplissaient d’une rage matinée de terreur et d’horreur qu’elle peinait à contenir.

Autour de sa main, posée dans l’herbe, quelques pousses jaillirent pour s’enrouler autour de ses doigts. Le soutien silencieux des bois la tira de la gangue d’angoisse qui lui broyait le ventre et elle renvoya son pouvoir dans la terre avec un soupir. Il fallait qu’elle se maîtrise, qu’elle garde le contrôle. Ils trouveraient les coupables, ils nettoieraient leur territoire et ils viendraient à bout de la menace. Comme toujours. La Meute continuerait d’être en sécurité dans la Kisatchie et personne ne pourrait lui voler son second foyer. Elle déglutit de façon sonore et se releva quand Lizzie appela Samuel.

Son regard passa sur son apprentie, toujours occupée à reprendre des forces et qui observait la scène avec intérêt. La Louve escalada Samuel qui ne vacilla même pas sous le poids de la jeune femme. Elle fouina dans un nid en équilibre précaire entre deux branches et Daphné fronça les sourcils en découvrant l’expression qui s’étalait sur ses traits. Les insultes plurent et Daphné grimaça quand Elizabeth redescendit de son perchoir les mains enroulées autour du nid qui se révéla contenir une caméra.

La gorge de Daphné se serra et sourde aux menaces qu’Elizabeth lançait à l’objet, se tourna vers son apprentie. Elle laissa les loups à leur rage justifiée et tendit une main vers l’outre qui s’était approchée. Les doigts de Daphnée se refermèrent sur la hanche de son apprentie qu’elle plaqua contre elle en un geste de protection.

La terreur de la jeune femme émanait d’elle comme un nuage nauséabond et Daphné glissa ses paumes jusqu’aux joues de son apprentie. Elle la connait l’angoisse qui étreint la jeune femme, la même qui lui broyait le ventre chaque jour à son arrivée en ville. Un souvenir, douloureux, de l’époque où elle avait vu débarquer sur le pas de sa porte, la gamine complètement perdue lui retourna l’estomac. Anaïs avait été terrifiée par tout et tout le monde à l’époque. Terrifiée par ses dons, par ce qu’ils étaient capables de faire, par le regard des autres, par leurs jugements, par leurs violences. Il avait fallu des mois entiers à Daphné pour réussir à obtenir la confiance de la jeune femme et plus longtemps encore pour qu’elle arrête d’être effrayée par ce qu’elle était. Des mois de séances de méditation, d’approche discrète, des mois à accueillir la gamine dans ses draps une fois la nuit tombée, quand les cauchemars venaient la tirer d’un sommeil pourtant bien mérité.

Elle donnerait tout pour ne jamais avoir à revivre ça. Elle enfouit ses doigts dans les cheveux de la jeune fille en la berçant doucement. « Shh… » Elle planta un baiser sur le dessus du crâne d’Anaïs en essayant de juguler de son mieux le maelstrom qui enflait en elle. Colère, peur, tristesse et inquiétude se débattaient pour savoir qui l’emporterait au creux de son ventre et elle ferma les yeux. « On va se débrouiller, Tessora. C’est pas aussi horrible qu’à l’époque ou ton don a été révélé et avec un peu de chance, Lizzie les trouvera avant qu’il puisse faire quoique ce soit avec les vidéos. OK ? Respire, mon cœur, tout va bien, tu n’es plus seule, on sera tous là pour s’assurer que rien ne pourra se mettre en travers de ton chemin. »

Anaïs était arrivée à Shreveport seule, mais en quelques années elle s’était formé un réseau serré d’adulte près à se battre pour elle. Zach, Sumire, Lilas, Daphné, chacun des membres de la meute et du clan gitan. Tous seraient prêts à assurer la sécurité de sa protégée et Daphné souffla par le nez pour s’apaiser elle-même. Jamais plus personne ne blesserait son apprentie. « On va s’occuper de ça, c’est promis, d’accord ? » En prononçant ses mots, elle rouvrit les yeux et les braqua dans ceux de Lizzie et Samuel, sans relâcher son étreinte sur son apprentie. «Tu peux traquer le signal ? Tu peux les retrouver, Liz ? Vraiment ? »

Les yeux de la chamane quittèrent ceux des loups pour scanner les arbres. Pour la première fois depuis aussi loin qu’elle s’en souvienne, les bois ne lui apportèrent plus le sentiment de sécurité qu’elle avait si longtemps associé à eux. Elle déglutit brutalement et sans relâcher Anaïs envoya une prière silencieuse. Ils allaient avoir besoin de toute l’aide qu’ils pourraient avoir. « Faut absolument qu’on trouve les autres caméras… C’est tout aussi urgent que les pièges… » Un frisson lui secoua l’échine. « Les caméras peuvent leur indiquer la direction du Caern s’ils en ont placé suffisamment près. Liz’, dis à Joaquin et à son équipe de se rapprocher de la zone. Il faut la passer au peigne fin… » Elle tremblait légèrement et puisait tout autant de réconfort dans l’étreinte qu’elle en donnait. « On en garde une et on détruit les autres, on foutra les pièges dans le coffre de mon Pick-up, peut-être qu’Eva pourra m’aider à trouver un truc… C’est du métal après tout… Ou alors, faut regarder les numéros de série, peut-être qu’on trouvera un indice avec ça… »

Elle se mordit la lèvre en réfléchissant. « Peut-être qu’avec le bon rituel, j’pourrais essayer de révéler l’emplacement des caméras, ça devrait forcément faire réagir des trucs négativement une présence aussi peu naturelle dans les bois… Mais ça me prendra du temps…  Je sais pas… » Elle était perdue et avait l’impression de trahir son serment, de ne pas avoir été capable de protéger la meute comme elle l’avait promis à Joaquin.




( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Elizabeth Finch
Elizabeth Finch
Cannot a Beast be tamed
'Cause there's magic in my bones

En un mot : Ventre sur pattes
Qui es-tu ? : Webmaster talentueuse
Hackeuse d'exception
Geek de compét
Gourmande professionnelle
Concentrée de bonne humeur

Facultés : Lycanthrope, elle a tous les avantages qui vont avec... Tous les handicaps aussi accessoirement. Elle maîtrise les transformations en Hispo et Glabro, mais a du mal avec le Ferus, surtout depuis la mort de son père.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=QGJuMBdaqIw
Into the woods  266d248ef70145bf470a91f86a4c1879
You're not a voice
You're just a ringing in my ear

Pseudo : Shereen
Célébrité : Zazie Beetz
Double compte : Tsukiko Katsushiro
Messages : 401
Date d'inscription : 02/04/2023
Crédits : Moi
Jeu 7 Déc - 13:59 (#)

Quelque part, je suis rassurée de ne pas être la seule à avoir remarqué la merde colossale que représente toute cette affaire, et ce pour toute personne vivant à Shreveport, pas uniquement pour la Meute, même si elle passe en premier. D’un autre côté, je crois que j’aurais préféré qu’on me dise que je me monte la tête pour rien et que ce ne sont que quelques connards, ou gamins, qui veulent foutre le borel ou casser du CESS… Sauf que ouais, tout ça dépasse – et de loin – ce que peuvent faire quelques personnes isolées.
Que ce soit les moyens à disposition, les préparations que ça implique, les capacités en terme de temps, de connaissances, de main d’oeuvre, de matos utilisés, il n’y a rien qui va.

Ce qui se confirme évidemment en quelques minutes. Un peu d’escalade, beaucoup de jurons – heureusement que maman n’est pas là – et je me retrouve avec une nouvelle pièce entre les mains. Qui me hérisse encore plus que les pièges. Bon, peut-être pas plus, mais… Si en fait si. Non seulement ils veulent nous blesser, voire nous tuer, mais ils… D’accord, nous espionner et avoir des preuves, c’est pas pire, mais ça implique plus, il y a une réelle volonté de nuire et de détruire derrière. Enfin, je me comprends.

Je fronce les sourcils à l’injonction de Samuel, me rendant compte que je suis visiblement peut-être un peu trop en colère. J’appelle Joaquin pour le prévenir et je ferme les yeux une seconde en inspirant profondément. Okay, ça va aller. Je me concentre sur leur présence, afin de calmer les battements de mon coeur. Ce qui, au final, ne m’aide pas trop quand mon attention se pose sur la gamine qui semble terrorisée. Tu m’étonnes, c’est elle qui vient d’être filmée. Même si on sait pas depuis combien de temps c’est là et combien de pleine lune avec des loups courant partout ont pu être filmées…

Je hoche la tête aux paroles de Daphné. « On va s’en occuper. » Mon regard accroche le sien. « Je peux oui. Je m’en charge, vous en faites pas. » Je me fais plus assurée que je ne le suis, sachant qu’il y a quand même pas mal de risques que les images aient déjà été transférées vers un serveur. Mais ils ont pas besoin de le savoir pour l’instant, Anaïs a surtout besoin d’être rassurée dans l’immédiat.

Ma main se pose sur celle de Samuel, serrant ses doigts sans chercher à cacher mon angoisse et ma rage, et je secoue la tête. « Les images seulement je pense, même si je m’y connais pas spécialement là-dedans... » Je me mordille la lèvre. « C’est un modèle sur batterie, qui doit se déclencher au mouvement. S’il s’est pas déclenché souvent, ça peut faire un moment qu’il est là… J’ai pas trop de moyen de le savoir comme ça malheureusement. » Un soupir. « Pour le reste, faut que je cherche plus d’infos sur le modèle. Je verrais ça en rentrant et en l’examinant. » Il fronce les sourcils à son tour. « En rentrant ? Tu comptes ramener ça chez toi ? Il n’y a pas de risques ? » Je relève les yeux vers lui, ouvrant la bouche pour la refermer aussi vite. Ah. Ouais. « Ptet pas chez moi. » Idiote. Evidemment qu’il y a un risque.

Je reprends mon téléphone à la demande de la Vargamor, donnant les instructions à l’Ulfric, lui précisant d’éviter de faire des trucs trop ‘pas humain’, juste au cas où. Et oui, au milieu de tout ça, je trouve ça fun de lui donner des ordres. « Les numéros de séries c’est bien. Les cartes mémoires aussi faut les garder. » Je la laisse réfléchir à comment elle pourrait faire pour aider à trouver les trucs, tout en commençant à démonter celle que je tiens, ne relevant un œil vers elle que pour secouer la tête. « Il y a souvent des caméras. Les gardes forestiers en mettent parfois pour surveiller la faune, sauf que… C’est pas les mêmes et ça se voit. » Je fais claquer ma langue. « On pouvait pas deviner. » On aurait dû. « On va les trouver. Et on va faire en sorte que ça se reproduise plus. » On doit les protéger.

Je laisse filer une grimace, rangeant la caméra dans mon sac. On verra plus tard. Pour le moment, on doit trouver les autres. Et c'est ce qu'on fait pour le reste de la journée, entre frustration et inquiétude. Que ce soit nous ou les autres groupes, pièges et caméras s’accumulent et sont détruits, ce qui ne fait qu’accentuer ces sentiments insidieux de ressentiment, d’agressivité et d’appréhension, laissant tout le monde sur les nerfs, irrités, fatigués, inquiets. Mal.
Et je n’y échappe pas malheureusement. J’évite juste de repasser par le Caern, ou même de m’en approcher, en rentrant avec la caméra du coup. Ce serait con de leur donner plus que ce qu’ils ont déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» There is always an adventure waiting in the woods...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: