Ligne rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Your soul is mine
Orihime Hasegawa
Orihime Hasegawa
Your soul is mine
ASHES YOU WERE

En un mot : Une reine dans l'ombre
Qui es-tu ? : ⛧ Cheffe yakuza qui a mérité sa propre branche dans le règne familiale.
⛧Modelée par 37 ans de terreurs infligées par le prince sadique qui l'a engendrée. Elle a néanmoins accepté sa part démoniaque et embrasse son pouvoir, bien qu'elle est consciente de n'être encore qu'un pantin dans un jeu qui dépasse les Hommes.
⛧ Boulimique de pouvoir, elle cherche constamment à éteindre on influence et se nourrit de la peur qu'elle inflige aux autres.
⛧ Respecte le code d'honneur des yakuzas, dans l'énorme majorité des cas au moins. Mais sa condition d'engeance la pousse parfois à tordre les principes de sa mafia.
⛧ Bois, fume, s'envoie en l'air, elle se vautre sans complexe dans ces petits plaisirs de la vie.
⛧ En façade, elle est une élégante chef d'entreprise à qui tout sembre sourire. Elle fait même des dons à des organismes caritatifs. L'envers du décor, c'est le monde du crime, où elle est connue sous le nom Joō, "la reine".

⛧⛧

⛧ 1m61 / ~55 kg;
⛧ Cheveux sombres & yeux noirs insondables.
⛧ Toujours élégamment vêtue, ne porte jamais de robe ou de jupe.
⛧ A trois tatouages : un chrysanthème (plexus), cerisier en fleur (dos), vague d'hokusaï (avant-bras).
Facultés : ⛧ Orihime incarne la peur. Croiser son regard peut déjà mettre mal à l'aise et, sans raison apparente, stimuler la zone du cerveau qui traite la peur.
⛧ Elle peut déployer une aura d'une dizaine de mètres dans laquelle toutes les personnes présentent ressentent une peur inexplicable à son égard.
⛧ Pendant une durée limitée, elle peut devenir une sorte de cauchemar vivant. Elle ne se transforme pas vraiment, mais ceux qui la regardent y voient un patchwork de leurs terreurs les plus profondes.

⛧ Vieillissement ralentit par la grâce de Beleth.

⛧ Bilingue anglais/japonais
⛧ Ceinture noire de Jissen karaté, manie les armes à feu et le katana.
Ligne rouge Pyhc
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ori
Célébrité : Kiko Mizuhara
Double compte : Myrtle & Isalín
Messages : 123
Date d'inscription : 30/05/2023
Crédits : Moi-même / holdthgirl (gif)
Jeu 6 Juil - 11:33 (#)


13 décembre 2023 ⛧

Le ville prend feu, littéralement, et la police se débat contre un raz-de-marée. Orihime se délecte chaque jour de la mort qui se repend, du chaos qui gangrène Shreveport en la menaçant de nécrose. Il semble satisfait. La peur est son poison, source d’insomnies et de cauchemars. Les esprits torturés, paranoïaques, sont autant de proies juteuses pour un Prince adepte des sévices oniriques. Quant à son engeance, elle n’y voit que de nouvelles occasions d’étendre son royaume. Extorquer de l’argent contre une protection relative, recruter dans ses rangs, vendre et vendre encore, des armes qui alimentent le désordre.  

Mais.
Il y a un « mais ».

La traque maladroite des autorités les a amenés à arrêter une demi-douzaine de ses hommes. Dans le cas concerné, ils n'ont vraiment rien fait ; belle ironie. Au mauvais endroit au mauvais moment, malheureusement pour eux, mais le PASUA aimerait leur coller sur le dos une partie des exactions sanglantes des derniers jours. Le clan baku a fait suffisamment parler de lui dans les hautes sphères pour ne pas que la fameuse instance de régulation du surnaturel accepte de lâcher le morceau aussi facilement. Et le pitbull qui leur tient le mollet, Orihime en a entendu parler.

Voilà pourquoi l’oyabun marche aux abords de la red river, armée d’un téléphone jetable qui finira dans les flots d’ici quelques minutes. Elle ne porte pas son masque et arbore une tenue passe-partout lui permettant de se mêler à la foule de Stoner Hill. Le vent frais joue dans ses cheveux de jais, librement lâchés sur ses épaules. Son don naturel suffit à garder les emmerdeurs à distance. Son interlocutrice peut s’amuser à la géolocaliser : le temps qu’elle réussisse, et qu’une équipe se déploie sur place, cela reviendra à chercher une aiguille dans une botte de foin.

- Allo. Passez-moi Deva Parton. Dites-lui que Joō veut lui parler.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 9 Juil - 23:05 (#)

Allo ici le Diable.
Deva et Orihime


Nuit étrange, journée bizarre. Temps déréglé. Son ressenti se résumait à ces trois adjectifs, elle se couchait quand les gens se levaient, s’arrachant aux promesses trop confortables de son lit de fortune lorsqu’ils prenaient leur premier café de la journée, à dix heures. Prête à affronter une journée qui allait tellement en s’étirant que le mot en perdait tout son sens.

Qu’ils soient légèrement décalés, hiboux nocturnes bien ou accros à la caféine. Ils se débattaient tous vainement entre ces cloisons de bureaux, à suivre fiévreusement l’ébullition croissante. Le couvercle remuait de plus en plus et les agents du PASUA craignait qu’il ne saute sous un coup de l’humeur déversant sa vapeur meurtrière ; comme à l’Halloween de 2019. Personne ne voulait revivre cette catastrophe, absolument personne.

Alors ils faisaient des coups de filets au hasard, chopant la moindre petite souris qui avait la malchance de laisser dépasser quelques centimètres de sa queue. Tout devenait un prétexte pour faire une conférence de presse, déformer les mots jusqu’à qu’un doux mensonge s’échappe de la réalité matérielle. Le chat enragé qu’était l’antenne de Shreveport s’était mise en tête de secouer une des souris de la ville, l’accusant aussi vite qu’un tribunal de curé de tous les maux. Sorcellerie, association de malfaiteurs en vue de commettre des actes de nature surnaturelle hostile à l’égard du reste de la population. Tout était recevable tant que l’association de mot prenait une allure officielle, que la patte administrative inscrivait une espèce d’aura de bien-fondé aux délires de ses agents.

Puis peut-être que tout ce charivari ambiant leur permettrait de se débarrasser de quelques rongeurs particulièrement encombrant, qu’une situation plus apaisée aurait rendu difficile à arrêter. Les juges se font toujours plus expéditif lorsqu’on risque d’incendier leurs propres maisons.

Une sonnerie stridente l’arrache à ses réflexions, le combiné poser à sa droite commence à se secouer comme pris d’un mal soudain. Seul son action, le simple fait de le porter à son oreille pourrait le délivrer de ces gigotements pathétiques. Mais Parton le laissa sonner dans le vide quelques secondes, sa main parcourue de veines bien trop visible pour son jeune âge se portèrent vers un paquet de cigarettes. Coinçant un bâton de mort entre ses lèvres, elle l’alluma. Qui allait le lui reprocher ? C’était elle le patron.

- Parton à l’appareil, j’écoute, lâcha-t-elle d’un ton froid et professionnel en décrochant. Passez la moi, vous attendez quoi ? grogna juste après la directrice marmonnant pour elle-même ce titre aux consonances asiatiques : « Joō …Joō ».
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Your soul is mine
Orihime Hasegawa
Orihime Hasegawa
Your soul is mine
ASHES YOU WERE

En un mot : Une reine dans l'ombre
Qui es-tu ? : ⛧ Cheffe yakuza qui a mérité sa propre branche dans le règne familiale.
⛧Modelée par 37 ans de terreurs infligées par le prince sadique qui l'a engendrée. Elle a néanmoins accepté sa part démoniaque et embrasse son pouvoir, bien qu'elle est consciente de n'être encore qu'un pantin dans un jeu qui dépasse les Hommes.
⛧ Boulimique de pouvoir, elle cherche constamment à éteindre on influence et se nourrit de la peur qu'elle inflige aux autres.
⛧ Respecte le code d'honneur des yakuzas, dans l'énorme majorité des cas au moins. Mais sa condition d'engeance la pousse parfois à tordre les principes de sa mafia.
⛧ Bois, fume, s'envoie en l'air, elle se vautre sans complexe dans ces petits plaisirs de la vie.
⛧ En façade, elle est une élégante chef d'entreprise à qui tout sembre sourire. Elle fait même des dons à des organismes caritatifs. L'envers du décor, c'est le monde du crime, où elle est connue sous le nom Joō, "la reine".

⛧⛧

⛧ 1m61 / ~55 kg;
⛧ Cheveux sombres & yeux noirs insondables.
⛧ Toujours élégamment vêtue, ne porte jamais de robe ou de jupe.
⛧ A trois tatouages : un chrysanthème (plexus), cerisier en fleur (dos), vague d'hokusaï (avant-bras).
Facultés : ⛧ Orihime incarne la peur. Croiser son regard peut déjà mettre mal à l'aise et, sans raison apparente, stimuler la zone du cerveau qui traite la peur.
⛧ Elle peut déployer une aura d'une dizaine de mètres dans laquelle toutes les personnes présentent ressentent une peur inexplicable à son égard.
⛧ Pendant une durée limitée, elle peut devenir une sorte de cauchemar vivant. Elle ne se transforme pas vraiment, mais ceux qui la regardent y voient un patchwork de leurs terreurs les plus profondes.

⛧ Vieillissement ralentit par la grâce de Beleth.

⛧ Bilingue anglais/japonais
⛧ Ceinture noire de Jissen karaté, manie les armes à feu et le katana.
Ligne rouge Pyhc
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ori
Célébrité : Kiko Mizuhara
Double compte : Myrtle & Isalín
Messages : 123
Date d'inscription : 30/05/2023
Crédits : Moi-même / holdthgirl (gif)
Jeu 13 Juil - 0:17 (#)

- Allo, directrice Parton, engage-t-elle dès que la reine des abeilles a décroché le combiné.

Un demi-sourire amusé s’étire sur les lèvres d’Orihime. La patronne, en direct. Le simple fait qu’elle prenne son appel témoigne de l’importance dont elle jouit désormais. Le clan baku n’est plus un groupuscule anecdotique des bas-fonds de Shreveport, c’est une menace réelle enveloppée d’un glacis surnaturel suffisamment intéressant pour que le PASUA lui accorde une audience.

- Je me sens obligée de vous dire de ne pas vous fatiguer à essayer de me localiser, je serai partie avant que vos équipes n’arrivent, mais j’imagine que vous tenterez quand même. Je serai donc brève.

Les technologies actuelles sont performantes, mais les téléphones brûleurs sont toujours une impasse pour les services de police. Quand bien même elle serait triangulée, cela ne mènera à rien si elle n’est pas prise sur le fait. Orihime se donne donc 2 minutes maximum, soit une durée bien insuffisante pour qu’une escouade débarque en force.

- Vous avez arrêté six de mes hommes pour des motifs que l’on pourrait presque qualifier de délits de faciès. Je vous propose de nous épargner à toutes les deux une perte de temps inutile et de les relâcher sans délai.

Elle doute que Deva Parton lâche l’éponge si vite, mais elle se devait d’au moins lui proposer. L’engeance est une femme conciliante après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 26 Juil - 11:56 (#)

Allo ici le Diable.
Deva et Orihime


Un sourire court, concis ; à l’image de l’intransigeante directrice de l’antenne s’étira sur ses lèvres plissées. Son interlocutrice l’amusait, enfin, elle l’intriguait du moins. Il fallait avoir une sacré paire d’ovaires pour oser avoir en ligne directe la grande patronne. Ou bien simplement se distinguer par une imprudence qui faisait aussi doucement rire la Fortune. Ce sont toujours les audacieux, ceux qui ne suivent pas les règles qui durent le plus longtemps n’est-ce pas ? C’était comme si l’on accordait plus de crédit, d’intérêt à la vermine maline plutôt qu’aux prévisibles parasites. Parasites ou vermines, peu lui importait. Ils finiront tous derrière les barreaux.

- Vous n’aviez pas à vous sentir obligée, vous n’êtes pas la plus grande criminelle de Louisiane. Ce serait une perte de moyens et de temps, cingla-t-elle avec un détachement palpable. Ce genre de conversation ? C’était son plaisir coupable, sa madeleine de Proust plonger dans une paperasse ennuyante. Deva ne pouvait se permettre d’être aussi narquoise dans un interrogatoire, un procès-verbal ; tout ce qui avait attrait à la besogne administrative. Bien rangé et cadré, ces choses n’avaient qu’un intérêt limité. Incapable de dépasser le cadre prévisible qui les fondaient. Car on ne traite pas avec des criminelles comme l’on appréhenderait un fraudeur, lui aussi usé par ce langage formel. Soyez-le ou attardez-vous votre Altesse, conclut-elle avec une ironie franche.

Enfin ça, ce n’était que sa parole. Nul doute que tout son service se mettait en branle alors qu’elle conversait avec l’intrigante. Ce n’était pas elle qui les ferait bifurquer, l’occasion était trop convenue pour qu’on ne saute pas dessus.

- Ce n’est pas très beau jeu d’accuser l’entièreté de notre service de racisme systémique. Vous pourriez admettre que mes agents n’arrêtent pas aux hasards, les lois dictent nos actions, mentit-elle à moitié alors qu’un nouveau sourire s’étire sur ce visage bien trop habitué à la froide neutralité. C’est pour ça qu’elle aimait les appels téléphoniques, le combiné neutralisait toutes les subtilités du langage physique. Il n’y avait plus que les mots, le plus important. Vos « hommes », elle appuie sur ce mot à la frontière du rire, font l’objet d’une investigation judiciaire qui conduira à leur libération ou bien procès. Si les motifs sont superflus ou bien mensonger, ils pourront revoir le soleil d’ici peu. Ce serait dommage d’entraver la justice. Enfin surtout pour vous, moi ce n’est qu’un inconvénient de plus dans mon emploi du temps, conclut-elle ne prenant pas la peine de voiler ses menaces.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Your soul is mine
Orihime Hasegawa
Orihime Hasegawa
Your soul is mine
ASHES YOU WERE

En un mot : Une reine dans l'ombre
Qui es-tu ? : ⛧ Cheffe yakuza qui a mérité sa propre branche dans le règne familiale.
⛧Modelée par 37 ans de terreurs infligées par le prince sadique qui l'a engendrée. Elle a néanmoins accepté sa part démoniaque et embrasse son pouvoir, bien qu'elle est consciente de n'être encore qu'un pantin dans un jeu qui dépasse les Hommes.
⛧ Boulimique de pouvoir, elle cherche constamment à éteindre on influence et se nourrit de la peur qu'elle inflige aux autres.
⛧ Respecte le code d'honneur des yakuzas, dans l'énorme majorité des cas au moins. Mais sa condition d'engeance la pousse parfois à tordre les principes de sa mafia.
⛧ Bois, fume, s'envoie en l'air, elle se vautre sans complexe dans ces petits plaisirs de la vie.
⛧ En façade, elle est une élégante chef d'entreprise à qui tout sembre sourire. Elle fait même des dons à des organismes caritatifs. L'envers du décor, c'est le monde du crime, où elle est connue sous le nom Joō, "la reine".

⛧⛧

⛧ 1m61 / ~55 kg;
⛧ Cheveux sombres & yeux noirs insondables.
⛧ Toujours élégamment vêtue, ne porte jamais de robe ou de jupe.
⛧ A trois tatouages : un chrysanthème (plexus), cerisier en fleur (dos), vague d'hokusaï (avant-bras).
Facultés : ⛧ Orihime incarne la peur. Croiser son regard peut déjà mettre mal à l'aise et, sans raison apparente, stimuler la zone du cerveau qui traite la peur.
⛧ Elle peut déployer une aura d'une dizaine de mètres dans laquelle toutes les personnes présentent ressentent une peur inexplicable à son égard.
⛧ Pendant une durée limitée, elle peut devenir une sorte de cauchemar vivant. Elle ne se transforme pas vraiment, mais ceux qui la regardent y voient un patchwork de leurs terreurs les plus profondes.

⛧ Vieillissement ralentit par la grâce de Beleth.

⛧ Bilingue anglais/japonais
⛧ Ceinture noire de Jissen karaté, manie les armes à feu et le katana.
Ligne rouge Pyhc
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ori
Célébrité : Kiko Mizuhara
Double compte : Myrtle & Isalín
Messages : 123
Date d'inscription : 30/05/2023
Crédits : Moi-même / holdthgirl (gif)
Ven 28 Juil - 10:20 (#)

Un sourire fleurit  sur les lèvres de l’engeance. Son interlocutrice apporte de la poigne au bras de fer, voilà qui est amusant. Sauf que contrairement à ce qu’elle tente de faire croire, son « emploi du temps » est probablement loin d’être sous contrôle actuellement. Orihime inspire l’air humide des abords de la rivière, amusée mais toujours aussi illisible dans le timbre. Parton n’est pas la première, elle ne sera pas la dernière.

- Donc à une période où j’imagine que vous croulez sous les arrestations, vous allez faire perdre du temps à un procureur et à un juge de première instance juste pour la beauté du geste ? nargue-t-elle effrontément, à moins que vous n’arrêtiez justement pas grand monde… et que vous avez besoin de boucs émissaires pour éviter que la presse souligne votre incompétence.  

Son sourire s’élargir en rictus carnassier. La grande patronne est une adulte mature, elle doit avoir l’habitude que les criminels lui crachent à la figure pour essayer de la rabaisser. Mais tout de même, l’engeance va chercher son ego. Shreveport n’est pas maîtrisée actuellement ; la poudre a pris feu et ne tardera pas à exploser.

- Blague à part, ma proposition est simple : je vous donne jusqu’à la fin des 24h réglementaire pour que tous mes hommes rentrent chez eux sans aucune charge. Faites cela et j’envisagerai de vous aider à débusquer les personnes derrière les actes du soulèvement de l’humanité, elle marque une brève pause, pour laisser le temps à ses paroles d’infuser dans le crâne de Deva Parton, essayez de jouer avec moi en revanche, et il y aura vite d’autres Voodoo cafe et d’autres Nelly Amaya.

Des tragédies qui dépendant de la SPD de prime abord, mais qui viendront rapidement titiller le PASUA dans la mesure où ce bouillon de culture criminelle est lié à l’existence des CESS. La balle est dans le camp de la grande cheffe alors : est-elle prête à risquer une accélération du chaos surnaturel par orgueil personnel ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 20 Sep - 15:01 (#)

Allo ici le Diable.
Deva et Orihime


Le serpent crache son venin, prévisible. La directrice s’y attendait, elle avait déjà maîtrisé des vipères plus coriaces. Incapable de distiller quoique ce soit dans le cœur de ces gens, ils ne faisaient que siffler pensant à tort que le son strident suffirait à inspirer la peur. Deva était une femme trempée dans l’acier. Il en faudrait plus pour la faire plier ou bien réveiller un égo comprimé à grand coup par la hiérarchie militaire.

Elle passe outre les provocations, la moquerie n’était-elle pas le signe avant-coureur de la débâcle ? Son interlocutrice devait se trouver dans une position délicate pour se sentir obligé par la rhétorique à ce genre de procédé de bas-étage. Alors que la méchanceté ou tout simplement l’esprit de prédation se faisant entendre dans l’inflexion de ses mots. Deva, de son côté du combiné n’offrait qu’une plaine froide à peine ponctué par le grésillement d’une ligne sur écoute. Son esprit plié par l’expérience de terrain n’avait pas tardé à comprendre qu’elle pouvait tirer parti de cet appel inopiné. Quel agent de la DEA n’aurait pas rêvé d’avoir un baron de la drogue mexicain à l’autre bout de la ligne ? Personne. Justement parce que souvent les mots transpiraient de sens, d’informations qu’on auraient souhaité garder pour soi. La clé consistait à en dire légèrement moins que l’autre, afin d’en sortir avec un léger avantage pour la suite.

- Qu’est-ce qui vous incite à dire que nous ne sommes pas déjà entrain de démanteler cette cellule ? Vous savez, venir me menacez directement ne mène à rien. Sauf à peindre une jolie croix rouge dans votre dos. Preuve irréfutable, vos avoirs financiers, votre petite compagnie serait gelée aussitôt. Vos hommes ? Ils échoueront sans doute pour une éternité au regard de l’écosystème criminelle derrière les barreaux. Vous n’êtes pas réellement en mesure de menacer. Les feux finiront par être contrôlé et le pyromane y perdra plus que nous. En revanche, elle marque une petite pause où le grésillement revient à la charge, laissant le silence pesant revenir à la charge, négocier et proposer plus qu’une cellule déjà sur le fil de l’aiguille ? C’est dans vos cordes, si vous cessez d’essayer d’installer un rapport de force avec le PASUA. Nous n’avons pas de grief en particulier contre vous, ce serait idiot que vous mettiez en branle toutes les agences fédérales pour une histoire d’égo. Non ?

La réplique était lourde, longue oscillant entre la passivité et l’agressivité. Deva comptait sur le manque potentiel causé par l’absence de ses hommes pour reprendre la main sans qu’Orihime ne se sente prise au piège. Il valait mieux que la bête rôde dans un enclos plutôt qu’une cage.

- Ce serait, de plus, l'occasion d'établir une collaboration qui, elle appuie sur un bouton sous son bureau coupant l'enregistrement de la ligne, profiterait à nous deux. Vous savez, nous ne cherchons qu'à appréhender les CESS dangereux pour la population. Nous laissons tout le reste aux mains d'autorités plus compétentes que nous, conclut-elle avec une voix soudain suave.
(c) DΛNDELION
Revenir en haut Aller en bas
Your soul is mine
Orihime Hasegawa
Orihime Hasegawa
Your soul is mine
ASHES YOU WERE

En un mot : Une reine dans l'ombre
Qui es-tu ? : ⛧ Cheffe yakuza qui a mérité sa propre branche dans le règne familiale.
⛧Modelée par 37 ans de terreurs infligées par le prince sadique qui l'a engendrée. Elle a néanmoins accepté sa part démoniaque et embrasse son pouvoir, bien qu'elle est consciente de n'être encore qu'un pantin dans un jeu qui dépasse les Hommes.
⛧ Boulimique de pouvoir, elle cherche constamment à éteindre on influence et se nourrit de la peur qu'elle inflige aux autres.
⛧ Respecte le code d'honneur des yakuzas, dans l'énorme majorité des cas au moins. Mais sa condition d'engeance la pousse parfois à tordre les principes de sa mafia.
⛧ Bois, fume, s'envoie en l'air, elle se vautre sans complexe dans ces petits plaisirs de la vie.
⛧ En façade, elle est une élégante chef d'entreprise à qui tout sembre sourire. Elle fait même des dons à des organismes caritatifs. L'envers du décor, c'est le monde du crime, où elle est connue sous le nom Joō, "la reine".

⛧⛧

⛧ 1m61 / ~55 kg;
⛧ Cheveux sombres & yeux noirs insondables.
⛧ Toujours élégamment vêtue, ne porte jamais de robe ou de jupe.
⛧ A trois tatouages : un chrysanthème (plexus), cerisier en fleur (dos), vague d'hokusaï (avant-bras).
Facultés : ⛧ Orihime incarne la peur. Croiser son regard peut déjà mettre mal à l'aise et, sans raison apparente, stimuler la zone du cerveau qui traite la peur.
⛧ Elle peut déployer une aura d'une dizaine de mètres dans laquelle toutes les personnes présentent ressentent une peur inexplicable à son égard.
⛧ Pendant une durée limitée, elle peut devenir une sorte de cauchemar vivant. Elle ne se transforme pas vraiment, mais ceux qui la regardent y voient un patchwork de leurs terreurs les plus profondes.

⛧ Vieillissement ralentit par la grâce de Beleth.

⛧ Bilingue anglais/japonais
⛧ Ceinture noire de Jissen karaté, manie les armes à feu et le katana.
Ligne rouge Pyhc
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ori
Célébrité : Kiko Mizuhara
Double compte : Myrtle & Isalín
Messages : 123
Date d'inscription : 30/05/2023
Crédits : Moi-même / holdthgirl (gif)
Lun 2 Oct - 14:16 (#)

Un rire sans joie éclate soudainement dans les oreilles de la patronne du PASUA local. Il y a un écho dément dans cette hilarité fausse qu’Orihime fait traîner – juste pour le plaisir. Les secondes filent, elle sait qu’elle va devoir bientôt raccrocher pour ne pas que les équipes de son interlocutrice déboulent dans le quartier avant qu’elle n’ait eu le temps de s’éclipser. Elle prend une longue inspiration, conservant toutefois l’ombre d’un sourire glacé sur le contour de ses lèvres.

- Vous me sous-estimez Deva, oui, elle se permet de l’appeler par son prénom. Mais… nous pouvons en effet trouver un terrain d’entente.

L’engeance n’a pas manqué l’imperceptible changement dans la tonalité de la ligne, ce grésillement qui a disparu. Son expérience lui dit que l’écoute a été coupée, mais elle ne jurera de rien. Dans tous les cas, contrairement à la cheftaine décorée du PASUA, elle n’a rien à cacher de ses intentions. Alors que tout le Bureau l’entende ou seulement Parton, ça lui est égal. Néanmoins, elle a obtenu la réaction escomptée : une brèche à exploiter, pour mettre son grain de sable dans la machinerie immuable du PASUA.

- Je veux Shreveport. Toute entière, à tous les niveaux. C’est une belle ville, n’est-ce pas ? Lui aussi la veut, mais ça, Orihime ne le dira pas. Je n’ai aucune raison de m’en prendre à votre organisation si elle me laisse le champ libre. Ceux qui vous gênent vont probablement me gêner aussi, alors… on y gagnera toutes les deux, coup d’œil à sa montre, il est temps d’y aller. Je vous rappellerai pour vous donner les coordonnées d’un rendez-vous en tête-à-tête. Rien que vous et moi, on pourra en discuter plus longuement. Bon après-midi Deva, et… pensez tout de même à libérer mes hommes à l’heure.

Fin de la communication.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Décembre Rouge [Myrtle, Jean, Jenaro, Elinor, Stanislas, Aliénor]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: