Le Deal du moment :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : ...
Voir le deal
14.50 €

Cats [Tobias]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
MJ ۰ Trop de DC, pas assez de décès.
Rhys Archos
Rhys Archos
MJ ۰ Trop de DC, pas assez de décès.
L'IVRESSE SOLAIRE DU CRÉPUSCULE

Cats [Tobias] S83t

« Wild men who caught and
sang the sun in flight,
And learn, too late, they
grieved it on its way,
Do not go gentle
into that good night. »

En un mot : Émeute, Sang et Fiel
Qui es-tu ? : Sans visage, une force animale grouillant sous une peau humaine qui s'étire, trop étriquée, n'attendant que de jaillir à l'intérieur du monde pour le ravager.
Facultés :

Trouble à l'ordre public ;
Outrage à agents ;
Attentat à la pudeur ;
Violation de propriété privée ;
Ivresse sur voie publique ;
Expert du pistolet à clous ;
Vol de voitures ;
Briseur de vitrines ;
Bagarres ;
Vol de poules ;
Thème : /watch?v=L7a8hmoOsx0
SOONER OR LATER
YOUR HUMAN SIDE LOSES.
IT HAS TO

Cats [Tobias] Fdel
Cats [Tobias] Lol7
Pseudo : Chaton
Célébrité : Josh Beech
Messages : 3158
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : © Internet
Dim 26 Mai - 17:46 (#)



fin été 2021Un vent tiède berçait la cime d'arbres paresseux, charriant dans son sillage le bruissement des feuilles et les odeurs métalliques d'une ville dont l'effervescence retombait à peine. Leurs branches, levées vers le ciel en autant de prières muettes, se détachaient de moins en moins sur le bleu pâle de la nuit nouvelle et devenaient tranquillement ces masses de ténèbres inquiétantes, propices à l'imagination et aux peurs nocturnes. Il y avait pourtant un quelque chose de réconfortant, là, à se glisser dans le creux d'une nuit de fin d'été pour profiter des senteurs d'écorce et de mousse, d'herbe coupée et de cette teinte d'humidité qui faisait s'évaporer des masses compactes de brume le long des berges du Cross Lake. Un mystère invisible qui incitait à poser ses pas dans l'empreinte de ces choses secrètes et silencieuses, à la poursuite du chant des oiseaux nocturnes et de ces petites grenouilles au goût amer, boules de peaux vertes qui se gonflaient et dégonflaient sans cesse dans une stridente cacophonie. Il y avait là, tranquille, la promesse d'un îlot de sérénité, seulement perturbée par le grondement lointain d'un alligator ou le mouvement féérique de lumières de l'autre côté du lac.

Haut dans le ciel, l'éclat de la Lune baignait d'opale le contour des silhouettes, exacerbait un relief tout en contrastes. Emportée par le lent mouvement des astres, la nuit avait déjà presque tout recouvert et lavé de leurs couleurs les terres dont elle s'emparait, agitant une faune nocturne déjà bien réveillée, et couvrant les drames du jour d'une lourde chape pleine de pudeur.

C'était dans la langueur feutrée de ce début de soirée que s'agitait une ombre toute faite de fourrure et d'instincts curieux, se coulant, invisible, dans les recoins à l'abri de la clarté lunaire, chassant les bruits et le vent, poussée là par des murmures indistincts et distraite par les effluves qui émanaient, sans fin, depuis toutes les directions à la fois. Sautillant d'un fourré à l'autre, disparaissant sous le couvert des feuilles, les deux petits yeux luisaient par intermittence en fixant leur regard sur les lointaines constructions humaines, l'oreille attirée par la vague rumeur de leurs activités. Parfois, une voiture passait, au loin, et le chat se figeait dans une posture alerte, prêt à décamper si besoin avant de finalement reprendre sa route, trottinant avec légèreté sur un tapis d'herbe et de mousse.

Bien vite cependant le paysage changea et les arbres enchâssèrent de plus en plus de constructions artificielles. Suivant la route en parallèle, sans néanmoins avoir le désir d'en fouler le goudron à l'odeur désagréable, le petit félin avançait plus ou moins dans la bonne direction, une fois ou deux dévié par le couinement d'un rongeur quelconque ou le miaulement suspect d'un congénère. Les yeux verts allaient et venaient, à la recherche de dangers potentiels, sur le chemin qui le conduisait avec une impatience grandissante à sa destination.

Quelques troncs et murets escaladés plus tard, le voilà qui, perché sur le faîte d'une petite colonne de pierre, s'arrêta un instant, contemplant avec un intérêt redoublé l'espace qui s'ouvrait devant lui. En apparence y avait-il là la banalité d'une énième résidence enfoncée dans la verdure, une maison dissimulée depuis la route par les branchages et les clôtures, mais il savait bien qu'il n'en était rien, tandis que son museau reniflait l'air avec attention, à la recherche de marqueurs olfactifs familiers. C'était, ici, le territoire d'un autre et ses prochains pas le feraient marcher sur une terre subtilement teintée de l'empreinte mystique des siens. Après avoir observé les alentours suffisamment longtemps pour être satisfait, il s'aventura le long d'une trajectoire qui le dissimulait aux yeux extérieurs avant de se glisser le long d'un étroit parapet que longeait le tronc fragile d'une plante grimpante.

Asseyant son royal séant, le chat, tout de noir vêtu, contempla quelques instants les étoiles, écoutant les bruits, reniflant les odeurs. Il y avait en cet endroit un confort tranquille, presque secret, exacerbé par l'écrin de ténèbres qui avait succédé au jour, comme si personne, jamais, ne serait à même de trouver ce lieu. La queue allait et venait dans un métronome régulier, tandis qu'il entreprit de mâchouiller une feuille qui poussait là. Mais, bien vite, l'objectif de sa venue se rappela à lui et il s'en désintéressa, s'aventurant d'un pas agile sur les branchages fragiles, commençant à en descendre les troncs presque à la verticale à un endroit où lui parvenait des sons étouffés, jusqu'à pouvoir passer sa tête par une fenêtre, à l'envers dans un équilibre précaire, et laisser ses yeux traîner sur l'intérieur d'une pièce.

Là, il était là. Le gros T-Boy bien sûr. L'espèce de monstre à quatre pattes qui lui servait de compagnon, canidé rustre et dégénéré, envers lequel une partie de la nature de chat de Rhys ne pouvait s'empêcher de le regarder avec la tentation du chaos dans l'éclat émeraude de ses yeux. Tentation exacerbée par l'esprit de Décharge, le défunt chat attaché au collier porté en cet instant même, qui lui portait aussi une pointe de jalousie qui déteignait sur Rhys.

Bien sûr, qu'il allait le faire : déclencher la zizanie en lui envoyant des messages télépathiques.

< Poulet... >

< Parc... >

< Bain... >

< [Bruit de miaulement mental] >






Adopte ces beaux scénarios !
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Tobias O'Connell
Tobias O'Connell
Cannot a Beast be tamed
Run fast for your mother, run fast for your father
Run for your children, for your sisters and brothers
Cats [Tobias] 775-63-110-1619740850442-cosplayer-site-680-1 Cats [Tobias] GH590-AFSFAG-HK13-M-0-1 Cats [Tobias] 282433-big-1

En un mot : I feel stressed out. I wanna let it go.
Qui es-tu ? : - un O'Connell, le plus jeune
- un enfant terrorisé, apeuré par son passé
- un auxiliaire vétérinaire, bras droit d'Arch', passionné par son taf
- un amateur de rap, écrivant ses propres textes
- un geek, le genre à rage quit en lançant sa manette sur l'écran
- un sportif équilibré, crossfiteur, pratiquant quotidiennement du cardio et de la muscu
- un ambianceur impétueux, toujours prêt à danser et à faire la fête
- un délinquant, un bagarreur mais un gentil
- un métamorphe nocturne, discret ne cédant aucune confiance aux étrangers
- un expert dans l'art martial du bâton, 1er Kuy dans la maîtrise du Bozendo
- un père, maître d'un berger allemand à poil long nommé T-Boy
- un drogué occasionnel qui cherche à perdre le contrôle
Facultés : - Animal Totem : ocelot
Sous forme humaine, Tobias est plus rapide, plus agile et plus fort qu'un homme ordinaire. Comme tout métamorphe, sa nature mystique lui accorde le bénéfice de la régénération cellulaire ainsi qu'une résilience naturelle aux maladies toxines.
Sous forme animale, il peut atteindre une vitesse de 50km/h, bondir sur une distance de plus de 5 mètres et sauter à une hauteur d'environ 3 mètres. Il possède une excellente vision nocturne lui procurant la possibilité de repérer le moindre mouvement dans l'obscurité. Son ouïe est remarquable, elle détecte des sons inaudibles pour des humains. L'ocelot est enfin un excellent grimpeur et très bon nageur.
Thème : I gotta feeling - The Black Eyed Peas
Cats [Tobias] 6ff8eaf70b90491863ff719240b31e98-2
Go out and smash it like oh my god
Cats [Tobias] 526905-bigthumbnail-1 Cats [Tobias] 8444a9c5a42e437505d825bbe980a3f0 Cats [Tobias] Php-Ee-Px-Yj-1

Pseudo : T-Boy
Célébrité : Timothy Granaderos
Double compte : /
Messages : 139
Date d'inscription : 14/04/2024
Crédits : FeuilleDeCarotte
Dim 2 Juin - 17:13 (#)


Cats

Je suis in love. Y a rien à faire, personne n’est aussi beau que lui. Vous avez déjà eu le coup de foudre ? C’est ce que j’ai vécu la première fois que j’ai posé mes yeux sur ce clebs. C’était une bête apeurée. Tout son corps témoignait de son malheur : ses yeux fuyants, ses oreilles déchues, ses couinements éplorés. Pour un chiot de trois mois, y a rien de normal à ça. J’ai saisi immédiatement le problème. C’était ce mec. Mais je n’y reviendrai pas, le Google Home est branché, je suis sur écoute et la suite n’est pas jolie. Parfois, je pense même que c’est pas un hasard notre rencontre. J’étais pas censé être au taf moi mais l’été est la période la plus torrentueuse pour la clinique. Et bien que je ne sois pas habilité à faire des grosses interventions ni des chirurgies comme Arch’, je suis capable de prodiguer les premiers soins et d’établir des diagnostics. Arch’ me fait confiance pour ces deux tâches même si je n’ai pas le diplôme pour, j’en ai les compétences. Ainsi il gagne du temps. Donc ce jour-là, le cousin m’appelle et me demande de lui venir en aide. Evidemment, brave gars que je suis, j’étais déjà en route à peine l’appel terminé. Non vraiment sa bouille, fallait être là pour la voir. Satan lui-même aurait craqué devant cette boule de poils. Je sais pas pourquoi Satan, j’ai pensé que ce serait le pire des cons.

Il m’a touché ce chien. Des animaux mignons Arch’ et moi on en fréquente chaque jour. Mais lui avait cette vulnérabilité. Il avait besoin de protection. Ma protection. J’étais le seul à pouvoir le sortir de cette galère. Arch’, il n’aurait pas laissé faire non plus. Je suis certain qu’il aurait fait un truc. Je sais pas comment. Mais c’était au risque de ne jamais le revoir. J’ai rien dit à Arch’ pour cette raison. Et j’ai pensé le protéger au cas où ça tournerait mal. Je ne regrette rien.

J’ai pris des jours de repos pour m’occuper de lui H-24. T’sais au début c’était vraiment galère. Il restait dans un coin. Il flippait quand je m’approchais. A chaque fois que je venais vers lui je le faisais à quatre pattes. Je me suis adapté, je ne voulais pas l’effrayer. Quand c’est lui qui venait vers moi, je le récompensais par des friandises. Ça a marché ! Au fil des jours, la confiance s’est gagnée. C’était cool. Puis, j’ai commencé à faire son éducation. Je vais pas mentir, T-Boy a été tranquille à dresser. Je pense qu’il avait une telle envie de me faire plaisir. Et puis sa race est une des plus faciles à éduquer. Les ordres basiques comme viens, assis, couché, attends, grogne, attaque, laisse, lâche, saute, high five, ça s’est fait en quelques semaines. Les ordres plus complexes comme rampe, danse, câlin, révolte, caché, mort, bain et cherche ont pris plus de temps. Mais chaque ordre appris nous a renforcé dans notre lien et confiance en l’autre.

Je m’enjaille ce matin, j’ai envie de passer du temps avec lui et de me délirer. Alors je lance notre chanson. Il connait ce son. T’inquiète qu’il est futé. Son oreille se redresse nette. Alors que je rappe sur le premier couplet, le chien tourne autour de moi, la langue pendante, les yeux me fixant. Puis vint le refrain. « Vas y T-Boy, danse ! » Shake you ass baby, shake you ass. Il twerke. T-Boy twerke, tu me crois ou pas mais il le fait. Et quand vient le refrain suivant. I’m not Scoobidoo doobidoo, doobidoobidoo, v’là qu’il se met sur ses deux pattes arrières et tourne sur lui-même en faisant des petits bonds comme moi. On est synchro. Le délire est bon, on s’éclate à danser ensemble.

Mais c’est pas pour ça que je parle de lui. T-Boy m’a fait un sale coup. Après avoir danser ensemble, je le mets au repos et je le laisse. Je me prends une douche et j’enchaîne avec un bain. La baignoire, trop petite, ne peut contenir mon corps en entier. Alors je replie le genou pour une de mes jambes alors que l’autre se laisse suspendre dans le vide par le rebord. J’ai mis la musique, je commence à me détendre. Mes yeux se ferment naturellement sous les vapeurs d’eau. Je laisse instinctivement mon bras s’allonger le long du bord et ma main l’agripper. Je lâche un bâillement, bien félin, celui qui pointe les canines comme avertissement. Je fais le vide dans ma tête, j’ai aucun mal à m’endormir malgré le manque de confort.

… Ce qui m’a réveillé. Une castration. Un chien, qui saute dans le bain, sans tenir compte que le territoire est déjà occupé. C’est un hurlement qui retentit dans la maison. Puis quelques noms d’oiseaux. Rien de glorieux. Je n’insulte jamais T-Boy. Mais là… S’il-te-plait. Pas ça. « Dégage T-Boy tu saoules ! » Et je le pousse. Le chien se tire de la salle de bain. Moi j’attrape ma virilité, tout du moins ce qu’il m’en reste, dans les mains, me repliant sur moi-même en soufflant grossièrement.  Je laisse quelques secondes, je cligne des yeux, j'ai même la larme. Pas de saignement, j’en compte toujours deux. Il a mis de l’eau partout. Je l’ai grondé. Il sait qu’il a fait une bêtise. Il est dans son panier au rez-de-chaussée. Va falloir que j’aille m’excuser, j’aime pas lui crier dessus. Pppff. Je sors de la baignoire, je mets un peignoir. Mouillé pour mouillé, je ne cherche pas à me sécher.

Au rez-de-chaussée, T-Boy est bien couché dans son panier. Il ne me regarde pas, il esquive. « T-boy… Désolé. » J’avance ma main en gage de paix la paume vers le plafond pour lui prouver que je n’ai aucune mauvaise intention. Il pose sa truffe dans le creux et je peux lui caresser la tête avec mon autre main.
Revenir en haut Aller en bas
MJ ۰ Trop de DC, pas assez de décès.
Rhys Archos
Rhys Archos
MJ ۰ Trop de DC, pas assez de décès.
L'IVRESSE SOLAIRE DU CRÉPUSCULE

Cats [Tobias] S83t

« Wild men who caught and
sang the sun in flight,
And learn, too late, they
grieved it on its way,
Do not go gentle
into that good night. »

En un mot : Émeute, Sang et Fiel
Qui es-tu ? : Sans visage, une force animale grouillant sous une peau humaine qui s'étire, trop étriquée, n'attendant que de jaillir à l'intérieur du monde pour le ravager.
Facultés :

Trouble à l'ordre public ;
Outrage à agents ;
Attentat à la pudeur ;
Violation de propriété privée ;
Ivresse sur voie publique ;
Expert du pistolet à clous ;
Vol de voitures ;
Briseur de vitrines ;
Bagarres ;
Vol de poules ;
Thème : /watch?v=L7a8hmoOsx0
SOONER OR LATER
YOUR HUMAN SIDE LOSES.
IT HAS TO

Cats [Tobias] Fdel
Cats [Tobias] Lol7
Pseudo : Chaton
Célébrité : Josh Beech
Messages : 3158
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : © Internet
Sam 8 Juin - 15:06 (#)



Un instant le chat hésite, attentif, ses oreilles tournées en direction du dernier endroit où a été aperçu T-Boy, parti en détalant à toute allure. Une perspective d'ennui mortel menace soudain l'esprit du petit félin tandis que disparaît son compagnon de jeu, le laissant seul et perché dans cette sorte de vigne courant le long du mur. Sa queue s'agite, à droite, à gauche, dans un mouvement oscillatoire machinal, à mesure que s'égrènent les secondes incertaines.

Et puis, le hurlement.

Une surprise inattendue et qui alimente cette propension coupable à la zizanie naturelle dans la tête de ce chat pas tout à fait comme les autres. Il y a même, là quelque part dans l'ether d'une solitude floue, l'esprit de Décharge qui s'éveille, ouvre un œil, attiré par le soudain afflux d'adrénaline qui pulse dans le corps de son hôte. Est-ce que c'est l'heure de la chasse ? Tous ses sens en alerte, l'instinct prédateur du métamorphe aiguise son attention pour tenter de capter les bribes de sons qui pourraient lui parvenir jusqu'au dehors, la perspective de rater ça ayant un petit arrière-goût d'inacceptable.

Le chat observe alors la scène qui se déroule sous ses yeux, le retour du canidé dépité, bientôt suivi par son maître, les deux trempés. T-Boy et T-Boy, le duo dégénéré, l'un suivant l'autre et l'autre courant après l'un sans qu'on ne sache jamais vraiment lequel était lequel dans cette hiérarchie rendue trouble par leur partage du même surnom. Quelque part, Décharge regarde ce moment de complicité entre Tobias et le berger allemand avec une pointe de nostalgie, qui se nourrie du souvenir des moments passés avec son ancienne maîtresse, Vadoma, et alimentée par les névroses de la psyché du chat surnaturel qui lui sert d'hôte en ce moment même. Il y avait, là, un moment de silence chez le félin, qui reconnaissait instinctivement l'importance du lien auquel il assistait.

Un silence de bien courte durée à avoir là sous les yeux la silhouette humaine de son compagnon de jeu. Une excitation palpable revint à la charge tandis que le félin caché dans les vignes tortillait légèrement de l'arrière-train, comme prêt à s'élancer malgré la présence impitoyable d'une vitre entre eux deux. Se démanchant un peu plus, la tête toujours à l'envers, il y eut un instant d'équilibre précaire avant que tout ne bascule et glisse.

Pouf!

Écrasant un petit massif de fleurs, disparaissant dans celui-ci, la masse informe et sombre d'un truc tombé juste là mis les sens du berger allemand en alerte maximale. La dignité féline interdisant d'admettre ce fiasco soudain, le chat émergea des plantes en sautant sur la vitre comme si tout était normal. Visiblement attaqué du ciboulot, il écrasa sa langue sur celle-ci pour provoquer T-Boy avant de s'enfuir de nouveau dans un buisson, ses yeux verts posés sur la silhouette en peignoir de Tobias, l'observant avec l'insolence naturelle des chats.

< Viens jouer >

Il n'y avait, en cet instant, que la perspective enflammée d'embarquer son semblable dans une course poursuite nocturne où n'existerait rien d'autre que la lune et la nature en cette nuit d'été. Le besoin empressé, presque primordial, d'aller au contact de cet autre qui cachait sous ses attributs d'homo sapiens une force mystique séculaire et secrète, qui résonnait en duo avec la sienne.

La plainte muette d'un désir qui ne souffrait pas d'attendre.
Abandonne, son être rugissait-il. Abandonne tout. L'humanité, la marche à deux pattes, les peaux artificielles faites de tissus et de plastiques.

Inconsciemment, il y eu ce frisson d'impatience et d'excitation qui résonnait là dans l'espace mental, sans pourtant n'être porté par aucun mot. Un quelque chose de tentateur qui envoyait balader toutes les conventions en une révolte de l'âme qui oubliait que la vraie forme de Tobias n'était pas tout à fait discrète.

Qui l'oubliait, ou qui poussait sciemment la provocation.

< Il y a plein de grenouilles dans le lac >

Des crocodiles, aussi, mais cette difficulté ne lui viendrait en tête qu'au moment où elle serait nécessaire à prendre en compte. Pour l'instant on aurait juré, l'espace d'une seconde, qu'il y avait un deuxième chat dans le reflet de la vitre. Même pose, mais différente silhouette. Impression éphémère toutefois, qui ne se saisissait pas facilement.




Adopte ces beaux scénarios !
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Tobias O'Connell
Tobias O'Connell
Cannot a Beast be tamed
Run fast for your mother, run fast for your father
Run for your children, for your sisters and brothers
Cats [Tobias] 775-63-110-1619740850442-cosplayer-site-680-1 Cats [Tobias] GH590-AFSFAG-HK13-M-0-1 Cats [Tobias] 282433-big-1

En un mot : I feel stressed out. I wanna let it go.
Qui es-tu ? : - un O'Connell, le plus jeune
- un enfant terrorisé, apeuré par son passé
- un auxiliaire vétérinaire, bras droit d'Arch', passionné par son taf
- un amateur de rap, écrivant ses propres textes
- un geek, le genre à rage quit en lançant sa manette sur l'écran
- un sportif équilibré, crossfiteur, pratiquant quotidiennement du cardio et de la muscu
- un ambianceur impétueux, toujours prêt à danser et à faire la fête
- un délinquant, un bagarreur mais un gentil
- un métamorphe nocturne, discret ne cédant aucune confiance aux étrangers
- un expert dans l'art martial du bâton, 1er Kuy dans la maîtrise du Bozendo
- un père, maître d'un berger allemand à poil long nommé T-Boy
- un drogué occasionnel qui cherche à perdre le contrôle
Facultés : - Animal Totem : ocelot
Sous forme humaine, Tobias est plus rapide, plus agile et plus fort qu'un homme ordinaire. Comme tout métamorphe, sa nature mystique lui accorde le bénéfice de la régénération cellulaire ainsi qu'une résilience naturelle aux maladies toxines.
Sous forme animale, il peut atteindre une vitesse de 50km/h, bondir sur une distance de plus de 5 mètres et sauter à une hauteur d'environ 3 mètres. Il possède une excellente vision nocturne lui procurant la possibilité de repérer le moindre mouvement dans l'obscurité. Son ouïe est remarquable, elle détecte des sons inaudibles pour des humains. L'ocelot est enfin un excellent grimpeur et très bon nageur.
Thème : I gotta feeling - The Black Eyed Peas
Cats [Tobias] 6ff8eaf70b90491863ff719240b31e98-2
Go out and smash it like oh my god
Cats [Tobias] 526905-bigthumbnail-1 Cats [Tobias] 8444a9c5a42e437505d825bbe980a3f0 Cats [Tobias] Php-Ee-Px-Yj-1

Pseudo : T-Boy
Célébrité : Timothy Granaderos
Double compte : /
Messages : 139
Date d'inscription : 14/04/2024
Crédits : FeuilleDeCarotte
Dim 23 Juin - 17:09 (#)


Cats

Paradoxe. J’aime cette autorité que j’exerce sur lui. Je suis satisfait de le voir m’obéir. Pourtant, je ne supporte pas qu’il puisse me craindre. J’ai ce sentiment horrible d’être mauvais. Et je ne veux pas qu’il puisse me voir comme une menace. Dois-je me faire craindre pour me faire respecter ? Et si mes cris ravivent chez lui des évènements du passé ? Et s’il voit en moi son ancien propriétaire ? Non, je suis différent. J’ai accès aux regrets et à la culpabilité. Je sais faire la différence entre le bien et le mal. Mon énervement, aussi franc soit-il, est en réaction à une peur et une douleur. Je n’ai pas agi de sang-froid. Ce sont des limites à construire, des limites tangibles pour lui. Ne saute pas dans la baignoire quand j’y suis sinon papa se fâche. Je peux me remettre en question, c’est sain pour lui, mais je dois surtout croire en moi et ne pas douter à chaque fois. Si je n’ai pas confiance en moi, comment lui le pourrait-il ?

Effleurant son crâne du bout des doigts, j’exerce à la suite une délicate pression sur sa truffe avec le majeur. Je lui fais un clin d’œil, ça, il ne sait pas ce que cela veut dire, je le fais juste pour la forme. Je me lève, lui faisant un signe de main très bref lui indiquant qu’il peut sortir du panier s’il le souhaite. Mais l’attention de T-Boy se concentre ailleurs et d’un mouvement sec ses oreilles se dressent sur le côté. Je reconnais là le signe d’un son que lui seul peut entendre. Il se met en garde et se dirige vers une des fenêtres du salon. Trois secondes plus tard, un chat apparaît. Ce con lèche la vitre ; moi qui les ai nettoyées le weekend dernier. T-Boy s’agite et grogne, il n’aime pas les intrus, encore moins les quadrupèdes indésirés. « T-Boy. » Il me regarde et je lui indique de s’assoir et de ne pas bouger. Cette frustration, c’est beaucoup lui demander mais il réussit l’exercice sans difficulté. Le chat déguerpit d’un saut. < Viens jouer > Le détail m’ayant échappé au premier regard, cette pensée incrustant ma tête sans y être invitée me rappelle que Rhys possède ce pouvoir de télépathie par ce collier enchanté. « Putain Rhys. » Tu fais chier. Je déteste que tu ramènes cet objet maléfique chez moi et j’aime encore moins te savoir avec. Je n’ai aucune confiance dans ces enchantements et j’ai peur de ce que tu devras payer pour abuser de ce pouvoir car j’en suis persuadé, quelqu’un réclamera une dette et tu ne vois pas le prix augmenter.

Enfin, le temps n’est pas au pessimisme. Rhys – Décharge, cherche un compagnon de jeu. Et depuis quelques temps, c’est en moi qu’il place ses désirs de récréation. C’est plutôt cool en fait, cette insouciance de liberté. Tous les jours, nous faisons l’effort de nous adapter. Ça saoule de devoir être comme ça – bien que je ne crache pas sur le corps qui m’ait été attribué à la naissance. Alors, il sait que je vais le suivre, c’est joué d’avance. Rien n’est pipé. « T-boy, tu gardes la maison bébé. » J’embrasse son crâne lui tenant la mâchoire et le contraignant à subir un baiser qu’il ne comprend pas comme un geste d’affection mais comme une bizarrerie humaine et je le quitte aussitôt. Je sors par la baie vitrée de derrière. Aucun risque d’être surpris, mais je préfère que T-Boy ne me voit pas me métamorphoser. Alors je glisse sur le côté, le chat se tenant à plusieurs mètres au loin, prêt à s’échapper au moindre rapprochement dans sa direction. Je fais tomber mon peignoir, prêt à sacrifier mon corps à la lune.

Cette cellule que je déverrouille invite l’instinct animal à prendre vie. Mon visage est le premier membre à subir une transformation. Mes oreilles s’arrondissent, de l’épiderme s’éveillent des poils alors que mes iris jaunissent au même instant. Pendant que ma perception du monde se bouleverse progressivement, ma tête prend les caractéristiques du félin. Mon corps rétrécit me contraignant à me tenir en levrette comme une épouse dans un club échangiste - je sais pas d'où ça vient mais c'est cadeau. Mes bras comme mes jambes, deviennent des pattes courtes munies de pieds touffus. Mon corps se recouvre de poils ras et bientôt le rose de la peau se change en une robe couleur ocre tachetée d’ocelles sur l’ensemble du corps.

Il n’est plus humain. Il est félin. Il n’est plus un être doué de réflexion. Il est bestial et prédateur, sauvage et chasseur. Et il observe cette petite peste devant lui avec laquelle il a envie de faire un bras de fer. Son corps est un peu plus imposant, mais il est tout aussi agile et bien plus rapide. Ses pates se replient sur elles-mêmes. Il attend, prêt à bondir à tout moment mais surtout au moindre mouvement de son cousin. Des grenouilles, il s’amusera avec c’est certain mais dans l’attente de les trouver, il prend pour cible le seul être qu’il perçoit. La question est la suivante : ce gros chat est-il en train de jouer ou de chasser… ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tobias O'Connell (+ 1 318-928-5183)
» Tobias - Métamorphe à la dérive [Terminée]
» Le flic et le bagarreur [Ciàran Moore/Tobias O'Connell]
» La cliente et le voleur [Théa Miller/Tobias O'Connell]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: