Le Deal du moment : -71%
RUSSELL Bureau console droit 2 tiroirs en maille rotin ...
Voir le deal
49.99 €

Phoenix Street Building

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Forgive me, Father, for I am sin
L'impératrice
L'impératrice
Forgive me, Father, for I am sin
SINFUL

Phoenix Street Building O422ctq
En un mot : Righteous cross
Thème : Dies iræ
WHAT HAVE WE DONE
Phoenix Street Building REjIVMI
Messages : 456
Date d'inscription : 24/03/2017
Jeu 8 Oct - 21:59 (#)

Phoenix Street Building
Tous tes amis sont faux. Tous tes ennemis sont vrais.
Description

L'HISTORIQUE.

Un petit cartel implanté aux abords de Phoenix. Une trentaine de gagneuses, une poignée de loubards aussi doués de leurs mains en mécanique que pour distribuer des torgnoles. C'est ainsi que tout a commencé, sous l'égide de Miguel De Castro. Pendant plus de quinze ans, le gang a imposé sa présence et relative hégémonie, se bornant à établir un commerce basé sur la prostitution ainsi que quelques trafics excluant les circuits de drogues dures. Cependant, la fin des années 2000 a vu quelques bandes rivales tenter leur chance à leur tour, marchant sur les platebandes déjà établies. Le parrain vieillissant devine sa fin proche, et craint qu'elle ne coïncide avec celle de leur groupe, comprenant dès lors que quelques-uns envisagent déjà de passer dans le camp adverse. Après avoir sommairement formé et préparé son neveu Sanford R. De Castro pour lui permettre de reprendre les rênes, il décède en 2013, taraudé d'abandonner son héritage dans de telles circonstances. Les années suivantes voient la situation péricliter, au point que les affrontements augmentent en violence, jusqu'à l'irréparable. Forcés de s'exiler et de quitter l'Arizona, ce qui reste du cartel (une dizaine de filles, trois hommes de main et Sanford lui-même), abandonne tout derrière eux pour se diriger vers l'est, en quête d'un refuge plus accueillant. Maria Parado et Erynn Driscoll font partie du voyage.

SITUATION ET DÉVELOPPEMENT.

À quelques pas du Shreveport Canal et de sa zone de non-droit, se plante un building autrefois propriété de l'État de Louisiane. En 2018, c'est une bouchée de pain qu'il rachète les lieux à une municipalité trop heureuse de s'épargner ainsi une démolition coûteuse dans un quartier peu amène aux travaux délicats. Sanford y installe ce qu'il reste des troupes, dans l'idée initiale de disposer d'un QG bien placé, idéal pour permettre à ses filles de se répandre dans les rues adjacentes pour y vendre leurs charmes. A partir de décembre, il s'enhardit à recruter Zach Solfarelli, un second homme de main pour soutenir les gardes de Gabriel Renales, ainsi que quelques filles supplémentaires, dont Sumire Matsuhime. Manoeuvrant prudemment, préférant tarder à augmenter les effectifs afin de conserver la cohésion du groupe qu'il estime primordiale, ce n'est qu'à partir de janvier 2020 qu'il se décide à recruter de nouveau, avec plus de conviction. Aujourd'hui, son écurie s'élève à 26 filles pour 5 hommes de main.

SERVICES PROPOSÉS.

On ne va pas vous faire un dessin. Tous les services sexuels tarifés habituels sont à la discrétion du client et à l'acceptation de la fleur des pavés. Les filles fixent leurs prix, leurs conditions et les pratiques qu'elles cautionnent, mais tous n'auront pas la chance d'en profiter. Si le patron préfère classer l'aspect "surnaturel" de l'environnement dans la catégorie des sujets tabous comme la religion et la politique, il n'y a que pour une seule race qu'il se montrera intolérant : pas un vampire n'est autorisé à franchir l'enceinte des lieux. Si ses filles veulent offrir leur gorge à un suceur de sang, elles devront le faire en-dehors de leurs heures de travail, et certainement pas dans l'immeuble qui leur est réservé.

DESCRIPTION DES LIEUX.

L'entrée est discrète. Pas de néons rouges tapageurs, pas d'enseigne rutilantes. Juste du bouche à oreille, dont est issu jusqu'au nom de l'endroit. Les rumeurs ont fuité, racontant une provenance de l'Ouest américain, jusqu'à transformer le bâtiment en un Phoenix miniature. Les talons des filles latinos se mêlent aux pigments asiatiques, aux peaux sombres des noires ou créoles, ainsi qu'à l'accent de l'est, tout droit venu d'Europe. On ne s'attarde pas dans le hall quasi-désert, et seul l'ascenseur mérite une pleine attention.

1er étage : Les cuisines des filles. Salles communes et espaces de vie, réservés à leur seul bon plaisir. C'est bien Maria qui supervise l'intendance afin de veiller à ce que les frigos demeurent pleins et l'ensemble propre.
2ème étage : Le lupanar. Les salons aménagés pour que profitent les clients en toute tranquillité, seuls ou à plusieurs ; imagerie ancienne héritée des bordels du Vieux continent.
3ème, 4ème et 5ème étages : Les chambres des filles : aménagées pour être leur cocon privilégié ou pour recevoir et effectuer leurs passes, le boss les laisse libre de les décorer comme elles l'entendent.
6ème étage : Les chambres disponibles sont encore vides, hormis celle accueillant les appartements de Gabriel Renales. Mais c'est également là que le bureau du patron est installé.  
7ème, 8ème et combles faisant office de 9ème étage : Abandonnés, ils serviront lorsque les filles auront investi chaque pièce en contrebas, ce qui est encore bien loin d'être le cas.
Une cour dissimulée aux passants depuis la rue voit les quelques véhicules du gang stationnés là, propice aux pauses clopes et à l'installation d'un abri faisant office de garage, comme s'il s'agissait de retrouver les bons vieux repères d'autrefois.



The Mother who reigns over the bounty of nature and the rhythms of the Earth. The Crone that brings us death and the end of the cycle. She is now the Winter-time of our life.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: