Le Deal du moment :
PC portable MEDION AKOYA E15423 15,6″ FHD ( ...
Voir le deal
249.99 €

Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
When witches don't fight, we burn
Naya Cahann
Naya Cahann
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Petit feu follet
Qui es-tu ? : A venir
Facultés : ☽ Maitrise de la kinésie - capable de manipuler les flammes entre les paumes de ses mains, de modifier leur intensité // sensation d'étouffement, manque d'oxygène en cas de manipulation trop abusive.

☽ Lecture des auras - capable de reconnaitre Humains, outres et arcanistes. Perception des auras vampiriques et thérianthropes mais sans pouvoir réellement les reconnaître.

☽ Température corporelle au-dessus de la moyenne - en apprentissage pour canaliser cette chaleur et soigner les gens.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  9284433-kitchen-witch-quote-tea-towel-by-anda
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Sadie Sink
Double compte : Samuel Miller
Messages : 159
Date d'inscription : 16/05/2023
Crédits : Shereen
Lun 19 Juin - 8:59 (#)


15 décembre 2021 - 14h00.
Ft. Anaïs, Isalin & Ren.

Mes ongles tapotent nerveusement sur la table, alors que j’ai même pas touché à mon milkshake. C’est dire dans quel état de nerfs je suis en ce moment. A chaque fois que j’ai un message ou – pire encore – à chaque fois que l’un d’eux met un peu de temps à répondre, c’est panique à bord. C’est comme si les astres s’étaient ligués pour que tout parte en vrille en même temps.

… remarquez, quand on y pense, on devrait ptet vérifier l’alignement des astres, ce serait une piste comme une autre. Et au point où on en est, autant dire que les étoiles seraient un moindre mal ou, en tout cas, une explication presque acceptable à tout ce qui se passe. Je préfère carrément ça à l’idée que les gens pètent les plombs sans raison ou que la raison soit plus… palpable. Je sais pas trop si je suis claire mais, forcément, j’ai des réminiscences d’Halloween qui me reviennent et qui me rappellent surtout à quel point tout peut basculer sans qu’on puisse y faire quoi que ce soit.

Alors, qu’est-ce que je fous là, dans ce diner’s pas terrible mais pas loin des bâtiments de la fac pour qu’il soit facile d’accès pour tout le monde ? Je pourrais être en train de bosser avec Granny pour devenir plus forte, pour contrôler davantage mes pouvoirs. Je pourrais potasser des bouquins, que ce soit chez moi où à l’Eglise Wiccane pour engranger un max d’infos. Mais il y a encore plus important que tout ça. Ce sont mes amis.

Ouais, ouais, moi non plus j’pensais pas dire ça un jour. Je pensais pas avoir des gens qui seraient devenus importants pour moi comme ça. A part Ren bien sûr, mais lui ça commence à faire quelques années. Et, on va pas se mentir, il est à peu près aussi bizarre que moi. L’expression qui se ressemble s’assemble a jamais été réelle nous concernant. Alors ouais, en voyant comment j’ai fini le lycée, je me suis dit que des amis, j’en aurais pas vraiment. Et puis y a eu Zoey, contre toutes attentes, surtout la mienne. Et ces derniers mois, y a eu Anaïs. Et puis Isalin.

… autant dire que je m’attendais pas vraiment à ça. Si je me suis toujours moquée de ce que les autres pouvaient penser de moi, d’être entourée ou pas, c’est ptet juste que j’avais pas rencontré les bonnes personnes au final. Et je sais qu’on se connait pas encore trop bien, que je m’enflamme ptet un peu – notez le jeu de mots de qualité quand même – pour autant, j’ai pas envie qu’il leur arrive des trucs. Et je suis donc méga inquiète. Entre Ren qui a vu son boulot prendre feu – au sens littéral, Anaïs et Isalin qui se sont sacrément faites emmerder, forcément, ça laisse trop de place à l’imagination et à tout ce qui pourrait mal se passer.

Si les choses se sont un peu décantées, si j’ai pu croiser Isa’ et Ren, je me suis dit que ce serait bien de… je sais pas trop en fait. Brainstormer ensemble sur ce qui se passe ? Dans le genre l’union fait la force ou un truc probablement tout aussi con mais dont j’ai… besoin en fait. Tout simplement. C’est pour ça que je leur ai proposé de me rejoindre ici. Sans trop savoir si tout le monde viendra ou pas.

… ptet que ça me rend un peu nerveuse aussi. Accessoirement.

Et c’est dans un soupir que je laisse tomber ma tête contre la table, mon front posé sur la carte plastifiée du resto, alors que je m’efforce d’arrêter de regarder l’entrée et de me demander s’ils vont venir ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Isalín Lokisdóttir
Isalín Lokisdóttir
That kid you called a weirdo
You're a part of the dawn...

En un mot : ❅ fleur hivernale ❅
Qui es-tu ? : ❅ Née en octobre 2004, elle est encore dans ce drôle de monde qu'est l'adolescence;
❅ Cheveux sombres et yeux de jade, visage en cœur, petite bouche charnue et taches de son, voilà le mélange de ce visage un peu atypique. C’est aussi une silhouette athlétique d’1m64 pour 52 kg.
❅ Depuis toute petite, elle s'entraine pour être patineuse Olympique. Médaillée d'argent au championnat des USA et sacrée première à la grande coupe des quatre continents, son rêve s'effondre en 2021 à cause de ses dons.
❅ Cherche désormais sa voie en tant que personne et en tant qu'Outre.
❅ Vit avec sa cousine Sofia et Elizabeth.
Facultés : ❅ Élémentaliste de l'eau dont le pouvoir se manifeste actuellement essentiellement autour de la glace.

❅ Don principal : kinésie de la glace. Isalín peut givrer l'eau et les surfaces humides ou déformer sommairement une étendue de glace.
Fonctionne dans un rayon de 2m, le contact aide beaucoup
❅ Don secondaire : résistance accrue au froid.

❅ Les bienfaits d'avoir grandi dans un monde bilingue font qu'elle n'a pas d'accent quand elle parle anglais, mais il lui arrive de buter sur le vocabulaire.

❅ C'est une athlète de haut niveau, elle est donc plus robuste et endurante qu'une adolescente lambda du même âge. Son sport l'a rendue aussi particulièrement souple et agile.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  8k10
... when the light comes from the dark

Pseudo : Isalín Lokisdóttir
Célébrité : Alice Pagani
Double compte : Myrtle & Orihime
Messages : 131
Date d'inscription : 04/04/2023
Crédits : Wild avatar
Lun 19 Juin - 22:59 (#)

Elle crève de chaud. La faute à son accoutrement qu’elle imagine un poil ridicule, supposé lui permettre de passer inaperçue. Isalín a posé sur son nez une paire de lunettes solaires aux verres énormes, coincé son crâne dans un chapeau capeline noir et enfilé sa large doudoune hivernale – celle qu’elle n’a pas réutilisée depuis sa compétition bafouée en Suède. On ne peut pas dire que ce manteau soit adapté au climat de la Louisiane, même en décembre, mais l’adolescente se méfie de chaque sortie depuis une dizaine de jours. Outre le fait d’avoir été suivie plusieurs fois et d’avoir reçu des animaux morts – quand ça n’a pas été une pierre – elle essuie aussi des menaces de morts sur les réseaux sociaux. Son compte instagram, bien qu’à l’abandon depuis le mois de mars, croule sous les messages de faux comptes lui souhaitant substantiellement de finir sur un bûcher. Jusque-là, elle n’a parlé de la violence et la quantité de ces propos qu’à Naya. Sofia l’enfermerait à double tour dans sa chambre, sa mère serait capable de venir la chercher elle-même pour la traîner au pays et Maeve a d’autres problèmes. L’Islandaise n’a pas non plus osé déranger Lucy ou Odelia, parce que… bref, c’est comme ça. Elles peuvent sans doute pas comprendre. Il faut le vivre pour savoir à quel point elle est déboussolée actuellement. Sa vie part en sucette, c’est avéré. Dieu a plutôt intérêt à ne pas exister, parce que si oui, c'est un sacré con.

- Yo.

Elle vient d’arriver à destination et se faxe sur la banquette en face de son amie aux cheveux enflammés, dont le front embrasse actuellement la carte du resto. Son sac atterri entre ses jambes, rempli d’une gourde d’eau, de son portefeuille, de ses clefs et de son téléphone. Le strict minimum, pour ne pas être trop encombrée si elle doit se barrer en courant. Isalín jette un coup d’œil circulaire au dinner et, jugeant que personne n’a une tête de psychopathe tueur d’Outre, elle se redresse pour ôter son déguisement.

- J’en peux plus de ces trucs !

Le tout est largué nonchalamment à côté d’elle, puis elle tire sur le col de son crop top pour brasser de l’air. Sa frange masque son front mais par intermittence, on peut apercevoir les restes du bleu qui violace sa tempe, là où elle a reçu un projectile quelques jours auparavant. Toutefois, un sourire illumine son visage ivoirin constellé de discrètes taches brunes. Elle est contente de voir Naya.

- Ça va d’puis la dernière fois ? Moi j’reçois plus qu’des DM, on m’a un peu lâché la grappe dans la rue j’crois…ou alors j’fais même plus gaffe, c’qui serait grave, elle hausse les épaules, creusant ses méninges en temps réel. J’le sens quand même pas trop…

Peut-être est-ce pessimiste, mais ça lui semblerait bizarre que ses détracteurs laissent brusquement tomber. Surtout maintenant. Les révélations de début de mois ont braqué les projecteurs sur un supposé trafic de sang, et notamment sur les vampires, mais les arcanistes ne sont pas épargnés pour autant. Et qu’elle le veuille ou non, Isalín est associée à cette grande famille de pratiquants. Et plus que jamais cette dernière semaine, difficile de faire le tri dans toutes les inepties qui inondent le net.

- On attend des gens ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mar 20 Juin - 11:17 (#)

Il glisse son téléphone dans sa poche, bondit de son lit et retourne son appartement pour trouver ce qu'il faut avant de sortir. Une casquette, qu'il enfonce sur sa tête, cheveux noué en queue de cheval. Des lunettes de repos – anti-lumière bleue – posées sur son nez, il enfile une tenue complètement passe-partout – et autant dire que ça ne lui ressemble pas – et un long manteau gris. Dans la poche, bombe au poivre, petit couteau, même si don peut lui servir, s'il se retrouve au cœur d'une foule, il préfère pas. Sans même que sa nature ait été dévoilée au grand jour, il se retrouve dans la sauve, alors autant pas tenter le diable.


Un instant, il demeure sur le pas de sa porte. Ça fait des jours qu'il a pas mit un pied dehors. Ses réserves de bouffe sont à plat, il tient grâce à Naya qui dépose de temps en temps des gamelles préparées par Granny avec amour.


Le froid lui mord la peau dès qu'il met un pied dehors. Aussitôt, ses prunelles fouillent la rue à la recherche de journalistes, policiers ou autre, et une fois sûr d'être incognito, ses jambes s'activent. Il traverse les rues à grandes enjambées, un casque sur la tête mais aucune musique, les sens en alerte. Autour de lui, les sons des corps, qui lui vrillent le cerveau, conséquence d'un isolement trop prolongé.


Trente minutes de marche rapide, et il débarque dans le Diner's indiqué par Naya, la repère sans mal pile à l'instant où une brunette aux cheveux courts qu'il ne connaît pas s'installe. Nouvelle hésitation. Il n'aime pas trop l'idée de rencontrer de nouvelles personnes, mais ... il fait confiance à son amie. Ironique sachant qu'il ne lui a jamais parlé de son propre don, mais ... il essaie de se dire que c'est pour la protéger. Y'a qu'à voir comment Anaïs doit encaisser quand il est en crise pour savoir que c'est loin d'être un cadeau, pour personne.


Hey, souffle-t-il en se posant à côté de la rouquine. Comment tu vas ?


Ses bras passent autour de ses épaules dans une longue étreinte pleine de soulagement. Il est réellement content de la voir saine et sauve et de pouvoir enfin se poser un peu avec elle.
Ses yeux se dardent ensuite sur l'inconnue tandis qu'il retire son manteau. Au moins, c'est une jeune aussi. Toujours plus rassurant que de grands adultes.


Salut. Ren, se présente-t-il spontanément avec un sourire. Puis, à Naya. D'autres personnes doivent arriver ?


Une part de lui se retrouve tendue d'être ici. Une part horrible de lui l'est car il est avec Naya, bien connue comme étant une jeune arcaniste. Cette fille en face de lui ? Sûrement l'est-elle aussi. Il sait qu'il a finalement bien sa place avec eux, mais ... il aurait aimé ne pas en être. Être normal. Sûrement par pure lâcheté, même.

T'es sûr que c'est une bonne idée de se retrouver dans un endroit public comme ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Mar 20 Juin - 15:13 (#)

Anaïs illustration

Cette période était synonyme de célébration et de joie, fut un temps. Elle aurait dû l’être cette année, elle était bien partie pour avant que tout ne parte en roue libre. Mon cœur aurait dû être léger, pleines de pensées bien loin de celles qui m’assaillent dès l’instant où je ne fais que jeter un regard vers l’extérieur. Le froid porté par le vent semble presque chaleureux comparé à la froideur implacable qui semble avoir envahi la ville. On parle d’agressions, de menaces, de chasse même. Tout est en train de partir en couille et personne ne semble comprendre d’où vient la menace. Police et hôpitaux débordés pendant une semaine et depuis, le calme a presque décidé de s’installer de nouveau.

Le calme avant la tempête.

Je n’arrête pas de me faire cette foutue réflexion, mais c’est comme pour Halloween. La ville retient son souffle en attendant l’orage et c’est presque indécent d’essayer de continuer sa vie comme si de rien n’était. En tout cas on me l’a assez répété. Heidi, en particulier, n’était pas très enthousiaste à l’idée que je quitte le manoir pour retourner en cours. Mais j’en ai marre de rester cachée. J’en ai marre d’agir comme une pauvre dinde apeurée et de mettre ma vie de côté à cause de quelques illuminés persuadés d’agir au nom de la justice, ou de leur dieu ou de toute autre excuse débile qu’ils peuvent bien se trouver pour avoir bonne conscience le soir. Je refuse de les laisser gagner. Qu’ils aillent se faire foutre. Qu’ils osent venir me faire chier, et on verra s’ils font toujours les malins quand ils commenceront à pisser le sang par tous les orifices. S’ils n’ont aucune morale, je vais certainement pas en avoir en ce qui les concerne. Pas après tout ce qu’il s’est passé. je soupire en entendant ma mère au téléphone me demander encore si je vais bien.

- Oui M’man, je te l’ai dit, je vais bien. Oui je suis sûre…  Je sais pas encore pour le réveillon, ça dépend pas que de moi… Ouais alors m’annoncer qu’elle vient c’est pour me dire de pas venir c’est ça ? Quoi ? elle est odieuse avec moi ! Tu sais très bien pourquoi M’man… Faut que j’y aille, j’ai rendez-vous et je vais finir par être en retard. Moi aussi je t’embrasse. Bisous à Quentin et papa. Oui je t’appelle demain, promis.

Je lève les yeux au ciel en écoutant ma mère rabâcher pour au moins la vingt-cinquième fois, que je devrais rentrer pour les fêtes et m’éloigner un temps. Elle est complètement paniquée depuis que les médias ont encore plus grossi le climat qui règne en ville. A croire que la ville est à feu et à sang et que des gens se font abattre en pleine rue. Enfin après ce qui est arrivé au Voodoo… Coupée du monde pendant une semaine et voilà que j’apprends ce genre de trucs en écoutant par hasard une conversation dans les couloirs de la fac. Ren m’a assuré qu’il allait bien par message, mais après Naya, j’irai lui rendre une petite visite histoire de voir s’il est pas en train de virer psychopathe avec tout ce qu’il se passe et son don qui est toujours aussi foireux. Et en plus j’ai une bonne nouvelle pour lui… en quelque sorte.

Raccrochant finalement, je me hâte de sortir du bâtiment et de filer vers le diner’s que Naya m’a communiqué un peu plus tôt. A vrai dire je ne sais pas trop de quoi elle veut qu’on parle. Et vu le climat ambiant, c’est un coup à attirer l’attention si des Eveillés clairement repérés commencent à se regrouper. Le coup du message sur ma porte n’est pas passé inaperçu dans mon immeuble et les messes basses ont suivi mon retour avec application. Il est sacrément temps que je déménage. Zach et Sumire voguent le parfait amour et ont droit à leur intimité et j’ai vraiment plus envie de voir ce trou dans la porte chaque fois que je pose les yeux dessus. Encore une chose à faire dans la longue liste des conséquences foireuses de ce qui est en train de se passer.

Même Daphné a décidé d’être pénible quand je lui ai annoncé où j’étais et ce qu’il s’était passé. C’est la même chose que lorsqu’elle m’avait passé un savon concernant le bijou magique. Elle n’a que son point de vue, sans essayer une seule seconde de se mettre à ma place et de prendre en compte la situation. Si la dernière fois je pouvais admettre que j’aurais pu être plus prudente, celle fois, c’est quand même me mettre des trucs gratuitement sur le dos sans aucune raison. Elle m’a déjà promis une discussion et je sens que ça être sacrément plus violent que la dernière fois… Rien que d’y penser, je regrette de tout simplement lui en avoir parlé. Un comble alors que je voulais lui assurer que tout allait bien. J’ai bien fait, tiens…

Je suis salement sur les nerfs avec toutes ces conneries.

En poussant la porte du restaurant, sur les coups de 14h, je m’attendais à repérer aisément la chevelure de Naya au milieu des autres, mais je ne m’attendais clairement pas à voir Ren à ses côtés. Surprise que ces deux-là se connaissent, j’en manque presque qu’il y a une autre personne aux cheveux sombres assise en face d’eux. La fameuse amie de Naya ? Sans doute ; un sacré rassemblement d’Eveillés si c’est le cas. Pas forcément l’idée du siècle dans les circonstances actuelles, mais elle doit être aussi remontée que moi, la Naya. Je m’approche de la table et attire leur attention en m’arrêtant à leur niveau.

- Je savais pas que vous vous connaissiez tous les deux ! Bande de cachotiers. Je vous demande pas si ça va, on sait tous que c'est pas la joie en ce moment.

Je m’installe à côté de l’inconnue aux cheveux sombres et la salue d’un sourire.

- Anaïs. Je t’en veux pas si tu massacres mon prénom, les gens arrivent rarement à le dire correctement du premier coup.

Je fais glisser ma veste de mes épaules et rentre mon amulette sous mon t-Shirt avant de hausser un sourcil en direction de Naya.

- Alors ? Pourquoi on est tous là ? Enfin, si on est vraiment tous là.


Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Naya Cahann
Naya Cahann
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Petit feu follet
Qui es-tu ? : A venir
Facultés : ☽ Maitrise de la kinésie - capable de manipuler les flammes entre les paumes de ses mains, de modifier leur intensité // sensation d'étouffement, manque d'oxygène en cas de manipulation trop abusive.

☽ Lecture des auras - capable de reconnaitre Humains, outres et arcanistes. Perception des auras vampiriques et thérianthropes mais sans pouvoir réellement les reconnaître.

☽ Température corporelle au-dessus de la moyenne - en apprentissage pour canaliser cette chaleur et soigner les gens.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  9284433-kitchen-witch-quote-tea-towel-by-anda
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Sadie Sink
Double compte : Samuel Miller
Messages : 159
Date d'inscription : 16/05/2023
Crédits : Shereen
Sam 24 Juin - 20:57 (#)

Je laisse échapper un profond soupir de soulagement quand je vois Isa’ s’installer devant moi. Pour autant, ça m’empêche pas de froncer les sourcils en voyant la marque sur son front. « Tu continues de mettre de la crème dessus ? » Soufflé, après les salutations d’usage avant de grimacer en voyant tout son attirail à côté d’elle. « Tu crois vraiment que ça fonctionne ? » Question rhétorique, j’ai l’impression qu’il y aura rien pour les empêcher de nous trouver s’ils le veulent. De qui j’parle ? Aucune idée. De ces connards qui veulent pas des gens comme nous, ou un truc du genre.

J’ai un haussement d’épaules à sa question, plutôt soulagée de savoir qu’on arrête de la faire chier dans la rue. C’est déjà ça. « Ils ont taggué quelques murs sur les résidences du campus. Comme de par hasard, des résidences où y avait des CESS. Mais c’est pas allé plus loin. J’ai réussi à convaincre les parents de pas rentrer à la maison, c’est déjà ça. » Un hochement de tête à sa question, alors que Ren m’empêche d’en dire plus.

J’ai un large sourire alors que j’examine mon meilleur ami avec attention, m’assurant qu’il va bien malgré tout ce qui a pu se passer. « Ca va, t’en fais pas. » Je lui rends son étreinte et je peux pas m’empêcher de laisser filer une moue à sa remarque. Lui craint rien, en théorie. Enfin, si on omet le fait qu’on a foutu le feu à son lieu de travail quoi. Jamais été aussi soulagée qu’il ait pas été en train de bosser ou je sais pas quoi là-bas. « Qu’on se retrouve en public ou pas comme tu dis, ça change pas grand-chose en vrai. » J’ai quand même un froncement de sourcils, incapable de filtrer le reste de mes paroles. « Pis si t’as trop la trouille, t’as qu’à rentrer, j’oblige personne à rester. » Je sais pas si c’est parce qu’il se sent pas concerné ou s’il y a autre chose, mais j’avoue que je m’attendais pas à ça venant de lui.

Anaïs finit par arriver et je lève un sourcil, perplexe, quand elle regarde Ren. « Ah, vous vous connaissez ? Cool. » Ca me rend curieuse, forcément, mais je laisse ça dans un coin pour le moment avant de prendre une grande inspiration. « Ouais, tout le monde est là. Enfin, les gens que j’ai envie de voir. » J’ai une hésitation, cherchant mes mots un instant. « Vous… vous êtes devenus importants pour moi ces derniers temps. J’ai jamais eu beaucoup d’amis et je tiens à vous. » Histoire de poser un peu le truc quoi. « Sauf que j’aime pas l’idée qu’on vous emmerde. Et ces derniers temps, c’est… trop. Il se passe trop de trucs et je m’inquiète pour vous. » Perso, je me démerde pour le moment, probablement parce que je fais totalement confiance à mes parents et à Granny pour gérer en cas de soucis. Ptet que je me repose trop sur eux d’ailleurs, mais ça, j’y penserais aussi plus tard. « Et… je me dis que c’est important que… enfin, je sais que je peux compter sur chacun de vous. Que je vous fais confiance. Et je me suis dit que c’était bien que vous vous connaissiez avant tout. » Même si c’était déjà le cas pour Ren et Anaïs donc. « Et… enfin… on est pas plus cons que les autres, on est débrouillards. Et ptet on pourrait essayer de trouver des infos pour savoir qui fait tout ça. » Si on peut éviter de trop se faire materner aussi en cours de route, ce serait pas plus mal. Ouais, ouais, je sais que c’est paradoxal avec le fait que je me repose trop sur ma famille, mais bon, ça se saurait si j’étais totalement logique.
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Isalín Lokisdóttir
Isalín Lokisdóttir
That kid you called a weirdo
You're a part of the dawn...

En un mot : ❅ fleur hivernale ❅
Qui es-tu ? : ❅ Née en octobre 2004, elle est encore dans ce drôle de monde qu'est l'adolescence;
❅ Cheveux sombres et yeux de jade, visage en cœur, petite bouche charnue et taches de son, voilà le mélange de ce visage un peu atypique. C’est aussi une silhouette athlétique d’1m64 pour 52 kg.
❅ Depuis toute petite, elle s'entraine pour être patineuse Olympique. Médaillée d'argent au championnat des USA et sacrée première à la grande coupe des quatre continents, son rêve s'effondre en 2021 à cause de ses dons.
❅ Cherche désormais sa voie en tant que personne et en tant qu'Outre.
❅ Vit avec sa cousine Sofia et Elizabeth.
Facultés : ❅ Élémentaliste de l'eau dont le pouvoir se manifeste actuellement essentiellement autour de la glace.

❅ Don principal : kinésie de la glace. Isalín peut givrer l'eau et les surfaces humides ou déformer sommairement une étendue de glace.
Fonctionne dans un rayon de 2m, le contact aide beaucoup
❅ Don secondaire : résistance accrue au froid.

❅ Les bienfaits d'avoir grandi dans un monde bilingue font qu'elle n'a pas d'accent quand elle parle anglais, mais il lui arrive de buter sur le vocabulaire.

❅ C'est une athlète de haut niveau, elle est donc plus robuste et endurante qu'une adolescente lambda du même âge. Son sport l'a rendue aussi particulièrement souple et agile.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  8k10
... when the light comes from the dark

Pseudo : Isalín Lokisdóttir
Célébrité : Alice Pagani
Double compte : Myrtle & Orihime
Messages : 131
Date d'inscription : 04/04/2023
Crédits : Wild avatar
Sam 24 Juin - 22:19 (#)

Isalín a hoché les épaules. Est-ce que son accoutrement est utile ? Il est probable que non. Mais s’il y a 5% de chance que ça fonctionne, c’est toujours ça ! La situation en est au même point pour la rouquine, ce qui arrache une grimace à son amie. La sensation d’être vue comme une pestiférée n’est vraiment pas agréable. C’est quoi l’étape d’après ? Couper la société en deux entre les CESS et les autres ?

Elles n’ont pas le temps d’en débattre à deux car un garçon débarque à son tour et salut Naya d’une étreinte. Plutôt mignon ne peut s’empêcher de relever son cerveau adolescent, en dépit de son couvre-chef et de sa paire de lunettes. Lui aussi cherche à passer incognito ? Ou bien il suit son propre code de la mode, et y’a rien de mal à ça ! L’Islandaise donnerait sans doute des cauchemars à un styliste avec certaines de ses tenues.

- Isalín, se présente-t-elle en rougissant – il lui a parlé !

C’est pas tellement qu’elle est timide, mais sa vie l’a peu habituée aux nouvelles rencontres – et notamment aux garçons. Ses doigts passent nerveusement dans sa chevelure, tout son corps la démange, elle ne sait plus comment se tenir. Fort heureusement, l’arrivée d’une quatrième personne la sauve de l’embarras. Anaïs. Ça la fait sourire qu’elle précise que ce n’est pas grave si elle écorche son prénom : elles ont le même problème !

- J’m’appelle Isalín, répond-t-elle dans sa langue natale, c’est-à-dire quelque chose qui ressemble à Essaline, avec ce drôle d’accent qui ne se trouve nulle part ailleurs. Et j’crois aussi qu’vus les gens qui nous cherchent déjà des emmerdes, qu’on s’réunisse ou non change pas grand-chose…

Ça, c’est pour soutenir sa pote devant le scepticisme de Ren. Elle espère qu’il va pas se vexer et rester quand même ! Qu’importe, ça passe au second plan pendant que Naya leur déclare sa flamme. L’Islandaise vire carrément à l’écarlate, totalement néophyte face à ce genre d’effusion. Sa jeunesse rythmée par le sport de haut niveau ne lui a laissé que peu de temps pour les amitiés solides. Elle ressent des picotements dans ses joues, et dans ses mains, et dans tous ses membres en fait. La jeune femme se réfugie momentanément derrière un rideau de mèches noires, gênée comme jamais, avant de se redresser en reprenant contenance.

- C’cool, merci ! Euh… ‘fin, j’veux dire : moi aussi j’tiens à toi.

Et elle partage aussi cette sensation que dans la situation actuelle, il n’y a pas grand-monde à qui elles peuvent faire confiance. Alors lorsque la rouquine dévoile ses intentions, tout fait sens dans l’esprit d’Isalín. Évidemment ! Ils ne vont pas pouvoir subir toute leur vie et se planquer comme des souris effrayées. La meilleure solution, ce serait de mettre leurs harceleurs hors circuit.

- T’as trop raison ! Elle se penche sur la table et baisse la voix, pour une confidence qui n’est destinée qu’à ses alliés du jour. On pourrait faire mieux : tendre un piège ! J’veux dire… on s’arrange pour attirer l’attention sur nous, pour les amener à v’nir nous trouver et on les attend. Dès qu’ils se pointent, bam, on les filme, pris en drag, et on envoie tout à la police !

Hormis son petit loupé d’anglais, le plan est bien, non ? Elle a même une idée de comment inciter ses détracteurs à revenir à la charge…
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 25 Juin - 15:35 (#)

Il baisse les yeux, ne répond pas et fait mine d'attraper le menu, gêné de la réponse de Naya. Il est habitué à son franc parler, là n'est pas la question. La frousse ? Oui, il l'a. De fou, même. Et même s'il a les moyens de se défendre grâce à son don, de défendre ses amis aussi, dans les yeux de la rouquine, techniquement, il est un humain lambda. Sans pouvoir. L'impliquer là-dedans … c'était risqué. Lui en tout cas, à sa place, refuserait que quelqu'un sans défense soit investi dans cette histoire. À croire qu'elle n'avait pas peur, elle. Facile, avec toute une famille de sorcier pour garder ses arrières.

Oh, Anaïs, salut !

Ses yeux passent d'elle aux deux autres filles. Le monde est petit, visiblement.
Naya prend la suite de la conversation, explique la raison de ce rendez-vous, et Ren se mordille l'intérieur des joues sans rien ajouter. Ses prunelles glissent à l'intérieur du restaurant, prêt à anticiper le moindre évenement.

Déjà, les filles s'emballent, s'imaginent même préparer des offensives pour attaquer les oppresseurs. Elles débloquent ? Ne vivent pas dans le même monde que Ren ?

Parce que vous croyez que les flics sont de notre côté ? Souffle-t-il doucement. On est tout seul dans cette lutte. Personne nous aidera.

Alors, oui, il est pessimiste. Son lieu de travail a pris feu. Son patron et l'un de ses collègues se sont fait torturer. Torturer. Ça aurait pu être lui. Certes, ce n'est pas le même combat. Mais …

Ca va trop loin. Si l'un de nous se fait choper, individuellement, j'donne pas cher de notre peau, c'est tout. Alors … ouais, j'suis flippé. J'ai l'impression que vous vous rendez pas vraiment compte de la gravité de la situation.

Et pourtant elles sont en premières lignes niveau tentatives d'intimidations et agressions.

J'comprends pas pourquoi vous avez pas peur, vous.

Alors, quoi ? Vivons heureux, vivons cacher ? Dans l'esprit de Ren … oui, précisemment. Peut-être car il ne voit que son propre cas. Qu'il sait que ça ferait longtemps qu'il serait enfermé – ou mort – si Anaïs n'avait pas été là pour couvrir ses conneries depuis tout ce temps. Qu'il voudrait pas faire couler Anaïs ou Naya ou même cette Isalin qu'il ne connaît pas, avec lui.
Il regarde Isalin, comme s'il pouvait lire en elle. Elle n'est pas un vampire c'est sûr. La seule chose qu'il arrive à ressentir, c'est sa température corporelle, vaguement en-dessous de la moyenne, ce qui veut tout et rien dire à la fois. Logiquement, elle serait comme ses deux autres amies.

A moins que vous ayez en tête de répondre à l'attaque par l'attaque. Comme ça ça donnera raison à ces gens-là de nous considérer comme des êtres dangereux.

Le serveur s'approche, faisant taire Ren, et il prend rapidement les commandes de la tablée avant de s'éloigner sans plus de cérémonie. Lui s'enfonce dans le sofa, bras refermés contre sa poitrine, sa jambe remuant nerveusement sous la table. Est-il si faible que ça psychologiquement pour se sentir si terrifié ?
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Lun 26 Juin - 10:58 (#)

Anaïs illustration

En recevant le message de Naya, je ne m’attendais pas à ce qu’on soit un groupe. Et encore moins un groupe de jeunes, visiblement tous des Eveillés et sans doute là parce que la situation actuelle nous touche tous. Certains plus que d’autre. Je jette un regard à Ren. J’ai lu l’article et me suis instantanément inquiété pour le jeune homme, et à raison. Il n’a pas l’air dans son assiette et j’imagine que sortir à visage découvert ce ne doit pas être la chose la plus facile à faire en ce moment, pour lui. Naya semble fidèle à elle-même, c’est rassurant. Et la dernière, I…salin ? semble du genre un peu timide et avec un joli bleu qu’elle tente vainement de cacher sous sa frange de cheveux sombres. Les victimes s’accumulent.

C’est pourtant un sourire tendre qui se dessine sur mon visage quand j’entends Naya. Mon menton dans la paume de ma main, je l’écoute s’épancher avec honnêteté et je ressens un bouffée d’affection pour elle. Depuis qu’on s’est croisées dans la forêt où elle s’était paumée, on est toujours restée en contact et il y a toujours eu une facilité déconcertante à parler avec elle de sujet que je ne peux aborder avec d’autres. Parler magie avec quelqu’un de mon âge et qui comprend chaque difficulté qu’on traverse sur le chemin, c’est devenu quelque chose d’essentiel. Il n’en faudrait pas beaucoup plus pour que je me mette à lâcher une larme. Quelle madeleine, sérieusement.

- Arrête, tu vas me faire chialer, andouille. Mais moi aussi je tiens à toi, je suis rassurée que vous alliez bien. Tous.

Même si je ne connais pas Isalin, elle fait partie des nôtres au même titre que Naya et Ren. Je n’ai jamais aimé mettre les éveillés d’un côté et les humains de l’autre, ça m’a toujours semblé stupide de différencier les gens et de les mettre dans des cases. C’est la porte ouverte à la haine et à l’incompréhension. Mais au vu de ce qu’il se passe, il faut qu’on se serre les coudes. Même si, visiblement, Naya avait une autre idée en tête.

Je me tends sur mon siège en écoutant les deux jeunes femmes. Ont-elles simplement conscience des risques de ce qu’elles envisagent ? ce n’est pas un simple petit groupe d’emmerdeurs qui lancent des insultes. Il y a des gens, nombreux, organisés, sans doute armés et prêts à bien plus que mettre quelques tags sur des murs ou mettre des menaces dans des boites aux lettres. Isalin veut même leur tendre un piège. Quelle folie. Au moins Ren arrive à garder la tête froide. Et à raison. Vu ce qui est arrivé à son patron, je doute qu’il ait envie de se mêler de quoi que ce soit. Toute cette histoire aurait pu encore plus mal finir pour lui.

- Ren a raison. Qu’on s’aide, qu’on se serre les coudes, oui. Pour le reste, je vous le dis, c’est non.

Le serveur approche et je commande une simple limonade avant d’attendre l reparte pour sortir mon téléphone, hésitant encore à jouer cette carte. Depuis que je vois ma psy, j’ai beaucoup moins de mal à parler de ça et les discussions avec Daphné et Zach sur le sujet se sont enchainées et se sont passées tellement bien qu’il est évident que c’était la solution depuis le début, même si je refusais de l’admettre.

- Je sais de quoi ces gens sont capable. Ce ne sont pas juste quelques types un peu bourrés qui veulent casser la gueule de ce qui est différent. Ils ont organisés, nombreux, informés. Sans doute armés, et pas qu’un peu.

Le fait qu’ils aient réussi à blesser des membres e la Meute et à laisser es menaces au camp me fait me dire que ces gens, qui qu’ils soient, ne sont pas forcément tous humains, qui plus est. De quoi ajouter une bonne dose de paranoïa à tout ça. Comme s’il n’y en avait pas déjà assez…

- Moi aussi j’aimerais leur faire regretter ce qu’ils ont fait, mais soyons réalistes, c’est trop dangereux. Vous mesurez pas la portée de ce que vous voulez faire. Vous savez pas ce que ça fait de se faire tirer dessus et de sentir la mort vous frôler le crâne avec la chaleur émise par une balle qui s’écrase dans le mur là où votre tête était une fraction de seconde plus tôt.

Qu’ils aient peur. C’est l’idée. Qu’ils comprennent que c’est pas à nous quatre qu’on va changer le monde ou la situation actuelle. Je n’ai pas envie de revivre ça, de courir pour ma vie alors que les balles fusent et que la moindre d’entre elle qui me toucherait voudrait dire Game Over, No Life Left. No Continue.

- Si vous voulez vous mettre à l’abri, mette des gens à l’abri, vous me dites, je connais un endroit sûr, des gens qui seraient prêts à aider. Ren, surtout toi en ce moment. Et j’ai déjà des infos, je sais qui a fait ÇA.

Je laisse mon téléphone glisser sur la table, montrant la photo de ma porte où un chat mort est cloué dessus alors qu’un message en lettres de sang est tracé sur le bois un peu délavé.

M(onstre)
On t’a manqué ?
On va finir ce qu’on avait commencé.


- Ils ne plaisantent pas…

Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Naya Cahann
Naya Cahann
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Petit feu follet
Qui es-tu ? : A venir
Facultés : ☽ Maitrise de la kinésie - capable de manipuler les flammes entre les paumes de ses mains, de modifier leur intensité // sensation d'étouffement, manque d'oxygène en cas de manipulation trop abusive.

☽ Lecture des auras - capable de reconnaitre Humains, outres et arcanistes. Perception des auras vampiriques et thérianthropes mais sans pouvoir réellement les reconnaître.

☽ Température corporelle au-dessus de la moyenne - en apprentissage pour canaliser cette chaleur et soigner les gens.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  9284433-kitchen-witch-quote-tea-towel-by-anda
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Sadie Sink
Double compte : Samuel Miller
Messages : 159
Date d'inscription : 16/05/2023
Crédits : Shereen
Dim 2 Juil - 16:40 (#)

Possible que j’ai un peu – mais alors juste un peu – de mal à canaliser ce flot d’émotions contradictoires contre lequel je lutte depuis plusieurs jours. De la colère, de la peur et j’en passe. Sans compter ce sentiment criant d’injustice quand je vois ce qu’on a pu faire à mes amis. Alors ouais, j’ai pas envie de me terrer dans les jupes de Granny, quand bien même ça me ferait pas de mal de l’écouter un peu plus. Alors ouais, possible que je m’emballe un peu dans ma déclaration d’amitié, mais j’ai du mal à m’arrêter quand je suis lancée.

Et si la réaction d’Isalin et Anaïs m’arrache un sourire timide, je peux pas m’empêcher de noter que Ren dit rien du tout. Après ce qu’il a balancé au moment de son arrivée, j’avoue que ça fait comme un coup de poing en plus et cette impression latente d’avoir raté un truc avec lui. Mais j’essaie de pas me focaliser là-dessus, de pas mal le prendre. Après tout, il a eu son lot d’emmerdes ces derniers jours.

Ca me réchauffe le cœur en tout cas de voir Isalin qui s’emballe à son tour. Je hoche la tête pour ponctuer ses propos. Son idée est bonne et, surtout, a le mérite d’exister. « T’as déjà une idée pour faire ça ? » Vu qu’elle a l’air super assurée dans ses propos, j’ai l’impression qu’elle a déjà pas mal cogité là-dessus de son côté.

Bon, forcément, avec les réactions de Ren et Anaïs, c’est un peu la douche froide. Je laisse filer un silence à leurs paroles, fronçant les sourcils, avant d’inspirer longuement. « Qu’est-ce qui te fait dire qu’on a pas conscience de la gravité de la situation ? » J’ai bien vu ce dont ils sont capables, sans compter le fait que ouais, étant d’une famille d’arcanistes qui se cache pas vraiment, surtout Granny, je sais bien qu’il pourrait nous arriver un paquet de trucs. « Et j’ai peur. Sinon, je serais pas là mais en train de me balader dans la rue en chantonnant. » Ou un truc tout aussi débile. « Mais je me vois pas aller me planquer chez mes parents en attendant que ça passe, en espérant juste que ça va s’arranger, que les autres s’en occuperont à ma place. » Sauf que, vu comment ça se goupille, j’ai l’impression que personne va s’occuper de rien. Alors quoi ? J’espère juste que les gens que je connais vont pas se faire buter et je ferme les yeux en attendant ?

Un soupir m’échappe, même si je lance un regard curieux à Ren quand il dit nous considérer comme des êtres dangereux. Heureusement pour lui, l’arrivée du serveur me coupe dans ma question qui, au final, a pas le temps de sortir. Je commande un milkshake avant de me focaliser de nouveau sur le reste du groupe. Je garde le silence, me mordillant la lèvre aux paroles d’Anaïs, déjà plus sensée que Ren. Pour autant, ça me donne pas envie de laisser tomber. Justement parce qu’ils sont capables de nous faire du mal et que, même si on fait rien, on en prendra plein la gueule quand même visiblement.

Et c’est toujours en silence que je regarde le téléphone qu’elle fait glisser vers nous. J’effleure l’écran, arrêtant de respirer quelques instants. Et je souffle, dans un murmure à peine audible. « Qui a fait ça Anaïs ? » Et pourquoi ? Pourquoi la traiter de monstre ? Juste à cause de sa magie ? Juste parce qu’elle a des dons ? Y a rien qui va dans cette histoire, rien de logique, de cohérent. La peur, la haine, tout ça, y a rien qui me parait suffisant pour avoir ce genre de comportement. Rien.
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Isalín Lokisdóttir
Isalín Lokisdóttir
That kid you called a weirdo
You're a part of the dawn...

En un mot : ❅ fleur hivernale ❅
Qui es-tu ? : ❅ Née en octobre 2004, elle est encore dans ce drôle de monde qu'est l'adolescence;
❅ Cheveux sombres et yeux de jade, visage en cœur, petite bouche charnue et taches de son, voilà le mélange de ce visage un peu atypique. C’est aussi une silhouette athlétique d’1m64 pour 52 kg.
❅ Depuis toute petite, elle s'entraine pour être patineuse Olympique. Médaillée d'argent au championnat des USA et sacrée première à la grande coupe des quatre continents, son rêve s'effondre en 2021 à cause de ses dons.
❅ Cherche désormais sa voie en tant que personne et en tant qu'Outre.
❅ Vit avec sa cousine Sofia et Elizabeth.
Facultés : ❅ Élémentaliste de l'eau dont le pouvoir se manifeste actuellement essentiellement autour de la glace.

❅ Don principal : kinésie de la glace. Isalín peut givrer l'eau et les surfaces humides ou déformer sommairement une étendue de glace.
Fonctionne dans un rayon de 2m, le contact aide beaucoup
❅ Don secondaire : résistance accrue au froid.

❅ Les bienfaits d'avoir grandi dans un monde bilingue font qu'elle n'a pas d'accent quand elle parle anglais, mais il lui arrive de buter sur le vocabulaire.

❅ C'est une athlète de haut niveau, elle est donc plus robuste et endurante qu'une adolescente lambda du même âge. Son sport l'a rendue aussi particulièrement souple et agile.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  8k10
... when the light comes from the dark

Pseudo : Isalín Lokisdóttir
Célébrité : Alice Pagani
Double compte : Myrtle & Orihime
Messages : 131
Date d'inscription : 04/04/2023
Crédits : Wild avatar
Lun 3 Juil - 10:21 (#)

Isalín ouvre la bouche mais ne trouve pas tout de suite les mots face aux réticences de Ren et Anaïs. Au moins ils sont raccords, sur le fait que « c’est dangereux », « elles ne savent pas à qui elles ont affaire », mais… justement ! D’ailleurs, le souci a été soulevé : les flics ne sont peut-être pas plus fiables que les autres ! Ce qui était donc un contrargument à l’Islandaise ne fait que renforcer son point de vue. Qui va les défendre si la police ne le fait pas ? Un désagréable frisson lui court dans le dos. Elle déteste cette sensation de n’être qu’un insecte pris entre le bitume et une grosse botte. A les entendre, leurs options se résument à se planquer ou à ne rien faire. A ce titre, autant rentrer chez sa mère ! Sauf que ce n’est pas le projet.

- Tout pareil qu’Naya ! s’exclame l’adolescente après que son amie a trouvé les mots pour exprimer son opinion. On a peur, ouais, mais c’est c’qu’ils veulent, non ? Qu’on panique, qu’on ose plus sortir, qu’on se cache ! N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’elle fait déjà avec son accoutrement ridicule ? Putain, elle a été matrixée sans même s’en rendre compte, alors en vrai, y’a pas mille réponses : soit on se cache et on leur donne ce qu’ils veulent, soit on s’défend ! … et j’parle pas d’aller les tuer ou brûler ou j’sais pas quoi, conclut-elle en grimaçant.

Isalín n’est pas pour combattre le feu par le feu. En fait, elle ne sait même pas exactement ce qu’elle entend faire, c’est la fougue adolescente qui la porte et la désinhibe de ses craintes. Mais si ces gens, comme les responsables de ce que leur montre Anaïs, veulent pousser les CESS à vivre dans la peur, eh bien… elle REFUSE ! Elle n’a jamais fait de mal à personne et beaucoup d’autres surnaturels sont dans son cas.

- Ça là, c’est dégueulasse ! Elle pointe du doigt l’horreur étalée sur l’écran du smartphone. Et c’est justement pour ça qu’on doit s’bouger ! C’est comme le sexisme, ou le racisme, les personnes dotées de facultés extraordinaires ne devraient pas être discriminées pour ce qu’elles sont ! ON devrait pas être discriminées ou menacés pour ce qu’on est !

La jeune femme a le cœur qui bat vite. Ça ne fait même pas un an qu’elle a découvert ses « pouvoirs ». Jusque-là, elle avait du mal à se sentir légitime, comme si elle errait dans un no man’s land : plus franchement « humaine », mais pas encore pleinement « CESS ». Mais aujourd’hui, Isalín se sent connectée à Naya, à Ren, à Anaïs, à tous les êtres assimilés à sa nature. L'idéalisme du bel âge fait le reste.

- Ils sont p’tête dangereux et tarés, ouais… mais r’gardez nous ! Ils veulent nous faire peur, mais ils ont surtout réussi à nous réunir ! Ce conciliabule aurait-il eu lieu sinon ? Ils veulent nous isoler, nous faire nous sentir comme des merdes… alors faut qu’on fasse l’inverse ! Simple, non ? On ne combat pas l’obscurité par les ténèbres, il suffit juste d’allumer la lumière, j’ai… j’ai une petite commu sur les réseaux… j’l’ai pas sollicitée depuis des mois, mon algorithme doit être éclaté, mais j’peux toujours poster un truc. Un message pour… j’sais pas, faire mon coming out officiel, donner mon avis, j’en sais rien ! Elle hausse les épaules : c’est pas encore mûri dans sa tête, l’but c’est d’inciter les gens qui nous soutiennent à se manifester aussi quoi…

Et accessoirement, ça va attirer l’attention sur elle, oui. C’est là que commence le plan « appât islandais ». Reste à savoir ensuite comment piéger de potentiels agresseurs sans prendre une balle dans la tête… ou sans finir comme le chat sur la photo. Et voilà le serveur qui revient avec les commandes ! Isalín choppe son milkshake au beurre de cacahuète et l’attaque dans la foulée : son envolée lyrique lui a donné soif !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mer 5 Juil - 17:35 (#)

Sa jambe remue nerveusement sous la table. Focalisé sur sa propre vie, ses propres frayeurs, il en devient fermé, égocentré, coincé dans sa tête, au point où il entend à peine la déclaration d'amitié de Naya. Au moins Anaïs semble partager son point de vu, ça le rassure. Il n'est pas si lâche, et il n'exagère pas la gravité de la situation.

« Ou j'sais pas quoi », quoi alors ? Rétorque-t-il aux mots d'Isalin, répondant au passage à la question de Naya. Comment tu veux qu'on se défende si c'est pas par l'attaque ? On se réunit sur la place, main dans la main et on chante une chanson de résistance ? Ils attendent qu'on sorte en groupe pour abattre tout le monde en même temps, ou nous enfermer. Et j'sais pas ce qui est le pire des deux.

Et il est même pas cynique en disant ça. Quoi, elle veut faire quoi ? Pour lui, c'est peine perdue. S'ils se battent pas, ils se feront mettre à terre.

Aucune guerre ne s'est gagnée avec des bisous, hein. Si vous voulez pas rester planqué, vous pouvez vous mettre en tête que, ouais, c'est la violence qu'il va falloir utiliser. Et alors y'aura de la casse. Des deux côtés. Obligé.

L'image et le message reçu sur le téléphone d'Anaïs passent devant son nez, et son ventre se noue douloureusement. Il retient son souffle, sa peau déjà bien claire devient livide. C'est clair, à présent. Les prochains à être cloué au mur, ce sera l'un d'eux.

Putain ...

Il sent l'angoisse lui coincer la gorge, presser contre sa cage thoracique. Ses mains cachent un instant son visage, ramènent ses quelques mèches rebelles en arrière, un bourdonnement dans les oreilles. Au moins, les paroles d'Isalin ont quelque chose de joliment optimiste. D'une douce innocence qui redonnerait presque de l'espoir à Ren. Outre la violence, c'est en effet en se montrant que ça pourrait marcher. Mais ... y'a qu'à voir comme le monde a déjà du mal à accepter l'homosexualité, les ethnies différentes. Alors carrément ... des espèces en décalage ? Plus puissantes qu'eux ? La peur ... ça fait faire aux humains des choses horribles.

Le regard de Ren accroche à Anaïs. Elle doit savoir ce qu'il pense, comprendre pourquoi il est autant tourmenté. Elle sait qu'à part elle, personne n'est au courant pour sa nature. Et là ... devrait-il le dire à ses amis ? Naya le prendrait mal. Il ne veut pas la blesser, mais en même temps ... la vie du garçon est régie par la peur. Et c'est pour ça qu'il s'est autant isolé depuis que son don s'est imposé à lui. Qu'il aurait pu, pourtant, un nombre incalculable de fois, en parler à la famille Cahann. Qu'il les a vu, les perches que Granny lui tendait, parce que c'est sûr qu'elle n'a jamais été dupe mais qu'elle n'a jamais voulu le brusquer. Et lui ... s'est ligoté lui-même dans sa solitude et ses galères.

Le milkshake à la noix de coco que le serveur pose devant lui ne lui donne pas envie. Ses narines tressaillent, il en a presque les larmes aux yeux. Il savait que ce jour arriverait, mais ... pas maintenant. Putain pas maintenant.

Je sais pas quoi faire ... baragouine-t-il, et son buste pivote vers Naya. Tant pis. Tant pis pour tout. De toute manière, quoi ? Elle doit savoir. Elle a le droit, et il aurait dû lui dire y'a longtemps.

Ses prunelles accrochent aux siennes, sa main s'agrippe à son bras, sent sa chaleur, il ouvre la bouche et flanche un instant, comme s'il n'arrivait plus à parler.

Okay. J'suis comme vous, Naya. Comme toi, comme toi famille. Okay ? Je ... j'suis aussi un-un outre, ou peu importe comment ça s'appelle. J'sais que j'aurais dû te le dire y'a longtemps et-et-et j'regrette parce que je me suis enfoncé dans mon mensonge et que plus le temps passait et moins j'arrivais à le dire, et plus j'me sentais bloqué alors que je sais que c'est con ... p't'être que comme ça j'avais un peu l'impression de me voiler la face même à moi-même et j'aimais pas l'idée d'être ... d'être différent. Parce que ça voulait dire me confronter à moi-même. J'sais que c'est pas bien. Et j'sais que j'aurais pu mieux me maîtriser si j'avais accepté qui j'suis. Et pas juste être ... un ..., un coup d'oeil vers Anaïs. Un danger. Une bombe à retardement, même.

D'aussi loin qu'il ne voyait aucun mal à ce que Naya et certains autres de ses proches le soit, et là était la grande contradiction. Peut-être parce que sa magie lui paraissait différente. Nocive. Qu'il aurait aimé avoir quelque chose de plus classique, de plus ... stylé. Comme elle. Là ... il a juste l'impression d'être un poison ambulant.
Il prend une grande inspiration, reste une seconde figée, encore, et ses yeux sombres glissent sur Isalin et Anaïs, appelle silencieusement cette dernière à la rescousse. µ
Un frisson hérisse les poils sur ses bras, il se sent mis à nu. Comme si tous les pores de sa peau sentait le danger.
Il la relâche rapidement pourtant, redoutant toujours que sa magie lui échappe dans des émotions de grosses émotions, et se redresse dans son siège, prêt à déguerpir sans demander ses restes. Il s'attend à ce qu'elle lui hurle dessus, à ce qu'elle lui reproche son silence. Qu'elle le frappe, même. C'est donc ça, leur si belle amitié, si sincère ? Un mensonge ? Il se déteste de braquer la lumière sur lui de cette manière alors que ce n'était pas le but.
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Jeu 6 Juil - 11:29 (#)

Anaïs illustration

En venant voir Naya, je n’imaginais pas que ça deviendrait une espèce de plaidoyer pour l’action contre tout ce qui est en train de se passer. Isalin et Naya d’un côté, Ren et moi de l’autre et sans doute une belle incompréhension des raisons de chacun. Mais les choses étaient trop compliquées et dangereuse pour que j’essaie de simplement tenter la moindre petite chose avec un groupe de jeunes Eveillés alors qu’une espèce de série d’attentat sème le chaos dans le coin. Ren n’est pas formé et arrive à peine à se contenir, je n’ai aucune idée des compétences d’Isalin , mais comme elle a l’air d’être la plus jeune, c’est pas bon signe et celle qui a la plus longue formation c’est Naya et… ça en dit long sur ce qu’on peut faire. Elles s’imaginent quoi ? Qu’il suffit de le vouloir pour pouvoir ? Si c’était si facile, on n’en serait pas là…

Intérieurement, je les comprends. Moi aussi, je suis en colère. Moi aussi j’ai envie d’aller chercher ces ordures et de leur montrer ce qui arrive quand on s’en prend à ceux qui comptent pour moi. Je m’en fiche qu’ils m’aient menacé. Oui ça me terrifie, mais moins que l’idée de perdre à nouveau ceux m’entourent et font partie de ma vie. Mais tout ça, ça ne résoudra rien. S’en prendre à eux, c’est prendre le risque de leur donner raison, c’est ajouter de l’huile sur le feu, c’est ce qu’ils attendent pour justifier leurs actions et avoir toute l’opinion publique derrière eux. Pour pouvoir agir en toute impunité tandis que tout le monde ferme les yeux. Ren a raison, ces deux-là ne se rendent pas compte de ce qui va leur tomber dessus si elles agissent sans réfléchir. J’essaie quand même de calmer les choses. Faudrait pas que ça se transforme en pugilat, surtout qu’on risque de nous entendre.

- Parlez moins fort... Et réfléchissez deux minutes à tout ça. Quelque chose se prépare, c’est évident. C’était juste un avant-goût. Si on agit, on attire l’attention sur nous. On ne sait pas combien ils sont. Ça changerait quoi d’en attraper trois ou quatre ? Ils sont peut-être des centaines, des milliers. S’afficher, c’est se mettre une cible sur le front et ils ne vont pas l’ignorer.

Je soupire, n’arrivant pas à croire que je doive faire un tel discours.

- Vous voulez agir ? Protégez les vôtres. Rassemblez les communautés. On est tous dispersés et ils s’en servent. Pensez à vos familles, parce que même si vous réussissez votre plan foireux, ça va leur retomber dessus, c’est ça que vous voulez ? Si demain vous vous faites choper, ils sauront qui vous êtes et vont pas se gêner pour mettre sur leur liste tous ceux qui vous sont proches. Nous y compris. Pensez-y avant de rentrer dans leur jeu et de leur donner raison en agissant comme ils le pensent.

Ça a toujours été ma hantise, devenir ce qu’ils pensaient que j’étais. Un monstre. Une bête violente. Mais ce sont eux, les monstres violents pas capables d’accepter qu’on soit différent. C’est toujours la même rengaine et ça n’évolue pas. Quand apprendront-ils qu’on irait plus facilement de l’avant en s’acceptant mutuellement qu’en faisant cette guerre de merde qui ne mènera à rien.
Je récupère mon téléphone et le range en secouant la tête.

- Je sais qui, Naya. Et c’est pour ça que je ne veux pas que vous agissiez…

Ça apporterait quoi ? Elle se mettrait juste en danger. Zach m’a fait savoir qu’il allait faire en sorte de régler le problème. Définitivement. Et lui aussi ça m’a pris une plombe à le convaincre que ça n’en valait pas la peine. Risquer de les perdre pour se venger ? A quoi bon ? Qu’ils viennent, je suis plus la petite lycéenne sur laquelle ils sont tombés, à six, parce qu’ils étaient courageux. Qu’ils viennent, et ils le regretteront amèrement.

Je suis presque soulagée que le serveur arrive et dépose nos commandes. Ma limonade fait pâle figure face à leurs milkshakes, mais je n’ai vraiment pas besoin d’un truc dans l’estomac, là tout de suite. Je sirote une gorgée, la recrachant presque quand Ren décide de faire son coming-out magique là, maintenant, au milieu d’un café, face à Naya qui semble prendre la nouvelle de la manière dont on aurait pu s’y attendre. Choc, incrédulité, incompréhension. Et Ren qui est tendu…

Je pose ma main sur la sienne et hoche la tête. Et il continue. J’imagine que ça devait lui peser. Je sais ce que c’est que de devoir garder ce genre de secret parce qu’on pense qu’on devrait être seul pour le gérer. Mais cela fait un moment que Ren se repose un peu sur moi et c’est une bonne chose que Naya l’apprenne. Je n’imaginais pas que ce soit sa meilleure amie, mais c’est ce genre de révélation qui met les amitiés à l’épreuve. J’espère que Naya comprendra les raisons de Ren. Je sais ce que ça fait que d’apprendre abruptement quelque chose qu’on n’imaginait même pas à propos de quelqu’un e très proche. Et ça fait mal pendant un moment.

- T’es pas un monstre, Ren, ni un danger, tu ne l’as jamais été. Sors-toi cette foutue idée de la tête.

j’ai été comme lui, à penser que j’étais un monstre avec ce don incontrôlable qui risquait toujours de me faire faire du mal aux autres. Il m’a fallu du temps et beaucoup d’effort pour arrêter d’y penser. Ça et… de l’aide. Je tire une carte de visite de mon sac et la glisse vers Ren, mon autre main toujours sur la sienne, juste au cas où.

- Une arcaniste, Lucy. Elle bosse dans les artéfacts magiques et elle cherche un apprenti. Elle aurait beaucoup à t’apprendre et ce serait bien que tu la contactes. Je sais ce que ça fait, Ren, de pas savoir se contrôler, je suis passée par là. Si tu veux t’en sortir, donne-toi les moyens. Je fais de mon mieux pour t’aider, mais c’est à toi de faire l’essentiel, d’accord ? J’ai eu besoin d’un mentor pour y arriver et ça sera la même chose pour toi. Si ça ne colle pas, on trouvera quelqu’un d’autre, mais essaie.

Puis je me tourne vers Naya quand Ren la lâche. Je garde ma main sur la sienne, m’assurant qu’il reste calme. S’il commence à perdre le contrôle maintenant…

- Ren ne me l’aurait jamais dit si je n’étais pas tombée sur lui pendant une de ses… crises. Je vais pas prétendre savoir ce qui vous lie tous les deux, mais je comprends pourquoi il t’en as pas parlé. C’est pas facile de parler aux autres quand on a soi-même du mal à accepter quelque chose qu’on n’a pas choisi et qui nous tombe dessus. Ça m’a pris des mois et je doute encore parfois.

C’est pour ça que je comprends si bien Ren. Je suis passée par là. Et c’est pour ça que je veux l’aider, pour qu’il ne prenne pas un chemin qui l’entrainerait dans un gouffre d’obscurité qui guette tous ceux qui, comme nous, ne savent pas comment gérer tout ça.

- Je suis là pour vous. Tous. Même toi, Isalin, même si on ne se connaît pas. Je connais un endroit sûr. Ren, si tu veux venir, tu es le bienvenu, je pense que tu ne devrais pas rester seule. Ou va dans la famille de Naya, si elle est d’accord. Pareil pour toi Isalin. Et même toi, Naya, avec ta famille. Je comprends votre envie d’agir, mais soyez réalistes, jamais on fera le poids ou une quelconque différence. Dans le meilleur des cas on joue leur jeu et ils obtiennent plus de soutien. Et dans le pire des cas, on nous pleurera et les choses vont empirer. Et ça c’est seulement si on n’est pas déjà observé et dans leur collimateur…

La possibilité est toujours présente et m’angoisse un peu. Peu probable qu’il se passe quoi que ce soit en plein jour en public, mais la paranoïa ambiante n’aide pas à éviter ce genre de pensée.


Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Naya Cahann
Naya Cahann
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Petit feu follet
Qui es-tu ? : A venir
Facultés : ☽ Maitrise de la kinésie - capable de manipuler les flammes entre les paumes de ses mains, de modifier leur intensité // sensation d'étouffement, manque d'oxygène en cas de manipulation trop abusive.

☽ Lecture des auras - capable de reconnaitre Humains, outres et arcanistes. Perception des auras vampiriques et thérianthropes mais sans pouvoir réellement les reconnaître.

☽ Température corporelle au-dessus de la moyenne - en apprentissage pour canaliser cette chaleur et soigner les gens.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  9284433-kitchen-witch-quote-tea-towel-by-anda
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Sadie Sink
Double compte : Samuel Miller
Messages : 159
Date d'inscription : 16/05/2023
Crédits : Shereen
Mar 18 Juil - 9:03 (#)

Plus les échanges s’animent, plus je me sens remontée contre ces gens qui nous veulent du mal sans aucune raison. J’veux dire, des connards, y en a partout, avoir ou non des capacités devrait même pas entrer en ligne de compte. Et pourtant, c’est à cause de ça qu’on nous traite différemment, qu’on nous voit comme des menaces. Les paroles d’Isalin font écho à mes propres pensées, alors qu’elle dit tout haut ce que j’arrive pas vraiment à formaliser.

Je fronce les sourcils quand Ren reprend la parole, le fixant un instant, sans bien piger. « J’ai l’air de vouloir faire des bisous à ces connards qui terrorisent mes amis ? » Et je me retiens de dire que, de toute façon, de la casse, il y en aura. Il y en a déjà même. Alors ouais, forcément, j’ai l’impression qu’on tourne un peu en rond pendant un instant.

Jusqu’à ce que je capte le regard que Ren lance à Anaïs. Je réalise bien qu’un truc m’échappe, jusqu’à ce que mon meilleur ami se tourne vers moi. Et si je me dérobe pas quand il m’attrape le bras, alors qu’il est pas franchement du genre tactile en temps normal, je me fige totalement au reste de ses paroles. Le reste des échanges m’apparait comme en fond, une espèce de brouhaha dont je capte à peine quelques mots. J’ai surtout l’impression de me casser salement la gueule là, de suite. Je sais, en comparaison de tout ce qui se passe, c’est rien. Juste un mensonge. Un truc qu’il a pas dit. Pour se protéger. De quoi ? De moi visiblement.

Je dis rien, alors que Ren me lâche et que mon regard s’attarde sur la main qu’Anaïs a posé sur la sienne. Elle, elle était au courant donc. Je me mordille l’ongle du pouce, alors que je continue de rien dire et qu’elle se lance dans des explications. Dont j’ai même pas besoin. Je veux dire, ça me regarde clairement pas visiblement. Je bats des cils pour chasser les larmes qui montent, que j’essaie pourtant de retenir. Et je prends une grande inspiration, détournant clairement les yeux pour regarder par la fenêtre. Je veux pas qu’ils voient ça, surtout pas lui. Mais le sentiment de trahison est bien plus violent que je l’aurais cru, alors que je me sens totalement idiote. Comment j’ai pu rien voir ? Comment j’ai pu croire qu’il me faisait confiance ? Y a un paquet de questions du genre qui se bousculent dans mon esprit, alors que je repense à tout ce que moi, j’ai pu lui confier.

Ouais, je suis vraiment trop conne.

Et j’aurais savoir. Si je m’étais mieux entrainée. Si j’avais mieux pratiqué ma magie. Si j’avais pas été aussi dilettante. On m’y reprendra pas, à croire les gens à qui je tiens sans me poser de questions. C’est certain. Ou à faire aussi aveuglément confiance à quelqu’un alors que c’est tout sauf réciproque.

Une larme finit par rouler sur ma joue et je l’essuie du revers de la main, continuant de fixer l’extérieur avec attention, repliant un genou contre moi. J’attrape mon milk-shake et je le bois, plus me donner une contenance qu’autre chose, avant de finir par souffler, d’un ton vachement plus neutre. « Anaïs a raison. T’es pas un monstre. Comme personne autour de cette table. Et je connais Lucy, c’est quelqu’un de bien. Si elle peut pas t’aider, elle saura vers qui t’envoyer. Tu peux demander à Granny aussi. » Je ferme les yeux quelques secondes, m’efforçant de garder cette neutralité de façade et de pas avoir la voix qui tremble de trop. J’arrive même pas à regarder vers lui, j’en ai pas envie en fait. Je sais que c’est totalement idiot, mais merde, ça fait super mal en fait.

Je finis par fixer Anaïs, après quelques secondes de silence. « Et donc ? On se planque, en espérant qu’ils viendront pas nous débusquer ? On espère un miracle ? Si tout le monde pense ça, si tout le monde se dit qu’on fera pas le poids, ils ont déjà gagné. Et tout ça, tout ce qui a pu se passer depuis 10 ans, c’est du vent en fait. » Et dans tous les cas, on finira par pleurer, parce qu’ils nous laisseront jamais en paix.
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Isalín Lokisdóttir
Isalín Lokisdóttir
That kid you called a weirdo
You're a part of the dawn...

En un mot : ❅ fleur hivernale ❅
Qui es-tu ? : ❅ Née en octobre 2004, elle est encore dans ce drôle de monde qu'est l'adolescence;
❅ Cheveux sombres et yeux de jade, visage en cœur, petite bouche charnue et taches de son, voilà le mélange de ce visage un peu atypique. C’est aussi une silhouette athlétique d’1m64 pour 52 kg.
❅ Depuis toute petite, elle s'entraine pour être patineuse Olympique. Médaillée d'argent au championnat des USA et sacrée première à la grande coupe des quatre continents, son rêve s'effondre en 2021 à cause de ses dons.
❅ Cherche désormais sa voie en tant que personne et en tant qu'Outre.
❅ Vit avec sa cousine Sofia et Elizabeth.
Facultés : ❅ Élémentaliste de l'eau dont le pouvoir se manifeste actuellement essentiellement autour de la glace.

❅ Don principal : kinésie de la glace. Isalín peut givrer l'eau et les surfaces humides ou déformer sommairement une étendue de glace.
Fonctionne dans un rayon de 2m, le contact aide beaucoup
❅ Don secondaire : résistance accrue au froid.

❅ Les bienfaits d'avoir grandi dans un monde bilingue font qu'elle n'a pas d'accent quand elle parle anglais, mais il lui arrive de buter sur le vocabulaire.

❅ C'est une athlète de haut niveau, elle est donc plus robuste et endurante qu'une adolescente lambda du même âge. Son sport l'a rendue aussi particulièrement souple et agile.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  8k10
... when the light comes from the dark

Pseudo : Isalín Lokisdóttir
Célébrité : Alice Pagani
Double compte : Myrtle & Orihime
Messages : 131
Date d'inscription : 04/04/2023
Crédits : Wild avatar
Jeu 20 Juil - 10:29 (#)

Les yeux de jade de l’Islandaise passe de l’une à l’autre des protagonistes. Elle a clairement l’impression d’avoir raté un épisode avec le coming out de Ren, Anaïs qui lui prend la main, Naya qui semble recevoir une massue sur la tête… est-ce qu’ils peuvent revenir au sujet initial où… ? Bon, en attendant, elle siphonne son milkshake. Il a le mérite de lui rafraichir les idées, parce que son crâne commence à bourdonner de toutes ces démonstrations à rallonge. Peut-être se fourvoie-t-elle totalement, mais Isalín a la sensation que le couple – ils sont ensemble, non ? – voient les choses de manière hyper manichéenne. Se battre ou ne pas se battre. Son peuple natal dirait que c’est une façon de penser à l’américaine, qui ne jauge les situations qu’à travers l’utilisation, ou non, de leur fusil. Il y a toujours d’autres voies, pour peu qu’on prenne la peine d’y songer.

L’adolescente fait la moue. C’est gentil de la part d’Anaïs de dire qu’elle est là pour elle bien qu’elle se connaisse depuis dix minutes. Néanmoins, ça ne la rallie pas à son avis. La fougue de Naya trouve écho dans la sienne, elles sont d’accord là-dessus : si tout le monde refuse de bouger, alors les cinglés qui les stalkent et leurs laissent des messages macabres ont déjà gagné.

- J’suis désolée, mais Naya a raison…

Tête légèrement rentrée dans les épaules et un poil renfrognée, elle consent néanmoins à s’expliquer dans un soupir :

- OK, admettons qu’on laisse tomber cette histoire de piège. Ça n’empêche qu’on peut faire la diff ! Ces gens, même s’ils sont des milliers, ils sont pas la majorité. Ils sont loin d’la majorité !

C’est ce qu’elle veut croire en tout cas. C’est comme pour le racisme, la cause LGBTQ+ ou le féminisme : on entend surtout les extrêmes et ça donne l’impression d’un monde en noir et blanc. Mais sur tous ces sujets, en discutant avec des gens à l’Arch, chez elle, à la patinoire, et autre, Isalín se rend compte que l’opinion est plus modérée. La vérité collective se trouve à mi-chemin de toutes les pensées, mais le problème est que cette majoritaire tolérante est muette.

- On a pas b’soin d’se battre, on a juste besoin d’donner envie aux gens d’nous soutenir. De faire des manifs pacifiques, d’le dire sur les réseaux, tout ça, elle lève les mains au ciel : toutes les initiatives seront valables ! C’est l’seul moyen pour qu’ça change pour de vrai et qu’on soit acceptés…

Parce que se cacher n’est pas une solution admissible. Attendre que la tempête passe ? Et si elle passe pas ? Si ces terroristes les forcent à se terrer à vie ? Si une vraie « guerre » éclate et que les politiques décide de les traiter comme des intrus ? Ce n’est pas qu’une question de « pouvoir » agir : il « faut » agir. Cette simple pensée allume la lumière dans l’esprit embrumé d’Isalín. Ça devient clair comme de l’eau de roche. Elle se redresse et conclut avec détermination :

- Vous savez, y’a 1 an, j’étais excitée comme une folle parce que j’allais pouvoir jouer les championnats du monde d’patinage et peut-être me qualifier aux JO. Trois mois plus tard, j’apprenais qu’j’avais des… « dons », et la fédération a jugé que fautes d’éléments suffisants sur mon cas, j’pouvais pas concourir avec des gens « normaux », elle mime les guillemets avec ses doigts. Si on s’planque, si on s’cachent des autres dès qu’ça devient difficile, y’aura jamais « d’éléments suffisants », et mon dossier sera à la poubelle pour toujours. Et pire : y’aura d’autres filles comme moi, qui rêvent d’devenir championnes d’quelque chose et on les disqualifiera parce qu’elles sont différentes.

Elle peut pas laisser ça arriver ! A ce jour, elle a 17 ans. Elle peut encore défendre son cas, se maîtriser et revenir à son meilleur sur la glace. D’autres sportives pourraient aussi sortir de l’ombre, sans que l’on considère qu’elles sont favorisées ou inaptes à se mêler aux autres. C’est clair, non ? Se cacher, c’est ne pas laisser une chance à « l’autre » de les connaître. Ne pas laisser une chance de les connaître, c’est alimenter le discours de leurs agresseurs.

- J’me cacherai pas. Et si j’peux aider à éveiller les consciences, j’le ferai.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 7 Aoû - 12:26 (#)

La bombe est lâchée. Et Ren voit bien toute la déception, toute la peine qu'il cause à son amie à mesure qu'il lui déballe tout ce qu'il a retenu depuis des années. Il se sent con. Bien sûr qu'elle aurait accepté. Bien sûr qu'il aurait été soutenu par toute sa famille. Peut-être même que s'il s'était moins braqué, à ce jour, il aurait eu une plus grande maîtrise de sa magie. Et alors, tout aurait été bien différent. C'était sûr.

Naya …

Il n'ajoute rien, son regard glisse sur la main qu'Anaïs pose sur la sienne, et il se renfonce dans son siège. Son silence est encore pire qu'une explosion d'émotion. Il ne réagit pas aux mots de son amie. Pas un monstre, lui ? Il n'arrivera jamais à le croire. Ses yeux suivent la carte de visite qu'elle glisse vers lui et ses pensées s'arrêtent sur le visage masqué de cette femme venue lui rendre visite à son ancien travail. Il ne sait pas quelles sont les solutions. Il est terrifié et n'ose regarder personne.

Je suis désolé.

Naya ouvre enfin la bouche, avec froideur et recul, proposant des solutions, mettant visiblement de côté tout ce qui lui compresse le cœur. Elle ne lui demande pas quelles sont ses capacités, ni depuis combien de temps, ni rien. Ren hoche la tête, ravale son envie de pleurer. Au moins, il l'a dit. Dommage que ça ne le fasse pas se sentir mieux.

La conversation reprend son cours initial tandis qu'il se mordille l'intérieur des joues, la cage thoracique douloureuse. Il essaie de se raccrocher à l'histoire que leur raconte Isalin, de rallier sa pensée à sa manière de voir les choses. Mais il ne peut pas. Il est juste persuadé qu'il se fera tuer à la seconde où le monde connaîtra sa vraie nature.

Je sais pas si j'ai votre courage, souffle-t-il avec difficulté. Je sais pas ... je sais pas ce que je pourrais faire ...

Il lève les yeux, croise ceux d'un client au fond de la salle et repique du nez, sentant le danger de partout.

J'ai pas d'influence. Personne me connaît. On m'associe juste à cette histoire du Voodoo ... J'suis déjà vu comme un méchant, quelqu'un qui accepte les agressions d'enfant ou des conneries comme ça. Comment j'peux plaider notre cause en me traînant cette réputation de merde ?

C'est vrai, non ? Si en plus il avoue au monde être un outre, alors ça ne sera que l'excuse parfaite pour les détester. Et comment pourrait-il en vouloir au peuple ? Ren s'était contenté d'accepter les quelques explications que son patron avait bien voulu lui donner sur cette salle privée. Il n'avait jamais posé de questions, avait préféré en savoir le moins possible pour être tranquille. Voilà où ça l'avait mené.

Si je ... peux faire quelque chose, dites-le moi.
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Mer 9 Aoû - 20:00 (#)

Anaïs illustration

En écoutant Nayah et Isalin, je me demande à quand remonte le moment où mon objectif a sévèrement bifurqué. N’était-ce pas une idée que j’avais, de rapprocher humains et éveillés ? C’était au même rang que devenir médecin, créer un centre pour les Outres perdues ou, plus récemment, de finir ma formation de chaman, dussé-je y passer vingt ans ? Quand est-ce que j’avais laissé tomber cette idée en me disant que se cacher était plus simple ? Après tant de coups durs, après tant de temps à remonter la pente, à trouver des solutions pour ne plus revivre en boucle le même cauchemar, j’ai encore des sueurs froides en repensant au bruit des balles qui sifflent. Même si triturer mon amulette aide, que ce soit grâce à la magie qui l’imprègne ou juste un effet placebo, ça me retourne l’estomac. J’ai encore le bruit de l’explosion dans les oreilles.

Pour vivre heureux, vivons cachés. Avant la Révélation, ça aurait été le mot d’ordre. Pas besoin de trouver une quelconque parade à une quelconque agression. Personne ne savait. On fantasmait la magie et l’étrange, mais elle a depuis pris le pied dans le quotidien et tous n’ont pas demandé à ce qu’elle se présente. J’aurais sans doute été plus heureuse sans l’apparition de mes pouvoirs ou s’ils avaient eu lieu sans que la Révélation n’ait existé. J’aurai continué ma petite vie tranquille, ou bien personne n’aurait compris que c’était de la magie, moi y compris. Mais non, ça a foutu la merde et j’en paie encore les pots cassés. Et on m’en veut pour ça alors que je n’ai jamais rien demandé. On me traite de monstre alors que je demande simplement d’être traité comme n’importe qui d’autre. On m’attaque alors que je m’efforce de vouloir sauver des gens.

Je suis tellement fatiguée de lutter parfois…

Sont-elles naïves, à espérer changer les choses en faisant un tweet qui sera noyé dans la masse en quelques secondes ? Sans doute un peu. Ou bien espèrent-elles encore. Moi, ça me fait doucement rigoler. Les gens sont lâches. Pour sûr, il y aura plein de soutien, mais le moment venu, devant le fait accompli et la violence gratuite qui ne manquera pas de s’élever, tous feront la sourde oreille et les messages encourageants seront ceux d’hypocrites qui se disent que ça ne les concerne pas vraiment, de toute façon. Ça deviendra un autre fait divers. J’ai déjà eu ma tête placardée sur un journal avec bien trop de détails sur ma vie pour vouloir m’exposer à nouveau à ce genre de choses. Pas tant que je n’aurai pas le contrôle sur ce qui y est dit.

- Que voulez-vous que je vous dise ? Non ça ne me plaît pas cette situation. Bien sûr que j’aimerais changer les choses, mais je suis réaliste. Vous découvrez la haine et soudainement ça vous met en rogne parce qu’elle est dirigée contre vous, et vous voulez agir, super, mais moi ça fait des années que je vis avec ça, avec le souvenir d’agressions et d’insultes, avec les cicatrices de ce qu’ils m’ont fait juste parce que j’ai eu le malheur d’être différente. J’ai largement eu le temps d’y penser, à vos solutions.

Je lâche la main de Ren et fixe le plafond un instant en soupirant. Je ne vais pas leur faire entendre raison, je le sais déjà.

- Ils ont déjà mon nom, mon adresse, ce que je suis. Ils savent. Ma tête a été plaquée dans les journaux de Lafayette quand mes pouvoirs se sont révélés et quand j’ai fui la ville. Et je n’ai pas envie de la voir à nouveau dans un quotidien local. Pas plus que je n’ai envie que ma famille ou mes amis soient pris pour cible parce que des tarés se disent que c’est la chose à faire au nom d’une cause basée sur la haine de l’autre.

Isalin a l’air prête à mettre en œuvre ce qu’elle dit dans la minute. Nayah a l’air de salement vouloir la suivre. Et Ren… Ren est clairement le plus à plaindre de nous quatre si les choses dérapent. Lui a vu son nom lié à une affaire sordide et même si je suis persuadée qu’il n’a rien à voir là-dedans, l’américain moyen qui lit ce genre d’article sans trop y réfléchir n’aura sûrement pas le même avis. Je doute que tenter quoi que ce soit puisse être une bonne idée dans la conjoncture actuelle.

Mais ne rien faire, c’est les laisser gagner.

- Ah fait chier… Daphné va me tuer… Mais admettons. Vous voulez faire quoi ? Parce qu’un  tweet ça va pas faire grand-chose et à moins que vous ayez des capacités incroyables pour découvrir qui est derrière tout ça et y mettre un terme, je vois mal quoi faire de très utile. Au mieux j’ai quelques noms de tarés qui ne sont peut-être même pas en ville et au pire j’ai une cible sur le front au vu du côté personnel du message laissé sur ma porte.

Sans compter l’implication avec la Meute… Je pense avoir été discrète lors de l’attaque du manoir, mais les caméras sur le territoire des loups ont certainement capté ma trogne en gros plan et c’est un miracle que je puisse me déplacer en ville sans avoir un pointeur rouge sur la tête…. Ou bien je ne le vois pas. Ça me rend parano, toute cette situation !

- Je pense quand même que se dévoiler au grand jour, c’est trop dangereux. Vivre avec une épée de Damoclès sur la tête, j’ai eu ma dose.

Si tant est qu’elle ait un jour disparu…


Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Naya Cahann
Naya Cahann
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Petit feu follet
Qui es-tu ? : A venir
Facultés : ☽ Maitrise de la kinésie - capable de manipuler les flammes entre les paumes de ses mains, de modifier leur intensité // sensation d'étouffement, manque d'oxygène en cas de manipulation trop abusive.

☽ Lecture des auras - capable de reconnaitre Humains, outres et arcanistes. Perception des auras vampiriques et thérianthropes mais sans pouvoir réellement les reconnaître.

☽ Température corporelle au-dessus de la moyenne - en apprentissage pour canaliser cette chaleur et soigner les gens.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  9284433-kitchen-witch-quote-tea-towel-by-anda
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Sadie Sink
Double compte : Samuel Miller
Messages : 159
Date d'inscription : 16/05/2023
Crédits : Shereen
Lun 14 Aoû - 11:42 (#)

Ca fait un paquet de trucs. A assimiler. Digérer. Je sais, je devrais probablement poser des questions. Que ce soit à Ren sur ses capacités ou aux filles, pour en savoir plus ce que les quelques paroles qui leur échappent peuvent bien cacher. Mais ça bourdonne dans ma tête. C’est comme si tout mon univers éclatait en plein de morceaux et je suis infoutue de savoir comment gérer tout ça.

Sauf que, à mesure que passent les secondes, que je les écoute, y a une certitude qui sort de tout ça. Une seule, mais assez forte pour que je m’y raccroche. Alors je souffle, à mi-voix. « Je sais un truc. Je veux pas de ça. Je veux pas que Ren ait peur que son nom soit associé à un truc qui a rien à voir avec lui. Je veux pas qu’Isa soit bloquée dans sa vie parce qu’elle est différente. Je veux pas que ce soit… normal pour toi Anaïs, tout ce que t’as pu vivre. Y a rien de normal dans tout ça. On doit pas s’habituer à tout ça. » Une inspiration, alors que j’avale le reste de mon milkshake d’une traite. Je me sens trembler un peu, mais c’est un combo d’émotions que j’ai du mal à maitriser, surtout vis-à-vis de Ren. « Ouais, je découvre la haine et le poids des secrets qu’on se sent obligé de cacher pour rien. Je sais que c’est naïf et tout hein. Mais j’ai vécu toute ma vie avec des gens bienveillants, pour qui la magie était normale. Ma grand-mère m’a toujours dit qu’il y a de la magie partout dans le monde, autour de nous, qu’on en soit porteur ou pas. Que tout est une question d’équilibre et d’acceptation. » Ouais, ouais, je sais, je suis une gentille fille un peu cruche en comparaison de ce que les autres ont pu vivre, mais pour le coup, j’assume complètement. « Je veux pas avoir à apprendre à vivre dans la peur ou la haine. C’est pas normal. »

Ouais bon, mon speech est pas terrible, mais j’y ai mis tout mon cœur là. Et, quand Isa s’emballe, prête à faire quelque chose, même si je sais pas trop quoi encore, j’ai un sourire. Avant qu’il se fasse plus large quand Anaïs semble rendre les armes. « T’es pas obligée de te mettre toi en avant si t’as pas envie. » Je tends la main et je la pose un instant sur la sienne, avant de reprendre, d’une voix plus douce. « L’épée de Damoclès sera toujours là. Perso, j’en avais juste pas conscience avant. Je me doute que les tweet, ce sera pas suffisant, mais j’ai plus envie de me cacher. Je me faisais déjà traiter de freak avant et j’ai déjà fini dans des bennes à ordure parce que j’étais différente. » Un bref regard à Ren, même si je détourne les yeux tout aussi rapidement. Et j’ai un soupir, laissant filer un silence pensif alors que je joue du bout du pouce avec une goutte qui roulé le long de mon verre. « Je pense que je vais afficher publiquement que je suis en formation à l’Eglise Wiccane. » Je sais même pas si Ren a tilté que je prenais des cours là-bas. « Montrer que je suis pas un monstre, que j’apprends à gérer mes compétences. Faire de la pub en ce sens. Je veux pas avoir à cacher ma nature. » Mais je comprends qu’ils en aient encore besoin de leur côté. « J’ai pas la communauté d’Isa… » Un clin d’œil en direction de l’intéressée. « Mais je suis active sur les réseaux à la fac. Et je fais pas mal d’expo et compagnie avec mes photos. Alors… leur montrer qu’on peut vivre au quotidien avec les gens normaux, sans avoir besoin de masquer qui on est, ça me parait un premier pas. » Avec les conséquences que ça peut avoir, évidemment. Et je sais aussi un truc. Va vraiment falloir que je me mette sérieusement à bosser mes capacités.
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Isalín Lokisdóttir
Isalín Lokisdóttir
That kid you called a weirdo
You're a part of the dawn...

En un mot : ❅ fleur hivernale ❅
Qui es-tu ? : ❅ Née en octobre 2004, elle est encore dans ce drôle de monde qu'est l'adolescence;
❅ Cheveux sombres et yeux de jade, visage en cœur, petite bouche charnue et taches de son, voilà le mélange de ce visage un peu atypique. C’est aussi une silhouette athlétique d’1m64 pour 52 kg.
❅ Depuis toute petite, elle s'entraine pour être patineuse Olympique. Médaillée d'argent au championnat des USA et sacrée première à la grande coupe des quatre continents, son rêve s'effondre en 2021 à cause de ses dons.
❅ Cherche désormais sa voie en tant que personne et en tant qu'Outre.
❅ Vit avec sa cousine Sofia et Elizabeth.
Facultés : ❅ Élémentaliste de l'eau dont le pouvoir se manifeste actuellement essentiellement autour de la glace.

❅ Don principal : kinésie de la glace. Isalín peut givrer l'eau et les surfaces humides ou déformer sommairement une étendue de glace.
Fonctionne dans un rayon de 2m, le contact aide beaucoup
❅ Don secondaire : résistance accrue au froid.

❅ Les bienfaits d'avoir grandi dans un monde bilingue font qu'elle n'a pas d'accent quand elle parle anglais, mais il lui arrive de buter sur le vocabulaire.

❅ C'est une athlète de haut niveau, elle est donc plus robuste et endurante qu'une adolescente lambda du même âge. Son sport l'a rendue aussi particulièrement souple et agile.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  8k10
... when the light comes from the dark

Pseudo : Isalín Lokisdóttir
Célébrité : Alice Pagani
Double compte : Myrtle & Orihime
Messages : 131
Date d'inscription : 04/04/2023
Crédits : Wild avatar
Mar 15 Aoû - 22:00 (#)

Heureusement qu’elle est là, Naya. Pour la comprendre, pour poser les mots qu’elle n’aurait pas su trouver. Ce n’est pas normal. Ils respirent le même air, ils mangent la même nourriture – vampires mis à part – pourquoi les « CESS » devraient-ils être traités différemment ? La haine et la peur ne devraient pas être quelque chose devant quoi on se résigne.

- Je pense tout comme elle, appuie-t-elle après le speech de sa copine.

Quelque chose se passe chez Anaïs, bien forcée de changer son fusil d’épaule devant autant de détermination. Isalín n’admettra pas qu’elle est « naïve », car ce n’est pas de la candeur que de souhaiter un monde égal. Comme tous les combats sociétaux, peut-être que celui des surnaturels est générationnel. Peut-être que les vieux, forgés par les habitudes appelant à la discrétion et au profil bas, n’ont pas la capacité de faire bouger les choses. La Révélation est récente après tout, d’un point de vue historique. C’est aux jeunes de prendre leur avenir en main, armés de leurs espoirs adolescents et de leurs convictions flamboyantes. Alors « que faire » demande Anaïs ? Naya donne un début de réponse…

- J’crois que c’est une bonne idée ça ! La fac, les expos, les étudiants…, elle tourne un minois radieux de motivation vers les deux réticents, faut pas qu’on pense comme les vieux… se cacher, rester discret, c’est leurs idées, parce que c’est ce qu’ils ont connu avant la Révélation ! Mais nous… on est différent ! On a une chance en fait. Y’a des tas d’jeunes comme nous qui ont des dons et savent pas comment les exprimer, et même des jeunes qui ont pas d’dons mais n’ont aucun problème avec les CESS. Parce qu’on est plus ouvert d’esprit qu’les anciens !

Ça se voit partout, non ? Le racisme, la sexualité, le genre, les post-2000 mènent le game quand les anciennes générations sont à la traîne. C’est de ça dont ils ont besoin : une prise de conscience exprimée par ceux et celles qui n’ont pas le poids du passé sur les épaules. Ceux et celles qui ont des yeux frais, tournés vers l’avenir.

- J’suis sûr qu’on aurait d’autres lycéens et d’autres étudiants avec nous. C’est nous qu’on a l’plus de chance de.. comment vous dites déjà, réfléchit-elle en creusant son anglais imparfait. « Penser en dehors de la boîte » ? On peut être le début d’quelque chose… t’crois qu’on peut lancer un appel à faire une marche pacifique via ta fac Naya ?

Les prunelles de jade d’Isalín interrogent brièvement son amie, puis s’arrêtent sur Ren. Le plus terrifié de la bande, qui a semblé se résigner à les suivre. Un sourire contrit plie ses lèvres, elle a mal au cœur pour lui. L’Islandaise ne le connait pas, elle vient de le rencontrer. En revanche, s’il a des pouvoirs, s’il est persécuté, alors il est dans sa team. C’est simple.

- C’pas les autres qui doivent définir qui t’es, c’est toi. Et si les violence s’arrêtent, si on est acceptés, juste… t’aurais l’choix d’te planquer ou non. C’pas pareil que d’y être forcé… et toi, là, elle se retourne vers Anaïs, j’crois qu’tu devrais l’diffuser ton message d’menace. Aux flics, en ligne, partout. Tu l’balances, pour que les gens sachent l’genre d’sociopathes qui peuvent s’en prendre à des gens comme nous… et qu’ces types sachent qu’on va pas s’taire et s’laisser marcher d’ssus en silence !
Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Naya Cahann
Naya Cahann
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Petit feu follet
Qui es-tu ? : A venir
Facultés : ☽ Maitrise de la kinésie - capable de manipuler les flammes entre les paumes de ses mains, de modifier leur intensité // sensation d'étouffement, manque d'oxygène en cas de manipulation trop abusive.

☽ Lecture des auras - capable de reconnaitre Humains, outres et arcanistes. Perception des auras vampiriques et thérianthropes mais sans pouvoir réellement les reconnaître.

☽ Température corporelle au-dessus de la moyenne - en apprentissage pour canaliser cette chaleur et soigner les gens.
Le club des cinq (moins un) mène l'enquête !  9284433-kitchen-witch-quote-tea-towel-by-anda
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Sadie Sink
Double compte : Samuel Miller
Messages : 159
Date d'inscription : 16/05/2023
Crédits : Shereen
Mar 24 Oct - 12:20 (#)

Si je suis clairement pas convaincue que Ren ou Anaïs soient réceptifs à ce que je raconte, au moins, avec Isalin, j’ai l’impression d’avoir une oreille attentive. Et je me raccroche à ça, alors que j’ai quelques idées qui germent, sans trop savoir si ce sera concluant ou pas, si ça pourra vraiment servir à quelque chose. « Même si ça donne rien, même si c’est naze… j’préfère ça que continuer de flipper dans mon coin. Je pense qu’on mérite plus que ça. Qu’on a le droit d’être qui on veut, comme on veut. » Et, si j’ai toujours pensé que mon statut de mage, de sorcière, était quelque chose de normal, je comprends bien que c’est pas le cas pour tout le monde.

Alors, l’idée, ce serait aussi d’aider les autres. Qui ont trop peur de faire le premier pas. De se prendre un revers qui peut être très violent. « J’ai de la chance, j’ai mes parents qui me suivent. Ou qui le feront en tout cas, si je leur parle de tout ça. » Oh, ils seront inquiets et tout hein, je sais bien. Mais je pense qu’ils seront aussi fiers de moi et de ce qu’on pourrait tous faire.

Un hochement de tête en réponse à Isalin, alors qu’elle parle d’une marche pacifique. « Ce serait carrément une bonne idée ouais. Je vais activer un peu les réseaux de ma fac. Faut bien que ça serve à quelque chose de mourir d’ennui sur les bancs des amphis toute la journée hein. » Bon, j’essaie – et j’y arrive plutôt bien je trouve – de mettre de côté la boule de tristesse que j’éprouve toujours vis-à-vis de Ren. J’ai pas d’autre option que de faire avec de toute façon. Je sais qu’un truc s’est cassé entre nous, sans que j’arrive à savoir à quel point ce serait réparable ou pas. A quel point toute la confiance que j’avais pour lui s’est brisée en mille morceaux. Mais si j’ai tout les morceaux à portée de main, je pourrais ptet réussir à arranger les choses non ? Enfin, pour ça, faudrait qu’il en ait aussi envie. Et, dans l’immédiat, je suis trop triste pour vraiment avoir envie d’y réfléchir.

« Faut plus qu’on se laisse marcher dessus oui. Et qu’on vous laisse avoir peur. C’est pas normal. Et ça le sera jamais. » Soufflé d’une petite voix assurée. Ouais, je suis consciente que j’ai jamais eu aussi peur qu’eux, qu’Anaïs et Ren. Mais ça m’empêche pas de vouloir tout faire pour que ça arrive plus.

Finalement, mon milkshake est fini, comme ceux des autres. Et je me rends bien compte que j’ai pas regardé Ren en face depuis qu’il a expliqué ce qu’il était. C’est trop compliqué pour moi encore. J’ai pas envie d’en parler avec lui. Pas maintenant en tout cas. Peut-être jamais. Je sais pas. « Je vais y aller. J’peux tenter de passer à la fac pour voir si on peut imprimer des affiches et tout. Et pour organiser une marche. » Une hésitation, alors que je récupère ma veste. « J’peux vous tenir au courant. Si vous voulez. » Aucune obligation donc. « Et… si vous avez un souci, vous pourrez être en sécurité chez mes parents. Hésitez pas à y aller. » J’sors un carnet où je griffonne l’adresse que je donne à Isalin et Anaïs. « Ren la connait déjà. » Lâché d’une voix plus tremblante que je l’aurais cru.

« A plus… prenez soin de vous. »

Et, sans vraiment attendre de réaction, je préfère filer. On verra bien ce que l’avenir nous réserve avec tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: