Les loups-garous et la Meute 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Forgive me, Father, for I am sin
L'impératrice
L'impératrice
Forgive me, Father, for I am sin
SINFUL

Les loups-garous et la Meute O422ctq
En un mot : Righteous cross
Thème : Dies iræ
WHAT HAVE WE DONE
Les loups-garous et la Meute REjIVMI
Messages : 388
Date d'inscription : 24/03/2017
Mer 12 Juil - 0:03

Les loups-garous et la Meute
Chacun sa place, chacun son rôle



En un mot
   

Les loups-garous, ou lycanthropes, sont des humains pouvant se transformer en loup. Leur organisation sociale est stricte, basée sur celle des loups sauvages. Chaque garou a une place définie dans la dominance : alpha, les leaders ; bêta, les suiveurs ; et oméga, qui sont respectés bien qu'en bas de la hiérarchie. Les loups-garous sont dirigés par un ulfric et suivent des règles strictes mais forment une communauté soudée, l'entraide étant au cœur des valeurs. Ils se réunissent dans un caern, un lieu protégé magiquement, qui se trouve dans le territoire de la Meute.
Structure
Les lycanthropes sont parmi les garous à avoir l’organisation sociale la plus stricte, qui est directement tirée de celle existant dans la nature. Le système est basé sur la force et la dominance : les plus dominants et forts dirigent la Meute, les moins dominants ou les plus faibles sont en bas de l’échelle. Trois groupes peuvent ainsi être distingués.

Alpha Les alphas sont des bêtas qui se sont hissés aux postes de leaders parce qu’ils sont les plus dominants ou puissants. Ils occupent les plus hauts postes de la hiérarchie de la Meute : l’ulfric, bien évidemment, mais aussi la lupa, le freki et le geri. Ils peuvent, souvent avec l’aide d'autres garous de leur meute, apaiser une Bête. Ils peuvent aussi aider ou forcer un bêta ou un oméga à revêtir une forme précise ou dont il a peu l’habitude. Les alphas, à l’aide du vargamor, peuvent aussi empêcher une transformation, en transférant la Bête à un autre individu. Ce rite est essentiellement utilisé pour aider les louves enceintes à mener leur grossesse à terme.

BêtaLa grande majorité des loups-garous sont des bêtas. Leur Bête est dominante mais tous ne le sont pas au même niveau, il existe une hiérarchie implicite dont tout le monde a conscience. Dans un complexe jeu de regards, d’attitudes, de placements, chaque loup évalue la dominance des autres en fonction de la sienne et de son rôle dans le groupe. La plupart du temps l’un des loups reconnaît qu’il est moins dominant et abandonne alors la lutte, en baissant le regard par exemple. Mais si les loups ont un doute sur lequel est le plus dominant des deux alors un combat peut éclater. En général les loups stopperont le combat avant la mort ou une blessure grave, bien qu’il puisse arriver des accidents… Ou que la part humaine d’un garou veuille véritablement blesser ou tuer son opposant. Un bêta très dominant peut challenger les alphas pour se hisser à leur poste.

OmégaLes omégas, que l’on peut aussi appeler soumis, sont essentiels à la survie de la Meute, bien qu’ils soient théoriquement en bas de la hiérarchie. Ils ne sont pas dominants et pour cela ils demeurent hors des conflits et des luttes de dominance. Ils sont invariablement neutres et veillent à la cohérence du groupe : en s’interposant lors des conflits par exemple. Ils sont moins puissants et moins nombreux que les bêtas et peuvent prendre des coups en s’interposant de la sorte mais, car ils sont neutres et normalement hors des conflits internes liés à la dominance, ils sont protégés par la Meute et sont souvent consultés pour leurs conseils. Bien qu’ils n’aient pas de statut particulier, les omégas peuvent devenir des conseillers de l’ulfric.

Les loups solitairesComme chez les loups sauvages, il arrive que des individus se détachent d'une Meute pour vivre seul ou refusent de l'intégrer, donnait alors des loups solitaires. Plusieurs raisons peuvent conduire à cet état : un garou peut avoir été battu lors d'une lutte de dominance, souvent en perdant lorsqu'il a voulu prendre la place de l'ulfric car certaines meutes bannissent les fenrir qui échouent, alors que certains perdants choisissent volontairement l'exil. Un loup qui se sent une âme d'alpha mais qui ne souhaite pas affronter ceux déjà en place, souvent par crainte de l'échec ou par désir d'indépendance, peut aussi se détacher de sa meute. S'il rencontre d'autres loups solitaires il pourra alors tenter de former son propre groupe. Le loup solitaire peut aussi être un individu banni de sa Meute pour avoir enfreint les règles.

Les loups-garous ont un fort instinct grégaire et une chance de survie souvent bien meilleure lorsqu'ils sont en groupe. Les solitaires sont souvent des voyageurs. Ils contournent les meutes lorsqu'ils ont vent de leur existence et vadrouillent jusqu'à trouver un endroit où ils souhaitent se poser. Néanmoins, le solitaire doit affronter seul les affres de son état et ne peut compter sur personne d'autre. Gérer sa Bête, ses excès et les mauvaises passes sans l'aide de personne est parfois très difficile.

Un loup solitaire peut souhaiter rejoindre une meute et si elles sont en général méfiante au début, elle attendent que le nouveau venu prouve qu'il est digne de confiance en s'intégrant petit à petit avant des les accepter pleinement. L'ulfric sait qu'un loup seul aux alentours de son territoire peut être un danger pour sa meute entière et c'est là qu'intervient son pouvoir fédérateur : s'assurer que le loup solitaire ne devienne jamais un problème, quitte à le chasser voire à le tuer dans les cas les plus extrêmes, ou réussir à l'intégrer. Si tous les loups respectent le droit d'être un loup solitaire, la plupart préfère les voir loin de chez eux. Un solitaire qui se trouve sur le territoire d'une meute recevra en général un seul avertissement très clair. Ensuite, s'il ne comprend pas le message, il risque de se faire passer à tabac, la territorialité des garous tolérant très mal ce genre d'intrusion d'autant plus quand il s'agit de protéger le secret de l'emplacement d'un caern. Les meutes font en général preuve de clémence la première fois mais pas d'énormément de patience envers les petits malins et c'est une règle avec laquelle il ne faut pas jouer, sous peine de voir son cadavre finir au fond d'une rivière.

Le CaernLa Meute se réunit au sein d’un caern. C’est le lieu dans lequel ils se donnent rendez-vous afin de réaliser des rituels, comme l’intronisation d’un nouveau membre par exemple, et est tout autant un symbole que le nœud de la vie des loups-garous. Le caern est parfois établi sur un lieu considéré sacré, une zone de terre où la magie afflue naturellement (en savoir plus dans l'introduction à la magie). Cela permet au vargamor de tirer de la puissance de la terre afin d'effectuer divers rituels, comme le transfert de Bêtes pour les louves-garous ou l’appel aux munins. Ce lieu est en général protégé magiquement par le vargamor, qui le dissimule aux yeux de tous, exceptés ceux des membres de la Meute, même si chacun à ses méthodes et ses façons de faire pour établir des protections. La Meute conserve le même caern d’ulfric en ulfric, car ces lieux de pouvoirs sont rares et il est difficile d’en changer.
Statuts
Certains loups ont des statuts spécifiques, en fonction du poste qu’ils occupent et de leur rôle dans la Meute. Les noms des statuts sont tirés de la mythologie nordique et notamment du mythe du dieu Odin.
UlfricC’est le titre par lequel on appelle le chef de meute. Il signifie « pouvoir du loup » en vieil allemand. Il est responsable d’une meute et prend les décisions. Dans l’organisation des loups-garous, il est semblable à un roi. C’est la force et non pas la parenté qui définit l’ulfric. C’est pourquoi, pour accéder à ce titre, il faut provoquer l’actuel roi-loup en duel et le tuer ou l’assujettir totalement.

LupaElle est la numéro deux dans la hiérarchie de la meute mais pas nécessairement la deuxième plus puissante. Une lupa accède à ce poste généralement en étant la compagne de l’ulfric mais peut également être choisie si elle est politiquement influente et puissante dans la meute. Si le rôle d'ulfric peut être endossé par un loup ou une louve, le rôle de lupa est exclusivement féminin.

Freki et GeriC’est la place occupée par le bras droit de l’ulfric. Il est possible qu’il y ait également un geri, un deuxième bras droit. Leurs noms sont tirés des deux fidèles loups du dieu nordique Odin. Ils sont les conseillers de l’ulfric et sont obligatoirement deux loups puissants de la meute car le freki prend la place de l’ulfric s’il meurt hors d’un duel de dominance.

BolverkL’un des noms d’Odin qui signifie « Agent du mal » est utilisé dans la meute pour désigner le bourreau de l’ulfric, celui qui effectue les tâches dont un meneur ne doit pas s’occuper. Il est donc directement sous les ordres de l’ulfric. C’est un loup ou une louve puissant(e) mais discret(e) qui exécute les ordres de son ulfric sans poser de questions.

VargamorIl n’est pas un loup-garou mais il fait parti de la meute. C’est un arcaniste (le plus souvent un chaman ou un mage, de tradition plutôt rouge voire blanche) qui fait le lien entre les loups-garous et les munins, les esprits des loups-garous morts. Il est neutre et ne prend pas parti dans les luttes de dominance. C’est le gardien du caern et est indispensable lors des grossesses de louves.

Sköll et HatiCe sont les gardes du corps de l’ulfric, ils le suivent partout où il va et plus encore lors de cérémonies ou de présentations officielles. Ils le défendent contre ceux qui veulent l’attaquer sans faire perdre l’honneur à leur ulfric. Celui endossant le rôle de Sköll est en général plus dominant que le Hati.

FenrirEst déclaré Fenrir un loup contestant l’ulfric en place. Pour se déclarer Fenrir, il doit d’abord se hisser à la place de freki puis annoncer sa volonté de détrôner l’ulfric. A la suite de cette déclaration, soit un combat à mort est mis en place, soit le Fenrir persuade l’ulfric de lui laisser sa place et lui promet de lui laisser la vie sauve.

Eros et EranthIls initient les nouveaux loups à tous les changements inhérents à leur condition. Ils les aident à contrôler leur Bête dans toutes sortes de situations et notamment dans leur rapport aux émotions. L'Éros enseigne à gérer le désir et l'Éranth la violence.
Règles de la Meute : la Litanie
La Meute et les loups-garous en général sont régis par des règles qui préservent l’harmonie au sein du groupe et sa sécurité. Ces lois sont appelées Litanie, car elles émergent d’une longue tradition orale. L’ulfric a pour charge de faire respecter ces règles au sein de sa Meute.

Le territoireL’ulfric règne sur un territoire, qui dépend souvent de la taille de sa meute. Depuis l’urbanisation extrême du monde occidental, les territoires sont souvent établis autour de villes, de comtés, d’agglomérations, etc... Dans le cas de la Meute de Shreveport, qui est assez conséquente, son territoire s’étend dans la Kisatchie National Forest, il en représente la moitié. Cela veut dire que, outre les visiteurs humains lambdas qui visitent les lieux sans avoir conscience d'où ils mettent les pieds, aucune autre créature surnaturelle ne sera tolérée dans l’enceinte du territoire sans avoir prévenu l’ulfric de son passage et donc reçu le droit de passage. La Meute aura toute autorité pour se débarrasser des intrus et n'avertit en général qu'une seule et unique fois. Une autorité qui, si elle est en général reconnue par les clans surnaturels, est complètement hors de la loi humaine, dont seuls les tribunaux peuvent rendre justice. Toute action punitive de la Meute pourrait être reconnue comme une agression ou un meurtre légalement parlant. Des avertissements évidents jalonnent les frontières du territoire pour qui sait les remarquer : odeurs d'urine, marquage et autres signes ancestraux gravés dans la pierre ou l'écorce font office de mise en garde.

La moitié Nord de la Kisatchie National Forest est donc le territoire privilégié de la Meute, où les loups peuvent se rejoindre et évoluer librement, mais encore faut-il le savoir car cette information n'est pas connue par le grand public, tout juste par les autorités des grands clans locaux et des individus qui fréquentent les environs depuis longtemps, et des individus la traversent régulièrement sans en avoir conscience. La localisation exacte du caern est, elle, jalousement gardée. Si le territoire de la Meute s'arrête aux limites du parc, un territoire résiduel est admis autour de toutes les meutes. Cela signifie qu’aucune meute ne pourra s’établir à moins de 15 km d’un territoire occupé. Si aucune meute ne peut revendiquer ces lieux, les créatures surnaturelles sont cependant libres d’y circuler sans craindre de représailles de la meute locale.



Le territoire contrôlé par la Meute

Le caern de la Meute se situe dans la partie boisée du parc, où la nature y est préservée : sa tranquillité est rarement dérangée par l’activité humaine, inexistante. Le caern est une clairière, un lieu sacré invisible aux yeux des non-initiés. Seuls les membres de la Meute peuvent discerner ce large cercle dépourvu d’arbres. En son centre, se trouve deux rochers, presque jumeaux, sur lesquels l’ulfric et la lupa peuvent prendre place lors de rituels. Le perchoir représenté par ces rochers permet aussi d’en faire une estrade accueillant un orateur.

En entrant sur le territoire d’une autre meute, un loup doit se signaler à la Meute. Cependant, il arrive de plus en plus que les loups négligent de se présenter, par ignorance, mais surtout parce qu’ils ne veulent pas suivre les lois rigides de la Litanie. Ils estiment qu’ils sont dans un pays libre et qu’ils peuvent aller où bon leur semble. Cette arrogance pourrait leur coûter cher car souvent les sortilèges de protection tissés par le vargamor inclut un quelque chose de plus étendu afin d'y déceler les intrusions. Faire preuve de négligence ou - pire - amener volontairement quelqu’un d’extérieur à la Meute dans le caern est sévèrement puni. Cela pourrait obliger la Meute à tuer celui qui détient ce secret avant qu’il ne le divulgue voire à changer de caern dans le pire des cas, ce qui reste très difficile au vu de la rareté de tels lieux.

La hiérarchieAu sein d’une meute, la hiérarchie doit être respectée : on doit soumission aux alphas et protection aux omégas. Tout changement dans la hiérarchie doit passer par une lutte de dominance, pour que le loup prouve qu’il est digne de monter dans la hiérarchie. Aucun contournement ne sera toléré. Les luttes de dominance seront toujours honorables. Si un conflit physique doit éclater pour départager deux loups à la dominance proche, le combat ne devra pas déboucher en blessures graves ou devenir une lutte à mort. L’intégrité de la Meute est plus importante que la victoire passagère d'un individu et ces violences seront punies.

L’entraideLes loups-garous vivent en une Meute soudée. Si les rapports de hiérarchie sont stricts et clairs, cela ne veut pas dire que les relations sont froides, bien au contraire. Chacun sait sa place, et elle est souvent dans l’aide des garous moins dominants ou puissants que soi. Ainsi, si les omégas sont protégés par toute la Meute, les bêtas veillent entre eux, les plus dominants prenant soin des moins dominants. Les alphas sont autant responsables de faire respecter les règles que de veiller à la sécurité et aux bien-être de tous les membres de la Meute. Les soirs de pleine lune, les loups chassent ensemble, dans une unité presque parfaite. Le partage de la nourriture issue de la chasse est presque un rituel.

L’accueil de nouveaux membresQu’elle soit volontaire ou accidentelle, la contamination d’un humain est de la responsabilité du loup qui l'a provoquée. Il devra prendre en charge le nouveau loup. Il peut le présenter à la Meute pour que les alphas puissent l’aider à se contrôler. Une fois en maîtrise de lui-même, le nouveau garou pourra décider d’intégrer la Meute ou non. Un garou qui abandonne celui qu’il a créé peut être puni par l’ulfric, si celui-ci vient à l’apprendre. Les sanctions pour un tel comportement sont très lourdes car transformer un humain par accident ou perte de contrôle et le laisser ensuite partir, c'est mettre toute la Meute en danger.

S’ils croisent un garou tout juste transformé, ou un garou qui n’est pas maître de lui-même, les loups doivent le reporter à la Meute, qui conseillera ou éliminera le garou, selon la menace qu’il représente. Cela avait autrefois pour but de préserver le secret de l’existence des garous. Aujourd’hui, cette vigilance est indispensable pour ne pas aggraver l’opinion publique au sujet des garous, qu’un meurtre ou un nouveau scandale de contamination pourrait faire éclater. Les garous ne sont pas à l’abri d’une loi répressive. Ainsi, la Litanie incite les loups à faire attention non seulement aux autres loups-garous, mais aussi à tous les garous en général, peu importe leur forme. Ils pourront plus tard référer le garou à un groupe plus adapté (la Horde de rats-garous par exemple), la priorité étant de le soustraire aux yeux du public et d'étouffer tout débordement.

CannibalismeHéritage des légendes rapportant que les humains cannibales sont transformés en monstre sanguinaire, la Litanie bannit l’anthropophagie. Il est dit que la chair humaine éveille la Bête au sein des garous et expose ceux-ci à la perte de contrôle et à la rage de sang. Si aucune base factuelle ne peut être relevée dans cette crainte, il est néanmoins vrai qu’un meurtre perpétré lors d’une perte de contrôle peut ronger un garou. Ce sentiment de culpabilité peut faire sombrer le garou et le mener à une nouvelle perte de contrôle, voire à une rage de sang. Si cette loi est globalement respectée, il existe des loups qui ont goûté à la chair humaine, volontairement ou lors de l’emprise de la Bête, et qui y ont pris goût. Ils deviennent en général des cibles à abattre ou à chasser très loin de la région.

DescendanceAuparavant, les loups privilégiaient la reproduction au sein de la Meute ou avec d’autres garous, afin d’assurer que leur descendance soit garou. Mais de nombreux problèmes et maladies liés à la consanguinité peuvent apparaître. Dans certaines meutes les relations entre les membres sont entièrement proscrites, bien que quelques unes cultivent encore l’endogamie et la préservation du sang garou. En Amérique, la plupart des meutes surveillent leur généalogie pour éviter la consanguinité et tentent d’inciter les loups à trouver des compagnons garous d'origines variées. Bien qu'aucun interdit formel n'existe, les meutes tentent de n'intégrer des humains qu'en dernier recours, aussi restent-elles à l'affût des rares bons candidats qu'elles pourraient transformer en loups-garous ou qui ont obtenu leur confiance pour exécuter un tel processus.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: