Le Deal du moment : -25%
PC portable GIGABYTE AERO 16 15.6” Ultra HD ...
Voir le deal
1499 €

Brunch familial [Hélix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
Sam 10 Oct - 13:31 (#)

Brunch Familial





Liam ouvrit lentement les yeux, encore tournés vers un rêve qui s’estompait déjà. La netteté sur son environnement se fit lentement alors qu’un inopportun rayon de soleil lui illuminait le visage. Des petits grains de poussières profitaient d’être temporairement sous les feux des projecteurs pour danser joyeusement. Impassible devant ce ballet de la nature, le jeune homme grogna en se frottant les paupières. Il se redressa avec difficulté en se massant douloureusement les tempes. Ses oreilles bourdonnaient avec une intensité qui suivait les battements de son cœur, alors qu’un mal de tête sourd lui enserrait le crâne. Tandis qu’il s’asseyait, son pied heurta une bouteille de bière ouverte qui roula à côté d’autres cadavres de son espèce en déversant son contenu au sol.

- F’chier… marmonna le gaillard sans pour autant initier le moindre mouvement.

Il s’immobilisa de longues secondes, comme pour permettre à sa vision de se stabiliser et de s’habituer à la luminosité dorée dans laquelle il baignait. Enfin lentement il se pencha en avant, tendant le bras vers la table qui bordait la banquette sur laquelle il s’était assoupi. D’un geste las, il sorti une cigarette de son paquet collé à la table et la porta à ses lèvres. Son autre main se dirigea machinalement là où devait se trouver la poche arrière de son jean mais il ne rencontra pas le vêtement attendu. Le drôle avait vraisemblablement réussi à se déshabiller avant de sombrer dans l’inconscience. Son pantalon était à terre, à présent imbibé de bière.

- F’chier, répéta Liam avec plus de force que la dernière fois. La rage l’anima suffisamment pour qu’il attrape le jean, en sorte le Zippo de sa poche avant le lancer dans l’évier de l’autre côté de la table.

Quand il put enfin allumer sa cigarette, il inspira longuement avant de s’adosser à la banquette et souffla lentement la fumée qui lui emplissait les poumons. Cette première cigarette de la journée avait souvent le don de lui débrouiller les idées. Et il porta de nouveau un regard autour de lui alors que les souvenirs de la veille lui revenaient par flash. Il se trouvait actuellement assis – en caleçon – sur le bout de mousse qui servait de banquette à la kitchenette d’un mobil-home. Mais ce n’était pas le sien. Les rideaux ocres qui donnaient à l’ensemble des meubles cet éclat jauni appartenaient à son adelphe, Hélix. Avec un nouveau grognement, le jeune homme se leva, évitant le sol trempé pour se diriger vers la machine à café qu’il alluma, se préparant une tasse de café bien noire.

La veille au soir, Jamie, le patron d’un bar du nord de la ville pour qui il lui arrivait de bosser l’avait appelé. Liam avait été étonné par l’heure de son appel. Une urgence de plomberie à minuit ? Il avait lancé un regard de regret à la rediffusion du match de baseball qu’il suivait sur l’écran du pub dans lequel il se trouvait avant de décrocher avec un soupir. Si urgence plomberie il y avait, il pourrait lui faire payer triple son intervention… Mais au ton des aboiements du patron de bar, Liam avait rapidement compris que le souci n’avait rien à voir avec une fuite d’eau. Hélix avait encore pété un câble et menaçait de se battre contre un gars, faisant fuir les clients peureux. Le frère l’avait entendue gueuler derrière Jamie et avait brièvement fermé les yeux, promettant au patron qu’il arrivait pour gérer le problème. Il lui avait intimé de ne pas la toucher avant de raccrocher avec mauvaise humeur.

Liam avait ensuite réglé sans finir son verre pour enfourcher sa bécane et rouler à coup de grandes pétarades vers le bar de Jamie. Il avait trouvé sa sœur complètement éméchée en train de cogner un gars qui semblait sonné. Avec force, il l’avait ceinturée alors qu’elle voulait clairement s’acharner sur le pauvre homme. Il lui avait fallu plusieurs minutes pour la calmer et la faire grimper à l’arrière de sa moto. Jamie avait menacé d’appeler les flics et lui avait annoncé une liste de dégâts causés par Hélix à rembourser. Liam lui avait marmonné qu’il reviendrait faire des travaux gratuitement pour compenser ses pertes avant de démarrer pour s’éloigner au plus vite du lieu de perdition. Sa sœur avait continué de gueuler derrière lui, dénonçant à grands cris l’attitude du gars qu’elle avait démoli. Son frère s’était retenu de lui répondre et s’était contenté de la coucher sans un mot – la mine aussi fermée que ses lèvres. Il avait ensuite attendu qu’Hélix s’endorme en vidant bière sur bière. C’est ainsi qu’il avait dû s’endormir – séché par une ivresse sans joie.

La machine à café s’activait, déversant son précieux liquide dans un ronronnement sonore. Liam perçut du mouvement dans la chambre d’Hélix. Sa sœur devait s’éveiller elle aussi. La mine du jeune homme demeurait morose alors que les visions d’Hélix se débattant avec la rage du désespoir quand il avait tenté de la maîtriser s’imprimaient dans son esprit. La porte de la chambre s’ouvrit dans un grincement derrière lui mais il se contenta de savourer son café sans se retourner.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Hélix L. Moxley
Hélix L. Moxley
That kid you called a weirdo
WAKE UP SINNERS

En un mot : I'll drink the poison to find the cure.
Qui es-tu ? : Brunch familial [Hélix] SUPS85Et_o
Brunch familial [Hélix] JPFyyhQ9_o
Brunch familial [Hélix] EAWHCNtL_o
Facultés : ☽ Voir les auras
☽ Aspiration des énergies, relâchement, stockage, balancer des énergies démoniaques à la gueule des connards
☽ Chasser des démons, esprits en tout genre et soigner les corps meurtris
☽ Faire frétiller des pantalons
Thème : Teenage Rock God - Rob Zombie
Brunch familial [Hélix] Ruby-rose
THE DEVIL GET HIS DUE

Pseudo : Akira
Célébrité : Ruby Rose Langenheim
Double compte : Ithan N. Kawhena
Messages : 135
Date d'inscription : 03/01/2019
Crédits : Awona (ava) | Drake (signa) | Prima luce (icons)
Ven 13 Nov - 16:18 (#)

Liam & Hélix Moxley / Courant 2020
Adversity is the first path for truth ( @Lord Byron )

Quand tu ouvres la porte, tu as la tête basse. Tu n'as plus aucun souvenir de la veille. Tu étais entré dans un bar, mais la suite des événements ? Le noir total. Tu avais les poings abîmés, éclatés. Tu pouvais facilement deviner la suite, sans trop forcer ton esprit. Tu avais dû t'engueuler avec un type ou plusieurs, pour une raison stupide, mais qui avait dû te sembler légitime sur le moment. Ou peut-être qu'en ce moment, tout était une raison pour te faire péter un câble. Ta moto qui mettait plus de trois fois à démarrer, un regard méprisant sur ta tenue, le fait qu'il pleuve ou qu'il y est trop de poussière sur ton plan de travail. Tout était prétexte à ce que tu exploses pour un oui ou un non. Même Liam arrivait tout juste à calmer tes crises de colère dérivant souvent aux larmes, incontrôlable. Tu passais pour la folle du coin, tu n'avais plus la même patience lors de tes cours de boxe, tu dégageais une énergie négative et tes mots étaient parfois très durs. Tu t'étais fait remonter les bretelles plusieurs fois par ton patron qui avait su ce qui était arrivé cette fameuse nuit. Un homme bien qui avait la patience d'un sage.

Tu as la pâteuse, incapable pour l’instant d’ouvrir la bouche convenablement. Tes pieds te portent en premier lieu vers le frigo pour en sortir une bouteille d’eau fraîche. Tu bois directement au goulot plusieurs longues gorgées sans un regard. Tu te fais violence certaine pour ne pas attraper une bière qui trône au milieu d’autres. Après tout, cela te permettrait de commencer la journée sur une bonne note, non ? La machine à café arrête son bruit. Tu reposes la bouteille d’eau avant d’attraper le café pour t’en verser dans un mug. Tu as mal dans les mains, même pliés seulement pour attraper ta tasse tire sur tes phalanges et tes tendons. Tu relâches et serres ton poing libre, alors que tu viens boire une gorgée de café. Entre les restes d’alcool encore dans ton bide, l’odeur du café et le fait que tu n’es encore rien avalé, ce n’était pas un super mélange. Tu as une remontée nauséeuse, tu te vois obligée de reposer le mug rapidement et de te mettre rapidement au-dessus de levier au cas où ton ventre déciderait de rendre l’âme.
« Tu n’as rien à me dire Mox ? » Tu essuies tes lèvres même si tu n’as pas rendu tes tripes. Tu essayes de chercher dans un placard quelque chose à manger, pour essayer de calmer comme tu peux ton ventre qui se tord, qui te supplie de lui donner quelque chose pour ne pas définitivement te mettre KO. Tu sais que quelque chose couve chez lui, tu n’arrives plus pas à savoir comment il va exploser à son tour : de colère, de frustration, de tristesse, d’un peu tout à la fois. Et ce silence, le fait qu’il ne dise rien, qu’il ne parle pas, qu’il n’agisse… Tu as mal au crâne et de nouveau, tu sens une colère sombre gronder au fond de ta poitrine. Tu bois une grande gorgée de café avant de lâcher le mug avec violence dans le levier, il se brise en mille morceaux sous tes yeux avant que tu ne retournes vers lui. Ton corps est tendu, comme prête à en découdre bien que jamais tu ne t’en sois pris physiquement à ton aîné Tu avais trop de respect et d’amour pour lui. Mais les engueulades, surtout ses derniers temps, étaient très fréquents « Tu n’as rien à dire ?! Sérieusement ?! DIS QUELQUE CHOSE BORDEL LIAM. ».

Tu enchaînes les conneries depuis cette nuit-là, tu savais ce que tu avais fait, encore, de tes propres mains. Un innocent avait perdu la vie parce que tu étais bien trop faible pour contrôler ton pouvoir. Ce n'était que la répétition des mêmes événements. Tu n'étais qu'un vaisseau pour les pires monstres qui se cachaient dans l'ombre et tu faisais sans cesse les mêmes erreurs. Tu as le cœur au bord des lèvres, prêtes à ce qu'il sorte, tandis que les larmes de colère se battent dans tes yeux.« Dis-le ! Aller ! DIS-LE QUE C'EST MA FAUTE, QU'IL EST MORT À CAUSE DE MOI ! PUTAIN DE MERDE. » Si tu n'étais pas née avec ce pouvoir, si tu n'étais pas qui tu étais, alors peut-être que Renesmée serait en vie, que tu ne vivrais pas dans cette ville de merde, tu serais proche de ta famille et que ce prêtre serait encore en vie. Tout ça c'était ta faute, de ne pas être dans les clous.
(c) mars.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Sam 28 Nov - 17:30 (#)

Brunch Familial





Liam sentit Hélix faire son apparition dans la pièce mais n’en montra rien, attendant patiemment qu’elle émerge. Non sans difficultés, elle se versa un mug de café qu’elle porta à ses lèvres avant de se ruer brusquement vers l’évier. L’odeur du café fort devait être trop âcre encore pour son estomac fragilisé. Mais de son maigre corps secoué de spasmes, elle ne put rien sortir. Hélix ne semblait décidément pas plus capable de soulager ses tripes que son âme…

- Tu n’as rien à me dire Mox ?

Le jeune homme était immobile, mis à part son bras qui portait la tasse de café qu’il vida d’un trait. Derrière lui, Hélix fouillait ses placards et il sentait une tension presque palpable monter entre eux. Plus il restait silencieux et plus sa sœur s’impatientait. Mais qu’avait-il effectivement à lui dire ? Liam n’était pas un homme porté sur la parole mais si sa langue pouvait se délier aussi facilement que celle d’Hélix, c’est tout ce qu’il aurait pu lui rétorquer : qu’est-ce que tu veux que je te dise putain…

Lui-même ne parvenait même à comprendre ce qui l’habitait. Un mélange de colère sourde, d’inquiétude et de tristesse envers son adelphe. Il ne savait pas s’il avait envie de lui gueuler dessus, de la prendre dans ses bras ou de se casser de ce mobile-home pour enfourcher sa bécane et aller ailleurs se changer les idées. Ses diverses tentatives pour la soutenir dans les dernières crises qu’elle avait traversé semblaient dérisoires. Était-ce vraiment l’aider que de la sortir de tous ces mauvais pas ? Avait-elle besoin d’un électrochoc pour se rendre compte qu’elle était en train de bruler la chandelle par les deux bouts ?

Mais leurs engueulades qui éclataient – violentes et sèches – ne semblaient rien arranger non plus. Elles lui rappelaient ses propres crises de colère quand il n’était un enfant, quand la tristesse lui nouait les tripes mais qu’il était incapable de verser une seule larme. Il avait l’impression que son corps devenait un désert aride, et ses cris asséchaient tant sa gorge qu’il avait l’impression d’étouffer. Ce souvenir désagréable entra en résonnance avec le bruit du mug qui se fracassait dans l’évier.

Le poing de Liam se serra sous l’emprise de la tension et il se tourna vers Hélix qui criait à présent, lui intimant de parler. Mais la souffrance qui se déversait d’elle à travers tous les pores de sa peau le rendait muet, désarmé devant sa propre impuissance. Et sa sœur continuait, alors que ses yeux se mettaient à briller de larmes de rage.

- Dis-le ! Aller ! DIS-LE QUE C'EST MA FAUTE, QU'IL EST MORT À CAUSE DE MOI ! PUTAIN DE MERDE.

- Merde, Lyu !

D’un geste, Liam agrippa Hélix par le col pour l’approcher de lui. Il la maintint près de lui de longs instants et posa son font contre le sien en fermant douloureusement les yeux. Il n’alla pas jusqu’à l’enlacer – ce genre de geste de tendresse était relativement rare chez lui – mais voir sa sœur se flageller encore pour cette histoire lui était insupportable. Se redressant, il poursuivit d’un ton dur.

- Tu fais chier Lyu. Combien de fois on doit en parler encore… Cette mort c’était pas ta faute, merde ! Toi mieux que personne tu sais comme ça marche ces foutues possessions !

Avec un grognement, il se détourna en se refermant. Bien-sûr derrière tout ça, c’était la perte de Renesmée qui rongeait Hélix. Mais contre cette douleur, il ne connaissait aucun remède… Il attrapa son paquet de clopes pour en allumer une en s’adossant à la table de la kitchenette. Que dirait Renesmée si elle voyait Hélix dans cet état ? La vraie Renesmée, pas cet esprit perverti qui avait fini de la briser. Mais c’était une question qu’il n’osait pas encore lancer à la tête de sa sœur.


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Hélix L. Moxley
Hélix L. Moxley
That kid you called a weirdo
WAKE UP SINNERS

En un mot : I'll drink the poison to find the cure.
Qui es-tu ? : Brunch familial [Hélix] SUPS85Et_o
Brunch familial [Hélix] JPFyyhQ9_o
Brunch familial [Hélix] EAWHCNtL_o
Facultés : ☽ Voir les auras
☽ Aspiration des énergies, relâchement, stockage, balancer des énergies démoniaques à la gueule des connards
☽ Chasser des démons, esprits en tout genre et soigner les corps meurtris
☽ Faire frétiller des pantalons
Thème : Teenage Rock God - Rob Zombie
Brunch familial [Hélix] Ruby-rose
THE DEVIL GET HIS DUE

Pseudo : Akira
Célébrité : Ruby Rose Langenheim
Double compte : Ithan N. Kawhena
Messages : 135
Date d'inscription : 03/01/2019
Crédits : Awona (ava) | Drake (signa) | Prima luce (icons)
Mer 13 Jan - 15:56 (#)

Liam & Hélix Moxley / Courant 2020
Adversity is the first path for truth ( @Lord Byron )

Tu ne crains nullement ton propre frère. Même si tu as l'envie furieuse de t'en prendre à lui. La moitié de ton sang, le premier enfant de tes parents, tu pourrais mourir pour lui, tu le considères comme ton jumeau un peu plus âgé après tout. Quand il te saisit par le col, tu ne résistes absolument pas. Tu te laisses faire, comme si cette violence, tu l'a demandais, comme une drogue, simplement pour pouvoir te divertir, pour oublier. C'était ce qu'il s'était passé hier. Tu étais encore allé te prendre la tête avec une excuse en carton en tête simplement pour pouvoir mettre une raclée ou en prendre une. Cela n'avait pas une grande importance dans le fond. Ton regard est perdu dans le sien, le défiant. Tu as toujours été une sale môme et habituellement, c'était Liam qui avait ton backup, qui s'assurait de faire les yeux noirs dans ton dos. Tu sais ce qu'il va dire, mais tu n'es simplement pas prête à écouter ces requêtes et ses vérités. Après tout, cela n'avait aucune importance. Tes mains avaient encore été utilisées par un esprit perverti pour tuer un autre être humain. Quand il te relâche, tu as la bile au bord des lèvres.

Tu as l'impression d'avoir de nouveau quatorze ans, une adolescente mal dans sa peau, incapable de faire preuve d'un temps soi peu de logique, de calme. Juste une gamine tout le temps en colère. On ne pouvait pas vraiment t'en vouloir après tout, ce n'était pas mérité tout ça. Ou alors dans une autre vie, tu avais fait une sacrée merde pour que cela arrive. Tu renifles un peu, passant ton avant-bras sur tes yeux pour effacer les larmes, mais ça ne fait que rougir un peu plus tes yeux. « Alors,j'fais quoi Mox ? Hein, qu'est-ce que je fais ? » Ta voix se meurt dans sa gorge, étouffée comme un sanglot d'un enfant en bas âge. Tu oublies et on recommence tout ? Cela ne te semble pas être une situation viable pour toi. Tu n'avais même plus eu de contact avec Archi depuis, vous n'aviez échangé que quelques mots sur l'incident. Tu n'avais jamais revu les autres. Bien sûr que ce n'était pas ta faute, mais Renesmée... Est-ce que ce maudit démon avait condamné son âme a tout jamais et elle n'était plus qu'une âme remplie de haine et de colère envers toi ? L'idée simple te donnait envie de défoncer tout dans cette baraque, ravagée l'ensemble de la maison et ne laisser que des débris dont on ne devinerait même plus ce qu'ils étaient auparavant.

« Et si la prochaine fois, c'était toi ? » Le scénario est quasiment improbable, mais il n'est pas impossible. Mais cela faisait deux fois que tu subissais une possession et deux fois, ils avaient pris la vie avec tes mains. Tu regardes Liam, de haut en bas et malgré la tension et la tristesse de ce qui se passe, tu as un rire nerveux qui vient trancher dans la pièce, entre deux pleurs. « Avec ta force, c'est toi qui me briserais le cou. » Tu claques des doigts, imitant un bruit grossier d'une nuque qui se brise. Tu jettes un coup d'œil dans l'évier où gît la tasse brisée en plusieurs morceaux. Tu attrapes les plus gros morceaux à la main pour les jeter dans la poubelle et nettoies, afin de ne pas avoir du café sec à devoir nettoyer demain matin, lors d'une de tes crises de ménage. Tu viens reprendre une tasse et te servir une tasse lentement, buvant une longue gorgée, silencieuse, n'osant plus jeter un coup d'œil à ton aîné. « Dis-moi que tu auras le courage de faire ce qu'il faut si ça recommence. » Tu ne pensais pas clairement, tu étais encore sous le choc, certainement. Mais tu ne voyais pas d'autres alternatives. Si tu devais encore retirer la vie à quelqu'un, un inconnu ou un propre membre de ton clan, tu n'y survivrais pas, définitivement. C'était une demande à la fois prise dans la panique, mais aussi réfléchis. Plutôt mourir que de recommencer à faire du mal aux autres.
(c) mars.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 1 Mar - 18:55 (#)

Brunch Familial






Hélix tremblait en reniflant, les yeux aussi sombres que sa chevelure de jais. Elle n’en avait pas fini, son frère le sentait. Il tira lentement sur sa cigarette en l’observant du coin des yeux, attendant que son adelphe finisse par sortir les idées sombres qui lui rongeaient l’esprit. En gémissant, elle remettait en question sa capacité à réagir correctement. Quand elle était dans cet état-là, c’était comme si elle avait désappris les gestes et les raisonnements les plus simples. Il lui fallait tout assimiler de nouveau, lentement et péniblement. Chaque apprentissage semblait une nouvelle et douloureuse épreuve.

Pour Liam, ces crises, bien que déplaisantes, n’étaient pas si inhabituelles. S’il avait vu Hélix plonger plusieurs fois depuis la mort de son aimée, il en avait été lui-même victime dans les heures les plus difficiles de sa jeunesse. Sans doute pas avec cette intensité-là. Et sa manière d’extérioriser sa douleur avait été différente, bien moins directe, plus sournoise. Malgré lui, il admirait la manière dont sa sœur – dans son désespoir – savait garder cette violente franchise qui la caractérisait.

Et pourtant, elle parvint à le déstabiliser de nouveau, suggérant que le rôle principal de ces funestes tragédies qui se déroulaient sous leurs yeux pourrait lui revenir un jour. Liam ne répondit rien, les yeux baissés, tandis qu’Hélix précisait la manière dont il pourrait sans difficulté lui rompre le cou. Le macabre craquement retentit et résonna dans le crâne du jeune homme qui déglutit avec dégoût. Cette image lui était insupportable. Était-il vraiment capable d’aller jusque-là comme elle le suggérait ? La réponse était évidente. Même si sa vie ou celle d’autres personnes étaient menacées, jamais il ne pourrait ôter la vie à son adelphe. Chacun avait ses faiblesses, et Liam savait depuis longtemps qu’Hélix était la sienne.

- Je t’arrêterai s’il le faut, et j’aurai pas besoin de te tuer fais-moi confiance, marmonna le jeune Moxley en écrasant sa cigarette dans un cendrier déjà plein, se gardant bien de préciser que sa propre vie lui importait peu quand il était question de celle de sa sœur. Mais crois-moi, t’es pas le genre facile à tuer non plus espèce de sac de viande rance.

Son rire se transforma en une toux grasse. Et le frère se retourna, impatient de couper court à cette conversation qui le mettait mal à l’aise. Il s’afférait à régler l’antenne du petit téléviseur qui trônait fièrement sur le comptoir de la cuisine. L’image était mauvaise mais le son finit par leur parvenir. Une musique de synthétiseur à deux balles, des voix stridentes. Parfait : un dessin animé. C’était exactement ce qu’il cherchait. Si lui n’avait pas gardé un attrait particulier pour ces instants d’enfance, Hélix était restée une fan de la première heure. Il lui jeta un dernier regard pendant que sur l’écran, trois lycéennes se transformaient en agent secret dans une explosion de couleurs pour sauver le monde.

- Je vais me chercher un fut’ propre. Promets-moi de m’attendre avant de vouloir te battre avec le premier gars venu…

C’est en sous-vêtement qu’il rejoignit son propre mobil-home afin de prendre une douche. Même si tout son être brulait de se recoucher dans son pieux pour quelques heures de sieste bien méritée, il enfila des vêtements propres avec une certaine diligence. Il n’aimait pas l’idée d’avoir laissé Hélix seule, même quelques instants. Serait-elle encore là à son retour ? Son éternel t-shirt sombre était à peine défroissé qu’il poussait de nouveau la porte de sa « tiny house » en l’appelant.

- Moxley ?


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Hélix L. Moxley
Hélix L. Moxley
That kid you called a weirdo
WAKE UP SINNERS

En un mot : I'll drink the poison to find the cure.
Qui es-tu ? : Brunch familial [Hélix] SUPS85Et_o
Brunch familial [Hélix] JPFyyhQ9_o
Brunch familial [Hélix] EAWHCNtL_o
Facultés : ☽ Voir les auras
☽ Aspiration des énergies, relâchement, stockage, balancer des énergies démoniaques à la gueule des connards
☽ Chasser des démons, esprits en tout genre et soigner les corps meurtris
☽ Faire frétiller des pantalons
Thème : Teenage Rock God - Rob Zombie
Brunch familial [Hélix] Ruby-rose
THE DEVIL GET HIS DUE

Pseudo : Akira
Célébrité : Ruby Rose Langenheim
Double compte : Ithan N. Kawhena
Messages : 135
Date d'inscription : 03/01/2019
Crédits : Awona (ava) | Drake (signa) | Prima luce (icons)
Dim 7 Mar - 17:39 (#)

Liam & Hélix Moxley / Courant 2020
Adversity is the first path for truth ( @Lord Byron )

Ton rire se fait aussi gras que celui de ton frère. C’est vrai qu’à vous deux, vous étiez du genre à avoir la peau aussi dure que vos vieux blousons de cuir. Difficile de rire dans une situation pareille, prête à exploser au moindre frôlement sur ta peau. Tu as la langue qui glisse entre ses dents, prête à balancer une insulte en retour à ton aîné. Mais tu as presque peur de te mordre par inadvertance. C’était un dur à cuir ton frère, bien sûr qu’il trouverait toujours un moyen de t’arrêter, mais au point de traverser la ligne infranchissable du fratricide ? Cela ressemblerait presque à une de ces foutues tragédies romaines. Ça ferait une mort glorieuse non ? On raconterait peut-être ta mort dans les cours d’histoire ou de littératures anciennes, avec des petits nerds à lunettes passionnées -ou non- par cette épopée. Tu ne te voyais pas mourir vieille de toute façon. Pas sûr que partager cette pensée avec ton frère dans l’instant lui ferait bien plaisir, tu ne voudrais pas le faire exploser à son tour. Sinon vous aurez de sacré dégât à payer auprès du site où vous louez vos petites maisons de campagne.

Ton attention est détournée quand il allume le poste de télévision. Les Totally Spies font leur apparition. Tu es happée quand elles rentrent dans un des casiers, aspirées dans un tunnel infinie pour rejoindre Nigel qui va leur donner leur prochaine mission. Tu bois une nouvelle gorgée de café, ne disant rien de plus. Cela fait généralement partie de ton rituel matinal, même, tu as les côtes qui te tirent dès que tu fais un mouvement. Tu fais un signe de la main, pour lui dire que tu avais entendu, qu’il prenne son temps. Tu n’avais pas grand-chose à faire aujourd’hui de toute façon. Tu ne te reconnais pas vraiment dans les trois personnages. Alex était la gentille, un peu simplette. Sam, c’était la fille intelligente. Et Clover, c’était la plus superficielle de l’histoire, toujours à parler des mecs. Ça te ferait peut-être du bien de te trouver quelqu’un ce soir, pour décompresser, un coup même rapide, pour oublier. Tu n’es pas très certaine que Liam sera super d’accord de devoir t’escorter dans un bar juste pour que tu trouves quelqu’un. Tu devrais envoyer un message à Archi. C’était un type bien. Et il te faisait du bien quand tu étais dans son sillage, sans forcément parler de passer dans son lit. Tu lui en devais une. Ce n’était pas ton type d’homme en général, mais lui… Lui, il avait un truc. Peut-être votre différence qui t’attirait. Sa pointe de gêne quand tu déboulais aussi subtile qu’un camion six tonnes.
« Ne m’appelle pas comme Papa. » Tu grognes contre ta tasse quand il revient. Toi, tu étais Hélix. Moxley, c’était votre père. Et Liam, c’était Mox. Madame Moxley c’était votre mère, point final. Tu lui offres une moue boudeuse, appuyée contre le comptoir avant de renifler. Tu puais. Entre les odeurs de sang, de cigarette, d’un mauvais alcool et de sueur. Tu tires la langue comme pour démontrer ton dégoût. « J’vais prendre ma douche. » Tu poses ta tasse, vas prendre quelques fringues dans l’armoire de ta chambre avant de filer dans la salle de bain. Y’a un côté de toi qui est moyennement satisfait, d’avoir ton frère qui te surveille comme si tu allais te fissurer en mille morceaux ou que tu allais tout faire pour t’extirper de sous son regard. En même temps, tu le méritais bien, pas vrai ? Tu passes un moment sous l’eau avant de sortir et te rhabiller, tu ne fais pas d’effort pour te maquiller, une main dans les cheveux pour te coiffer.

Tu reviens dans le salon, habillée pour être assez à l’aise, tu te mets dans le canapé, écoutant la télévision en fond. Tu attrapes ton paquet de cigarettes ou le sien, tu ne sais pas trop, pour finalement l’allumer en silence. Et puis enfin, tu ouvres la bouche, regardant le dessin animé, sans vraiment le voir. « J’ai tué un pauvre prêtre. J’ai été possédé et ce n’est pas ma faute. C’est un fait, je l’ai fait. » Personne ne pouvait le nier. Et juridiquement, c’était un vrai casse-tête pour que tu ne finisses pas en taule, soyons franc. « Et quelqu’un est responsable pour tout ce merdier dans Shreveport. Il faut qu’on trouve qui a fait ça. J’ai besoin de savoir. J’ai besoin de leur mettre la main dessus. » Peut-être que tu risquais de commettre un autre homicide, mais celui-là serait totalement volontaire qui sait. « Tu es avec moi ? Parce que toute seule, je ne vais pas y arriver. Et si j’y arrive, je crois que j’vais m’inspirer des pires techniques de la mafia pour me débarrasser d’eux. » Et tu n’avais quand même pas envie de croupir le reste de ta vie en prison. « Tu te sentirais seul sans moi. » Il y a de l’amusement dans ta voix, essayant d’un peu te motiver et lui aussi, un peu alléger la conversation malgré la gravité de la situation.
(c) mars.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 8 Mar - 16:07 (#)

Brunch Familial





- Moxley !

Etrange comme ce nom résonnait particulièrement aujourd’hui. Il se répercutait contre les murs du mobil-home, comme s’il cherchait à se raccrocher à quelque chose - n’importe quoi - pour lui permettre de survivre encore un peu. Mais ne trouvant rien qui puisse répondre à ses espoirs, l’écho finit par disparaître dans le néant qui l’avait créé. Le nom de leur père pouvait selon le contexte peser aussi lourdement que tout le symbolisme qu’il traînait en lui, ou se vider de toute contenance et s’évaporer furtivement. Il semblait avoir ce matin perdu le pouvoir qu’il avait jadis possédé, et pourtant, ce nom laissa pour Liam une désagréable impression de malaise. Comme une tâche de moisissure qui s’étend lentement et dont on ne parvient pas à se débarrasser, Mox sentait une boule au ventre le ronger lentement de l’intérieur. L’odeur de putréfaction lui emplissait les narines et l’empêchait d’ouvrir la bouche pour aspirer une bouffée d’air salutaire.

Evidemment, Helix s’insurgea dans un grognement contre cette appellation. Sans doute que ce nom sonnait différemment pour elle. Avait-il encore cette aura sacrée que Liam recherchait désespérément ? Hélix avait toujours eu un lien assez fort avec leur père, une relation profonde, basée sur une forme de confiance mutuelle. Quand Hélix avait commencé à ressentir des choses sur les gens que le commun des mortels ne pouvait pas voir, Moxley avait été son premier « binôme de travail ». Il avait profité de sa fonction de pasteur pour tenter d’apaiser les âmes en peine que lui désignait Hélix. La petite n’avait pas plus de dix ans, mais elle semblait déjà si mature, aussi franche et directe que le bon pasteur.

A la différence de sa sœur, Mox n’avait jamais su avoir cette qualité de dialogue avec son père. Il n’avait sans doute pas le caractère adapté. Son mutisme se transformait trop souvent en violence sans parvenir à passer par la parole. Sa vie avait pris un tour différent de celui proposé par le modèle familial. Comme beaucoup d’autres gamins de cet âge, Liam avait même prit un malin plaisir à défier tout ce qui semblait important aux yeux de ses parents. Son irresponsabilité lui permettait de croquer la vie à pleine dents sans se soucier des conséquences. Mais quand il apparut à la famille Moxley qu’Hélix semblait suivre le même chemin que lui, Liam avait scellé un pacte muet avec son père, stipulant qu’il veillerait désormais sur sa sœur. Il lui avait appris tout ce qui lui avait semblé nécessaire pour qu’elle se défende dans la vie, et avait observé avec fierté la brat avoir un certain talent pour rendre les coups qu’elle se prenait.

Liam s’alluma une nouvelle cigarette alors qu’Hélix s’enfermait dans sa salle de bain pour se rafraichir le corps, si ce n’était l’âme. Son propre esprit reprit trop rapidement à son goût son voyage vers les heures les plus sombres de leur passé. Depuis la révélation, Hélix avait été possédée, avait perdu son être chère et avait connu un épisode dépressif qui venait tout juste de se raviver comme aux premiers temps de l’année 2012. Pris dans la tempête de peine et de colère d’Hélix, Liam avait depuis tenté de l’aider du mieux qu’il pouvait mais il s’était senti de plus en plus dépassé par les évènements et avait lui-même du mal à ne pas perdre pied. Alors qu’il tentait de se débarrasser de cette impression de noyade, la culpabilité liée à la déception et la confiance perdue de son père formaient d’autres boulets qui l’entraînaient inexorablement vers le fond.

Hélix était revenue et fixait en silence la télévision qui braillait assez pour deux. Finalement, elle reprit la parole, exposant calmement les faits comme si elle tentait de se les expliquer à elle-même. Pour la première fois, elle reconnaissait enfin qu’elle n’était pas responsable de tout ce merdier. Elle avait envie de le traquer - ce responsable - et de lui faire ressentir la douleur qui l'avait terrassée depuis. Est-ce que Liam était avec elle sur ce coup-là ? « Tu te sentirais seul sans moi. »

Refusant même de réfléchir au poids de ces dernières paroles, le jeune Mox écrasa sa cigarette avec un sourire sombre.

- Enfin un peu d’action… Je me disais justement qu’on commençait à s’emmerder…

Il se leva pour s’étirer avec un soupir de soulagement. S’occuper l’esprit en fracassant quelques gueules pour éviter de trop penser, c’était le remède idéal. Restait plus qu'à les trouver, ces gueules...

- Et on commence par où ?


Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fuck my day ⛤ Hélix L. Moxley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: