Le Deal du moment :
FNAC : Week-end adhérents, 10€ offerts ...
Voir le deal

Shut up and dance • Tasya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ADMIN ۰ Fear is the mind killer
Ian C. Calloway
Ian C. Calloway
ADMIN ۰ Fear is the mind killer
✞ PAINT IT BLACK ✞

Shut up and dance • Tasya Cel2Mn1 Shut up and dance • Tasya SxWuaE6 Shut up and dance • Tasya PCXwL9G

"Tomorrow is another day,
Today is another bomb."

En un mot : Chasseur et Fils d'Abraham. Foi, Ferveur, Fardeau.
Qui es-tu ? :
"You never thought we'd go to war,
after all the things we saw."

✞ Deuxième fils d'une fratrie de trois. Cadet d'une famille de chasseurs aux traditions transmises par les pères d'aussi loin que la mémoire puisse remonter, dans les forêts d'Europe de l'Est ; racines plantées aux environs de Prague.
✞ Il tue les monstres, et particulièrement les Longue-Vies, Grandes-Dents ou fils de Caïn, qu'importe le nom qu'on leur donne : ennemi des vampires comme des lycanthropes, lorsque son frère aîné requiert son aide.
✞ Naissance à Boston, la cité-bloc balayée par les vents de l'Atlantique. Ville délaissée pour la chaude et discrète Baltimore, dans le giron des brumes de Poe. Ville adoptée, chérie comme Washington D.C.
✞ Sportif de toujours, ancien étudiant modelé par les matchs, les courses et les sauts ; a décroché une bourse pour l'université et n'a jamais cessé de tailler ce corps solide et agile lorsqu'il le faut.
✞ Il a prêté serment : docteur vouant son existence au soin des hommes, des femmes, des vieillards et des enfants. Confident de tant d'inconnus qu'il en a parfois le tournis, rassure et prescrit, soutient infirmières et collègues. Mains assez robustes pour soutenir un grand gaillard mais assez tendres pour préserver un nouveau-né.
✞ Pilier des Calloway ; homme réputé pour sa dignité, sa réserve et ses colères froides. Gardien de tous les secrets, jusqu'au plus purulent. Cherche à préserver les fondations du clan par tous les moyens, malgré les humeurs des uns et des autres.
✞ Médecin de mort, employé pendant plus de dix ans au WFC, organisme financé par les bourses du PASUA pour expérimenter sur les hommes abandonnés par leur raison, comme sur quelques CESS (les limites de l'esprit et du corps). Vie de fuyard depuis l'effondrement du site et la mort de son collègue et ami, assassiné par leur Némésis.
✞ A recueilli sa nièce Nova Calloway, en conflit permanent avec un père vétéran du 11 septembre et une mère aux abonnés absents. L'a arraché aux gratte-ciel de New York pour Baltimore, et désormais Shreveport. Non-dits, et silences douteux.
✞ Espère trouver anonymat, soutien et protection à Shreveport, entouré d'anti-surnats, et passe sa vie à esquiver les conséquences d'une décennie de péchés, que son Dieu est pourtant censé tolérer. En attente du regroupement des Calloway en Louisiane.
✞ N'aime que la ville. Il hait le soleil et l'humidité permanente qui s'abattent sur tous les États du Sud, pour lesquels il ne voue absolument aucune affection. En recherche de repères, passant d'un quotidien presque insouciant à un bras de fer de tous les instants.
✞ Tempérance et liberté. Aime le genre humain, de ses défauts les plus anodins aux tordus dont il questionne les esprits (poursuivre l'œuvre commune le liant à Carl Weiss). Horrifié par le monde dans lequel il vit, sans se résoudre à lâcher prise sur les démons à combattre.

✞LAST MAN STANDING✞

Shut up and dance • Tasya EossTie Shut up and dance • Tasya ENSBj8G Shut up and dance • Tasya DQLsZnr

"Tomorrow never comes until it's too late."

Facultés : ✞ Formé au maniement des armes à feu en tout genre : armes de poing comme armes lourdes, si les circonstances l'exigent.
✞ Ne craint pas le corps-à-corps ni les combats à l'arme blanche, même s'ils ne suscitent aucune appétence en lui.
✞ Chasseur respectueux des traditions de son clan. Arme traditionnelle : arbalète aux carreaux d'argent. Terrain de prédilection via les chasses en hauteur et les pérégrinations casse-gueules sur les toits.
✞ Porteur d'une Foi qui guide son bras et protège sa chair vulnérable. Croyant tâchant de ne pas trébucher.
Thème : Unbreakable ✞ James Newton Howard.
Shut up and dance • Tasya S7T3m9m
✞ I AM A GOD ✞

Shut up and dance • Tasya 1VW7VKf Shut up and dance • Tasya EvbM8n1 Shut up and dance • Tasya Dz9ewPr

"That's our cosa nostra."

Shut up and dance • Tasya ZfltnPn
Pseudo : Nero
Célébrité : Thomas Kretschmann.
Double compte : Eoghan Underwood, Sanford R. De Castro, Aliénor Bellovaque & Gautièr Montignac.
Messages : 918
Date d'inscription : 09/06/2019
Crédits : Licorne (ava) ; Amiante (signa)
Dim 2 Juil - 3:04 (#)


Gamma
8 décembre 2021

La vie bascule.
Encore.

C’est la cinquième fois en dix minutes qu’il tapote nerveusement sur l’écran de son smartphone, accroché à la grille d’aération de la voiture, sous ses yeux. Chaque fois qu’un feu rouge l’oblige à stopper, le regard nerveux du Doc ne peut s’empêcher de se faire inquisiteur contre ce miroir noir qu’il ne cesse de faire clignoter. Chaque fois que la luminosité jaillit, Washington D.C. apparaît, à peine dissimulée derrière les chiffres indiquant 8h40 AM. Puis, c’est le noir qui retombe, qui se transforme en reflet, laissant apparaître les traits soucieux de Ian Calloway. Aucune nouvelle notification, et pourtant il ne peut s’empêcher de vérifier. Lorsqu’un embouteillage lui fait perdre quelques précieuses minutes, il décroche carrément son Iphone de son socle, compose à toute vitesse son code personnel, et déverrouille l’écran. Les yeux bleus, le sourire charmeur et le buste dénudé de Dana Campbell en deviennent chimériques, comparé à l’objet de ses soucis. Il se connecte à sa banque et surveille : aucun nouveau virement, aucun nouveau message, aucune notification, ni aucun mail urgent provenant de son conseiller. Et toujours, ces putains de chiffres qui dansent en un quatuor infernal. Jake Hamilton a-t-il pris goût en ce qui concerne la traque de ses squelettes enfermés dans divers placards ? A-t-il l’intention de lui rappeler éternellement sa connaissance parfaite – et inquiétante – des grandes dates ayant bouleversé son existence ? Il peut encore sentir la présence de Gregson sur son siège passager, deux ans et demi plus tôt. Il peut encore percevoir cette détermination froide masquant mal le bouillonnement sanguin de la montagne de muscles à ses côtés. Mort. Il est mort. Il est mort et son hurlement de détresse, son nom appelé en vain, le réveille encore parfois, le tirant d’un sommeil agité et cauchemardesque. Sa voiture tinte un avertissement. Le véhicule devant le sien s’éloigne, et il réinstalle sèchement l’appareil dans un claquement sec, écran éteint, avant de démarrer et de traverser le dernier carrefour, afin de pouvoir s’engager sur le parking de l’hôpital. Dana. Il ne l’a pas encore avertie. Elle ne sait rien des Gregson. Il ne l’entretient jamais de sa vie de chasseur. Elle connaît déjà trop de ses frasques. Elle contemple déjà trop de la laideur du monde. Pourquoi empuantirait-il ses pensées avec d’autres récits glauques, d’autres faits d’armes qui n’avaient rien d’héroïque ? Il lui en parlera. Ce soir. Ou peut-être plus tard.

La radio continue de déblatérer en sourdine les faits inquiétants qui s’abattent sur Shreveport de nouveau. Dans son esprit, la connexion lui apparaît comme tantôt évidente, tantôt difficile à établir. Quel rapport entre cet événement personnel, la mort des quatre chasseurs, et les abattages de plus en plus retentissants qui ne cessent d’abreuver les médias avides de scoops ? Il ne sait pas pourquoi il s’inflige ces conversations stériles qui tournent en boucle sur toutes les ondes possibles et imaginables. Comme un effet d’annonce prévisible, un boom a agité le terrain des urgences. Personne ne l’a réquisitionné jusqu’alors, mais quelque chose lui chuchote que la journée comptera bientôt comme double.

•••

9h50 PM.

S’est-il montré plus vigilant ?
Fallait-il que ce soit ce jour ? Cette nuit ?
À défaut de checker toutes les trente secondes son téléphone portable, c’est un autre détail qui est venu se rappeler à l’esprit retors de Calloway. Le détonateur n’a été autre qu’une observation de plus.

Trois heures plus tôt, en plein coup de feu pour l’ensemble du personnel, le joli teint mat de Tasya Espinoza a attiré son attention. Comme lui, soumise à la réquisition forcée de tous les employés possibles, pour affronter la crise. Rien de bien suspect, au départ. Rien de très étonnant. Si ce n’est que depuis quelque temps… L’attitude de l’infirmière le taraude. Ou plutôt, les syllabes de son nom, qui reviennent un peu trop systématiquement dans les dossiers de certains patients admis au service des urgences et dont il a supervisé l’arrivée comme le suivi des soins. Ses pensées sont confuses et bourdonnent, comme une nuée de frelons en colère. Il n’a dormi que quelques heures cette nuit, et il entame bientôt sa treizième heure de garde. L’unique heure de pause de sa journée remonte, semble-t-il, à une véritable éternité. Il fallait que ce soit aujourd’hui. Il fallait qu’un énième mystère ne vienne perturber l’électrocardiogramme de sa logique. Alors que l’activité commence enfin à retomber au Shreveport Hospital, le toubib en profite pour consulter quelques dossiers. Pour revenir sur les noms fluotés par ses soins, les observations et remarques qui n’auraient pas manqué de le faire passer pour un énième paranoïaque parmi ses collègues ou sa hiérarchie. Il cumule les informations, les données, les variantes trop écartées les unes des autres pour que cela puisse faire sens. De toute manière, personne n’a vraiment le temps de creuser ce genre de miracle. Pas en ce moment. Et certainement pas depuis le raz-de-marée de psychose qui s’abat sur une population déjà durement éprouvée par la dernière décennie.

Alors pourquoi maintenant, Doc ?
Et puis pourquoi Tasya ?
A-t-elle réellement influencé l’état de santé des patients de façon inhabituelle ?
Est-elle directement responsable d’une amélioration plutôt étonnante de leur condition et de leurs plaies pourtant alarmantes ?

Trois occurrences.
Trois occurrences, ce n’est rien.
Il n’est même pas son supérieur direct. Officiellement, ils sont collègues. Parmi la vaste ruche que représente le complexe hospitalier, entre les rapports bouleversés par les remplacements, les heures sup’, les changements de poste, les palliatifs, il est facile de s’y perdre, et d’autant plus aisé de commettre un douloureux impair. Tasya pourrait se sentir harcelée et en aviser la direction même ; un employeur au poil susceptible qu’il est mal avisé de caresser à rebrousse.

Aurait-il osé, s’il n’avait pas senti les murs de Shreveport ondoyer une fois de plus, noyée dans une aura anxiogène ?
Aurait-il osé, s’il avait dormi un peu plus cette nuit ?
Aurait-il osé, s’il avait pu s’éclipser à une heure raisonnable en invitant Dana à le rejoindre chez lui ?

Il se réfugie dans son bureau, prétextant un temps mort auprès de ceux qui pourraient s’inquiéter de son absence.
Aucune objection. Il lui faut quelques minutes pour rassembler toute la paperasse désirée, et quelques autres encore, le temps de fixer le combiné noir, dont il finit pourtant par s’emparer. Il appelle le bureau des infirmières. Tombe sur l’infirmière-chef.

« Vanessa ? Pourriez-vous envoyer Tasya à mon bureau, je vous prie ? … Merci. »

Il raccroche. Tourne la tête en direction de la grande baie vitrée. Dehors, c’est le noir. Dehors, c’est l’ennemi. Et à l’intérieur ? (Dans l’hôpital, dans son appart, dans son portable, dans sa caboche). L’ennemi est-il à l’intérieur ? Il a besoin d’une cigarette. Sa nuque est si raide et douloureuse qu’elle lui donne envie de hurler. Un calme factice s’est emparé des locaux ; trompeur, surtout quand on s’est réfugié dans cette partie du bâtiment, loin de l’accueil, loin des box réservés aux premiers soins. Dans cette aile, il se croirait aisément seul au monde. On n’entend pas un bruit. Seuls les phares des voitures quittant les aires de stationnement semblent trouer le noir et donner un peu de vie au rectangle de verre et de béton.

Il se demande encore s’il n’est pas en train de commettre une énorme connerie. Une de plus.
Il tapote sur son téléphone. Pas de nouvelle notification.
Le silence règne.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





Last man standing

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 2 Juil - 21:13 (#)

Tasse de café devant moi, crayon en main, je tente de me concentrer sur le dossier du patient posé sur la table. La nuit promet d'être longue, alors que j'ai déjà été de garde toute la journée. Deux collègues infirmières sont absentes et il a fallu les remplacer au pied levé. Les admissions aux urgences se sont enchainées sans s'arrêter, allant d'un accident de voiture à une petite fièvre infantile s'éternisant un peu trop longtemps au goût des parents de l'enfant concerné. Une petite pause en début de soirée n'est pas du luxe et mes paupières me semblent bien lourdes. Je suis épuisée et je dois tenir encore de longues heures. J'ai bien du mal à me concentrer sur le dossier du dernier patient admis que je dois remplir : un adolescent trop enivré qui s'en tirera avec une bonne remontrance de l'équipe médicale et un mal de tête.  Je déteste la paperasse et ma motivation n'est clairement pas au rendez-vous ce soir.

La voix de l'infirmière en chef me tire de ma somnolence. « Tasya ? Le docteur Calloway demande à te voir. » Dans ses yeux, je peux lire beaucoup d'interrogations. Ce n'est pas courant qu'un médecin demande à voir une infirmière en aparté, hormis si celle-ci a commis une faute évidemment. Mes mains se crispent sur le dossier que je suis en train de remplir et mes yeux évitent soigneusement les siens. Est-ce le cas ? Est-ce que j'ai commis une faute ou une maladresse ? Aucune idée mais l'angoisse grimpe en flèche et me noue le ventre. Que me veut-il ? Je sonde rapidement ma mémoire, mais je ne me souviens de rien. C'est un collègue avec qui les échanges sont courtois. Ce n'est pas mon supérieur direct mais sa position plus élevée dans la hiérarchie médicale le place logiquement en tant que tel.

Mais, il y a autre chose évidemment. Ces personnes miraculés dont la guérison n'a en réalité, rien d'un miracle. J'ai toujours été vigilante, je les ai aidé uniquement lorsque j'étais certaine que personne ne pouvait se rendre compte de mes agissements. J'ai œuvré pour le bien, je n'ai rien à me reprocher et personne ne semble avoir remarqué l'aide que j'ai pu apporter à ces victimes. En réalité, ils sont peu nombreux : quatre ces derniers jours : un enfant renversé par une voiture, une jeune femme ayant reçu un coup de couteau, un homme, arcaniste au vu de son aura, brûlé gravement et le dernier est un jeune, blessé par balles. Je n'ai fait que ralentir leur flux sanguin et empêcher les hémorragies de prendre le chemin d'une cascade mortelle et ce uniquement lorsque les yeux et l'attention du personnel médical étaient détournés, occupés ailleurs. Personne ne l'a remarqué et le docteur Calloway n'était même pas présent à ce moment-là. Alors... Il y a forcément autre chose... Pas vrai ?

« J'y vais » Je repousse la énième tasse de café de la journée que je serais désormais bien incapable de finir au vue de ma gorge nouée. Je referme le dossier du patient et prends la direction du couloir sous le regard inquisiteur de mes collègues de travail. Je monte lentement les marches, préférant la solitude des escaliers à la fréquentation élevée de l'ascenseur. Ma poitrine est serrée, compressée par l'angoisse. Tout au long de mon ascension, je me repasse une phrase en boucle : « Je n'ai rien fait de mal. Je n'ai rien à me reprocher » Mon esprit fourmille de mille scénarios, mais aucun ne trouve une logique à cette demande tardive de la part du médecin.

Je m'arrête devant la porte close et prends une grande inspiration avant de frapper trois coups contre le bois pour m'annoncer. La voix grave du docteur m'invite à entrer. « Docteur Calloway, vous avez demandé à me voir ? » Ma voix est loin d'afficher l'assurance que j'aimerais avoir, au contraire. Mes yeux creusés par les cernes, témoins des dernières dures 24h passées ici, se posent sur lui. Derrière lui, la grande baie vitrée s'étend sur une horizon plongée dans le noir. Je n'ai jamais été à l'aise dans ce genre de bureau.

Au sein du service, je suis plutôt discrète, secrète. Personne ne me connaît réellement. Si c'était le cas, ils sauraient ce que je suis. Une arcaniste. Une mage. L'entièreté de mon histoire, de mon passé tourne autour de ça. Pour autant, on ne peut me reprocher mon travail, je suis efficace, ordonnée, agréable et bienveillante avec les patients et envers mes collègues, disciplinée envers la hiérarchie. Et pourtant, je doute que le docteur Calloway tienne à me voir en personne pour l'état positif de mes services. Non, il y a autre chose et je ne devrais plus tarder à le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ۰ Fear is the mind killer
Ian C. Calloway
Ian C. Calloway
ADMIN ۰ Fear is the mind killer
✞ PAINT IT BLACK ✞

Shut up and dance • Tasya Cel2Mn1 Shut up and dance • Tasya SxWuaE6 Shut up and dance • Tasya PCXwL9G

"Tomorrow is another day,
Today is another bomb."

En un mot : Chasseur et Fils d'Abraham. Foi, Ferveur, Fardeau.
Qui es-tu ? :
"You never thought we'd go to war,
after all the things we saw."

✞ Deuxième fils d'une fratrie de trois. Cadet d'une famille de chasseurs aux traditions transmises par les pères d'aussi loin que la mémoire puisse remonter, dans les forêts d'Europe de l'Est ; racines plantées aux environs de Prague.
✞ Il tue les monstres, et particulièrement les Longue-Vies, Grandes-Dents ou fils de Caïn, qu'importe le nom qu'on leur donne : ennemi des vampires comme des lycanthropes, lorsque son frère aîné requiert son aide.
✞ Naissance à Boston, la cité-bloc balayée par les vents de l'Atlantique. Ville délaissée pour la chaude et discrète Baltimore, dans le giron des brumes de Poe. Ville adoptée, chérie comme Washington D.C.
✞ Sportif de toujours, ancien étudiant modelé par les matchs, les courses et les sauts ; a décroché une bourse pour l'université et n'a jamais cessé de tailler ce corps solide et agile lorsqu'il le faut.
✞ Il a prêté serment : docteur vouant son existence au soin des hommes, des femmes, des vieillards et des enfants. Confident de tant d'inconnus qu'il en a parfois le tournis, rassure et prescrit, soutient infirmières et collègues. Mains assez robustes pour soutenir un grand gaillard mais assez tendres pour préserver un nouveau-né.
✞ Pilier des Calloway ; homme réputé pour sa dignité, sa réserve et ses colères froides. Gardien de tous les secrets, jusqu'au plus purulent. Cherche à préserver les fondations du clan par tous les moyens, malgré les humeurs des uns et des autres.
✞ Médecin de mort, employé pendant plus de dix ans au WFC, organisme financé par les bourses du PASUA pour expérimenter sur les hommes abandonnés par leur raison, comme sur quelques CESS (les limites de l'esprit et du corps). Vie de fuyard depuis l'effondrement du site et la mort de son collègue et ami, assassiné par leur Némésis.
✞ A recueilli sa nièce Nova Calloway, en conflit permanent avec un père vétéran du 11 septembre et une mère aux abonnés absents. L'a arraché aux gratte-ciel de New York pour Baltimore, et désormais Shreveport. Non-dits, et silences douteux.
✞ Espère trouver anonymat, soutien et protection à Shreveport, entouré d'anti-surnats, et passe sa vie à esquiver les conséquences d'une décennie de péchés, que son Dieu est pourtant censé tolérer. En attente du regroupement des Calloway en Louisiane.
✞ N'aime que la ville. Il hait le soleil et l'humidité permanente qui s'abattent sur tous les États du Sud, pour lesquels il ne voue absolument aucune affection. En recherche de repères, passant d'un quotidien presque insouciant à un bras de fer de tous les instants.
✞ Tempérance et liberté. Aime le genre humain, de ses défauts les plus anodins aux tordus dont il questionne les esprits (poursuivre l'œuvre commune le liant à Carl Weiss). Horrifié par le monde dans lequel il vit, sans se résoudre à lâcher prise sur les démons à combattre.

✞LAST MAN STANDING✞

Shut up and dance • Tasya EossTie Shut up and dance • Tasya ENSBj8G Shut up and dance • Tasya DQLsZnr

"Tomorrow never comes until it's too late."

Facultés : ✞ Formé au maniement des armes à feu en tout genre : armes de poing comme armes lourdes, si les circonstances l'exigent.
✞ Ne craint pas le corps-à-corps ni les combats à l'arme blanche, même s'ils ne suscitent aucune appétence en lui.
✞ Chasseur respectueux des traditions de son clan. Arme traditionnelle : arbalète aux carreaux d'argent. Terrain de prédilection via les chasses en hauteur et les pérégrinations casse-gueules sur les toits.
✞ Porteur d'une Foi qui guide son bras et protège sa chair vulnérable. Croyant tâchant de ne pas trébucher.
Thème : Unbreakable ✞ James Newton Howard.
Shut up and dance • Tasya S7T3m9m
✞ I AM A GOD ✞

Shut up and dance • Tasya 1VW7VKf Shut up and dance • Tasya EvbM8n1 Shut up and dance • Tasya Dz9ewPr

"That's our cosa nostra."

Shut up and dance • Tasya ZfltnPn
Pseudo : Nero
Célébrité : Thomas Kretschmann.
Double compte : Eoghan Underwood, Sanford R. De Castro, Aliénor Bellovaque & Gautièr Montignac.
Messages : 918
Date d'inscription : 09/06/2019
Crédits : Licorne (ava) ; Amiante (signa)
Mer 6 Mar - 0:18 (#)


Gamma
Elle frappe.
Il l’invite à entrer.
C’est aussi simple que cela, après tout, n’est-ce pas ?
Mais non. Rien ne sera plus jamais simple, et ce depuis maintenant un bon bout de temps. Il ne s’en est pas aperçu avant récemment. Sa vie n’a jamais été simple, jamais été normale. De la même façon qu’une mauvaise vie file jusqu’au bout, une vie jonchée de péripéties comme les siennes et, par extension, celles de sa famille, filera, elle aussi jusqu’au bout, chantant la même mélodie infinie parsemée d’horreurs à assassiner pour le bien commun.

Il se retourne, et le visage de Tasya lui fait oublier l’espace d’un instant ces horreurs qu’il traque depuis qu’il est en âge de le faire. La jeune femme est belle. Ian Calloway est mauvais, pour ce qui est de reconnaître les traits des uns et des autres, mais il a suffisamment vu passer de patients dans toute son existence pour s’avancer à estimer que du sang latino coule dans les veines de l’infirmière. À peine a-t-elle franchi le seuil de son bureau qu’une profonde tristesse accroît un peu plus le mal-être du docteur. C’est une mauvaise idée, mais dont le plancher lui semble pourtant cloué de lattes cohérentes, pavant la surface de ses raisonnements et de sa logique avec de plus en plus de consistance. S’il se sentait encore hésitant à l’idée de mettre les deux pieds dans le plat, tout son instinct lui hurle maintenant de plus en plus fort qu’il a raison de creuser. Quelque chose cloche. Les surnats, il en a croisé toute sa vie. Ses frères et lui ont partagé leur savoir, leurs connaissances, dans la mesure du possible et tout en respectant les prérogatives de l’un ou de l’autre. En outre, au vu de l’actualité brûlante en Louisiane, il n’est pas si difficile d’en venir à concevoir des doutes raisonnables. Et le timbre de Tasya l’alerte aussitôt. Elle le rappelle aussitôt à une vieille histoire, au visage d’une autre infirmière. Il ne pense même pas à celle qui a inspiré Stephen King, mais à une autre, bien réelle, qui avait foulé les mêmes couloirs que lui, jusqu’à ce que les soupçons pesant sur sa personne ne mettent un terme à sa carrière médicale.

« Bonsoir, Tasya. Ou plutôt, re-bonsoir. Merci d’être venue aussi vite. Prenez place, je vous prie. » D’une main, il désigne la chaise placée en face de la sienne, séparées par le bureau du médecin. Lui-même se dirige vers son siège et s’y installe, pas gêné par la blouse blanche qui couvre toujours ses épaules. Il a du mal à lui sourire. Il compatit, pour elle. Après tout, contrairement à sa dangereuse homologue, elle ne semble avoir rien fait de mal. En apparence. Car s’il lui a été plutôt facile de reconnaître des anomalies remarquables pour la guérison de quelques patients, rien ne prouve qu’elle n’aurait pu commettre l’exact opposé sur d’autres. Les commissures de ses lèvres ne s’étirent ainsi que discrètement, tandis que le regard bleu et perçant de Calloway analyse les multiples traces de fatigue qui jonchent le visage de son interlocutrice. « La journée a été longue, n’est-ce pas ? Je regrette presque de ne pas pouvoir vous proposer quelque chose à boire de plus intéressant qu’un verre d’eau tiède. » Il ne cherche pas à faire illusion, ni à badiner si longtemps. Cette entrée en matière n’est ni calculée, ni destinée à un quelconque scénario. Il a reconnu jusqu’ici sans problème le sérieux de l’infirmière. Mais ce besoin de comprendre l’encombre et le pousse à embrayer alors, sans plus tourner autour du pot.

« Je me suis permis de vous faire venir car… vous n’êtes pas sans savoir que j’ai fait partie des renforts auprès des équipes ces dernières semaines, notamment concernant le suivi des patients transportés des urgences aux différents services de l’hôpital. Nous nous croisons un peu plus, ces derniers temps. » Il attire l’un des dossiers empilés à sa droite, puis le feuillette, cherchant à tomber sur la bonne page. « Vous aussi vous êtes souvent sur le pont. J’espère que vous pourrez prendre un peu de repos, très rapidement. Le surmenage, ce n’est pas bon. » Il désigne d’un mouvement du menton les cernes sombres qui ternissent le teint de sa cadette. Il dépose le dossier ouvert sur le bureau, le retourne afin que les lignes apparaissent à l’endroit, pour Tasya. Procède de même avec un deuxième dossier. Puis un troisième.

« Nous avons visiblement des patients en commun. Notamment ces trois-là, pour lesquels j’ai voulu faire le point tout récemment. Je suppose que vous les reconnaissez sans problème. Vous êtes consciencieuse, et vous savez prendre le temps qu’il faut, avec eux. » Son regard se fait soudainement plus perçant, tandis qu’il croise les bras, ses coudes reposant sur la surface, puis que son dos se voûte légèrement dans la direction de celle qui n’est peut-être pas aussi humaine qu’elle n’en a l’air.

« Si je vous demande de lire les pages que je vous ai présenté de ces trois dossiers… qu’est-ce qui vous frappe, en premier lieu ? Avez-vous des remarques spontanées à faire ? Des observations, concernant ce qui est écrit ici ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





Last man standing

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» When she came back | Tasya
» Naive Wandering - Tasya - Ethan
» Carnage • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: