-40%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
29.99 € 49.99 €
Voir le deal

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !
Dana Campbell
Dana Campbell
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 2JeQ7g8


Always code as if the guy who ends up maintaining your code will be a violent psychopath who knows where you live



En un mot : Mésadaptée
Qui es-tu ? : -
Propriétaire du ArtSpace
Electro-aimant à CESS
Geek
Codeuse émérite
Hackeuse
Socialement inapte
Presbyte
Vieille fille impulsive mais ultra riche sans que personne ne le sache.
Facultés : -
Craquer des codes.
Hacker des programmes.
Dénicher des choses.
Être étrange.
Ne pas se faire chier.
Être une bonne patronne.
Courageuse au mauvais moment.
Thème : Unbreakable - Stratovarius
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] W4xNFSl
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] NAVBAGJ

Totally not a virus.
Trust me...i'm only human.



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] Hup4hTE
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 4kQahGB
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] VDog9Te

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] U5ey5yt

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] F7jG54l

Neptune's Plague Fleet
- Pré-liens dispo -


Pseudo : Latrine
Célébrité : Carolina Porqueddu
Double compte : Kaidan Archos
Messages : 2824
Date d'inscription : 06/07/2019
Crédits : vava (ℓι¢σяиє) / Moodboard(Mara) / Signature ( drake & me )
Mar 11 Mai - 23:52 (#)



Le rugissement d’une moto s’approcha de la porte grande ouverte du Silver Tool. À cette heure matinale, premier rendez-vous de la journée, il était facile de deviner au ronronnement du moteur que ce n’était pas un chopper qui allait glisser habilement devant le garage. 



Pourtant, elle avait longtemps hésité à s’acheter une Harley Fat Boy 114 — un classique qui avait un peu de gueule pour finalement jeter son dévolu sur quelque chose de plus sportif et puissant. Un plaisir secret, qu’elle garde pour elle seule, surtout considérant le peu de fois qu’elle prend le temps de s’adonner à cette activité. Ne possédant pas d’amitié qui partageait cette passion commune (… pas d’amis du tout, ça aide à faire le tri) et fréquenter les forums qui parlait de moto et de mécanique l’avait dégouté du genre humain pendant quelque temps, Dana avait fait à sa tête, passé son permis il y a quelques années, et se paya une bombe sur deux roues pour son propre plaisir.

Elle se faisait rarement ce genre de cadeau (elle a aussi son permis de conduire de bagnole, peut-être qu’elle s’achèterait un jour une classique Chevy Impala pour faire chier le voisinage. Et elle aussi maintenant son permis d’arme à feu… mais son arsenal n’avait rien à voir à d’autres, plus équipés.) Préférant de loin stocker et réinvestir son argent de manière plus intelligente que dans des dépenses aussi frivoles. Pourtant, c’est sur cette moto Yamaha, la YZF-R1 entre ses jambes qu’elle avait l’impression d’être vivante pendant quelques minutes.

Le danger? La vitesse? Les risques? Peut-être un peu de tout ça, mais aucune envie de se psychanalyser les étranges pulsions de son cerveau et ses désirs créés dans sa solitude. Puis ce fut un prétexte pour en apprendre plus sur les ordinateurs et l’électronique de ce type de nouvelle moto, en profitant pour faire quelques modifications au core système de sa bécane adorée.

La mécanique, elle préférait laisser cela à des pros. Elle pouvait monter elle-même des ordinateurs ultras puissants les doigts dans le nez, mais préférait de loin que le nouveau en ville, dont on vantait les mérites sur la plateforme SuperMoto Junkies, s’occupe de sa monture. Après tout, elle souhaite trouver quelqu’un qui pourrait bichonner son outil à adrénaline à la hauteur de la valeur qu’elle y portait; autant écouter les rumeurs et consulter le nouveau mécano de Jo.

Couchée sur sa machine, elle ralentit devant l’entrée du garage, pour s’y arrêter doucement, en pleins milieux de l’allée. Le moteur finit de ronronner sur un tour de clé habile puis Dana se redressa, une jambe tendue au sol dans son classique jean noir troué. Le pied tiré, elle démonta habilement de la bête noire et performante puis enleva son casque, un Icon Airflite MIPS Stealth noir avec une visière teintée qui cachait parfaitement son identité. Une tresse de cheveux éméchés et des grosses lunettes rondes apparues à la vue de tous. Le casque sur son siège, elle défit la fermeture éclair de son manteau, un Helite Xena hors de prix et protecteur, pour dévoiler un t-shirt ample, gris, avec écrit dessus : «Strangers have the best candy».

Ses gants enlevés, avec son sac à dos, elle avança lentement vers l’intérieur pour scruter patiemment l’endroit avant de demander à voix haute :

- Y’a quelqu’un?

Question idiote. Le garage était ouvert, certainement qu’il y avait quelqu’un.

Elle en profite pour sortir de son sac les paquets contenant une nouvelle bougie d’allumage, un régulateur de tension premium et quelques câbles électriques de haute qualité pour remplacer ceux déjà en place. Le tout, acheter soigneusement sur internet.

Puis, comme un piquet, elle attend bêtement au milieu de la place qu’on daigne lui montrer signe de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WERERace it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Salâh Ad-Dîn Amjad // Blanche de Lantins
Messages : 777
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Sam 15 Mai - 17:30 (#)

Lever ordinaire pour une journée ordinaire. J’suis à la bourre, comme d’habitude. Douche rapide, un café tiède et je fonce au garage après m’être arrêté à la station-service pour un second café. Levé du rideau de fer, la boutique est ouverte et c’est reparti pour une journée de solitude. Ma propre moto, une Yamaha Fazer 800 des années 2010, est garée tout au fond du hall, à côté de ma voiture, une Shelby Cobra, cachée par une épaisse bâche. Elle n’est pas encore en état de marche, mais je la restaure petit à petit.

J’enclenche la radio et aussitôt la voix Madonna emplit l’espace. J’ai pas vraiment de préférence, ça ou autre chose, du moment que ça couvre le silence, ça me va. Mon gobelet de café à la main, je m’enfonce dans le minuscule bureau qui cache un vestiaire dans ses entrailles. Je retire mon cuir ainsi que mon jeans et enfile ma salopette de travail.

Un vrombissement intense se répercute dans la halle apportant un sourire sur mes lèvres. Le moteur couvre largement la musique pop, son bien meilleur que ces fichus hits qui tournent en boucle. Une bretelle dans les mains, cherchant à l’accrocher à son attache, je me dirige vers mon visiteur. Mon avancée est stoppée net devant la vision que m’offre mon premier client. Mon geste se suspend devant le spectacle, simplement délicieux, que la jeune femme est en train de donner.

Mon regard, indécis, papillonne entre la moto, la chevelure d’or, la moto, la fermeture éclair qui s’abaisse, la moto et finalement le visage d’ange qui apparait au retrait du casque. Si toutes les journées pouvaient commencer comme ça, je ne serais jamais en retard. Le crochet de la bretelle trouve enfin son ancrage et j’avance vers la miss, arborant un sourire avenant.

- Hello ! Je suis là. Désolé, je viens d’ouvrir, je me changeai.

A distance respectable, je m’arrête et détaille les différents éléments qu’elle vient de sortir de son sac à dos. Du bon matériel à en juger les emballages et assez coûteux. Elle m’intrigue et me fascine. Comment cette petite Nénette, à l’aspect fragile, peut-elle conduire une bécane aussi lourde ? A en juger les coudes de sa veste, elle n’a pas subi de chute ou alors elle a changé de cuir récemment.

- Très bon choix, du beaux matos. Tu veux que je te change tout ça ? Ta bougie est défaillante ? Pourtant…

Je m’accroupis devant la Yamaha, écarte quelques tuyaux et visualise la petite pièce, cachée au fin fond de la mécanique.

- Elle a l’air encore en bon état. Et d’après ce que j’ai pu entendre de ton petit bijou, je me relève et tapote, presque amoureusement, le réservoir de la bécane, elle fonctionne à merveille. Après, si elle crachote, un peu à l’allumage, en effet, c’est une bonne idée de la remplacer. Quant aux câbles, c’est pas un problème, mais pourquoi les changer ?

Les gens ont souvent une conception très personnelle de problème de leur véhicule. Les interroger sur le problème donne de bonnes indications sur ce qu'ils attendent de moi. L’engin est contourné agilement et je me penche afin d’étudier les différents relais. D’un hochement de tête, je comprends le souci et souris en me redressant.

- Elle cahote depuis longtemps ? Je lui fais signe d’approcher et désigne un câble légèrement effiloché, la gaine métallique étant rongé soit par l’usure, soit par une main mal intentionnée. Regarde là, c’est ça qui l’embête.

Le parfum fruité de la miss vient couvrir celle de l’essence et de l’huile usagée, accentuant ma bonne humeur. Si seulement, j’avais plus de client comme elle… Entre les représentants grincheux de passage, fâché contre leur véhicule qui les lâchent au plus mauvais moment et les mères de famille, dont la voiture ressemble à une benne à ordure, j’apprécie de voir une belle jeune femme. Préoccupé par ma découverte, je m’enquière toutefois de la provenance de la défaillance.

- Tu gares ta bécane dans un garage ? Y’a-t-il la possibilité que des rats ou des fouines puissent attaquer les câbles ?
Revenir en haut Aller en bas
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !
Dana Campbell
Dana Campbell
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 2JeQ7g8


Always code as if the guy who ends up maintaining your code will be a violent psychopath who knows where you live



En un mot : Mésadaptée
Qui es-tu ? : -
Propriétaire du ArtSpace
Electro-aimant à CESS
Geek
Codeuse émérite
Hackeuse
Socialement inapte
Presbyte
Vieille fille impulsive mais ultra riche sans que personne ne le sache.
Facultés : -
Craquer des codes.
Hacker des programmes.
Dénicher des choses.
Être étrange.
Ne pas se faire chier.
Être une bonne patronne.
Courageuse au mauvais moment.
Thème : Unbreakable - Stratovarius
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] W4xNFSl
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] NAVBAGJ

Totally not a virus.
Trust me...i'm only human.



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] Hup4hTE
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 4kQahGB
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] VDog9Te

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] U5ey5yt

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] F7jG54l

Neptune's Plague Fleet
- Pré-liens dispo -


Pseudo : Latrine
Célébrité : Carolina Porqueddu
Double compte : Kaidan Archos
Messages : 2824
Date d'inscription : 06/07/2019
Crédits : vava (ℓι¢σяиє) / Moodboard(Mara) / Signature ( drake & me )
Jeu 3 Juin - 14:44 (#)



Observant les alentours, la rue, les bâtiments, un garage typique au milieu de tout ça et la couverture cellulaire pas si mal au travers du béton, elle se retourna juste avant de pirater la connexion wifi, comme prise sur le fait.

- Pas de problème. répond la geekette, par un automatisme de politesse, aux excuses teintées d’un accent d’Europe de l’Est. De haut en bas, elle observe rapidement la salopette de travail qui couvrait les formes effilées et nerveuses de, qui elle devinait, celui qui allait bichonner sa moto mieux que qui conque en ville. Ethan, c’est ça? On vante tes mérites sur plusieurs forums de passionnés de moto. La meilleure chose qui est arrivée dans le coin depuis 2019. Elle sourit, remonte ses lunettes et range son téléphone dans sa poche arrière.

Mais le sujet de conversation se tourner immédiatement sur la raison de sa visite. À son tour, elle jeta un coup d’œil sur sa bécane avec une lueur de satisfaction. Dana empoigna les bretelles de son sac à dos, ne sachant pas trop quoi répondre à l’approbation de son choix de monture.

- J’ai fait plusieurs recherches avant de l’acheter. Mon choix s’est arrêté sur celle-là. L’esthétisme, les formes puis le modèle est récent. C’est vrai qu’elle est peut-être un peu lourde, mais ça me donne l’impression de rouler sur quelque chose de solide et pas juste un vélo sur deux roues… mais ouais, c’est exact, elle crachote effectivement à l’allumage. Celle-là est encore plus récente et mieux, du moins, c’est ce que j’ai lu, mais tu confirmes donc… bon…

Puis pour les câbles, elle haussa les épaules avant de répondre :

- Je suis zéro douée en mécanique, mais je me débrouille en électronique. Du moins, j’aime bidouiller, je ne suis pas une pro, y’en a qui font ça cent mille fois mieux que moi, mais, on va dire que la curiosité l’emporte souvent et que j’aime apprendre des trucs.

Ça n’expliquait absolument rien.

- C’est pour que la réponse du cerveau de la moto soit plus rapide. Ce sont des câbles électriques à haute capacité et endurance décuplées. Un isolant RW90, sans stabilisateur de plombs, et un toronnage unidirectionnel avec conducteur entièrement recuit qui atténue le retour élastique et la tension de tirage avec une meilleure résistance aux contraintes mécaniques et à la température… La voix de Dana diminua en volume pour terminer sur un à peine audible : - … de -40 à +90 degrés Celsius.

Elle grimaça, préférant se taire avant de se mettre à parler de voltage. Elle n’aimait pas particulièrement l’électronique, mais par défaut, s’y était intéressée un peu plus. Bien comprendre son matos informatique, puis couvrir son appartement d’une domotique inutile vu les fois qu’elle y était, pour ensuite s’assurer que c’était bien filé, câblé et stable durant les quelques rénovations de l’ArtSpace. Dans tous les cas, quand c’était du sérieux, elle n’hésitait jamais à employer meilleur qu’elle pour s’assurer que tout roulerait sur des roulettes.

Parlant de roulettes, Dana se penche sous l’invitation du mécanicien et fronce les sourcils quand il lui indique le câble effiloché. Elle ne peut s’empêcher de grogner de désapprobation et de passe son doigt sur la zone dégainé. La proprio du café internet le plus sympa du coin finit par se redresser, laissant l’homme juger de l’ampleur des dégâts.

- Je la gare dans un petit entrepôt, pas loin de chez moi. Je ne fais pas confiance à qui que ce soit dans le coin pour laisser ça sans surveillance dans le stationnement sous terrain ou dehors. Si je pouvais la monter chez moi, comme un vélo, je le ferais… Elle soulève les épaules et ajoute : ce n’est pas impossible que des bestioles passe par là quand même. Sinon, je n’ai aucune idée qui aurait pu faire ça… À moins que c’était déjà comme ça à l’achat? Dana n’avait pas la solution à cette énigme, malheureusement.

Elle lui lance la clé de sa moto. Celle-ci est attachée à un ouvre-bouteille de bière vert. Rien de bien significatif ou de symbolique, puis demande :

- Est-ce que ça dérange si je m’installe là? Là étant par terre, contre le mur, entre des pneus et un coffre à outils sur roulette. Elle n’était pas du genre à ronchonner sur la saleté ou le confort. J’en profiterais pour bosser. Il y a une machine à café? Vous avez le wifi ou je vole ceux des voisins?

Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WERERace it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Salâh Ad-Dîn Amjad // Blanche de Lantins
Messages : 777
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Sam 26 Juin - 18:40 (#)

Les mains encore propre, je passe mes doigts dans ma barbe, perplexe devant l’état des câbles. Je relève la tête et lui offre un sourire sincèrement naturel, tandis que mes joues se teintent légèrement. Gêné je me dandine d’un pied à l’autre en enfonçant mes mains au fond de mes poches.

- Ethan, oui c’est moi. Et je ne savais pas que… enfin… la réputation… Moto, mais voiture aussi. Je lève les yeux au ciel et émet un petit rire idiot avant de reprendre, avec nettement plus de sérénité. Désolé. C’est que, c’est la première fois qu’on me dit que l’on parle de moi sur le net. Après, je ne fais que mon boulot. Mais c’est vrai que j’aime ça.

Elle se lance dans des explications que je comprends à peine tant son débit est rapide et enjoué. Je parle parfaitement l’anglais mais dès qu’il s’agit de spécificités liées à mon métier, je suis vite perdu. Mon sourire tarit, je l’écoute en hochant la tête de temps à autre, émettant un «Uh-hum ». Elle me parlerait en chinois que je ne serai pas plus avancé. Sa voix diminue d’intensité, je ne dois pas être si bon acteur que ça, elle doit certainement se rendre compte qu’elle m’a perdu depuis un petit moment.

- C’est sûrement passionnant ce que tu viens de dire mais… la barrière de la langue, c’est un peu compliqué quand même tout ça pour moi. Par contre, les câbles que tu as apportés sont excellents ! Je suis incapable d’en dire autant que toi sur eux mais c’est ce qui se fait de mieux sur le marché en ce moment.

Heureusement qu’elle délaisse les détails techniques et s’intéresse à la cause du problème des hoquets de sa magnifique monture. Je la laisse se pencher, ayant un rapide coup d’œil pour son fessier que j’abandonne rapidement, me sentant coupable d’une telle attitude qui ne me ressemble pas. Toutefois, je dois avouer que la vue était sacrément agréable. Toussant pour masquer ma gêne, je reporte toute mon attention sur son visage. A l’écoute de ses paroles, je souris et me reconnais dans ses dires.

- Ouais, pareil ! Si je pouvais faire entrer ma moto dans mon appart, je serais le plus heureux des hommes. Tiens elle est là-bas, dans le coin. Mais bon, elle a de la bouteille, elle en a vu de toutes les couleurs et surtout elle a déjà fait deux fois le tour du cadran en termes de kilomètres. Par contre, je reste assez dubitatif sur l’état de tes câbles. Je vais les changer et mettre ceux que tu as amené et si tu le permets, je les regarderai de plus prêts. Parce que moi j’dis que c’est pas de l’usure « naturelle ».

J’attrape les clefs en faisant quelques petits pas en arrière, élève les bras comme si je venais de marquer un point décisif dans une partie de baseball.

- Et oui, Mesdames et Messieurs, il a réussi !

Gardant ma petite foulée, je trottine jusqu’à la moto, mets le contact et la conduit jusqu’à l’élévateur où je l’arrime afin de pouvoir travailler à hauteur sans me casser le dos. Déjà concentré sur ma tâche, j’entends à peine sa demande et la vois se diriger vers le mur et s’installer à même le sol.

- Attends ! Tu vas te salir ! Ca fait des lustres que je dis à mon patron d’installer un coin pour les clients mais il trouve que c’est superflu. Bouge pas !

Je récupère un carton déjà plier dans la benne à papier, vérifie rapidement sa propreté et le pose à côté de la porte contre le mur. Quant au café, je grimace et secoue la tête mais réfléchis rapidement à une solution, afin de satisfaire au mieux, la jolie blonde.

- Tiens, installe toi là, c’est mieux. Là-bas, y’a pas de réseau. Tu sais, le quartier est vieux, y’a pas de société moderne dans le coin, donc personne ne songe à l’aménager correctement. Je suis toujours en 4G ici et l’ordi n’est pas branché sur le net… même si y’a tout ce qu’il faut. Mon boss est jamais là et moi, j’ai pas le temps de surfer même si parfois ça serait bien utile. Je lui adresse un sourire navré et écarte les mains en signe d’excuses. Par contre, pour le café, j’ai mieux qu’une machine.

Tirant mon téléphone hors de ma poche, j’envoie un rapide message à Denis qui tient un coffee-shop à l’angle de la rue. Je l’ai dépanné à de nombreuses reprises, à lui de me rendre la pareille. Soucieux du bien-être de la demoiselle, je dépose à côté d’elle une lampe « baladeuse » pour qu’elle ne s’abîme pas les yeux. Les problèmes d’intendance réglés, je m’attaque enfin à la bécane en retirant les câbles abîmés qui m’intriguent tellement. Plus j’y pense, moins la probabilité que les dégâts soient naturels, me semble plausible. Moins de dix minutes après le début des travaux, j’entends la voix enjouée de Denis qui pénètre dans l’atelier, un carton criblé de gobelets de différentes tailles.

- Salut Ethan et … ho bonjour Mademoiselle. Voici le café ! Comme t’as pas précisé ce que tu voulais, ben j’ai apporté un de chaque.

J’éclate de rire et tire mon portemonnaie de ma poche centrale, mais le jeune homme secoue la tête en déposant les boissons à côté de la miss et s’élance dans l’énumération du contenu de chaque gobelet en les pointant du doigt. Son laïus terminé, il offre un large sourire à la Nénette, se relève et s’éclipse en agitant sa main, prétextant avoir beaucoup de travail.

- Bon bah… t’as l’embarras du choix du coup. Vas-y sers toi, je prendrais ceux que tu ne veux pas.
Revenir en haut Aller en bas
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !
Dana Campbell
Dana Campbell
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 2JeQ7g8


Always code as if the guy who ends up maintaining your code will be a violent psychopath who knows where you live



En un mot : Mésadaptée
Qui es-tu ? : -
Propriétaire du ArtSpace
Electro-aimant à CESS
Geek
Codeuse émérite
Hackeuse
Socialement inapte
Presbyte
Vieille fille impulsive mais ultra riche sans que personne ne le sache.
Facultés : -
Craquer des codes.
Hacker des programmes.
Dénicher des choses.
Être étrange.
Ne pas se faire chier.
Être une bonne patronne.
Courageuse au mauvais moment.
Thème : Unbreakable - Stratovarius
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] W4xNFSl
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] NAVBAGJ

Totally not a virus.
Trust me...i'm only human.



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] Hup4hTE
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 4kQahGB
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] VDog9Te

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] U5ey5yt

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] F7jG54l

Neptune's Plague Fleet
- Pré-liens dispo -


Pseudo : Latrine
Célébrité : Carolina Porqueddu
Double compte : Kaidan Archos
Messages : 2824
Date d'inscription : 06/07/2019
Crédits : vava (ℓι¢σяиє) / Moodboard(Mara) / Signature ( drake & me )
Mer 14 Juil - 0:19 (#)


Un sourire amusé sous son réflexe victorieux, elle ne perd pas du regard sa monture enfourchée par un autre. Obéissante, sa moto se laisse arrimer avec confiance pour se faire lentement soulever, question de l’observer à la hauteur de ce qu’elle mérite. Il avait déjà le nez sous les jupes de son coursier à moteur, qu’elle ne s’attendait pas à une vague de sollicitude soudaine de la voir se salir.

- Mais non, ça va aller, c’est pas bien grave… , mais Dana voit bien que ça contre partie tombe dans l’oubli quand Ethan et son accent d’un autre continent s’évertuent à trouver un carton assez propre pour son séant et le déposer par terre, galamment. Merci. dit-elle gentiment sous cette courtoisie soudaine.

Pas de réseaux, ce qui était surprenant, Dana inspecte avec le réflexe d’un ninja, les barres sur son téléphone portable. Seulement deux maigres barres lui prédisaient une attente plus longue que prévu. Elle n’avait pas besoin d’Internet pour faire ses menus travaux, mais c’était quand même plus pratique. La pirate était toujours spontanément stupéfiée de voir comment certaine personne pouvait s’en passer. Comme si l’accès à ses eaux sans limites n’était pas plus important qu’un grain de maïs coincé entre les dents. Internet était un portail vers d’infinies possibilités et un monde en soi à découvrir. Tous se savoir au bout de ses doigts en quelques cliques. Réponses à ces questions les plus inattendues comme «  Quel est le nom du manoir dans l’épisode 7 de la saison 2 de Supernatural? » Elle y voyait une ouverture sur un monde auquel elle n’aurait peut-être jamais la chance de découvrir. S’y accrocher était son mode de survie.

Oh oui, bien sûr, c’était aussi un vaste univers sale, cruel, tordu et totalement dérangé. Dans les recoins de la sphère existaient des monstres et des weirdos assoiffés. Du genre qu’elle croisait à tout moment. Son pain quotidien de saleté et de pourriture en tout genre. Depuis le temps qu’elle y voguait, Dana s’était fait une foutue bonne carapace. Une armure à presque toute épreuve. Du moins, c’est ce qu’elle croyait encore. Il aura fallu s’aventurer dans le « vrai monde » pour voir que cette protection imaginaire ne lui servait plus à grand-chose une fois face à de tangible situation.

La limite est parfois très mince entre les deux univers dans lequel elle navigue.
Ce n’est pas tout le monde qui puisse la suivre aussi agilement.

C’est bien sagement que Dana s’assoit par terre et laisse faire le mécano s’arranger pour le café. Un œil sur son engin (sa moto, pas celui d’Ethan) elle croise les jambes sous elle puis retire son ordinateur portable de son sac. L’appuyant sur ses genoux, elle repousse ses lunettes sur le bout de son nez et pousse un long soupir, en se dégourdissant les épaules. Devant ses yeux, une belle et longue série de code incompréhensible pour la plupart des néophytes, sur fond foncé. La geekette fronce les sourcils puis se mord la lèvre en révisant chacune des virgules, des points et des structures choisis pour ce charmant et efficace code qu’elle vendra hors de prix sur le marché noir. Silencieuse, son doigt sur le pavé tactile de son ordi déroulait doucement les lignes à n’en plus finir quand son attention se portait sur un nouveau venu.

Denis portait avec lui une variété de café dans des gobelets jetable. L’odeur enivrait déjà les sens du pirate informatique, quand celui-ci se pencha pour expliquer les moutures et les variantes de son excellent choix. En vrai passionné, il avait fourni les boissons chaudes noires et sans sucre, lui proposant poliment des sachets et des petits godets de crème, ce qu’elle refusa.

- J’aime mon café noir, merci. et choisi simplement la torréfaction la plus foncée dans le plus gros verre de carton. Ce qui laissa l’embarras du choix au mécanicien.

Le barista — Denis — s’en alla d’un bref salut de la main. Après une gorgée fort appréciée de caféine, Dana remercia Ethan :

- C’est gentil de ta part. Il est vraiment délicieux ce café. Ça fait du bien. Elle se relève lentement, son ordinateur fermer sous un bras puis demande : Tu disais qu’il y a tout ce qui faut pour brancher votre ordi à Internet, mais que ton proprio ne l’a pas fait? Tu me laisses jeter un coup d’œil? Ajoute-t-elle en soulevant les épaules. Je m’y connais en ordi, je peux peut-être aider avec ça pendant que tu t’occupes de ma beauté.

Une fois dans le bureau poussiéreux, au look très classique de ce qu’elle se faisait d’un espace de bureau dans un garage, Dana glissa son ordi dans son sac, qu’elle déposa juste sur le pas de la porte puis s’approcha de la bête. Un truc pas très neuf, ni très puissant, mais qui devait être capable d’ouvrir un navigateur et leur logiciel de… de peu importe. Elle glisse un doigt sur les poussières dans l’écran, puis se décide de le nettoyer du revers de sa manche. L’ordi allumé, un bip, puis deux, elle observe les protocoles se dérouler puis fait une combinaison de touches sur le clavier un peu collant. Une fois dans le DOS, la geekette scrute le tout comme on consultait le dossier d’un patient. Ce n’était pas si mal. L’ordinateur semblait presque vide et n’avait pas beaucoup servi. Pas tout jeune, il restait de l’espoir. Faisant comme elle pouvait sans donner l’impression de fouiller, Dana trouva, en pivotant quelques fois sur elle-même puis en soulevant des trucs, une box débranchée et un câble Ethernet encore dans son sac d’origine. Laissant la bête se réveiller une deuxième fois, elle se pencha pour se mettre à quatre pattes au sol et trouver la prise électrique, branche le truc puis fait passer le fil avec les autres déjà présents, l’insérer à froid dans la machine.

- Allez mon joli, montre-moi ce que tu as dans le ventre. murmura-t-elle presque amoureusement à la machine, en évitant de déposer ses fesses dans la chaise du propriétaire.

Quelques minutes plus tard, Dana sortie victorieuse du bureau. Sac à l’épaule, elle s’approche silencieusement du mécanicien, ne manquant pas chacune de ses manœuvres sur sa moto, puis, gardant une distance pas trop invasive entre eux deux, elle annonça :

- Voilà. Tu as Internet sur votre ordi. Je te conseille de ne pas trop aller sur des sites pornos ou louches, vous n’avez pas d’antivirus. Pour des forums de moto ou des fournitures de pièces mécaniques, ça devrait aller. L’ordinateur n’est pas neuf, il a pris un peu la poussière et est lent, mais tu arriveras à faire le minimum avec.  

Quand même fière d’elle, Dana sourit encore, un éclat de triomphe dans son regard. Voilà une bonne chose de fait. Elle recula quelques pas puis déposa une fesse sur un banc haut abimé, qui ne trainait pas très loin de la scène. Curieuse, elle demanda du tac au tac :

- Alors Ethan, d’où viens-tu? Pourquoi avoir choisi Shreveport? D’où te viennent ces talents en mécanique que tout le monde vante?

Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WERERace it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Salâh Ad-Dîn Amjad // Blanche de Lantins
Messages : 777
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Ven 21 Jan - 17:04 (#)

Elle choisit le gros gobelet, c’est celui que je n’aurai jamais pris, parfait ! Pour ma part, j’opte pour un « latte » avec beaucoup de sucre. Je suis sûr que Nicola me crucifierait sur l'autel du mauvais goût pour boire mon café de la sorte. Mimant de loin un tchin, j’en bois quelques gorgées puis pose le verre en carton sur l’établi après m’être assuré que Misstinguette est bien installée. Heureusement que ça ne la dérange pas de poser ses (jolies) fesses sur mes vieux cartons. Je me promets que ce week-end, j’installe un petit coin où les gens pourront s’asseoir sans salir leur beaux vêtements, le temps que je m’occupe de leur véhicule. Y’a pas besoin de grand-chose, deux sièges, une table basse et une machine à café, le tout sur une surface, la plus propre possible.

- Avec plaisir et désolé encore pour la…heu… l'absence de salle d’attente.

Délaissant Miss Ordinateur à ses divers clics et sa caféine sombre, je retourne auprès de la bécane, retire et branche les câbles qu’elle souhaite remplacer. Sa voix me surprend presque lorsqu’elle me demande si elle peut tenter une installation. Haussant les épaules, je désigne le petit bureau, espérant ne pas avoir laissé traîner trop de papiers ou factures.

- Non, vas-y, pas de soucis. Et si tu arrives à me relier au monde virtuel, je serai un homme comblé… enfin presque.

Ma blague est nulle mais qu’importe. On mettra ça sur le compte du cliché du mécano. Surtout qu’il n’y a aucun calendrier accroché aux murs, montrant des jeunes femmes dénudées, chevauchant des bolides criards. Joe, mon proprio, en avait un qui datait de 1997, je l’ai jeté. De un, je trouve ça d’un mauvais goût, même si les donzelles sont sacrément bien roulées, bien que je soupçonne que Photoshop soit passé par là et de deux, c’est qu’on est en 2021.

Le travail demandé par la demoiselle est fait rapidement, c’était vraiment pas grand-chose. Je me demande si je vais oser lui facturer quelque chose pour si peu de boulot. Je m’essuie les mains au chiffon qui pendouille à ma ceinture et me retourne pour lui annoncer que tout est réglé quand j’aperçois ses fesses dépasser de sous le bureau. Oui, j’avoue, à ce moment-là, je mate son cul, bien moulé dans son jeans et la vision que j’ai, n’est pas désagréable du tout. Alors qu’elle se relève, je me détourne rapidement et fait mine d’essuyer le carénage. Quelques vis sont resserrées quand j’entends sa voix non loin de moi.

Faisant volte-face, j’élève mes sourcils, affiche une mine admirative et hoche la tête.

- On est synchro ! Un sourire anime mes traits et je fais un pas de côté. Elle est prête ! Regarde, là, les câbles sont en place, j’ai ajouté ce petit bidule là pour que tu n’aies pas de problème de température, ça surchauffe vite ces trucs-là, surtout si parfois on tire un peu dessus. Le câble effiloché fait partie des mauvais souvenirs. J’ai également vérifié l’arrivée d’air pour qu’elle cesse de crachoter. Tu veux garder les anciens câbles ? Elle est comme neuve. Normalement et malheureusement pour moi, on ne devrait pas se revoir dans l’immédiat, où alors pas ici en tout cas.

Comme approche y'a mieux, mais je ne sais pas si je suis prêt pour la drague ! Boire un verre, ok, mais plus, c'est encore trop tôt. Je toussote, gêné, passe une main sur ma nuque et rigole bêtement.

- Et donc pour l’ordi, t’as réussi à lui apprendre à communiquer avec l’extérieur ? Trop forte ! Merci beaucoup ! Mes joues chauffent légèrement à l’évocation des sites pour adultes. Disons que je ne matte pas ce genre de chose au boulot. J’ai pas vraiment le temps pour ça, ici. Par contre, pour les commandes, ça va sacrément me faciliter la vie. C’est vraiment sympa !

Ramassant les quelques objets qui traînent autour de la moto, j’écoute ses questions qui, certes, font du bien à mon égo, mais dont je n’avais aucune connaissance. Comment un petit garage, paumé au fond de The Haven pouvait être sur le net. J’enroule les anciens câbles et les place dans une pochette en plastique que je lui tends.

- Garde les, on ne sait jamais, peut-être qu’un jour tu souhaiteras revenir à l’ancienne version ou servir à autre chose.

Tout en m’affairant à ranger les outils, je lui réponds timidement, presque mal à l’aise de cette renommée que j’ignorais.

- Ecoute, je dois t’avouer que je suis franchement surpris que l’on parle de moi sur le net. Je ne fais que mon boulot. Après, oui, j’aime le travail bien fait.

Haussant les épaules, je jette un dernier coup d’œil à la mécanique et me tourne vers la jeune femme.

- Je viens de l’autre côté de l’océan, de l’Ancien Monde. C’est une longue histoire de comment je suis arrivé ici. C’est avec plaisir que je te raconterai un bout de ma vie autour d’un verre, si ça te tente.

Le timbre de ma voix perd toute son assurance sur la dernière phrase. Je ne suis vraiment pas un dragueur. Mon café est récupéré, il est tiède, je grimace en rigolant, ayant l’habitude de le boire froid.

- Et toi ? En dehors de rouler sur une belle bécane et brancher Internet dans les garages, que fais-tu pour occuper ton temps ? Tu habites en ville ou tu es de passage ?
Revenir en haut Aller en bas
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !
Dana Campbell
Dana Campbell
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 2JeQ7g8


Always code as if the guy who ends up maintaining your code will be a violent psychopath who knows where you live



En un mot : Mésadaptée
Qui es-tu ? : -
Propriétaire du ArtSpace
Electro-aimant à CESS
Geek
Codeuse émérite
Hackeuse
Socialement inapte
Presbyte
Vieille fille impulsive mais ultra riche sans que personne ne le sache.
Facultés : -
Craquer des codes.
Hacker des programmes.
Dénicher des choses.
Être étrange.
Ne pas se faire chier.
Être une bonne patronne.
Courageuse au mauvais moment.
Thème : Unbreakable - Stratovarius
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] W4xNFSl
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] NAVBAGJ

Totally not a virus.
Trust me...i'm only human.



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] Hup4hTE
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 4kQahGB
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] VDog9Te

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] U5ey5yt

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] F7jG54l

Neptune's Plague Fleet
- Pré-liens dispo -


Pseudo : Latrine
Célébrité : Carolina Porqueddu
Double compte : Kaidan Archos
Messages : 2824
Date d'inscription : 06/07/2019
Crédits : vava (ℓι¢σяиє) / Moodboard(Mara) / Signature ( drake & me )
Dim 6 Mar - 2:37 (#)


Un geste de la tête pour signifier que ce n’était rien. Dana n’était pas le genre de cliente très chiante sur ce genre de détail. Le sol poussiéreux aurait été parfait pour attendre et travailler. Se rendre utile était encore mieux.

Puis elle s’approche pour observer l’œuvre et les changements sur sa moto. Elle s’accroupit pour mieux voir les modifications, qu’elle approuve d’un hochement de tête presque expert, une lueur satisfaite dans son regard. La geekette se relève et a un sourire en coin derrière son café quand Ethan se plaint de son sort de ne pas le revoir dans l’immédiat. Sa propre réaction face à son allusion la fait retrousser du nez d’amusement. C’était facile.

Est-ce que tous les mécaniciens avaient cette approche avec leur clientèle? Elle demanderait à sa Fleet. — Vous vous faites courtiser par votre garagiste? — Parce que décidément, elle manquait aussi d’expérience dans ce domaine.

Dana souleva les épaules :

« Je ne te promets pas un internet ultra rapide, je ne sais pas ce que ton patron se paye, mais ouais, vous voilà enfin connecté à la toile. » Ses sourcils s’élèvent quand il reprend sur les films pornos. Elle se racle la gorge avant d’ajouter, sur un ton léger : « Bien heureuse de savoir que tu préfères consommer ta pornographie ailleurs qu’au boulot. » mais elle ne le laisse pas dire quoi que ce soit et continue : «  Ça fait vraiment plaisir. Pas besoin de me remercier. C’était un scandale que ce ne soit pas branché. Très contente de te faciliter la vie, surtout si c’est pour continuer à offrir un aussi rapide et excellent service. »

Elle attrape la pochette de plastique et dépose son café sur le coin d’un coffre à outils haut, rouge, sur roue et bien rempli. Elle se penche pour ouvrir son sac et les fourrer à l’intérieur, en le remerciant. «  Ça me surprendrait de vouloir revenir à une moins bonne configuration, mais on sait effectivement jamais. »

Se redressant une autre fois, Dana explique :

«  Tu sais, internet laisse place aux passionnés de communiquer entre eux sur un tas de sujets différents. La mécanique, les motos, les motos de telle marque, les accessoires de motos, les vêtements de motos… Il semble que tu sois un secret bien gardé entre motocyclistes de Shreveport. L’on dirait que tout le monde a apprécié que tu fasses si bien ton boulot. »

Un sourire compréhensif sur son visage, la jeune femme comprenait sa surprise. Il semblait plutôt humble. On l’avait avertie que c’était un véritable diamant brut dans le domaine. Un coup d’œil rapide sur Ethan, de haut en bas, on avait aussi évité de lui dire qu’il était aussi bien roulé. Les prunelles bleu clair étaient envoutantes sous cette chevelure foncée et le poil de son visage encadrait des traits coupés à la faux. La salopette de travail cachait à peine une carrure sèche aux muscles nerveux. Le tout emballé dans une attitude modeste et une Yamaha FaZer 8 dans le fond de la pièce.

«  De l’Ancien Monde. Tu es un farfadet ou une fae, c’est ça? » plaisante-t-elle, son cerveau n’assimilant absolument pas cette invitation soudaine à prendre un verre. «  Moi? Oh. » Dana hésite et détourne son regard. Elle observe le bout de ses bottins une seconde de trop puis répond finalement : «  Je passe tout mon temps au cybercafé, l’ArtSpace, dans Western Hill, dont je suis la propriétaire. » Un haussement d’épaules puis elle confirme que; «  Nah, je suis de Shreveport. Et je pourrais carrément dire que j’habite au cybercafé, puisque j’y passe la plupart de mes nuits aussi. J’ai un appart dans les Kinsgton Buildings. Tu sais, les immeubles d’habitations moches dans Mansfield. » Son appartement était correct. Probablement mieux que d’autres sur le même étage qu’elle puisqu’elle avait investi de l’argent pour que ce soit habitable et assez sécuritaire pour ses activités illégales. C’était son cocon, mais pas nécessairement son havre de paix. « J’vais peut-être déménager par contre, trouver quelque chose de plus près du boulot… » et de moins puant et d’un peu plus spacieux. Elle devrait se mettre sur ce cas bientôt. L’idée d’acheter les appartements au-dessus de l’ArtSpace lui tentait beaucoup. Ce n’était pas un coin de la ville particulièrement tranquille, encore moins les vendredis et les samedis soir ou les pubs et les étudiants étaient enflammés, mais l’idée de nicher au-dessus de son entreprise la rassurait.

Ça lui permettrait peut-être de dormir plus souvent dans son lit que sur le canapé inconfortable de son bureau.

Soudainement, elle réalisa ce qu’il venait de lui proposer une minute plus tôt.

«  Pardonne-moi, mais, est-ce que tu viens de m’inviter à prendre un verre? » demande-t-elle, gênée, se retournant en tendant la main pour prendre son gobelet de café. Sa main accrocha le contenant au lieu de l’agripper. Par maladresse, elle l’envoya valser vers Ethan, et il s’écrasa directement haut sur sa poitrine de celui-ci, vidant tout son contenu sur lui. Profondément désolée, Dana fit un pas rapide vers le mécanicien, en se retournant vers lui, quand son pied percuta le coin d’un meuble à outil sur roulette. Elle perdit l’équilibre et en essayant de se retenir, s’écrasa directement contre Ethan et son café. Café tiède qui coula tristement le long du coup de la jeune femme, pour imbiber l’intérieur de son chandail et son soutif.

Une main serrait la salopette du motocycliste qu’elle venait d’asperger de son café pour se retenir et l’autre était s’était glissé contre une de ses hanches, jusqu’au creux des reins d’Ethan.

«  Je suis tellement désolée! » s’excuse-t-elle en essayant de se redresser, une botte qui glisse dans la petite flaque au sol du restant de leurs deux cafés avec un léger crissement. «  Oh bordel. Pardon! » Dana reprend son équilibre essayant tant bien que mal et se relève pour réaliser qu’elle se tenait beaucoup trop près du mécanicien. Son visage à sa hauteur, elle rougit puis détourna le regard pour faire un peu d’espace entre eux. Des gouttes de cafés dans le verre de ses lunettes, elle recula encore en jetant un coup d’œil à la tache humide sur son t-shirt gris, et du liquide qui s’était échappé entre ses seins jusqu’à dans son jeans. « Quelle maladresse! » ajoute-t-elle encore une fois désolée. Pourtant, elle réussit à pousser un léger rire, plus d’embarras que d’amusement; «  J’aimerais bien que tu me racontes un bout de ta vie autour d’un verre, mais… » elle finit par soupirer : « … je ne suis vraiment pas douée pour ces choses-là. Tu vois? Suffit de me le proposer et nous voilà couvert de café… j’en ai jusque dans ma culotte. » Grogne-t-elle en tirant le col de son chandail pour observer la coulisse de caféine froide frayer son chemin.

Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WERERace it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Salâh Ad-Dîn Amjad // Blanche de Lantins
Messages : 777
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Jeu 17 Mar - 19:30 (#)

AAAAH ! Mais pourquoi elle remet cette histoire de porno sur le tapis ! J’espère qu’elle va pas croire que je suis un abonné assidu à ce genre de site, ce qui est loin d’être le cas. Evidemment que j’en ai déjà regardé, mais voilà, j’ai autre chose à faire que de passer mon temps devant ce genre de spectacle en me touchant la nouille. J’hésite à lui faire un petit commentaire et décide, finalement à ne plus remettre le sujet sur le tapis, préférant l’occulter totalement. Elle verra bien que je ne suis pas un pervers lorsqu’on aura fait plus amples connaissances.

Je lui souris, un peu gauchement, ne sachant comment réagir à ses compliments. Je sens même mes joues chauffer sous l’afflux sanguin qui me fait rougir comme un imbécile. Ma main gratte maladroitement ma nuque et je me dandine bêtement d’une jambe à l’autre.

- Tu sais, j’ai rien fait d’exceptionnel hein… En plus, tu as apporté toi-même les pièces, c’était simple de les remplacer et t’as bien vu le temps que ça m’a pris, trois fois rien. Les câbles, tu peux toujours t’en servir pour autre chose hein… Bref, c’est vraiment avec plaisir.

Une nouvelle vague d’éloges tombe, me faisant carrément devenir écarlate, cette fois-ci. Je dois ressembler à un phare que l’on voit à des kilomètres à la ronde. C’est vrai que j’aime les gens qui viennent ici, surtout depuis que le boss est parti à l’autre bout du pays, emportant avec lui, sa mauvaise humeur. Faudrait vraiment que je trouve un mécène qui puisse racheter le garage. Va falloir que j’en parle sérieusement à Nico, voir si y’a matière à négocier.

- Franchement, je suis trop « noob », c’est comme ça qu’on dit, non ? pour savoir ce qui se dit sur moi. Je ne savais même pas qu’on parlait de moi sur la toile… c’est dire. Après, ça me fait plaisir, je dis pas, hein, mais y’a pleins de garage comme celui-là en ville… Enfin bref, assez parlé de cet endroit et de moi. Moi j’dis qu’il y a bien plus intéressant.

Je lui lance un regard éloquent, souhaitant véritablement changer de sujet. Je souris à l’évocation des farfadets, ayant côtoyé ces créatures quelques années, lorsque je vivais en Irlande.

- Loupé, petite fée, je viens de plus loin que ça. Je fais une grimace, comme si j’avais mordu dans un citron en ajoutant un petit indice. Non, chez moi ce sont pas de gentils petites créatures farceuses qui hantent nos nuits… Ce sont plutôt les vampires…

A mon grand soulagement, elle se lance sur une présentation plus approfondie sur sa personne. Je hoche la tête, visualisant parfaitement le lieu d’habitation de la miss. Par contre, aucune idée d’où se trouve l’ArtSpace, je ne suis même pas certain de savoir, avec exactitude, ce qu’est un cybercafé.

- Ah ben si t’as besoin de bras si un jour tu te décides à déménager, n’hésite pas et j’ai une camionnette aussi si tu veux. Enfin… je ne veux pas m’imposer hein… Et heu…

Bon sang, mais pourquoi je suis aussi gêné que ça d’inviter une Nénette à boire un verre. Une nouvelle fois je passe ma main sur mon crâne, vérifiant que mes cheveux soient bien attachés.

- Oui, tu pourrais m’expliquer ce qui se passe dans un cybercafé… enfin je me doute bien que vous n’y faites pas du tricot mais la grande majorité des gens ont des ordinateurs chez eux, donc… enfin voilà quoi, qu’est ce que les…

Ma phrase s’interrompt brusquement lorsqu’une douche tiède de caféine s’écrase contre mon torse, accompagné de très près par la jolie Nénette. Je la rattrape comme je peux, uniquement dicté par la spontanéité du moment. Mes bras se tendent, passent sous ses aisselles et se referment sur son corps fins, une main se plaquant entre ses omoplates, l’autre nettement plus bas, à la lisière de ses fesses.

Le temps se suspend, s’étirant bizarrement, transformant cet instant minime, en une longue minute gênante. Son parfum léger et floral est englouti par la boisson. Nos visages se touchent presque, avec délicatesse, je la soulève de quelques centimètres et la repose doucement sur ses pieds. Je tire un peu sur l’entrejambe de ma salopette, sentant le liquide dégouliner jusqu’aux parties les plus intime de mon anatomie et éclate de rire.

- Ca, c’est une grande première ! Je ne me suis encore jamais fait arroser de café alors que j’invitai une personne à prendre un pot. Et évite les détails… moi aussi, j’ai les coui…. trempées.

Je recule un peu afin d’examiner l’étendue des dégâts. Au sol, pas grand-chose, par contre, nos vêtements sont dans un triste état, ayant absorbé la plus grande partie du liquide. J’ai dû mal à calmer mon hilarité tant la situation est risible. Et au final, c’est pas bien grave, ce n’est que du café. Heureusement que j’ai mes vêtements « de ville » dans mon casier ce qui me donne une idée. Riant toujours comme un débile, je partage mes pensées avec la jolie maladroite.

- Si tu veux, j’ai des vêtements que je peux te prêter et y’a une douche dans le vestiaire.

A cette évocation, l’image de Nicola couvert de cambouis me revient à l’esprit et ravive mon fou-rire.

- Bon les fringues seront trop grandes pour toi, mais au moins tu seras au sec. Viens, je te montre le "dressing". Tu vas avoir le choix entre une salopette, propre, je précise, un hoddie AC/DC, deux jeans et trois t-shirt publicitaire jaune canari. Ah et y’a aussi une veste imitation mauvais cuir et un blouson immonde « Chevrolet ».

Une grimace anime mes traits un court instant, tant la garde-robe est pauvre. Nous arrivons dans le minuscule espace qui sert de vestiaire et lui présente les diverses tenues et la douche.

- Voilà, fais ton choix et tiens, voici un linge propre, il sort de la lessive. Prends tout le temps et ne t’inquiète pas, personne ne viendra t’embêter. Je monte la garde !

Je lui adresse un sourire et m’éclipse en fermant la porte derrière moi. Je brûle d’envie d’essayer l’ordi et de passer ma première commande par son biais.
Revenir en haut Aller en bas
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !
Dana Campbell
Dana Campbell
4B53NC3 - Have you ever considered piracy ? PS : J'ai les mollets concaves. CONCAVES !



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 2JeQ7g8


Always code as if the guy who ends up maintaining your code will be a violent psychopath who knows where you live



En un mot : Mésadaptée
Qui es-tu ? : -
Propriétaire du ArtSpace
Electro-aimant à CESS
Geek
Codeuse émérite
Hackeuse
Socialement inapte
Presbyte
Vieille fille impulsive mais ultra riche sans que personne ne le sache.
Facultés : -
Craquer des codes.
Hacker des programmes.
Dénicher des choses.
Être étrange.
Ne pas se faire chier.
Être une bonne patronne.
Courageuse au mauvais moment.
Thème : Unbreakable - Stratovarius
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] W4xNFSl
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] NAVBAGJ

Totally not a virus.
Trust me...i'm only human.



Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] Hup4hTE
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 4kQahGB
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] VDog9Te

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] U5ey5yt

Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] F7jG54l

Neptune's Plague Fleet
- Pré-liens dispo -


Pseudo : Latrine
Célébrité : Carolina Porqueddu
Double compte : Kaidan Archos
Messages : 2824
Date d'inscription : 06/07/2019
Crédits : vava (ℓι¢σяиє) / Moodboard(Mara) / Signature ( drake & me )
Dim 3 Avr - 22:46 (#)


Son éclat de rire illumine le moment et aide à laisser couler le malaise qu’elle ressent. Au même rythme de la caféine tiède qui imbibe ses vêtements et finit sa course dans les mêmes recoins secrets de la salopette d’Ethan. Forcément, son regard s’abaisse jusqu’à l’entre-jambes de sa salopette qu’il étire pour gérer le liquide qui s’y était glissé aussi, mais elle ferme rapidement les yeux, se rendant bien compte qu’elle allait le fixer là, sans un mot. Rien pour oublier les mains calleuses et larges qui l’avaient arrêtée dans sa chute, se plaçant naturellement dans son dos et au creux de ses reins. Les bras à la musculature nerveuse qui l’avaient retenue sans problème accompagné par le souvenir d’une odeur d’un parfum masculin.

Dana tire sur son t-shirt, la sensation désagréable mouillée qui lui colle à la peau et espoir fou qu’il sèche plus rapidement.. C’était inutile, bien entendu, mais ça détournait son attention des prunelles bleues et amusées du garagiste qui l’observait en rigolant encore et encore. Elle n’allait pas se vexer, c’était nul comme situation, mais ça lui semblait tout à fait son genre. À elle du moins.

- Je suis encore désolée. Répète-t-elle avec un léger sourire en le suivant docilement vers le petit vestiaire. Elle regarde en silence les vêtements et finit par choisir : le hoodie AC/DC sera parfait. Il sera trop grand et légèrement usé, comme elle les aime et qu’elle a l’habitude elle-même de porter. Dana n’était pas très princesse sur ces vêtements. Elle s’habillait normalement toujours de la même manière ou du strict minimum. Un jeans foncé troué. Un t-shirt trop large avec une connerie imprimé dessus. Un t-shirt découpé trop court, mais couvert par un cardigan d’une largeur excessive. Un hoodie trop grand et la capuche toujours sur le crâne. Puis une fois chez elle, tout valsait pour le minima. Culotte et t-shirt énormissime. Un psy dirait probablement qu’elle se cache dans ses vêtements trop larges. Elle et ses menues formes féminines. Peut-être que c’était vrai. Peut-être aussi qu’elle était juste paresseuse et confortable dans son choix de vêtement? Peut-être que d’être coquette était un peu inutile quand l’on passait le plus clair de son temps derrière un écran? Peut-être qu’elle cachait des robes moulantes et échancrées, hors de prix, dans sa garde-robe, que personne ne savait qu’elle possédait et qu’elle n’avait jamais portées non plus?

Qui sait?

Le linge propre dans ses mains est un peu rêche, mais sent bon la lessive quand elle l’approche de son visage et de son cou pour éponger les dernières gouttes de café.

- Merci.

Répondit-elle simplement quand il referme derrière lui en ressortant. Dana pousse un long soupir et grogne d’exaspération. Qu’est-ce qu’elle était bête! C’était juste le mécano qui venait de dorloter sa moto. Il n’y avait pas à faire un cas. Bon, personne ne lui avait dit, sur le forum, qu’Ethan Roman, avec ce léger accent d’ailleurs, était vraiment sympathique et sexy. Ça aurait été bien de l’avertir. Les mecs oublient toujours ce genre de détails.

Dans la pénombre du dressing d’infortune, elle secoua la tête de gauche à droite, se trouvant pathétique. C’est sans équivoque qu’il la draguait presque subtilement, puis cette demande de prendre un verre l’avait prise aux dépourvues. D’un geste rapide, elle enlève son t-shirt et éponge la ligne de café d’entre ses seins, le long de son ventre. Elle en profite pour enlever aussi son soutif minimaliste qui avait servi partiellement d’éponge. Le tout dans son sac à dos, elle jette un coup d’œil à la douche dans un piteux état et la toilette qui avait tout d’un classique de l’image que l’on se fait des chiottes d’un garage. Ce n’était pas crade, mais juste non utilisé désuet et forcément entretenu par deux mecs. La geekette inspire longuement. Elle ne savait pas quoi faire dans ce genre de situation. Bien sûr qu’elle était désespérée de passer du bon temps avec des bipèdes intéressants. Elle avait l’impression que le type qui attisait sa curiosité se faisait rare. Surtout ceux qui n’avaient pas entre 20 et 800 ans de plus qu’elle.

Toujours à moitié nue dans la pièce, elle porta le hoodie à son nez et huma encore cette odeur effacée d’un parfum masculin distinctif. Pas un désodorisant ou un savon, mais quelque chose de plus riche et plus subtile. L’odeur était lointaine, comme celle d’un souvenir d’une autre personne, mais envoutante et mystérieuse. Peut-être que ses préjugés sur les garagistes allaient en prendre un coup si elle acceptait de prendre ce verre avec lui.

Et si elle l’invitait à aller sous cette douche avec elle? Il avait peut-être encore un peu de temps avant son prochain client. Puis après tout, il était tout aussi trempé qu’elle, peut-être même plus. Puis c’est bon pour l’environnement de partager l’eau à deux. Ça serait encore mieux qu’un premier rencard. Rien qu’un peu de nudité pour entrer dans le vif du sujet, n’est-ce pas? Elle mourrait d’envie de découvrir ce qui se cachait sous cette salopette de travail. Il devait être divinement sexy avec les cheveux détachés et mouillés. Il pourrait lui frotter le dos… avec ses grandes mains habiles. Elle avait juste à l’appeler. Prétexter un problème ou une invitation ouverte, directe. Dana n’avait plus le temps pour les subtilités. Ça faisait bien trop longtemps qu’elle avait… depuis… Et il n’allait pas refuser. N’est-ce pas? Les mecs, ça ne refuse pas ce genre d’opportunité. Ils pourraient se serrer dans la cabine de la douche, se savonner… même pas besoin de se parler… juste de…

Dana se mordit la lèvre, sentant ses joues devenir écarlates, le bas de son ventre se tendre grâce à son imagination colorée. Elle fixa longtemps la porte, débattant de la meilleure tactique pour arriver à ses fins puis son regard ce porta vers le plafond, le courage de ses idées dégringolèrent dans le fond de ses bottines.

C’était nul.
Ça arrivait que dans les films.
Sa vie n’était pas un film.
Quoi que peut-être une comédie tragique.

Doucement, elle enfila le hoodie, les manches trop longues lui firent plaisir et porter l’odeur d’un autre lui fit agréablement étrange. Dana sortit du vestiaire sans avoir été sous la douche, sans l’avoir invité à le faire avec elle, avec la ferme intention de partir avant de faire trop de conneries.

- Merci encore pour les vêtements. Je te préviens d’avance que je le kidnappe et je n’ai pas l’intention de te le remettre. Avertit-elle avec un sourire en coin. Je vais aller à la douche chez moi, pas question de prendre encore plus de ton temps. Je risque de mettre ton garage à feu et à sang si je reste plus longtemps. À défaut de laisser rager ses instincts primaires non assouvis sur le pauvre Ethan. Dana se mord la lèvre, réfléchissant en l’observant de haut en bas, mais elle se ressaisit en secouant légèrement la tête, ses lunettes qui glissent sur le bout de son nez.

D’un mouvement, cette fois-ci agile, Dana s’approche du motocycliste et elle attrape dans la poche avant de la salopette un stylo bille qui était accroché. Sans avertir, elle s’empare du poignet de celui-ci et écrit à l’encre bleue son numéro de téléphone ainsi que son prénom dans la large paume ouverte.

-Texte-moi quand tu veux. Pour un verre ou mieux, une balade en moto? La geekette rangea le stylo à sa place et reste devant lui, dans un silence qui s’éternise de quelques secondes de trop. Oh, oui, j’oubliais. Elle se tortille pour passer son sac à dos devant, l’ouvrir puis sortir un billet de 100 $ qu’elle glisse aussi dans la poche avant de la salopette. Merci pour le service. Je ne manquerais pas de confirmer tes talents sur le forum. Tu risques d’avoir plus de clients. Elle lui fait un clin d’œil puis se retourne enfin pour se diriger vers sa moto, clé en main, sac en place, casque de sécurité entre ses bras. Elle chevauche sa monture gracieusement puis enfile son casque après avoir faire rugir le moteur avec satisfaction. Doucement, elle recule le véhicule puissant entre ses cuisses puis s’arrête avant de partir. Elle lui fait un signe de tête et se penche sur sa moto, un rugissement de moteur agréable retenti puis elle démarre en lui faisait un dernier signe de la main.

Elle avait besoin d’une douche.
Froide.

Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WERERace it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Race it. Break it. Fix it. Repeat [Ft Ethan] D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Salâh Ad-Dîn Amjad // Blanche de Lantins
Messages : 777
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Dim 10 Avr - 16:48 (#)

Le vestiaire est petit, tout petit, si bien que je peux sentir, malgré les relents de café, son parfum naturel, floral qui me fait du bien au moral. Elle jette son dévolu sur le AC/DC, c’est le meilleur choix qu’elle puisse faire. A sa place, j’aurai fait pareil, c’est le moins pire et surtout c’est celui qui lui ressemble le plus.

- Arrête de t’excuser, c’est pas grave. Tu sais, ce n’est que du café en fin de compte. Y’a des jours où l’huile de moteur me dégouline le long des bras…Et c’est sacrément plus emmerdant à l’enlever que du café.

J’hésite un peu et me retire pour lui laisser son intimité. Si elle savait qu’il n’y a pas si longtemps, un vampire avait pris une douche dans ce même cagibi, pas sûrs qu’elle aurait accepté de rester seule là-dedans. Nico avait apprécié et était reparti vêtu d’une combinaison du garage. Faudra d’ailleurs, à l’occasion, que je lui demande s’il en a encore besoin et au pire, la récupérer. A force d’habiller mes clients, je vais pouvoir ouvrir une friperie en annexe ! Cette idée m’amuse et je souris bêtement tout en m’installant derrière l’ordinateur qui, d’après la Nénette, est enfin connecté à internet.

Le mécanisme se met en route et j’aperçois que le globe terrestre barré est remplacé par des arcs de cercle. Miracle ! Il est en vie ! J’entre mes différents fournisseurs que je mets en favori, décolle mes bonbons de mon boxer, me maudis au passage de boire mon café avec autant de sucre et suspend mon geste pour écouter si la douche coule. Et si j’allais simplement la rejoindre ? Non Ethan ! Ca ne se fait pas ! Elle risquerait de te coller un procès au cul pour harcèlement. L’image de la Pitchoune penchée en avant, son cul bien en évidence, s’imprime à nouveau dans mon esprit. Arrête ça tout de suite, mon grand ! Faut dire que cette posture donne quelques idées, même de bon matin.

Le regard vide, mes pupilles bleues ancrées sur l’écran sale, je ne voie pas les diverses publicités qui défilent. Des images bien plus chaleureuses qu’un serre-écrou dansent dans ma tête. Je sursaute lorsque sa voix émane de la porte du vestiaire et je me retourne vivement, comme un adolescent pris en flagrant délit, matant un porno. Les joues en feu, je souris bêtement et me lève en tirant sur mon pantalon en faisant la grimace.

- Désolé… je vais, à mon tour prendre une douche après… Oh… mais tu pouvais prendre tout le temps que tu voulais hein, tu ne me déranges pas, bien au contraire. Et pis c’est sympa d’avoir du monde de temps en temps.

Mais oui, c’est peut-être pas plus mal qu’elle s’en aille, ça risquerait de mal finir cette histoire… Ou trop bien. Et le bonheur, c’est pas pour moi… Mais misère qu’elle est mignonne ! En plus avec ce petit air mutin qu’elle se donne en mordillant sa lèvre. Et si je l’embrassai, là, maintenant tout de suite ? Je glisserai ma main le long de sa mâchoire jusqu’à sa nuque et je n’aurai qu’à avancer ma tête pour que nos lèvres se touchent. Mauvais plan, mon gars. Attends au moins le premier rendez-vous.

Mais c’est elle qui vient à moi… pour me piquer mon stylo. Merde moi qui pensait que… que quoi, Ethan ? Que t’allais t’envoyer en l’air, là, dans ce cagibi qui pue l’essence et l’huile, sur ce bureau qui tient à peine debout ? Redescends sur terre, mon grand ! Elle mérite mieux que ça. Mille fois mieux !

Les coups de stylo chatouillent et je rigole bêtement, comme un ado attardé. Je me laisse faire, n’oppose aucune résistance. Dana… elle s’appelle Dana, c’est joli comme prénom. Un billet est glissé dans ma poche mais j’ai pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle est déjà sur sa monture, un clin d’œil en guise de salutations.

- Mais… c’est trop !

Elle n’a pas entendu, vu les gaz qu’elle vient de mettre, pas étonnant. Mon dieu, je dois avoir l’air d’un débile ; planté là, un vague sourire sur les lèvres, le bifton de cent collé dans une main, une manche retroussé, le numéro de téléphone griffonné sur le bras. Magnifique image… Le looser dans toute sa splendeur.

Il me faut quelques minutes pour reprendre mes esprits de cette surprenante rencontre. L’œil rêveur, je fais une photo de mon avant-bras pour ne surtout pas oublier et entre directement les coordonnées de Dana dans les contacts. Sous le coup d’une impulsion folle, je lui envoie un texto direct, qu’elle lira quand elle arrivera.



Dana
Salut Dana, c’est Ethan, le garagiste plein de café. Je sais, tu viens de partir mais je n’ai pas eu le temps de te dire au revoir. Tu m’as payé beaucoup trop, du coup, faut que je te rende ta monnaie. Pour ça, je te propose de venir faire un petit tour à moto samedi. Si tu es ok, on se retrouve au garage à 2 p.m. Ne t’inquiète pas pour le pique-nique, je m’occupe de tout. A très bientôt, j’espère.
Saisir le texteEnvoyer

Codage par Libella sur Graphiorum



Un peu nerveux, j’appuie sur la touche « envoyer » et éclate de rire. Je ne peux plus revenir en arrière. C’est en sifflotant que je fonce à la douche, un large sourire plaqué sur mon visage. Quelle merveilleuse journée !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Break || Prudence
» Want to Break Free ♥ Honor & Anaïs
» I'll try anything once PV. Ethan
» He never had a chance || Ethan
» Fortunato, si, lo sono P.V. Ethan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: