-45%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL – Marmite 36 cm – Inox, Tous feux dont induction
29.49 € 53.27 €
Voir le deal

Before the coffee gets cold. | Faolan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
Mer 4 Aoû 2021 - 23:44 (#)

Before the coffee gets cold.

@Faolan Rawne

La porte du diner s’ouvrit à la volée, crachant une blonde trempée jusqu’aux os qui s’ébroua dès lors qu’elle fut au sec. La pluie ne l’avait pas épargnée, la rinçant des pieds à la tête sur les dix malheureux mètres qui séparaient le taxi de l’entrée de l’établissement. Zel racla ses semelles sur le tapis déjà gorgé d’eau à l’entrée puis posa le pied sur le carrelage glissant, prenant garde à ne pas se rompre le cou. Elle n’avait pas tant de fois trompé la mort pour finir par passer l’arme à gauche en tenue de civile sur le damier noir et blanc d’un café miteux de Shreveport. Son orgueil ne se serait jamais remis d’une telle fin …

La blonde chemina d’un pas vif vers une table collée aux larges fenêtres qui crevaient la façade avant du bâtiment. Elle fut satisfaite, à mesure qu’elle avançait, de constater que ses yeux ne l’avaient pas trompée, et que le profil aperçu à travers les carreaux battus par le déluge était bien celui de l’homme qu’elle avait rencontré quelques semaines plus tôt, dans des conditions météorologiques similaires. Zel retira son cuir quand elle ne fut plus qu’à deux pas de l’inconnu, dont elle n’apercevait encore que le dos. Elle jeta sa veste sur le siège en face du sien, tira la chaise vers elle et se laissa tomber de haut, le bois geignant légèrement sous son poids. Sans accorder un seul regard à son opposant, la jeune femme glissa ses doigts dans ses cheveux trempés pour les rabattre vers l’arrière.

Une serveuse flanquée du terrible uniforme de la maison - un polo azur informe floqué du logo du diner - approcha avec précaution, une tasse fumante sur son plateau. Elle plia les genoux pour déposer la boisson sous le nez du brun, ses lèvres formant un voilà ! tout français.

« Parfait ! »

Zel se pencha pour récupérer la commande et noua immédiatement ses doigts autour de la porcelaine de mauvaise qualité, une chaleur presque brûlante irradiant à travers la matière. Elle leva finalement ses grands yeux clairs et défiant vers l’inconnu avant de tourner le nez vers la serveuse pour annoncer, tout sourire :

« Il va prendre une verveine. »

La petite brune attendit confirmation de son premier client avant de tourner les talons pour s’occuper de la commande. La trentenaire la suivit des yeux une fraction de seconde puis se lova contre le dossier inconfortable de son siège. La pluie qui avait rincé les épaules de son cuir lui trempa les omoplates ; elle se tortilla pour se défaire de la sensation désagréable du tissu de son haut se collant à sa peau.

« J’irais quelque part où il ne pleut jamais, laissa-t-elle planer en regardant les trombes d’eau tomber, de l’autre côté de la vitre. »

Zel porta la tasse à ses lèvres pour souffler dessus. La surface tranquille du café ondula doucement, et elle y trempa les lippes, impatiente. Elle ne s’étonna guère de s’ébouillanter la langue, mais ne put retenir pour autant un long soupir de dépit. L’Outre reposa le mug, le poussa du bout des doigts et planta son coude sur la table, sa joue échouant mollement sur son poing fermé. Elle plissa doucement les yeux, détaillant avec une curiosité déplacée les traits de l’homme de l’autre côté de la planche de bois.

« Paraîtrait que le café est mauvais quand on manque de sommeil. Elle précisa le fond de sa pensée : j’ai comme qui dirait l’impression que tu as besoin de repos, Batman. »

Ce n’était pas uniquement ses cernes qu’elle jugeait, plutôt cette impression générale de fatigue qui se dégageait du brun, tirait son visage, lestait ses épaules, le rendait un brin terne, un rien fade. Il lui semblait pourtant qu’un regain d’énergie l’avait électrisé lorsqu’elle s’était installée en face de lui. Sans doute ses muscles se préparaient-ils à l’attraper par le collet pour la dégager au plus vite et récupérer le jus qu’elle lui avait subtilisé avec une absence de gêne déconcertante.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 8 Aoû 2021 - 11:09 (#)

Before the coffee gets cold.

@Zel woloszyk
C'est marrant comme l'Irlande a réputation de pays pluvieux. Froid. Ruisselant.
Je regarde par la fenêtre, me demandant si je n'ai pas fini par obtenir certaines capacités surhumaines, moi aussi. Mes paupières clignent et je suis téléporté dans mon cher pays natal. Là où la pluie ne se remarque pas tant elle fait partie du paysage. De l'ambiance. En Louisiane c'est différent. On se targue d'un climat chaud en se gardant bien d'avouer que l'humidité est constante pendant la moitié de l'année. La température plus douce rend l'air collant, sale. Je ne suis pas sûr de m'habituer à ces différences.
A moins qu'il s'agisse d'une façon comme une autre de regretter mon exil.

Je reviens à l'instant présent, à cette ville chargée de spiritisme corrupteur. Heureusement, je suis vacciné.

Mes lèvres s'entrouvrent quand je crois voir revenir la serveuse. Son approche un peu trop rapide fait avorter le remerciement que j'allais articuler et lorsque mon regard se pose sur la détrempée - apparition soudaine, je reste interdit.
Voilà autre chose.
Dans la foulée, mon café arrive - et cette fois je n'ai pas l'occasion de remercier la miss au plateau - la pilote s'approprie ma commande avec une insolence stupéfiante. Il en faut peu pour me faire taire. Notez que je n'étais pas en train de parler, ce qui annule clairement le point de la polonaise.

« Il va prendre une verveine. »

" Mon café, s'il vous plait. "

Dis-je néanmoins avant que le toupet de l'Est ne me coûte cette dose tant espérée. La jeune femme repart en levant les yeux au ciel, probablement lasse du cinéma des nombreux clients qui défilent dans cet établissement. Elle doit voir tant de choses durant son service ; c'est un endroit parfait pour récolter des informations. Elle fait comprendre qu'elle n'aime pas la scénette improvisée d'une blondasse insultante qui lui fait perdre le compte de ses commandes.
Ladite blonde me permet d'avoir une excuse quant à la journée stérile.

Mon attention se pose sur mon vis à vis, sans vraie sévérité. A quoi bon ? Sous ses airs de travailleuse blasée, elle dégage un rien d'inaccessible. Désinvolte, intouchable, elle s'esquive, fausse innocente, indifférente pourtant joueuse ; je refoule un début d'intérêt au goût de déjà vu.
Je veux juste boire mon café quand elle répond à la question posée lors de notre séparation.
Là où il ne pleut jamais.

" J'te verrais enfin sèche. "

Mes orbes suivent un instant les gouttes qui s'échouent aux pointes de ses cheveux foncés par l'averse avant de hausser un sourcil incrédule. Jugement sévère et indiscret. Pourquoi venir m'emmerder si ma gueule ne lui revient pas ?
Dormir s'est avéré compliqué ces derniers jours. Mais j'y travaille. Le sommeil me rattrape toujours, je ne suis pas vraiment inquiet. Aucun problème, aucune mauvaise surprise ni la moindre menace n'a rendu mes nuits blanches plus de trois fois consécutives.

Ma tasse arrive enfin à destination et je m'empresse de la saisir pour l'abandonner au bord de la table, près de moi, suffisamment loin de ses petites mains pillardes.
Je lui accorde l'air fatigué.

" C'est possible. "

Pour l'heure, l'envie de tomber dans mon lit recule nettement. Je me redresse sur mon siège, jette un dernier coup d’œil aux autres tables mal occupées et prends la décision de clore cette journée de boulot.

" Pas de client volé aujourd'hui ? "

Pour lui rappeler que son appât du gain, l'autre fois, a chié ma filature.

J'observe les rares voitures sur le parking. Ce doit être long d'attendre une course au milieu des flaques. Je prends ensuite le temps de savourer une première gorgée caféinée et envisage quelque chose de plus fort, après. En suivant ses conseils éclairés, je trouverai peut être mieux à avaler.

Un cliquetis à mes pieds sollicite mon attention et fait avorter ce qui aurait pu être une conversation légère. Prenant soin de déposer la porcelaine - et de murmurer une injure - je me penche et récupère une fléchette égarée. Dans le même temps, son mauvais lanceur s'arrête à notre table en me remerciant, les yeux pourtant rivés sur la pilote.
Lorsqu'il repart je me demande s'ils se connaissent ou s'il espère juste attirer l'attention d'une étrangère aux vêtements rendus transparents.

" T'as la cote. "

J'peux comprendre, n'empêche qu'elle serait mieux sèche.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Mar 31 Aoû 2021 - 14:45 (#)

Elle retint son souffle un instant, attendant de voir si les paumes de l’Irlandais s’abattraient sur la table sous le coup de l’énervement, ou s’il préfèrerait viser sa joue libre dans une gifle sèche et amplement méritée. Mais une seconde passa sans qu’il ne s’emporte, ni que disparaisse le soupçon de retour à la vie qui semblait l’avoir réanimé lorsqu’elle avait eu l’audace d’imposer sa présence. Les lèvres de la blonde s’étirèrent doucement dans un sourire vaporeux, appréciateur de la lassitude - ou l’intérêt - qui poussait son interlocuteur à cautionner qu’on ruine ainsi sa tranquillité.

« C’est possible. »

Il ne sembla pas vouloir combattre l’insomnie pour autant, à en juger la vitesse à laquelle ses doigts s’accrochèrent à la tasse fumante qu’on venait de déposer devant lui.

« Pas de client volé aujourd’hui ? »

Zel haussa les épaules, un air faussement innocent déformant ses traits. Il y avait bien eu quelques âmes en fin de journée : un homme usé par les caprices du moteur de sa voiture, et un autre perméable à la pluie qui avait jugé bon de détremper sa banquette arrière plutôt que d’affronter le déluge. Le début de la nuit, en revanche, avait été affreusement monotone. Sans doute les trombes d’eau dissuadaient-elles les plus vaillants de quitter leur terrier. La Polonaise en aurait certainement fait de même si elle n’avait pas tant craint la solitude, ce soir. Elle se serait assommée devant la première série venue, la première comédie américaine typique qui ne nécessitait pas de réparer le court-circuit dans ses pensées.

Elle n’eut pas le temps de railler le soupçon de rancune qu’elle devinait dans la voix de son interlocuteur ; leur conversation encore balbutiante fut interrompue par un élan de maladresse ou une tentative d’assassinat mal dissimulée. Le regard du chauffeur suivit les mouvements du brun comme il se penchait pour ramasser une fléchette et la rendre à un tireur d’élite bancal dont elle nota à peine l’insistance du regard. Et pourtant ses sourcils se froncèrent lorsqu’il se détourna, la sensation de le connaître l’étreignant brusquement.
La jeune femme se redressa et tourna le nez vers l’inconnu qui s’éloignait quand sa mémoire tentait de déterrer le souvenir dans lequel il était inscrit. L’éclair la frappa après quelques battements de cils.

« T’as la cote. »

Elle échappa un soupir moqueur, glissa la tasse à ses lèvres et avala une gorgée de café pour chasser l’envie de lui rétorquer qu’il se trompait affreusement. Zel était bien trop fatiguée pour tenter de se convaincre qu’elle ressemblait à quelque chose. La pluie avait effacé tout à fait le peu  

« Je suis plus attirante sur mes photos Tinder, le pauvre doit être déçu. »

Ils s’y étaient rencontrés quelques jours plus tôt, et la blonde n’avait pas pris le temps de tailler plus que cela le bout de gras avec l’inconnu, sans doute moins par manque d’intérêt que par fainéantise. L’homme lui paraissait plus jeune sous cet éclairage trompeur que sur les clichés sélectionnés avec soin pour se vendre sur l’application.

« Je te parie le prochain café qu’il va sortir son téléphone dans la minute pour m’unmatch. »

Dieu savait qu’elle comprendrait cette décision.

« Tu m’en veux encore d’avoir ruiné ton tête-à-tête avec mon passager, demanda-t-elle en reportant son regard indiscret sur l’expatrié qui lui faisait face. Dis-moi franchement, tu lui voulais quoi ? »

La curiosité ne se muselait jamais bien longtemps. Et puisqu’il semblait lui tenir rigueur de l’avoir éloigné d’un homme dangereux - ses mots -, elle avait au moins le droit de comprendre pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cold in July • Shannon
» Cold Case | Anaïs & Selma
» Faded Away | Faolan
» Nice to meet You - Rayna & Faolan
» A ghost from the past + Faolan Rawne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: