Le deal à ne pas rater :
Table de cuisson induction – SAUTER – 3 zones
299.99 €
Voir le deal

FALL OF THE NIGHT - Serguey & Emily

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
That kid you called a weirdo
Emily Morrisson
Emily Morrisson
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : See the invisible
Facultés : *Médium depuis presque aussi loin que sa mémoire remonte. Les esprits errent au milieu des vivants, invisible pour la masse, réalité bien visible pour elle.
*Elle peut percevoir les auras avec un soupçon de concentration. un talent qu'elle utilise quotidiennement.
*Portraitiste, elle peint les visages des vivants, les immortalisant, eux et leur essence, sur des toiles colorées. Elle travaille sur commande, mais ses amis savent qu'elle en fait de bon cœur pour ceux qui sont près d'elle.
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Emma Stone
Double compte : Anaïs Whilm
Messages : 64
Date d'inscription : 19/04/2022
Crédits : Avatar : .lollipop image liens : sweetdisaster
Ven 30 Sep - 23:07 (#)

Avatar

Fall of the night

Serguey

Séparateur

Le Blind Tiger était déjà bien rempli lorsqu’Emily approchait des portes du bar, en ce début de soirée. Elle consulta rapidement son téléphone, s’assurant d’avoir un peu d’avance et le rangea dans son sac, rassurée d’avoir au moins une dizaine de minutes d’avance à ce rendez-vous des plus inattendu. Une proposition de Lilas, un message de sa part, et la voilà le lendemain, en robe et talons, en train d’entrer dans un bar pour un vrai rendez-vous avec un homme. Comme quoi, le hasard faisait parfois bien les choses. Ou Lilas, en l’occurrence, avait de bonnes idées. Cela faisait un moment qu’Emily s’était installée près de Shreveport, mais l’idée de recommencer à faire des rencontres ne lui avait pas effleuré l’esprit avant un bon moment. Se faire une petite place et avoir un endroit tranquille où peindre et gagner sa vie avait largement pris son temps et seules les retrouvailles avec l’outre lui avait offert la tranquillité d’esprit se lancer à nouveau dans ce genre d’exercice.

Car c’était bien de quoi il s’agissait, un exercice, et pas des plus facile vu le temps qu’elle avait passé en dehors du circuit. La séparation avec Lilas, malgré sa douceur, et la mort de Heins avait été suffisamment dures à encaisser pour que l’idée de s’attacher à qui que ce soit ne la rebute jusqu’à très récemment. Revoir Lilas lui avait offert ce petit coup de boost dont elle avait besoin et la péripétie avec Tyler lui avait rappelé à quel point la vie devait être vécu pour ce qu’elle était : une course contre les regrets. Résultat, elle emmerdait Tyler, s’étant attaché au garou sans trop de difficulté, et sortait de plus en plus, avec ou sans cette cinglée d‘outre qui lui servait de meilleure amie. Aucune véritable rencontre, quelques verres tout au plus, mais ce soir était différent et elle se demandait honnêtement ce que Gigantor – Pardon, Serguey – allait lui offrir comme expérience.

Lilas avait clairement vendu Serguey comme étant le genre de type qu’elle apprécierait facilement, avec un humour qui lui serait parfaitement adapté et une nature bon enfant, mais tout ça restait à voir. Elle ne s’en faisait pas trop, à vrai dire. Si le courant ne passait pas, il serait toujours temps de s’arrêter à un verre ou deux et d’aller se payer un bon chinois à emporter pour terminer la soirée au lit avec un film sur l’ordinateur. Rien qu’elle n’avait déjà fait. Les quelques messages échangés allaient clairement dans le bon sens, Gig… Serguey semblant être le genre d’homme suffisamment éclairé pour ne pas tout prendre au sérieux et, puisque Lilas le validait, il devait être suffisamment sympa. Emily avait un doute sur les goûts de Lilas en matière d’homme en termes de relation amoureuse – suffisait de voir qui l’avait poussé à atterrir à Roswell - mais au moins elle se trompait rarement sur la personnalité des gens en général.

Passant la porte, elle balaya le bar du regard, repéra sans difficulté le barman, occupé à servir une cliente accoudée au comptoir. Son regard s’arrêta sur une figure particulière et un pressentiment que c’était le fameux Serguey naquit aussitôt. Installé sur un tabouret, on pouvait difficilement manquer sa taille et sa carrure. Il portait une chemise aux manches remontés sur les avant-bras et un pantalon de toile sombre, mais cela l’intéressa moins que la courbure de sa mâchoire dont on pouvait percevoir les mouvements alors qu’il parlait avec une autre cliente installée à côté de lui. Ou que les plis qui se formaient près de ses yeux dès que l’amusement se dessinait sur son visage. Emily était portraitiste parce qu’elle aimait avant tout observer les visages des gens et en dessiner les moindres particularités. La forme du nez, l’avancée du menton, les plis qui se formaient sur le front, le mouvements délicats ou plus brusques des lèvres lorsque des mots s’échappaient de la bouche des vivants. Tout ça l’avait poussé à se spécialiser dans les portraits. Et l’homme qu’elle voyait ferait un excellent sujet pour un tableau.

Voyant qu’il était en pleine discussion, elle le dépassa et s’installa sur un tabouret de sorte à ce qu’il lui tourne le dos. Le barman, William, qu’elle commençait à connaître un peu à force de venir dans ce bar, s’approcha d’elle avec un sourire, un verre à rhum déjà en main.

- Salut Emily, je te sers comme d’habitude ?

- Salut Will. Comme d’habitude ce sera bien, je te remercie.

Laissant William s’occuper de lui servir un verre elle déposa quelques billets sur le comptoir pour le payer et laisser un généreux pourboire avant d’attirer l’attention de son voisin en lui tapotant l’épaule, un coude sur le comptoir, son menton dans sa paume, un sourire amusé sur le visage. Il dégageait une aura particulière. Pas un humain au vu de sa densité et de sa couleur, plutôt un magicien, comme Heins. De quel nature exactement, Emily n’en avait pas la certitude, mais il y avait une sensation familière qu’elle retrouvait. Et cette aura n’était pas intacte, elle était comme fragilisée, par qui ou par quoi, difficile à dire, mais face à l’assurance que tout son être dégageait, voir cette faiblesse invisible au commun des gens avait quelque chose de très intime et Emily chassa aussitôt ce voile de son regard, l’observant avec des yeux sans filtre.

- Serguey, je présume ? Enchantée, Emily, celle avec qui tu as rendez-vous.

Elle insista légèrement sur le dernier mot et vit l’autre cliente rapidement s’éloigner. Elle retint de justesse un ricanement, se focalisant plutôt sur l’homme face à elle. De près, il lui semblait encore plus grand. Et ses yeux s’attardèrent une seconde de trop sur la courbe de sa mâchoire couverte d’une barbe parfaitement taillée avant de dériver sur le verre de bière qu’il avait pris en l’attendant.

- Moi qui pensais arriver la première… On se prend une table ?

Rester assise au comptoir ce n’était pas vraiment l’idéal pour papoter avec quelqu’un à cause du passage des clients et des bruits plus importants que sur une table un peu en retrait où elle posa son verre avant de poser ses fesses sur la chaise dos à la vitre donnant vue sur l’extérieur. Elle attendit qu’il soit installé et tendit son verre avec un sourire, le faisant tinter contre celui de son interlocuteur.

- Ravie que tu aies accepté de venir. J’espère que tu n’es pas trop déçu.

Elle haussa un sourcil interrogatif en buvant une petite gorgée de son rhum, appréciant la chaleur descendant dans sa gorge jusqu’à son ventre, inaugurant le début de soirée d’un sentiment de confort des plus appréciables.

- Tu as demandé des informations à Lilas ou tu es venue en explorateur curieux ?

Revenir en haut Aller en bas
Hercule le tank estonien : le respect, pourquoi faire ?
Serguey Diatlov
Serguey Diatlov
Hercule le tank estonien : le respect, pourquoi faire ?
THIS WAR OF MINE

En un mot : Guerrier brisé, arcaniste défectueux, amant esseulé.
Qui es-tu ? : • Né en Estonie, le quadragénaire a été naturalisé américain en 2011 pour services rendus à la nation.
• Ancien tireur d'élite, il est vétéran de la guerre du Kosovo. Il a également participé à la Seconde Guerre du Golfe, mais rapatrié d'Irak suite à l'attaque et à la destruction de sa base militaire.
• Issu d'une famille de vaudouisants depuis plusieurs générations, ses pouvoirs se sont éteints depuis la guerre où il a failli perdre la vie. Sa magie est dormante depuis, et il cherche à s'y reconnecter.
• Tête brûlée, il a un tempérament excessif : il boit trop, aime séduire, rit fort, provoque.
• Sportif, il se défoule par la pratique d'activités physiques, en se bagarrant dans les bars ou au Mad Dog où on l'affuble du surnom de Golgoth.
• Ancien amant d'Aliénor Bellovaque, il vit très mal leur rupture depuis la révélation du putsch du motel Lucky Star, où a été perpétré le massacre d'arcanistes. (Juillet 2020)
• La séparation avec la vampire a également eu d'autres conséquences : en plus de son absence, il souffre encore du manque de ses morsures, comme un camé privé de l'objet de son addiction.
• Après sa démission en tant que chef de la sécurité aéroportuaire suivie d'une brève descente aux enfers, il doit son salut et sa reconversion professionnelle à Jake Hamilton, pour qui il est devenu agent de protection rapprochée (et partenaire de paintball préféré). (Septembre 2020)
• Amoureux des hérissons, il en possède un qu'il honore régulièrement sur Instagram, un cadeau d'Aliénor : Krissu.
• Loyal et serviable, il est un ami solide sur lequel on peut compter, même pour se sortir des situations les plus désespérées. Amant attentionné, il sait se montrer aussi tendre que passionné au creux de l'intimité, comme s'il s'agissait là des rares moments où il renouait avec sa magie rouge endormie.
Facultés : • Sa gueule carrée, sa stature imposante et sa hauteur avoisinant les deux mètres rendent sa silhouette intimidante, parfois même sans qu'il n'ait à lever le poing.
• Excessif et robuste, il gagne souvent à la bagarre et aux concours de beuverie.
• Bavard, il n'a ni le sens de la diplomatie, ni celui du politiquement correct, et a tendance à choquer par un phrasé cru ou par un humour pas toujours très conventionnel.
• Ancien soldat, il bénéficie d'une très bonne condition physique, même si l'âge comme ses excès finiront par le rattraper. Il manie très bien les armes à feu, et n'hésitera pas non plus à utiliser toute arme contondante, s'il s'agit de défendre un proche ou de sauver la veuve ou l'orphelin.
• Il parle couramment anglais, russe et estonien, même s'il n'utilise ce dernier qu'avec sa petite sœur, restée à Tallinn, avec laquelle il entretient une relation épistolaire.

Thème : Hooverphonic • Mad About You
FALL OF THE NIGHT - Serguey & Emily 1559297678-bad-batch-buddies
I belong to nothing, when you don't belong to me

FALL OF THE NIGHT - Serguey & Emily 7UNUlLfV_o

FALL OF THE NIGHT - Serguey & Emily Kpx5lBQa_o

FALL OF THE NIGHT - Serguey & Emily 90pnwSel_o

FALL OF THE NIGHT - Serguey & Emily XoqTWwMs_o
Pseudo : Tank.
Célébrité : Johann Urb.
Double compte : L'autiste caractérisé Yago Mustafaï.
Messages : 1900
Date d'inscription : 02/08/2018
Crédits : Nero (avatar) ; Lilie (code signature)
Dim 13 Nov - 13:17 (#)

LET'S GET LOUD

« Alors comme ça, on t'a posé un lapin, mon chou ? »
« Ouais. J'suis super malheureux. »
« Un bel homme comme toi ? »
« T'sais de nos jours, on sait plus comment se comporter. Dis-toi que c'est elle qui est venue gratter à ma porte, mais si toi t'as le malheur de répondre sur le même ton et d'être un homme cis blanc hétéro, direct t'es le nouveau Polanski. A croire que le harcèlement sexuel, c'est un truc de mecs. Honteux. »
« Quelle pétasse. Tant pis pour elle. Moi, j'vais bien m'occuper de toi. Tiens pour le coup j'te paye un verre, beau gosse. »
« C'est pas d'refus. »
La pinte se remplit de mousse houblonnée et les verres tintent, suffisamment fort pour étouffer le début d'un rire qu'il parvient de plus en plus difficilement à réprimer. Si l'idée de se faire faussement plaindre l'avait amusé de prime abord, au plus les secondes s'écoulaient en compagnie de son interlocutrice, au moins il savait comment se comporter. Il ne pensait pas que la team premier degré serait de sortie si vite, à peine quelques mots échangés. Au moins, ça avait le mérite de l'occuper en attendant son véritable rencard, avec qui il espérait converser avec davantage de profondeur et surtout, que l'ironie et le sarcasme seraient nettement mieux assimilés. Car pour l'heure, il ne discutait pas avec le couteau le plus aiguisé du tiroir.

Accoudé au comptoir, les manches de sa chemise retroussées sur ses avant-bras, il écoute avec de plus en plus de stupeur son passe-temps déblatérer des convictions de plus en plus douteuses. Si le visage de l'Estonien paraît accueillir de bonne grâce les propos de la donzelle, en son for intérieur, les secondes s'égrainent tandis qu'il se repasse le fil de la conversation virtuelle entretenue avec Emily. Son charisme était clairement passé à l'étape supérieure : il n'avait même plus besoin d'écumer les bars et autres lieux stratégiques pour faire des rencontres ; désormais, c'était le poisson qui se jetait dans ses filets sans qu'il n'ait plus à fournir le moindre effort. Et cette fois, c'était l'altruisme de Lilas qui lui avait fourni la promesse de quelques belles nuits endiablées. Il ne la connaissait pas si entremetteuse, mais il se réjouissait que la jeune femme l'estime suffisamment pour le présenter à son ex, avec qui elle était visiblement restée en suffisamment bons termes pour se permettre ce genre de scénario.
Si l'Estonien y avait tout d'abord entrevu une porte ouverte vers une configuration disons plus triangulaire (quel homme ne rêverait pas de constituer un trinôme avec ces deux sulfureuses créatures qu'étaient Lilas et Emily ?), il n'avait pas non plus craché sur la possibilité d'explorer en solitaire de nouvelles contrées féminines. Surtout après la découverte du minois de l'intéressée, véritable propagande pour la conquête charnelle.

Le tapotement sur son épaule lui extorque le premier sourire réellement sincère de la soirée. Pas malheureux d'enfin s'arracher aux absurdes revendications de celle qui lui tenait la jambe depuis son arrivée, il accueille son véritable rendez-vous d'une expression chaleureuse.
« Lui-même. Eh bah, c'est pas trop tôt. Encore quelques minutes, et j'étais pas certain de survivre parmi cette jungle de prédatrices sexuelles, qui visiblement en veulent toutes après mes talents de plombier. »
Un rire franc et bruyant éclate en écho au ricanement de son interlocutrice, qu'il ne rechigne pas le moins du monde à suivre, délaissant sans vergogne sa compagne éphémère, déjà en quête d'un remplaçant pour une folle nuit d'ivresse.

Une seconde fois, les verres s'entrechoquent tandis qu'il s'installe face à elle, cette fois plus à l'écart de la foule et des ragots du comptoir. Ses yeux clairs englobent sa jolie silhouette avec insistance, sans jamais chercher à voir ce qui se trame à l'extérieur du bar, une façon silencieuse de lui témoigner qu'elle possédait désormais toute son attention.
« Quand j'ai dit à mon boss que j'avais un rencard, curieusement, il a pas insisté pour que je fasse des heures supp'. Mais en échange, faut que j'aie une ou deux anecdotes marrantes à lui raconter demain. »
Ah, ce brave Jake, toujours le cœur sur la main dès qu'il s'agit de permettre à son garde du corps préféré de parfaire ses techniques de drague et de combler la solitude creusée par la séparation avec la véritable élue de son cœur…
« Donc disons que si j'suis pas déçu du visuel, c'est pas le seul aspect sur lequel va falloir assurer. On dirait pas comme ça, mais j'suis un homme exigeant. »

Un bref coup d’œil vers le contenu du récipient d'Emily suffit à le renseigner sur ses préférences et à engager la conversation, sur quelque chose de bien plus fédérateur que sur la manière dont s'était déroulée leur journée de boulot respective.
« Team rhum, visiblement ? On se prend pour une pirate ? C'est parce que tu sais grimper aux mâts ? »
Le bleu intense se fixe dans le regard féminin, charmé par la douceur espiègle du visage qu'il a désormais tout le loisir d'étudier. A première vue, elle dégage une authenticité qui le ravit, une simplicité qui ne s'encombre pas des faux-semblants et des convenances sociales.
« Lilas ? Noooon, je suis pas du genre à demander des anecdotes croustillantes et des détails gênants à ton propos à notre amie commune, tu penses bien… »
D'un intérêt qu'il ne cherche nullement à camoufler, il étire le cou afin de gagner en hauteur et lorgner sans scrupule dans le décolleté d'Emily, dans l'espoir d'apercevoir le tatouage promis par Lilas. Mais même en se retrouvant à moitié penché par-dessus la table, il ne relevait aucun indice de la présence du pentacle sous les courbes attrayantes. Une petite moue faussement déçue se peint alors sur son visage tandis qu'il se redresse, son immense main posée à plat entre eux sur la table tandis que l'autre lui envoie régulièrement dans le gosier de larges gorgées du liquide frais et enivrant, d'un geste trahissant l'habitude d'un alcoolisme notoire.
« En tout cas rassure-toi, mon appartement est bien insonorisé, tu pourras t'en donner à cœur joie. »
Un sourire goguenard et un clin d’œil appuyé soulignent ses dires et témoignent d'une conversation impudique entre Lilas et lui, confessions intimes de l'outre dont il s'était délecté à savourer les secrets.

Tout en prenant ses aises sur la banquette contre laquelle il s'installe plus confortablement, il étudie le minois de la jeune femme, se focalise quelques secondes sur son charmant petit nez retroussé avant de lui demander, d'un air faussement outré.
« D'ailleurs, quelle est ton hypothèse sur notre match précipité ? D'après toi, qui est le plus désespéré d'entre nous deux selon Lilas, pour qu'elle nous ait directement envoyés en speed-dating ? C'est quoi l'embrouille ? J'vais pas te sortir la disquette du : Une jolie fille comme toi, va pas me faire croire que t'as pas de succès auprès des mecs, mais tu vois l'idée. »
Lilas lui avait parlé des fantômes. Sans entrer dans les détails. Simple allusion à la stupeur qui pouvait parfois la saisir pendant l'acte. Pour qu'il ne s'inquiète pas, ou probablement pour le rassurer dans son ego viril de mâle alpha. Il ne l'avait pas questionnée davantage à ce sujet. S'il aimait taquiner et si les anecdotes coquines l'avaient régalé, il respectait profondément la magie et tous ses embranchements pour ne pas avoir poussé sa curiosité plus loin concernant Emily. Elle lui parlerait à cœur ouvert si elle le souhaitait. Ou alors ils se contenteraient de ricaner toute la soirée, de s'envoyer en l'air et de prélasser leurs muscles devant un film ou une série, vautrés dans le canapé.
D'expérience, il savait qu'aborder les sujets douloureux n'aidait que rarement à refermer les blessures béantes.

(c) AMIANTE

Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Emily Morrisson
Emily Morrisson
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : See the invisible
Facultés : *Médium depuis presque aussi loin que sa mémoire remonte. Les esprits errent au milieu des vivants, invisible pour la masse, réalité bien visible pour elle.
*Elle peut percevoir les auras avec un soupçon de concentration. un talent qu'elle utilise quotidiennement.
*Portraitiste, elle peint les visages des vivants, les immortalisant, eux et leur essence, sur des toiles colorées. Elle travaille sur commande, mais ses amis savent qu'elle en fait de bon cœur pour ceux qui sont près d'elle.
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Emma Stone
Double compte : Anaïs Whilm
Messages : 64
Date d'inscription : 19/04/2022
Crédits : Avatar : .lollipop image liens : sweetdisaster
Jeu 24 Nov - 3:12 (#)

Avatar

Fall of the night

Serguey

Séparateur

Un sourire mutin sur les lèvres accompagnait la jeune femme depuis les premiers mots de Serguey. Lilas ne semblait pas s’être trompée sur l’énergumène qui lui faisait face. Il en faudrait certes bien plus qu’un bref échange pour en avoir le cœur net, mais la portraitiste n’était pas déçue de la première impression et c’était presque l’essentiel. Presque. Elle n’était pas du genre à espérer un parfait gentleman en chaque homme qu’elle croisait, mais il y avait beaucoup trop de cons pour qu’elle ne se contente que d’une brève impression, aussi bonne pouvait-elle être.

Elle se laissa observer sans être particulièrement gênée par le regard de son interlocuteur. Il n’était pas le premier, mais lui, contrairement à d’autres, avait un laisser-passer. C’était un rencard après tout. L’empêcher de voir à qui il avait à faire n’aurait pas vraiment de sens et elle n’allait pas s’offusquer d’un simple examen de surface quand elle faisait la même chose à peine quelques instants auparavant, alors qu’il n’était même pas conscient de sa présence. Elle lui offrit un foncement de nez et un sourire joueur qu’elle espéra naturel. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus flirté avec personne.

- Exigeant… J’imagine que tout dépend desdites exigences. Tu as quand même accepté un rencard avec une parfaite inconnue. Mais je m’en voudrais de décevoir ton patron.

Elle taquinait gentiment avant de porter son verre à ses lèvres. Il y avait peu de chose qu’elle appréciait plus qu’un verre de bon rhum après une journée de travail. La sensation familière et réconfortante de liquide qui traçait une voie chaude jusqu’à son ventre était le genre de ressenti dont elle ne se lasserait sans doute pas de sitôt. Elle reposa son verre en haussant un sourcil amusé en fixant le verre de bière que Serguey buvait. Engloutissait semblait plus approprié. On sentait en tout cas qu’il avait l’habitude.

- J’ai tenu quelques barres, mais c’est surtout parce que je suis devenu dégoutée de la vodka et du gin et que le whisky c’est dégueulasse.

Elle leva son verre avec un sourire et sirota une nouvelle gorgée. Elle avait fait tellement de soirée en école d’art qu’elle ne saurait même pas toutes les compter. Les alcools forts coulaient à flots, mais elle n’avait découvert le rhum que bien plus tard et savourait cette saveur bien différente, là où elle se contentait de s’enivrer à l’excès lorsqu’elle était une étudiante en pleine recherche de beaucoup de chose. Cette période lui paraît lointaine à présent.

Faisant tourner son verre et le liquide à l’intérieur, elle leva les yeux au ciel face au sarcasme de l’estonien. Evidemment que Lilas avait eu la langue trop pendue. La question était de savoir ce que son amie avait bien pu raconter. Elle en eût rapidement une petite idée en le voyant se pencher et lorgner sans aucune gêne dans son décolleté. Elle ne l’avait pas particulièrement mis en valeur et s’il cherchait à apercevoir quelque chose, il allait être profondément déçu. Elle haussa un sourcil en le fixant avant qu’il ne reprenne sa position initiale, une moue faussement déçue marquant ses traits. Le contraste était intéressant et elle ne retint pas un sourire.

- Je vois qu’elle a en effet beaucoup parlé, mais tu ne risquais pas de le voir, il est bien dissimulé.

La folie quelle avait faite sur un coup de tête avait été un sujet qui avait absorbé Lilas à Roswell. Un témoignage de sa capacité à prendre des décisions sur un coup de tête et un souvenir de son mentor, gravé dans sa peau. Même si elle avait regretté son idée initiale, l’ajout du cercle par Heins l’aurait empêché de s’en séparer. Elle tenait trop aux quelques brides de passé auxquelles elle pouvait encore s’accrocher.

Elle enfila le reste de son verre d’une gorgée, bien décidée à ne pas laisser ce genre de pensée venir gâcher cette soirée. Elle pinça les lèvres, retenant le frémissement sous le coup de l’alcool trop rapidement ingurgité et offrit un souvenir joueur à Serguey. Ah il voulait jour à ce genre de petit jeu ? Pourquoi pas ?

- Encore faut-il que tu arrives à me donner envie de m’en donner à cœur joie…

Elle glissa son doigt sur le contour de son verre sans le quitter son regard, un sourire mutin aux lèvres.

- Le visuel ne me déçoit pas non plus, mais faut voir si t’es du genre grande gueule ou si t’as vraiment de quoi appuyer tes affirmations, hmm ? T’as pas l’air de faire de la gonflette, mais difficile d’en être certaine. Je ne voudrais pas décevoir Lilas et revenir la voir sans avoir rien à raconter.

Parce qu’elle était convaincue qu’elle aurait droit à un appel le lendemain à la première heure avec interrogatoire en règle jusqu’à ce que son amie puisse littéralement peindre chaque scène qui aurait lieu ce soir. Elle adorait Lilas, mais elle était parfois trop enthousiaste pour sa santé et son sommeil.

- Je pense que c’est Lilas la plus désespérée. Regarde, obligée de jouer les entremetteuses pour avoir du croustillant à se mettre sous la dent. La pauvre…

Elle savait très bien que Lilas avait son propre genre de relation, même si elle n’en savait que très peu sur les pérégrinations relationnelles de l’Outre. Elle n’avait pas particulièrement élaboré et Emily ne s’était pas sentie de poser trop de questions, pas certaine d’apprécier les réponses. Soit elle n’en aurait pas assez appris pour la rassurer, soit elle en aurait trop appris pour son propre bien. Elle imaginait sans mal ce qu’elle avait pu raconter à Serguey. Lilas pouvait être très précise et visuelle quand elle s’y mettait…

Elle haussa alors simplement les épaules. La réalité était une salope, c’était la seule vraie réponse qu’elle pouvait donner à Serguey sans passer par la case dépression et chagrin à la suite de la perte de sa seule figure familiale.

- C’est tout con. La vie était compliquée, tout simplement. J’ai perdu quelqu’un, puis j’ai déménagé, deux fois. Je viens de San Francisco à la base, c’est pas la porte à côté. Ensuite j’ai pas eu de situation stable avant un moment. Je me suis sans doute un peu oubliée dans le travail, mais Lilas m’a tiré par la peau du cou et je me suis rendue compte qu’il fallait que je profite d’autre chose que de mes peintures et des soirées avec elle.

Bon l’escapade avec Tyler avait pas mal aidé aussi, mais elle n’avait pas spécialement envie d’expliquer à son rencard que les spectres faisaient parti de son quotidien et pouvaient lui rendre visite au moment le plus inopportun. Ça avait tendance à refroidir même le type le plus chaud du pays et elle n’avait nullement envie de réduire à néant ses chances de passer enfin une soirée autrement que dans son canapé, un verre à la main. Seule.

- Et toi alors ?

Elle pouvait bien lui rendre la pareille non ? Si elle parlait, elle pouvait bien réclamer quelques infos aussi avant de se décider sur la suite des évènements, non ?

- Un grand gaillard comme toi, ça doit avoir son petit succès auprès de ces dames, j’en ai eu la preuve tout à l’heure. Si c’est à cause d’un dysfonctionnement, sache que ça touche un homme sur trois…

Elle se pinça les lèvres en lui lançant un regard taquin avant d’enchaîner, plus sérieuse.

- Je veux pas faire de conjectures, même si j’ai une vague idée de ce qui peut être la cause de ta présence ici ce soir, dit-elle en faisant un vague geste de la main qui les englobait, lui et son aura. Je suis pas là pour prendre la place de quelqu’un d’autre, qu’on soit clair. Je sais juste que Lilas a pensé que c’était une bonne idée de nous réunir et j’ai pour l’instant pas de raison de lui donner tort donc, la question qui se pose c’est…

Elle prit son verre vide en l’agitant doucement entre eux, fixant un instant celui de Serguey avant de relever le regard vers le sien.

- Est-ce que je t’offre un second verre et on est parti pour une soirée, et peut-être d’autres, qu’on n’oubliera pas, en espérant que ton appartement ne soit pas trop loin quand on sortira d’ici. Ou bien on en reste là ?

Elle reposa son verre, sans le quitter du regard.

- Your move.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» A spark in the night - Emily
» Indigo Night ☽☾ Serguey
» And now, the fall [Pv : Evangeline]
» Fall into me ☽☾ Eoghan
» Emily Morrisson (+1 318-546-3597)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: