-21%
Le deal à ne pas rater :
Apple TV 4K 3e génération 128 Go (Wi‑Fi + Ethernet) Noir 2022
149.99 € 189.99 €
Voir le deal

Poison through my veins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Princesse planche à pain : un jour, mon février viendra.
January Rosefield
January Rosefield
Princesse planche à pain : un jour, mon février viendra.
ASHES YOU WERE

En un mot : Je voudrais être calice à la place du calice
Qui es-tu ? : Une humaine insignifiante, programmatrice dans un théâtre, qui aime se faire mordre.
Créa par obsessed artist
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Elnaië
Célébrité : Elle Fanning
Double compte : Aucun
Messages : 808
Date d'inscription : 10/04/2023
Crédits : fkthephobia & obsessed artist (avatar & gifs) // ©️crackintime (signature)
Dim 24 Sep - 21:27 (#)

January fixait les caisses d’un air suspicieux. Elle rentrait du travail où tout tournait en sous-régime à cause des dégradations qu’avait subi le Capri, mais elle était certaine de n’avoir absolument rien commandé. Est-ce que ça provenait de Myrtle ou de Zelda ? Mais les deux vampires l’auraient sûrement prévenue. Méfiante, elle fronça les sourcils, envoyant un message rapide à sa sœur et à Sa vampire. « C’est à vous ? » La réponse ne tarda pas, Myrtle lui interdisant de toucher à quoi que ce soit.

January soupira : elle n’était plus une petite mortelle sans défense, elle était plus forte, plus résistante, grâce à Myrtle. S’enjoignant à ne pas toucher les caisses, elle repoussa la porte pour s’assurer qu’aucun voisin curieux ne passe la tête par-là et ne la dérange voire ne propose d’ouvrir les caisses avec elle, puis elle récupéra l’enveloppe déposée dessus, pour la lire. Un mélange de chiffres, de lettres et de symboles étranges qu’elles ne comprenaient pas. Elle le prit en photo pour l’envoyer à sa sœur. Facile, ça veut dire ça : Fais toi plaisir. Pourquoi se priver ? Tu le mérites vraiment. Elle pâlit aussitôt, en constatant le logo sur les caisses et le nom. Son… penchant pour l’alcool n’était pas vraiment secret, mais qui pouvait lui envoyer ça ?

Attendant difficilement l’arrivée de Myrtle, ne pouvant s’empêcher de jeter des coups d’œil à chaque caisse et de vouloir les ouvrir pour voir ce qu’il y avait dedans, elle appela le magasin qui ne put rien dire de plus que le fait qu’on leur ait dit de le lui livrer avec cette carte, sans autres indications. Pas d’expéditeur, pas de trace du paiement, rien. Elle leur avait bien dit de revenir les chercher, mais ils avaient refusé sous prétexte qu’on les avait payés et qu’ils faisaient leur travail. « ALORS VOUS REFUSEZ DE LES REVENDRE ET DE FAIRE UNE MARGE GRATUITE ? »

Elle avait hurlé sur son pauvre interlocuteur et avait raccroché au nez, avant de se pencher vers les caisses. Les ouvrir n’allait pas lui faire de mal, si ? Et puis… Elle en avait rudement envie et Myrtle qui n’arrivait pas mettait ses nerfs à rude épreuve, alors qu’elle finissait par ouvrir les caisses pour voir des tonnes de bouteilles d’alcool, certaines très colorées, d’autres plus neutres, mais toutes très alléchantes. Myrtle ferait mieux d’arriver, sans quoi Jane finirait par céder. Pitié, sois bientôt là, pitié, pitié, pitié. Elle aurait pu résister beaucoup plus facilement si Myrtle l’étreignait, si Myrtle la mordait, si elle buvait son sang. Si seulement le liquide coloré n’attirait pas autant son regard. Elle avait beau s’en détourner, ses yeux revenaient se poser dessus. Et si elle les offrait à ses voisins ? La seule chose qui l’empêchait de faire ça était qu’elle avait peur qu’il en arrive d’autres, plus nombreuses encore. Ou que ça ne retombe sur ses voisins, d’une manière ou d’une autre. Si les gens qui le lui envoyaient voulaient punir les gens à qui elle les donnerait de les avoir bues ? Et si… Et si c’était un piège ? Est-ce que… Est-ce que quelque chose était caché dedans ? Je t’en prie, Myrtle, arrive. Elle savait que la vampire ne lisait pas dans ses pensées, mais cette litanie mentale la rassurait. Un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Duchesse Von Myrtille :
Myrtle Blackstone
Myrtle Blackstone
Duchesse Von Myrtille : "Chéri, j'ai mangé les gosses"
START FROM SCRACTH

En un mot : ☽☾ Détruite ☽☾ Rafistolée ☽☾ Borderline ☽☾
Qui es-tu ? : ☽ Duchesse anglaise née en 1778, elle était veuve et mère de deux enfants lors de son Etreinte en 1819.
☽ Animée par une haine viscérale à l'égard de co-Infant et de son Sire. Cette haine est le moteur qui la pousse à avancer depuis plus de 200 ans.
☽ Lunatique, elle oscille entre une discrétion taiseuse et des envies de violence.
☽ Les années et les ressentiments rongent et effritent sa psyché. Elle n'est plus la femme altruiste et maternelle qu'elle a été de son vivant.
☽ Croit en dieu mais ne pratique plus et n'entretient pas de vain espoir de rédemption. Lorsqu'elle mourra pour de bon, elle brûlera en Enfer pour le reste de son éternité.

☽ Certaines personnes la connaissent sous son autre identité : Apple Murray. Ce n'est qu'un nom de scène.

☽☾

☽ 1m75 / ~60 kg;
☽ Cheveux de jais & yeux vert crocodile.
☽ Crocs de vampires atypiques : elle en possède deux paires, sur la denture supérieure, eu lieu de simplement deux canines.
☽ Suit les modes moderne : sa tenue préférée se compose de jean, tee-shirt et blouson
Facultés : ☽ Facultés ordinaires des vampires : force, vitesse, régénération, hypnose basique.
☽ Obténébration II-3 / Métamorphose I-4 / Aliénation I-4
☽ Formée au combat et à l'assassinat : au XIXè siècle, son Sire et Primogène de son camp éduquait ses membres à repousser les chasseurs de vampire qui les menaçaient régulièrement.
☽ Particulièrement observatrice, préfère analyser les situations en se faisant oublier.
☽ Parle parfaitement anglais (avec des restes d'accent anglais) et français.
Poison through my veins Qtm1
BLOW UP THE SUN

☽ ♫ ☾


Pseudo : Myrtle Blackstone
Célébrité : Krysten Ritter
Double compte : Isalín & Orihime
Messages : 552
Date d'inscription : 03/03/2023
Crédits : Lunar (sign) - Wild avatar (avatar)
Mer 6 Déc - 21:20 (#)

Ne pas frapper le volant. Ne pas frapper le volant. Ne pas frapper le volant. Ne pas frapper le volant. Ne pas frapper le volant. La circulation trop dense de cette nuit obscure la rend folle. Myrtle a quitté le motel à la seconde où sa Marquée lui envoyé la photo de son mystérieux colis. Toutes ses années de non-vie lui ont appris que les cadeaux anonymes n’existent pas. Les responsables de cette livraison lui veulent du mal. Reste à savoir de quelle manière. Sur l’écran de son téléphone, crucifié à son tableau de bord, une notification lui rapporte un sms de Zelda. Elle s’occupe du message codé transmis par son aînée et tente de le déchiffrer. Bien, elle sera occupée comme ça et ne tentera pas de s’enfuir du clan.

Dernier virage et elle se gare avec brusquerie, sur une place réservée aux invalides. D’une, elle n’en a rien à foutre. De deux, si les flics de Shreveport ont le temps de distribuer des PVs en ce moment, c’est qu’ils n’ont absolument rien compris à la gravité de la situation. L’Immortelle vole presque au-dessus de la volée de marches qui l’emmène à l’étage de January. Elle se méfie de chaque bruissement, de chaque ombre, de chaque frémissement. Dès lors qu’elle est sur le palier, elle capte les pensées confuses de sa protégée – des suppliques imprononcées, incantatrices. Elle en saisit le sens sans les comprendre réellement car c’est trop tôt, le lien de sang n’a pas encore suffisamment fait son œuvre. Qu’elle se dépêche.

- Ouvre !

Son poing tambourine le battant qui souffre sous sa force mal contenue. Les gongs usés grincent et protestent. Myrtle hume l’air empuanti de l’immeuble, cherchant à y repérer un parfum évocateur. Un indice, une piste, qu’importe. Rien de plus que lors de la « mauvaise farce » laissée à sa maison. Elle n’est pas loin d’enfoncer la porte lorsque January ouvre enfin. Elle est soulagée de voir sa Marquée, mais ce n’est que de courte durée. Elle craint que le pire soit déjà arrivé.

- Ne me dis pas que tu y as touché.

Derrière la question se cache presque une réprimande : c’était sa consigne, suffisamment insistante pour que ses intentions soient claires. Son pas l’amène au salon qu’elle connait désormais très bien. Son regard acéré passe les ombres au scalpel, scrutant la pièce en quête qu’un changement anodin, d’une anomalie quelconque. Dans l’immédiat, elle ne décèle rien. Pour l’instant.

- Je suis là, dit-elle en s’efforcer d’adopter un ton plus rassurant, explique-moi, dans le détail.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pick your poison, Voodoo Boy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: