-71%
Le deal à ne pas rater :
RUSSELL Bureau console droit 2 tiroirs en maille rotin et chêne
49.99 € 169.99 €
Voir le deal

Archie - Birds of a feather flock together

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Cannot a Beast be tamed
Archimède O'Connell
Archimède O'Connell
Cannot a Beast be tamed
⩥ BLACKBIRD ⩤

"In order to see birds it is necessary to become a part of the silence."

Archie - Birds of a feather flock together EzQNfQP Archie - Birds of a feather flock together ZAPZacT Archie - Birds of a feather flock together 9SZbfl4

En un mot : Animal.
Qui es-tu ? : ⩥ Métamorphe. Il a grandi sur le sol de Shreveport, entouré par sa vaste famille et son clan étendu.
⩥ Force tranquille. Il est toujours prêt à servir d'appui à ses proches, ne se reposant sur eux que très rarement.
⩥ Parfois complexé par sa forme totémique, il s'en accommode de mieux en mieux au fil des ans.
⩥ Passionné. Il aime les choses pleinement, entièrement, d'une manière très honnête. Son travail, son chien, ses bécanes, ses amantes.
⩥ Fumeur. Il tente désespérément d'arrêter depuis des années.
⩥ Casanier. Il aime sa maison, il aime sa ville et il est profondément heureux d'avoir pu, enfin, retrouver la Louisiane après des années d'exil dans le Nord.
⩥ Grand passionné de mécanique, il passe son temps libre à retaper de vieilles motos dans son garage.
⩥ Colérique. Il n'aime pas la colère, se méprise de ne pas être capable de contrôler ses émotions avec plus d’acuité.
⩥ Vétérinaire. Il tient une clinique avec Jonathan, son réceptionniste, qui sert également d'hôpital pour thérianthrope et garou à la nuit tombée.
⩥ Grand Amateur de whisky, il en possède une collection impressionnante.
⩥ Il a récemment adopté un pitbull qu'il a nommé Orion.

"SINGING IN THE DEAD OF NIGHT"

Archie - Birds of a feather flock together FDWqExP Archie - Birds of a feather flock together EKpRX0i Archie - Birds of a feather flock together UPfSBUT

Facultés : ⩥ Totem, Petit-Duc Maculé.
⩥ Première Chasse Sacrée sur un Carcajou.
⩥ Envisage vaguement une seconde Chasse.
⩥ Maîtrise parfaite de nombreuses techniques de combat au corps à corps.
Thème : Blackbird - Boyce Avenue
Archie - Birds of a feather flock together 1567204898-archie-helix
⩥ TAKE THIS BROKEN WINGS ⩤


Archie - Birds of a feather flock together XymtJmf Archie - Birds of a feather flock together Es7CG43 Archie - Birds of a feather flock together KczpMl3

"And learn to fly"

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Keanu Reeves
Double compte : Daphné G. Calabrezzi & Lilas Hirsch & Maria Parado
Messages : 506
Date d'inscription : 07/07/2019
Crédits : Corvidae (Ava) Pando (Icon)
Dim 7 Juil - 18:36 (#)

Archimède Antonino O’Connell
Archie - Birds of a feather flock together 5PpBSuWr_o
Date et lieu de naissance
Le 11 juin 1976, Shreveport, Etats-Unis.

Nationalité
Né d’un père américain et d’une mère mexicaine, il ne dispose malheureusement que de la nationalité américaine.

Profession
Vétérinaire, il a une spécialité pour traiter les NAC, il est également, sous le manteau, médecin pour Thérianthropes. Ainsi que mécanicien en cas de besoin.

Lieu d’habitation
Western Hill, dans un appartement lumineux, au deuxième étage d’un immeuble récent et à deux pas de la clinique dans laquelle il travaille.

Situation financière
Correcte ++, sa situation est très confortable, la clinique tourne bien et il dispose d’un joli pécule qu’il a pu accumuler au fil des années grâce à ses parents et sa famille. Il touche également une petite (très petite même) partie des bénéfices de l’entreprise familiale.

Forme animale
Hibou Petit-Duc maculé pour son Totem et une chasse sacrée d’un carcajou.
Origine
Il est né métamorphe, d’un père métamorphe et d’une mère garou.
5 septembre 1986, première transformation, un grizzly comme son père.
15 août 1992. Découverte de son totem.

Clan
Le Clan O’Connell, bien que n’étant pas ouvertement un membre du clan, il n’en reste pas moins le prochain médecin et son rôle est important.

  • TEMPÉRAMENT
    CaractèreQui êtes-vous ?

    Le calme dans la tempête.

    Archie, c’est la force tranquille, l’homme qui a vu, qui a vécu, qui s’adapte et qui avance. S’il a longtemps été en guerre contre sa forme totémique, l’acceptation de cette dernière lui a offert une sorte de sérénité apaisée qui l’amène à être ce gars tranquille et sûr de lui, qui observe avant d’avancer et qui prend le temps de réfléchir ses décisions. Il n’est, néanmoins, pas exempt d’éclat d’impulsivité qui l’amènent à prendre, parfois, des décisions irréfléchies qu’il lui arrive de regretter par la suite.

    On remarque avant toutes choses cette expression timide sur son visage, celle de celui qui ne voudrait pas gêner, qui cherche encore à se fondre dans le décor de peur de faire tâche. Reste, s’il en est, de la longue période où il refusait d’accepter ce qu’il était et espérait se fondre dans la masse des membres de son clan. Il est de ce genre de personne qu’il faut apprivoiser, sous la couche de timidité et celle plus épaisse encore de méfiance, se trouve une myriade de facettes étonnantes.

    Son sourire révèle les quelques pattes d’oie qui s’éparpillent au coin de ses yeux et il n’en est pas avare. Qu’il soit adressé à ses collègues, ses clients, sa patientèle ou encore ses amis, Archie à le sourire facile, car il a conscience qu’il s’agit là de l’une des rares choses gratuites que l’on peut encore offrir.

    Si Archie donne l’impression d’être quelqu’un avec qui l’on se lie facilement, à qui il est facile de parler et en qui on peut avoir confiance, ce n’est qu’une impression. Vous pouvez lui faire confiance, vos secrets seront toujours bien gardés entres les quatre murs de sa cervelle. Il prendra toujours le temps de vous écouter et vous n’avez pas conscience de tout ce qu’on peut parfois raconter à son vétérinaire. Mais il ne vous rendra pas la pareille. Trahi plus d’une fois, il est perclus de préjugés et d’idées préconçues. Les Humains ne sont pas dignes de confiance, personne ne l’est réellement, mais eux plus que tout autre. Ne pas s’y attacher, ne pas s’en approcher trop près et surtout, ne pas les laisser s’approcher trop près.

    Les yeux dans le vague, il laisse son souffle ralentir, la colère retomber. Ses poings se serrent et se desserrent en un geste mécanique, presque inconscient. Dans sa paume, ses ongles se sont enfoncés jusqu’au sang, laissant derrière eux de petits croissants carmin qui disparaîtront dans les minutes qui suivent. Si elle est rare et difficile à faire naître, sa colère est d’autant plus dévastatrice.

    C’est probablement l’émotion qu’il appréhende le plus, Archie, celle avec laquelle il se sent le plus mal à l’aise, parce qu’elle fait ressortir de choses en lui qu’il exècre. Son caractère pacifiste et sa nature observatrice ne s’accommode que très difficilement du feu de cette rage qui l’anime parfois. Ils sont rares ceux qui ont eu l’occasion de le voir hors de lui. Elle s’harmonise pourtant admirablement avec le carcajou qui sommeille en lui, cette rage qui permet au petit mammifère de vaincre des ennemis parfois deux fois plus gros que lui.

    Il est altruiste Archie, avec les animaux autant qu’avec les humains. Il est psy à ses heures perdues quand un client lui raconte ses déboires tandis qu’il ausculte la petite bête posée sur sa table. Elles sont longues les journées à la clinique, mais elles sont pleines de vie et pour rien au monde, il ne changerait de métier. Alors oui, il y a la tristesse d’annoncer qu’il n’a rien pu faire, qu’il était trop tard, mais il y a aussi les petits miracles et il chérit chacun d’entre eux. Il aurait pu faire médecin Archie, avec ses résultats scolaires, mais il a toujours préféré les bêtes aux hommes.

    Il est tendre Archie, mais personne n’est là pour profiter de ses attentions, alors il se rabat sur son chien, qu’il vient d’adopter, une boule de poils, née sous ses yeux, dont le propriétaire ne voulait pas. Il l’a gardé Archie, l’a biberonné le chiot. Il l’a appelé « Orion », parce qu’il est sa boussole comme l’étoile du Nord qui guide les voyageurs perdus. Il est encore loin d’avoir atteint sa taille adulte, mais un american staff, ça prend de la place, même en tant que chiot.

    Il est fatigué Archie, fatigué d’être seul et de se renfermer sur lui-même, d’ignorer la part de lui qui cherche à construire son propre clan, à former sa propre famille. Il refuse de l’écouter et ça le rend grincheux parfois, un peu rustre quand il n’est pas d’humeur. Mais, il fait de son mieux, il continue à avancer comme il l’a toujours fait.

    Il est droit Archie, bien planté dans ses bottes, honnête et franc. Un bon gars du sud, élevé par tout un village. Un homme de confiance qui n’hésitera pas une minute à vous aider à reconstruire la grange au fond du jardin, si une bourrasque trop forte s’amusait à en arracher la toiture. Un grand gamin parfois, souvent même, quand il se l’autorise.
    Il aime rire, il aime s’amuser, il aime les gosses, Archie. Il la chérit cette légèreté qui arrive encore à l’animer parfois, lui qui l’avait cru perdue à tout jamais après le départ de Louise.
  • UNE JOURNÉE DANS VOTRE PEAU


    6h30 : Le réveil sonne et comme toujours, c’est dur. Je grogne en frottant mes paupières lourdes d’un sommeil qu’elles ne reçoivent jamais. Du moins, jamais en quantité suffisante. Avec un soupir, je sors de sous les draps en grommelant contre la fraîcheur du parquet sous mes pieds nus. A tâtons, je me dirige vers la salle de bain où j’espère, en vain, que la douche me réveillera.

    6h45 : Comme prévu, la douche n’a pas fait grand-chose et c’est avec les cheveux mouillés et en serviette, que je me prépare un café. Je l’avale en trois gorgées, me brûlant la langue au passage, avant d’en refaire couler un. Je prépare la gamelle d’Orion, qui traîne entre mes jambes, avant d’allumer une clope que je fume en buvant mon second café. La caféine semble enfin faire effet et j’en profite pour aller m’habiller.

    7h : Je sors avec le chien, une promenade rituelle, d’une demi-heure tous les matins qui nous fait faire un tour du quartier tandis qu’il est encore calme et presque vide.

    7h30 : Je m’affale sur le canapé, avale un café supplémentaire ainsi qu’une troisième tasse de café. Le tout en un petit quart d’heure avant que je n’embarque le chien pour la clinique.

    8h00 : J’entre dans ma petite clinique, et m’empresse de faire le tour de tout mes patients, en attendant qu’il soit l’heure pour Jonathan d’arriver. Les bols d’eaux sont changés, les gamelles remplies et les litières vidées. Orion traîne dans mes pattes, renifle les pensionnaires et s’intéresse à un peu tout avant d’aller s’affaler sous mon bureau.

    8h30 : Jonathan arrive et s’installe derrière son comptoir après avoir tenté, pour la millième fois, de me faire goutter les horreurs qu’il prend au Starbucks.

    8h45 : La clinique est officiellement ouverte au public et la matinée est réservée aux urgences. J’en profite pour rattraper la paperasse, ce que je déteste.

    12h : La pause déjeuner. Selon l’humeur, je sors manger un morceau dans un petit restau, souvent avec John, sinon j’avale un sandwich dans mon bureau, toujours avec John. Cet homme est une sangsue et une bénédiction.

    13h : La reprise se fait tranquillement et j’enchaîne les rendez-vous, tout en acceptant toujours les urgences si elles arrivent.

    18h30 : Fermeture de la clinique au public, je fais une dernière ronde de mes pensionnaires, change à nouveau les bols, les litières et remet à manger à ceux qui en ont besoin. Je reste sur place encore une heure ou deux, au cas ou l’un des miens nécessiteraient des soins rapidement. Mon numéro reste affiché sur la devanture en cas de besoin.

    20h : Je sors de la clinique, emmène Orion pour une promenade d’une bonne heure avant de rentrer à la maison. J’y mange un morceau et attend que mon chien s’endorme.

    21h30 : Je sors, je m’envole par la fenêtre, chasse quelque mulot, survole la ville durant quelques heures avant de rentrer à la maison. Ou, je vais explorer la forêt sous ma forme de carcajou. J’aime la sensation de la terre humide sous mes lourdes pattes. J’y croise parfois des prédateurs qui n’ont rien à faire ici, mais je les ignore la plupart du temps, sauf s’il s’agit de mon puma de cousin, que je m’empresse d’aller emmerder.

    00h-03h : Je rentre finalement et traîne dans mon appartement, en profite pour reprendre forme humaine et bidouiller deux-trois trucs avant d’aller dormir.
  • Caractéristiques de race


    Archimède est né métamorphe d’une mère garou et d’un père métamorphe lui-même. Il a grandi dans une famille composée presque exclusivement de membre de la seconde espèce et a toujours eu conscience de ce qu’il était. Ses premières transformations, dès l’âge de 10 ans, ne l’ont pas surpris et il les attendait même avec impatience. Il a vécu sa toute première métamorphose entourée de son père, de ses cousins, de sa mère, de son oncle et chef de clan.

    Son animal totémique est un Hibou Petit Duc Maculé Roux: c’est une espèce qu’on trouve facilement à l’Est de l’Amérique. Parfois surnommé « chat sauvage à plumes », c’est un prédateur féroce qui se nourri majoritairement de rongeurs, bien qu’il inclue quelques poissons, oiseaux et reptiles à son régime. Il est parfois chassé par les hiboux plus grands.

    Découverte en 1992, il a d’abord très mal vécu sa situation. Ayant grandi dans un groupe composé quasiment exclusivement de grands animaux, majoritairement des prédateurs, obtenir une forme aussi petite avait été une déception. Au fil des ans, Archie a fini par faire la paix avec sa nature et embrasse aujourd’hui presque complètement cette forme. Il s’y sent bien, et a tendance à s’y réfugier quand il se sent émotionnellement fragile. Le silence qui accompagne le vol de l’oiseau lui offre une échappatoire qu’il accueille avec plaisir dans ses moments de doute.

    Quelques années plus tard, après des mois de traque et de recherches attentive, il réussit à obtenir la forme d’un carcajou, au prix d’un combat auquel il ne participe qu’à la toute fin. Mettant à mort l’animal d’un coup de couteau. La forme du glouton, assez éloigné de celle de son totem, ne lui est pas venu naturellement et il a dû batailler longuement pour réussir à ne faire qu’un avec l’animal durant la traque. Il en va de même pour les premières métamorphoses, et si aujourd’hui il maîtrise pleinement cette seconde forme, il s'en sert moins qu'il ne l'aimerait, même s’il en apprécie toutes les possibilités.

    Il commence à envisager actuellement une troisième chasse sacrée, son esprit hésitant encore entre la forme animale de sa mère, un Lycaon, ou une espèce plus passe-partout et endémique de la région louisianaise.

    S’il n’est pas investi officiellement d’un quelconque rôle au sein de son clan, il en est partie intégrante et s’y sent très attaché.

  • AFFILIATION ET OPINIONS


    Il l’a vécu de plein fouet la révélation, en a pris plein les dents et n’a pas trop su qu’en faire à l’époque. Les Sangsues ont annoncé au monde entier leur existence et mis en péril l’équilibre précaire qui animait la communauté magique. Puis bien sûr, il a fallu que les Sorciers, tout plein de leur ego blessé de ne pas avoir été les premiers à se révéler, s’en mêlent. Mais personne n’a pensé aux moins chanceux du lot, ceux qui passent inaperçu, qui font peur et qui n’ont de glamour que le nom. Personne n’a pensé aux thérianthropes. Garous et Métamorphes ont été laissé pour mort dans cette bataille d’ego et de qui aura la main mise sur les humains en premier. Personne ne s’est battu pour expliquer la situation après cette vidéo. Personne n’a cherché à protéger ceux qui, pour le coup, en avaient réellement besoin. Comme si ça intéressait les Morts qui marchent, ou les Jeteurs de sort.

    Laissé pour compte, les métamorphes n’ont vécu qu’une demi-révélation et s’ils ont préféré rester caché derrière les garous, Archie ne l’a jamais digéré. L’espèce de sa mère, cette femme à la douceur proche de la sainteté, qui l’a élevé, choyé et chéri, qui a mis sa propre vie en danger au profit de la sienne puis de celle de sa sœur, a été traité comme de la vermine par la presse et par les autres CESS. Non, vraiment, Archie ne digère pas l’affront qui a été fait aux garous. Il espère qu’un jour, une vraie révélation ait lieu, qu’ils puissent enfin s’exprimer sur ce qu’ils sont, garou comme métamorphe, expliquer leurs similitudes et leurs différences et enfin, laver l’honneur des garous. Il aime les siens, profondément, mais ne saura jamais leur pardonner, cette espèce de supériorité qu’ils pensent avoir sur les garous.

    Les démons, les outres, Archie n’en connaît pas grand-chose. Bien sûr, les légendes sont nombreuses sur les envoyés du Diable qui peupleraient eux aussi la terre, mais n’en ayant jamais croisé, il reste sceptique quant à la possibilité d’une telle chose. Quant aux outres, il ne s’y intéresse que de loin, tout comme les arcanistes. Il aime l’idée d’une espèce capable d’exister par elle-même, il aime cette espèce de pied de nez qu’elle fait aux sorciers qui eux doivent passer des années à s'entraîner pour espérer produire la moindre chose correcte tandis que les outres maîtrisent naturellement une partie de leurs dons. Ils l’intriguent autant qu’il aurait tendance à s’en méfier, parce que si les Sangsues ne l’effraie pas plus que ça, si les garous lui sont aussi proches que les métamorphe, les Éveillés, avec leurs pouvoirs auxquels il est si sensible, le mettent mal à l’aise.
    Quant à prendre part officiellement auprès d’un clan, il n’est pas sûr d’en avoir envie, ni d’y être prêt. Bien sûr, il y a le Morsus qui essaie de rassembler les métamorphe esseulés, mais il n’est pas seul. Et s’il ne s’investit pas dans les affaires de son clan, il garde pour les siens un amour sincère et un attachement profond. Les O’Connell seront toujours sa famille, son pilier, son repère.

  • Singularités
    BONUS

    • Passionné de mécanique, Archie passe ses journées libres à retaper des bécanes, dans le garage situé à l’arrière de son appartement. Il en possède actuellement deux en état de rouler et trois sont en cours de réparation.

    • Élevé par une mère mexicaine, il parle parfaitement espagnol et il n’est pas rare de le voir marmonner dans cette langue quand il est seul.

    • Archie fume, bien qu’il déteste ça, il essaie d’arrêter à intervalle régulier et possède donc une belle collection de patch, gomme à mâcher, bonbon à sucer, ainsi qu’une cigarette électronique qui prend la poussière depuis bientôt 3 mois, date de la dernière tentative.

    • Il s’amuse à récupérer ses plumes quand il les perd et on peut donc trouver un bocal en verre contenant quelques plumes de hiboux dans son salon. Il collectionne également les crânes d’animaux qu’il trouve dans la nature. Pour l’instant rien de bien gros, mais il possède deux cranes de corneille, un de lapin, trois cranes de petits rongeurs et plusieurs crânes d’oiseaux qu’il n’a pas encore pris le temps d’observer avec suffisamment d’attention pour en déduire l’espèce. Il possède également un croc d’alligator qu’il a récupéré à 11 ans lors d’une promenade dans le bayou.

    • Une cicatrice orne sa lèvre inférieure, souvenir d’un piercing retiré depuis longtemps.

    •Il affectionne particulièrement le whisky et possède quelques bouteilles qui pourraient faire pâlir d’envie plus d’un connaisseur.

    •Il n’est pas rare de trouver chez lui certains de ses patients, qu’il préfère ramener à la maison, plutôt que de les laisser seuls à la clinique.

    •Son chien, Orion, est encore jeune, mais le Staff prend une place monstre dans la vie de son maître et il n’est pas rare de les croiser en promenade, le chien déambulant à ses côtés sans laisse et sans muselière. (Archie a d’ailleurs acheté récemment une carcasse de moto avec side-car dans l’espoir d’y installer le chien, qui apprécie pour l’instant les balades, juchés dans une sacoche.)

    •Comme tous les membres du clan O’Connell il a subi un entrainement aux sports de combats (et s'est fait, à son plus grand dam, mettre au tapis par sa cousine, Lynn, plus d’une fois.) Il maîtrise également très bien l’art du combat au couteau. Il ne se sert quasiment jamais de ses connaissances, préférant esquiver la confrontation.
Who am I ?
Archie - Birds of a feather flock together SBRSXVRY
Je suis un inventé Blase Akhmaleone VisageKeanu Reeves. Sagesse50 000 ans, à peu près. DécouverteLustuu me l’a fait découvrir et vous m’avez tous fait rester, alors des points pour tout le monde :wii:PrésenceTrop souvent :russe:AvisC’est toujours aussi bien et beau, et vous êtes toujours aussi insupportable et je vous aime et maintenant j’ai plus de vie :eyes:CréditsGif Hiboux (Giphy) Avatar petit encart et avatar (Schizophrenic). Mot de la finBon, beh, j’vais mourir sous les rps Archie - Birds of a feather flock together 2135486406
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Archimède O'Connell
Archimède O'Connell
Cannot a Beast be tamed
⩥ BLACKBIRD ⩤

"In order to see birds it is necessary to become a part of the silence."

Archie - Birds of a feather flock together EzQNfQP Archie - Birds of a feather flock together ZAPZacT Archie - Birds of a feather flock together 9SZbfl4

En un mot : Animal.
Qui es-tu ? : ⩥ Métamorphe. Il a grandi sur le sol de Shreveport, entouré par sa vaste famille et son clan étendu.
⩥ Force tranquille. Il est toujours prêt à servir d'appui à ses proches, ne se reposant sur eux que très rarement.
⩥ Parfois complexé par sa forme totémique, il s'en accommode de mieux en mieux au fil des ans.
⩥ Passionné. Il aime les choses pleinement, entièrement, d'une manière très honnête. Son travail, son chien, ses bécanes, ses amantes.
⩥ Fumeur. Il tente désespérément d'arrêter depuis des années.
⩥ Casanier. Il aime sa maison, il aime sa ville et il est profondément heureux d'avoir pu, enfin, retrouver la Louisiane après des années d'exil dans le Nord.
⩥ Grand passionné de mécanique, il passe son temps libre à retaper de vieilles motos dans son garage.
⩥ Colérique. Il n'aime pas la colère, se méprise de ne pas être capable de contrôler ses émotions avec plus d’acuité.
⩥ Vétérinaire. Il tient une clinique avec Jonathan, son réceptionniste, qui sert également d'hôpital pour thérianthrope et garou à la nuit tombée.
⩥ Grand Amateur de whisky, il en possède une collection impressionnante.
⩥ Il a récemment adopté un pitbull qu'il a nommé Orion.

"SINGING IN THE DEAD OF NIGHT"

Archie - Birds of a feather flock together FDWqExP Archie - Birds of a feather flock together EKpRX0i Archie - Birds of a feather flock together UPfSBUT

Facultés : ⩥ Totem, Petit-Duc Maculé.
⩥ Première Chasse Sacrée sur un Carcajou.
⩥ Envisage vaguement une seconde Chasse.
⩥ Maîtrise parfaite de nombreuses techniques de combat au corps à corps.
Thème : Blackbird - Boyce Avenue
Archie - Birds of a feather flock together 1567204898-archie-helix
⩥ TAKE THIS BROKEN WINGS ⩤


Archie - Birds of a feather flock together XymtJmf Archie - Birds of a feather flock together Es7CG43 Archie - Birds of a feather flock together KczpMl3

"And learn to fly"

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Keanu Reeves
Double compte : Daphné G. Calabrezzi & Lilas Hirsch & Maria Parado
Messages : 506
Date d'inscription : 07/07/2019
Crédits : Corvidae (Ava) Pando (Icon)
Dim 7 Juil - 19:36 (#)

TITRE DE L'HISTOIRE
Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

BIO


Anthony et Camilla avaient débarqué en pleine nuit, le visage marqué par la fatigue et les yeux pleins d’effroi. La nouvelle avait surpris le chef de Clan, qui avait tendu une main aidante à sa belle-sœur.    « Bien sûr. » La réponse était tombée, simple, sans jugement. Elle était loin l’époque où, Anthony avait dû quitter le clan par amour. Cette époque où, il avait fui les regards dégoûtés sur sa compagne. Ils avaient vécu en marge pendant des années, mais ils étaient devenus inconscients et voilà qu’elle était enceinte. Les yeux brillants d’émotion, Camilla s’était blottit dans les bras d’Henri et la gorge serrée, Anthony avait laisser son frère le serrer contre lui.

La grossesse s’était déroulée aussi bien que possible pour un garou. Les souffrances que Camilla avait dû endurer chaque mois prenaient finalement fin et Anthony était cloîtré dans une maison, ses prunelles, d’ordinaire bleues, rendue noire par la terreur partagée par l’ours en lui. Il avait passé les trois heures qu’avait duré l’accouchement à faire les cent pas son frère, toujours l’epitome de la tranquillité, à ses côtés. « Putain, mais comment tu restes aussi calme ? » L’ainé avait levé la tête en souriant l’air étonné. « Tu aurais dû me voir quand Lynn est née. » Le rire cristallin d’Eva avait résonné depuis le canapé où elle tenait dans ses bras la petite Lynn en question. « J’ai cru qu’il allait déchirer le papier peint à coup de griffe quand je suis revenue. » Elle adresse un sourire attendri à son époux et berce le bambin qui babille entre ses bras. Les mains accrochées à sa tignasse brune, Anthony n’arrive pas à partager l’humour de sa famille. Pourtant, quand la Vargamor s’approche, avec dans ses bras le petit paquet qui contient son fils, le monde s’arrête, la terreur s’envole et ne reste que la petite main qui enserre son index de toutes ses forces.

« Archimède ! » Le bambin s’approche à petit pas, vacillant légèrement sur ses pieds avant d’atteindre sa mère. « Cariño, combien de fois, je vais devoir te répéter de ne pas suivre Papa quand il sort à la nuit tombée. » Les mains sur les hanches, la Mexicaine s’exprime en espagnol quand elle soulève le petit garçon, ce miracle qu’elle ne s’attendait pas à avoir dans sa vie. Elle le serre contre son cœur et le berce des mille histoires des transformations du clan. De son oncle, si grand et fort, de son père, plus grand et plus fort encore, des Anciens et de leurs longues chasses à la pleine lune.

« AH ! » La minuscule gamine blonde entre en courant dans la cuisine des O’Connell et saute sur une chaise à table. Je la regarde en fronçant les sourcils, ses cheveux sont tout ébouriffés et elle a l’air de beaucoup trop bonne humeur. J’enfourne une cuillère de céréales dans ma bouche et attends qu’elle raconte ce qui lui arrive. « Bonjour, tante Camilla ! » Ma mère, ses lourdes boucles noires pendant le long de son dos se retourne pour saluer sa nièce avant de déposer un bol devant elle, un air de connivence sur le visage. Lynn se tourne vers moi et je fronce le nez. « Qu’est-ce qu’il y a ? » Elle me sourit, narquoise et avale à son tour une cuillère. Elle vibre presque de contentement sur sa chaise et je sais qu’elle n’arrivera pas à tenir bien longtemps son excitation. « J’ME SUIS TRANSFORMÉE POUR LA PREMIÈRE FOIS HIER SOIR ! » Sa voix, suraiguë, fait vriller mes oreilles, et Maman s’appuie contre le plan de travail pour regarder ma cousine expliquer en détail sa première transformation. La bouche entrouverte, je déborde littéralement d’envie. « LA CHANCE ! » Elle hoche la tête et m’explique qu’elle me montrera ce soir. Je jette un regard plein d’espoir vers ma mère qui secoue la tête. « Cariño, tu connais la règle. » Je baisse le nez dans mon bol en soupirant. Oui, je la connais la règle. Les jeunes ne sont pas autorisés à assister aux métamorphoses avant de vivre la leur. Je soupire et regarde ma cousine engloutir son bol et sortir en courant de la maison pour aller porter la nouvelle partout. Ma mère ébouriffe mes cheveux d’une main tendre et me houspille pour que j’aille m’habiller. L’école m’attend.


La nausée me tiraille l’estomac depuis le début de la matinée, la sensation désagréable d’être dans une peau trop petite pour la mienne, d’étouffer dans ma propre chair. Je connais les symptômes, je les ai vus chez Lynn, chez tous les autres du clan de ma génération. Je suis le dernier à attendre la transformation. Et la voilà. Maman attend debout sous le porche, les mains sur la bouche, les yeux braqués sur mon corps qui se contorsionne sur le sol. Papa se tient près de moi, une main sur mon dos, l’autre enfoncé dans le sol. Il a appelé et mon oncle a débarqué, Lynn, sur les talons, ma tante toujours à la maison, enceinte jusqu’aux yeux de mon troisième cousin. Ma famille se rassemble autour de moi et ma peau explose dévoilant le corps d’un ourson de grande taille. Je grogne et ma famille me rejoint. Lynn, probablement influencée par ma forme, revêt celle d’un ours polaire et nous jouons toute la nuit. Ma première sortie en tant que métamorphe.

La solitude m’entoure, le bruit du vent dans les pins siffle à mes oreilles. Les miens sont partie, ils se sont éloignés, les uns après les autres, pour ne laisser que mes parents, et finalement plus personne. C’est à ce moment, quand l’humain au fond de moi commence à se sentir effrayé, qu’ils apparaissent. La louve, le tigre, le léopard et le cerf. Ils font cercle autour de moi, leurs odeurs emplissant mes narines et nous courons tous ensemble pendant les dernières heures de la nuit. Le Lycaon, le Grizzly et le Lion me rejoignent à l’aube. Le canidé s’approche de moi et je roule entre ses pattes, mon corps maladroit d’ourson s’affalant au sol avant que je ne reprenne ma forme humaine, tremblant de froid et de fatigue.

Puis, Jeremiah était né, créant l’évènement dans le clan, comme à chaque naissance, mon petit cousin était chétif et adorable. Maman et Papa avaient échangé un regard et mon cœur s’était serré. Il avait fallu à peu près un an pour que Maman tombe enceinte après ça. La Vargamor qui m’avait donné naissance s’installa de nouveau chez nous le temps de la grossesse et le jour de l’accouchement, papa n’était plus seul à faire les cent pas.

« Mais pourquoi, j’l’ai laissé faire ! » Je regarde papa en rongeant mes ongles. Sur ma tête, une paire d’oreille de lycaon expose, aux yeux de tous, mon état de stress. Et la main de ma tante les effleure délicatement me faisant lever la tête vers elle. « Elle ira bien, chéri. » Pas vraiment rassuré, je laisse néanmoins ma tête tombée sur ses cuisses et la laisse jouer avec mes cheveux. Son autre main balance doucement le cosy dans lequel dors mon petit cousin et j’effleure sa toute petite main du bout du doigt. Lynn m’a dit qu’elle ferrait n’importe quoi pour le protéger et plus je le regarde, plus je la comprends. Il est si petit. Je sursaute violemment quand la Vargamor entre dans la pièce. Elle nous sourit et papa sort en courant retrouver Maman. Je me lève lentement et la regarde les yeux pleins de question. « Ta maman va bien et ta petite sœur aussi. » J’inspire profondément, les oreilles tendues vers l’avant. J’ai une petite sœur. Après une heure qui me semble en durer vingt, on m’autorise enfin à entrer dans la chambre de ma mère. Et la voilà. Contre la poitrine de ma mère, emmaillotée d’un linge blanc, se trouve la personne la plus minuscule, la plus belle et la plus précieuse de tout l’univers. Maman laisse échapper un rire attendri devant mes oreilles, mais je m’en fiche, je m’approche d’elle et pousse du bout du doigt le tissu qui m’empêche de voir intégralement le visage d’Amarylis.

Oui, mes parents, ont toujours eu des goûts très… Particuliers en termes de prénom.

La vie avait semblé couler sur moi, mes résultats à l’école, excellents, m’offraient des opportunités de bourses dans de grandes universités. Ma sœur était en pleine santé et grandissait au côté de Jeremiah qui restait toujours aussi gringalet. J’étais là, le soir où Lynn s’est stabilisée et j’avais partagé la joie de ma cousine. Le stress à l’idée de ma propre stabilisation s’infiltrant doucement dans mes os. J’avais tendance à me diriger vers des animaux, calme, solitaire, tranquille. Je ne me transformais que rarement en prédateur, préférant souvent les formes plus pacifiques des herbivores. J’adorais mes transformations en oiseau, les nuits que je passais à tournoyer dans les courants d’air. La liberté que m’offraient les formes volatiles m’apportait une joie et un calme que je n’éprouvais que rarement.

Et il était arrivé, le jour tant attendu et tant redouté.

Je connais les sensations, je les ai vécues tant de fois. Pourtant, ce soir, rien ne sera plus pareil.
La peau qui gratte, comme si un million de fourmis rampaient sous mon épiderme. La chair qui s’étire, se rétracte, se transforme, autour de mes os qui s’écrasent, s’éclatent et semblent s’éparpiller à l’intérieur de moi avant de se reformer d’une nouvelle façon. L’air qui entre péniblement dans des poumons qui deviennent trop petits pour les besoins de ce corps en plein changement. Je m’effondre. Mes genoux s’éraflent sur les pierres saillantes du chemin de montagne, mes paumes s’enfonce dans la terre et tout se décuple. J’entends la respiration de mon père, déjà transformé et à une cinquantaine de moi. Je perçois l’odeur des autres, partout autour. Mes yeux, qui semblent vouloir s’échapper de mon crâne tant ils grandissent, perçoivent le mouvement furtif d’une souris. Putain de bestiole suicidaire, qui traverse les hautes herbes à une centaine de mètres devant moi. Et soudain, c’est fini. J’inspire profondément, tourne la tête, à gauche puis à droite. J’ébouriffe mes plumes, avant de les replacer proprement du bout de mon bec.

Mes grands yeux se tournent vers mon père et dans les yeux du grizzly se battent la déception et la joie. Je détourne mon regard et le pose sur le reste du groupe. Des prédateurs, loups, ours, grands fauves en tout genre, ils m’entourent et profondément, quelque part dans mes entrailles, la terreur monte. Je recule en sautillant, augmentant dérisoirement la distance entre les grosses bêtes et moi. Je refuse de savoir laquelle des deux émotions a gagné dans le regard de mon père. J’étends mes ailes, les agite, une fois, deux fois et mon corps, léger, décolle. Le vent frappe mon petit visage, mes yeux gigantesques et je me gorge des odeurs et des sons de la forêt qui s’étend sous moi. Le sol est si loin et pourtant, j’en vois chaque détail. J’incline mon corps vers la droite, surfant silencieusement sur la vague d’air chaud qui effleure mon ventre. Le lac à quelques mètres sur la droite m’attire. Je descends en piqué et plane au ras de l’eau, veillant à ne pas en troubler la surface. Il est là l’animal que je suis, mon Totem, comme ils disent, celui que tous les enfants rêvent de trouver. J’incline la tête de gauche à droite et observe la silhouette du Hibou. Je le sais, depuis trois nuits maintenant. Comment annoncer à un père, persuadé d’avoir enfanté un enfant digne du clan qu’il n’a donné naissance qu’à une proie ? Je hulule mon mécontentement et pousse sur mes ailes pour m’éloigner de la vision qui se reflète dans le lac.

Je passe la nuit à voler, planant sur les courants chauds et éprouvant la puissance de mes ailes, comme durant les trois nuits précédentes. Je l’ai su, à l’instant où je me suis transformé. C’était fini. Le Petit-Duc me collait à la peau, comme une tenue de plongée parfaitement ajustée, parfaitement confortable. J’avais essayé le lendemain de m’imaginer dans la peau du Lycaon, l’animal de ma mère étant l’un des rares prédateur que j’appréciais réellement. Pourtant, rien à faire le Petit-Duc s’était imposé et la même chose s’était produite la nuit suivante.

Lynn ne s’était pas moqué de ma forme, personne n’avait rien dit. Pourtant, intérieurement, je me sentais à l’écart. Dans un clan où la très grande majorité des métamorphes étaient des animaux de grandes tailles, pour la plupart des prédateurs, être un oiseau de petite taille n’était pas mal vu, mais j’avais du mal à m’intégrer aux activités du groupe. C’est pourquoi, je n’ai pas suivi le mouvement quand en 1998, à la suite de la stabilisation d’Alexander en veuve noire, tout le monde à déménagé.  J’avais déjà choisi de ne pas suivre le reste du clan. Je les ai aidés à faire le déménagement, ai accompagné mes parents jusqu’à notre nouvelle maison dans le Montana, si loin de notre Louisiane natale. Mais je ne suis pas resté, je suis reparti à l’université à l’autre bout du pays. Le Connecticut m’avait ouvert les bras, ma bourse d’études m’ayant ouvert les portes de Yale à New Haven. Je comptais y commencer des études pour devenir vétérinaire, après avoir fait trois années de médecine à l’université de Shreveport. J’aimais l’ironie de l’idée. J’eu néanmoins la chance d’être présent pour la première transformation de ma sœur. J’avais volé avec elle, cette nuit-là. La chouette-effraie dont elle avait pris la forme avait rempli mon cœur d’une fierté si intense qu’elle en était presque douloureuse.

C’est pourquoi, à l’instar de mes cousins, je n’étais pas présent lors de la mise à mort de leur frère. Papa m’a appelé pour me prévenir. Et un morceau de moi est mort ce jour-là. J’ai fait le voyage jusque sur place, pour assister à l’enterrement. Une main posée sur l’épaule de Jeremiah, Amarylis appuyée de tout son poids contre mon corps tremblant. De rage, contre les inconscients qui avait amené à cet état de fait, de tristesse, pour ma famille, de peur, pour ma sœur. Amarylis, si petite contre moi avait levé le menton et j’avais embrassé son front avec trop de force. Conscient des dangers qu’elle courait, l’idée de la perdre me pétrifiait. J’avais pris trois semaines loin de la fac, que j’avais passée à m’occuper de ma famille, veiller à ce que Lynn ne se laisse pas engloutir par sa culpabilité, essayant tant bien que mal de remonter le moral de mes proches. J’avais réussi à assister à la stabilisation de ma sœur. Fierté aigre-douce de la voir ébrouer sa fourrure d’hyène, en poussant un glapissement retentissant. Elle était si belle, si forte, si puissante. Elle ne craignait pas grand-chose sous cette forme. J’avais passé la nuit à voler au-dessus d’elle, observant ses foulées puissantes. J’avais pris la décision ce soir-là de prendre une année sabbatique. J’avais besoin d’eux autant qu’ils avaient besoin de moi.

Assis, sur les marches sous le porche de ma maison, j’écoute le vent dans les pins et regarde le soleil finir de se lever dans le lointain. Ma sœur est désormais considérée comme une adulte pour le clan. J’entends les planches craquer derrière moi et je ne me retourne pas. Je sais que c’est elle. Amarylis s’assoit à côté de moi, enroulée dans le plaid du canapé. Je souris devant sa silhouette menue et elle appuie sa petite tête contre mon épaule. Sans vraiment détacher mon regard du lever du soleil, j’embrasse le dessus de sa tête. « Ça va ? » Elle hoche la tête en silence et mordille sa lèvre inférieure, quelque chose la tracasse, alors j’attends calmement, je m’allume une cigarette et lui laisse le temps de rassembler ses esprits. « J’suis désolée, Archie. » Je hausse un sourcil et la regarde un peu perdu. « Pourquoi ? » Elle baisse la tête, les yeux brillants. « J’sais que t’aime pas être tout seul, pendant les chasses… Et j’aimais bien voler avec toi. » Je pousse un gros soupir et pose une main sur le dessus de sa tête. « Putain, Ama, on s’en branle. J’suis un oiseau, et alors ?! Ouais, j’suis tout seul, mais de toute façon, j’suis plus là très souvent, alors on s’en care. T’as vu un peu ta tronche quand tu te transformes ?! » Un rire léger s’échappe d’entre ses lèvres et j’effleure sa joue. « On s’en fiche que tu puisses plus voler avec moi, et puis si jamais, tu pourras toujours faire une chasse pour choper un oiseau, vu ta hyène ça ne devrait pas poser de problèmes. »

Je mentirais en disant que ça ne m’avait pas fait mal au cœur de la voir se transformer en un autre grand prédateur, mais je n’y pouvais rien. Après en avoir longuement discuté avec Lynn, puis mes parents, et enfin mon oncle et ma tante. J’avais pris la décision de tenter une chasse sacrée avec l'accord des Anciens. Lynn avait réussi la sienne l’année précédente et j’avais envie de tenter ma chance aussi. Je pris donc des mois et des mois à me préparer, m’installant dans un petit village en Alaska et choisissant l’un des carcajous qui vivaient dans la forêt. Brun, l’œil noir et luisant, il occupait un territoire vaste et régnait en maître absolu sur les lieux, chassant sans vergogne le moindre prédateur osant poser pattes sur ses terres. Des mois passés à observer son comportement, à méditer, à m’approprier l’animal. Je le connaissais mieux que le dos de ma main quand le jour J arriva. Avec l’aide de Jeremiah, ce salaud s’étant stabilisé en puma, et de Lynn, sous sa forme de panthère, nous avions traqué l’animal dans la forêt.

De mon hululement, j’indique la voie aux deux fauves qui suivent mes traces. Il est là. Mon carcajou. Il est beau, majestueux et seul. Les deux fauves l’encerclent et je les vois faire, perché sur une branche de pin. La neige tombe, assourdissant le moindre bruit. Pourtant, quand le puma rugit, son glapissement me traverse comme une flèche. J’observe mes cousins assaillir la bête sans répit, l’épuiser. J’aperçois ma sœur, que j’ai autorisé à venir avec nous. Accroché à sa patte, se trouve le couteau qui me mettra fin aux jours de l’animal. Je décolle et fonce en piqué jusqu’à sa position. Je me pose doucement sur son dos, veillant à ne pas enfoncer mes serres dans sa chair. Je me laisse ensuite tomber au sol et reprends forme humaine avant de me jeter sur le sac contenant mes vêtements, qu’elle tient entre ses dents. « DONNE PUTAIN. » Je grogne entre mes dents qui claquent. Elle lâche ce son qui ressemble tant à un rire et me laisse finalement m’habiller. Je glisse mes doigts le long de son dos, à la fourrure étonnement douce, jusqu’à sa patte arrière. J’en détache le couteau, que j’ai fabriqué moi-même. J’effleure la lame, loin d'être parfaite, et empoigne le manche en bois d’une main que j’espère ferme. À quelques mètres de nous, le glapissement de Jeremiah m’annonce que je peux m’approcher.

Je marche difficilement dans la neige et rage une fois de plus contre mon totem, tout sauf pratique dans ce genre de situation. Ma main effleure le pelage de Jeremiah puis celui de Lynn, qui s’appuie de tout son poids sur le corps du carcajou agonisant. Signal pour mes cousins qu’il est temps pour eux de partir et d’entraîner avec eux ma petite sœur. Elle n’a aucune idée de ce qu’implique une chasse sacrée et je ne veux pas qu’elle me voie. Du sang perle de la commissure de ses babines et je tombe à genoux devant lui. Les yeux perdus dans son regard fatigué. J’incline la tête en une sorte de remerciement silencieux et, des larmes plein les yeux, enfonce ma lame dans sa poitrine. Son dernier souffle s’échappe lourdement et son corps se détend complètement. J’essuie mes yeux du dos de ma main, me redresse et pousse un profond soupir. Alors seulement, j’appuie mes mains contre la plaie, récolte le précieux liquide écarlate dans mes paumes avant de le porter à mes lèvres. J’en avale une première gorgée, le goût ferreux du liquide me fait plisser le nez. Une seconde gorgée et j’étale le sang sur mon visage. Je reprends mon souffle les mains tremblantes, mon pouls résonnant à mes oreilles. L’énergie s’imprègne en moi, me fait trembler et sans que je ne puisse rien faire, mes vêtements, tout comme mon esprit, explosent. Mon hurlement résonne contre les arbres et je halète, mes pattes s’enfoncent plus profondément dans la neige fraîche et je secoue la tête. J’observe mon frère, mon autre, celui grâce à qui je suis là. Les fauves et la hyène me rejoignent et je les observe attentivement. Lynn s’approche et frotte sa tête claire contre le pelage de mon cou. Elle seule comprend la portée de mon geste de ce soir, dans toute sa force et sa douleur. Je frotte doucement mon museau contre le sien et commence à courir entre les arbres.


J’étais donc reparti suivre mes études, après une année auprès de mon clan. New Haven m’avait apporté une chose. Une fille. Tellement blonde, que ça vous piquait les yeux quand elle se tenait au soleil. Foutrement humaine aussi. J’en était tombé amoureux dès que je l’avait vu. Louise. Avec ses grands yeux bruns et ses boucles blondes. Elle ressemblait à un soleil. J’avais 28 ans, je commençais à peine à travailler en tant qu’assistant dans une clinique et elle était réceptionniste. La façon dont elle s’occupait des animaux et de ceux qui les amenaient m’avait touché en plein cœur. Elle s'était rapidement fait une place dans ma vie, était devenue l'une de mes amies les plus proches, mais je n'avais pas partagé pas ma nature avec elle. Les règles étaient strictes et le secret devait être préservé. La communauté métamorphe de New Haven m’avait accepté sans soucis et je participait parfois à leurs chasses, m’intégrant sans trop de mal dans un clan bien plus disparate que le mien. C’était agréable d’avoir quelqu’un qui ne savait rien de ma nature.

Les choses ont commencé à poser problème environ un an plus tard, quand j’en ai eu marre de la voir se faire briser le cœur par des mecs tous plus con les uns que les autres, que j’ai finalement pris mon courage à deux mains et que je l’ai invité à dîner. Il nous aura fallu encore trois mois de plus, mais j’ai finalement réussi à l’embrasser.

J’ai les mains qui tremble et le cœur qui tambourine beaucoup trop vite. La voiture avance dans un silence, qui serait confortable, si je n’étais pas aussi inquiet. Louise est appuyée contre la vitre, les yeux perdus dans les lumières de la ville qui clignote devant nous. Elle est tellement belle. Je déglutis, les mains moites sur le volant tandis que je me gare devant son immeuble. Elle ouvre sa portière et je sors avec elle. « Lou’… » Elle se tourne vers moi, l’air un peu inquiet. « Tu vas bien ? » J’ai envie de répondre non. J’ai envie de lui dire que si je ne l’embrasse pas, je vais crever, mais que si je le fais, je vais m’évanouir. Je m’approche et pose maladroitement mes mains sur ses épaules. Mes lèvres s’écrasent sur les siennes, sans douceur, sans aucune sorte de délicatesse. Pour le romantisme, on repassera. J’ai l’impression d’être de retour le jour où j’ai perdu ma virginité. Elle répond à mon baiser, aussi maladroit, soit-il, et mes genoux manquent de me lâcher. Quand j’arrive finalement à la relâcher, elle laisse échapper un petit rire. « Aaah… C’est pour ça que t’étais pas normal toute la soirée… » Je baisse la tête, mortifié, mais elle assène une petite claque sur mon bras. « Putain, t’auras pris ton temps hein. » Avec un rire, je l’accompagne jusqu’à sa porte, puis jusqu’au salon, puis jusqu’à son lit.

Six ans. J’aurais passé six années de ma vie à ses côtés. Nous avions petit à petit emménagés l’un chez l’autre, nos vies se retrouvaient entremêlés aussi intimement qu’il était possible sans qu’elle ne sache ce que j’étais. D’une part, parce que les règles du Clan me l’interdisait, d’autre part parce que j’aimais avoir ce semblant de normalité, cette vie en marge de la mienne. Ma vie s’avéra idyllique durant ces six années, ma carrière s’épanouissait, j’étais désormais le vétérinaire en chef, de la clinique dans laquelle j’avais rencontré Lou’, j’avais un groupe d’amis complet au sein duquel je m’épanouissais. Le clan de New Haven m’accueillait toujours régulièrement pour des nuits complètes sous mes formes animales. Et puis tout bascula. D’abord, parce que la Révélation s’enclencha.

« Chéri ! Viens voir ! Oh mon dieu… » Je sors de la douche, une serviette autour des hanches. À la télé, la chaîne d’info diffuse en direct le discours d’un Vampire. J’inspire sèchement entre mes dents, jugulant tous mes capteurs lancés à pleine puissance. Comment ? Où ? Pourquoi ? En quel honneur ? J’observe le bandeau défilant et l'annonce de l'existence des vampires. Je reste coi devant le poste de télévision, la bouche légèrement entrouverte. Putain, je pensais pas qu'il le ferrait, ils avaient annoncé l'existence du Tru Blood, le faisant passé pour une palliatif au manque dans les banques du sang, mais de là à parler ouvertement de ce qu'ils étaient... Lou’ se tourne vers moi. « C’est quoi cette histoire ? C’est dingue ! » Je me contente de hocher la tête, la tête complètement ailleurs. Il faut que je contacte mon père, mon oncle, quelqu’un de mon camp. Je m’éclipse à nouveau dans la salle de bain, en récupérant mon téléphone au passage. La conversation est courte, expéditive. Les métamorphes se réunissent pour discuter de la possibilité, ou non, de sortir de l’ombre à notre tour. Les rumeurs courent un peu partout que les arcanistes seraient déjà prêts à prendre la suite des Vampires, mécontents de voir qu’ils ont été coiffés au poteau par les suceurs de sang. Je retourne au salon et pose les yeux sur la femme qui partage ma vie depuis plusieurs années, celle que j’envisage d’épouser un jour. Celle qui a commencé à parler d’enfant quelques mois plus tôt. J’adorerais avoir des enfants. Encore plus s’ils étaient d’elle. Le problème, c’est qu’elle vit un mensonge depuis des années. Elle ne sait pas ce que je suis, ne sait pas que je pourrais lui donner un rejeton possédant la capacité de se transformer en animal.

J’ai continué à me mentir, à lui mentir pendant encore plus d’un an. Puis la vidéo est sortie. Tout a explosé, la réalité telle que je la connaissais, les règles, mon couple, ma vie. Avec l’accord de mon père, j’ai décidé d’enfin parler à Lou.

« Ma douce, il faut que je te dise quelque chose ce soir. » Je ne fais pas attention à son ton plus froid que d’habitude, elle a probablement eu une longue journée. J’ai passé la nuit à courir les bois sous ma forme de carcajou avec le clan et je suis, pour la première fois depuis longtemps, en paix avec moi-même. Pourtant, quand je passe la porte de l’appartement, je sens instinctivement que quelque chose ne va pas. Je pose mes affaires et jette un œil dans le salon. Louise se tient là, droite comme un I, les bras croisés sur la poitrine et le visage si blanc que l’inquiétude me gagne instinctivement. À grande enjambée, je la rejoins et tends le bras pour l’attirer contre moi. Son mouvement de recul me choque presque plus que les mots qui sortent de sa bouche juste après. « T’étais où hier ? » Je fronce les sourcils. « Je comprends pas … » « Hier, je me suis réveillée, vers minuit. » Ma salive prend soudain la consistance de la Jelly et je recule de deux pas. Aux alentours de minuit, j’étais occupé à me déshabiller, devant la fenêtre, afin de m’envoler vers le site du rendez-vous avec le reste du clan. Sa voix devient acide quand elle me jette un regard noir. « Je t’ai vu. » Mes genoux me lâchent et je m’effondre dans le canapé. Elle me tourne le dos, les yeux sombres et le corps raidit par la colère, ou le dégoût. Je ne sais pas lequel des deux l’emporte en elle. « T’es un monstre, Archimède. » Je baisse la tête, ne dit rien. J’avais des doutes quant à sa réaction, j’avais vu l’horreur avec laquelle elle avait découvert la révélation des vampires, puis celle des arcanistes. J’avais vu le dégoût sur ses traits quand la vidéo de ce garou était sortie. J’avais entendu sa voix se faire dure face aux révélations avortées des quelques clans et meutes qui avaient tenté de rétablir la vérité sur ce que nous étions. Je n’ai rien à dire qui puisse la faire changer d’avis, il n’y a rien à faire d’autre.

Je suis resté longtemps assis sur ce canapé. Le silence et mes remords pour seuls compagnons. Puis, je n’avais plus eu le choix, la nuit m’appelait avec une telle force qu’il m’avait été impossible de ne pas me transformer. Le carcajou avait passé la nuit roulé en boule sur le canapé. Les jours qui avaient suivi le départ de Louise n’avaient été qu’une suite de nuits d’ivresse qui m’avait coûté un pognon monstre. J’en étais à un stade où l’odeur du whisky me collait plus sûrement à la peau que celle de mon eau de Cologne. Lynn avait fini par débarquer de New-York, répondant aux inquiétudes de mes parents. Elle m’avait ramassée à la petite cuillère, s’était saoulée avec moi une nuit puis m’avait renvoyé dans le Montana avec un coup de pompe au cul. J’y avais retrouvé mes cousins, avait abandonné ma carrière pour deux ans. J’avais simplement vécu au sein de mon clan, refusant de faire quoique ce soit, n’arrivant pas à envisager ma nouvelle vie sans elle. Je lui avais tout laissé, l’appartement, les meubles, même ma voiture. J’en avais profité pour me former, au côté de notre médecin, j’avais appris à soigner les thérianthropes, à gérer notre cicatrisation. Souvent une bénédiction, cette capacité pouvait parfois s’avérer plus proche de la malédiction. Quand un jeune métamorphe arrivait trop tard et qu’il fallait recasser un os qui avait eu le temps de se ressouder dans une mauvaise position. Quand une plaie cicatrisait mal, et qu’il fallait rouvrir. J’avais vu des horreurs, et j’avais vu des naissances. Je m’étais peu à peu guérit en apprenant à soigner les miens.

Il m’avait fallu longtemps pour sortir de la dépression et encore aujourd’hui, cette période reste un peu floue pour moi. J’avais finalement suivi Jeremiah quand son père l’avait renvoyé vers Shreveport pour devenir le PDG de la nouvelle branche de l’entreprise. Lynn habitait toujours à New-York et j’aurais pu aller la retrouver, mais l’attrait de la Louisiane avait été plus fort que tout le reste. J’y avais, grâce à l’aide financière de mon grand patron d’oncle, ouvert ma propre clinique, qui n’accueillait qu’un autre vétérinaire en dehors de moi ainsi qu’un réceptionniste. J’avais trouvé un appartement à ma convenance et je m’étais créé ma propre petite clientèle. Shreveport était redevenue ma maison, mon chez-moi. Trop pleine de CESS pour son propre bien-être, j’étais encore étonné que la ville tienne debout.

Mais c’était chez moi.
CHRONOLOGIE

11 juin 1976Naissance d’Archimède, quelques mois après le retour de ses parents au camp.

1980Naissance d’Alexander son premier cousin.

5 septembre 1986Première transformation, en ourson brun.

1986Peu de temps après sa première transformation, naissance de son second cousin Jeremiah.

17 mars 1988Naissance de Amarylis, sa petite sœur.

1990Stabilisation de sa cousine, Lynn, en panthère des neiges.

15 août 1992Stabilisation en Hibou Petit-Duc Maculé.

1995Archie entame le cursus qui donne accès aux études vétérinaire par trois ans de médecine à l’université de Shreveport.

1998Stabilisation d’Alexander en veuve noire, déménagement du clan dans le Montana. Archie ne suit pas et part pour Yale où il suivra ses études de vétérinaire.

15 décembre 2003 Archie rentre en catastrophe dans le Montana pour assister à l’enterrement d’Alexander, mis à mort par le clan. Il y restera une année.

Fin décembre 2003Archie assiste à la stabilisation de sa sœur en hyène, avec un pincement au cœur et une fierté profonde. Il entame peu de temps après sa première, et pour l’instant unique, chasse sacrée.

Novembre 2004 Après des mois de traque et de méditation, à l’aide de ses cousins, Archie met à mort le carcajou, qui deviendra sa seconde forme.

2004/2005Il reprend et termine ses études de vétérinaire. Il atterrit dans une clinique où il rencontre Louise. Il rejoint également plus sérieusement, le clan de métamorphe présent à New Haven.
Décembre 2006 Fatigué de voir la jeune femme maltraitée par ses conquêtes, il se décide enfin à lui avouer ses sentiments.

2009/2011 Il emménage avec Louise. Dans la foulée, la révélation autour du Tru Blood, secoue la communauté magique qui se met en branle. Louise prend très mal l’existence des vampires, poussant Archimède à conserver le secret sur sa nature.

Février 2012 La révélation de l’existence des Sorciers, après celle des vampires, menace la santé mentale de Louise qui devient de plus en plus méfiante envers l’univers surnaturel. Elle commence à tenir des discours de plus en plus violents envers les CESS, confortant encore davantage Archie dans son silence.

Mars 2013 La révélation de l’existence des thérianthropes fait exploser leur couple. Louise ayant découvert, juste avant qu’il ne se décide à lui en parler, la nature d’Archie. Elle le quitte après l’avoir traité de monstre.

Mars 2013 – Avril 2013 Période de beuverie durant laquelle Archie finit par se faire virer de son emploi à cause de ses absences répétées. Lynn finit par le faire sortir de son trou et le renvoie dans le Montana.

2013/2015 Archie passe deux ans au sein de son clan à se reconstruire et à apprendre à soigner les siens auprès de leur médecin.

2015 Archie emménage de nouveau à Shreveport en même temps que Jeremiah. Il ouvre sa propre clinique qui sert également d’hôpital aux thérianthropes qui en auraient besoin.

Janvier 2019 Archie récupère un chiot American Staff dont le propriétaire ne voulait pas, il le nourrira au biberon.


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Dim 7 Juil - 19:37 (#)

PREEEEEEMS
(commentaire vide pour punir ta fiche vide :eyes:)
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Hélix L. Moxley
Hélix L. Moxley
That kid you called a weirdo
WAKE UP SINNERS

En un mot : I'll drink the poison to find the cure.
Qui es-tu ? : Archie - Birds of a feather flock together SUPS85Et_o
Archie - Birds of a feather flock together JPFyyhQ9_o
Archie - Birds of a feather flock together EAWHCNtL_o
Facultés : ☽ Voir les auras
☽ Aspiration des énergies, relâchement, stockage, balancer des énergies démoniaques à la gueule des connards
☽ Chasser des démons, esprits en tout genre et soigner les corps meurtris
☽ Faire frétiller des pantalons
Thème : Teenage Rock God - Rob Zombie
Archie - Birds of a feather flock together Ruby-rose
THE DEVIL GET HIS DUE

Pseudo : Akira
Célébrité : Ruby Rose Langenheim
Double compte : Ithan N. Kawhena
Messages : 135
Date d'inscription : 03/01/2019
Crédits : Awona (ava) | Drake (signa) | Prima luce (icons)
Dim 7 Juil - 21:40 (#)

Bonsoir vous :dildo:
Olala cet homme, qu'il est beau Archie - Birds of a feather flock together 2135486406
Bienvenue de nouveau sur le forum, j'ai bien hâte de voir ce que tu vas nous faire avec ce bonhomme en tout cas :dildo: Dépêche toi de te faire valider en tout cas :eyes: y'en a qui t'attendent oh :eyes:
Revenir en haut Aller en bas
MJ ۰ Trop de DC, pas assez de décès.
Rhys Archos
Rhys Archos
MJ ۰ Trop de DC, pas assez de décès.
L'IVRESSE SOLAIRE DU CRÉPUSCULE

Archie - Birds of a feather flock together 3h4m Archie - Birds of a feather flock together Ceip Archie - Birds of a feather flock together Aii8

« Wild men who caught and
sang the sun in flight,
And learn, too late, they
grieved it on its way,
Do not go gentle
into that good night. »

En un mot : Furie et Fiel
Qui es-tu ? : Sans visage, une force animale grouillant sous une peau humaine qui s'étire, trop étriquée, n'attendant que de jaillir à l'intérieur du monde pour le ravager.
Facultés :
Troubles à l'ordre public ;
Outrages à agents ;
Attentats à la pudeur ;
Violations de propriétés privées ;
Ivresse sur voie publique ;
Expert du pistolet à clous ;
Vols de voitures ;
Faux et usage de faux ;
Briseur de vitrines ;
Bagarres ;
Fusillade de masse ;
Vol de poules ;
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=L7a8hmoOsx0
ÉPITAPHE DES DIVAGATIONS SAUVAGES

Archie - Birds of a feather flock together UIvGoQsk_o
Archie - Birds of a feather flock together YeRbsxjy_o
Archie - Birds of a feather flock together Av9wAMWB_o
Ordures jetées à la poubelle :
     Yago x1


Archie - Birds of a feather flock together Q4BUzZsR_o
Archie - Birds of a feather flock together 6lntMzcG_o
Archie - Birds of a feather flock together MO4zSK4d_o
Archie - Birds of a feather flock together D9AIXJc1_o
Archie - Birds of a feather flock together XWzAa0hC_o
Archie - Birds of a feather flock together 5JE2qTJB_o
Archie - Birds of a feather flock together HzUXXWGP_o
Archie - Birds of a feather flock together QO6gtmzb_o
Archie - Birds of a feather flock together CEzM03zd_o
Archie - Birds of a feather flock together ICKtMWI7_o
Archie - Birds of a feather flock together Y4jnIZ4I_o
Archie - Birds of a feather flock together RWsUmenv_o
Pseudo : Chaton - Rhysk
Célébrité : Josh Beech
Messages : 2767
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : © Internet
Dim 7 Juil - 22:07 (#)

Miam :dildo:




Adopte ces beaux scénarios !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 8 Juil - 12:58 (#)

La voilà donc cette chouette dont on m'a tant parlé. :diego: Le nom, la trogne, le perso, je suis si fan, il faudra qu'on se croise entre poilus (enfin entre poilu et plumé ?  :hum:). :wii:
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 8 Juil - 13:46 (#)

Hâte de me poser pour lire tout ça mais le peu que je lis m'intrigue pas mal :perv:
Puis Keanu :doudouw: :doudouw: :doudouw: :doudouw: J'suis fan de ce choix dis donc !
Bon par contre un autre O'Connell, ça va aller les Irish (dit-elle) :baille:
J'espère que ce perso te fera bien kiffer en RP mais je n'en doute paaas :yeah:
Re chez toi bbchou :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Archimède O'Connell
Archimède O'Connell
Cannot a Beast be tamed
⩥ BLACKBIRD ⩤

"In order to see birds it is necessary to become a part of the silence."

Archie - Birds of a feather flock together EzQNfQP Archie - Birds of a feather flock together ZAPZacT Archie - Birds of a feather flock together 9SZbfl4

En un mot : Animal.
Qui es-tu ? : ⩥ Métamorphe. Il a grandi sur le sol de Shreveport, entouré par sa vaste famille et son clan étendu.
⩥ Force tranquille. Il est toujours prêt à servir d'appui à ses proches, ne se reposant sur eux que très rarement.
⩥ Parfois complexé par sa forme totémique, il s'en accommode de mieux en mieux au fil des ans.
⩥ Passionné. Il aime les choses pleinement, entièrement, d'une manière très honnête. Son travail, son chien, ses bécanes, ses amantes.
⩥ Fumeur. Il tente désespérément d'arrêter depuis des années.
⩥ Casanier. Il aime sa maison, il aime sa ville et il est profondément heureux d'avoir pu, enfin, retrouver la Louisiane après des années d'exil dans le Nord.
⩥ Grand passionné de mécanique, il passe son temps libre à retaper de vieilles motos dans son garage.
⩥ Colérique. Il n'aime pas la colère, se méprise de ne pas être capable de contrôler ses émotions avec plus d’acuité.
⩥ Vétérinaire. Il tient une clinique avec Jonathan, son réceptionniste, qui sert également d'hôpital pour thérianthrope et garou à la nuit tombée.
⩥ Grand Amateur de whisky, il en possède une collection impressionnante.
⩥ Il a récemment adopté un pitbull qu'il a nommé Orion.

"SINGING IN THE DEAD OF NIGHT"

Archie - Birds of a feather flock together FDWqExP Archie - Birds of a feather flock together EKpRX0i Archie - Birds of a feather flock together UPfSBUT

Facultés : ⩥ Totem, Petit-Duc Maculé.
⩥ Première Chasse Sacrée sur un Carcajou.
⩥ Envisage vaguement une seconde Chasse.
⩥ Maîtrise parfaite de nombreuses techniques de combat au corps à corps.
Thème : Blackbird - Boyce Avenue
Archie - Birds of a feather flock together 1567204898-archie-helix
⩥ TAKE THIS BROKEN WINGS ⩤


Archie - Birds of a feather flock together XymtJmf Archie - Birds of a feather flock together Es7CG43 Archie - Birds of a feather flock together KczpMl3

"And learn to fly"

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Keanu Reeves
Double compte : Daphné G. Calabrezzi & Lilas Hirsch & Maria Parado
Messages : 506
Date d'inscription : 07/07/2019
Crédits : Corvidae (Ava) Pando (Icon)
Lun 8 Juil - 17:05 (#)

Merci à tous pour les petits mots d'amour :love4: J'suis contente de rajouter un nouveau membre à la grande famille de tardos que nous sommes Archie - Birds of a feather flock together 2135486406

@Mara Blagnista : J'retiens :eyes: ! On me punis et tout alors que j'veux juste faire un beau profil avant de tout balancer, j'suis tellement vexée Archie - Birds of a feather flock together 2135486406 !

@Hélix L. Moxley : Mi almaaaa Archie - Birds of a feather flock together 2135486406 J'arrive, je cours, je vole (:dildo:) jusqu'à touah :moh:

@Rhys V. Archos : Viens t'bat' sale ratel :fight:

@Bérislav I. Baranov : Ouaiiiis :moh: Soit pas trop méchant avec moi steuplé Archie - Birds of a feather flock together 2135486406 Mais carrément qu'on se fasse un truc, où potentiellement t'as pas envie de m'assassiner parce que j'tombe amoureux de "Minette" :fuck:

@DILLON Ó SHAUGNESSY : (Oui, j'ai copié collé ton pseudo parce que je sais pas faire le O avec accent :mdr:) J'suis contente de faire mon premier gus :yeah: J'ai hâte de le jouer et de le voir évoluer et touuuut Archie - Birds of a feather flock together 2135486406 ! *S'installe confo sur le forum et bouge plus*
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 8 Juil - 21:16 (#)

*patate dans la gueule*

Bienvenue. :russe:
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité
Lun 8 Juil - 21:31 (#)

*se frotte, se frotte, se frotte*

T'as l'air cool dis donc, tu viens ici souvent ? :haha:
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ۰ Spirit l'étalon des plaines:crack boom hue!
Sanford R. De Castro
Sanford R. De Castro
ADMIN ۰ Spirit l'étalon des plaines:crack boom hue!
❂ONLY GOD FORGIVES❂

Archie - Birds of a feather flock together Nr5dvHH Archie - Birds of a feather flock together 9xLOmHS Archie - Birds of a feather flock together MoijvaE

"It was your doom."

En un mot : Patron du Syndicat du String.
Qui es-tu ? :
"No solo de pan vive el hombre."

❂ Proxénète, tenant en longe les filles mues par la loyauté pour les unes, le besoin de protection pour les autres. Chef d'un cartel restreint mais uni.
❂ Descendant d'un père et homme fou, voué au mauvais sort des griffes d'une sorcière furieuse ; malédiction transmise dans le ventre de la mère : garou-étalon à la robe sombre.
❂ Né au Mexique, dans la terrible Ciudad Juarez. A grandi parmi ces terres arides, au sable rendu gluant par le sang des sacrifiées massacrées à la frontière. Orphelin abandonné par le père ; Christa Reyes est venue grossir la liste des disparues.
❂ Jeune pousse cultivée par la bonté des hommes et femmes d'un presbytère qui ne le fait pas rêver, bien que sa Foi persiste. Ses songes se tournent vers les terres d'Amérique. La fougue de l'adolescence le pousse à se saigner aux quatre veines pour un voyage sans retour.
❂ Feu bout de chair à canon ; prostitué par les ritals du gang de San Diego : le prix à payer pour la traversée infernale. Retrouvé par Miguel de Castro, chef du cartel de Phoenix et oncle bienfaiteur.
❂ Habitué à vivre parmi les hommes vulgaires, bavards et brailleurs ; parmi les filles impudiques, jalouses et bruyantes. Se sent à l'aise partout et nulle part, capable de se fondre dans la masse comme de s'imposer dans une foule.
❂ La fuite précipitée d'Arizona et la mort du Parrain l'ont conduit à diriger là où il n'aspirait qu'à obéir. Ses ambitions demeurent encore modestes ; recruter cerbères et fleurs des pavés. Reconstruire.
❂ Hanté par le secret qu'il ne partageait avec personne d'autre que Miguel. Se débat jusqu'à l'épuisement à chaque pleine lune sans qu'aucun espoir ne vienne briser cette roue de torture.
❂ Parasite une partie de Stoner Hill et ses ruelles pourries par le stupre et la misère (Phoenix street). QG presque chaleureux, dans un immeuble cédé une bouchée de pain par la ville. Bureau, cantine, lupanar et seconde demeure, quand il ne réside pas à Pinecrest.
❂ Aime la nuit, les balades en moto, partager du temps avec les filles et les hommes autrement que pour aboyer des ordres et prendre les choses en main. Timidité masquée de détermination et d'humour.
❂ Supérieur d'Erynn Driscoll, Sumire Matsuhime, Maria Parado et Zach Solfarelli. Ami d'enfance d'Honor Mercant.

❂ LOS MUERTOS VIVOS ESTAN ❂

Archie - Birds of a feather flock together Sj6WT9l Archie - Birds of a feather flock together RZKLtfi Archie - Birds of a feather flock together IoOjLOZ

"Ay amor me duele tanto."

Facultés : ❂ Il fend l'air depuis tout gosse. Pour les courses les plus innocentes entre les cultures de Ciudad, comme pour attraper un train en marche, filant vers des cieux espérés moins cruels.
❂ Force légèrement accrue de par sa nature de garou, planquée derrière une silhouette haute et longiligne.
❂ Formé à la mécanique par les gars de son oncle ; capable de démonter et remonter un moteur les yeux fermés. Préférence pour les deux-roues, mais amateur de belles bagnoles.
❂ Toujours armé. Répugne à tuer, mais n'hésite pas à se servir d'un flingue. Réputé pour l'élégance étrange de ses meurtres, pendant la "guerre" de Phoenix.
Thème : Land of All ❂ Woodkid
Archie - Birds of a feather flock together KKWBGJS
❂ SMOOTH CRIMINAL ❂

Archie - Birds of a feather flock together UYMxLZh Archie - Birds of a feather flock together JKfJKeu Archie - Birds of a feather flock together MGaQhif

"Could I ever call this place home?"

Archie - Birds of a feather flock together Ytnpsgf
Pseudo : Nero
Célébrité : Jon Kortajarena.
Double compte : Eoghan Underwood, Aliénor Bellovaque, Ian C. Calloway & Gautièr Montignac.
Messages : 2018
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : Morgana (Ava') ; Amiante (Signa')
Lun 8 Juil - 21:43 (#)

TU ES VALIDÉ(E)
Let the RP games begin

Bon, ben c'est parti pour toi ! Tellement hâte de lire Archie récupérer ses plumes comme un autiste et recracher ses crânes de mulot, là. Je maintiens que ce truc est ridiculement et absolument pas street cred malgré le délire du glouton, mais je dois avoue que c'est marrant et que ça change :cachotier: Envole-toi vers les terres du RP, monsieur Hibou Archie - Birds of a feather flock together 2135486406.

Voilà, tu es officiellement dans la famille et ça implique de grandes responsabilités mais aussi beaucoup de fun. (Mais pas trop, Eoghan risque de le tuer.) Bref, tu as maintenant accès à tout le forum, ce qui veut dire que tu peux créer ta fiche de liens pour te faire plein d'amis ! Tu peux aussi nous tenir au courant des avancées de ton personnage dans un carnet d'évolution, mais c'est facultatif. Si tu es pressé d'écrire et que tu n'as pas encore de partenaires, n'hésite pas à poster dans les demandes de RP ou à te lancer dans l'aventure du fil rp ! Et si tu te sens seul, tu peux lancer ton propre scénario ou créer des pré-liens. Tu as sûrement constaté que nous avons un système de points sur AA, nous t'invitons à découvrir comment en gagner et surtout, comment les dépenser.
D'ailleurs, si tu as pris un prédéfini ou un scénario comme personnage, tu peux d'ores et déjà réclamer tes premiers points dans Collecter vos points.

Si tu as des questions, le staff est toujours à ta disposition pour y répondre. Et si tu veux un aperçu de la bonne humeur (pour ne pas dire folie) de nos membres, n'hésite pas à venir voir sur la CB ou à participer au flood ! Mais si on te fait un peu peur, n'hésite pas à demander l'aide d'un parrain ou d'une marraine pour t'intégrer. Ce sont des membres dévoués aux nouveaux !

Tout le staff d'Ashes Arise te souhaite donc la bienvenue dans ses rangs et à très vite pour les prochaines aventures !



Only God Forgives

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» reunions Φ archie
» We can't help ourself [Archie]
» Alone in the Dark [Archie & Vicki]
» a bloody reminder Φ archie
» Coming back home [Archie & Vicki]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: