Le Deal du moment : -45%
TEFAL – Marmite 36 cm – Inox, Tous feux ...
Voir le deal
29.49 €

You ain't saving me from my own self • Rayna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anonymous
Invité
Invité
Lun 21 Juin 2021 - 21:11 (#)

You ain't saving me from my own self


rayna ft. ozios




Le vide.

Une sensation de béance, d’infinie solitude. L’impression de pouvoir flotter dans les airs, de tromper les lois de l’apesanteur. La certitude de ne rien ressentir. Ozios essayait d'éprouver quelque chose depuis des jours. Il avait pensé à sa vie d’avant, mémorisé le regard vide de l’homme à qui il avait ôté la vie. Il avait réfléchi à sa famille, les enfants qu’il ne verrait jamais grandir, la femme qui l’avait perdu. Rien n’y faisait. Il ne ressentait rien. Strictement rien. Pas même la sensation d’avoir semé le mal, juste cette impression d’avoir accompli son devoir. En y réfléchissant, il ressentait presque un brin de fierté à l’avoir fait sans bavure, avec une justesse équilibrée. Quand il était rentré chez lui, Ozios s’était lavé, installé derrière son chevalet, et avait peint tout la nuit durant. Le lendemain, il s’était rendu à divers rendez-vous, libéré de l’impossible poids de son humanité.

Cette dualité exacerbée qui avait semblé l’étouffer depuis des semaines avait enfin disparu. L’humain était relégué au second plan, à nouveau, sa voix ne comptait plus. Il était à l’agonie. Et le démon jubilait.

Ozios avait enfin cessé de souffrir de tous ses actes commis, cessé de réfléchir à la raison de son existence. Il avait tué. Et il se sentait bien. Il se sentait bien, car il ne ressentait strictement rien. L’humanité qui existait en lui était parfois étouffante, mais cette fois-ci, c’était lui qui avait réussi à l’étouffer. La culpabilité s’était échappée et mourait à présent à petit feu.

La seule chose qui n’avait pas eu le luxe de quitter son esprit et qui vivait toujours là, terrée dans un coin de ses pensées était Rayna. Pas vraiment Rayna, à vrai dire. Son visage était toujours intact, il était vrai. Ozios avait cependant presque oublié le son de sa voix et la manière qu’elle avait de détacher ses syllabes. La seule véritable obsession qu’il possédait encore était les effets de sa présence et les secrets qu’elle semblait renfermer. Il avait été convaincu de ne plus devoir chercher à la revoir, d’oublier cette personne et les promesses de son existence. Mais, à présent, il avait envie d’aller plus loin, de se servir d’elle pour assouvir ses besoins, de la vider de son énergie pour se sentir bien, puis de la recharger, pour la vider à nouveau. Ozios n’avait plus de limites, et ne se souciait plus des limites. Il laisserait son humanité reprendre du terrain en la présence de cette jeune femme, puis il tuerait à nouveau pour l’étouffer, et recommencerait encore et encore.

Là était la raison de sa présence. Debout devant ce même immeuble qui l’avait accueilli quelques mois plus tôt, Le danois n’avait même pas hésité avant de franchir le pas de la porte. Contrairement à sa première visite, il ne s’était pas demandé le bien fondé de ses actions, la raison de sa présence, la logique de ses pulsions. Cette fois-ci, Ozios était rentré d’un pas assuré et s’était dirigé droit vers cette même secrétaire qui l’avait dévisagé la première fois. Elle en fit de même ce jour-là, comme si elle l’avait reconnu. Elle l’avait certainement reconnu. L’artiste rétablit le masque de courtoisie qu’il mettait en place dès que besoin, et lui adressa un sourire. Seulement, il ne prit pas la peine de la saluer et lui adressa un simple:

- Rayna Rhodes.

Froid. Direct et précis. Il se tourna sans attendre de réponse, et posa un coude sur le comptoir, attendant patiemment que la concernée ne passe son coup de fil qui ferait descendre sa victime de son bureau. Il la sentit dès lors qu’elle ouvrit la porte. Une migraine lancinante, cette douleur qu’il avait fini par oublier le fit se plier de douleur. Il pinça l’arête de son nez et prit une inspiration, essayant de bloquer les ondes de choc. Il n’y arriva pas. Il avait complètement perdu la maîtrise de sa présence.

Il ne redressa le visage que lorsque la douleur fut si vive qu’elle lui indiqua la proximité de la jeune femme. Il força un sourire, qui s’arrêta en route, et avant même de la regarder, se força à élargir son mimétisme. Il sentit les bords de son don s’éloigner de lui, se diriger droit vers elle, l’englober de ses bras. Il ramena à son propriétaire son dû, ce fruit interdit auquel il n’avait plus goûté depuis bien trop longtemps, et finalement, son sourire atteignit son regard.

Le masque se remit en place, le monstre remonta à la surface, et Ozios hocha la tête, laissant son corps se laisser ensevelir sous la charge de contentement qui le submergea. De la même manière qu’il avait oublié la douleur que provoquait sa présence, il avait oublié son contre-coup et s’il avait longtemps imaginé ce bien-être qui lui manquait, il n’avait pu en imaginer les véritables sensations. Il prenait son pied à nouveau.

La jeune femme était à présent à sa hauteur. Il ne détailla pas même son visage, trop consumé par le plaisir le traversant. Ses yeux se posèrent sur elle, et finalement, il prit la parole de cette voix captivante, laissant s’échapper son accent danois quelque peu effacé mais jamais enterré.

- Où étiez-vous donc passée, Mademoiselle Rhodes?  

made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» God is a Woman - Rayna & Aurora
» Les petites reines (Rayna & Fadia)
» My demons can't sleep tonight ❈ Rayna
» Nice to meet You - Rayna & Faolan
» Les grandes âmes se rencontrent - PV Ozios et Rayna

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: