Le Deal du moment : -16%
LEGO® 10320 Icons – La Forteresse de ...
Voir le deal
179.99 €

Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Jeu 23 Nov 2023 - 23:16 (#)
En ligne

Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it 1e1a5d230d032adaf1a55e6a575a81ffd04f923c
Date et lieu de naissance
19 Juillet 2002, Lafayette en Louisiane

Nationalité
Américaine d'origine française par ma mère. Je suis née à Lafayette et n’est pour ainsi dire jamais quitté la Louisiane.

Profession
Etudiante en médecine à la LSU. Petit boulot de serveuse dans un café aux alentours de l’université quand elle n’est pas en cours ou au camp Gitan. Stagiaire à l’Arch lors des vacances d’été.

Lieu d’habitation
Un petit appartement en colocation aux alentours de l’université.

Situation financière
Assez pour vivre, pas assez pour économiser. Galère de tout étudiant avec un petit boulot et pas de soutien financier familial

Catégorisation
Soma

Don
Hémokinésie, le contrôle du sang. Chamane rouge en formation

  • TEMPÉRAMENT
    CaractèreAvant, je n’étais sûre de rien. Pas sûre de moi, pas sûre de mes capacités, de ce que je voulais. On me promettait tellement de chose en me disant que j’en avais les moyens, que je pouvais réussir tout en me mettant une pression monstre qui me dévorait de l’intérieur, m’emplissait de doutes et d’angoisses. Quand je jette un œil en arrière, avec le recul, tout ça était vide de sens. Depuis le jour où tout a basculé, j’ai dû me prendre en main et ça m’a changé. J’ai souvent entendu qu’une personne ne change jamais vraiment, mais je suis certaine que c’est faux. J’ai cessé de douter constamment de mes pensées, de mes actions, de mes envies et de mes actes. Ça ne m’empêche pas de demander conseils, mais j’ai cessé d’angoisser à chaque décision, à chaque choix. Peut-être parce que celles que j’ai prise dernièrement ont radicalement changé ma vie et qu’il fallait bien que j’assume. Peut-être que j’ai simplement mûri. Ou peut-être que j’en ai eu marre de l’ancienne moi, indécise et angoissée et que j’ai décidée de prendre mon destin en main.

    J’ai toujours aimé lire et apprendre. Ça n’a jamais fait de moi quelqu’un de populaire, mais je n’en ai jamais rien eu à faire, pour être honnête. Je plonge dans les livres que je lis et j’en tire toujours quelque chose. C’est d’autant plus vrai depuis que je suis à l’université, à enchainer les cours, les projets et les essais. La médecine, c’est mon projet à moi. Personne ne m’a forcée là-dedans, personne ne m’a poussée à faire un choix et c’est pour ça que je donne tout pour y parvenir. Un futur que je me trace moi-même, c’est quand même différent de celui qu’on voulait tracer pour moi. Je me demande ce que mes parents diraient en me voyant aujourd’hui… Sans doute rien de bien… qu’ils aillent se faire foutre.

    En vivant avec les gitans, je me suis épanouie. Daphné parle d’une fleur qui s’est ouvert et a fleuri. Moi j’ai juste la sensation d’avoir enfin pu être moi-même. Certes je ne suis pas celle qui sait entraîner les autres à la suivre, qui se fait remarquer ou qui sait créer une ambiance comme d’autres en sont capables. Je suis juste... moi. Juste celle qui aide quand on en a besoin. Juste celle qui sait abandonner son livre pour prendre sa guitare et suivre le mouvement. J’ai cessé d’être la recluse trop intimidée pour oser parler aux autres. J’ai appris à être moi-même, à dire les choses et à assumer mes choix. Et à envoyer chier les gens et le monde quand il le faut. Et ça change la vie. La mienne en tout cas
  • UNE JOURNÉE DANS VOTRE PEAU
    Je les vois tous les jours et ils sont nombreux, ceux qui disent qu’il s’ennuient, qui n’ont pas vraiment de but et qui avancent sans trop se poser de questions. J’avoue ne pas les comprendre. Si les journées pouvaient contenir plus d’heures, je ne m’en plaindrais pas. Je n’ai pas toujours le temps de faire tout ce que j’ai envie, d’étudier parfaitement chaque cours que je suis, de travailler suffisamment pour pouvoir payer mon appartement, de faire un peu de guitare, de lire un livre ou de voir ceux que j’aime. Je ne suis jamais à court d’activité et quand je peux enfin prendre du repos, j’en profite.

    Même quand le week end ou les vacances se profilent, je ne m’arrête pas vraiment. Mon apprentissage est si important que même avec la pire grippe, je me lève pour être là. Quitte à ce que Daphné me couche elle-même en levant les yeux au ciel. Et quand je ne suis pas en train d’apprendre la voie du chaman ou de trouver de nouvelles façons d’utiliser mes dons, je donne un coup de main à l’Arch, essaie d’aider ceux qui ont traversé ce que j’ai connu. La solitude, l’abandon et ce sentiment de ne plus trop savoir qui on est. Ça me tient trop à cœur pour que je laisse tout ça de côté, même si ça ne m’aide pas à effacer la fatigue qui se voit parfois un peu trop sur mon visage. Ceux qui me sont proches ont compris que c’était ma façon d’être et je ne compte plus les gestes qu’ils ont pour me faciliter la vie, même si ça semble dérisoire pour beaucoup.

    Quand je suis avec Daphné, la majorité du temps est passé à mon apprentissage, autant théorique que pratique. Rien n'est vraiment écrit, tout est transmis à l'oral et à force de pratique. Une sacrée différence avec le système dans lequel j'ai été élevée. il m'a fallu des mois pour arrêter de prendre systématiquement des notes. Il n'y a pas vraiment d'heures où on se pose pour qu'elle me dicte des choses, c'est surtout un échange fluide et continu. Quel est l'intérêt de tel plante, comment ce rituel a eu cet effet, ou comment confectionner un talisman pour cette chose en particulier. Et quand elle doit vraiment m'apprendre quelque chose, on s'isole et cela prend généralement des heures, répétés sur plusieurs séances. Chaque rituel qu'elle m'enseigne est unique et ancré dans mon corps à force de répétition. Le premier que l'on a fait m'a tellement submergé que je ne l'oublierai jamais. Malgré l'appréhension et la trac, c'était euphorique et quelque chose que rien n'a jamais égalé jusque là. Se sentir aussi proche de la nature et l'énergie bouillante qui circule dans mes veines... Rien que d'y penser, j'en ai encore des frissons.

    J'accompagne souvent Daphné lorsqu'elle se rend sur le territoire de la Meute. Mon rôle se limite surtout à apprendre et à observer, je ne fais pratiquement rien en dehors de quelques menues choses qui ne relève pas toujours du chamanisme. Je ne suis pas certaine que le rôle de Vagramor soit vraiment une voie que j'aie envie de suivre de toute façon et Daphné le sait, mais ça ne l'empêche pas de m'apprendre ce qu'elle sait. Et il y en a beaucoup. La meute est une organisation, un ensemble de règle et une famille hiérarchisée tout à la fois. n'étant ni une garou ni une Vagramor, j'ai un statut un peu particulier, mais j'adore passer du temps avec eux. Ils forment un tout sur lequel je me greffe. Je ne suis pas une des leurs, pas vraiment, mais je n'ai jamais senti la moindre méfiance à mon égard. Ils m'ont ouvert les bras et rien que pour ça, je ferai de mon mieux pour les aider à préservé leur indépendance et leur territoire. Certes, j'ai eu la peur de ma vie lorsque l'un d'eux, transformé, a décidé de me dire bonjour sans prévenir en me barbouillant la figure avec sa langue, mais ce n'est qu'un incident heureusement isolé. Et qui, j'espère, le restera...
  • Caractéristiques de race
    Difficile d’oublier comment tout ça a commencé. Il y avait pourtant des signes avant-coureurs, des saignements de nez intempestifs et récurents faisant craindre une quelconque maladie ou de l'anémie. Mais rien de tout ça d’après les médecins. On m’a gavé de compléments alimentaires et de tout un tas d'autres trucs pour compenser et j’ai fait ma rentrée scolaire comme n’importe quelle lycéenne. J’étais fatiguée par le constant flot sanguin désireux de couler hors de mon corps, mais ça allait passer, pas vrai ? Si j’avais pu avoir un petit indice, peut-être que j’aurai pu me débrouiller pour ne pas vivre tout ça. Parce que ce n’est pas passé du tout. J’ai chopé un surnom en moins de trois jours à force de saigner du nez pour tout et n’importe quoi. Et ce n’était que ça, des saignements, jusqu’à ce jour fatidique où le sang a décidé que toucher le sol était en option et s’est mis à me suivre alors que je courrais aux toilettes pour essayer d’endiguer le flot. La moitié du lycée a pu y assister. C’était même sur les caméras de surveillance. Impossible de manquer la nouvelle.

    Quand le proviseur a reçu mes parents, j’ai moi reçu une baffe qui a choqué tout le monde sur le moment. Comme si j’étais responsable de ça. Je n’en croyais pas mes yeux, mais mon père était furieux contre moi, pour quelque chose que je n’avais ni voulu, ni compris sur le moment. D’un claquement de doigt, j’étais passé de fille modèle à parasite et rien n’a plus jamais été comme avant. J’ai été mise de côté, moquée, insultée, harcelée au lycée. Ignorée par ma famille. Je n’avais pas de recours, pas de moyen de rectifier ce qui n’était même pas une faute. L’angoisse a grimpé, les saignements ont empiré, la solitude aussi, et j’ai fini par craquer à cause de qui peut ressembler à une broutille. J’ai pris mes affaires, tout mis dans ma petite voiture et ai disparu comme ça, du jour au lendemain. Autant dire que s’il y a eu des recherches, elles ont été minimes.

    « Outre ». J’ai appris ce mot de la bouche de Lilas, une illustre inconnue devenue comme la grande sœur que j’ai toujours rêvé d’avoir. Ça voulait tout et rien dire sur le moment, mais à force d’explications, tout a fini par faire sens à mes yeux. Ça expliquait pourquoi tout ça était arrivé sans que je ne m’y attende. Ce pouvoir et ce que je pouvais en faire, tout est finalement devenu claire et ne restait qu’à faire de mon mieux en ce sens. Parce que je refusais de le laisser de côté. Pas parce que c’était un cadeau divin ou une autre connerie du genre, mais parce que ça me donnait un but, un objectif dans une vie qui en était devenue complètement dépourvue après mon départ. Et c’était ce dont j’avais besoin pour vraiment recommencer à vivre. J’ai contacté Daphné sur les conseils de Lilas et suis devenue sa pupille, puis son apprentie, allant au-delà de ce que j’avais imaginé. Outre hémokinésiste, apprentie chamane, voilà ce qui résume ce que je suis sans rien expliquer du tout. Contrôler le sang ressemble à un pouvoir digne d’un film d’horreur, mais j’essaie d’en faire quelque chose qui soigne et apaise, pour montrer à tous ceux qui m’ont mis au banc qu’on peut encore être qui on veut sans que nos pouvoirs ne nous définissent. Je suis fière de ce que je suis et je n’ai pas honte de mes dons et de ce que je suis devenue.

    Car manipuler le sang, ça n'a rien de facile. Je dois toujours rester concentrée quand je le fais. Ce n'est pas un automatisme ou quelque chose que je peux faire tout en faisant autre chose à côté. C'est mieux que ça n'a été, particulièrement quand il s'agit de contrôler mon propre sang, mais en dehors de quelques fulgurances sous le coup de l'adrénaline, l'hémokinésie c'est un travail de concentration et de patience, particulièrement quand il s'agit de manipuler le sang d'autrui. Car au final, c'est ça qui est le plus intéressant et utile et vers ce à quoi j'aspire : utiliser le sang d'autrui pour soigner. Je peux déjà coaguler des blessures ou éliminer des substances étrangères dans le sang, mais ça aussi ça reste des processus qui demandent du temps et de la patience. Et qui, généralement, m'épuisent, particulièrement si je dois rester concentrée longtemps, et me file une migraine d'enfer si je ne suis pas prudente et essaie d'y aller trop fort ou trop vite. Je doute que ça ait des effets néfastes sur mon corps à long terme, mais je profite généralement d'une pause et d'un snack après une longue utilisation. C'est ça ou tourner de l'œil, et ça m'est arrivé plus d'une fois. La magie ce n'est pas juste bafouiller deux mots et pouf, abracadabra lapin changé en chameau ou je ne sais quoi. Pas dans mon cas, tout du moins.

    Même le chamanisme, c'est une affaire de concentration et de patience. Pour une citadine comme moi, née et élevée au milieu du béton, des pelouses bien tondues et des bruits d la ville, s'harmoniser et ne faire qu'un avec la nature, ça a été un challenge. Sentir le flot de la vie et l'énergie magique me demande encore une concentration totale et ce n'est pas toujours possible pour moi. Et quand il a fallu faire le premier rituel, un vrai et pas juste un exercice... je doute de l'oublier. Un mélange d'extase et d'accomplissement tout en étant complètement submergé par l'énergie, puis l'épuisement malgré un sourire que je n'arrivais ni à expliquer, ni à effacer. Ça a été comme un déclic et la certitude que c'était ma voie s'est ancrée profondément dans mon esprit. Je suis loin de pouvoir faire quelque chose de vraiment utile seule, mais ça viendra.

  • AFFILIATION ET OPINIONS
    Je devais avoir à peine dix ans quand la Révélation a eu lieu et c’est étonnant à quel point cela a eu peu d’impact sur le moment. J’ai grandi dans un monde ou les vampires, loups garous et sorciers existaient, mais ça n’a jamais bouleversé le quotidien de notre petite vie familiale rangée. Les films sur le sujet sont devenus plus populaires que jamais et il y avait de plus en plus de débats sur la place de tous dans la société, mais ça me passait surtout au-dessus. On en parlait peu en dehors des faits divers qui y était liés ou des débats d’adolescents sur ce qu’on voudrait comme pouvoir si on était une sorcière ou quel genre de vampire pourrait être cool de rencontrer. Qu'on étaient cons, franchement. Tout ça ne m’a vraiment atteint que quand j’ai été directement concernée et que je me suis rendu compte de la haine et de la méfiance que les CESS créent par leur simple existence. Je pensais, à tort, que ce n’était pas si important. Marrant comment les choses sont différentes quand on est du « mauvais » côté de la barrière.

    C’est difficile de concevoir les CESS comme un ensemble. A mes yeux, les Eveillés sont très différents les uns des autres, même au sein d’une même « famille ». Je suis une outre en plus, un cas à part dont tout le monde se fout, soyons honnête. Personne ne sait rien à notre sujet, personne ne s’est donné la peine d’en parler, comme si c’était un secret à conserver ou quelque chose de trop insignifiant pour s'en donner la peine. J'aimerais bien découvrir pourquoi, tant ça aurait simplifié ma vie de savoir ce que j’étais au lieu de devoir compter sur la chance pour m’en sortir. Je suis sûre que beaucoup d’autres ne l’ont pas eu. Shreveport est un endroit plein d’opportunités pour les Eveillés, mais c’est aussi empli de dangers pour le solitaire cherchant à comprendre ce qu’il est.

    Par chance, il y a des groupes qui aident, comme l’Arch, sans lequel je serai sans doute dans une situation désespérée à l’heure actuelle. Rester seul, c’est attirer les ennuis et j’ai eu de la chance d’être rapidement entourée. Par les gitans, puis par la Meute après que j’ai commencé mon apprentissage chamanique. J’y ai trouvé comme une deuxième et troisième famille, la magie, les roulottes et les poils en plus. J’ai du mal à comprendre qu’on nous en veuille pour simplement exister, on ne fait de mal à personne et je les défendrai s’il le faut. Ces idiots qui pensent qu’être humain c’est l’ordre naturel des choses et que le reste doit être purgé, ce sont juste des fanatiques incapables de s’ôter les œillères qu’on leur a fixé sur le crâne, que ce soit par la religion ou tout autre idée de supériorité d’une race sur l’autre. Ce sont eux les plus dangereux, au final, les CESS ne vont pas attaquer des écoles que je sache. Enfin… il y a eu Halloween

    Ce fut la pire chose qui soit arrivée, et de loin. Même deux ans après, j’ai encore du mal à réaliser et comprendre ce qu’il s’est passé. Le gouvernement et un peu tout le monde a enterré l’histoire, parlant d’une tempête, mais j’étais là. Je sais que ce n’est rien de tout ça. Et que quelque chose qui n’aurait pas dû venir dans notre monde l’arpente librement aujourd’hui. A cause de moi. Tôt ou tard, l’épée de Damoclès au-dessus de ma tête va finir par retomber. Je dois être prête avant que ça n’arrive. Et rectifier le tort que j’ai causé ce soir-là. Je ne sais simplement pas si j'en aurai la force. Je n'en ai parlé à personne et j'ai trop peur de le faire. Cela veut dire revivre ce soir-là, revivre la terreur, l'angoisse, entendre à nouveau les cris, les tirs, revoir les corps allongés au sol, ceux indemnes et les autres, baignant dans leur sang. Rien qu'y penser, j'ai envie de vomir. A la place j'ai essayé d'oublier et de vivre le plus normalement possible. Les cauchemars se sont calmés, mais l'angoisse n'a jamais vraiment cessé de refaire surface dès que quelque chose rappelle cette nuit. Pas pour rien que je reste enfermée à Halloween maintenant. Plus jamais je ne sortirai ce soir-là. Jamais.

    Shreveport n'a plus jamais été la même après ça. La ville n'était déjà pas très reluisante avant, mais on s'y faisait et l'atmosphère délétère de certains quartiers se compensait avec celle plus chaleureuses de certains autres. Il suffisait d'éviter d'aller à certains endroits et tout allait bien. Mais depuis, croiser le regard de quelqu'un c'est faire face à la méfiance et à la paranoïa. Je ne peux pas leur reprocher d'avoir peur, je suis moi-même terrorisée à l'idée que ça recommence, mais quand j'entends dire que s'armer c'est la solution... Shreveport devient de plus en plus dangereuse à mes yeux. Mieux vaut faire profil bas le temps que ça se calme. Parce que ça finira forcément par se calmer, pas vrai ?

    Tout serait plus simple si on pouvait tous s'entendre, mais je ne suis pas assez naïve pour imaginer que ça arrivera un jour. Trop de tensions, trop de différences, même au sein de la communauté surnaturelle. En tant qu'Outre, j'ai eu de la chance de trouver une mentore, mais personne ne s'inquiète vraiment pour nous au sein des Eveillés. Notre existence relève plus du mythe et de la rumeur que d'une réalité attestée. Et ça me frustre. L'Eglise Wiccane ne s'est pas gênée pour révélée son existence sans demander l'avis de personne, mais c'est si difficile de nous inclure pour qu'on soit compris et aidé ? Je ferai quelque chose. Quand j'en aurai les moyens.

    Je me suis toujours demandé pourquoi les arcanistes ne s'en souciaient pas vraiment. Je me trompais, en fait. Ils s'en soucient un peu, juste assez pour que les outres les rejoignent et deviennent elles aussi des arcanistes. Je n'ai jamais rencontré une outre qui a appris à utiliser ses dons grâce à une autre outre. Il y a toujours un arcaniste derrière. J'imagine que c'est normal, qu'ils veulent transmettre leur savoir pour éviter  il ne soit perdu, mais j'ai aussi le sentiment que le flou qui entoure les outres est laissé là volontairement pour qu'ils rejoignent plus facilement les rangs des arcanistes. Est-ce une mauvais chose ? Je n'en sais rien, mais je n'aime pas l'idée d'être manipulée de la sorte. Je n'ai rencontré que peu d'arcaniste, Daphné et Odelia principalement, qui sont très différentes les uns des autres. C'est difficile de dresser un tableau général, au final, mais il n'y en a certains dont j'aurai préféré ne jamais croiser la route.

    Avec les garous, au moins, ce genre de préoccupations est bien lointaine. Je ne connais que la Meute et elle se contente de gérer ses affaires sans emmerder quiconque, de ce que j'en sais. Ils sont si loin des monstres que certains se plaisent à décrire. Même si je ne suis pas toujours d'accord avec l'idée même de certaines traditions dont Daphné m'a parlé - rien que le rôle de certain membre est douteux à mes yeux - ils n'ont rien de bêtes assoiffées de sang. Les humains aussi tuent pour se nourrir et je n'ai jamais vu un me de la meute attaquer un humain, alors où est le mal ? Tous les garous ne sont sans doute pas comme ça, certains faits divers sont là pour le prouver, mais les mettre tous dans le même sac, ça revient à dire que tous les humains sont des tueurs armés jusqu'aux dents. C'est idiot.

    Les vampire par contre... Une seule rencontre m'a suffi. Des créatures de la nuit qui boivent du sang humain ? S'ils n'avaient pas autant de faiblesses flagrantes, ils seraient tellement dangereux que je doute que l'humanité aurait pu prospérer de cette façon. Je n'ai pas envie d'en croiser, pas envie d'interagir avec eux et si je peux passer le reste de ma vie sans avoir à en voir un seul, je ne m'en porterai que très bien. ils sont secrets et restent entre eux. C'est pas plus mal.


  • Singularités
    BONUSJ’ai un tatouage magique au niveau de l’épaule gauche. Chat, lune et fleurs, représentant chacun une partie de ma vie actuelle. Il me protège du Mal, des esprits, ce genre de choses.  Je compte en faire d’autres, pas forcément magiques, mais tout viendra à point nommé. Pas donné ces trucs.

    Je fais de la guitare depuis toute petite, mon père en était fan et m’a transmis sa passion. C’est sans doute la seule chose qu’il me reste de lui à présent, mais je m’en sers toujours pour égayer les soirées du camp ou pour chanter avec les loups quand on leur rend visite.

    Je porte des lunettes pour lire. Oui c’est complètement banal, mais on m’a tellement fait de remarques à ce sujet que je me sens obligée de le préciser. Elles n’ont rien d’esthétique, c’est purement fonctionnel et on aime bien me le dire, dans ces termes ou d'autres plus ou moins crus… Je me passerai volontiers de ce genre de « compliments ».

    J’ai une cicatrice à l’intérieur du poignet gauche. Une bête tentative de comprendre mes pouvoirs seule et un résultat ressemblant à une tentative de suicide ratée. C’est ce qui se passe quand on appuie trop sur la lame d’un couteau vraiment bien aiguisé.

    J’ai appris à parler le français, ma mère étant originaire de là-bas. Si on oublie l’accent local que je n’arrive pas à supprimer, je le parle couramment maintenant.

    En plus d'être rousse (et ça se voit), j'ai des tâches de rousseur. Beaucoup et un peu partout, en particulier sur le visage, les bras et le haut du dos.

    J'ai un chat, Tyché. Une espèce de boule de poils orange, hyperactive et qui adore ramener des trucs trouvé lors de ses vadrouilles çà et là, particulièrement quand on est au camp.
Who am I ?
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it QKFPfoOb
Je suisun inventé BlaseJambreakerVisageSophia Lillis Sagessevotre âge. DécouverteMoi :dildo: PrésenceAutant que possible AvisThe best Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it 2135486406 Crédits moi qui les fait :nope: Mot de la finI’m back bitchiiiiiiies, même si j’étais pas vraiment parti
En ligne
Revenir en haut Aller en bas
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
Anaïs Wilhm
Anaïs Wilhm
Baby Chaos - Là où je passe, la paix trépasse.
A SONG OF BLOOD

En un mot : Outre en perdition
Qui es-tu ? : *Un esprit traumatisé par la cruauté de ceux qu'elle pensait être ses camarades, à jamais marqué par l'absurdité de la violence humaine.
* Fille émancipée d'une famille humaine qu'elle a fui pour sa propre sécurité. Outre dans un monde d'humains qui ne cherchaient pas à la comprendre, juste à la plier au conformisme réconfortant de la normalité.
* Apprentie curieuse et consciencieuse de Daphné Calabrezzi. S'est lancée sur la voie du chamanisme, marchant dans les pas de sa mentore avec patience et détermination, persuadée d'avoir trouvé la voie qu'il lui fallait.
* Inscrite à la LSU, en médecine. Malgré un dossier scolaire chaotique à cause d'une année de fugue, se démène pour prouver, aux autres et à elle-même, qu'elle réussira.
Facultés : *Hémokinésie, contrôle du fluide vital
*Apprentie chamane, amie des loups et des gitans
*Etudiante en médecine, acharnée et consciencieuse, pleine de projets en tête.
*Musicienne et chanteuse amateur ne sortant jamais sans son casque. Danseuse du dimanche. Incollable sur la musique, sa passion, son refuge.
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Homepics

Thème : Mama Cass Elliot - Make Your Own Kind Of Music
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Beverly-marsh-wink
0
Pseudo : Jambreaker
Célébrité : Sophia Lillis
Double compte : Emily Morrisson
Messages : 1614
Date d'inscription : 17/12/2018
Crédits : Avatar: Pinterest; Sign : frimelda
Jeu 23 Nov 2023 - 23:19 (#)
En ligne

We all have our own way
Can you remember who you were, before the world told you who you should be ?

Je n’aurai jamais imaginé que ça finirait comme ça, aussi calmement. Dans un silence si épais que je me serais cru sourde si j’avais pris le temps d’y réfléchir quelques instants. Je me suis réveillée et ai fixé le plafond un instant, soupirant à l’idée même de me lever. Depuis que mes pouvoirs s’étaient réveillés, ma vie était devenue pénible. Sans parler du harcèlement constant au lycée, mes parents m’ignoraient. Je n’étais plus leur fille à leurs yeux et s’ils n’étaient pas légalement forcés de s’occuper de moi et de pourvoir à mes besoins de base, je doute que j’aurai eu de quoi manger en rentrant du lycée ces dernières semaines. Je passe mon temps dans ma chambre à essayer de me souvenir de comment c’était av. Avant que tout ne devienne aussi douloureux et épuisant. Et c’est un matin comme un autre, le genre où sortir du lit veut dire faire face au silence d’une famille qui devrait être la mienne.

Une fois debout, je remarque finalement le silence en descendant au rez-de-chaussée. Et pour cause, personne n’est présent. Un samedi, cela m’étonne, mais qu’importe, me dis-je, ils doivent être parti faire des courses et mon frère, ce lèche-bottes, les a accompagnés. La réalisation ne vient que quand je regarde la date. Le 17 novembre. L’anniversaire de ma grand-mère qui fête ses 80 ans. Un événement qu’on a préparé en famille depuis des lustres et pour lequel j’avais même été fouillée pour retrouver des amis de longue date de ma grand-mère. Et tout ça pour qu’on me laisse derrière, comme une indésirable. Personne n’a daigné me réveiller pour que je vienne. Le message est clair et c’est idiot, mais ça me fait vriller aussitôt. Cela fait un moment que je me dis que je dois trouver une solution. Parler avec eux, essayer de briser ce statu quo qui m’épuise. Je laisse tomber et remonte dans ma chambre et, sans même vraiment y réfléchir à deux fois, fais mes valises. Un coup de tête.

Une heure plus tard et largement engagée sur la route menant vers le sud, je finis par me rendre compte de l’énormité de la chose. Je peux encore faire demi-tour à ce stade et personne n’en saura rien. Même si j’ai embarqué toutes mes affaires, ma guitare, tous mes gadgets et tout mon argent de poche, il suffirait de rentrer et de faire comme si de rien n’était. Je n’avais jamais pensé à fuguer ainsi. Certes tout était devenu difficile et ça m’épuisait. Le harcèlement constant me provoquait des crises de larmes presque quotidiennement et je n’en pouvais plus des regards, des chuchotis, des insultes, des bousculades et des « accidents » qui arrivaient tous les jours. Et tout ça, sans avoir personne à qui parler. Rien que la pensée de retourner là-bas me poussa à continuer et à suivre la route vers le seul endroit où je pouvais espérer trouver quelque chose pour m’aider. C’était connu que Shreveport abritait une forte communauté surnaturelle. Peut-être que j’aurai de la chance en débarquant là-bas.

Ou peut-être que je me suis surestimée en partant seule et sans vraiment de plan. Au bout de trois jours, je n’en pouvais déjà plus de dormir dans ma voiture et d’errer come une âme en peine en espérant un signe quelque part. Mais tout ça j’aurais pu faire avec, si mon portable n’était pas resté désespérément silencieux. Pas une tentative d’appel, pas un seul message. J’étais partie sans dire un mot et tout le monde s’en foutait. Quelque chose s’est définitivement brisé quand j’ai réalisé que ma disparition n’avait eu aucun effet sur qui que ce soit. Au fond de moi, j’espérais encore que les choses s’arrangent, que ma fugue serait un déclencheur et qu’ils se rappelleraient que je suis toujours moi, leur fille. Mais rien. Je suis seule.


Finir dans un foyer pour jeune en perdition, ce n’était pas vraiment ce que je m’étais imaginé, mais il a bien fallu m’y résoudre. J’ai un toit, des draps propres, pas eu besoin de répondre à trop de question et je peux enfin prendre une douche chaude et ne plus angoisser à l’idée de passer la nuit sur la banquette arrière de ma voiture. Au lieu de ça, je passe mes nuits à essayer de dormir dans un dortoir avec les pleurs de certaines filles, les allées et venues et les bruits plus explicites quand un garçon se faufile pour rejoindre une des filles. Par deux fois on m’a réveillé en se trompant de lit, mais je préfère ça que de grelotter dans ma citadine. Pas une expérience très agréable, mais au moins c’est mieux que rien.

Ce serait même mieux si les saignements s’étaient arrêtés, mais non. Parfois j’arrive à les calmer rapidement en me concentrant simplement dessus, sans trop savoir comment ça marche, mais la plupart du temps je dois me ruer aux toilettes et y rester un long moment pour que ça passe. Et ça commence à se voir. Teint blafard, yeux et joues creusés, je suis complètement épuisée par tout ça. Et je ne sais même pas où trouver qui que ce soit qui pourrait avoir une quelconque idée de quoi faire. Forcément, ça attire l’attention et je m’en sors en disant que j’ai une maladie anémique, ce qui ne veut rien dire mais la plupart des jeunes ici ne savent même pas de quoi je parle et ça leur suffit. Contrairement à l’infirmière qui passe de temps en temps et ne se fait pas avoir.

- A ce rythme, c’est l’hospitalisation assurée. Et tu es encore mineure, donc ta famille sera contactée et mise au courant, même si tu n’en as pas envie.

Dos au mur, je lui explique à demi-mots la raison de ma présence ici, le pourquoi des saignements et pourquoi je n’arrive pas à les endiguer. Jusque-là, personne n’était au courant et ça m’allait bien, parce que je ne voulais pas que la même chose se reproduise ici. Au leu de ça, elle me tend une carte au dos de laquelle elle a griffonnée une adresse en me disant d’y aller tout de suite. Et c’est comme ça que j’ai découvert l’Arch. J’y suis allée avec une forte appréhension, craignant une espèce de structure gouvernementale chargée de secrètement recensés les CESS à la dérive, mais j’ai trouvé bien autre. Là encore, on ne m’a rien demandé sur moi, on m’a juste accueilli et aidé à régler le problème le plus urgent. Une bénévole m’a prise à part et on a longuement discuté. Enfin, elle a beaucoup parlé et m’a donné des tonnes de conseils sur comment faire pour calmer la magie qui sortait toute seule. Je me suis demandé pendant tout l’entretien si elle était une de ces mages dont j’avais entendu parler à la télévision. Au final je suis repartie sans avoir la réponse à cette question.

Les choses s’améliorèrent à partir de là. J’allais quotidiennement à l’Arch. D’abord pour essayer de comprendre ce que j’étais. Puis pour échapper à l’ambiance claustrophobique et anxiogène du foyer. Emma, la bénévole, m’aida énormément à comprendre et accepter la nouvelle réalité de ma condition et les saignements finirent par se calmer, sans totalement disparaître pour autant. Je me sentais mieux et c’était l’essentiel, même si je ne voyais pas vraiment de suite à tout ça. l’Arch ne pouvait pas vraiment gérer tous mes problèmes et j’étais consciente qu’il fallait que je trouve un moyen de vivre sans dépendre du foyer. Mais à 16 ans et sans un endroit où vivre, autant dire que ce n’était pas gagné, et je me refusais de tomber dans le piège de l’argent facile qui menait tant de jeunes dans l’illégalité. J’avais assez de problème sans ajouter ça à la liste.

Le Destin, la providence ou la chance, allez savoir, a mis Lilas sur mon chemin. Comme ça, sans vraiment trop de raisons autre qu’un hasard bienvenu. Une situation merdique de laquelle a émergé une des relations les plus importantes. Deux, même. Parce qu’elle m’a donné un nom et une adresse et ça a tout changé. J’espérais une guide, quelqu’un qui saurait m’expliquer comment j’étais sensée faire avec ce pouvoir, ce que je pouvais en faire et peut-être le maitriser suffisamment pour que ça ne gêne plus le reste de ma vie. J’ai eu bien plus que ça. J’ai trouvé une place, une famille. Daphné m’a accueilli sans même l’ombre d’hésitation. Elle avait même une chambre prête pour moi avant même que je n’arrive. C’est idiot, mais après une longue discussion et que je lui ai expliqué ce que j’avais compris de mes pouvoirs, elle m’a entrainé dans sa roulotte et m’a montré ma chambre et j’ai juste… craqué. Je ne m’attendais pas à tout ça. J’ai passé de longues minutes embarrassantes à mouiller son épaule alors qu’elle me caressait les cheveux en me promettant que tout allait bien. Et je l’ai cru. Et elle avait raison.

Le camp est devenu mon nouveau foyer et les gitans ma famille. Pendant deux ans, j’ai vécu au milieu d’eux et ils m’ont adopté et m’ont traité comme si j’avais toujours vécu là. Pas une seule fois ej n’ai eu le sentiment de ne pas être à ma place. Et j’avais l’impression d’enfin pouvoir être moi-même. Je pouvais passer mon temps à lire si je voulais, à faire de la musique à m’amuser avec les autres jeunes du camp et peu importe ce que je faisais, personne ne me jugeait pour ça. C’était comme revivre et je me suis épanouie parmi eux. Auprès de Daphné, j‘ai découvert la magie et ce que je pouvais en faire. Tout semblait plus naturel dès qu’elle m’expliquait et je n’avais pas peur d’essayer, de tenter des choses. Alors lorsqu’elle m’a proposé d’aller plus loin six mois après mon arrivée, je n’ai pas vraiment hésité. J’ai largement eu le temps de la voir faire ses rituels et qu’elle m’explique la raison. Tout, dans le chamanisme, semblait me correspondre et je suis devenue officiellement son apprentie. Je crois qu’elle a pleuré plus que moi pour une fois. J’ai découvert la meute quelques mois après et les responsabilités qui viendraient avec une fois que Daphné m’en jugerait capable. Je pense avoir du temps devant moi, mais ça ajoute une certaine pression à tout ça.

La vie au camp m’a aussi offert de merveilleuses amitiés. Demetra, d’un an mon ainée que moi est devenue une amie proche et on était inséparables la majorité du temps, quand je n’étais pas prise par mes engagements auprès de Daphné. Je n’ai jamais vécu une amitié aussi authentique et forte que celle-là et on forme un bon duo pour ce qui est de mettre un peu de musique dans les soirées que les jeunes organisent, elle a une voix prodigieuse quand elle chante. Et puis il y a son frère jumeau, Michail… On trainait souvent ensemble et puis, un soir… il dira qu’il m’a embrassé, mais on sait tous les deux que c’est faux, c’est l’inverse. Il a été mon premier émoi, d’abord secret par peur que ça gêne Demetra, puis quand il a été clair que tout le camp était au courant – fichus commères – on ne s’est plus caché. On a fini par comprendre qu’on était plus amis qu’autre chose, mais ça ne nous a pas empêché de nous découvrir l’un l’autre. Et de remettre ça de temps à autre, à l’abri des regards. Ou du moins on l’espère… Parfois un sourire en coin de Daphné me suffit à me donner envie de disparaître sous terre. Fichus commères…

Lorsque j’ai émis la volonté de faire des études de médecine pour user de mes dons pour les autres, personne ne s’y est opposée, mais on savait tous que ça ne serait pas facile. Je n’avais pour ainsi dire pas d’argent en dehors du résultat de la vente de quelques trucs que j’avais emmené lors de ma fugue et qui encombraient plus qu’autre chose. Alors en parallèle de mon apprentissage, je me suis mise à potasser sérieusement pour l’examen d’entrée de la LSU. Quitte à ce que Daphné me mette presque de force au lit quand je passais trop de temps, tard la nuit, sur des manuels et des cours pour me préparer. Et quand les résultats sont tombés, j’ai explosé de joie tant mon travail avait payé. Tout n’était pas réglé et j’allais avoir des années à cravacher sans relâche maintenant, mais j’étais plus que prête pour tout ça. J’ai décoché une bourse, me suis débrouillée pour me dégoter un boulot et une collocation, certes pas terrible, mais pas chère et j’étais partie. Quitter le camp, même si ce n’était pas définitif, a été particulièrement difficile. Je rentre tous les week end, mais ne plus passer mon temps avec tout le monde m’a donné le cafard les premiers jours. Alors je me suis plongée dans les études pour compenser et les choses ont suivi leurs cours depuis lors. J’ai renoué avec l’Arch lorsqu’on nous a demandé de faire des stages et j’ai passé un mois à travailler avec eux bénévolement. J’ai continué mon apprentissage en parallèle, me suis acoquinée davantage avec la Meute et tout semble aller pour le mieux.

Il y a bien des ombres noires au tableaux et plus jamais je ne vivrai Halloween de la même façon. J'ai perdu tant de choses ce jour-là. j'ai ouvert les yeux sur un pan du monde que j'aurai préféré ne jamais connaître. On s'imagine toujours qu'on réagira de manière logique quand on est confronté à un événement d'ampleur qui nous ace. la réalité, c'est qu'on fait ce qu'on peut pour survire. Je pensais bien faire, je pensais sauver des vies, la mienne, celle de ma petite-amie, celle des gens qui semblaient plongés dans un coma magique. Au final, je n'ai sauvé personne. Je ne sais toujours pas ce que j'ai vraiment fait. Je sais juste qu'Il est là, maintenant, et qu'Il va venir, un jour, pour réclamer quelque chose. Et j'ai peur de découvrir ce qu'IL attend de moi...



CHRONOLOGIE

19 juillet 2002Naissance d'Anaïs dans une famille aimante et sans histoire dans la ville de Lafayette

09 juin 2018 Début des premiers symptômes liés à sa magie qui s’éveille. Personne ne comprend la raison de tous ses saignements malgré les visites médicales et les médicaments et compléments qu’on lui prescrit en boucle.
15 septembre 2018 Eveil de ses pouvoirs au beau milieu de son lycée. Le début du harcèlement et de l’isolation de l’adolescente

17 Novembre 2018Fugue d’Anaïs, poussée à bout. Elle prend la voiture, direction Shreveport avec l’idée de trouver quelqu’un qui pourra l’aider

24 Novembre 2018Elle intègre un foyer pour jeunes pour éviter de devoir dormir dans la rue. L’expérience n’est ni plaisante, ni réconfortante.

01 Décembre 2018Elle apprend l’existence de l’Arch et s’y rend, obtenant de précieux conseils et une oreille attentive. Elle y retourne ensuite quotidiennement pour décharger la tension qui ne cesse d’enfler à cause du foyer.


15-16 Décembre 2018Rencontre Lilas au hasard d’une déconvenue et apprécie immédiatement la jeune femme. Le lendemain, elle contacte Daphné sur les conseils de sa nouvelle amie, qui deviendra sa mentore. Elle quitte le foyer et s’installe au campement gitan qui devient sa maison.


Juin 2019Daphné lui propose de devenir officiellement son apprentie et d’arpenter la voie du chamanisme. Elle accepte après une longue réflexion d’environ quatorze secondes. Elle se lie ainsi à la Meute, même si elle en reste éloignée pendant encore quelques mois.


Octobre 2019 Halloween. Elle prend de plein fouet la douloureuse catastrophe magique et, croyant bien faire, libère un Mal sur le monde. Il lui faudra des mois pour ne plus constamment regarder derrière son épaule et cesser de ressentir l’immense culpabilité qui la ronge alors. Elle ne s’en est jamais vraiment remise depuis, constamment hantée par ce qu’elle a fait.


Septembre 2020 Grâce à des notes remarquables à l’examen d’entrée, une bourse d’état et fédérale et un peu de chance, elle entre en première année de médecine à la l’université, quittant par la même occasion le camp gitan pour prendre une collocation aux abord de la LSU. Elle se trouve un petit boulot dans la foulée dans un café à deux pas de chez elle.


Juillet-Août 2021 Elle renoue avec l’Arch en y passant un mois entier dans le cadre de ses études et aidant du mieux qu’elle peut. Le reste des vacances, elle suit son apprentissage au camp gitan. L’idée de créer un centre pour les outres comme elle commençant à germer dans son esprit et dans ses projets futurs.
En ligne
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Aodh Moore
Aodh Moore
Cannot a Beast be tamed
ASHES YOU WERE

En un mot : Lycanthrope malgré lui, autrefois milicien du mouvement Shepherd.
Facultés : Tout juste transformé, Aodh ne maîtrise aucune forme à proprement parlé. Deux d’entre elles s’imposent naturellement à lui : l’hispo à la pleine lune ou sous le coup de violentes émotions, ou celle du glabro lorsque la Bête menace de déborder.
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Aodh
Célébrité : Ben Barnes
Messages : 648
Date d'inscription : 02/05/2023
Crédits : Cece
Ven 24 Nov 2023 - 10:34 (#)

Bon retour parmi nous ! :mimi:
Revenir en haut Aller en bas
NAPALM ROACH : j'adore l'odeur du non-respect au petit matin
Alexandra Zimmer
Alexandra Zimmer
NAPALM ROACH : j'adore l'odeur du non-respect au petit matin
FULL DARK NO STARS
En un mot : We're all mad here. I'm mad. You're mad.
Qui es-tu ? :
- Infréquentable et associable romancière pleine de mauvaises humeurs, d'ironie cinglante et d'indifférence, cachant une âme noire et liée aux enfers.
- Allergique à l’autorité avec une langue trop bien pendue pour sa propre sécurité, elle cherche à fuir ce monde humain dans lequel elle se sent étrangère.
- Écrivaine autrefois invisible dont seul le site internet attestait de son existence, elle est l'auteur anonyme d'un livre étrange et dérangeant, dicté par son propre père.
- Américaine et pourtant guère attachée au moindre patriotisme, elle erra longtemps sans attaches ni allégeances, avant d'être l'alliée forcée du plus terrifiant des Princes.
- Une antre modeste dans les Kingston Buildings masque ses noirceurs, ses poches trouées, ses écrits en vrac et une Honda 350 récemment achetée.

Facultés :
- Fille longtemps ignorante du Prince Hornet, l’ombre de celui-ci a influé sur sa vie, en étouffant une à une les dernières lueurs de son âme.
- Au gré des rencontres, des créatures de la nuit et du rêve d'une sorcière noire, ses perceptions se sont aiguisées et lui ont révélé bien des choses.
- Monstrueuse créature, la forme du cafard l'habite depuis toujours, bientôt sublimée et portée à son paroxysme par l'influence d'Hornet.
- Remarquable plume, ses mots sonnent justes, acérés, et empreints d'une ombre beaucoup plus grande qu'elle-même.
- Une insupportable teigne dont les répliques teintées de fiel déclenchent vexations, colères et peines autour d'elle.

Thème : Nick Cave & The Bad Seeds : Red Right Hand
You'll see him in your nightmares
You'll see him in your dreams
He'll appear out of nowhere but
He ain't what he seems
You'll see him in your head
On the TV screen
Hey buddy, I'm warning
You to turn it off
He's a ghost, he's a god
He's a man, he's a guru
You're one microscopic cog
In his catastrophic plan
Designed and directed by
His red right hand

Pseudo : Achab
Célébrité : Rooney Mara
Double compte : Elinor V. Lanuit & Inna Archos
Messages : 1543
Date d'inscription : 28/03/2019
Crédits : Lyrics: Nick Cave & The Bad Seeds ; Avatar: @vestae-vocivus
Ven 24 Nov 2023 - 11:40 (#)

Anaïs de retour en version 2.0, plus sereine et sans trauma.  :dildo:

Les MJ :
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Meats-back-on-the-menu-lord-of-the-rings

PS : Mais elle est hétéro maintenant, je suis sous le choc. :gogorage:
Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WEREAnaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Qui es-tu ? : Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Design10
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Blanche de Lantins
Messages : 1029
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Ven 24 Nov 2023 - 16:11 (#)

Ben, bon retour ! Et hâte de faire la connaissance d'Anaïs ! :keur: :keur:
Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Odelia di Stasio
Odelia di Stasio
When witches don't fight, we burn
AB UNO DICE OMNES

En un mot : some ghost
Qui es-tu ? : Φ sorcière rouge de 29 ans, constamment en recherche de sensations fortes.
Φ offre son énergie à l'Arch, association ayant pour but d'accompagner les CESS dans leur intégration dans la ville. La fondatrice et chamane Yelena Tehrt, est son mentor.
Φ bien qu'elle l'ignore, fût élevée par des purificateurs. Ceux-ci ont tout fait pour dissimuler la vraie nature de sa magie. Bien que tentant désormais de combler les années perdues, sa maîtrise des arcanes reste instable.
Φ professeure de danse classique, anciennement en tournée avec une compagnie de ballet.
Φ installée à shreveport depuis 2013. habite actuellement mooringsport, à la frontière du triangle de foi.
Facultés : MANIPULATION DES ENERGIES VITALES
Φ Manipulation des émotions. Injection, détection, effacement, remplacement des émotions. maîtrisé
Φ Utilisation des émotions dans sa magie. plutôt bien maîtrisé
Φ Manipulation des auras. Modification, dissimulation de parties d'auras. très peu maîtrisé
______________

Φ Lecture d'auras. Emotion, race, inclinaison, forme d'un thérianthrope.
Φ Capable de sentir les esprits mais mal à l'aise avec tout ce qui y a trait.
Thème : We Are Gods - Audiomachine
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Pose-dramatic
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Hekat
Célébrité : Kaya Scodelario
Messages : 257
Date d'inscription : 19/03/2022
Crédits : Hekat
Ven 24 Nov 2023 - 18:17 (#)

Yay, la voilà notre p'tiote repimpée :haha:

Contente que tu aies réussi à lui donner un second souffle et j'espère que tu retrouveras le plaisir de la jouer ainsi :heart: Elle était cool à redécouvrir, j'aime beaucoup cette jeune voix dont l'innocence faiblit sous les uppercuts de la vie.

Welcome back home Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it 2135486406
Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Naya Cahann
Naya Cahann
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Petit feu follet
Qui es-tu ? : A venir
Facultés : ☽ Maitrise de la kinésie - capable de manipuler les flammes entre les paumes de ses mains, de modifier leur intensité // sensation d'étouffement, manque d'oxygène en cas de manipulation trop abusive.

☽ Lecture des auras - capable de reconnaitre Humains, outres et arcanistes. Perception des auras vampiriques et thérianthropes mais sans pouvoir réellement les reconnaître.

☽ Température corporelle au-dessus de la moyenne - en apprentissage pour canaliser cette chaleur et soigner les gens.
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it 9284433-kitchen-witch-quote-tea-towel-by-anda
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Sadie Sink
Double compte : Samuel Miller
Messages : 159
Date d'inscription : 16/05/2023
Crédits : Shereen
Ven 24 Nov 2023 - 18:35 (#)

Rebienvenue parmi nous ♥

Je l'aime toujours autant cette petite Anaïs en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Elizabeth Finch
Elizabeth Finch
Cannot a Beast be tamed
'Cause there's magic in my bones

En un mot : Ventre sur pattes
Qui es-tu ? : Webmaster talentueuse
Hackeuse d'exception
Geek de compét
Gourmande professionnelle
Concentrée de bonne humeur

Facultés : Lycanthrope, elle a tous les avantages qui vont avec... Tous les handicaps aussi accessoirement. Elle maîtrise les transformations en Hispo et Glabro, mais a du mal avec le Ferus, surtout depuis la mort de son père.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=QGJuMBdaqIw
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it 266d248ef70145bf470a91f86a4c1879
You're not a voice
You're just a ringing in my ear

Pseudo : Shereen
Célébrité : Zazie Beetz
Double compte : Tsukiko Katsushiro
Messages : 401
Date d'inscription : 02/04/2023
Crédits : Moi
Dim 26 Nov 2023 - 20:47 (#)

Rebienvenue parmi nous petite sorcière en devenir :loveyou2:
Revenir en haut Aller en bas
MJ ۰ Trop de DC, pas assez de décès.
Rhys Archos
Rhys Archos
MJ ۰ Trop de DC, pas assez de décès.
L'IVRESSE SOLAIRE DU CRÉPUSCULE

Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it S83t

« Wild men who caught and
sang the sun in flight,
And learn, too late, they
grieved it on its way,
Do not go gentle
into that good night. »

En un mot : Émeute, Sang et Fiel
Qui es-tu ? : Sans visage, une force animale grouillant sous une peau humaine qui s'étire, trop étriquée, n'attendant que de jaillir à l'intérieur du monde pour le ravager.
Facultés :

Trouble à l'ordre public ;
Outrage à agents ;
Attentat à la pudeur ;
Violation de propriété privée ;
Ivresse sur voie publique ;
Expert du pistolet à clous ;
Vol de voitures ;
Briseur de vitrines ;
Bagarres ;
Vol de poules ;
Thème : /watch?v=L7a8hmoOsx0
SOONER OR LATER
YOUR HUMAN SIDE LOSES.
IT HAS TO

Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Fdel
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Lol7
Pseudo : Chaton
Célébrité : Josh Beech
Messages : 3125
Date d'inscription : 13/07/2017
Crédits : © Internet
Dim 26 Nov 2023 - 21:59 (#)
En ligne

Lisons donc cette nouvelle mouture :dominatrix:
En ligne




Adopte ces beaux scénarios !
Revenir en haut Aller en bas
You shall be a restless wanderer
Jean Delaube
Jean Delaube
You shall be a restless wanderer
DANS LE NOIR

En un mot : Lalalalaaa
Qui es-tu ? : Immortel usé de 610 ans • Torturé et incisif, sentimental et indiscipliné • A grandi dans les traditions de l'Est et parcouru une partie du monde • Musicien virtuose • Libertaire dans l'âme • Sire d'Elinor Lanuit • Déclaré mort en 1895, il réapparait seulement aujourd'hui • En marge du monde moderne
Facultés : • Voie du sang : Niveau 4-1
Goûteur de sang professionnel. Source de vie et de puissance pour lui-même et ses congénères, il sait le sonder, le manipuler et le sublimer. Attention, il lui arrive de le voler...
• Présence : Niveau 1-4
Sait attirer l'attention sur lui et forcer l'adhésion
• Voile cendré : Niveau 1-1
Perçoit naturellement brièvement les esprits, mais s'il concentre son sang, c'est l'intégralité du plan semi-astral qui se révèle à lui
DERRIÈRE LE BROUILLARD

Pseudo : Od'
Célébrité : Adrien Brody
Messages : 122
Date d'inscription : 13/05/2023
Crédits : myself
Mar 28 Nov 2023 - 20:55 (#)
En ligne

J'avais lu quelques uns de tes RP, mais pas suffisamment certainement pour assimiler tous les changements de cette nouvelle version. Qu'importe, c'est cool de te voir revenir avec cette refonte ! Le perso est vraiment attachant !
En ligne
Revenir en haut Aller en bas
Your soul is mine
Orihime Hasegawa
Orihime Hasegawa
Your soul is mine
ASHES YOU WERE

En un mot : Une reine dans l'ombre
Qui es-tu ? : ⛧ Cheffe yakuza qui a mérité sa propre branche dans le règne familiale.
⛧Modelée par 37 ans de terreurs infligées par le prince sadique qui l'a engendrée. Elle a néanmoins accepté sa part démoniaque et embrasse son pouvoir, bien qu'elle est consciente de n'être encore qu'un pantin dans un jeu qui dépasse les Hommes.
⛧ Boulimique de pouvoir, elle cherche constamment à éteindre on influence et se nourrit de la peur qu'elle inflige aux autres.
⛧ Respecte le code d'honneur des yakuzas, dans l'énorme majorité des cas au moins. Mais sa condition d'engeance la pousse parfois à tordre les principes de sa mafia.
⛧ Bois, fume, s'envoie en l'air, elle se vautre sans complexe dans ces petits plaisirs de la vie.
⛧ En façade, elle est une élégante chef d'entreprise à qui tout sembre sourire. Elle fait même des dons à des organismes caritatifs. L'envers du décor, c'est le monde du crime, où elle est connue sous le nom Joō, "la reine".

⛧⛧

⛧ 1m61 / ~55 kg;
⛧ Cheveux sombres & yeux noirs insondables.
⛧ Toujours élégamment vêtue, ne porte jamais de robe ou de jupe.
⛧ A trois tatouages : un chrysanthème (plexus), cerisier en fleur (dos), vague d'hokusaï (avant-bras).
Facultés : ⛧ Orihime incarne la peur. Croiser son regard peut déjà mettre mal à l'aise et, sans raison apparente, stimuler la zone du cerveau qui traite la peur.
⛧ Elle peut déployer une aura d'une dizaine de mètres dans laquelle toutes les personnes présentent ressentent une peur inexplicable à son égard.
⛧ Pendant une durée limitée, elle peut devenir une sorte de cauchemar vivant. Elle ne se transforme pas vraiment, mais ceux qui la regardent y voient un patchwork de leurs terreurs les plus profondes.

⛧ Vieillissement ralentit par la grâce de Beleth.

⛧ Bilingue anglais/japonais
⛧ Ceinture noire de Jissen karaté, manie les armes à feu et le katana.
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Pyhc
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ori
Célébrité : Kiko Mizuhara
Double compte : Myrtle & Isalín
Messages : 123
Date d'inscription : 30/05/2023
Crédits : Moi-même / holdthgirl (gif)
Mar 28 Nov 2023 - 22:18 (#)

J'ai hâte de voir cette nouvelle monture et de pouvoir se (re)lier inRP ;)

Bon retour du coup et vivement de folles aventures !
Revenir en haut Aller en bas
You shall be a restless wanderer
Stanislas Nevers
Stanislas Nevers
You shall be a restless wanderer
THE HARDEST THING IN THIS WORLD

En un mot : Aiguille et boutons
Qui es-tu ? : Vampire torturé par sa condition, étreint en 1871 à l'âge de 40 ans.
Vit en vase clos avec son Marqué et amant, Oscar, depuis plusieurs décennies.
Cherche un clan pour de nouveau vivre auprès de son espèce.

En vrac : Gentil mais affirmé ; Ambitieux ; Réfléchi ; Ordonné et soigneux ; Possessif et jaloux ; Loyal ; Matérialiste mais généreux.
Facultés : Couturier de talent, peut créer vos rêves les plus fous sur un patron et en faire un vêtement parfait.

Capacités de vampire : Métamorphose N0-P0, Occultation N1-P1, Voie de la conjuration N3-P1.
IS TO LIVE IN IT

Pseudo : Finduilas ou Pouik
Célébrité : Orlando Bloom
Messages : 63
Date d'inscription : 05/09/2023
Crédits : Photoshoot
Lun 15 Jan 2024 - 12:44 (#)

Bienvenue ! Même si j'ai cru comprendre que c'était plutôt un retour ^^
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ۰ Se faire péter la vitrine : bien plus qu'un métier, une passion. Featuring : Dramaking
Eoghan Underwood
Eoghan Underwood
ADMIN ۰ Se faire péter la vitrine : bien plus qu'un métier, une passion. Featuring : Dramaking
⛤ SMALLTOWN BOY ⛤

Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it 1E5CfUE Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it AoZyjkn Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it BvRyGpi

"This is not the right way."

En un mot : Sorcier venimeux ondulé de la toiture. Gosse du bayou.
Qui es-tu ? :
"Let it spread like a disease."

⛤ Maître des arcanes, sorcier à l'essence écarlate. 37 ans de vice (et râles) et de chair corrompue. Manipulateur d'hormones, télépathe patenté.
⛤ Second, bras droit de Circé van derr Ven dans la secte de l'Irae. S'y démarque pour sa loyauté ciselée par les griffes de Morgan Leroy (missing). Mais les failles perlent.
⛤ Incube de Louisiane ; fils de ces terres marécageuses, du bayou poisseux et des routes cahoteuses. Né à Bâton-Rouge, n'a connu que Shreveport et les frontières de son État.
⛤ Né seul homme dans la famille des sorcières irlandaises Mulligan. Privé de père (tué) par la harpie noire : élevé par Sylia Mulligan, descendant du Rouge de sa grand-mère Julianna.
⛤ Cauchemar des femmes ; nourrit sa magie (Rougeoyante) des hormones sexuelles de ses partenaires, ainsi que des émotions primaires.
⛤ Traître à ses passions, criminel et meurtrier de Johanna Andros (missing). Pourfendeur d'amitiés, éternel débiteur, clébard soumis à ses attaches.
⛤ Ne vit que pour les Mardi-Gras de New Orleans ; caresse le rêve de s'y installer un jour dans son propre "shotgun", malgré le fantôme de Katrina.
⛤ Mystique, déchiré entre deux hommes : partagé entre le sorcier et l'humain, entre la sagesse et une ire destructrice. Le latin s'efface sans mal sous l'accent du Sud, coriace sous sa langue.
⛤ Commerçant du Downtown (Crawling life), antre de ses serpents vénérés, lézards et autres reptiles, dont il cède les corps, les soins et les cages de verre.
⛤ Pratique à l'arrière de sa boutique, dans un laboratoire farouchement défendu et protégé par les runes. Recèle secrets et savoirs, expérimentations douteuses et dangereuses.
⛤ Mauvais mentor. L'une de ses apprenties en a subi les conséquences. Guide de Morgane Wuntherson et d'Halina Meyer. Meilleur ami indigne de Vinzent Henkermann et cousin de Shannon Mulligan.
⛤ Pacte tissé avec Scox : Prince démon s'étant dissimulé derrière les brumes de Baal. Immortalité odieusement acquise, âme vouée à obéir et marcher aux côtés des Antiques.
38 ans d'âge réel ; 36 ans d'apparence.

⛤ ENAE VOLARE MEZZO ⛤

Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it KOVXegv Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it WZKlL7H Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it J8B1rxa

"I put a spell on you."

Facultés : ⛤ La Rougeoyante s'infiltre dans les corps et y bouleverse les hormones ; flèche apollonide : distille poison, fléau, mort, mais aussi fièvre rouge saphique. Chaos total.
⛤ Télépathe raisonnable : ne s'infiltre de préférence que dans les esprits des humains misérables. Capable de communiquer en pensée avec quiconque lui ouvre les grilles de son esprit. Savant fou ; capable désormais de connecter sa psyché aux êtres muets, cobras et crotales comme cobayes, corbeaux et autres créatures rampantes.
⛤ Herboriste né, sa maîtrise des potions n'a d'égale que celle de son mentor maternel. Capable d'élaborer des philtres complexes ; créateur infatigable de breuvages en tous genres.
⛤ La Rougeoyante se défend et protège son hôte plus férocement qu'elle n'attaque : limitée par la nécessité d'un contact physique. Sorcier doué au corps-à-corps, secondé par son aisance au maniement d'athamés et autres lames rituelles.
⛤ Chercheur d'artefacts, quémandé des Longue-Vies : détisseur de leurs malédictions et autres mauvais sorts.
Thème : The Way ⛤ Zack Hemsey.
Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it KL9jJO9
⛤ VENGEANCE ⛤

Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it ZfHtADc Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it Jq60QrG Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it MaP8TbX

"Before I die alone."

Anaïs Wilhm - I'm not gonna sugarcoat it GIeraGW
Pseudo : Nero
Célébrité : Ian Somerhalder.
Double compte : Sanford R. De Castro, Aliénor Bellovaque, Ian C. Calloway & Gautièr Montignac.
Messages : 5915
Date d'inscription : 09/06/2017
Crédits : Lune noire (ava') ; Amiante (signa')
Lun 19 Fév 2024 - 3:27 (#)

TU ES VALIDÉ(E)
Let the RP games begin

Allez, ça mérite bien un petit mot de validation quand même, cette refonte officielle. Anaïs est un personnage historique d'Ashes Arise, et rien que pour ça, ça m'a fait tout drôle d'avoir à me repencher sur sa fiche, sur ses caractéristiques que tu as affûté ou sur les nouvelles directions que tu lui as faites prendre. Et puis le changement d'avatar n'a pas été anodin, non plus ! Au final, je trouve que toutes ces modifications ont vraiment été utiles, et rendront le personnage plus solide, plus construit, et plus ancré encore dans le lore du forum. C'est chouette de voir que malgré les hauts et les bas qu'on a connu depuis bientôt six ans en comptant la pré-ouverture (:tombe:), tu n'as jamais laissé tomber l'outre la plus insupportable de Louisiane (Quoi ? Comment ça j'suis pas objectif ? Jérienfé.). Je me demande quelle sera la suite de la trajectoire maudite d'Anaïs, et j'ai hâte de voir ce que les interactions avec Scox, Eoghan, [rajouter ici la calamité de ton choix] & co. provoqueront encore comme rebondissements dans son parcours. On a mis le temps, mais c'est donc une revalidation en règle ! A très vite en RP. :grin:

Voilà, tu es officiellement dans la famille et ça implique de grandes responsabilités mais aussi beaucoup de fun. (Mais pas trop, Eoghan risque de le tuer.) Bref, tu as maintenant accès à tout le forum, ce qui veut dire que tu peux créer ta fiche de liens pour te faire plein d'amis ! Tu peux aussi nous tenir au courant des avancées de ton personnage dans un carnet d'évolution, mais c'est facultatif. Si tu es pressé d'écrire et que tu n'as pas encore de partenaires, n'hésite pas à poster dans les demandes de RP ou à te lancer dans l'aventure du fil rp ! Et si tu te sens seul, tu peux lancer ton propre scénario ou créer des pré-liens. Tu as sûrement constaté que nous avons un système de points sur AA, nous t'invitons à découvrir comment en gagner et surtout, comment les dépenser.
D'ailleurs, si tu as pris un prédéfini ou un scénario comme personnage, tu peux d'ores et déjà réclamer tes premiers points dans Collecter vos points.

Si tu as des questions, le staff est toujours à ta disposition pour y répondre. Et si tu veux un aperçu de la bonne humeur (pour ne pas dire folie) de nos membres, n'hésite pas à venir voir sur la CB ou à participer au flood ! Mais si on te fait un peu peur, n'hésite pas à demander l'aide d'un parrain ou d'une marraine pour t'intégrer. Ce sont des membres dévoués aux nouveaux !

Tout le staff d'Ashes Arise te souhaite donc la bienvenue dans ses rangs et à très vite pour les prochaines aventures !


Louisiana Burning

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Is this yours ? + Anaïs Wilhm
» Anaïs Wilhm - Outre en perdition
» Seen that face before — Anaïs
» Keep Holding On ❀ Anaïs
» Art to heart ~ Anaïs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: