-38%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
31.19 € 49.99 €
Voir le deal

Association d’intérêt | ft Anna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Classism and the City - Fifty Shades of BURN THEM AAAAALL (supplément mojito sans alcool et sans aspartame)
Jake Hamilton
Jake Hamilton
Classism and the City - Fifty Shades of BURN THEM AAAAALL (supplément mojito sans alcool et sans aspartame)
ASHES YOU WERE

En un mot : Make America Great Again
Facultés : Alchimie
Thème : Noir désir - l'homme pressé
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Jake Hamilton
Célébrité : Alexander Skarsgård
Messages : 2151
Date d'inscription : 11/10/2020
Crédits :
Dim 15 Jan - 3:43 (#)

association d’intérêt
Ft Anna Janowski & Jake Hamilton




Jeudi 15 juillet 2021
Diverses rues de Shreveport


Depuis la banquette arrière, j’observe distraitement mon chauffeur, concentré sur sa conduite. Il ne cherche pas à discuter, à combler les silences qui planent dans la berline luxueuse, et je l’en suis reconnaissant. Je suis fatigué des mots, des joutes verbales, des discours, des discussions de salon. Le doux vrombissement du moteur offre une ritournelle apaisante, si relaxante qu’il suffirait de fermer les yeux pour s’abandonner aux bras de Morphée. Le paysage défile à travers la vitre teintée. Les façades typiques en briques rouges font face à des tours de verre, les bâtiments historiques côtoient les parkings en béton brut. La beauté architecturale frôle le délabrement. L’omniprésence de beige et de gris n’offre même pas de réelle cohérence à cet ensemble hétéroclite. Rien ne s’accorde. Tout a été posé là, selon les lois d’un mystérieux hasard. L’esprit n’arrive qu’à cette conclusion : cette ville est hideuse. Cette ville n’est pas la mienne.

Mes pensées se laissent rapidement happer par le souvenir de mon entretien de la veille avec Jon Gardner. Je fronce les sourcils, contrarié. Cet homme faussement désinvolte et bouffi d’orgueil est l’étoile montante de la politique en Louisiane. Jeune avocat fier et ambitieux de 34 ans, il est prêt à tout pour gravir les échelons. Il s’imagine déjà prendre ma place au poste de sénateur en 2023, et se prépare activement aux primaires républicaines de 2022. Il a pris plaisir à me rappeler que je commençais à perdre le soutien de mon propre parti. Mes programmes sur la santé ne font pas l’unanimité, jugés trop “démocrates”. Ma nouvelle image médiatique n’est pas assez traditionnaliste. Mais avant tout, ils reprochent ma faible implication sur des sujets comme l’immigration, l’avortement ou l’emploi.

Sauf que ma cote de popularité est excellente, et avoisine les 60%. Il sera difficile de m’évincer sans créer une scission dommageable pour l’ensemble du parti. Surtout à un an des élections.

La petite enflure a raclé mon passé pour déterrer quelques cadavres. Il détient à-priori des preuves qui pourraient me faire “tomber salement". Ce sont ses mots. Il m’offre la possibilité de me retirer dans les honneurs, sans ébrécher mon image publique, et en échange, je soutiens officiellement sa candidature aux primaires républicaines puis aux sénatoriales. Bon deal?

S’il est venu me trouver pour m’affronter aussi frontalement, cela signifie que son dossier est solide. Il ne pourrait s’agir que de bluff, mais j’en doute. La démarche est audacieuse et téméraire à la fois. Un coup de poker qui pourrait lui coûter cher. Toutefois, j’ai trop à cacher pour ignorer sereinement la menace. Mes jeunes années sont truffées d’erreurs inavouables et répréhensibles. J’ai payé des nettoyeurs professionnels pour effacer toutes les traces qui pourraient me nuire. Sauf que détruire l’intégralité des preuves compromettantes est tout bonnement impossible. Mes crimes ne pourront jamais complètement disparaître sous le poids des années qui défilent.

Toutefois, il se méprend. Je ne suis pas le genre d’homme qu’on peut tenir en laisse. Jon Gardner a du talent mais il est trop présomptueux. Il vient de commettre l’erreur de me laisser le temps d’organiser la riposte. Selon toute vraisemblance, ses preuves doivent avoir trait à mes addictions au sexe ou à la drogue. J’avais justement pensé lever le voile sur mon passé, dans un de mes films de campagne. A bien y regarder, ces égarements sont une force. Ils révèlent de moi une image plus authentique. Sans jamais sombrer dans le pathos, j’y livrerai mes blessures et mes manquements. C’est en comprenant les épreuves que j’ai traversées que l’on mesurera l’ampleur du chemin parcouru. Parce qu’il y a quelque chose de beau, dans ce revirement radical. J’ai trouvé la voie. La lumière. Au lieu de me nuire, ces aveux pourraient potentiellement m’aider à fédérer un nouvel électorat. Bien sûr, tout sera édulcoré, les pires crimes et perversions seront passés sous silence, et le tout sera savamment étudié pour toucher positivement le public.

Le véhicule freine et me ramène brusquement dans l’instant présent. Nous venons d’arriver à destination. Deux gardes du corps nous ont précédés, et ont déjà sécurisé le périmètre. J’observe ma montre : cinq minutes de retard. J’accorde beaucoup d’importance à la ponctualité, mais malheureusement, quelques impondérables sont venus perturber mon emploi du temps déjà surchargé. Rogner lourdement sur le déjeuner n’aura pas suffit à rétablir l’équilibre.






Jeudi 15 juillet 2021 | 15h06
Cabinet d’avocats Janowski & associés | Downtown | Shreveport


Je lisse mon costume gris anthracite Dolce & Gabbana en cachemire et soie, chemise blanche et cravate bleu cendré à chevrons. Une montre simple et élégante, ainsi que des boutons de manchette en argent massif complètent la tenue. J’attrape l’attaché-case en cuir noir abandonné sur la banquette arrière, puis pénètre dans le bâtiment d’une démarche assurée.

J’ai rencontré l’avocate il y a cinq ou six mois, dans une soirée select de la ville, accompagnée d’une jolie blonde dont la petite culotte mémorable a émoustillé des milliers d’américains. Le torchon people local “In Touch” s’en est donné à coeur joie pour spéculer sur les suites orgiaques à notre brève entrevue. Certes, ma plainte pour diffamation a peu de chances d’aboutir, mais je m’y contrains par principe, pour éviter d’entacher inutilement mon image publique. Bonnes ou mauvaises, ce ramassis de conneries me fait de la publicité, malgré tout. La médiatisation fait partie intégrante de mon métier. A moi d’apprendre à l’exploiter.

Par sécurité, j’ai attendu que le pseudo-scandale se tasse pour prendre rendez-vous avec l’avocate. Elle s’est probablement déjà renseignée sur mes partenaires habituels. Il est de notoriété publique que je travaille principalement avec le célèbre cabinet d’avocats Kirkland & Ellis, les mastodontes du secteur. De véritables requins. Propriété intellectuelle, litiges fiscaux, capital-investissement, alliances stratégiques, fusions-acquisitions, n’ont pas de secrets pour eux. Ils ont la puissance et les moyens d’une grosse structure, mais manquent parfois de flexibilité.

Cela dit, le dossier d’aujourd’hui traite de droit pénal, et pas en nom propre.

Dès que je franchis le seuil, une assistante me salue avec une politesse un peu guindée et un sourire avenant. Elle informe aussitôt sa patronne de mon arrivée avant de me proposer une boisson. J’opte pour l’eau minérale. Mon regard scrutateur s’attarde aléatoirement sur certains détails de décoration. L’intérieur est souvent révélateur de la personnalité de ses occupants. Mon examen cesse rapidement quand je comprends que tout a été agencé et pensé par des professionnels. Tout ici reflète un mélange de rigueur, de professionnalisme et d’élégance : assez cohérent pour un cabinet d’avocats.

Sauf que ce que je cherche est moins lisse... Je suis en quête de partenaires solides, aux dents longues et aux griffes acérées. Des gladiateurs prêts à se lancer avec fougue dans l'arène, déterminés à ne rien lâcher jusqu’à la mise à mort finale. Ambitieux et sans scrupules, ils doivent être prêts à user des flous juridiques et de stratagèmes détournés pour écraser l’ennemi. L’avocat qui connaît le juge m’intéresse bien davantage que celui qui connaît la loi. L’éthique et la justice sont des principes de faibles. Seul le victorieux écrira l’Histoire.

Au premier abord, Anna Janowski ne semble pas correspondre au profil que je recherche. Je l’admet sans honte : je n’ai pas pour habitude de faire appel à des femmes pour ce genre de mission. Son apparence ne respire pas la solidité : elle est fluette, et beaucoup trop jeune. Elle ressemble plutôt à ces avocates qui défendent avec émotion et sentimentalisme la veuve et l’orphelin. Et pourtant, sans réellement comprendre pourquoi, j’ai senti qu’elle avait le potentiel de me surprendre. Elle a un je ne sais trop quoi qui la rend réellement crédible. Quelque chose qui impose le respect. Moi aussi, je me suis renseigné sur elle. Ses résultats à Chicago sont époustouflants, bien au-delà des statistiques habituelles. Son positionnement politique a suffi à éteindre mes dernières craintes.

C’est elle qu’il me faut.

:copyright:️ 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Your soul is mine
Anna Janowski
Anna Janowski
Your soul is mine
The Greatest

En un mot : Perfection démoniaque
Qui es-tu ? : - Avocate vedette anti-CESS
- Ambition dévorante
- Démone qui se découvre
- Tortionnaire de la misérable petite Heidi

Facultés : Engeance d'Ishtar
Don de magnétisme conférant un charisme hors du commun
Association d’intérêt | ft Anna 97434189fd0a021a5da1e3756eb9ed0dfe2d3321
I have bloomed with roots in hell

Pseudo : Ulfhe
Célébrité : Emma Watson
Double compte : Tyler Frisk - Emma Zimmer
Messages : 405
Date d'inscription : 17/07/2021
Crédits : avatar : Jo-Tag, icons : Ethereal, image de profil /affiche : Pourpre
Lun 30 Jan - 8:33 (#)

Les claquements des touches du clavier se répercutent entre les murs de mon bureau tandis que je parfais une requête pour un dossier quelconque. Une affaire des plus banales qui m’occupe les mains et l’esprit en attendant un rendez-vous bien plus important qui rend cette journée piquante et savoureuse. Cette entrevue symbolise une nouvelle avancée dans ma renommée dans cette ville. Des mois de travail sans relâche, un investissement considérable en temps et en argent, une expansion sociétaire pour enfin commencer à attirer des clients d’envergure. Le début de quelque chose de grand. En relevant les yeux vers l’élégante horloge et les cliquetis étouffés de ses aiguilles, je constate que l’heure est dépassée. En d’autres circonstances j’aurais été agacée par un retard aussi minime fût-il, mais ma tolérance grandit avec l’importance de mes convives et je n’ai aucun mal à accepter qu’un homme tel que lui puisse avoir un emploi du temps des plus compliqué à gérer. J’ai été aussi surprise que ravie par son appel. Les gens ayant derrière eux un gros cabinet d’avocat rechignent souvent à faire appel à un autre, il s’agit là d’une opportunité pour voler un très gros client de Kirkland & Ellis, un bon moyen d’augmenter le prestige de mon nom dans cette ville. Il n’y a vraiment que des avantages.

Le combiné du téléphone s’allume et la voix de notre secrétaire d’accueil m’informe promptement de l'arrivée de mon estimé client. Un sourire satisfait se dessine sur mes lèvres tandis que je ferme les documents relatifs à mon autre affaire en cours avant de me lever de mon bureau pour aller l’accueillir. Mon regard croise celui de mon reflet dans le miroir décoratif à côté de mon bureau. Rapidement j’efface une légère trace de maquillage pour rendre le contour de mes lèvres de nouveau parfait et je recoiffe délicatement quelques mèches échappées. Le rouge de mes lèvres tranche avec le blanc virginal de ma robe d’affaire. Un vêtement sérieux sans être fade, féminin sans être outrancier. Un équilibre parfait pour un milieu d’homme où l’apparence compte terriblement. Après cette vérification qui n’a duré que quelques secondes tout au plus, j’ouvre la porte et mes pas me portent jusqu’à mon si important rendez-vous. Le claquement mat et profond de mes talons sur le parquet ciré me précède et déjà un sourire professionnel et aimable se peint sur mes traits. Il est bien rare que je me déplace jusque dans le hall pour saluer mes clients, mais un traitement particulier me semble adéquat pour le sénateur.

L’entrée s’ouvre devant moi et j’aperçois celui que j’ai rencontré de manière inattendue au cœur d’une soirée il y a quelques mois et qui peuple les interviews de presse et télévisés depuis bien plus longtemps encore. Le sénateur Hamilton n’a rien perdu de sa superbe et semble même bien plus à sa place ici dans ce lieu élégant que dans la boîte de nuit de notre première rencontre. Mon sourire s’étend encore, laissant entrevoir un contentement sincère. Avec un ton aussi charmant que professionnel, je le salue :

« Monsieur le sénateur. » Je lui tends une poigne distinguée mais ferme pour que l’on se serre la main et enchaine. « Nous sommes ravis de vous recevoir. Suivez-moi dans mon bureau, je vous prie pour que vous puissiez me dire le motif de votre venue. »

Déjà, je le précède, arpentant le couloir pour l'entraîner jusqu’à mon office. La secrétaire d’accueil nous suit, en tenant un verre et une bouteille d’eau minérale. Je laisse mon client me précéder dans mon bureau avant d'entrer à mon tour, suivie par la secrétaire d’accueil. Tandis que je fais signe au sénateur de prendre place dans le fauteuil confortable en face de mon bureau, je m’assois à ma place et l’assistante dépose le verre du côté de l’homme politique, le remplissant, puis laissant le reste de la bouteille d’eau près de lui avant de quitter les lieu en fermant la porte doucement. Une fois seuls, mon expression se fait sérieuse et mon ton décidé, mon attention entière se tournant vers ce l’affaire qu’il a à me présenter. Je croise mes mains et les pose sur mon bureau en demandant :

« Alors dites-moi, que puis-je faire pour vous ? »
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anna Janowski | I want it all
» Dancing Queen - Anna
» Anna Janowski (+1 318-644-4725)
» Feeling good | Anna & Heidi
» MORE OF THAT JAZZ - Anna, Heidi & Anaïs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: