Le Deal du moment :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le ...
Voir le deal

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sugar Mommy, la randonnée c'est ma vie (et mes collines ne demandent qu'à être explorées)
Medea Comucci
Medea Comucci
Sugar Mommy, la randonnée c'est ma vie (et mes collines ne demandent qu'à être explorées)
I will stop at Nothing

En un mot : Humaine. Profiler pour le FBI et consultante pour la NRD
Qui es-tu ? : A cinquante ans, je rassemble les bris de ma carrière explosée dix ans plus tot. Travailleuse acharnée, animée par un désir de vengeance qui me couple le souffle. Je ne m'arrêterais que lorsque ma Némésis sera morte ou sous les verrous. En parallèle, à la tête d'une cellule spéciale, je suis chargée d'incarcérer les CESS qui s'imaginent au dessus des Lois.
Facultés : J'attire les ennuis. Très facilement. Et souvent, je vais à leur rencontre.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=EUY2kJE0AZE
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Medea510
ASHES YOU WILL BE
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Mood10
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ 200.gif?cid=95b2794409d646be60a21e5e3ecc82c3d7e8c5cf8a51849c&rid=200
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Medea211
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Medea212
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Xmas_111
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ JgCo1RY
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ MmicoYd
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Product_11433288h
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Art-deco-onyx-and-diamond-pendant_2_90-1-12467

Pseudo : Mea
Célébrité : Morena Bacarrin
Double compte : Wynonna
Messages : 1790
Date d'inscription : 16/06/2021
Crédits : Carm/Kaidan
Sam 5 Aoû - 13:11 (#)

[suite de : https://ashes-arise.forumactif.com/t2416-come-un-pesce-nel-deserto-ciaran#98172  ]


Ciàran s'éloigne du banc, probablement nerveux, angoissé après ce qu’il vient de lui dire. Medea comprend. Plus qu’il ne peut le concevoir. Elle se relève avec grincement de ses articulations, elle est loin d’être détendue elle-même. Une main raidie repousse une de ses mèches loin de son front. Collaborer avec un Loup. Elle a besoin de réfléchir plus que cinq minutes sur ce que cela signifie pour elle. Une main vicieuse s’est emparée de ses tripes et ne le lâche plus. Tord. Plante les ongles. Tire. Un Loup nouveau-Né. Qui n’a probablement aucun contrôle sur ses émotions et ses sens récemment affutés. Qui doit encore peiner à comprendre ce que cela signifie que d’être un Lycanthrope. Elle peut l’aider. Sur certains aspects du moins. La question, centrale. Est ce qu’elle en a l’envie, encore le ressort? Est ce que c’est ce qu'il le souhaite ou il ne lui en parlé que pour éclaircir une  zone d’ombre de leur enquête commune? Trop de questions. Medea a toujours trop de questions.

Avant de le rejoindre, elle s’arrête pendant quelques minutes dans une officine qui délivre cafés, petit-déjeuner et gourmandises à gogo. L’odeur du sucre se mêle à l’amertume des grains fraîchement moulus. Elle refuse de compter combien de doses de caféine elle a déjà absorbé depuis son réveil autour de cinq heures du matin. Trop. Beaucoup trop. A grandes enjambées, elle rejoint son collègue à un feu rouge, attendant que le flot de voitures se tarisse pour traverser. Balançant les trois cafés à emporter, les deux sacs bruns encore tièdes des confiseries, elle s’adapte à son pas pendant qu’ils traversent. Cependant, avant qu’il ne puisse continuer vers la boutique, elle le guide vers le renforcement d’une porte cochère. Si le geste n’a rien d’agressif, il est cependant ferme. Elle a besoin de lui parler, bien qu’ils ne puissent pas entrer dans les détails.

Le visage de Medea est tourné vers le sien. De la patience. Une absence de peur à son égard. Elle ne craint pas qu’il perde soudainement le contrôle et la blesse. Qu’il ait partagé avec elle sa nouvelle nature ne change rien de fondamental dans ses rapports avec lui. De la douceur et de la compréhension. -Tu as raison, Ciàran, ce n’est pas le bon moment pour creuser de ce que tu viens de partager, mais j’ai trois choses à te dire. - Le Plus Tard est une promesse implicite.  Trois choses suffisamment importante à ses yeux pour justifier de mettre sur pause leur marche vers la boutique d’Eoghan. - premièrement, je ne dirais rien à Parton, Barrois ou quelconque autorité de la Nrd concernant ta nouvelle nature. Je te déconseille de le faire immédiatement. Secondement. -Sur le visage de la profiler, une compassion sincère et peut être une pointe de tendresse qui n’a pas forcément sa place, ils se connaissent encore mal. Cependant, Medea ne peut réprimer totalement ce qu’elle ressent et ne cherche pas non plus à le faire. -Je sais que c’est difficile à entendre, surtout si tu n’as pas choisi. -Vu l’attitude de Ciàran, elle doute que ce soit une morsure Volontaire. Plus tard, ce point. -Le Loup n’est Pas ton ennemi. Il n’agit pas dans le but de te faire mal ou de te nuire. Il est. Il existe, il n’a pas choisi cette condition plus que toi. Il est aussi prisonnier de toi que tu l’es de lui. Si vous apprenez à vous comprendre, à vous apprivoiser, il peut devenir ton plus solide, ton plus loyal allié. Je sais que c'est compliqué surtout au début, mais vous n'êtes pas deux entités séparées même si tu as l’impression que c’est le cas. -Elle se tait quelques secondes, lui permettant d’absorber ses paroles. Elle a au moins résolu une première interrogation. Si Ciàran veut son aide, il l’aura. Sans conditions, sans jeux, sans restrictions.  Dans tous les domaines. -Refuser le Loup, refuser de le connaître, de le laisser s’exprimer autrement qu’à la Pleine Lune vous conduira droit à la Folie. -Ce n’est même pas une menace. C’est une certitude. Elle l’a vu trop de fois se produire pour ne pas l’avertir. -La Tienne mais aussi celle du Loup. Et c’est souvent là que les agents de la Nrd interviennent, Cia. -Il doit en avoir conscience. Une pointe de malice s’invite dans son regard, dans la ligne de ses épaules. -Troisièmement. Mange!  Le Loup te consomme une quantité incroyable de calories. -Elle lui colle un des deux sachets dans les mains. Elle se décale, offrant davantage d’espace entre eux qu’elle avait réduit instinctivement. -En plus, un Loup qui a faim est incroyablement pénible! Tes émotions seront moins instables si tu as le ventre plein. Tu pourras mieux rester en contrôle si le Loup n’est pas à l'affût d’une proie à dévorer. Il te prête sa force, ses sens, sa solidité, donne lui de la bouffe et déjà, ce sera un premier pas entre vous.

Elle désigne le second sac et les cafés. -Il y a un peu de tout là-dedans. Je me suis dit que la moindre des choses en se pointant à l’ouverture, c’est de payer le petit-dej’ à Eoghan Underwood. -Medea se tait quelques secondes, avant de repartir vers la boutique qui doit tout juste ouvrir. -Je ne suis pas certaine qu’il soit ravi de voir débarquer deux agents de la Nrd, mais il n'est pas du genre à passer un café et des beignets, je pense. Ce n’est pas un thérianthrope. Il est intelligent, intuitif et je déconseille de le prendre pour un con, ça nous mènera nulle part. Si tu ne le connais pas, ne te laisse pas abuser par son phrasé pur Bayou, je pense qu’il en rajoute pour être sous-estimé.

Elle passera sur le fait qu’il est séduisant, gouailleur, données subjectives qui n’ont pas d’impact sur leur enquête. Avant d’entrer dans la boutique, elle tourne légèrement la tête vers son collègue. -Tu prends le lead des questions ou je le fais? L’un ou l’autre me va. Mais vu que c’était dans ta voiture, c’est peut être mieux que si tu t’en charges?
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Ciàran Moore
Ciàran Moore
Cannot a Beast be tamed
ASHES YOU WERE

En un mot : Jeune loup-garou instable qui déteste sa nature. Enjoy.
Qui es-tu ? : Né à Belfast, a quitté l'Irlande avec son frère suite à la possession de leur père, le meurtre de leur mère et la disparition de leur sœur en 2007. Est devenu flic en 2010, puis a rejoint le PASUA en 2012. Mordu par son jumeau à l'automne 2021, transformé en lycan.
Facultés : Ceux d'un loup-garou tout juste mordu
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ 3832b10a3ad058297440bfacfb6ffe33285516eb
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Nymphide
Célébrité : Ben Barnes
Messages : 477
Date d'inscription : 15/05/2023
Crédits : Neverland
Dim 27 Aoû - 15:42 (#)

J'ai peut-être commis une erreur... J'y réfléchis depuis un moment pourtant, pesant le pour et le contre, incertain sur la bonne décision à prendre. C'est un pari risqué que de faire confiance à Medea, mais rien ne m'incite à ne pas le faire non plus. Alors je balance ma bombe, profitant du moment, conscient qu'on n'avancera pas sur cette fichue affaire si je ne lui donne pas toutes les cartes que je possède en mains. Et ma nouvelle nature est sans doute une pièce centrale, ce qui me terrifie, autant que ça m'interpelle. Qui est au courant ? Qui joue ainsi avec nous ? Je quitte le banc, agité, ne souhaitant pas parler davantage de cette confession. Sans doute que cela va frustrer ma collègue, mais je pense qu'elle a eu assez à faire avec les thérianthropes pour savoir comment traiter avec eux... j'ose l'espérer du moins. J'ai conscience aussi de la fuir en agissant ainsi, me mettant en route vers notre prochaine destination. Sans l'attendre. Cela lui laisse aussi le temps de digérer la nouvelle. Elle a collaboré des années avec un loup, et cela a très mal fini. Le destin joue parfois de drôles de tours et j'ai l'impression qu'il n'y a finalement aucun hasard... Je déteste cette idée de la renvoyer à une expérience douloureuse. Et que quelqu'un le sache et s'en amuse. Mais je ne suis pas un assassin, ni un psychopathe. Les circonstances sont différentes. Et je ne suis pas cet autre qui l'a trompée. J'espère qu'elle saura s'en souvenir et marquer la différence.

Elle finit par me rejoindre, les bras chargés de café et de nourriture. Je peux les sentir. Mais subitement, la jeune femme m'enjoint de dévier de ma route bien tracée pour me prendre à part dans un coin. Ah... Mon cœur se met à battre plus vite, conscient qu'elle ne fait pas cela sans aucune raison et qu'elle va évoquer ce que je lui ai confié quelques instants plus tôt. Je prends une ample inspiration, essayant de calmer l'agitation qui commence à s'emparer de moi. Elle me regarde droit dans les yeux, déterminée. Au moins ne fuit-elle pas et n'éprouve-t-elle aucune peur. En même temps, il en faut davantage pour impressionner une femme comme elle. Elle n'en serait pas là si c'était le cas.

Je ressens un soulagement brutal quand elle commence en évoquant son silence total me concernant, surtout avec nos collègues ou supérieurs. Et son conseil ne fait que renforcer ma propre conviction : garder le secret pour le moment, faire comme si de rien n'était. Et peut-être qu'avec la complicité de la jeune femme, cela pourra durer plus longtemps que prévu. Je me retiens de lui demander pourquoi cependant... Elle les connaît. Cela serait sans doute difficile pour moi de continuer à exercer dans ces conditions. Peut-être même y a-t-il eu des précédents ? Je garde ces questions pour plus tard. Le second conseil, en revanche, me fait renifler alors qu'une ombre passe dans mes yeux. Parler du Loup reste un sujet sensible, beaucoup trop et ses paroles font trop écho à celles de Sam. Ils ont raison, je le sais, mais cela ne m'enchante pas. La Bête est bien enfermée à l'intérieur. Heureusement que nous sommes en journée. Elle peut sans doute déchiffrer sur mon expression tout mon scepticisme là dessus. Et que je n'ai pas envie de parler de ça. Je me contente de pincer les lèvres et de hocher la tête. Elle appuie son propos en rappelant les conséquences d'étouffer son loup... La Folie. Et je songe à mon frère, qui a encore plus de difficultés que moi et gère cela seul, refusant de se rapprocher de la Meute ou d'une quelconque loup-garou pour apprendre... « Je sais. » Et il n'est pas question que des collègues en arrivent à devoir me mettre hors d'état de nuire. Ou que Samuel s'en charge de son côté. Tellement de personnes pour empêcher les débordements...

Elle détend un peu l'atmosphère en me donnant un dernier conseil sur l'appétit. « Ca, j'ai remarqué oui. » Manger... Mon appétit s'est développé de façon très significative. Elle me fourre un sachet dans les mains, que j'ouvre avec curiosité. Et je me remets à respirer quand elle s'écarte, prenant conscience que j'étais quasiment en apnée, en alerte, même, alors qu'elle était si proche de moi. Trop proche. « Au moins, cela me fait une bonne excuse pour être chiant. » Comme les femmes avec leurs règles, non ? Je retiens un commentaire à ce sujet et enfourne un beignet dans ma bouche, gracieusement offert par ma collègue. « Attention tu vas devenir ma collègue préférée si tu me donnes de mauvaises habitudes. » Mais mon sourire s'évanouit quand elle précise que le reste est aussi pour l'homme que nous allons voir. Dommage. « Tu es trop bien élevée. » Je penche un peu la tête : « Ou trop maligne. » Cela peut le mettre dans de bonnes dispositions après tout. Et rendre la visite moins... formelle. Et en effet, elle le confirme alors qu'elle se dirige vers la boutique. « Je te laisse le mettre à l'aise, tu as l'air de le connaître un peu. Je ferais attention. » Ainsi donc, il se ferait passer pour un péquenaud pour mieux dissimuler son intelligence ? Ce ne serait pas le premier. J'espère juste le comprendre. Je ne suis pas du coin, et même après une décennie ici, il y a parfois des expressions qui m'échappent. « Je l'interrogerais quand tu l'auras mis dans de bonnes dispositions. »
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ۰ Se faire péter la vitrine : bien plus qu'un métier, une passion. Featuring : Dramaking
Eoghan Underwood
Eoghan Underwood
ADMIN ۰ Se faire péter la vitrine : bien plus qu'un métier, une passion. Featuring : Dramaking
⛤ SMALLTOWN BOY ⛤

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ 1E5CfUE Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ AoZyjkn Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ BvRyGpi

"This is not the right way."

En un mot : Sorcier venimeux ondulé de la toiture. Gosse du bayou.
Qui es-tu ? :
"Let it spread like a disease."

⛤ Maître des arcanes, sorcier à l'essence écarlate. 37 ans de vice (et râles) et de chair corrompue. Manipulateur d'hormones, télépathe patenté.
⛤ Second, bras droit de Circé van derr Ven dans la secte de l'Irae. S'y démarque pour sa loyauté ciselée par les griffes de Morgan Leroy (missing). Mais les failles perlent.
⛤ Incube de Louisiane ; fils de ces terres marécageuses, du bayou poisseux et des routes cahoteuses. Né à Bâton-Rouge, n'a connu que Shreveport et les frontières de son État.
⛤ Né seul homme dans la famille des sorcières irlandaises Mulligan. Privé de père (tué) par la harpie noire : élevé par Sylia Mulligan, descendant du Rouge de sa grand-mère Julianna.
⛤ Cauchemar des femmes ; nourrit sa magie (Rougeoyante) des hormones sexuelles de ses partenaires, ainsi que des émotions primaires.
⛤ Traître à ses passions, criminel et meurtrier de Johanna Andros (missing). Pourfendeur d'amitiés, éternel débiteur, clébard soumis à ses attaches.
⛤ Ne vit que pour les Mardi-Gras de New Orleans ; caresse le rêve de s'y installer un jour dans son propre "shotgun", malgré le fantôme de Katrina.
⛤ Mystique, déchiré entre deux hommes : partagé entre le sorcier et l'humain, entre la sagesse et une ire destructrice. Le latin s'efface sans mal sous l'accent du Sud, coriace sous sa langue.
⛤ Commerçant du Downtown (Crawling life), antre de ses serpents vénérés, lézards et autres reptiles, dont il cède les corps, les soins et les cages de verre.
⛤ Pratique à l'arrière de sa boutique, dans un laboratoire farouchement défendu et protégé par les runes. Recèle secrets et savoirs, expérimentations douteuses et dangereuses.
⛤ Mauvais mentor. L'une de ses apprenties en a subi les conséquences. Guide de Morgane Wuntherson et d'Halina Meyer. Meilleur ami indigne de Vinzent Henkermann et cousin de Shannon Mulligan.
⛤ Pacte tissé avec Scox : Prince démon s'étant dissimulé derrière les brumes de Baal. Immortalité odieusement acquise, âme vouée à obéir et marcher aux côtés des Antiques.
38 ans d'âge réel ; 36 ans d'apparence.

⛤ ENAE VOLARE MEZZO ⛤

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ KOVXegv Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ WZKlL7H Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ J8B1rxa

"I put a spell on you."

Facultés : ⛤ La Rougeoyante s'infiltre dans les corps et y bouleverse les hormones ; flèche apollonide : distille poison, fléau, mort, mais aussi fièvre rouge saphique. Chaos total.
⛤ Télépathe raisonnable : ne s'infiltre de préférence que dans les esprits des humains misérables. Capable de communiquer en pensée avec quiconque lui ouvre les grilles de son esprit. Savant fou ; capable désormais de connecter sa psyché aux êtres muets, cobras et crotales comme cobayes, corbeaux et autres créatures rampantes.
⛤ Herboriste né, sa maîtrise des potions n'a d'égale que celle de son mentor maternel. Capable d'élaborer des philtres complexes ; créateur infatigable de breuvages en tous genres.
⛤ La Rougeoyante se défend et protège son hôte plus férocement qu'elle n'attaque : limitée par la nécessité d'un contact physique. Sorcier doué au corps-à-corps, secondé par son aisance au maniement d'athamés et autres lames rituelles.
⛤ Chercheur d'artefacts, quémandé des Longue-Vies : détisseur de leurs malédictions et autres mauvais sorts.
Thème : The Way ⛤ Zack Hemsey.
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ KL9jJO9
⛤ VENGEANCE ⛤

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ ZfHtADc Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Jq60QrG Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ MaP8TbX

"Before I die alone."

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ GIeraGW
Pseudo : Nero
Célébrité : Ian Somerhalder.
Double compte : Sanford R. De Castro, Aliénor Bellovaque, Ian C. Calloway & Gautièr Montignac.
Messages : 5915
Date d'inscription : 09/06/2017
Crédits : Lune noire (ava') ; Amiante (signa')
Jeu 5 Oct - 2:37 (#)


The Plague
L’heure n’était plus au commerce. De nouveau, un vent d’incertitude faisait trembler toutes les boutiques du Downtown. Après plusieurs mois d’une prospérité fragile mais retrouvée, ce troisième jour voyait abonder les faits divers, tous plus interpellant les uns que les autres. Le corps à moitié penché sur son comptoir, le sorcier ne cessait de faire défiler les flux vidéo sur son smartphone via un pouce nerveux. Il n’en décollait plus, depuis que l’alerte générale avait été lancée entre les membres de l’Irae. Circé était tendue, appelant tous ses arcanistes à une solidarité inébranlable, à une vigilance permanente, et à une communication qui leur permettrait peut-être de survivre à une prochaine attaque. Cette fois, il n’était plus question d’une vengeance de la part de l’Eglise Wiccane. Les signes fusaient de partout, semblaient s’en prendre au quidam moyen comme à l’homme politique, bien qu’Eoghan ait remarqué très vite la manière dont ces derniers cherchaient à tamiser les flammes pour les uns, comme à les amplifier pour les autres. Shreveport une fois de plus dans la tourmente, il n’avait pas eu autant envie de décamper d’ici depuis longtemps. En outre, rien ne faisait sens : ni les cibles aussi multiples, ni les origines obscures des commanditaires ; personne, nulle part, ne semblait avoir revendiqué ces actions. De son côté, il n’avait cessé de rentrer en contact avec sa mère, durant ces soixante-douze dernières heures. Il envisageait même d’aller vivre chez elle quelque temps, certainement pas rassuré de la savoir vivre seule dans son bungalow en dur de Mansfield. Ce serait un sacrifice douloureux, mais qu'il espérait bref et qui lui vaudrait au moins de pouvoir s’endormir sans la crainte d’ignorer ce qu’il se passait dans le quartier. Prêt à en découdre, il n’était pas dit que des anti-CESS s’adonneraient à cœur joie au massacre de surnat’ sur son territoire sans réaction. Dans ces moments-là, son appartenance à la secte valait bien les heures infinies passées à ressasser son implication dans leur organisation criminelle. Isolé, il n’aurait eu qu’à prier ses dieux endormis et à espérer rester tapi dans son antre comme du gibier affolé.

Le calme de la boutique, quant à lui, ne trahissait rien du désordre à l’extérieur. Même l’avenue, en soi, n’était pas plus changée qu’à l’ordinaire. Les visages s’étaient légèrement refermés, les passants marchaient un poil plus rapidement, mais rien d’hystérique, dès lors. L’hystérie, c’étaient tous les médias télévisés qui s’en donnaient à cœur joie. C’était à croire que l’état de chaos leur avait manqué. On recommençait déjà à aborder la question de décrets liés à la sécurité, rappelant les heures sombres de la cité verrouillée par des couvre-feux, et autres méthodes plus ou moins justifiées et justifiables pour assurer la protection des citoyens.

Il se redressait à peine, quand la porte s’ouvrit pour laisser passer deux silhouettes. Lorsqu’il reconnut Medea, ses traits déjà tirés se tendirent un peu plus, et la ligne de ses épaules laissa parler un voile de méfiance, qu’il aurait balayé d’un rictus sans l’arrivée d’un deuxième personnage, inc… non, pas inconnu. Cette fois, il tomba des nues. Que faisait la Comucci aux côtés d’un homme dont les traits lui disaient quelque chose ? Désagréablement, quelque chose. Il ne parvint pas immédiatement à mettre un nom ni un souvenir sur lui, et n’eut pas tout de suite le réflexe de vouloir lire son aura. Tout ce sur quoi il devait se concentrer, c’était la raison pour laquelle une flic débarquait chez lui alors que Shreveport replongeait dans une ambiance de cauchemar. Et pas seule. Il dégaina sa meilleure arme en l'objet d'un ris sarcastique, tout en désignant la femme plus si jeune du menton. Inconscient de l’instinct remarquable de l’Italienne qui l’avait cerné avec une stupéfiante justesse, Eoghan lâcha la bride d’un accent du Sud un brin railleur.

« J’sais pas c’qui vous amène de bon matin, mais j’espère qu’c’est pas un nouveau règlement d’comptes avec un des péqu’nauds d’ma connaissance, parce que j’ai pas l’temps pour ces conneries. » Maître en son royaume, il s’approcha, d’une démarche chaloupée et nonchalante à laquelle succéda une main tendue vers Medea. « Mais à voir votre élégance, j’pense pas qu’on soit r’parti pour une excursion dans le bayou, hein ? » Il n’oublierait jamais cette scène magistrale de mise à l’eau et, beau joueur, lui offrit un sourire en coin marqué d’un signe d’assentiment : elle était la bienvenue, même s’il craignait qu’elle ne trimballe une mauvaise nouvelle dans son sillage. Puis, il posa les yeux sur l’homme qui l’accompagnait, une fois de plus troublé par la familiarité qu’il lui évoquait. « On s’connaît, non ? » Il hésita, puis lui tendit la main à son tour, peu désireux de faire preuve d’hostilité sans être sûr de savoir à qui il avait affaire. Il profita de sa proximité pour enfin jouer de son don, ses prunelles brillant un peu plus en découvrant la couleur on ne peut plus reconnaissable d’un garou planqué sous ses fringues bien humaines. De sympathique et complice, sa mine se fit sibylline, presque amusée, avant qu’il ne leur tourne le dos pour les inviter à s’avancer plus loin dans la pièce, près du comptoir contre lequel il s’accouda, croisant ses chevilles. « Qu’est-ce que j’peux faire pour vous ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





Louisiana Burning

Revenir en haut Aller en bas
Sugar Mommy, la randonnée c'est ma vie (et mes collines ne demandent qu'à être explorées)
Medea Comucci
Medea Comucci
Sugar Mommy, la randonnée c'est ma vie (et mes collines ne demandent qu'à être explorées)
I will stop at Nothing

En un mot : Humaine. Profiler pour le FBI et consultante pour la NRD
Qui es-tu ? : A cinquante ans, je rassemble les bris de ma carrière explosée dix ans plus tot. Travailleuse acharnée, animée par un désir de vengeance qui me couple le souffle. Je ne m'arrêterais que lorsque ma Némésis sera morte ou sous les verrous. En parallèle, à la tête d'une cellule spéciale, je suis chargée d'incarcérer les CESS qui s'imaginent au dessus des Lois.
Facultés : J'attire les ennuis. Très facilement. Et souvent, je vais à leur rencontre.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=EUY2kJE0AZE
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Medea510
ASHES YOU WILL BE
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Mood10
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ 200.gif?cid=95b2794409d646be60a21e5e3ecc82c3d7e8c5cf8a51849c&rid=200
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Medea211
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Medea212
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Xmas_111
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ JgCo1RY
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ MmicoYd
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Product_11433288h
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Art-deco-onyx-and-diamond-pendant_2_90-1-12467

Pseudo : Mea
Célébrité : Morena Bacarrin
Double compte : Wynonna
Messages : 1790
Date d'inscription : 16/06/2021
Crédits : Carm/Kaidan
Mar 5 Déc - 9:23 (#)

Ils sont sur une enquête difficile et qui s’annonce personnelle. Le lien avec le Vaudou et Ciaràn n’est pas à prendre à la légère, c’est à son sens le cœur même des dégradations qui ont été commises dans son véhicule et chez elle. L’articulation avec le chien-loup s'affine avec la nouvelle connection, Medea est de plus en plus convaincue qu’elle n’est qu’un dommage collatéral, qu’elle n’est impliquée que pour son statut d’expert en Thérianthrope qui n’a rien d’un mystère pour qui patouille dans le milieu. La cible principale est le jeune Loup-Garou. A qui elle vient de conseiller de garder ce secret vis à vis de leur hiérarchie. Viscéralement, elle est persuadée que c’est le bon choix. Rationnellement, une voix plus froide et calculatrice lui indique que si les pontes de la Nrd apprennent qu’elle a gardé un secret d’une telle ampleur, le phoenix de sa carrière va crever dans une vague de Napalm sans merci.

Comment regretter ce choix face à lui, quand une partie de sa tension libère ses épaules et que sa colonne vertébrale semble se redresser dans un même mouvement? Il n’est pas prêt à  en discuter avec Barrois, c’est lisible dans son attitude. Récemment, à quel point, Ciaran Moore? Elle n’a pas le temps de creuser ces détails, qui ont leur importance. Une ombre de sourire touche les prunelles sombres de la profiler. Il n’aime pas l’idée que son Loup soit aussi piégé que lui. Il ressemble, une seconde, à un enfant petulant, à qui on explique que les légumes sont bons pour sa santé. Si jeune et porteur d’un fardeau qu’il n’a pas choisi. Il n’est pas le Seul. Il devra apprendre. La brièveté de sa réponse accentue le peu d'entrain à discuter de ce sujet, il obtient un sursis, elle ne creusera pas maintenant

Sans l'acculer, elle le jauge. Espère de tout cœur qu’il n’a pas abandonné derrière lui un chemin  sanglant de cadavres à moitié dévoré, pourrissant dans un coin de Shreveport. Sur ce point, elle est lucide. Si le jeune homme pète un cable sous la pression, en dissimulant sa nature à la Nrd, elle est complice de ses crimes. Qui auraient pu être évités en le plaçant sous… observation. Le rejet, l’écoeurement qu’elle ressent à cette idée est peut-être visible sur les traits de l’italienne. Dans la manière dont elle rajuste la lanière de son sac à main. C’est terminé. Elle ne condamnera aucun autre Thérianthrope aux douces scrutations des blouses blanches du Pasua. Que Kaidan continue d’être un cobaye est un rappel suffisant de ses erreurs passées. Pas pour la première fois, pas pour la dernière fois, elle se demande pourquoi elle s’acharne à vouloir lier sa carrière à cette institution dont les méthodes lui sont de moins en moins tolérables. Vaffanculo.

Parce que la tension de ce simple échange est bien trop haute alors qu’ils vont devoir s’entretenir avec un homme dont la sagacité est bien affûtée, elle recule, sort de son espace personnel et lui offre la seule consolation dont elle dispose en si peu de temps. De la bouffe. Ciaràn s’empare des deux. Des beignets et de cette légèreté quelque peu artificielle mais dont ils ont besoin. -T’es Irlandais, Tesoro, depuis quand tu as besoin d’une excuse? C’est pas dans ton sang, d'être pénible? -Une moue expressive quand il en rajoute. -Il y a pire comme sort. Tu me fournis en café et en clope de temps en temps, et on est quitte. -Ce qu’il ne réalise pas forcément, c’est que c’est dans l'intérêt de Medea de rester proche de lui. De l’épauler avant que la Volonté du Loup ne fracasse ses barrières mentales. Pas seulement. Un agent de la Nrd qui se rapprocherait de l’impénétrable Meute… et sous les meilleurs prétextes, ne serait ce pas un excellent moyen de savoir si un autre Garou n’a pas rejoint ses rangs les mois ou années précédentes? A quel point elle peut faire pression sur Miller pour le convaincre de rencontrer l’agent? En toute coïncidence, bien sûr. Medea finit par croquer dans un beignet à son tour. Lasse, lasse, lasse de ses propres obsessions, de ne voir les personnes qui l’entourent que comme des pions, même quand elle les apprécie. Trop vieille pour ces conneries. Planifier les prochaines minutes de leurs interactions avec Underwood l’arrache à cette roue de hamster. Eoghan n’est pas un ennemi, il le lui a prouvé aisément, de là à le considérer comme un ami, elle ne peut en être certaine. -Je ne le connais pas beaucoup, mais assez pour l’aborder avec une certaine prudence. Ceci dit, j’aurais tendance à l’apprécier. Je te laisse juge du caractère, tu te fera ta propre opinion.

Pas le temps pour une nouvelle cigarette, juste celui d’achever la pâtisserie et d’essuyer les paillettes de sucre accrochées à ses lèvres. Au vu de l’heure matinale, ils sont seuls dans la boutique quand ils passent la porte. Elle tente de ne pas avoir l’air menaçante, mais c’est toujours une atmosphère particulière que de voir deux agents de la Nrd débarquer dans sa boutique, elle suppose. En particulier quand il est évident qu’ils ne sont pas là pour le plaisir. Pas alors que le commerce vient juste d’ouvrir. Medea coule un regard amusé vers son collègue aux premiers mots du louisianais, qui vient de démontrer brillamment ce qu’elle venait de lui expliquer à son sujet avant de s’infliger un immense facepalm mental en prenant conscience de la teneur de ses propos. Elle ne doute pas une seconde que ce rappel précis de leur première rencontre soit absolument volontaire. Offrant ainsi un éclairage détaillé sur ces circonstances à Ciaràn. Depuis quand un agent senior du Fbi ou de la Nrd est censé s’empêtrer dans des règlements de comptes, et dans le Bayou? Grognement mental. Bien, ça commence très bien, tout ça. -Pas ce matin, mais après tout, la journée est jeune, qui sait ce que nous réservent les prochaines heures? Enchère- t-elle avec un certain aplomb, refusant de se laisser déstabiliser. De plus, elle ne ressent pas de malice réelle dans ses propos, juste une pique pour rappeler qu’il est sur son terrain. Medea prend la main tendue et la serre sans affectation. Il ne leur est pas hostile, offre de bienvenue à sa manière. Le sourire de l’italienne est jumeau du sien, ils se comprennent.

Elle s’efface et fait quelques pas dans la boutique, admirant les différents terrariums, permettant à Eoghan d'accueillir Ciaràn, se tournant vers les deux hommes à la remarque du commerçant. Suivant l’invitation muette, elle dépose son sac et en sort les cafés et les beignets, tendant un mélange des deux vers Eoghan, avant d’inviter silencieusement le Garou à se servir  -Qu’est ce que vous diriez d’un petit déjeuner informel, pour commencer? -De quoi lui confirmer que quelques soient les raisons de leur présence, il n’est pas suspect. -On a besoin de votre expertise concernant une enquête récente. -De quoi piquer sa curiosité en prime.
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Ciàran Moore
Ciàran Moore
Cannot a Beast be tamed
ASHES YOU WERE

En un mot : Jeune loup-garou instable qui déteste sa nature. Enjoy.
Qui es-tu ? : Né à Belfast, a quitté l'Irlande avec son frère suite à la possession de leur père, le meurtre de leur mère et la disparition de leur sœur en 2007. Est devenu flic en 2010, puis a rejoint le PASUA en 2012. Mordu par son jumeau à l'automne 2021, transformé en lycan.
Facultés : Ceux d'un loup-garou tout juste mordu
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ 3832b10a3ad058297440bfacfb6ffe33285516eb
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Nymphide
Célébrité : Ben Barnes
Messages : 477
Date d'inscription : 15/05/2023
Crédits : Neverland
Jeu 14 Déc - 17:13 (#)

Cette discussion avec Medea n'est pas sans apporter un peu de sécurité alors qu'elle semble vouloir garder mon secret et m'enjoint de ne rien divulguer à nos supérieurs. Pour autant, même si toute cette enquête est liée à ma transformation récente, j'ignore pourquoi je serais pris pour cible. Quelle importance puis-je avoir ? Aucune. Que Medea y soit mêlé est incompréhensible. Rien n'a de sens pour le moment. J'ignore si l'homme que nous allons voir saura nous éclairer sur ce point. Mais je me sens un peu moins nerveux maintenant qu'elle sait et qu'elle peut davantage comprendre les indices laissés chez elle dans ce vandalisme sans aucun sens. Elle m'offre un peu de réconfort, que ce soit en paroles ou via de la nourriture, alors que mon corps s'affame beaucoup trop vite à mon goût, n'étant jamais réellement rassasié. Elle se permet un petit trait d'humour qui me fait sourire malgré moi. « Quel préjugé. Je te pensais au delà de ça. » Je hausse un sourcil quand elle me propose un marché... Ma foi, qui n'a rien d’exorbitant. « C'est honnête. »

Et nous en revenons à la raison de notre petite escapade : l'homme qui est spécialisé dans les reptiles. Merveilleux. Une connaissance de Medea. Juste ça ? A quel point peut-on lui faire confiance ? Elle ma répond ne pas le connaître tant que ça, mais apprécier le bonhomme. Hum... C'est un peu maigre et même si l'intuition n'est pas à délaisser dans un coin, mieux vaut ne pas se laisser totalement guider par elle. Je termine mon beignet, attends qu'elle ai terminé sa cigarette pour la suivre jusqu'à la boutique, qui est déserte, tant mieux pour nous.

J'observe l'homme qui s'y trouve et qui lève les yeux, d'abord sur Medea, un peu méfiant, puis sur moi. Son expression n'est pas vraiment neutre et je ne sais qu'en penser, alors qu'il nous accueille... Et que j'ai des difficultés à comprendre tout ce qu'il raconte tant l'accent est prononcé... Sciemment ? Je n'ose croire qu'un commerçant qui vive ici n'a pas réussi à se débarrasser de ce genre d'accent impossible à comprendre. Surtout qu'il a l'air jeune, ce n'est pas un vieillard qui a vécu toute sa vie dans le bayou et n'en sort que pour ses vieux jours. Le comprendre me demande toute ma concentration. Il salue d'abord Medea, avant de se tourner vers moi... Je fronce les sourcils quand il me demande si on se connaît. Non, je m'en souviendrais. Ce n'est clairement pas moi qu'il connaît et... Je pousse un soupir dépité. Aodh. Putain, si il a eu à faire à Aodh, je suis mal barré. Quoique, je ne me suis pas fait menacer directement, donc si c'est le cas, cela ne s'est peut-être pas si mal passé ? J'ai un faible espoir mais bon... Je saisis la main tendue, avant de secouer la tête : « Non. Je m'en souviendrais. Ciàran Moore, agent du PASUA.» Réponse sibylline alors que je n'ai pas très envie de m'appesantir sur le sujet de mon frère. Je ne sais pas si l'homme fait semblant d'avoir un doute ou s'il a vraiment des petits soucis de mémoire, mais je n'ai pas envie de la lui rafraîchir pour le moment. Ce n'est pas ce qui m'amène.

Il n'est pas hostile, mais il a un petit air goguenard qui me met un peu en alerte et me tend. Medea intervient cependant en proposant un petit déjeuner pour ouvrir la discussion. Ce n'est pas comme si je ne venais pas de manger, mais ce n'est pas grave, j'ai encore faim. Je renchéris derrière Medea : « Vandalisme, qui semble lié au vaudou. D'après ma collègue, vous êtes un expert en reptiles. Nous en aurions trois à vous faire examiner. » J'ai les photos avec moi, mais j'attends de voir la réponse d'Underwood avant de pousser plus avant... Voire même de l'embarquer pour les voir des ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
ADMIN ۰ Se faire péter la vitrine : bien plus qu'un métier, une passion. Featuring : Dramaking
Eoghan Underwood
Eoghan Underwood
ADMIN ۰ Se faire péter la vitrine : bien plus qu'un métier, une passion. Featuring : Dramaking
⛤ SMALLTOWN BOY ⛤

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ 1E5CfUE Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ AoZyjkn Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ BvRyGpi

"This is not the right way."

En un mot : Sorcier venimeux ondulé de la toiture. Gosse du bayou.
Qui es-tu ? :
"Let it spread like a disease."

⛤ Maître des arcanes, sorcier à l'essence écarlate. 37 ans de vice (et râles) et de chair corrompue. Manipulateur d'hormones, télépathe patenté.
⛤ Second, bras droit de Circé van derr Ven dans la secte de l'Irae. S'y démarque pour sa loyauté ciselée par les griffes de Morgan Leroy (missing). Mais les failles perlent.
⛤ Incube de Louisiane ; fils de ces terres marécageuses, du bayou poisseux et des routes cahoteuses. Né à Bâton-Rouge, n'a connu que Shreveport et les frontières de son État.
⛤ Né seul homme dans la famille des sorcières irlandaises Mulligan. Privé de père (tué) par la harpie noire : élevé par Sylia Mulligan, descendant du Rouge de sa grand-mère Julianna.
⛤ Cauchemar des femmes ; nourrit sa magie (Rougeoyante) des hormones sexuelles de ses partenaires, ainsi que des émotions primaires.
⛤ Traître à ses passions, criminel et meurtrier de Johanna Andros (missing). Pourfendeur d'amitiés, éternel débiteur, clébard soumis à ses attaches.
⛤ Ne vit que pour les Mardi-Gras de New Orleans ; caresse le rêve de s'y installer un jour dans son propre "shotgun", malgré le fantôme de Katrina.
⛤ Mystique, déchiré entre deux hommes : partagé entre le sorcier et l'humain, entre la sagesse et une ire destructrice. Le latin s'efface sans mal sous l'accent du Sud, coriace sous sa langue.
⛤ Commerçant du Downtown (Crawling life), antre de ses serpents vénérés, lézards et autres reptiles, dont il cède les corps, les soins et les cages de verre.
⛤ Pratique à l'arrière de sa boutique, dans un laboratoire farouchement défendu et protégé par les runes. Recèle secrets et savoirs, expérimentations douteuses et dangereuses.
⛤ Mauvais mentor. L'une de ses apprenties en a subi les conséquences. Guide de Morgane Wuntherson et d'Halina Meyer. Meilleur ami indigne de Vinzent Henkermann et cousin de Shannon Mulligan.
⛤ Pacte tissé avec Scox : Prince démon s'étant dissimulé derrière les brumes de Baal. Immortalité odieusement acquise, âme vouée à obéir et marcher aux côtés des Antiques.
38 ans d'âge réel ; 36 ans d'apparence.

⛤ ENAE VOLARE MEZZO ⛤

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ KOVXegv Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ WZKlL7H Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ J8B1rxa

"I put a spell on you."

Facultés : ⛤ La Rougeoyante s'infiltre dans les corps et y bouleverse les hormones ; flèche apollonide : distille poison, fléau, mort, mais aussi fièvre rouge saphique. Chaos total.
⛤ Télépathe raisonnable : ne s'infiltre de préférence que dans les esprits des humains misérables. Capable de communiquer en pensée avec quiconque lui ouvre les grilles de son esprit. Savant fou ; capable désormais de connecter sa psyché aux êtres muets, cobras et crotales comme cobayes, corbeaux et autres créatures rampantes.
⛤ Herboriste né, sa maîtrise des potions n'a d'égale que celle de son mentor maternel. Capable d'élaborer des philtres complexes ; créateur infatigable de breuvages en tous genres.
⛤ La Rougeoyante se défend et protège son hôte plus férocement qu'elle n'attaque : limitée par la nécessité d'un contact physique. Sorcier doué au corps-à-corps, secondé par son aisance au maniement d'athamés et autres lames rituelles.
⛤ Chercheur d'artefacts, quémandé des Longue-Vies : détisseur de leurs malédictions et autres mauvais sorts.
Thème : The Way ⛤ Zack Hemsey.
Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ KL9jJO9
⛤ VENGEANCE ⛤

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ ZfHtADc Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ Jq60QrG Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ MaP8TbX

"Before I die alone."

Qui sont ces serpents qui sifflent sur nos têtes. ~Ciàran~ Eoghan ~ GIeraGW
Pseudo : Nero
Célébrité : Ian Somerhalder.
Double compte : Sanford R. De Castro, Aliénor Bellovaque, Ian C. Calloway & Gautièr Montignac.
Messages : 5915
Date d'inscription : 09/06/2017
Crédits : Lune noire (ava') ; Amiante (signa')
Mar 20 Fév - 22:33 (#)


The Plague
Du coin de l’œil, il observa la débauche de sucre et de gras que déposa Medea sur le comptoir. Il ricana en sourdine. Si ça, ce n’était pas une tentative de corruption carabinée, il ne s’y connaissait pas. Il n’était pas étonné le moins du monde. Medea semblait être de ce genre-là,et il n’aurait pas été surpris d’apprendre que, même dans l’intimité, elle était du genre à atteindre le cœur d’un homme en passant par son estomac. Néanmoins, il semblait effectivement que ce soit bon signe. On n’arrêtait pas un suspect sur fond de petit-déj sur un bout de zinc dans une boutique de reptiles. Rapidement, la profiler exposa ses intentions, et le regard du sorcier, presque aussi froid que celui de ses pythons, les jaugea tous les deux, l’un après l’autre. Il restait perturbé par le faciès de Ciàran. Son prénom ne lui disait rien, en revanche. Mais son visage… Il fouillait, mais sa mémoire se butait à des parois infranchissables, un acier qu’aucun indice, aucun détail ne parvenait à affaiblir. Pas de trouée ni de percée possible, et cette énigme lui tapait déjà sur le système. Il n’oubliait jamais les traits de ceux qu’il avait rencontré par le passé. Il n’était pas encore assez vieux pour que tout un pan de visages d’autrefois ne s’évanouisse totalement dans le néant de son histoire personnelle.

Eoghan abandonné pour un temps, puis sonda plus attentivement, cette fois, le profil de l’Italienne. Il ne fit pas mine de toucher aux viennoiseries ni au café. D’une part parce qu’il avait déjà mangé, ensuite parce qu'il sentait ses tripes légèrement nouées par leur présence, et d’autre part parce qu’il était en effet trop intrigué par la requête à venir pour se soucier de se remplir l’estomac. Déjà, ils avaient réussi à capter toute son attention, malgré le détachement soigneusement étudié de l’arcaniste, qui ne laissait vrombir aucune aura impatiente. Lorsqu’il fixe de nouveau Ciàran, un sourire narquois revint orner la commissure de ses lèvres. Il était presque frustré, de ne pouvoir révéler sa vraie nature en leur présence. Il aurait adoré demander comment un garou en venait à fricoter avec le PASUA, à devenir leur salarié, voire leur esclave, car après tout il ne connaissait pas les détails de cet enrôlement peut-être forcé. Humectant ses lèvres, il haussa les sourcils. Le vaudou n’était pas le rayon dans lequel il s’y connaissait le mieux, mais sa culture louisianaise et sa fréquentation de pratiquants de cet art séculaire l’aideraient sans doute à les seconder. Tant que cela n’allait pas contre les intérêts des siens, de prêt ou de loin. Il se redressa finalement, cessant de s'avachir pour se remettre debout, et il ne resta bientôt plus grand-chose de l’indolence propre aux gens du sud, dans sa silhouette.

Il embrassa de ses paumes le décor qui les entourait.

« Il paraît que je sais à peu près de quoi je parle en matière de reptiles, ouais. J’confirme. Alors j’vous propose de skipper l’atelier p’tit-déj’ équilibré pour en venir aux faits. J’suis pas Einstein, mais au vu du contexte, et si vous en venez à frapper à ma porte, c’est qu’vous devez légèrement être désespérés, ou en tout cas que vous manquez de temps. »

Il jeta un dernier coup d’œil à Medea.

« Votre expertise, elle nécessite que j’ferme boutique pendant un moment ou pas ? Ou on peut régler ça ici et maintenant ? J’vous fous pas dehors, mais j’ai besoin de pouvoir prédire un minimum la suite des événements pour m’organiser un tant soit peu. »

Il se demanda si elle le suspectait. Si elle n’était pas venue jusqu’ici avec son acolyte que parce qu’il vendait des créatures à sang-froid. Son instinct lui disait qu’il ne risquait rien, que sa discrétion n’était pas encore compromise. Pourtant, une légère tension raidissait son dos, faisant naître une très légère douleur, encore supportable. Il balança un dernier trait d’humour qui ne ferait sans doute rire personne.

« Vous avez personne d’un tant soit peu branché vaudou et reptiles, au PASUA ? Vache, j’vais p’t’êt m’proposer pour faire des heures supp’ comme consultant. Ça paie bien ? »

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr





Louisiana Burning

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carnage • Groupe 1 : Odelia, Eoghan, Daphné, Anaïs, Samuel, Elizabeth, Ciàran
» ⛤ Le shotgun d'Eoghan ⛤
» Fall into me ☽☾ Eoghan
» For all these demons, wish I could just go on. [Eoghan]
» Ciàran Moore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: