Le Deal du moment :
Display One Piece Card Game Japon OP-08 – Two ...
Voir le deal

Carnage • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
When witches don't fight, we burn
Tasya Espinoza
Tasya Espinoza
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Let's goooo
Qui es-tu ? : - Infirmière à l'hôpital de Shreveport & serveuse pour combler des fins de mois difficiles.
- Née dans une famille de mage au Mexique. Sa famille a été tué il y a quelques années et lui a laissé quelques dettes.
- Est en Amérique depuis quelques années dans le but de devenir infirmière.
- Sa tante a été tuée par un chasseur d'arcaniste.
- Utilise ponctuellement ses pouvoirs à l'hôpital quand elle est certaine que personne ne peut la voir ou au bar où elle travaille pour distiller un peu de "bien-être" dans les cocktails qu'elle prépare
Facultés : - Mage avec comme élément de prédilection l'eau.
- Pratique la magie blanche.
- Kinésie, Aquagénèse et Hémokinésie sont des capacités acquises. Elle peut donc maitriser l'eau mais aussi le sang.
- Discerne les auras (différencie les différentes races) et les émotions immédiates des personnes autour d'elle.
- Contrepartie : se déshydrate beaucoup plus vite qu'une personne lambda
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 3b369e231bf5e1f53c5def75b805e20c8210a1d6
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Gaïa
Célébrité : Adria Arjona
Double compte : Aucun
Messages : 76
Date d'inscription : 20/05/2023
Crédits : Tumblr
Dim 17 Mar - 22:08 (#)

Au moment où Tasya tente d'agir contre l'entité, elle sent avec effroi, cette dernière aspirer ses impulsions magiques. Cela risque de rendre l'esprit encore plus fort. « N'utilisez pas la magie contre elle ! » crie-t-elle alors. La brune comprend à quel point cette entité est dangereuse et qu'il faut à tout prix l'arrêter avant qu'elle ne s'échappe en pleine nature. C'est à ce moment-là que Medea et Johnson utilisent leur arme pour tenter de l'arrêter et cela fonctionne un bref instant. Michel s'écroule, son corps est mort, touché par l'hémorragie et les multiples balles. Jacob trace alors un cercle autour du corps de l'infirmier.

Tasya n'hésite pas, elle se précipite auprès d'Ethan et tente de le tirer hors de portée de l'entité. Elle n'est pas stupide, si cette dernière s'échappe du corps de Michel, personne ici ne sera à l'abri. Et effectivement, assez rapidement, l'arcaniste observe avec effroi les bords du cercle tracé par Jacob, se consumer lentement. Cela ne suffira pas à enfermer l'entité.

Tasya ne perd pas une minute. Elle pose ses mains sur la blessure sanguinolente d'Ethan et à l'aide de ses pouvoirs, elle ralentit l'hémorragie. Son petit-ami est sérieusement touché, c'est une fracture ouverte. Elle se relève et chancèle légèrement, elle doit boire ou elle ne tiendra pas le coup. Tenter de ralentir l'entité l'a considérablement affaiblie. Elle court chercher sa trousse de secours. Il faut qu'elle agisse vite pour qu'Ethan puisse se déplacer. Tant qu'il est inconscient, il ne souffre pas, mais dès qu'il se réveillera, la douleur risque d'être insupportable. Elle sort une seringue de morphine qu'elle lui injecte.

Alors qu'elle finit de protéger sa blessure avec des bandages, des cris de souffrance retentissent un peu partout dans l'Oufo. La brune porte ses mains à ses oreilles pour tenter de ne plus les entendre, peine perdu évidemment. Qu'est-ce que c'était ? Jacob apporte rapidement une réponse, quelqu'un vient de briser la barrière de protection de l'Oufo. Un énorme fracas intervient alors du côté de la porte principale du bâtiment, à quelques mètres à peine de là où se trouvent Ethan et elle. Est-ce que ce sont les fameux secours dont a parlé Isalin ? Tasya l'espère. En doute, elle tire un banc jusqu'à eux et tente de les protéger comme elle le peut, Ethan et elle.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WERECarnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Qui es-tu ? : Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Design10
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Blanche de Lantins
Messages : 1038
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Jeu 21 Mar - 19:45 (#)

Les ténèbres, pour une fois rassurantes et salvatrices, qui annihilent la frayeur et la souffrance. Rassuré, je me laisse porter par les veloutes d’onyx, oubliant, le temps de quelques secondes, l’horreur de la chose qui vient de m’agresser

Des coups de feu, beaucoup de détonation, trop même, secouent mon refuge. Mes paupières palpitent, luttent contre les abysses. Rester dans ce cocon ouaté où il fait bon de s’abandonner pour ne plus être cette carcasse malmenée et abîmée.

Puis vient la douleur, immense et terrible, qui focalise toute l’attention, ne permettant plus aucun autre sentiment, pensées ou avis. Il n’y a qu’elle, poursuivie de près par la peur résiduelle induite par la créature qui est à l’origine de tous mes maux actuels. Ma respiration est saccadée comme si elle pouvait endormir ou abaisser le degré de ce mal qui me vrille la conscience, sans toutefois parvenir au moindre résultat.

Derrière mes yeux clos, quelque chose change dans la vérité qui m’entoure. Des milliers de voix se mettent à scander des litanies que je ne comprends pas mais dont l’intonation est tellement effroyable qu’elles transportent des images apocalyptiques. Même dans mon inconscience, je perçois la brisure, sans comprendre ce quoi il s’agit. Ça ne dure pas, mais l’intensité était terrible.

Lentement, je reviens à moi. Le plafond n’est plus le même et c’est sacrément rapproché. Il me faut quelques secondes pour comprendre que ce que je vois est constitué de l’assise du banc, sous lequel mon corps a été trainé, ou est-ce le contraire ? Est-ce le banc qui est venu à nous ? La douleur est amoindrie et j’ai presque envie de rire sans aucune raison. Tasya à côté de moi, l’air inquiète. Elle est belle, même dans un moment tel que celui-là. Le cadavre de Michel gît un peu plus loin dans une flaque, j’espère qu’il va pas se relever encore une fois. Mon bras est emprisonné dans d’épais bandages, m’empêchant de le bouger. Je remue mes doigts mais ça fait mal alors j’arrête.

Il me manque quelques minutes de ce qui s’est passé. Deux nénettes manquent à l’appel, je me demande où elles sont parties, on aurait peut-être dû les suivre. La fliquette est là et Jacob discute avec Caleb. Y’avait aussi une miss qui papotait avec la fille black, mais elles sont hors de mon champ de vision.

Mon univers est un peu vaseux, mon horizon est « mou », le contour des objets semblent danser par moment et les sons sont étouffés. Je tourne mon visage vers Tasya et je lui souris bêtement.

- Qu’est-ce que tu m’as injecté ? Je me sens tout bizarre. Pourquoi on est sous un banc ? Il est mort ton collègue ? On peut partir ? J’aimerai bien rentrer… je suis fatigué.

J’avale ma salive, ma langue est en carton, mes lèvres sèches.

- Tu as à boire ? Qu’est-ce que j’ai loupé ? Y’a eu d’autres attaques ?


Spoiler:



Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Caleb Caulfield
Caleb Caulfield
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : Outre medium
Qui es-tu ? : 20 ans, artiste de rue, violoniste de talent, tourmenté par son don. Fait partie d'une bande de voleurs dont le chef est Iris. Enchaîne les petits boulots autant que les larcins.
Facultés : Medium capable d'être projeté dans le passé des lieux, en particulier quand il s'est produit des morts. Il est ainsi happé par leurs esprits, assistant à leurs derniers instants.

Lecture des auras.
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 979def36e38ee2474d20b6aaea9c6852a401f989
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Nymphide
Célébrité : Bright Vachirawit
Double compte : Ciàran Moore
Messages : 178
Date d'inscription : 25/07/2023
Crédits : Noxeternam
Dim 24 Mar - 17:19 (#)

Difficile de ne pas céder à la panique, à l'envie instinctive de fuir ce chaos, sauf que fuir ne nous sauvera peut-être pas, pas avec ce truc qui peut prendre possession de gens... je rentre la tête dans les épaules quand les coup de feu se font entendre, criblant de balles le pauvre Michel. Mais cela ne suffira pas à l'arrêter n'est-ce pas ? Je laisse partir Naya et sa copine, me concentrant sur Jacob, qui semble tout connaître de ce lieu et manipuler la magie. Il ignore comment remettre ce génie maléfique en boîte, si je comprends bien... Et moi, j'ai vu un rituel, qui me fait fortement penser que ça a un lien avec le problème. Et on dirait bien qu'il n'y a pas que l'ennemi intérieur à gérer, mais aussi extérieur. Trop... Je ne sais plus quoi prioriser... Mais il ne semble pas penser que je divague alors qu'il semble s'intéresser à ce que je lui raconte... Voire même retrouver un semblant d'espoir alors qu'il a l'air très préoccupé. Les émeutiers vont-ils rentrer et tout fracasser ? Nous avec ? Sauf que ses premières paroles me font baisser encore davantage les épaules... L'espoir est soufflé par ses mots... Des heures ? Un réceptacle... On n'a clairement pas le temps...

Mais voilà qu'il me tend une craie, que je prends un peu maladroitement, alors qu'il me demande soudainement si j'ai vu les cercles du rituel. Je fouille dans ma mémoire, savoir si je saurais les retracer. Peut-être... Je sais pas... Je manque un peu de temps pour me concentrer. « Je pense oui.. » Je m'agenouille et essaie de reproduire au moins à la va vite ce que j'ai pu voir, sauf que je sens que le temps presse. J'essaie de rester calme et ne pas trembler, mais je me fige quand j'entends soudain des hurlements. Je me bouche les oreilles dans le vain espoir de ne plus les entendre, mais ils sont trop intenses. Je me tourne vers Jacob, qui semble souffrant, mais aussi incrédule. « Ils sont entrés ? » La panique s'entend dans ma voix. Ce qu'il confirme, en regardant les deux... flics ? Ouais un truc de ce goût là.

Je  n'aime pas du tout l'expression de Jacob. Le gars a l'air d'être un roc inébranlable et...  Ben là, il a l'air clairement affecté. Et le raffut se rapproche dangereusement. « Qu'est-ce que je fais ? » Je demande à Jacob, paniqué, est-ce que cela sert encore à quelque chose ? Le danger qui entre n'est-il pas pire ?

Là j'ai une envie, déguerpir. Ou me planquer derrière les deux personnes armées.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Sugar Mommy, la randonnée c'est ma vie (et mes collines ne demandent qu'à être explorées)
Medea Comucci
Medea Comucci
Sugar Mommy, la randonnée c'est ma vie (et mes collines ne demandent qu'à être explorées)
I will stop at Nothing

En un mot : Humaine. Profiler pour le FBI et consultante pour la NRD
Qui es-tu ? : A cinquante ans, je rassemble les bris de ma carrière explosée dix ans plus tot. Travailleuse acharnée, animée par un désir de vengeance qui me couple le souffle. Je ne m'arrêterais que lorsque ma Némésis sera morte ou sous les verrous. En parallèle, à la tête d'une cellule spéciale, je suis chargée d'incarcérer les CESS qui s'imaginent au dessus des Lois.
Facultés : J'attire les ennuis. Très facilement. Et souvent, je vais à leur rencontre.
Thème : https://www.youtube.com/watch?v=EUY2kJE0AZE
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Medea510
ASHES YOU WILL BE
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Mood10
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 200.gif?cid=95b2794409d646be60a21e5e3ecc82c3d7e8c5cf8a51849c&rid=200
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Medea211
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Medea212
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Xmas_111
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 JgCo1RY
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 MmicoYd
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Product_11433288h
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Art-deco-onyx-and-diamond-pendant_2_90-1-12467

Pseudo : Mea
Célébrité : Morena Bacarrin
Double compte : Wynonna
Messages : 1802
Date d'inscription : 16/06/2021
Crédits : Carm/Kaidan
Dim 24 Mar - 17:53 (#)

L’odeur de la cordite, de la poudre, du métal chauffé à blanc. Medea a perdu le contrôle, elle ne l’admettra qu’à elle-même. La violence de l’attaque de l’Entité cachée dans le corps du défunt infirmier, elle n’y était pas préparée. Une erreur de jugement de sa part. D’observation. Les armes se taisent. A côté d’elle, David rengaine aussi son pistolet. Medea éjecte le chargeur vide et le remplace par un neuf. S’assure qu’elle a encore de la réserve. Elle s’écarte du passage de Jacob, lui permettant de tracer un cercle protecteur autour du Dévoreur d' me.  Elle prend enfin le temps de regarder son téléphone, prenant connaissance du message de Lilas et des informations qu’il contient. L’absence des adolescentes de la salle principale ne l'émeut pas. La déclaration abracadabrante de l’une d’elle n’aura aucun crédit. Elle n’a pas le temps pour ces enfantillages.

Ce n’est pas le soulagement qui prédomine. Pas alors qu’elle assiste de ses propres yeux à la lente dégradation du tracé éphémère de l’Oungan. Elle fait un pas en arrière pour ne pas rester en proximité directe, soulagée de voir que l’infirmière s’occupe de son compagnon, commence à lui administrer les premiers soins. Il devrait survivre. Les paroles de  Caleb à l’arcaniste semblent indiquer un moyen possible de contenir plus durablement l’Essence maléfique. -Est ce que vous savez pourquoi le Dévoreur d’Ame a choisi  Michel comme hôte? Est ce que vous avez des hypothèses? -L'agent n’a pas oublié que l’Oungan commençait à peine à étudier le flacon, qu’il n’est pas responsable de son emprisonnement. -Selon la jeune femme qui vient de suivre Marie, l’Entité ne corrompt pas que les corps mais s’attaque aussi aux auras et aux ames. Elle doit les retenir prisonnière aussi en elle, vous avez entendu leurs lamentations. Marie a une idée pour débloquer la situation, elle va la mettre en place avec elle.

Un frisson d’horreur. Elle n’est pas prête à se débarrasser de ce son qui va hanter ses cauchemars. Elle profite d’avoir son téléphone pour tenter de joindre Parton ou Barrois. Ils ont un besoin immédiat de renforts. Medea se fige. Des hurlements de souffrances désincarnés qui résonnent des murs eux-mêmes. Qui imprègnent l’atmosphère d’une vague sonore d’agonie et de tourment. Des innocents souffrent le martyr, dévorés par des flammes immatérielles. Elle se porte au chevet de Jacob et l’aide à se relever. Il est visiblement éprouvé. A peine le temps de reprendre son souffle que les portes extérieures grincent et explosent sous une attaque féroce. Sa voix porte  et tonne.   -Repliez vous! Ce n'est pas la NRD ou la Police! Ne restez pas dans le Péristyle.

C’est une évidence. Aucun marqueur qui précède les véhicules d’interventions classiques. Pas de sirènes, pas de gyrophares dont les lumières en deux tons auraient illuminé la salle. Avec incrédulité, elle voit Tasya se jeter sous un banc avec le jeune homme blessé. C’est prendre un risque terrible. Leur temps de réaction sera bien trop long selon le comportement des  intrus et leur objectif. Ils sont hostiles. Leurs méthodes ne lui inspirent aucune confiance.

Le jeune homme encore agenouillé a tenté de reproduire les dessins de mémoire, mais ce n’est plus l’urgence. Ils n’ont pas le temps. Elle l’agrippe par le coude et ne le relâche pas. Se tourne vers Jacob. L’abjure du regard. Le cercle protecteur est en train de griller, secondes par secondes. L'adrénaline calcine ses veines. L’Oufo a des défenses à l’étage, cette étrange histoire de fumigènes, plus la possibilité de fuir par le toit ou de désescalader d’une fenêtre si besoin. La cave est une issue connue, tout comme la pièce qui a subi une attaque au cocktail Molotov.  Elle aurait aussi un avantage tactique en ayant de la hauteur. - David,  et Philippe, montez au premier étage. -L’urgence est absolue dans le timbre de l'italienne. Sans ouvrir sa prise sur le bras du môme, elle attrape la main de Jacob de sa seconde. Une secousse sèche pour le ramener à l’instant présent. -Vous ne pouvez pas rester là non plus! Venez avec nous.


Les secondes sont comptées. Elle contourne le Potomitan et court droit devant elle, forçant l’asiatique à  allonger ses foulées. Mais à la moindre résistance de sa part, elle le laissera libre de ses choix. Elle desserre l’étau de ses doigts, lui permettant de trouver son propre rythme. La porte qu’elle passe s’ouvre sur le large couloir et elle n’hésite pas une seconde, gravit les marches quatre à quatre jusqu’au premier palier. Se plaçant contre le mur hors de vue du bas espérant que Jacob et Johnson soient sur ses talons, de même que Philippe et l’autre adolescent.


Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 DPfsesr
Lilas Hirsch
Lilas Hirsch
"THE BOOTY" : la plus belle paire de France et de Navarre.
☽ YOU LEFT ME IN THE DARK ☾

"She was poetry in a world that was still learning the alphabet."


Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 WyLHcm2 Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 XUhs7fD Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 0xQu1ZP

En un mot : Wild thoughts
Qui es-tu ? : ☽ Outre. Pouvoir qu'elle ne peut nier, l'amenant sans cesse à visualiser le monde sous un prisme différent de celui du commun des mortels. Agression visuelle, physique, sonore, olfactive, constante, d'une magie qu'elle voit en tant qu'entité propre.
☽ Artiste. Pour exprimer ses visions, elle s'acharne à peindre, sculpter, dessiner, ce monde qui l'entoure et qu'elle ne peut expliquer oralement.
☽ Née en France, en Alsace précisément, enfant non-désirée, d'une relation adultère. Ce sont ses grands-parents qui l'élève et son grand-père qui la forme.
☽ Elle déménage aux USA dans le but de retrouver cette mère qui l'a abandonnée, pour apprendre qu'elle est décédée, préférant ne pas se battre contre un cancer qui finira par avoir raison d'elle.
☽ Elle atterrit à Los Angeles presque par hasard, en suivant son compagnon de l'époque. Elle y rencontrera Vinzent, qui changera sa vie.
☽ Un début d'apprentissage arcanique inachevé au côté de celui qui deviendra son ami, son amant, son amour. Un rituel magique lie leurs âmes peu de temps après le décès de Léonard, le mentor de Lilas.
☽ Elle se laissera malmener pendant des années par un homme néfaste avant de finalement tout quitter pour rejoindre la Louisiane dans l'espoir d'y retrouver sa demi-soeur et peut-être Vinzent.
☽ Elle passe 2 ans dans un camp regroupant des femmes CESS avant de rejoindre finalement Shreveport, où elle retrouvera sa demi-soeur, Hannah Miller, et l'autre moitié de son âme, Vinzent Henkermann.

☽ NO DAWN, NO DAY ☾

Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 AdPjFI9 Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 USZhV3d Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 H0dVnoF

"your name i spoke many times
alone in the darkness in the night"

Facultés : ☽ Clairvoyance : Lilas a un niveau de sensibilité aux flux magiques qui lui permet de lire sous la surface des choses qui composent le réel. Cela se traduit par toutes sortes de stimuli cognitifs ou physiques. Son don est passif, elle vit avec un second filtre de vision constant.

☽ Psychométrie : En touchant un objet, qu’il soit magique ou non, Lilas peut en voir l’histoire, a qui il a appartenu, ce à quoi il a servi, tout ce qu’il s’est passé à son contact. La capacité n’est pas maîtrisée.
Thème : Cosmic Love - Florence + The Machine
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 1564094826-lilas-vinzent
I'm always in this twilight


Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 P7xF5iI Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 HYHmQYL Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 8RKyX42

"and prayed a thousand prayers
and my many dreams were of you"

Pseudo : Akhmaleone
Célébrité : Xian Mikol
Double compte : La Plante Verte, Le Hibou, La Catin et La Sorcière
Messages : 1225
Date d'inscription : 16/12/2018
Crédits : Jenesaispas (Ava) Pando (Icon)
Mar 26 Mar - 12:42 (#)






CARNAGE






Elle se sent partir, Lilas. L’esprit vaporeux, le corps lourd et léger à la fois, elle laisse les brumes de la plante s’emparer d’elle et la porter. Elle n’est pas étrangère aux effets des psychotropes et c’est sans réelle terreur qu’elle s’abandonne à l’oubli. Comme si ses sens s’éteignaient tous un par un pour mieux exacerber son odorat. La voix de Marie se fait lointaine, la lumière vacillante et seules les fragrances qui les entourent lui parviennent avec force.

Bois. Terre. Métal. Cire. Camphre. Marie.

Marie dont la silhouette se floute, dont les traits disparaissent pour ne plus laisser place qu’à la nuit étoilée d’un don qui fascine immédiatement l’Outre. Le Soleil et la Lune, mêlés sur fond de Ténèbres, morceau de firmament fait femme. L’image à ce quelque chose de beau qui n’appartient qu’aux arcanes et c’est avec contentement que Lilas accueille les paumes qui enlacent ses joues. Comme autant d’ancres la raccrochant à l’arcaniste, ses doigts s’apposent sur sa peau et empêchent Lilas de flotter librement. Cerf-Volant rattaché au sol par la prise souple d’une main qui Sait Mieux.

Les sonorités arabes s’élèvent en une psalmodie paisible qui la guide aussi bien que les phalanges qui encadrent ses traits. Le tracé s’éveille et l’égrégore pulse. L’ impression, étrangement rassurante, d’être au creux du ventre d’une bête immense, d’être enfermée dans la carcasse démentiellement grande d’une créature paisible dont la force de vie viendrait de la Terre et de l’Univers. Un animal façonné des mains, des vœux et des efforts d’une race entière qui s’attelle à la même tâche depuis des éons. Simple engrenage dans une machine bien huilée qui existait avant elle et existera encore longtemps après. Il y a quelque chose d’éminemment rassurant dans l’idée de n’être qu’un petit morceau d’un tout bien plus vaste. Tu n’es pas seule, ma petite fleur. Je sais que c’est dur, que c’est parfois trop pour toi, mais tu n’es pas seule.

Marie s’embrase au même rythme que les tracés au sol et chaque son s’échappant de sa bouche la lie à l’Outre avec plus de force. Elle n’a que très rarement connu une telle proximité avec l’essence d’un Autre. Ce qui devrait être gênant, dérangeant dans son intimité totale, ne la perturbe pas plus que ça, celle qui à l’habitude de lire les secrets au creux des essences. Bientôt, le sol n’est plus, les murs disparaissent, les sons, les odeurs aussi. Ne reste plus que Marie, nuage de nuit qui ancre l’Outre à ce qu’elles sont censées effectuer toutes les deux. Le corps, cette enveloppe de chair familière, reste en arrière trop lourd et pataud pour la suite et Lilas n’y jette pas un regard. Elle n’a pas le temps pour ça.

L’espace d’une seconde l’impression de monter, monter, monter, sans rien pour l’arrêter, sans rien pour la retenir. La corde tranchée, le Cerf-Volant se fait happer par une bourrasque et la panique s’empare d’elle avant que le fil se tende à nouveau. Marie la tient. Marie est là. Ce qui s’apparenterait à une expiration tremblante de reconnaissance échappe à l’essence mauve qui lance ses filaments au creux du noir pour mieux s’y amarrer. Ne me laisse pas. Le parme se niche dans le noir, s’y cache et s’y sent, étrangement, en sécurité.

Dans tout ce noir, elle découvre les filaments lumineux des deux astres, la chaleur du Soleil et la fraicheur de la Lune, le carmin du père et le noir, total, si profond qu’il semble aspirer la lumière autour de lui, de la mère. Et soudain, le regard de l’Outre accroche quelque chose.

Oh. Bien sûr.
Elle aurait pu en rire, si la situation n’avait pas été ce qu’elle était. Là, au cœur, de l’essence de Marie, niché dans les différentes teintes de noir, d’or, d’argent et de carmin, se cache un morceau d’onyx si noir, si profond, qu’elle n’en a jamais vu qu’un autre éclat dans son existence. C’est sombre, ça devrait être immonde, terrifiant et repoussant. C’est si profondément étranger qu’elle devrait en avoir peur, mais comme la fois précédente, elle est fascinée, l’Outre. Fascinée par ce morceau de magie pure, de puissance en sommeil. Il y a toujours eu quelque chose de profondément intriguant dans l’anormalité. Et une voix, comme un soupir, qui chuchote un prénom inutilisé, mais profondément chérit. Ranni.

Ce qu’il y a autour d’elles ne fait sens pour personne, pas même pour l’Outre pourtant habitué à voir plus. Jamais son don, même poussé à son maximum ne lui a permis une telle plongée dans ce plan sur lequel il prend pourtant pied au quotidien. Toujours à cheval entre les deux, elle penche toujours plus vers le côté Terrestre que vers l’Autre. Aujourd’hui, c’est à pieds joints qu’elle se jette dedans. La kaléidoscope est étourdissant et si son corps avait encore eu du sens, elle aurait cillé de façon répétée pour essayer d’en tirer quelque chose. Marie est belle ici. Encore davantage que sur le plan terrestre. La magie, pure et brute qui les entoure, vient lécher sa silhouette, comme le cour d’une rivière s’ouvrirait pour contourner une pierre avant de retrouver, imperturbable, son chemin. Elles ne sont rien. Rien d’autre qu’un galet au fond d’un torrent de montagne qui n’a cure d’elles.

Les Nœuds qui avaient par le passé, attiré son don, se font désormais clairement visible et c’est avec curiosité que Lilas observe les loups hurler à la Lune, la puissance animale et brute de quelque chose d’ancestral, d’une puissance qui se nourrit de la forêt autant que la forêt s’en nourrit. Daphné. Celui niché sous la terre en ville, celui sous le lac et l’horreur de celui qui tache ce qu’elle sait être le Mall. Eoghan est mort. Tu veux voir ? Tu veux voir, c’que ça fait… ?

Et soudain, la voix de Marie qui efface celles des garçons, qui repousse les souvenirs douloureux. Rappelée à l’ordre, Lilas observe avec plus d’acuité, aucune de ses puissances ne renferme la souffrance de l’Oufo, elle provient d’ailleurs. Au cœur du courant, Marie comme seul soutien, Lilas cherche. Elle s’étourdit dans le courant, hésite à se jeter pour en découvrir plus, pour savoir. La puissance de ce qui les entoure est si vaste, si profonde qu’il serait simple de s’y perdre pour de bon. Elle pourrait devenir aigrette de pissenlit perdu dans les méandres de ce qui nourrit chaque être gracié par la Magie. La tentation est forte, si forte qu’elle tend, métaphoriquement, la main vers elle, mais se reprend à la dernière seconde. Sans Marie, elle s’y perdrait réellement, plus personne, plus rien pour la guider. Il y a encore des choses qui l'attendent une fois sortie d’ici. Eoghan, Anaïs, Andrée. Elle reprend sa quête avec application. Pour eux. Pour elle.

La réponse lui apparaît aussi simplement qu’un mot sur la page d’un roman. Sous leurs pieds, béante et pulsante de la même souffrance mélancolique qui suinte de l’égrégore, la plaie est là. Comme un barrage qui entraverait le courant de puissance, elle le voit aussi nettement que le nez au milieu de la figure. C’est d’une simplicité déconcertante pour celle qui voit tout, mais elle comprend comment Marie à pu y rester aveugle. Elle tend un filament mauve dans la direction du barrage. Il lui semble si incongru que le courant de magie pure soit entravé. Un outrage à la Nature. « C’est là… Regarde.» souffle-t-elle d’une voix qui les englobe toutes les deux et ricoche sur le noir et le mauve. « Qu’est-ce qu’il faut faire ? C’est comme… Comme un barrage. »






1284 fuck it j'suis une thug mais la magiiiiie:
Revenir en haut Aller en bas
Forgive me, Father, for I am sin
Le mauvais oeil
Le mauvais oeil
Forgive me, Father, for I am sin
SHUFFLE THE CARDS

Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 YXpWPvj
En un mot : An eye for an eye leaves the whole world blind
Thème : Witchcraft - Akira Yamaoka
WITHER AND DIE

Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 I2XukXq
Messages : 524
Date d'inscription : 27/03/2017
Sam 30 Mar - 0:12 (#)

Chapitre 3 : Carnage
Deus Vult

Deux minutes avant l’assaut.
L’attention de Jacob saute de Caleb à Medea, tâchant d’interrompre l’avalanche de questions qui l’assaillent subitement. L’Oungan a fort à faire ce soir, avouons-le, entre cette entité maléfique en liberté, les émeutiers qui ont tenté de vandaliser son temple, et sa fille, Marie, qui n’en fait manifestement qu’à sa tête. Il soupire, et tente vaille que vaille de procéder avec calme et raison, en dépit des préoccupations qui l’accablent.

« Je ne sais pas. Peut-être était-il plus perméable… L’état mental joue énormément lors d’une possession, et peut-être était-il malade, affaibli, addict, etc. Et puis, nous sommes aussi dans un cas de figure exceptionnel, donc c’est impossible de savoir exactement ce qu’il s’est passé. »

En jetant un coup d’œil vers le banc où étaient auparavant assises Marie et Lilas, l’expression de l’Oungan se chiffonne, et celui-ci hausse les épaules, l’air dubitatif lorsque Medea évoque une solution.

« Écoutez, ma fille est une tête de mule et a ses défauts, mais elle n’est absolument pas au courant de cette chose, » affirme-t-il avec un brin d’irritation, quoique teinté d’affection. « Je ne sais pas ce qu’elle a proposé, mais je doute qu’elle ait une solution miracle. Pour l’instant, nous devons contenir et... »

Jacob s’interrompt. À cet instant, c’est sa barrière qui explose sous la puissance de la lance, le faisant tituber sur place et porter sa main au niveau de son plexus solaire. L’arcaniste semble brutalement affecté alors que résonnent partout les hurlements d’agonie des esprits gardiens de l’Oufo, immolés par les Purificateurs.

Hébété, Jacob prend appui sur Medea pour se relever, pendant que Johnson aide Philippe, le soixantenaire aidant à la maintenance, à s’enfuir du péristyle. L’attention de l’Oungan s’attarde une seconde sur son cercle de sel et de cumin en train de se consumer, avant que la poigne de Medea ne le ramène à la réalité.

« Aucun humain n’aurait pu forcer l’entrée, » te lance-t-il Medea, en serrant ta main à son tour. « Ce ne sont pas les vandales de tout à l’heure. » Puis, il lance un regard vers Caleb. « Laissez tomber, il faut partir. »

Tant bien que mal, Jacob emboîte le pas à Medea, Johnson, Philippe, et Caleb, abandonnant derrière lui le cercle renfermant l’entité cannibale, tout comme Tasya et Ethan qui sont désormais seuls dans la pièce.

~~~

Les Purificateurs sont là.
Franchissant les battants désormais béants de l’Oufo, l’escadron de Pierre se faufile à l’intérieur du vestibule dans un silence quasi complet. Parmi les bancs et les chaises que Aodh venait de bousculer, les binômes de combattants se coulent au sein des murs, dans l’obscurité de l’entrée principale, où les lattes des volets clos ne laissaient filtrer que les éclats intermittents des carcasses de voitures brûlées. Là, les hommes du pasteur s’avancent prudemment de part et d’autre du vestibule, les uns stoppant à intervalles réguliers pour couvrir leurs camarades, les canons de leurs armes pointées en direction des trois portes qui menaient au reste de l’Oufo. C’est avec la même fluidité, la même coordination militaire, que les Purificateurs se séparent en trois commandos, comptant eux-mêmes trois membres chacun, en se positionnant à chaque extrémité du hall.

Trois d’un côté. Trois de l’autre. L’un reste avec Aodh, adossé au mur à côté de lui, l’arme au clair, surveillant les doubles battants de bois encore fermés, qui les séparaient toujours du péristyle d’où filtraient des éclats de voix. Pierre, lui, contre toute attente, s’attarde à l’entrée. Tu le discernes, Aodh, dans cette pénombre, où le pasteur a récupéré la mallette noire contenant l’étonnante lance dont il s’est servi auparavant pour forcer l’entrée du temple vaudou. Manifestement, Pierre compte s’en resservir, car le voilà accroupi, déverrouillant le conteneur blindé pour en extirper avec délicatesse l’antique fer de lance. Avec une révérence manifeste, il l’empoigne à la manière d’un couteau, puis s’approche d’un des murs jouxtant l’entrée principale ouverte.

Est-ce alors la lance ou bien Pierre qui dicte cet acte ? Rien n’est moins sûr, quand la pointe du pilum heurte le plâtre peint du mur, aussi violemment que deux aimants opposés s’attirent, et flamboie de ce même éclat insoutenable, d’un blanc clinique, à l’endroit où le tranchant mord la matière friable. Telle une scie coupant le métal, des étincelles de lumière blanche crépitent à la pointe de l’arme, quand Pierre commence à tracer des caractères romains à même la surface du mur, utilisant la relique comme un stylet. Dans l’obscurité des murs, de véritables fissures lumineuses se répandent autour de chaque lettre incrustée dans le mortier, à la manière d’un réseau de veines pleines d’un feu étincelant, qui creusent la maçonnerie de ce lieu maudit.

Obsignare.
Une trentaine de secondes sont nécessaires à Pierre pour achever ce mot, dont le tracé exhale une violente lumière immaculée à l’intensité croissante, jusqu’à devenir insoutenable à son paroxysme. L’instant d’après, toute cette brutale clarté se résorbe d’un seul coup, comme un appel d’air qui s’infiltre au cœur de la paroi, en créant d’innombrables capillaires lumineux qui se diffusent dans les murs comme une onde de choc. Les réseaux de veines lumineuses parcourent à toute vitesse l’architecture et durant une fraction de seconde, tu vois, Aodh, comme un courant électrique pulser à l’intérieur des murs, en formant brièvement une sorte de barrière d’un blanc éclatant, immatérielle, entre les portes ouvertes. Puis le phénomène se dissipe, même si le mot latin tracé sur le mur subsiste, ses lettres luisant d’une puissance menaçante et toujours à l’œuvre.

L’Oufo est scellé de nouveau. Non par Jacob cette fois, mais par Pierre, qui range et attache avec précaution l’antique pilum, puis verrouille la mallette blindée, alors que les autres Purificateurs surveillent les alentours. Tous se tiennent à l’affût. Une tension palpable habite l’espace encombré et confiné du vestibule, tandis que le pasteur te rejoint, Aodh, sans commenter le mot latin qui mutile désormais le plâtre peint à quelques pas de là. Le leader s’accroupit en face de toi, de l’autre côté des doubles battants fermant toujours le péristyle, et marque un temps d’arrêt comme lors d’une communication. Rapidement, Pierre jette un regard circulaire autour de lui, sur son escouade divisée en trois divisions postées à chacune des issues du vestibule.

Puis, Pierre hoche la tête vers l’homme à côté de toi, Aodh. « Grenade, » t’informe le pasteur, tandis que le Purificateur décroche de sa ceinture ce qui ressemble à un flashbang, similaire aux M84.

Pendant que son homme se prépare, Pierre ouvre l’une des poches de sa veste de protection, et en sort des bouchons d’oreille, qu’il te lance l’un après l’autre. Ainsi, dès le moment où tu es prêt à entrebâiller l’entrée du péristyle Aodh, l’autre Purificateur dégoupille et propulse la grenade à l’intérieur, produisant un vacarme assourdissant doublé d’un éclair de lumière aveuglant. Aussitôt Pierre donne l’assaut. D’un coup d’épaule, il enfonce l’autre battant de l’entrée et, en formation serrée avec toi Aodh, et l’autre Purificateur, prend pied à l’intérieur du péristyle, les fusils prêts à cracher la mort. Le sanctuaire s’avère relativement vide à l’exception d’Ethan et de Tasya, cachés derrière un banc, sur lesquels les Purificateurs braquent aussitôt leurs armes.

« Sorcière en visuel, » lâche-t-il vers Aodh, avant de s’écrier. « À TERRE ! MONTREZ-NOUS VOS MAINS ! »

En parallèle, les deux groupes de trois Purificateurs investissent les pièces encerclant le péristyle, de façon à empêcher toute tentative de fuite ou de secours de ces côtés-là. Déjà ils ont traversé les couloirs jouxtant le péristyle avec rapidité, stoppant juste à côté des portes auxiliaires en attendant le signal de Pierre. Toutefois au même moment et à l’insu de tous, un phénomène est à l’œuvre au sein du péristyle, où l’effet de souffle du flashbang a éparpillé le cercle très sommaire dans lequel Jacob avait emprisonné l’entité. Invisible, celle-ci s’est empressée de s’évader de sa prison, flairant avec appétit les traces des arcanes blanches qui flottent encore dans l’atmosphère du péristyle, et qui l’avaient si bien nourrie quelques instants auparavant.

Tasya, tu perçois soudainement, aussitôt après l’explosion de la grenade, une sensation de froideur caresser ta nuque, comme l’haleine glaciale d’une créature humant ta peau et la racine de tes cheveux. Elle te dévale l’échine, pénétrant profondément sous ton épiderme, une lame de froid qui fouille tes entrailles, tandis que ton esprit subit exactement la même terrifiante intrusion. Tu te rends lentement compte que quelque chose de mauvais, une monstruosité désincarnée, commence à se frayer un chemin dans ta cervelle, contaminant tes pensées avec des pulsions affamées, meurtrières, d’une brutalité bestiale inouïe. Déjà, les lamentations des âmes résonnent en toi, et tu comprends que tu vas devoir lutter corps et âme pour les repousser.

~~~

Au moment où Pierre et son escouade pénètrent à l’intérieur du péristyle, les hommes d’Abigail enfoncent de manière coordonnée la porte de la remise, à l’arrière de l’Oufo. Vérifiant rapidement l’espace qui s’avère vide d’ennemis, la formation serrée des quatre Purificateurs menés par la lieutenant foncent aussitôt vers la porte, derrière laquelle s’échappent des éclats de voix et des bruits de pas. À l’instant où Philippe, Johnson, Jacob et Caleb grimpent l’escalier à la suite de Medea, les combattants entrouvrent la porte donnant sur le couloir principal. L’un des Purificateurs en tête marque un temps d’arrêt, en pointant son fusil vers Jacob.

« Sabba en visuel, » annonce immédiatement l’homme armé via son oreillette, avant que l’ordre déterminé d’Abigail ne résonne en réponse.

Pas de sommation. Le Purificateur lâche une rafale de fusil d’assaut vers l’escalier, faisant voler des copeaux de bois dans tous les sens, en visant en priorité Jacob. Toutefois, avec des cibles en mouvement et une telle proximité, Johnson, Philippe et Caleb, alors en pleine course, se trouvent également dans le champ de tirs.

~~~

Au moment où les autres Purificateurs enfoncent les entrées de l’Oufo, les quatre qui s’échinaient à forcer la trappe du sous-sol assistent à un miracle : les deux battants sont ouverts de l’intérieur. Aussitôt, les soldats de Dieu reculent précipitamment, en position de combat, leurs fusils braqués vers les ténèbres du sous-sol. Apercevant alors les têtes amochées d’Isalin et Naya, ils se crispent, sans toutefois ouvrir immédiatement le feu, en voyant la menace dérisoire que représente deux adolescentes dépenaillées en pleurs.

« À TERRE ! MONTREZ-NOUS VOS MAINS ET DÉCLINEZ VOS IDENTITÉS ! » hurle l’un d’entre eux en avançant sur les premières marches de la trappe, vous forçant à reculer à l’intérieur, Isalin et Naya.

Derrière lui, ses camarades rentrent à la suite, leurs armes braquées sur vous, prêts à pallier à toute surprise ou sorcellerie, au moment où la barrière de Pierre électrise brièvement les murs de l’Oufo. Toutefois, aucun des membres de l’escadron qui entrent dans le sous-sol ne semble affecté par cette membrane qui clos ainsi la sortie dans leurs dos. Isalin et Naya, vous notez sans peine que l’escouade du SWAT est particulièrement méfiante : il serait judicieux de montrer patte blanche envers les héros qui sont venus vous secourir.

Isalin, à la vue des membres du SWAT, le tchat de ton live s’emballe. Les commentaires défilent à un rythme très rapide et, au milieu de ceux-ci, d3mon_g3rl commente à son tour : "t’es sauvée bb, trop soulagée !!  :heart: "


Résumé:



Got the evil eye. You watch every move, every step, every fantasy. I turn away but still I see that evil stare. Trapped inside my dreams I know you're there. First inside my head, then inside my soul.
Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Naya Cahann
Naya Cahann
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Petit feu follet
Qui es-tu ? : A venir
Facultés : ☽ Maitrise de la kinésie - capable de manipuler les flammes entre les paumes de ses mains, de modifier leur intensité // sensation d'étouffement, manque d'oxygène en cas de manipulation trop abusive.

☽ Lecture des auras - capable de reconnaitre Humains, outres et arcanistes. Perception des auras vampiriques et thérianthropes mais sans pouvoir réellement les reconnaître.

☽ Température corporelle au-dessus de la moyenne - en apprentissage pour canaliser cette chaleur et soigner les gens.
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 9284433-kitchen-witch-quote-tea-towel-by-anda
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Tissou
Célébrité : Sadie Sink
Double compte : Samuel Miller
Messages : 166
Date d'inscription : 16/05/2023
Crédits : Shereen
Mar 2 Avr - 14:19 (#)

Je sens mon cœur qui s’arrête alors que, dès qu’on a enlevé la barre qui bloquait la trappe, la porte s’ouvre. Des types armés jusqu’aux dents nous braquent et je me dis que ce serait quand même sacrément moche que les choses s’arrêtent comme ça. J’ai jamais été trop portée sur les histoires de karma, de destin ou de je sais pas trop quoi dans le même genre, mais je me demande quand même vaguement, l’espace d’un instant, si c’est bien là notre destin donc.

Je bats des cils à leurs paroles, me sentant un peu … groggy ? Ouais, un truc du genre. En tout cas, ils tirent pas, c’est déjà un bon début non ? Je suppose. Et je déglutis, tournant la tête vers Isa alors que je recule doucement, l’entrainant avec moi sans même essayer de discuter. « Montre tes mains, vas-y ! » C’est normal non ? J’veux dire, ils doivent voir si on est une menace ou pas. J’ai quand même les jambes qui tremblent et les larmes continuent de rouler sur mes joues, s’entremêlant au sang qui macule la moitié de mon visage et m’empêche de bien y voir. « On… on est pas armées ! On veut juste sortir de là. Aidez-nous… on veut juste sortir de cet enfer… » Un sanglot que j’étouffe tant bien que mal, alors que je montre les paumes de mes mains, les mettant bien en évidence. « Naya ! J’m’appelle Naya Cahann ! » C’est moi où le téléphone qu’Isa a piqué à Caleb est en train de sonner dans tous les sens ?

Je sursaute une nouvelle fois quand j’entends les coups de feu. J’ai l’impression que ça tire de partout. Derrière nous. Au-dessus. Au-dehors. Ca se répercute contre les murs, ça résonne dans ma tête et ma vue se brouille encore plus, alors que je reste collée à Isa. Hors de question de la lâcher ou de la perdre de vue. Et j’essaie de pas trop penser à ce qui pourrait arriver à Caleb, alors que je retiens mon souffle, fixant le SWAT qui est vraiment venu nous sauver. J’suis pas sûre de m’être sentie aussi reconnaissante envers quelqu’un là, de suite en fait.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
When witches don't fight, we burn
Tasya Espinoza
Tasya Espinoza
When witches don't fight, we burn
ASHES YOU WERE

En un mot : Let's goooo
Qui es-tu ? : - Infirmière à l'hôpital de Shreveport & serveuse pour combler des fins de mois difficiles.
- Née dans une famille de mage au Mexique. Sa famille a été tué il y a quelques années et lui a laissé quelques dettes.
- Est en Amérique depuis quelques années dans le but de devenir infirmière.
- Sa tante a été tuée par un chasseur d'arcaniste.
- Utilise ponctuellement ses pouvoirs à l'hôpital quand elle est certaine que personne ne peut la voir ou au bar où elle travaille pour distiller un peu de "bien-être" dans les cocktails qu'elle prépare
Facultés : - Mage avec comme élément de prédilection l'eau.
- Pratique la magie blanche.
- Kinésie, Aquagénèse et Hémokinésie sont des capacités acquises. Elle peut donc maitriser l'eau mais aussi le sang.
- Discerne les auras (différencie les différentes races) et les émotions immédiates des personnes autour d'elle.
- Contrepartie : se déshydrate beaucoup plus vite qu'une personne lambda
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 3b369e231bf5e1f53c5def75b805e20c8210a1d6
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Gaïa
Célébrité : Adria Arjona
Double compte : Aucun
Messages : 76
Date d'inscription : 20/05/2023
Crédits : Tumblr
Mar 2 Avr - 23:00 (#)

Tasya entend les portes de l'Oufo s'ouvrir. Elle n'a pas le temps de voir qui arrive qu'une grenade explose juste à côté d'elle. Le bruit est telle qu'elle en perd momentanément l’ouïe. Ses oreilles bourdonnent désagréablement. Le flash de lumière l'aveugle. La mexicaine perd tous ses repères. Elle ne voit rien, elle n'entend rien. L'arcaniste est confuse.

C'est impossible de discerner quoique ce soit, alors elle se raccroche à Ethan et agrippe ses vêtements. Qui est arrivé ? Des secours ? Elle n'a plus que cet espoir même si l'attaque à la grenade laisse présager le pire. « Il est blessé, aidez-le ! » parvient-elle seulement à crier. Quelqu'un peut-il l'entendre ? Et si ce sont les émeutiers qui sont entrés ? elle est une arcaniste, alors elle sera condamnée, mais Ethan, lui, est un humain, ils doivent pouvoir le sauver. « Je vous en supplie, ne le laissez pas... » Ses doigts se raccrochent à la chemise de son petit-ami qu'elle ne discerne plus. Sans ses sens, l'arcaniste est complètement déstabilisée, confuse. Elle n'a plus conscience de ce qui se joue autour d'elle.  

Et soudain, elle lâche Ethan pour plaquer ses deux mains contre sa tempe. Sur sa peau, puis en elle, Tasya sent le mal tenter de la submerger et la posséder. C'est une sensation de froideur qui l'envahit peu à peu. Un gémissement franchit ses lèvres tandis qu'elle comprend que l'entité veut prendre possession de son corps comme elle l'a fait avec Michel. Il ne faut pas. Elle ne veut pas perdre le contrôle de son corps et attaquer les autres car c'est ce qu'il se produira inévitablement si le mal s'empare d'elle et la contrôle.

Tasya lutte, de toutes ses forces, tente de se raccrocher à des souvenirs heureux pour ne pas céder la place au mal. C'est peine perdu, du plus profond de ses entrailles, un déferlement de violence s'abat sur elle. Une multitude d'émotions négatives, de sensations désagréables, de douleurs l'assaillent et la submergent. Et soudain, l'arcaniste ne contrôle plus rien. Son corps ne lui répond plus. Elle se sent agir contre sa volonté et avec horreur, s'en prendre à la personne la plus proche d'elle : Ethan.

Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WERECarnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Qui es-tu ? : Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Design10
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Blanche de Lantins
Messages : 1038
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Jeu 4 Avr - 11:55 (#)

Mes questions ne trouvent pas de réponse. Le silence encombre l’immense salle, celui qui précède les cataclysmes. Je ferme les yeux, je suis si fatigué. Quelle soirée de merde alors que je venais juste chercher Tasya. Le produit qu’elle m’a injecté amoindrit la douleur, mais elle est toujours là. Je n’ose même pas me redresser de peur de la réveiller totalement.

Un mouvement furtif attire mon attention avant que tout devienne blanc. La confusion est totale. Je suis sourd, je suis aveugle. Suis-je retombé dans l’inconscience ? Tous mes gestes sont ralentis, je ne sais plus où est le bas, ni le haut. Un fort larsen crépite au fond de ma tête. J’ai vaguement conscience qu’il y a du mouvement sans toutefois voir ou entendre quoi que ce soit. C’est le chaos total dans mon esprit, je suis perdu dans un univers laiteux, comme ces jours lointains où le brouillard de novembre englobe les paysages.

Au loin, il me semble percevoir un cri suivi d'un ordre. Instinctivement, je tourne mon visage hébété vers les injonctions et éloigne ma main valide de mon corps. Les forces spéciales aiment voir les mains loin d'une potentielle arme. D'ailleurs, qu'est-il advenu du couteau que j'ai pris dans la cuisine ?

Vaguement, et perdu dans les méandres des sifflements qui hantent ma conscience, j’entends la voix de Tasya. Les mots restent indistincts mais la tonalité me fait penser à une supplique. Je sens sa main sur moi, réconfortante, me rassurant sur son état. Mais cela ne dure pas, elle s’éclipse, je la perds, je suis à nouveau seul dans cet univers chaotique. Ma vision reste incertaine, je commence à percevoir des formes qui se meuvent près de l’entrée. L’ouïe capte des sons, parfois un mot mais tout reste tellement confus.

- Ne tirez pas, NE TIREZ PAS !

Je sais que j’ai parlé, crié même, mais je perçois à peine mon timbre de voix qui résonne dans ma tête. La bienveillance des gestes de Tasya n’est plus, remplacée par quelque chose de bien plus persécuteur me rappelant vaguement la volonté précédente de Michel. S’est-il relevé, encore ?

Je me débats, autant que je peux, ne voulant revivre ce cauchemar. Je hurle de douleur, de peur et de rage. J’utilise mes jambes, donnant des coups à l’aveugle, heurtant le banc et tout ce qui se trouve à ma portée. Mes pieds rencontrent le mur sur lequel je prends appui pour m’extraire de ma « cachette ». En me tortillant, et au prix d’un effort empli de souffrance, je parviens à couvrir quelques mètres sur le dos, me rapprochant des silhouettes qui se sont introduites dans le péristyle. C’est là, notre seul salut pour enfin pouvoir sortir du bâtiment. A tâtons, je cherche la main de Tasya, mais ne rencontre que le vide.

La vision reste floue mais l’intensité du blanc s’efface progressivement. Les sons deviennent plus clairs. Couché sur le dos, poussant sur mes pieds, je glisse sur le sol, grapillant quelques maigres centimètres. Puis, je lève ma main valide vers la forme humanoïde la plus proche de moi.

- Aidez-nous, je vous en supplie !
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Aodh Moore
Aodh Moore
Cannot a Beast be tamed
ASHES YOU WERE

En un mot : Lycanthrope malgré lui, autrefois milicien du mouvement Shepherd.
Facultés : Tout juste transformé, Aodh ne maîtrise aucune forme à proprement parlé. Deux d’entre elles s’imposent naturellement à lui : l’hispo à la pleine lune ou sous le coup de violentes émotions, ou celle du glabro lorsque la Bête menace de déborder.
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Aodh
Célébrité : Ben Barnes
Messages : 790
Date d'inscription : 02/05/2023
Crédits : Cece
Lun 8 Avr - 0:04 (#)

Plaqué contre le mur, en face du soldat, j’attendis patiemment que Pierre nous rejoigne pour lancer les hostilités au sein du péristyle. Mais l’homme de foi avait autre chose en tête. Je l’observai du coin de l’œil se baisser à nouveau vers sa mallette, s’emparant avec déférence de la relique qu’elle contenait. Même si je lui faisais confiance, je ne pus m’empêcher de me crisper à le voir tracer sur le mur de pierre ce qui avait tout l’air d’être un rite de protection. A mes yeux, la magie avait toujours été l’apanage des créatures du mal. J’avais encore des difficultés à me faire à l’idée qu’elle pouvait également aider à les combattre. Qu’entre de bonnes mains, elle pouvait faire ce qui était juste.

Le Loup s’agita sous la surface à l’explosion lumineuse provoquée par la lance, mais se rendormit vite profondément. Pierre avait fini, entraînant une variation dans l’air qui n’avait pas réussi à l’alerter suffisamment. Mon regard s’attarda une seconde sur le phénomène provoqué par la magie éclatante, parcourant chaque mur pour en sceller l’accès en sens contraire. J’étais parfaitement concentré, restant dans l’expectative. Je renouais délicieusement avec le plaisir de la chasse, savourant ces quelques secondes qui nous séparaient d’une résolution sanglante, quand le couperet de la Justice s’abattrait sur nos ennemis. Car personne n’en réchapperait, désormais.

Je savais ce qu’il me restait à faire quand l’homme face à moi prit une grenade en main. Je repoussai le battant du péristyle, juste assez pour lui permettre de la lancer à l’intérieur, en nous épargnant ses effets néfastes. Juste après le vacarme provoqué par son explosion, j’ouvris en grand le battant cette fois-ci, mes mains solidement refermées ensuite sur mon fusil d’assaut. Mais nous avions pris trop de temps dans nos préparatifs, car les vaudous avaient déjà décampé, certainement au moment même où leurs protections avaient été brisées. Il ne restait plus que les blessés et… « Tasya ? » J’écarquillai les yeux sans comprendre, quand Pierre la désigna comme étant une sorcière. « Impossible… » Soufflai-je, d’une voix blanche, sous le choc. Mais que faisait-elle ici, au juste ? Était-elle avec eux ? Est-ce qu’elle aurait vraiment pu me mentir sur sa nature réelle, toutes ces années durant ? Qui devais-je croire exactement ? Tout se bousculait dans mon esprit.

Puis je vis cet homme, criblé de balles, au sein d’un cercle de sel. Définitivement mort.
L’autre, encore en vie mais sévèrement blessé, se débattait avec Tasya.

Le canon de mon fusil était pointé sur lui quand il rampa dans notre direction, pour nous supplier de lui venir en aide. Je reconnus ces traits à cet instant précis, et ne sus plus vraiment si je devais l’aider ou l’achever. Pierre leur hurlait de rester à terre. « Quelque chose ne va pas. » Lui soufflai-je, sans encore bien comprendre. « Bon sang, ça sent le rituel crade à plein nez. » Qu’est-ce qu’ils avaient fait de Tasya ? Son regard était vide, absent. « Elle est pas maître d’elle-même. Je la connais. » Mon pouls s’accéléra soudainement. Le Loup se débattit pour briser ses chaînes, devant l’urgence de la situation. Dieu, elle me rappelait le regard que mon père m’avait lancé avant de tenter de me tuer. Je nageai en plein cauchemar.

Les poils de la Bête se hérissèrent, face à une présence néfaste qu’elle identifia sous la surface. Ce n’était plus vraiment Tasya. Mais est-ce que je pouvais réellement ouvrir le feu sur elle, sans autre forme de procès ? C’était une sorcière, peut-être même une vaudou. Non, impossible. Elle n’aurait jamais fait du mal à qui que ce soit… Tasya sauvait des vies. Je ne pouvais pas la condamner juste pour sa magie, alors que Pierre s’était déjà révélé si bon avec moi. Tasya m’avait sauvé la vie, ainsi qu’à mon frère putain. Je lui devais bien ça.

Je tirai, mais pas pour tuer.
Je visai rotules et épaules avec une précision chirurgicale, en dépassant l’homme à terre pour me concentrer avant tout sur elle. Je sentais que mon contrôle sur la Bête était de plus en plus fébrile, mais ça ne m’empêcha pas d’avaler la distance qui me séparait d’elle pour achever mon œuvre dans un corps-à-corps musclé. Je devais l’empêcher de se faire du mal, ou d’en faire à d’autres. J’avais la force brute avec moi. Je compterais sur Pierre pour faire ce qu’il faudrait, en espérant qu’il ait une solution pour la libérer de leur emprise. Je refusais de voir une autre personne succomber entre les mains des vaudous.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Isalín Lokisdóttir
Isalín Lokisdóttir
That kid you called a weirdo
You're a part of the dawn...

En un mot : ❅ fleur hivernale ❅
Qui es-tu ? : ❅ Née en octobre 2004, elle est encore dans ce drôle de monde qu'est l'adolescence;
❅ Cheveux sombres et yeux de jade, visage en cœur, petite bouche charnue et taches de son, voilà le mélange de ce visage un peu atypique. C’est aussi une silhouette athlétique d’1m64 pour 52 kg.
❅ Depuis toute petite, elle s'entraine pour être patineuse Olympique. Médaillée d'argent au championnat des USA et sacrée première à la grande coupe des quatre continents, son rêve s'effondre en 2021 à cause de ses dons.
❅ Cherche désormais sa voie en tant que personne et en tant qu'Outre.
❅ Vit avec sa cousine Sofia et Elizabeth.
Facultés : ❅ Élémentaliste de l'eau dont le pouvoir se manifeste actuellement essentiellement autour de la glace.

❅ Don principal : kinésie de la glace. Isalín peut givrer l'eau et les surfaces humides ou déformer sommairement une étendue de glace.
Fonctionne dans un rayon de 2m, le contact aide beaucoup
❅ Don secondaire : résistance accrue au froid.

❅ Les bienfaits d'avoir grandi dans un monde bilingue font qu'elle n'a pas d'accent quand elle parle anglais, mais il lui arrive de buter sur le vocabulaire.

❅ C'est une athlète de haut niveau, elle est donc plus robuste et endurante qu'une adolescente lambda du même âge. Son sport l'a rendue aussi particulièrement souple et agile.
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 8k10
... when the light comes from the dark

Pseudo : Isalín Lokisdóttir
Célébrité : Alice Pagani
Double compte : Myrtle & Orihime
Messages : 135
Date d'inscription : 04/04/2023
Crédits : Wild avatar
Mer 10 Avr - 19:52 (#)

- OK ! OK ! TIREZ PAS, ON EST LES GENTILLES !

Dès la trappe ouverte par leurs soins, Isalín a reculé sous le coup des ordres du SWAT. Ils ont l’air tendus et méfiants mais… qui ne le serait pas en allant à l’encontre d’un sanctuaire de sociopathes mystiques ?! La jeune femme est par ailleurs trop bouleversée pour réaliser que les uniformes que porte l’escouade ne ressemble pas à ceux d’une bridage de police. Naya obtempère à ses côtés et franchement, l'Islandaise n’a pas l’intention de faire autrement. Mains en l’air, bien en évidence, elle prend en plus soin de garder la caméra dirigées sur leurs sauveurs ! Les héros méritent bien un peu d’antenne, hein ?! Et ça peut dissuader une bavure policière. Du coin de l’œil, elle peut voir que les commentaires s’emballent.

- Isalín Lo-Lokisdóttir, bégaie-t-elle – son visage lui fait tellement mal.

Elle fléchit les jambes, pose les genoux au sol, sans aucun geste brusque. Le sang continue de ruisseler sur sa peau blafard et dégringole son cou à toute vitesse. Elle se sent poisseuse et épuisée, sa vue se trouble à chacun de ses battements de cœur, mais elle a encore assez de lucidité pour se souvenir de l’essentiel.

- L-là ! D’un mouvement de tête, elle désigne le couloir qu’elles ont emprunté plus tôt – celui au bout duquel la fliquette a prétendu que la porte était fermée, ils… ils détiennent des gens là-bas ! Aidez-les s’il vous plait…

Accessoirement, le monstre à gérer est au-dessus de leurs têtes mais à en juger par l’explosion qu’Isalín a entendu, les forces d’intervention ici présentes ne sont pas seules. A eux de jouer maintenant ! De leur côté, elles vont enfin pouvoir quitter cet enfer…


héhéhé:
Revenir en haut Aller en bas
Forgive me, Father, for I am sin
Le mauvais oeil
Le mauvais oeil
Forgive me, Father, for I am sin
SHUFFLE THE CARDS

Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 YXpWPvj
En un mot : An eye for an eye leaves the whole world blind
Thème : Witchcraft - Akira Yamaoka
WITHER AND DIE

Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 I2XukXq
Messages : 524
Date d'inscription : 27/03/2017
Sam 13 Avr - 18:51 (#)

Chapitre 3 : Carnage
Deus Vult

À l’instant où le détachement de quatre Purificateurs prend pied à l’intérieur du sous-sol, l’aboiement d’une arme automatique hurle dans le couloir voisin, à une volée de marches seulement de là où pleurent Naya et Isalin. Déjà, deux des quatre combattants dépassent les adolescentes prostrées, prenant le contrôle du lieu, leurs fusils pointés vers les moindres recoins, pendant que leurs camarades surveillent les jeunes femmes. L’un vient s’accroupir au niveau de la portée d’entrée, tandis que l’autre se positionne sur le seuil du couloir menant au laboratoire de Marie ; l’un et l’autre couvrent ainsi efficacement le binôme encerclant les deux victimes. Tu sens, Naya, une lourde main s’appuyer sur ton épaule, une manière de t’intimer à l’immobilité, quand le Purificateur chuchote dans une oreillette cachée sous son masque respiratoire. Cette discussion, tu ne l’entends pas, mais tu constates que l’autre homme surplombe aussi de toute sa hauteur ton amie Isalin.

Mieux vaut rester immobile. Vous avez l’impression distincte que ces membres du SWAT discutent entre eux de votre devenir, alors que vous patientez à genoux, telles des pénitentes attendant leur Jugement. De part et d’autre du sous-sol, les deux autres soldats couvrent leurs camarades avant que, finalement, celui qui est entré ici le premier ne hoche la tête en direction de son acolyte, avant de s’accroupir devant vous. À travers les hublots de son masque, vous discernez chacune deux yeux d’un vert intense, séduisants, qui vous fixent avec un calme curieusement rassurant. Une forme de torpeur vous enveloppe alors, comme une couverture douillette, une sérénité spontanée, en dépit des traumatismes et des souffrances que vous avez subi. Il vous scrute durant un court instant de silence, avant d’extirper une petite boîte blanche de son gilet de combat.

« Tout va bien. Tiens, » déclare-t-il, en tendant à Naya une compresse sortie de la boîte. « On va vérifier vos blessures rapidement et ensuite on vous fera sortir, d’accord ? Vous allez rentrer chez vous. »

Le Purificateur reporte son attention sur Isalin et son nez cassé, et fronce les sourcils un bref instant. Sa voix est étonnamment persuasive, un oasis de réconfort dans cet océan de noirceur vaudou. « On va devoir te le remettre en place. Ça risque d’être douloureux un petit instant, mais tu n’auras pas de séquelles plus tard. »

Derrière vous, l’autre Purificateur s’applique à extirper des pochettes de sa ceinture une petite flasque, ainsi qu’un chapelet et un flacon de verre transparent, qu’il tend rapidement à son camarade. Celui-ci débouche d’abord la flasque faite d’un métal rutilant et argenté, dans laquelle il prélève quelques gouttes d’un liquide transparent semblable à de l’eau. Du désinfectant, sans doute ? Il humidifie le bout de ses doigts avec, avant de les appuyer autour du nez d’Isalin, au niveau des pommettes, puis sur son front et sur son menton. C’est froid, mais ses mouvements sont fermes et assurés, quand l’acuité de son regard confère à sa manipulation une forme de consolation familière, quasi médicale. En même temps, son acolyte a récupéré à son tour une compresse avant de s’accroupir devant Naya, en lui tamponnant son arcade sourcilière enflée et poisseuse.

« Ça va aller, » répète ainsi le premier, avant de murmurer tout bas des syllabes indistinctes, que vous n’êtes pas capables de comprendre l’une ou l’autre. Très vite, au fil de l’incantation rapide, vous ressentez chacune un hébétude plus lourde encore, tandis que vos membres deviennent flasques et que votre volonté s’étiole. Vous n’entendez plus que la psalmodie basse de l’homme dont les intonations emplissent vos oreilles. Celui-ci profite de votre catatonie pour subtiliser le téléphone d’Isalin et couper le stream sur Instagram.

Pour toi, Naya, c’est différent. Tu entends l’incantation du Purificateur, mais celle-ci ne t’est pas entièrement destinée ; tu en deviens néanmoins atone, flottant au milieu d’une mer de coton, semblable à une paralysie du sommeil. Tu perçois le contact chaud des paumes du Purificateur, alors qu’il appose ses mains contre tes joues et ses pouces sur tes pommettes, avant que l’homme ne se mette à son tour à réciter une litanie. Bien que tu n’en saisisses pas un traître mot, tu ressens ton anxiété, tes terreurs et tes souffrances s’effacer, alors que tu sombres dans l’inconscience entre les mains de ceux que tu croyais être les membres du SWAT.

Isalin, toi aussi tu es victime de cette même paralysie du sommeil, quoique ton traitement est sensiblement différent. La litanie que récite le Purificateur s’accélère, au moment où il entoure ton cou avec le chapelet et débouche le petit flacon de verre sous ton nez. Une forte odeur d’encens t’envahit les narines et tu sens ton esprit s’envoler un instant, étourdi, tandis que la psalmodie continue et qu’une douleur sourde commence à naître dans ton plexus solaire. Une panique irrationnelle t’empêche de sombrer dans l’inconscience, car tes instincts sont en train de hurler désespérément un avertissement : cet homme n’est pas ton allié, et il est en train de t’arracher quelque chose de vital. Pourtant, et c’est bien là toute l’horreur de la situation, à l’instant où tu comprends votre méprise, il est déjà trop tard : Naya est évanouie, et toi-même, incapable d’agir.

Ni ton corps, ni ton don ne répondent. Grâce au mystérieux liquide, le Purificateur a tracé un crucifix sur ton front, d’abord froid, avant que celui-ci ne commence à t’irradier. Le symbole de Foi te brûle la peau au point de faire perler la transpiration sur tes tempes, alors que l’entêtante odeur d’encens pénètre au plus profond de tes voies respiratoires. Le poids du chapelet devient anormalement lourd, presque intolérable. Puis, d’un seul coup, tu ressens une violente et douloureuse déchirure dans ta poitrine, comme le rituel vient enfin de trouver et de t’amputer de ce qu’il cherchait : ton don. Telle une chute sans fin dans une abîme de ténèbres, toute ta nature d’éveillée s’écroule autour ton âme, la laissant terriblement humaine, seule et vulnérable au sein d’une enveloppe de chair désormais dépourvue de toute trace de magie : tu es humaine de nouveau.

Puis, le Purificateur appose ses mains autour de tes joues, exactement comme il l’a fait avec ton amie, Naya, et tu sombres à ton tour dans l’inconscience. Quand vous vous réveillerez toutes les deux, dans environ cinq à sept minutes, vous serez à l’extérieur de l’Oufo dans le parterre d’herbe à quelques mètres de la trappe du sous-sol. On vous aura déposé dehors. Une partie de vos souvenirs auront été amputé, et vous aurez oublié tout ce qu’il s’est passé après votre fuite du péristyle. Isalin aura définitivement perdu son don d’Outre.

~~~

Pendant ce temps dans le péristyle, l’affrontement entre Aodh et une Tasya possédée entraîne une certaine confusion. Les deux détachements de Purificateurs qui avaient contourné le sanctuaire, chacun composé de trois membres, et qui ont été alertés par Pierre, entrent à leur tour à l’intérieur. Au moment où Aodh cloue l’arcaniste au sol, six autres combattants assistent à cette scène surréaliste : toutefois, aucun ne s’en émeut, et trois d’entre eux filent aussitôt en renfort de l’escouade d’Abigail, qui venaient de faire feu dans le couloir adjacent. Derrière la porte menant aux étages, éclatent les tirs de couvertures de Medea qui tente tant bien que mal de contenir l’avancée des combattants de la Foi et de couvrir les blessés montant l’escalier.

Pierre, lui non plus, ne perd pas une seconde. Tandis que trois autres Purificateurs viennent en renfort pour sécuriser le péristyle, leur leader récupère à nouveau la mallette contenant l’antique lance. L’un des soldats vient alors mettre en joue Ethan, un autre vient assister Aodh qui immobilisait Tasya, pendant que les deux restants contrôlent chacune des issues, en sécurisant la chambre des mystères à la sortie du péristyle. Toute cette prise de contrôle n’aura duré que moins de deux minutes, tant ces combattants sont efficaces, rapides et se coordonnent parfaitement. D’ailleurs, Pierre extirpe rapidement la lance de sa mallette et la pointe sur le front de la possédée, qui se met aussitôt à hurler de la même manière que Michel auparavant.

Des sons inhumains. Cauchemardesques. ⇗ Le pasteur ne s’en émeut pas non plus, alors que la relique se met à briller de nouveau à l’endroit où la pointe rencontre la chair, formant ce qui ressemble à un arc électrique. La créature possédant Tasya hurle de plus belle. Le chœur des âmes qui la constitue, éructe un flot constant de cris de douleurs face à cette lumière divine et instense qui émane de la lance, bien qu’aucune brûlure ne se discerne sur le front de Tasya. Tu sens, Aodh, le corps de l’arcaniste se raidir et cesser de remuer, comme si l’antique arme était en train de paralyser totalement son corps sous l’expertise de Pierre, impassible.

« Tu peux la lâcher, elle ne bougera pas, » confirme-t-il, alors que l’entité possédant Tasya cesse d’essayer de te mordre, en dépit de ses articulations brisées. Ces dernières déversent encore un flot continu de sang, qui ressemble fortement aux prémices d’une hémorragie. « On va devoir la soigner en urgence et stabiliser son état, sinon elle ne survivra pas à l’extraction, » t’explique Pierre, en hochant la tête vers son acolyte. « Si elle meurt, le Mal qui l’habite s’en prendra à quelqu’un d’autre ou s’en ira ailleurs, Dieu sait où. »

Le Purificateur s’active alors. Il déplace promptement ses paumes vers les rotules massacrées de Tasya, d’où une lumière d’un blanc pur commence à irradier entre ses doigts. Sa bouche remue en silence, démontrant que ces soldats de Dieu sont aussi bien capables de détruire que de panser. Pierre, lui, maintient toujours la pointe de la lance posée sur le front de Tasya dont les macabres rugissements bestiaux n’ont jamais cessé. Il conserve son fusil blotti contre son bras, les sens en alerte, observant de temps en temps le péristyle.

« Les vaudous se sont enfuis à l’étage. Certains sont peut-être cachés au sous-sol, » t’informe-t-il, Aodh, non sans te scruter, une lueur d’assentiment dans les yeux. « Je me charge de la situation ici. Si tu veux renforcer Abigail ou vérifier le sous-sol, tu peux, fils. Les coupables ne sortiront pas d’ici indemnes, crois-moi. »

Non loin de là, dans le couloir menant aux niveaux supérieurs, les échauffourées continuent, comme Medea et Johnson tentent de rapatrier leurs blessés, en essayant de ralentir les renforts des Purificateurs.


Résumé:



Got the evil eye. You watch every move, every step, every fantasy. I turn away but still I see that evil stare. Trapped inside my dreams I know you're there. First inside my head, then inside my soul.
Revenir en haut Aller en bas
That kid you called a weirdo
Caleb Caulfield
Caleb Caulfield
That kid you called a weirdo
ASHES YOU WERE

En un mot : Outre medium
Qui es-tu ? : 20 ans, artiste de rue, violoniste de talent, tourmenté par son don. Fait partie d'une bande de voleurs dont le chef est Iris. Enchaîne les petits boulots autant que les larcins.
Facultés : Medium capable d'être projeté dans le passé des lieux, en particulier quand il s'est produit des morts. Il est ainsi happé par leurs esprits, assistant à leurs derniers instants.

Lecture des auras.
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 979def36e38ee2474d20b6aaea9c6852a401f989
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Nymphide
Célébrité : Bright Vachirawit
Double compte : Ciàran Moore
Messages : 178
Date d'inscription : 25/07/2023
Crédits : Noxeternam
Mar 16 Avr - 21:25 (#)

Contenir l'esprit démoniaque... Je ne sais pas si j'en suis capable. Mais l'homme semble penser que c'est notre seule chance de salut, alors si ce que j'ai vu peut aider... Malheureusement, le fracas qui retentit nous fait comprendre que nous sommes... Assaillis. Ce qui étonne Jacob, alors que ça n'aurait pas du pouvoir arriver. J'en sais encore peu sous la magie, mais voir une figure importante de cette communauté pâlir subitement augmente mon angoisse encore d'un cran si cela est possible et je lâche la craie, me redressant, alors même qu'il me dit que c'est peine perdue. Je me laisse entraîner par une femme, qui s'empresse de courir, je ne sais où... Juste loin de ce péristyle où nos vies sont en danger. Ce que j'aurais du faire en suivant Naya il y a quelques minutes. Elle a été plus maligne que moi sur ce coup là. Je regrette vraiment d'avoir pensé que je pouvais aider à résoudre une situation qui me dépasse totalement. J'ai à peine le temps de remarquer qu'Ethan et Tasya ne peuvent pas suivre le mouvement, avant de courir à perdre haleine, entrainé par la femme, qui finit par me lâcher pour prendre de l'avance.

J'accélère le pas quand j'entends des coups de feu et surtout qu'une vive douleur me traverse l'épaule, manquant de me faire trébucher sous la surprise... Attends... On nous tire dessus ? Sans sommation ? Je hoquette de douleur, d'indignation, de peur, alors que je vois les autres se faire toucher autour de moi. Jacob, Johnson, ils trébuchent, ils ralentissent quelques secondes, surpris, fauchés par les balles. Et puis, il y a un autre homme qui lui, tombe, et ne parvient pas à se relever. Je ralentis quelques secondes, mais la peur au ventre me hurle juste de courir davantage. Mais où ? Comment fuir cet enfer maintenant ? Je file vers la femme qui nous a entraînée ici et passe derrière elle, alors qu'elle essaie de nous couvrir comme elle peut.

« Mais vous êtes pas flic, vous pouvez pas leur dire d'arrêter de nous tirer dessus ? » C'est qui ces tarés au juste ? A moins que justement ils aiment tuer des flics ? Je n'en sais rien... je sais juste que là, rester ici, c'est la mort. Ma main s'est portée à mon épaule instinctivement alors que je la vois ce couvrir de sang... Mon sang... Putain. J'ai un sueur froide, mais c'est pas le moment de lâcher prise là. J'ai pas l'intention de crever ici. Je regarde Jacob : « On peut fuir par là ? » Parce qu'on a emprunté ces escaliers, mais ça mène où au juste ? Si quelqu'un peut nous sortir de là c'est lui, qui doit connaître les lieux comme sa poche.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Forgive me, Father, for I am sin
Le mauvais oeil
Le mauvais oeil
Forgive me, Father, for I am sin
SHUFFLE THE CARDS

Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 YXpWPvj
En un mot : An eye for an eye leaves the whole world blind
Thème : Witchcraft - Akira Yamaoka
WITHER AND DIE

Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 I2XukXq
Messages : 524
Date d'inscription : 27/03/2017
Hier à 0:10 (#)

Chapitre 3 : Carnage
As Above, So Below

« Je te tiens. »
Les trois mots naissent dans les ténèbres vivantes formant l’essence de Marie et s’immiscent dans le mauve anxieux, avant de s’émietter dans l’infini fluctuant du ventre de la Terre. Lilas, tu ressens avec une facilité qui tient du prodige, toute la force de caractère et l’habileté aux arcanes de la vaudouisante qui vous maintient toutes deux hors des flots tumultueux des ley lines. Dans ces lieux où la réalité s’efface pour laisser place au concept, à l’intangible et au mystique, la concentration de Marie apparaît comme une corde d’acier, tendue à l’extrême parmi les courbes ébauchant les contours de sa personne. Et à ce filin de sécurité est attachée l’égrégore, énorme câble de titane flottant ici et nulle part, qui vous rattache à la réalité terrestre.

Ici, l’irréel est une réalité.
Rien n’existe, tout est conscient.
Le haut devient le bas.
L’envers, le réel.
Et le temps, une absence.

À tes mots, le noir de Marie se trouble et se contorsionne dans la direction que tu lui montres, bien que son extrême concentration ne vacille jamais, comme stimulée par une volonté inébranlable de réussir. Avec une telle proximité, Lilas, tu discernes même les émotions de l’arcaniste noire évoluer au sein de son essence, à la manière de bulles de savon pétillant dans un bain d’encre. Foi, devoir, nervosité et impatience, sont quasi assourdis par une immense passion et une fierté colossale, qui confère à l’hubris, comme si Marie avait tout à prouver envers quelqu’un. Déjà un espoir fou éclate à l’intérieur de sa noirceur, comme sa fiévreuse passion entrevoit enfin le but tant attendu, et l’accomplissement d’une quête allant au-delà de sa simple personne.

Car, tu le devines, Lilas, ce qu’elle s’apprête à accomplir, va bien au-delà d’un simple plan désespéré destiné à repousser les ennemis de l’Oufo, quels qu’ils soient : c’est sa destinée, son Graal. Rien de moins.

« Laisse-moi faire. » Une réponse simple pour un accomplissement monumental, que nombres d’arcanistes auraient qualifié d’impossible et de folie pure. Car quels maîtres des arcanes sont capables de manipuler les veines même de la Terre, ces forces naturelles impossiblement vastes ? Aucun, tout simplement.

Pourtant, Marie s’apprête à le faire. Vous descendez chacune, toi accrochée au noir de la jeune femme, elle t’entraînant dans les profondeurs douloureuses des veines telluriques courant sous l’Oufo. Là, le maelstrom terrestre devient tourbillon de douleurs, noué, terriblement souffrant, comme une varice enflée aux nœuds enroulés sur eux-mêmes. Ici, les réseaux de magie pure ne circulent plus librement, ils s’embobinent les uns aux autres et s’accumulent en une bobine malade, terrorisée et brûlante de fièvre. Et les formes fluctuantes habitant les rivières de la planète, se déforment et se dissolvent au sein de cette masse boursouflée telle un abcès pollué depuis des lustres qui se nécrose lentement, comme la nature sous la botte de l’urbanisme.

Puis Marie t’entraîne. Plus bas, toujours plus bas. Derrière vous s’étirent les câbles de l’égrégore, tressés des émotions brutes et des arcanes vaudouisantes. Une ancre verticale, souple, comme une liane aux multiples ramifications semblables à des rhizomes d’énergie, qui commencent déjà à s’accrocher et serpenter dans ce cœur névralgique, palpitant de souffrances. Tu ressens, Lilas, toute la force émotionnelle de l’Oufo hydrater ce nœud tellurique fiévreux, quasiment coupé du réseau terrestre par une couche puante de pollution, que l’égrégore est en train d’écailler. L’arcaniste noire n’est que le relais. Elle connecte l’un et l’autre patiemment  et au prix d’un colossal effort de sa part, avant d’entonner une nouvelle incantation, basse et mélodieuse. ⇗

En l’absence de réalité, les syllabes s’évadent çà et là, douces comme des notes de piano, emportées dans la formidable fusion des courants de l’égrégore et de la ley line abîmée. Bientôt les mots de Marie se perdent à l’intérieur du courant naissant, dont la puissance croît à mesure que l’égrégore la nourrit et qui menace de vous emporter à chaque instant. Lilas, tu as la terrible sensation d’être au cœur d’un monstrueux tourbillon qui s’apprête à se déchaîner, comme si l’arcaniste noire était en train de détruire un bouchon nocif bloquant un titanesque volcan d’énergie assoupi depuis des lustres. Tout cela était une folie, et ce dès le début. Elle le sait, et cependant, Marie s’obstine à boucler ce rituel destiné à forer la mélasse qui encroûte la ley line.

Alors, les chocs commencent. Comme l’obstruction se fissure, une première onde de choc libère des remous qui remontent des profondeurs terrestres, telles des immenses colonnes de bulles s’échappant d’une abîme infinie. Une vibration constante vous assaille comme le prélude à une éruption, alors que Marie continue de psalmodier, imposant une pression croissante qui morcelle la gangue de déchets étouffant la veine blessée. Bientôt, un second choc survient, et la secousse vous ébranle toutes deux, manquant de vous arracher l’une à l’autre, tandis que l’immesurable accumulation de magie commence à fuir dans tous les sens. Marie tâche de conclure le rituel tout en maintenant vos formes cohérentes, en dépit de cette monstrueuse pression.

Au troisième choc, votre univers se fissure. L’obstruction éclate violemment, libérant un gigantesque flot de magie tellurique dans toutes les directions, comme un énorme geyser qui vous propulse vers le monde réel. À ce moment-là, Lilas, seule l’ancre de l’égrégore et la maîtrise de Marie empêche ton essence d’éclater à son tour, alors que le tourbillon vous emporte comme de frêles brindilles prises dans une crue éclair. Un torrent de flux magiques t’assaillent, Lilas, imbibant brutalement ton essence d’une multitude de sensations, que la concentration de l’arcaniste ne parvient pas à refouler. Momentanément, Lilas, tu deviens poreuse face à ce déferlement d’émotions, de sensations, de pouvoirs, de lumières, et d’une foule d’autres choses, une masse indénombrable d’éléments aléatoires, sauvages, incontrôlables, tous jaillissant de ce geyser tellurique.

Durant une fraction de seconde, tu cesses d’exister, Lilas. Ton essence se dissout en devenant des morceaux de feuilles emportés par un blizzard, bien que Marie fait de son mieux pour vous ramener dans le monde du tangible. Ta conscience coule dans le chaos primordial qui se déchaîne, ballottée et reconstituée, détruite et reformée, encore et encore, tandis que l’ancre du rituel se tend et se rembobine, vous emportant, tant bien que mal, hors de l’œil du cyclone. Puis, c’est de nouveau un choc, quoique bien différent ; celui du retour au matériel, à la solidité de la chair et la dictature de l’air, quand la puissance du rituel réassemble les composants de vos corps. Métal, terre et eau vous redevenez, lorsque la Chambre du Tangible fait son office, réintégrant vos essences à l’intérieur de vos os, de vos muscles, de vos épidermes qui vous attendaient en silence.

Tu te retrouves, Lilas, une fois encore, face à Marie. Celle-ci te fixe, éberluée, ses mains encore sur tes joues, tandis qu’autour de vous l’atmosphère dense de l’Oufo vibre d’une phénoménale quantité de magie libérée. Un trop-plein d’énergie qui se déverse depuis les entrailles de la Terre, et jaillit à l’intérieur du bâtiment, à la manière d’une énorme éruption volcanique, en renversant complètement les lois naturelles de la magie.

« On a réussi, » souffle, toujours incrédule, Marie. « On a réussi ! » s’écrit-elle ensuite, en éclatant de rire, extatique, et les yeux brillants d’émotion. Joie et fierté s’entremêlent dans l’expression de la jeune femme, à tel point que, prise dans son élan d’euphorie spontanée, elle te flanque, Lilas, un baiser du bout des lèvres.

« Tu n’as rien ? Tu as été parfaite ! » s’écrit-elle à nouveau, avant de se lever, levant les bras autour d’elle, en riant d’exaltation. « Tu la sens ? Cette puissance qui vibre partout, c’est incroyable ! Avec elle, nous n’aurons à craindre personne ! » clame-t-elle, en retirant la feuille de jusquiame pâteuse de sa bouche.

En effet, rien n’aurait pu te préparer, Lilas, à un tel déferlement. Tu as l’impression d’être, non pas noyée au sein d’un égrégore, mais à l’intérieur d’un titanesque nœud de pouvoir en pleine éruption. Il semblerait que la ley line courant sous l’Oufo, est en train de recracher à toute allure tout le surplus de magie amoncelée.

~~~

Au moment où les efforts de Marie et Lilas font céder l’obstruction qui scellait la ligne de force, vous sentez tous le séisme mineur, dont l’épicentre se situe dans les profondeurs de l’Oufo. Partout dans Shreveport, le tremblement de terre fait vibrer les structures et résonne jusqu’aux frontières de la ville. Pour les Éveillés, le phénomène est double : la sensation physique s’accompagne d’une véritable onde de choc magique, qui se traduit de différentes manières selon l’individu. Car, dessous la croûte terrestre, ce sont les lignes de force qui se réalignent brusquement, rééquilibrant le réseau des fleuves de magie selon un nouveau schéma.

À l’intérieur de l’Oufo, ce bouleversement s’illustre via une foule de phénomènes aléatoires et improbables, alors que les lois naturelles encadrant la magie sont momentanément abolies. Et pour cause, avec une telle masse d’énergie, une dizaine de minutes seront nécessaires à la veine pour déverser tout son excédent.

Medea, tu sens un trouble se former dans ton inconscient. Comme si, soudainement, les barrières mentales de ton esprit s’ouvraient, te donnant accès à l’invisible, au monde insoupçonné derrière le Voile. Une forme de clairvoyance temporaire, qui te permet de le voir lui, la créature qui te talonnait depuis un moment déjà. Le chien-loup que tu as tué, est encore là. Son fantôme était accroché à toi depuis lors, mais ce n’est qu’à ce moment-là que tu peux l’apercevoir : il flotte dans ton dos, un esprit rancunier, silencieux et observateur. Et ta clairvoyance nouvellement acquise te permet non seulement de le voir, mais aussi de communiquer avec lui, quoique d’une manière non verbale inexplicable. Tu te sens capable d’interpréter ses intentions et, à ton tour, de transmettre les tiennes, selon un type de communication mentale instinctive.

Le chien-loup est clair : il t’en veut énormément. Tu l’as tué, et tu comprends qu’il te demande réparation à toi, et contre tous ceux coupables de l’avoir drogué et enfermé de force dans ta maison. Tu comprends aussi que l’esprit animal te donne deux choix : l’aider à accomplir son objectif ensemble, ou le laisser aller en paix et le venger toi-même. Tu dois choisir, Medea. L’un ou l’autre, car le prédateur n’acceptera aucun refus et tu devines que dans ces circonstances exceptionnelles, il pourrait bien s’en prendre à toi en cas de refus. Et tu comprends aussi autre chose d’important : si tu choisis d’accepter son aide le chien-loup deviendra ton allié intime, ta Bête intérieure, quand tu abandonneras ton humanité en devenant toi aussi une femme-bête.

Ethan, un phénomène similaire se produit dans ton inconscient. Tu sens les verrous de ton esprit humain se fendre, à mesure que le monde des esprits s’ouvrent à toi : tu es désormais capable de voir et de parler à ta femme Garance, dont le fantôme te suit depuis fort longtemps. Tout comme Medea, tu es capable de sentir les intentions du spectre : c’est néanmoins beaucoup plus simple pour toi de communiquer, car c’est il s’agit là d’un esprit humain. Tu peux  lui parler de vive voix. Mais tu dois aussi faire un choix : l’aider à s’en aller en paix, afin d’apposer le mot fin à cette vieille histoire, ou la conserver encore à tes côtés.

Caleb, ta nature d’Éveillé est brutalement inondée par une déferlante de magie brute. Ton essence absorbe involontairement une certaine quantité de magie qui se combine à tes dons, et t’ouvre temporairement une troisième porte inattendue. À tes deux pouvoirs s’ajoute cette nuit un troisième surprenant : tu te sens ainsi capable de voir trois secondes dans le futur. Une forme de prémonition dont le fonctionnement est similaire à tes visions du passé : comme si tu jetais un coup d’œil derrière la page suivante d’un livre, tu peux obtenir des visions à très court terme des évènements futurs. Une capacité temporaire, mais qui sait dans de telles circonstances exceptionnelles, si ce troisième don ne laissera pas une marque dans ton essence d’Éveillé...

Aodh, l’avalanche de magie déclenche une tempête d’effets inattendus sur ta personne. En effet, le sort que Pierre a lancé pour endormir ta Bête commence à disjoncter complètement : tu sens une véritable fracture se produire entre toi et ton Loup, comme si le sort vous avait séparé l’un de l’autre. C’est inattendu, mais tu te sens soudainement capable de te faire comprendre pleinement de la Bête et même de la manipuler pour arriver à tes fins. Durant cette dizaine de minutes, tu te rends compte que tu as un choix à faire : expulser la Bête vers un nouveau réceptacle ou te rapprocher d’elle pour acquérir une maîtrise supplémentaire d’une de ses formes bestiales. Le choix t’appartient, mais dans tous les cas il sera définitif.

Tasya, au milieu du maelstrom de douleurs, de lamentations, de pulsions et d’une multitude de consciences torturées dont l’entité t’inonde, tu sens que quelque chose se produit en toi. Tu as l’impression d’être plus proche, et à la fois plus détachée de la créature qui te possède, au point de discerner le nom maudit que les mythes lui ont donné : Famine. Le démon, car c’en est bien un, est lui aussi affecté par la soudaine éruption magique, mais la proximité avec ton âme et ta nature d’arcaniste déclenche une suite de conséquences des plus inattendues. Difficile de prédire le résultat aléatoire qui va ressortir de telles combinaisons.

~~~

La rambarde des escaliers venait de voler en éclats. Fauché par la rafale au niveau de ses jambes, Philippe le soixantenaire venu aider à la maintenance, s’effondre face contre les marches, à demi-assommé par le choc. Jacob, lui aussi blessé au niveau du bras gauche, s’empresse de le relever, aussitôt secondé par Johnson lui-même blessé au flanc gauche et qui l’aide à le traîner en haut des escaliers, après avoir tiré quelques coups de semonce vers les assaillants. L’expression de Jacob n’est alors qu’un masque de douleur, tant il doit forcer sur son bras blessé pour tirer son ami en sécurité, quand Medea procède à des tirs de couverture. L’officier de la SPD n’est guère en meilleur état : il saigne abondamment du flanc et sa respiration est laborieuse.

Philippe est finalement traîné hors de danger. Toutefois, ses jambes sont dans un état déplorable : l’une est criblé de balles au niveau de la cheville, tandis que la rotule de l’autre a été touchée. Il ne sera pas capable de marcher, c’est une évidence. Dans la précipitation, Jacob jure entre ses dents en inspectant son ami, sans daigner répondre à Caleb dans l’immédiat, tandis que Johnson seconde Medea pour empêcher l’ennemi de grimper les escaliers. Derrière vous s’étend un couloir où Jacob a appuyé Philippe contre un mur, en tâchant de stopper par pression l’important saignement qui se répand depuis la cuisse du soixantenaire.

C’est à ce moment-là, que l’éruption survient. Plus que quiconque, Jacob est frappé de plein fouet par cette déferlante de magie qui remonte des tréfonds de l’Oufo, et vous emporte chacun d’une manière différente. Bien que les effets les plus puissants se produisent à un niveau de perception que les humains ne possèdent pas, ceux-ci ne sont pas épargnés pour autant, et le séisme qui secoue la Terre est un témoin direct, parlant, de la force du phénomène. Philippe, déjà fortement affaibli par ses blessures, sombre dans l’inconscience, à côté de Jacob, alors prostré sur le sol, l’air hébété et essoufflé, comme un homme qui a reçu un uppercut.

Plus loin, Johnson est victime d’un curieux et malencontreux malaise : le flic est soudainement plié en deux, abandonnant ses tirs de couvertures, tandis qu’il titube en arrière. Medea, tu le vois tomber à quatre pattes non loin de toi, son ventre secoué par des spasmes, avant qu’il ne commence à vomir. Toutefois, ce qui sort de sa bouche ne ressemble à rien au contenu d’un estomac : non, c’est une sorte de fumée noirâtre, épaisse et serpentine, qui s’échappe entre ses dents et rampe sur le plancher, comme animée d’une vie propre. Les tentacules de cette fumée s’enroulent et se répandent sur le sol, tandis que le flic continue de vomir durant un bon moment, crispé, les veines de son front saillant sous sa peau, au milieu des gouttes de sueur.

À côté, Jacob parvient finalement à se maîtriser. Une lueur de stupéfaction hante ses yeux, au moment où il se redresse en s’appuyant contre le mur, observant les environs avec cet air hébété, avant de se pencher au chevet de son ami évanoui. En parallèle, un autre curieux phénomène intervient en bas des escaliers, où un énorme tintamarre éclate. Vous entendez le vacarme assourdissant d’une pluie d’objets hétéroclites, lancés depuis les pièces du rez-de-chaussée et le couloir inférieur : meubles décoratifs, lattes de plancher, vases et autres bibelots sont propulsés dans tous les sens. Caleb voit d’ailleurs une lourde commode léviter depuis le couloir de l’étage, puis lui frôler le crâne avant d’être propulsée vers les assaillants en contrebas.

Quelques flashs lumineux éclairent le bas de l’escalier, mais vous êtes trop loin pour discerner clairement le chaos inexplicable qui s’y déroule. Jacob, qui n’est ni étonné ni ébranlé par l’envol de ses bibelots, chuchote quelques mots, penché sur Philippe, ses mots jointes au-dessus des blessures de l’homme, l’air concentré. Il plisse le front et, pour ceux qui l’observent, vous remarquez que les saignements de Philippe se résorbent à vue d’œil sous le travail de l’Oungan, qui semble réussir à les cautériser. Une fois cette manipulation réussie, Jacob entreprend de refermer la blessure à son bras, en accélérant imparfaitement sa cicatrisation, avant de se relever. Celui-ci semble ailleurs ; souffrant, épuisé et chagriné à la fois, comme il vous dévisage un à un.

Jacob vous scrute, hésitant avant de jeter un rapide coup d’œil en arrière. « Les toits. Il faut partir, » rumine-t-il en touchant machinalement l’épaule de Philippe. L’air las et blessé, il se détourne un instant, fixant alors le corridor vide en soupirant, comme s’il cherchait à discerner quelque chose. « Elle arrive. J’ai été stupide. Vraiment stupide. Comment ai-je pu rater ça – l’aluminium et la cendre – quel idiot, » chuchote-t-il.


Résumé:



Got the evil eye. You watch every move, every step, every fantasy. I turn away but still I see that evil stare. Trapped inside my dreams I know you're there. First inside my head, then inside my soul.
Revenir en haut Aller en bas
Fear is the mind killer
Ethan Roman
Ethan Roman
Fear is the mind killer
ASHES YOU WERECarnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 17108d3795a212ee3f0bb504818a4fc5

En un mot : Humain
Qui es-tu ? : Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 Design10
Facultés : Aspirateur à emmerdes
Thème : Ohne Dich / Rammstein
Carnage  • Groupe 2 : Aodh, Tasya, Ethan, Lilas, Caleb, Isalín, Naya, Medea - Page 5 D6dd48e081c6577698f75ee0c7798f83
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Ethan Roman
Célébrité : Jared Leto
Double compte : Blanche de Lantins
Messages : 1038
Date d'inscription : 22/01/2021
Crédits : Heidi/pinterest
Hier à 18:54 (#)

Ma main retombe mollement au sol lorsque le gars du SWAT me met en joue. Qu’est-ce qu’il faut dire pour que cet abruti ne me colle pas une balle dans la cervelle ? J’abaisse mes paupières, prisonnier de mon état de fatigue, de douleur, assommé par l’injection de Tasya. Même en cherchant à faire le topo de toute cette situation de merde totale, j’arrive pas à comprendre comment en on est arrivé là. Des coups de feu retentissent dans tous les sens, je croise les doigts pour ne pas me prendre une balle perdue. Un type armé met ma petite copine en joue et tire. Je hurle en écho un puissant NON, qui n’a évidemment aucun impact sur le cours des choses. Ca cavale et de nouvelles personnes font irruption dans mon champ visuel. Ils s’occupent de mon amie lorsqu’un tremblement de terre secoue les bas-fonds de l’Oufo.  

Je voudrai me redresser pour avoir une meilleure vue d’ensemble, mais la souffrance, malgré les calmants est bien trop importante.  

Puis je la vois.

Elle efface tout, elle rayonne comme un soleil, une étoile solitaire dans mon univers d’encre. Ma main valide s’élève et vient effleurer ce visage mille fois contemplé. Des larmes chaudes s’écoulent et roulent dans mes cheveux. Garance est là, assise sur ses talons, ses doigts d’or rejoignant les miens. Ce n’est qu’un halo, un spectre étincelant mais je reconnais chaque trait de son visage. Sa voix résonne tant dans ma tête qu’à mon ouïe, m’aidant à me redresser. Je pleure comme un enfant, submergé par la magnificence de cette apparition.

- Ethan, ce n’est pas de ta faute, tu n’aurais rien pu faire contre eux. Mon corps n’est plus, mais j’ai veillé sur toi durant tout ce temps. Maintenant, tu as retrouvé un peu de  stabilité, certes précaire, mais tu l’as.
- Garance… Ses doigts se posent sur mes lèvres.
- Ecoute moi, Ethan. Refais ta vie, aime, amuse-toi, profite de chaque seconde, nous nous retrouverons, mais laisse-moi partir, maintenant.

Je sanglote comme un enfant et acquiesce. La présence de Garance me bouleverse tellement que tout ce qui se passe autour de moi disparaît. Il n’y a plus qu’elle, le reste n’a plus d’importance. Un baiser est échangé et déjà les contours de son image pâlissent.

- Je t’ai tellement aimée.
- Je sais Ethan, je sais. Moi aussi je t’aime. Je peux m’en aller ?
- Oui.

La peine disparaît en même temps que mon épouse et je reste comme un con, à sourire dans le vide, totalement apaisé, oubliant les tourments et le chaos ambiant.

Quelque chose me frappe, brutalement, me jetant à nouveau au sol. Les litanies hurlantes de Michel sont de retour, envahissant tout mon être, enfermant mon esprit à double tour dans un carcan de complaintes. J’entends mes os craquer, je sens mes organes se déformer, le tout dans une souffrance jamais connue. Mes hurlements n’ont plus de fin. J’ai l’impression que cela dure des heures. Puis je vois, par d’autres yeux que les miens, mes mains griffues tracent de longs sillons dans le sol. Ma vision s’élève, je prends de la hauteur, je n’ai jamais vu le monde sous cet angle-là. Je ne suis pas seul maître à bord, mais simple spectateur qui parvient à donner quelques impulsions. Ma tête massive se secoue et un féroce grognement s’échappe de ma gueule.

La faim. J’ai terriblement faim, pas moi, mais l’estomac que je perçois comme un gouffre noir et sans fin. Je vois l’ombre qui louvoie autour de mon propre esprit, ou est moi qui suit dans le sien ? Tout est abstrait mais je sais que je dois me nourrir, le besoin est impératif. Il n’y a plus que cela qui compte.

L’homme qui a tiré sur la fille est là, à quelques enjambées. Je fonce que lui afin de me repaître de sa chair et de son âme.



Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Cannot a Beast be tamed
Aodh Moore
Aodh Moore
Cannot a Beast be tamed
ASHES YOU WERE

En un mot : Lycanthrope malgré lui, autrefois milicien du mouvement Shepherd.
Facultés : Tout juste transformé, Aodh ne maîtrise aucune forme à proprement parlé. Deux d’entre elles s’imposent naturellement à lui : l’hispo à la pleine lune ou sous le coup de violentes émotions, ou celle du glabro lorsque la Bête menace de déborder.
ASHES YOU WILL BE

Pseudo : Aodh
Célébrité : Ben Barnes
Messages : 790
Date d'inscription : 02/05/2023
Crédits : Cece
Hier à 21:37 (#)

Mes tirs fauchèrent l’entité qui s’était incarnée en Tasya avec bien plus d’efficacité que je ne l’espérais réellement. Quelqu’un cria derrière elle. Les os craquèrent sous l’impact des balles. L’odeur du sang emplit tout l’air, à tel point que ma Bête s’agita soudainement sous la surface. J’en appelais à sa force pour maîtriser la femme possédée, en me félicitant d’avoir joué la carte de la prudence. Je fus le premier surpris qu’elle parvienne encore à se débattre, assez pour me donner du fil à retordre. Ses blessures importantes auraient dû l’empêcher de se mouvoir comme elle l’aurait souhaité.

Un soldat vint m’aider à la maintenir au sol, le temps pour Pierre d’extirper de nouveau la lance de sa mallette et s’approcher de nous. « Vous pouvez l’aider ? » Je relevai un regard plein d’espoir vers lui, en constatant les ravages causés par mon fusil d’assaut. Que resterait-il de Tasya, après son intervention et la mienne ? « Elle m’a sauvé la vie. Deux fois. » Lui soufflai-je pour seule justification. Si c’était une sorcière… serait-elle vraiment de mèche avec les vaudous ? Comment Tasya avait-elle pu se retrouver mêlée à tout ça ? « Je ne peux pas croire qu’elle soit avec eux. Elle aide toujours son prochain, ils ont dû la laisser en pâture à ce démon. » Ou quoi que ce soit d’autres. A mes yeux, Tasya avait été un de leurs sacrifices, au même titre que ces deux gamines qui hurlaient et pleuraient dans les sous-sols de l’Oufo.

La lance entra en confrontation avec l’entité qui l’animait, sa pointe dirigée vers son front. Les cris inhumains que Tasya poussa en retour hérissèrent le poil de la Bête. Je la lâchai doucement quand Pierre me confirma qu’elle ne risquait plus de se débattre. J’avais de la peine pour elle, mais il était certainement la personne la plus à même de lui venir en aide. L’autre soldat s’attelait déjà à réparer les lourds dégâts que je lui avais causé pour faire en sorte que son corps supporte l’extraction. En l’état, je ne pouvais rien faire d’autres pour elle.

Alors Pierre me laissa le choix de partir en chasse. L’envie était réelle, surtout à entendre les tirs échangés derrière moi, mais j’hésitais à les laisser tous les deux. Je n’étais pas certain de ne pas empirer la situation si je me retrouvais au milieu des tirs échangés, sans la présence indispensable de Pierre pour me canaliser. Il avait plus foi en mon contrôle que moi-même. Et je rechignais également à laisser Tasya. Qu’est-ce qu’ils allaient faire d’elle ensuite ?

J’eus à peine le temps de me relever que la terre se mit à trembler violemment sous mes pieds, m’écrasant à nouveau à terre. « ‘Chier ! » Qu’est-ce qu’il se passait encore ? « Ils contre-attaquent ?! » Demandai-je à Pierre en me retournant vers lui. On avait pris trop de temps à réagir… Probablement qu’ils avaient laissé Tasya possédée par cette entité derrière eux pour nous retarder, sachant très bien qu’on tenterait de la sauver du mal qui la rongeait.

Puis… il y eut comme une fracture. Cette fois, ce n’était pas la terre sous moi qui se déchirait, mais mon for intérieur. J’eus l’impression de me retourner sur moi-même pour discerner très clairement la Bête s’incarner sous mes yeux, comme une facette d’un miroir brisé en deux. Je la découvris pour la première fois et… elle n’avait finalement rien de si incroyable. C’était un loup énorme au pelage gris et fauve, plus foncé sur le dos et allant en s’éclaircissant sur le ventre. Des stries sombres se noyaient dans son pelage, relevant ce regard doré si différent du mien. Est-ce que c’était à ça que je ressemblais les nuits de pleine lune ? Nos regards se croisèrent, et j’eus le sentiment étrange de comprendre très exactement ce à quoi elle pensait, sans que ses pensées ne m’envahissent et ne me plongent dans la confusion. Pour la première fois qu’elle s’était incarnée, sa colère et son agressivité latente ne dictait plus mes actes, sans que Pierre n’y soit pour quoi que ce soit. J’eus l’impression soudaine qu’il m’aurait suffi de briser définitivement ce reflet dans le miroir pour chasser cet animal de mon corps, que j’étais capable de le faire par moi-même… l’idée même était si tentante, mais la réalité nous rattrapa tous les deux bien vite.

Le Loup se retourna en grondant, percevant un danger bien plus pressant encore que je ne pouvais l’être pour lui. Je constatai, avec stupeur, que la lance brisée s’était soudainement reconstituée en une version intacte et d’une puissance incommensurable… mon regard ébahi croisa celui de Pierre, avant de se porter au-dessus de son épaule. Si Tasya ne bougeait plus, l’entité semblait avoir trouvé un autre corps plus intéressant à exploiter. Je ne savais pas exactement ce qu’il venait de se passer, mais cette puissance magique qui avait déferlé sur nous semblait avoir redistribué les cartes. « Et merde. » Lâchai-je entre mes dents serrées. Le Loup accrocha le regard de cet homme blessé qui semblait être curieusement sur le point de se relever pour nous prendre pour cible. Et le choix s’imposa de lui-même à moi en quelques secondes quand son corps commença à se tordre dans des angles improbables sous le coup d’une transformation… Je n’eus aucun mal à comprendre ce qui se passait. On était foutus.

Si nous voulions survivre, il fallait que j’accepte aussi de changer.

« Putain ! » Je balançai mon fusil d’assaut au sol. Je n’eus pas vraiment le temps de retirer mes fringues que, déjà, le Loup réduisit la distance créée entre nous pour se lover contre mon âme. Le changement fut brutal, mais pour la première fois depuis qu’il avait changé ma vie, je restais pleinement conscient de tous les changements qui s’opéraient sur mon corps. Ça faisait un mal de chien, à la limite du supportable… mais je sus précisément quand l’interrompre avant que ce chien des enfers ne me saute à la gorge. Je le réceptionnai sous une forme hybride d’une énorme bête monstrueuse dressée sur ses deux pattes, semblable à la sienne, qui me permettrait de le combattre à armes égales.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
(#)

Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» "charity" ft. Iris ; Aodh & Isalìn
» Naive Wandering - Tasya - Ethan
» And then, my life has changed Ft. Aodh - Ethan
» Carnage • Groupe 4 : Dana, Rhys, Tsukiko, Archimède, Orihime, Wynonna
» Carnage • Groupe 1 : Odelia, Eoghan, Daphné, Anaïs, Samuel, Elizabeth, Ciàran

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: